Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Deuxième partie. Place et fonctions de l’université dans la ville

Un corps séparé. L’université et les pouvoirs urbains à Orléans aux XVIIe et XVIIIe siècles

Gaël Rideau

Texte intégral

  • 1 Marquis de Luchet, Histoire de l’Orléannois depuis l’an 703 de la fondation de Rome jusqu’à nos jo (...)
  • 2 Bimbenet J.-E., Histoire de l’université des lois d’Orléans, Paris, Dumoulin, 1853 et Sourioux J.- (...)
  • 3 Nous nous concentrerons ainsi sur le corps professoral des docteurs, régents et agrégés.

1« Cette université a été vraiment fameuse, et une des plus célèbres de l’Europe1. » Ainsi, le marquis de Luchet conclut-il sa présentation de l’université d’Orléans dans son histoire de la ville en 1766. Cette citation entérine l’image de décadence associée à l’université moderne, puisque écrire l’histoire de l’université d’Orléans à cette époque c’est enregistrer la lente déchéance du corps sur le plan du niveau intellectuel (à l’exception de Pothier, sorte d’hapax sur ce point), du nombre d’étudiants, de la morale (en raison de la libéralité dans la délivrance des diplômes) et du prestige du corps face à l’affirmation de la mainmise royale2. Cette histoire met en valeur deux césures : les guerres de religion, qui brisent l’élan intellectuel du premier XVIe siècle, et la fin du XVIIe siècle qui enregistre la disparition des étudiants allemands et, à partir de 1679, celle des étudiants parisiens. Cependant, ce n’est pas cette voie que nous suivrons ici, mais celle de la réflexion sur l’insertion pratique de l’université comme corps dans la ville et l’ordre urbain, au travers du prisme particulier du rapport aux pouvoirs locaux, lieu de saisie d’une participation institutionnelle et sociale3.

  • 4 Frijhoff W., « L’Université à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles). Réflexions sur son histoire (...)
  • 5 De ce fait, l’université participe à la ville, même si la logique institutionnelle universitaire d (...)
  • 6 Romano A. et Van Damme S., « Penser les savoirs au large (XVIe-XVIIIe siècles) », Revue d’Histoire (...)

2En effet, comme l’a démontré Wilhelm Frijhoff, l’aspect institutionnel, indispensable, ne suffit pas et doit être remis dans le cadre d’une pratique sociale qui passe notamment par le dialogue avec les autres corps, la municipalité en premier lieu4. L’université est présente aux différentes processions qui voient défiler la cité, aux services faits en l’honneur des dignités, elle est mentionnée dans tous les guides de voyage comme l’un des éléments à connaître de la ville. Cet article s’attachera ainsi à analyser les modalités de participation de l’université à la ville, à son fonctionnement et à son identité, au-delà de sa seule présence géographique et intellectuelle marquée par le renom des grands professeurs5. À partir du discours de l’université sur elle-même et de ces échanges, il s’agira de voir comment l’université, comme corps, contribue (ou non) à la construction d’un espace public et politique. Celui-ci est entendu de manière souple, comme lieu d’échanges intellectuels et politiques incarnés notamment par les formes de sociabilité6.

  • 7 Une grande partie des séries anciennes a été détruite à cette occasion, notamment ici la série D. (...)

3Pour ce faire, les sources universitaires, peu nombreuses du fait des destructions subies par les archives en 1940, s’enrichissent d’une mise en dialogue avec les délibérations municipales, les histoires de la ville et récits de voyage, les cahiers de doléances, les archives de sociétés savantes7. À travers ce croisement, se dessinent les contours de la place de l’université dans la ville entre témoignage d’un passé glorieux, corps privilégié qui s’intègre et s’affronte aux divers corporatismes urbains et acteur du débat public et culturel de la ville.

De « la fameuse université » à la curiosité locale

4Institutionnalisée au XIVe siècle, l’université fait partie de l’histoire de la ville dont elle constitue une marque de prestige et d’antiquité. Elle trouve ainsi sa place dans toutes les histoires d’Orléans des XVIIe et XVIIIe siècles, mais selon des modalités différentes et une évolution qui marque un lent effacement. Il en est de même dans la littérature de voyage (guides ou récits) qui lui laisse une place, mais axée sur l’anecdote et la curiosité. Ces littératures, aux nombreux réemplois, fournissent donc un premier discours sur l’université en ville, et notamment sur sa contribution à l’identité urbaine.

Le lent effacement de l’université dans les histoires de la ville

5Orléans a donné lieu à quatre histoires aux XVIIe et XVIIIe siècles. François Le Maire, conseiller au présidial, rédige une Histoire et antiquitez de la ville et duché d’Orléans (Orléans, Maria Paris, 1646) dans laquelle il consacre à l’université un volume entier et séparé de 108 pages, essentiellement centré sur sa fondation et ses premières années. Ce modèle est suivi l’année suivante par la publication de Symphorien Guyon, curé de Saint-Victor, d’Histoire de l’Église et diocèse, ville et université d’Orléans (Orléans, Maria Paris, 1647). Le titre place d’emblée l’université comme acteur à part entière de cette histoire, au même titre que le diocèse et la ville dans une triade significative. Ces deux titres du XVIIe siècle intègrent pleinement l’université à l’image de la ville, à égalité avec la municipalité, le duché et le corps ecclésiastique. Il n’en est plus de même au XVIIIe siècle. Il faut attendre 1736 pour enregistrer un nouveau texte, celui de Daniel Polluche, auteur d’une Description de la ville et des environs d’Orléans avec des remarques historiques (Orléans, François Rouzeau, 1736), reprise et augmentée en 1778 sous le titre d’Essais historiques sur Orléans ou Description topographique et critique de cette capitale (Orléans, Couret de Villeneuve, 1778). L’université a disparu du titre et apparaît à sa place dans une approche géographique de l’espace urbain, décrypté et commenté en bas de page par des notes sur l’histoire locale de chaque corps et bâtiment. Enfin, en 1766, le marquis de Luchet publie Histoire de l’Orleannois depuis l’an 703 de la fondation de Rome jusqu’à nos jours, dont seul le premier volume est paru, suivant un plan chronologique qui s’arrête à la mort de Jeanne d’Arc. L’université y est présente à la date de sa fondation.

  • 8 Guyon S., Histoire de l’Église et diocèse, ville et université d’Orléans, Orléans, Maria Paris, 16 (...)

6Malgré les différences relevées, ces présentations de l’université s’articulent autour de quelques thèmes communs. Le premier est son antiquité. Tous les auteurs rappellent l’ancienneté de la vie intellectuelle, marquée par les harangues en différentes langues au roi Gontran au VIe siècle. Cette activité est alors institutionnalisée par l’octroi de la bulle de Clément V en 1305 et consacrée par Philippe le Bel en 1312, afin de créer une faculté de Droit et de faire ainsi d’Orléans la troisième université française, après celles de Paris et Toulouse ; Toulouse sur le modèle de laquelle elle est explicitement fondée. Lemaire insiste sur le fait que les textes officiels ne viennent qu’entériner une dynamique déjà présente, puisque le nombre d’écoliers explose dès 1230, suite à la fermeture des écoles parisiennes pour cause de rixe avec les bourgeois, information reprise par Luchet un siècle plus tard. Guyon conclut qu’« il n’y en a aucune en l’Europe qui luy puisse disputer la prérogative d’antiquité ». Polluche se veut plus mesuré en affirmant que « c’est beaucoup hazarder que vouloir fixer les commencements de son Université » et avance un temps immémorial8. Quoi qu’il en soit, l’ancienneté de l’université fait partie intégrante de l’histoire d’Orléans. L’octroi des privilèges et statuts en 1305 et 1312 n’en est qu’une étape.

  • 9 Idem, p. 32.

7Corps ancien, l’université est aussi un corps privilégié, que ce soit par l’exemption d’impôt, la juridiction, le port d’armes. Néanmoins, les développements sur ce point s’attardent surtout sur la nation germanique, au travers de son organisation, de sa défense du port d’armes (réaffirmé en 1586) ou de la bibliothèque fondée par Gryphanius en 1567 selon Polluche9.

