Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Première partie. Réseaux urbains et universitaires entre concurrences et divergences

Perdre ou gagner une université. Les enjeux locaux de la géographie universitaire française

Boris Noguès

Texte intégral

  • 1 Voir Julia D., Revel J., Chartier R., Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoi (...)

1La géographie universitaire française de l’époque moderne paraît remarquablement stable. Passé la grande période de fondations de la fin du Moyen Âge, qui porte le nombre d’universités à dix-sept vers 1500, on ne compte en effet jusqu’à la fin de l’Ancien Régime que quatre créations effectives dans les frontières du royaume, et cinq disparitions ou transferts dans une autre ville (voir le tableau donné en annexe). Cette apparente stabilité est évidemment trompeuse, car il ne suffit pas de comparer des points sur des cartes pour appréhender la géographie universitaire : les grandes études sur les populations étudiantes l’ont montré, la fréquentation de chaque faculté connaît de fortes variations dans le temps et le seul mouvement de créations ou de fermetures institutionnelles ne peut en rendre compte1. Mais les changements institutionnels ont l’avantage d’opérer des ruptures franches et d’accorder ainsi une forte visibilité aux évolutions qu’on cherche à saisir, en invitant à comparer la situation effective d’une ville pourvue de son université avec celle de l’époque où elle en est privée, ou l’inverse. Étudier le rapport entre la ville et son université au moment où ce rapport est bouleversé – ou menace de l’être – constitue également l’assurance de disposer d’une documentation abondante car, comme dans toutes les « affaires », ces moments particuliers sont l’occasion pour les différentes parties concernées d’élaborer un discours qui explicite la manière dont est conçu le lien entre elles. L’étude a ainsi pu s’appuyer sur la collecte d’une trentaine de mémoires, issus des villes ou des universités, qui certes s’apparentent tous à des plaidoyers pro domo, mais n’en dessinent pas moins en creux différents modèles de villes universitaires. C’est sur la confrontation de ces différents modèles qu’on cherchera ici à mettre l’accent, en privilégiant donc l’échelle locale de la ville.

  • 2 Chartier R., Compere M.-M., Julia D., L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES (...)
  • 3 Il convient cependant de signaler la contribution de Vénard M., « Concurrentes ou complémentaires  (...)

2En effet, l’approche locale a rarement été choisie dans l’historiographie et, quand cela a été le cas, les études proposées n’ont guère permis d’envisager de manière satisfaisante le rapport entre la ville et l’université. Dans le chapitre consacré aux universités de L’Éducation en France, publié en 1976, Marie-Madeleine Compère avait décrit en quelques pages la logique d’ensemble qui préside aux transformations de la carte universitaire de l’époque moderne2. Elle distinguait les ouvertures du XVIe siècle, destinées à contenir la progression du protestantisme, puis la tentative de rationalisation administrative de la carte universitaire entreprise au XVIIIe siècle. Mais cette présentation adoptait le point de vue général de celui qui contemple de loin la carte de France, faisant finalement la part belle à la politique royale et laissant de côté les logiques locales qui lui étaient étrangères. Ces logiques locales sont bien présentes dans les nombreuses monographies d’universités écrites depuis le XIXe siècle, mais ces travaux n’ont jamais tenté de mettre en parallèle les différentes histoires singulières dont elles rendent isolément compte3. Cette lacune du genre monographique incite ainsi à considérer les transformations de l’équipement universitaire sur l’ensemble du territoire et sur l’ensemble de la période (même si la documentation et les réalisations effectives conduisent à privilégier le XVIIIe siècle), d’autant que le nombre de dossiers d’ouverture ou de fermeture d’universités est en définitive assez réduit (une quinzaine sur trois siècles).

  • 4 Dainville F. de, « Villes de commerce et humanisme », L’Éducation des jésuites (XVIe-XVIIIe siècle (...)
  • 5 Cook H. J., « Amsterdam, entrepôt des savoirs au XVIIe siècle », RHMC, 2008/2, no 55-2, p. 19-42. (...)