  • 10 Polluche D., Essais historiques sur Orléans ou Description topographique et critique de cette capi (...)
  • 11 En effet, « l’on ne la point veu ravaler de son Authorité, ny tomber en son declein et decours, pu (...)

8Enfin, toutes ces histoires éclairent la composition de l’université. Lemaire en fait l’historique en minimisant la coupure des guerres de religion. Si le nombre de docteurs-régents est tombé à quatre en 1566, il est ramené à six en 1626, avec le retour de la paix et suite à un appel au Parlement de candidats déboutés, en attendant le rétablissement des huit, lorsque le nombre d’écoliers l’exigera. En 1778, Polluche fait le bilan de l’évolution et précise seulement que l’université est « composée aujourd’hui d’un chancelier, de cinq docteurs-régents dont un de droit français qui donne leçons tous les jours et huit docteurs agrégés10 ». Ces développements numériques permettent également d’établir un panégyrique des professeurs qui assurent la renommée de l’établissement. Polluche en dresse une liste qui mêle noms contemporains et passés, témoignage du lustre maintenu de l’université. Un siècle plus tôt, Lemaire fait le même travail de légitimation en réduisant la fracture des guerres de religion par l’établissement d’une liste ininterrompue de sommités du Droit11.

  • 12 Dans une vision toute différente de celle proposée pour Édimbourg par les histoires de la ville. V (...)
  • 13 Pour un autre exemple : « en 1554 le nombre des Docteurs fut fixé à huit. Dans les troubles de Rel (...)
  • 14 Le Maire F., op. cit., p. 98-100. Il précise que « si les Docteurs à la semonce et advertissement (...)
  • 15 Marquis de Luchet, op. cit., p. 207-208.
  • 16 Idem, p. 212.

9Pour autant, ces présentations souvent élogieuses cachent une triple distance entre la ville et l’université12. La distance chronologique d’abord. L’essentiel relève du passé et d’un temps, sinon révolu, du moins ancien, ce que sanctionne Luchet par la citation reprise en ouverture de ce texte13. Cela n’est pas propre au XVIIIe siècle. Dès 1648, Lemaire est préoccupé et, s’il réaffirme que l’université « estoit la Royne et Maitresse des autres, […] un parfum de bonne odeur de vertus et sciences », il rappelle la ville et les Magistrats à leur devoir de maintenir ce lustre, y compris contre l’avis des docteurs régents afin « que l’honneur d’icelle, et de cette Noble Cité, puisse s’accroitre de jour en jour14 ». Cette affirmation vient d’un conseiller au présidial et atteste du maintien de l’importance de l’université dans la réputation de la ville. Pourtant, ressort également une certaine méfiance à l’égard du corps universitaire sur lequel le magistrat affirme le contrôle de l’autorité temporelle, engageant, selon l’arrêt de 1626, les Juges Magistrats conservateurs (le bailli et le prévôt notamment, liste à laquelle est parfois ajoutée la Municipalité), chargés de défendre les privilèges universitaires, à se pourvoir au Parlement si nécessaire. Ceci illustre une autre distance, institutionnelle et sociale. Elle est le plus fortement exprimée chez Luchet à l’égard des privilèges. En effet, « d’inutiles privileges qu’on leur a accordés, semblent en faire un corps de Citoyens à part [et] tendoient à troubler l’ordre civil15 ». Cette attaque s’appuie sur l’opposition des habitants à l’université en 1308, au moment de la confirmation de ses statuts, épisode également relaté par Lemaire. Dès lors, les privilèges constituent ici une frontière entre les deux entités, isolant les deux corps, ce qui entrave la fonction de l’université car « qu’a-t-on besoin de privilége, quand on ne veut faire que le bien16 ? ».

  • 17 Guyon S., op. cit., p. 471.
  • 18 Le Maire F., op. cit., p. 61 et Marquis de Luchet, op. cit., p. 207.

10Sa fonction intellectuelle est également remise en cause. Guyon rappelle avec émotion et emphase son passage universitaire par le portrait qu’il dresse de son ancien maître dont la « memoire vivra eternellement parmi les bons et parmi les doctes à raison de sa piété et de sa doctrine qui reluisent dans les excellents livres qu’il a mis en lumière », mais il est frappant de ne rien trouver sur l’enseignement ou sur l’autorité intellectuelle de l’université17. Seuls Lemaire et Luchet abordent ces thématiques, mais pour faire ressortir un décalage. Le premier plaide en faveur de l’introduction du droit français afin de permettre la formation des avocats et se place ainsi dans la lignée des cahiers de la noblesse en 1614. Le second va plus loin et stigmatise le fait qu’« on les entretient trop souvent de Rome, d’Athènes, de la Grece et trop peu de leur Patrie. L’histoire de leur pays est celle qu’ils ignorent18 ». L’université semble un corps à part, par ses privilèges certes, mais aussi par sa culture.

11Si elle fait partie intégrante de l’histoire de la ville, il s’agit davantage de l’université médiévale ou du corps institutionnel, non du lieu intellectuel. De ce fait, l’université est un acteur passif de l’histoire urbaine. Elle n’apparaît qu’au moment de sa fondation institutionnelle et par la conservation de ses privilèges, ce qui la rejette dans le passé. La seule intervention notable est celle relevée par Polluche qui indique que l’université a été consultée dans l’affaire du divorce d’Henri VIII. L’image est quelque peu différente dans les guides de voyages.

L’université d’Orléans, asile parfait des étrangers

  • 19 Pour une lecture des références orléanaises dans ces guides, Chantôme J.-B., Les Représentations d (...)
  • 20 Duval P., Description de la France et de ses provinces, Paris, J. Dupuis, 1663, p. 106 et Alquie F (...)

12La porosité est évidente entre les deux genres et de nombreux guides de voyages s’inspirent des histoires déjà étudiées ou se recopient entre eux19. Ils donnent de l’université une image adaptée à la finalité du voyage et au regard extérieur, réduite à deux aspects : l’ancienneté et le rôle de la nation germanique. Si Duval ne note qu’une « fameuse université » en 1663, Alquié est plus prolixe dans Les Délices de la France (1670) présentant comme avantage de la ville le fait d’avoir « une des plus celebres Universitez de France, fondée par le Roy Philippes le Bel l’an 1312 avec de tres beaux Privileges confirmez par le Pape Clément V en faveur des Allemans, des Normands, des Picards et des François, qui y sont en grand nombre. L’ordre est si beau dans cette école des Sciences, que c’est une merveille de le voir20 ». Tous les guides consultés suivent cette trame qui part des privilèges et des temps de la fondation (qui remontent à Gontran et à une origine romaine chez Coulon) et continue sur la nation germanique. Cette dernière est le passage obligé de la notice du guide de voyage, afin d’en faire ressortir l’attrait pour les étrangers, selon le modèle développé par Coulon en 1643 :

  • 21 Coulon L., L’Ulysse françois ou Le voyage de France, de Flandre et de Savoye, Paris, G. Clouzier, (...)

« L’Office de Procureur des Allemans ne dure que trois mois. Il a son Assesseur, son Greffier, et son Garde-seau [sic] : et la nation son Thresorier. On elit aussi huit conseillers des plus anciens, qui sont appellés pour les affaires d’importance. Il y a pareillement deux Bibliothecaires, qui sont obligés de se trouver tous les jours depuis une heure jusqu’à deux, excepté les festes dans la Bibliotheque, qui est belle et curieuse, pour donner les livres à ceux qui les demandent, en prenant asseurance de ceux qui veulent les emporter dans leur maison21. »

  • 22 Alquie F.S. d’, op. cit., p. 106.
  • 23 Bonnecase R.-A. de, sieur de Saint-Maurice, Le Guide fidelle des étrangers dans le voyage de Franc (...)

13Le rôle du procureur, des conseillers, des bibliothécaires avec leur horaire de présence et leur attention au prêt des livres se retrouvent dans tous les guides. Tout ceci fait d’Orléans l’asile parfait des étrangers et notamment des Allemands. Alquié ne s’étonne pas « s’il y a tant d’étrangers pour étudier dans cette Université ; puisqu’il y a de si belles commoditez pour devenir sçavant22 ». Or, l’université s’intègre ainsi au portrait général de la ville qui participe de cet accueil, que ce soit par les structures d’apprentissage (en danse, armes et langues) ou la douceur des habitants et de leur conversation et la qualité de la langue23.

  • 24 Saugrain C.-M., Nouveau voyage de France, géographique, historique et curieux, disposé par différe (...)
  • 25 Roche D., Humeurs vagabondes, Paris, Fayard, 2003, p. 111-114 et Chabaud G. et Cohen E. (éd.), Les (...)

14Par conséquent, l’université s’intègre bien au portrait de la ville, élément de prestige et de rayonnement. Pourtant, ce n’est plus le cas au XVIIIe siècle. Saugrain et Piganiol de la Force présentent en détail les contours de la ville, qu’il s’agisse de l’évêché, des institutions, de la cathédrale, du pont et des embellissements, des sièges et de la procession du 8 mai, du commerce et de la navigation, mais rien sur l’université24. Celle-ci ne fait plus partie des choses à connaître pour comprendre la ville et la visiter, image d’un décalage que nous avons également retrouvé dans les histoires d’Orléans. Ceci reflète la transformation du genre même des guides, mais résulte également d’une perte de prestige de l’université, remplacée comme fleuron culturel par la bibliothèque publique25. Au XVIIIe siècle, l’université, perçue de l’extérieur, semble en marge de l’identité urbaine.

L’université dans la géographie des pouvoirs : privilèges et préséances

  • 26 En effet, « Les positions occupées dans le cortège ont une fonction fondamentale de classement : e (...)

15Nous connaissons l’importance du classement dans la société d’Ancien Régime et la dimension performative des processions et luttes de préséance26. Pour autant, ces querelles et conflits obéissent à plusieurs règles : la revendication répond à des cadres et les conflits ne concernent que des corps proches, ils s’inscrivent dans une démonstration chronologique et géographique qui fournit l’argumentaire de la revendication et qui porte une conscience de soi construite sur la défense de son statut, ils reflètent une dynamique des pouvoirs. La logique est proche pour les privilèges, aspect complémentaire des préséances. Or, sur ces deux domaines, l’université est attaquée et doit défendre sa place et ses acquis. Par les points contestés, les argumentaires dressés et les modes d’action, l’université s’insère dans la géographie institutionnelle de la ville, dimension centrale d’une approche qui s’attache à deux choses : affirmer sa place et défendre le corps.

Affirmer sa place : les préséances

  • 27 Archives départementales du Loiret (AD45 pour la suite), Fonds Jarry, 2J565 (2Mi1695). L’affaire s (...)
  • 28 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi923, délibération du 26 février 1740, f°158v° et 2Mi9 (...)
  • 29 Idem, 2Mi923, délibération du 23 mars 1752, f°185.

16L’université se situe dans une double hiérarchie, à la fois laïque et ecclésiastique. Du côté laïc, elle occupe un rang moyen, derrière le Corps de ville et le Bailliage/Présidial, mais devant les Eaux et forêts, les Avocats, le collège des Médecins. Pourtant, cette place lui est régulièrement contestée par l’Élection, comme en témoigne en 1770 une passe d’armes où se mêlent rivalité individuelle et préséance de corps27. Le Sieur Jacquet, conseiller en l’Élection, prend le pas sur Guyot, un des docteurs-régents, à la cérémonie de l’Adoration de la croix du 13 avril et prétend « qu’il étoit sûr de son fait et qu’il étoit fondé sur plusieurs arrêts du conseil ». L’assemblée des docteurs-régents du 9 mai réaffirme au contraire la préséance de l’université et s’appuie notamment sur un arrêt du Grand Conseil qui confirme la préséance de l’université de Poitiers sur l’Élection de la ville. L’assemblée prévoit ainsi de se pourvoir au Parlement. En effet, l’affaire dépasse cette seule occasion, puisque les régents rappellent que lors du passage de la Dauphine, le maître de cérémonie a dû rappeler à l’Élection « d’attendre son tour ». En fait, la rivalité est séculaire et ce cas particulier n’est que l’image d’une lutte permanente. À chaque grande occasion (mort, entrée), le corps de ville invite, par billet et dans l’ordre, les différents corps. L’université précède l’Élection. Or, à l’occasion du service effectué pour la mort de l’intendant Beaussant en 1740, « la gauche étoit destinée pour Mrs les Trésoriers de France, l’Université et l’Élection et comme ces Mrs ne sont pas d’accord sur le rang et seance avec les autres corps », l’Élection décide de ne plus participer aux cérémonies publiques afin de ne pas compromettre ses droits, à l’exception notable du service pour la mort du duc d’Orléans en 175228. En marge du registre, le greffier note que « les officiers ont assisté au service29 ». Dans leur argumentaire de 1770, les régents rappellent cette entorse, mais précisent tout de suite qu’à cette occasion l’Élection n’a pu disposer que de banquettes et non de stalles comme eux. De ce fait, la situation est claire avec les corps laïcs et la position de l’université avérée. Il n’en est pas de même avec les corps ecclésiastiques.

  • 30 Bibliothèque municipale d’Orléans (BMO pour la suite), Ms976-1481, L’université d’Orléans aux obsè (...)
  • 31 Rideau G., « Ville et clergé dans la traditionnelle entrée des évêques d’Orléans (XVIIe-XVIIIe siè (...)

17L’opposant est alors le chapitre de Saint-Pierre-Empont, notamment lors des entrées et services funéraires des prélats. L’organisation des obsèques de Louis-Sextius de Jarente en 1788 permet de faire un bilan multiséculaire30. Le procès-verbal rappelle que l’université fait partie des corps ecclésiastiques « ainsi que la solemnellement declaré Philippe Auguste » et qu’« elle ne pouvoit avoir a cette ceremonie d’autre rang que de marcher immediatement et sur deux lignes devant le chapitre de l’Eglise cathedrale de maniere qu’elle ne fut primée par aucun autre corps ». L’argumentaire est alors historique et reprend toutes les entrées d’évêque31. Or, ce qui ressort de ce rappel est une négociation permanente. En 1646 (entrée de Nicolas de Netz), la contestation est telle que « l’université sous la reserve de tous ses droits […] se termina a marcher sur deux lignes paralleles entre ces deux compagnies elle ne prit cette determination que parce qu’il ne se trouvoit à la cerémonie aucune personne qui eut qualité pour statuer provisoirement sur le rang ». Pour prévenir cette contestation, elle obtient deux arrêts préventifs du Parlement en 1666 et 1707, confirmés par l’évêque le jour de la procession.

  • 32 Cet acte fait directement suite à l’entrée de 1734 du fait de l’absence de cérémonies entre 1734 e (...)

18Pourtant, en 1734, la contestation renaît et Saint-Pierre-Empont obtient un arrêt contradictoire qui autorise le chapitre à reprendre sa place. Dès lors, « l’université s’opposa a ces arrets, mais par respect pour les decisions provisoires de la cour et dans l’impossibilité ou elle se trouvoit de faire juger le fond, elle s’abstint de se presenter a la procession qui est d’usage en pareil cas et se contenta d’aller complimenter le nouvel evêque sous le jubé de l’église Saint Euverte ». La situation n’est donc pas figée et les droits sont contestés en permanence. Ceci motive une nouvelle politique symbolisée en 1788 par la rédaction du procès-verbal32. Les deux corps décident de négocier avant la procession et la solution retenue est révélatrice : chaque corps sur deux lignes parallèles. Cette temporisation trahit l’incertitude des revendications, bien loin du rapport avec l’Élection. Les choses vont même plus loin, puisque les deux adversaires s’associent par ce même document pour lutter contre les prétentions du chapitre de Saint-Aignan qui, jusque-là, n’assistait pas à ces cérémonies. La situation est alors difficile et le règlement à l’identique. Convoqués devant l’évêque, le recteur et les députés de Saint-Aignan s’accordent sur la solution suivante : « l’université marcheroit a droite sur une seule ligne interieure, a coté des chapitres de la cathédrale et de Saint-Pierre-Empont de maniere que M. le recteur précédé du bedeau general correspondroit a l’un des derniers chanoines de l’église cathédrale ». Un procès-verbal est dressé à l’issue de la procession afin de fixer les choses pour le futur. La position de l’université est donc sauve mais mobile, ce qui pose la question du statut ecclésiastique de ce corps.