3Les seules études générales qui ont tenté de rendre compte des logiques locales sont celles qui se sont penchées sur l’incompatibilité supposée entre les villes à vocation commerçante et la fonction universitaire, suivant ainsi un lieu commun fort ancien. Le premier à reprendre ce thème fut le père de Dainville, dans son article sur les villes de commerce et l’humanisme, qui privilégie plutôt les exemples concernant l’implantation de collèges que celle les universités (hormis la présentation des menées de Mellier, maire de Nantes, qui tente en 1728 de débarrasser la ville de son université4). L’approche ne manque pas d’intérêt, car elle introduit les questions du rôle que doit jouer localement l’université, de la concurrence entre les villes et de leur éventuelle spécialisation fonctionnelle. Elle repose cependant sur un postulat implicite (l’existence d’une concurrence entre les différentes fonctions urbaines, certaines activités étant exclusives d’autres), puisé dans les représentations anciennes, sans identifier ces dernières pour ce qu’elles sont. De plus, à ces représentations affirmant l’incompatibilité des lettres et du commerce, on pourrait facilement opposer d’autres discours qui leur sont contemporains et qui avancent l’idée inverse. Pour s’en tenir ici aux exemples extérieurs à la France, Harold Cook fournit dans un article récent une démonstration probante de l’appétence pour l’étude d’une ville marchande comme Amsterdam5.

  • 6 Lepetit B., Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 154.

4L’analyse du conflit entre ces deux activités constitue de toute manière une grille de lecture trop étroite pour rendre compte des liens multiples qui unissent une ville à son université et des différents facteurs qui interviennent dans la configuration de ces liens. Pour poursuivre la réflexion sur la manière d’envisager cette question, on pourrait repérer chez les acteurs de la période moderne et chez certains historiens deux logiques implicites, différentes bien que complémentaires. La première consiste à identifier comme Dainville quelques modèles urbains, en dressant une typologie des cités suivant les activités dominantes qu’on y trouve, dans un réflexe assez classique de la géographie urbaine contemporaine. Bien que les universités occupent une place marginale dans ses travaux, c’est la démarche générale suivie par Bernard Lepetit qui, dans sa difficile quête pour établir une hiérarchie urbaine dans la France des XVIIIe et XIXe siècles, oppose volontiers différents modèles urbains et observe une « concentration fonctionnelle » dans certaines cités au cours du XVIIIe siècle6. Comme on le verra, c’est bien souvent sous l’angle de la spécialisation fonctionnelle, c’est-à-dire de l’accumulation de fonctions supposées affines que sont pensées les implantations universitaires dans beaucoup de mémoires rédigés à l’époque moderne : telle ville aurait par sa nature administrative une « vocation » universitaire. Ainsi posée, la question du lien entre la ville et l’université revient à observer la contribution de l’université à la réalisation de chaque vocation urbaine – en admettant qu’une ville puisse avoir une vocation quelconque. On rejoint ici les entreprises royales de rationalisation de la carte universitaire qui, autant que le rééquilibrage d’un semis universitaire hérité de contingences médiévales, cherche à faire coïncider de manière cohérente la distribution des équipements avec les représentations attachées à chaque cité. L’autre approche possible fonde plus directement l’argumentation (ou l’explication) sur la défense (ou l’analyse) des usages économiques, éducatifs, politiques et symboliques de l’université par la ville, en considérant que l’université n’est qu’une source d’activité et de gains parmi d’autres. Si la première perspective permet, sous couvert de spécialisation, un partage des fonctions entre les cités, la seconde pousse crûment à une concurrence entre les villes, concurrence dont l’enjeu n’est pas la réalisation d’une vocation mais l’accumulation maximale des équipements et des activités. Suivant les situations et les périodes, l’un ou l’autre des argumentaires (ou parfois les deux) est utilisé par les villes dans leur dialogue avec une monarchie qui reste l’arbitre de tous les aménagements. Au fil de l’étude, on suivra donc parallèlement ces deux logiques qui affleurent en permanence dans les discours produits sans toujours être explicites.