  • 33 AD45, Bloch C. et Soyer J., Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, L (...)

19Ces exemples soulignent à la fois l’intérêt de l’université pour sa position institutionnelle et la complexité de cette dernière. L’université occupe un rang plus élevé dans la sphère ecclésiastique, mais moins assuré, plus ferme dans l’ordre laïc, mais moyen. Cette attention au rang est symbolisée en 1767. Une ordonnance du lieutenant général du bailliage établit la liste des corps autorisés à désigner un député pour élire les notables municipaux. L’université y est inscrite comme faculté de droit, ce qui est « la placer hors du rang qui lui est dû en sa qualité d’université suivant les titres de préséance et la possession33 ». Ceci nous amène vers le monde des privilèges.

Défendre le corps : les privilèges

20L’université est d’abord un corps privilégié, ce qu’elle réaffirme régulièrement. Pas moins de dix points font problème, du financement par les octrois urbains au port d’armes par les étudiants en passant par l’exemption fiscale, le droit à l’élection ou l’exemption des charges municipales. Ces nombreux conflits portent en creux une vision de la ville sur l’université et de sa place dans l’identité et la politique urbaines.

  • 34 AD45, 2J565, Arrest du conseil du 29 avril 1584 pour condamner le receveur des deniers communs de (...)

21Les liens institutionnels sont avant tout financiers. Par ordonnance du Conseil du 5 mai 1583, le roi donne à l’université 600 écus (1 800 livres) par an sur les deniers d’octroi pour l’entretien des docteurs-régents. Pourtant, régulièrement, le receveur des deniers communs de la ville est rappelé à ses obligations. Ainsi, en 1644, les docteurs-régents sollicitent un arrêt du Conseil d’État, puisqu’ils n’ont touché depuis 1640 que les trois-quarts ou la moitié de la somme, selon les années, ce qui motive la réimpression de l’arrêt de 158334.

  • 35 AD45, 2J565, Arrêt de la cour pour la réformation et rétablissement de l’université d’Orléans, Par (...)
  • 36 Julia D. et Revel J., op. cit., p. 107-140.

22Cette question financière est étroitement liée à celle du nombre de docteurs-régents. Se mêlent alors conflits d’institutions, arguments financiers et prestige de la ville. De 1626 à 1719, leur nombre a oscillé : six en 1626, quatre en 1628, six en 1670, quatre en 1706, cinq en 1719. Ces dates précises correspondent à des textes royaux ou parlementaires qui entérinent des changements. En 1626 et 1670, le passage à six est consécutif à l’appel devant le Parlement de candidats déboutés au moment de l’élection. Arguant du nombre de six docteurs-régents fixé par un arrêt de 1512, alors que quatre chaires sont réellement pourvues, ils obtiennent d’être nommés sur les chaires vacantes. Or, les pouvoirs urbains participent activement aux élections et à ces conflits. L’arrêt du parlement du 25 juin 1626 est symptomatique à ce titre35. Il est motivé par la condamnation de la thèse de Jean Jardin comme contraire à l’autorité royale. Les candidats déboutés réclament contre l’élection de ce dernier et sont rejoints par la ville et l’évêque notamment. L’argumentaire municipal sollicite deux choses. D’une part, le retour au nombre de huit docteurs-régents prévu par l’arrêt de 1512 contre quatre au moment des faits ; la ville est rejointe en cela par l’évêque. D’autre part, elle demande que les parties soient invitées aux disputes et thèses. Le présidial et le bailliage demandent même à avoir voix aux élections. Enfin, la ville réaffirme l’impossibilité de graduer un étudiant qui ne résiderait pas six mois dans cette université, moyen de dénoncer la libéralité de l’octroi des grades et d’accroître la résidence étudiante, en s’alignant sur les textes de lois en vigueur36.

23L’arrêt se prononce sur les deux premiers points et entérine le rôle des pouvoirs urbains. En effet, « concernant le nombre de 8 Docteurs Régens en lad. Université sera gardé et observé, quand l’affluence et multitude d’escholiers le requerra » ; d’ici là, le nombre passe à six et les places sont remplies par les trois appelants, « parce qu’ils ont eu les voix des Magistrats de la Ville ». Pourtant, si les pouvoirs peuvent être présents aux élections, ils n’ont que « voix excitative et honoraire seulement ».

  • 37 AD45, D17 (2Mi20), Déclaration du roi de juin 1628.
  • 38 AD45, 2J565, Arrest du Conseil d’Etat, 1643. L’institutaire est le professeur chargé de la leçon s (...)
  • 39 AD45, 2J565, Arrest de la cour de Parlement pour le nombre de six docteurs régents, Paris, 1670.

24La ville apparaît donc attachée à l’université et à son rayonnement, comme élément de la renommée urbaine, et nous en trouvons une trace en creux dans la justification de la réduction à quatre docteurs-régents obtenue par l’université deux ans plus tard37. La déclaration royale l’appuie sur le petit nombre d’écoliers « considérant que ce n’est pas le nombre mais la capacité qui peut rétablir son ancienne splendeur ». Cette dernière est donc bien, a contrario, le fondement des requêtes urbaines. De ce fait, la ville fait appel de cette décision et obtient un arrêt du Parlement du 7 septembre 1630. L’université recourt alors au Conseil d’État, dans un jeu d’institutions significatif, qui, en 1643, entérine la réduction. Cependant, cet arrêt est le fruit d’une transaction et la ville obtient en échange que les docteurs-régents soient astreints à une leçon par jour, deux par l’institutaire38. L’argumentaire urbain se fait alors plus précis et apparait clairement dans un arrêt du parlement du 26 août 1670 rendu à la suite de la contestation d’une élection par Charles Goullu. L’arrêt rappelle que les magistrats et la ville ont toujours réclamé contre la suppression de chaires, notamment pour des arguments financiers. En outre, ils ont donné leur voix au plaignant, comme le plus méritant, et plusieurs officiers de la ville ont indiqué que l’élection n’était pas exempte de brigues. De ce fait, le Parlement augmente le nombre de chaires pour lutter en particulier contre les abus de la distribution des licences « sans aucune épreuve suffisante ». Le nombre des régents passe alors à six, ce qui répond aux attentes de la ville39.

  • 40 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi914, délibération du 28 mai 1706.
  • 41 AD45, 2J565, Déclaration du roy servant de Reglement pour la faculté de droit de l’université d’Or (...)

25La réforme de 1679 et le rétablissement de l’enseignement du droit civil à Paris changent fondamentalement les choses. En 1706, le Corps de ville appuie une demande, émanant de l’université, de réduction du nombre de docteurs-régents de six à quatre et des docteurs agrégés de douze à huit, au motif du petit nombre d’étudiants, car « il est enfin de l’interest de la ville d’Orleans d’attacher à leurs professions des honnoraires proportionnez a leur travail, et dengager lors de la vacance de ces emplois des sujets dignes de les remplir40 ». La dignité des candidats remplace alors le nombre dans la recherche maintenue du prestige. Le roi répond à cette demande par la déclaration de 1707, afin de « diminuer le nombre des Professeurs et d’obliger l’un d’eux à faire la leçon des Instituts41 ». Une chaire de droit civil est ainsi transformée en chaire de droit français. L’institutaire est supprimé, ses cours étant assurés par le dernier régent recruté. Enfin, les agrégés sont ramenés à huit. En 1719, la réduction s’applique aux régents qui passent de six à cinq, mais la demande de la ville n’est toujours pas exaucée.

  • 42 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi 924, délibération du 19 mars 1772, f°27r°. La ville (...)
  • 43 Pour un autre exemple de relation entre ville et université sur ce plan, Frova C., « Université et (...)
  • 44 AD45, 2J565, Copie de registre de délibération du 17 juin 1740.

26Dès lors, la politique urbaine s’est adaptée aux variations des effectifs afin de se concentrer sur la dignité qu’incarne un Pothier à qui la ville rend hommage par un service religieux, seule mention de ce type dans les registres municipaux42. La ville participe toujours aux élections, alors que les conservateurs en sont absents à partir de 1680. En 1740, seuls les échevins et le lieutenant particulier au bailliage sont présents43. Ils votent dans le même sens, pour Pierre Guyot, caractérisé par sa pénétration, sa facilité à développer le sens des lois, sa grâce et sa vivacité44. Pourtant, les régents le placent en deuxième au profit du candidat classé n ° 2 par la ville ; image de l’importance et des limites de l’intervention municipale. Au XVIIIe siècle, les relations semblent pacifiées. Nous ne trouvons rien sur les octrois ou sur la question du nombre de docteurs-régents.

  • 45 AD45, 2J566, mémoire du 22 avril 1775.
  • 46 Rideau G., « La définition d’une frontière politique : clergé et municipalité à Orléans au XVIIIe (...)
  • 47 AD45, D17 (2Mi20).

27La querelle réapparaît en 1775 mais sur un autre registre. L’université se plaint à l’intendant que la ville ait fait tirer deux étudiants à la milice, au motif qu’ils ont interrompu leurs études. Or, s’ils ont bien mis une distance entre la fin de leur philosophie et leur droit, il s’agit de « un tems suffisant pour deliberer sur l’état qu’ils veulent embrasser45 ». Ils peuvent donc bénéficier du privilège universitaire. À cette occasion, l’université se fait le parangon de la promotion sociale et taxe la ville de conservatisme, puisque la motivation municipale serait en effet d’exclure « les jeunes gens qui ont des dispositions pour la science du Droit, et de les obliger a se conformer dans l’etat d’artisan que leur pere professoit ». Cette querelle réactive la question du privilège fiscal, mais s’intègre en fait dans une offensive plus vaste pour l’imposition des corps ecclésiastiques46. Sur ce plan, les privilèges de l’université sont affirmés et solides. Les lettres patentes d’avril 1633 confirment l’exemption de taille, d’aide, de gabelle, d’emprunt, et du guet et garde de la ville sauf en cas de péril imminent47. Ils sont renouvelés en 1634, puisque l’édit portant règlement précise, en son article 24, que l’exemption est maintenue pour les régents des universités. Le privilège passe donc du corps aux individus, et est constamment attaqué jusqu’en 1670. Les réaffirmations s’estompent par la suite, image d’un droit acquis.

  • 48 AD45, 2J566, Lettre de Joly de Fleury au procureur général, 6 août 1718. Sur ce point, voir Charti (...)
  • 49 BMO, Ms964-93, Copie d’une déclaration du roy portant reglement pour l’université d’Orléans et les (...)
  • 50 BMO, Ms964-90, Réponse de l’université à un mémoire sur les abus.

28Il n’en est pas de même pour le port d’armes, privilège de la nation germanique. Malgré l’édit de 1684 qui interdit le port de l’épée aux étudiants qui « causent des desordres considerables », la pratique continue48. Néanmoins, en 1718, le pouvoir royal décide de revivifier l’interdiction. L’ordre est suivi d’effet puisque l’année suivante Jacques Leconte de la Martellerye et Guillaume Druillon sont déchus de leur année d’étude et condamnés à 50 livres d’amende par le bailliage. Pourtant, en 1722, une déclaration du roi réaffirme en son article 5 « interdiction à tout immatriculé de porter l’épée à peine de nullité d’un trimestre49 ». La pratique s’est sans doute maintenue jusqu’à la Révolution, au nom des privilèges des étudiants et de l’université. Par une réponse à un mémoire de 1704, les régents se déchargent en effet de ce problème en précisant qu’« ils ne peuvent les empescher den porter hors lechole cella regarde les magistrats50 ». La défense est molle et rejette le règlement dans le domaine de l’ordre urbain, non de la discipline du corps.

  • 51 AD45, 2J565, Mémoire pour l’université envoyé au duc de Breteuil le 29 mars 1766.
  • 52 AD45, 2Mi 919, Ordonnance du lieutenant général d’Orléans pour l’élection au corps municipal du 18 (...)

29Elle est beaucoup plus ferme pour l’exemption des charges publiques, qu’il s’agisse d’être marguillier ou de participer aux assemblées urbaines comme notables. En application de la réforme l’Averdy, une refonte du corps de ville est envisagée par le conseil du duc d’Orléans, qui prévoit la présence d’un député de l’université à l’assemblée des notables. De ce fait, les régents sont exposés à être élus aux offices municipaux51. Ils rédigent alors un mémoire pour dénoncer l’infraction à leurs privilèges, étant exemptés de toute charge publique, comme l’indique un arrêt du parlement de 1637 à l’égard de la charge de marguillier. Selon ce document, il est en effet nécessaire de ne pas les distraire de leur fonction. Enfin, l’université n’est pas prévue dans la liste des corps fixée par l’édit de mai 1765. Pourtant, l’argumentaire est précaire et le mémoire se termine par une requête qui sonne comme une résignation « si Mgr le duc d’Orléans estimoit qu’il fut a propos pour le bien public quelle fut comprise au nombre des corps […] l’Université se conformerait aux intentions du prince ». Elle est déchargée de cette obligation et, si l’ordonnance du lieutenant général de 1767 compte encore la « faculté de Droit », elle disparaît dans les versions suivantes. De même, l’état des députés comprend bien une ligne « Université » mais le nom de l’élu reste « néant52 ».

  • 53 Ce terme est repris de Gilli P., Les Universités et la ville, op. cit., p. 2.

30Cette situation confirme l’importance toujours réelle de l’université qui parvient à s’extraire d’une charge et à défendre ses privilèges, malgré un argumentaire juridique pour le moins peu solide, mais en même temps, elle la place à l’écart de la gestion urbaine, ce qui entrave l’éventuelle action publique de l’université comme corps et contribue à la faire apparaître comme « enkystée53 ».

L’université d’Orléans fait-elle partie de l’espace public urbain ?

  • 54 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi 924, fos14 et 15.
  • 55 AD45, 2J1830, Note historique ou Journal d’un supérieur de la maison d’Orléans de l’Oratoire.

31À l’exception de la défense de ses privilèges et préséances, l’université n’intervient que peu dans les débats publics. La seule mention d’importance a trait à la refondation du collège après le départ des Jésuites. Conformément à l’arrêt du Parlement, l’université, le corps de ville et le Bailliage ont rédigé des mémoires afin de proposer une solution54. L’université, comme la ville, propose la reprise par les Bénédictins. Des débats s’engagent ensuite sur la place de l’Oratoire, défendu par certains membres du corps de ville, mais l’université n’y participe pas55. La convocation des États-Généraux la place au contraire dans le débat public, à la fois comme acteur et objet, par l’intermédiaire de la rédaction des cahiers qui offrent la mesure d’un discours politique.

Le discours politique de l’université

  • 56 Cahiers de doléances de la région Centre. Loiret, Tours, Denis Jeanson, 1989, tome 2, p. 478sq.

32Rédigé par les régents et agrégés, le cahier de l’université comprend 67 articles répartis selon un plan somme toute classique : l’établissement d’un ordre fixe dans l’administration, les moyens pour liquider les dettes de l’État, le tableau des abus à réformer classés par ordre56.

  • 57 Shapiro G. et Markoff J., Revolutionary demands. A content analysis of the cahiers de doléances of (...)

33Le cahier n’est pas révolutionnaire, si l’on suit les estimations générales établies par John Markoffet Gilbert Shapiro57. Quatre points portent une volonté de réforme significative. D’abord, la fiscalité qui doit être soumise à l’accord de la nation, incarnée par les États-Généraux, et appliquée sans privilège aux trois ordres. Ensuite les institutions, puisque, outre la périodicité des États, sont réclamés le vote par tête et la création d’États provinciaux destinés à répartir les impôts et assurer l’administration à l’échelle provinciale. Le discours est plus fourni dans le domaine législatif où le droit naturel et la liberté individuelle sont affirmés comme limites au pouvoir souverain (rappelé) du roi. Surtout, les lois doivent recevoir l’aval des États alors que les cours supérieures ne doivent plus intervenir dans leur établissement, si ce n’est par de « respectueuses remontrances ». Enfin, transparaît une dimension antinobiliaire, déjà présente dans la fiscalité. Sont demandées la suppression de la noblesse transmissible par les offices et l’ouverture de l’armée à tous selon le mérite.

  • 58 Pour une comparaison plus large, Rideau G., « De l’impôt à la sécularisation : reconstruire l’Égli (...)
  • 59 Tackett T., La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, Cerf, 1986.

34Ces doléances se situent dans la mouvance réformiste largement partagée à Orléans58. Les Instructions du duc d’Orléans reprennent ces quatre points, mais y ajoutent la liberté de la presse, le divorce et la fixation des lois par une constitution. De même, la réforme fiscale est plébiscitée par tous les corps dans des termes proches, avec l’égalité et le consentement des États. Il en est de même sur le plan politique. La périodicité, le vote par tête, la création d’États provinciaux forment un corpus commun, avec quelques nuances, comme le rythme de retour des États. Académie, Habitants libres et Ville rappellent le nécessaire respect de la liberté et de la sûreté individuelles. Enfin, tous s’accordent sur la réforme et la gratuité de la justice. Réformateur, le cahier de l’université s’inscrit donc dans un discours partagé. Il se particularise au contraire par ses doléances conservatrices, pour reprendre le vocabulaire établi par Timothy Tackett pour les doléances religieuses59.

35Les grands principes monarchiques sont réaffirmés en préambule. Si l’université est rejointe par la ville et les avocats sur le rappel de la loi salique, elle est par contre la seule à défendre la soumission de la monarchie à l’autorité romaine. Ceci est renforcé dans le chapitre clérical et religieux, puisque sont réaffirmés le caractère catholique, apostolique et romain de la monarchie et l’interdiction de diffusion du protestantisme. Si l’on y ajoute l’absence de liberté de la presse, nous retrouvons trois des quatre marqueurs de conservatisme définis par T. Tackett. Ce chapitre atteste d’une réelle réflexion du corps universitaire sur le clergé, fruit de sa double appartenance. Il prône ainsi un retour au concile de Trente par l’obligation de résidence des évêques, curés et abbés commendataires, la suppression des communautés de moins de dix membres, autant d’éléments présents en partie dans les cahiers de la ville et des avocats, mais absents des autres.

  • 60 Selon J.-E. Bimbenet, la grande proximité de ces deux cahiers s’explique par l’action de Robert de (...)
  • 61 Cahiers de doléances, op. cit., tome II, p. 421-424.

36Le ton conservateur se retrouve dans le domaine de l’éducation. L’enseignement élémentaire doit être assuré par les Doctrinaires et des sœurs consacrées, alors que le collège doit être donné à deux ordres réguliers sur l’ensemble du royaume, afin de créer entre eux une émulation. L’université est ainsi fidèle au texte de 1762, alors qu’Orléans connaît un fort développement de l’enseignement laïc et technique. La définition d’un enseignement régulier au niveau du collège est partagée par la ville, la Milice et les avocats, mais seuls ces derniers rejoignent l’université en ce qui concerne l’enseignement élémentaire60. Surtout, une doléance rejette le cahier dans le conservatisme : le maintien des lettres de cachet afin de défendre l’honneur des familles. L’affirmation de la liberté individuelle est ainsi nuancée dans la pratique, même si les lettres de cachet ne doivent plus désormais être délivrées par un seul, mais par un conseil. Au contraire, Académie, ville et Milice en demandent la suppression, précisément au nom de la liberté individuelle. L’Académie semble même répondre à l’université, car si « cet article semble être contredit par la nécessité de conserver souvent l’honneur des familles ; […] cet avantage ne peut balancer les abus qui naissent des ordres arbitraires des ministres61 ».

37Ce cahier est donc hétérogène, voire contradictoire. Cela ne saurait surprendre si l’on ne le lit pas à l’aune de ce qui suit. Les revendications fiscales et judiciaires ne s’opposent pas au maintien d’un cadre ecclésiastique par exemple. Plus intéressante est la comparaison avec les autres corps urbains : Académie, Habitants libres, ville, avocats, Milice. La tutelle pontificale et les lettres de cachet sont une particularité, mais à ces exceptions près, le cahier participe d’un état d’esprit partagé conjoignant la demande de réformes réelles et le maintien de cadres sociaux et culturels.

  • 62 Idem, tome II, p. 424-445 (cahier des avocats) et tome III, p. 69-95 (cahier de la Ville).

38Ce ton partagé ressort des mentions de réforme de l’université proposée par les cahiers des autres corps. Le collège de l’ordre des avocats « s’en rapporte à cet égard aux vœux que développeront dans leur cahier les jurisconsultes qui composent l’Université de cette ville », tout comme la ville qui s’en remet aux « plans et mémoires qui seront présentés par les universités du royaume (et notamment d’après celui de l’université d’Orléans qui sera joint au présent cahier)62 ». Ceci confirme l’amélioration des relations entre ville et université au cours du siècle. Seuls de tous les groupes urbains, les Habitants libres affirment explicitement quelques principes : une instruction gratuite, ce qui suppose une amélioration de la situation financière des professeurs, l’obligation des professeurs et étudiants de participer à des leçons quotidiennes et publiques de deux heures, l’octroi des degrés aux seuls candidats laborieux et instruits, la fin des dispenses pour les officiers de judicature.

39Nous retrouvons ici tous les défauts reprochés à l’université, témoignage qu’elle fait toujours partie du paysage urbain, mais qu’elle nécessite une profonde relecture comme l’ont montré les Histoires. Ceci est confirmé par le fait qu’on lui laisse le soin de se réformer, preuve de confiance, mais aussi de distance. Sa finalité sociale est en tout cas réaffirmée.

Université et espace culturel : marginalité et trames individuelles

  • 63 Charles Cuissard, La Bibliothèque d’Orléans : son origine, sa formation, son développement, Orléan (...)

40Comme toutes les villes de province, Orléans connaît au XVIIIe siècle une mutation importante de la vie culturelle, traduite en termes institutionnels par la création de sociétés savantes, l’ouverture de bibliothèques publiques et la création de lieux d’enseignement technique. Ceci complexifie le paysage culturel local et pose la question de la place de l’université dans cet espace en construction. Les universitaires sont en effet des acteurs importants de ce mouvement, rôle symbolisé par la création de la bibliothèque publique chez les Bénédictins de Bonne-Nouvelle, suite au legs de la bibliothèque personnelle du docteur-régent Prousteau, à la condition d’une ouverture au public63. Lieu d’échange entre érudits locaux, elle naît en quelque sorte de la dynamique universitaire, mais par l’action individuelle, non par une décision du corps universitaire. Cela résume en fait les relations entre université et espace culturel.

  • 64 Relevé établi grâce aux listes de Charles Fauchon dans les Mémoires de la société d’Agriculture, S (...)

41Les sociétés savantes accueillent en leur sein de nombreux docteurs, régents ou agrégés : trois à la Société littéraire de la rue des Huguenots (1725), cinq à la Société épiscopale (1741), un à la Société royale d’Agriculture (1762) et un à l’Académie royale des Sciences (1781)64. Certains y jouent même un rôle prépondérant. Antoine Breton de Montramier est membre fondateur et directeur de la Société épiscopale, au sein de laquelle il rédige des éléments sur l’histoire d’Orléans publiés dans le Mercure de France en 1753. Ceci atteste de liens réels entre universitaires et sociabilités culturelles. Pourtant, ils semblent fragiles. Les appartenances sont beaucoup plus faibles dans les deux sociétés de la fin du siècle, image d’un recul des universitaires au profit d’autres groupes. De plus, ils n’apparaissent pas alors comme les membres les plus actifs. Les années 1750 marquent bien une césure à ce niveau. L’absence de Pothier la renforce. Il n’appartient à aucune société, image que le lien est bien individuel et non institutionnel.

  • 65 BMO, Ms 964-90, Copie d’une lettre de M. d’Aguesseau procureur général à M. le lieutenant général (...)
  • 66 Affiches de l’Orléanais du 6 mars 1772.

42Les Affiches de l’Orléanais le sanctionnent. Elles ne mentionnent guère l’université alors qu’elles annoncent les discours inauguraux et remises de prix du collège et de l’école de chirurgie, cérémonies publiques. L’absence de cours publics se fait ici sentir. Un fait incident confirme ce retrait relatif de l’espace public. Selon une lettre de d’Aguesseau au lieutenant général d’Orléans du 3 juin 1704, l’université est accusée de négliger les trois discours publics par incapacité ou désintérêt « et le public est frustré de son attente65 ». En effet, « l’usage contraire est absolument abusif et non seulement au publicq a qui ses alternatives sont toujours plus agreables mais pernicieux aux proffesseurs mesmes qui laissent ainsy rouiller leurs talens sy ils en ont quelques uns de parler au publicq aulieu de l’exercer successivement les uns apres les autres pour leur honneur propre et celluy de luniversité en une sy belle occasion ». Seule la mort de Pothier rompt ce silence des Affiches par un éloge du grand jurisconsulte qui insiste sur son rôle de conseil juridique et de soutien pour ses clients, d’enseignant et d’auteur66. Dans cette nécrologie, l’université n’apparaît pas, seulement le grand homme. Ce cas est symptomatique de la relation entre université et espace culturel. Le corps universitaire est à la marge. Par contre, les universitaires en sont partie prenante et font ainsi participer la culture universitaire à la mutation sociale et intellectuelle du siècle. Leur action comme juristes et conseillers juridiques est un autre vecteur de cette participation sociale, que l’on ne peut développer dans le cadre de cette communication.

*

  • 67 Fonction importante dans la justification du maintien ou de la création d’une université, comme le (...)

43L’université fait bien partie du paysage urbain et de la société institutionnelle. Cependant, les points de rencontre restent rares et faibles et se concentrent sur les questions de préséances et la défense des privilèges. Il semble que la dimension institutionnelle l’emporte sur la dimension intellectuelle. À ce titre, l’Académie et le collège, organisateurs de cours publics et de conférences, sont d’un autre poids. Dès lors, l’action des universitaires reste individuelle, qu’il s’agisse de la fondation de la bibliothèque publique par Prousteau ou de l’action de Pothier. Sans parler de monde fermé, il semble bien que l’université soit un monde étranger pour une part de la population, un concurrent dans la géographie institutionnelle, un élément de prestige pour certains qui vaut davantage par son passé que par son rôle social. Pourtant, sa place dans la formation ecclésiastique s’affirme et elle devient le passage obligé de nombreux clercs, image d’une reconversion et d’une fonction sociale maintenue dans la formation des élites locales67.

Notes

1 Marquis de Luchet, Histoire de l’Orléannois depuis l’an 703 de la fondation de Rome jusqu’à nos jours, Amsterdam, 1766, p. 214.

2 Bimbenet J.-E., Histoire de l’université des lois d’Orléans, Paris, Dumoulin, 1853 et Sourioux J.-L., « L’Université d’Orléans au XVIIIe siècle et sa suppression en 1793 », Pertué M. (éd.), L’Université d’Orléans, 1306-2006, Orléans, Presses universitaires d’Orléans, 2006, p. 83-90. Sur la délivrance des grades, Julia D. et Revel J., « Les étudiants et leurs études dans la France moderne », Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1989, tome 2, p. 112-113.

3 Nous nous concentrerons ainsi sur le corps professoral des docteurs, régents et agrégés.

4 Frijhoff W., « L’Université à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles). Réflexions sur son histoire et sur la façon de l’écrire », Les Universités en Europe du XIIIe siècle à nos jours, Paris, PUPS, 2005, p. 157-178.

5 De ce fait, l’université participe à la ville, même si la logique institutionnelle universitaire dépasse par essence l’échelle urbaine, Gilli P., Verger J. et Le Blévec D. (éd.), Les Universités et la ville au Moyen-Âge. Cohabitation et tension, Leyde, Brill, 2007.

6 Romano A. et Van Damme S., « Penser les savoirs au large (XVIe-XVIIIe siècles) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 55-2, avr-juin 2008, p. 7-18.

7 Une grande partie des séries anciennes a été détruite à cette occasion, notamment ici la série D. Ne restent que quelques épaves de documents officiels, listes d’étudiants mais aucun registre de délibération.

8 Guyon S., Histoire de l’Église et diocèse, ville et université d’Orléans, Orléans, Maria Paris, 1647, p. 79 et Polluche D., Description de la ville et des environs d’Orléans avec des remarques historiques, Orléans, François Rouzeau, 1736, p. 32.

9 Idem, p. 32.

10 Polluche D., Essais historiques sur Orléans ou Description topographique et critique de cette capitale, Orléans, Couret de Villeneuve, 1778, p. 11.

11 En effet, « l’on ne la point veu ravaler de son Authorité, ny tomber en son declein et decours, puisque en 1620 nous avions Messieurs Lhuillier, Chartier, Fournier et Legrand », François Le Maire, Histoire et antiquitez de la ville et duché d’Orléans, Orléans, Maria Paris, 1646, p. 69.

12 Dans une vision toute différente de celle proposée pour Édimbourg par les histoires de la ville. Van Damme S., « La Gandeur d’Édimbourg. Savoirs et mobilisation identitaire au XVIIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 55-2, avr-juin 2008, p. 152-181.

13 Pour un autre exemple : « en 1554 le nombre des Docteurs fut fixé à huit. Dans les troubles de Religion, survenus quelques années après, les Hérétiques chasserent les Régens, et depuis jamais elle n’a repris son premier éclat ». Marquis de Luchet, op. cit., p 212.

14 Le Maire F., op. cit., p. 98-100. Il précise que « si les Docteurs à la semonce et advertissement qui leur sera fait, mesprisent dy donner ordre ; que les Maire et Eschevins se doivent addresser pardevant les Juges Magistrats Conservateurs ; et s’ils mesprisent leur jugement, se pourvoir au Parlement, ou sera rendu la Justice et pesé le bien et le mal, au poids de la raison et équité, ce sont les termes dudit Arrest ».

15 Marquis de Luchet, op. cit., p. 207-208.

16 Idem, p. 212.

17 Guyon S., op. cit., p. 471.

18 Le Maire F., op. cit., p. 61 et Marquis de Luchet, op. cit., p. 207.

19 Pour une lecture des références orléanaises dans ces guides, Chantôme J.-B., Les Représentations d’Orléans : de la cité médiévale à la ville des Lumières, Mémoire de Master, université d’Orléans, 2008.

20 Duval P., Description de la France et de ses provinces, Paris, J. Dupuis, 1663, p. 106 et Alquie F.S. d’, Les Délices de la France, avec une description des provinces et des villes du royaume, tome II, Paris, G. de Luyne, 1670, p. 105.

21 Coulon L., L’Ulysse françois ou Le voyage de France, de Flandre et de Savoye, Paris, G. Clouzier, 1643, p. 365. Cette présentation est reprise mot pour mot par Varennes C. de, Le Voyage de France, dressé pour la commodité des François et des estrangers, Paris, N. Le Gras, 1687.

22 Alquie F.S. d’, op. cit., p. 106.

23 Bonnecase R.-A. de, sieur de Saint-Maurice, Le Guide fidelle des étrangers dans le voyage de France, Paris, E. Loyson, 1672, p. 74 et C. de Varennes, op. cit., p. 67.

24 Saugrain C.-M., Nouveau voyage de France, géographique, historique et curieux, disposé par différentes routes, Paris, Saugrain l’Ainé, 1720, p. 211 sq et Piganiol de la Force J.-A., Nouveau voyage de France, Paris, T. Le Gras, 1740, tome 1, p. 6 sq.

25 Roche D., Humeurs vagabondes, Paris, Fayard, 2003, p. 111-114 et Chabaud G. et Cohen E. (éd.), Les Guides imprimés de voyage du XVIe au XXe siècle, Paris, Belin, 2000.

26 En effet, « Les positions occupées dans le cortège ont une fonction fondamentale de classement : elles serviront de précédent » Jouhaud C., « Imprimer l’événement. La Rochelle à Paris », Chartier R. (dir.), Les Usages de l’imprimé, Paris, Fayard, 1987, p. 391 ; Cosandey F. (éd.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, EHESS, 2005 et Chabaud G. (éd.), Classement, déclassement, reclassement, Limoges, PULIM, 2011.

27 Archives départementales du Loiret (AD45 pour la suite), Fonds Jarry, 2J565 (2Mi1695). L’affaire se termine par une visite du président de l’Élection qui reconnaît la préséance et met ainsi un terme à l’action judiciaire.

28 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi923, délibération du 26 février 1740, f°158v° et 2Mi924, délibération du 21 décembre 1757, f°9v°.

29 Idem, 2Mi923, délibération du 23 mars 1752, f°185.

30 Bibliothèque municipale d’Orléans (BMO pour la suite), Ms976-1481, L’université d’Orléans aux obsèques de M. de Jarente, évêque d’Orléans, 4 juin 1788. Copie d’un acte notarié.

31 Rideau G., « Ville et clergé dans la traditionnelle entrée des évêques d’Orléans (XVIIe-XVIIIe siècles) », Dauphin N., Guilhembet J.-P., Michaud-Fréjaville F. (dir.), Entrer en ville, actes du colloque d’Orléans (26-27 octobre 2001), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 245-266. Pour un autre exemple, Gomis S., « Les Entrées solennelles des évêques dans la France des 17e et 18e siècles », Dompnier B. (dir.), Les Cérémonies extraordinaires du catholicisme baroque, Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2009, p. 509-524.

32 Cet acte fait directement suite à l’entrée de 1734 du fait de l’absence de cérémonies entre 1734 et 1788 comme le confirme le procès-verbal.

33 AD45, Bloch C. et Soyer J., Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790, Loiret, série D, D62, copie d’extraits de registres de délibérations, f°65, 28 mars 1767.

34 AD45, 2J565, Arrest du conseil du 29 avril 1584 pour condamner le receveur des deniers communs de la ville, Orléans, Hotot, 1646.

35 AD45, 2J565, Arrêt de la cour pour la réformation et rétablissement de l’université d’Orléans, Paris, Pierre Durand, 1626. Pour un résumé et un commentaire, Bimbenet J.-E., op. cit., p. 247-255.

36 Julia D. et Revel J., op. cit., p. 107-140.

37 AD45, D17 (2Mi20), Déclaration du roi de juin 1628.

38 AD45, 2J565, Arrest du Conseil d’Etat, 1643. L’institutaire est le professeur chargé de la leçon sur les Institutes ; il s’agit d’un agrégé jusqu’en 1707 et du plus jeune des docteurs-régents après cette date.

39 AD45, 2J565, Arrest de la cour de Parlement pour le nombre de six docteurs régents, Paris, 1670.

40 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi914, délibération du 28 mai 1706.

41 AD45, 2J565, Déclaration du roy servant de Reglement pour la faculté de droit de l’université d’Orléans, 18 août 1707.

42 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi 924, délibération du 19 mars 1772, f°27r°. La ville veut rendre hommage à ce « conseiller au Présidial, docteur régent et professeur de Droit français en l’université de cette ville connu par toute la France par ses ouvrages et ses lumières, recommandable en cette ville par les services qu’il a rendus aux citoyens de tous les ordres ».

43 Pour un autre exemple de relation entre ville et université sur ce plan, Frova C., « Université et pouvoirs urbains dans une ville communale : Pérouse », Gilli P., Verger J. et Le Blevec D., op. cit., p. 205-216.

44 AD45, 2J565, Copie de registre de délibération du 17 juin 1740.

45 AD45, 2J566, mémoire du 22 avril 1775.

46 Rideau G., « La définition d’une frontière politique : clergé et municipalité à Orléans au XVIIIe siècle », Parlement(s), H.S. no 6, 2010, p. 60-75. Cet exemple illustre également le rôle de l’université (et sans doute les débats qu’il suscite) dans la formation des élites locales.

47 AD45, D17 (2Mi20).

48 AD45, 2J566, Lettre de Joly de Fleury au procureur général, 6 août 1718. Sur ce point, voir Chartier R., Compère M.-M. et Julia D., L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1976, p. 283 et Bimbenet J.-E., op. cit., p. 101-104.

49 BMO, Ms964-93, Copie d’une déclaration du roy portant reglement pour l’université d’Orléans et les universités du ressort de Paris, 1722.

50 BMO, Ms964-90, Réponse de l’université à un mémoire sur les abus.

51 AD45, 2J565, Mémoire pour l’université envoyé au duc de Breteuil le 29 mars 1766.

52 AD45, 2Mi 919, Ordonnance du lieutenant général d’Orléans pour l’élection au corps municipal du 18 mars 1767.

53 Ce terme est repris de Gilli P., Les Universités et la ville, op. cit., p. 2.

54 AD45, Délibérations communales d’Orléans, 2Mi 924, fos14 et 15.

55 AD45, 2J1830, Note historique ou Journal d’un supérieur de la maison d’Orléans de l’Oratoire.

56 Cahiers de doléances de la région Centre. Loiret, Tours, Denis Jeanson, 1989, tome 2, p. 478sq.

57 Shapiro G. et Markoff J., Revolutionary demands. A content analysis of the cahiers de doléances of 1789, Stanford, Stanford UP, 1998.

58 Pour une comparaison plus large, Rideau G., « De l’impôt à la sécularisation : reconstruire l’Église. Les doléances religieuses dans les cahiers de doléances du bailliage d’Orléans (1789) », Annales Historiques de la Révolution française, no 345, juillet-septembre 2006, p. 3-29.

59 Tackett T., La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Paris, Cerf, 1986.

60 Selon J.-E. Bimbenet, la grande proximité de ces deux cahiers s’explique par l’action de Robert de Massy, docteur-régent et avocat. op. cit., p. 393-397.

61 Cahiers de doléances, op. cit., tome II, p. 421-424.

62 Idem, tome II, p. 424-445 (cahier des avocats) et tome III, p. 69-95 (cahier de la Ville).

63 Charles Cuissard, La Bibliothèque d’Orléans : son origine, sa formation, son développement, Orléans, Herluison, 1894.

64 Relevé établi grâce aux listes de Charles Fauchon dans les Mémoires de la société d’Agriculture, Sciences, Belles-Lettres et Arts d’Orléans en 1923 (p. 30-89), 1924 (p. 3sq), 1926 (p. 1-127), 1927 (p. 1-168).

65 BMO, Ms 964-90, Copie d’une lettre de M. d’Aguesseau procureur général à M. le lieutenant général d’Orléans 3 juin 1704.

66 Affiches de l’Orléanais du 6 mars 1772.

67 Fonction importante dans la justification du maintien ou de la création d’une université, comme le montre la contribution de Boris Noguès dans le présent volume.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search