5Même si ce travail entend porter toute son attention sur l’observation des phénomènes à l’échelle locale, le rôle clé joué par la monarchie conduit à revenir d’abord sur ses conceptions et sa politique, ainsi que sur les canaux à travers lesquels s’établit le dialogue avec les villes. C’est à l’occasion de ce dialogue et dans le cadre politique, institutionnel et conceptuel ainsi posé par la monarchie que se dessinent les différentes représentations du rapport entre les villes et leur université, représentations qu’on cherchera pour finir à confronter aux effets pratiques d’une présence universitaire dans la ville.

Un cadre contraint : la carte universitaire

Une distribution figée

6Un bilan des créations et fermetures d’universités en France à l’époque moderne permet de distinguer trois moments. Le XVIe siècle s’inscrit en première analyse dans la continuité directe de la fin du Moyen Âge, puisqu’on y compte théoriquement sept créations d’universités : Angoulême, Strasbourg, Grenoble, Reims, Tournon, Douai et Pont-à-Mousson. En réalité, Strasbourg, Douai et Pont-à-Mousson n’appartiennent pas encore au royaume au moment de l’érection de leur université ; Angoulême et Tournon, bien qu’officiellement érigées, n’ont jamais vu le jour ; et Grenoble ferme après vingt-deux ans d’existence (1543-1565). Reims est donc la seule création durable réalisée pendant ce XVIe siècle, qui apparaît surtout comme celui des échecs, au moins à l’intérieur du royaume. Le mouvement se ralentit encore davantage après 1565, puisqu’on ne compte plus aucun changement jusqu’en 1722, hormis la délocalisation de l’université de Dole vers Besançon en 1691. Un modeste dégel est enfin observé au XVIIIe siècle, à partir de 1722 donc, avec la création de deux universités partielles (Dijon et Pau), le transfert total ou partiel de deux autres (vers Rennes et Nancy en 1735 et 1768) et la fermeture de Cahors en 1751. Les transformations de la carte universitaire sont donc très limitées, même si, pour relativiser l’impression d’immobilisme qui se dégage de la période, on peut considérer qu’au XVIIIe siècle ce sont sept universités (soit un petit tiers des vingt-trois existantes) qui sont affectées par des changements et que, de 1500 à 1789, quinze villes françaises sont concernées par une ouverture ou une fermeture, ce qui offre un champ suffisant aux investigations.

  • 7 Teulé P., « L’Ancienne université nantaise », Revue de Bretagne, t. 21, 1867, p. 337-350, p. 344, (...)

7On a vu plus haut que la lutte contre le protestantisme et la rationalisation de la carte universitaire avaient été mises en avant pour expliquer les mouvements des XVIe et XVIIIe siècles. Ces interprétations méritent cependant d’être précisées (seule l’université de Reims, créée par le futur cardinal de Lorraine, relève finalement d’une approbation royale dans la lutte contre le protestantisme, alors que la « rationalisation » du XVIIIe siècle est un phénomène fort complexe) et complétées pour la période apparemment vide qui s’étend de 1565 à 1722. Les conceptions qui circulent dans les différents cercles du pouvoir (royal ou local) et parmi les clercs dessinent une doctrine générale qui sous-tend ces transformations et, bien plus souvent, cet immobilisme. On les trouve exprimées aussi bien dans les lettres patentes, les rapports des intendants, les projets de réformes, les mémoires des uns et des autres, dans lesquels les villes puiseront au gré de leurs intérêts. L’ensemble forme un corpus hétérogène, nourri de lieux communs, jamais formalisé, mais qui justifie qu’on crée ou qu’on refuse de créer une université dans telle ou telle localité. Bien sûr, il peut y avoir des situations particulières qui expliquent qu’on s’écarte du schéma ainsi établi, des ouvertures dans les interstices de la doctrine politique : Dole, en plus d’avoir perdu son parlement, paie en 1691 le prix de la conquête ; certains ont laissé entendre que la présence des oratoriens et d’une sensibilité janséniste à Nantes n’était pas étrangère au transfert de la faculté de droit vers Rennes en 17357 ; les deux seules vraies créations du XVIIIe siècle ont lieu en 1722, c’est-à-dire pendant la Régence, quand s’est desserrée l’étreinte louis quatorzienne. Mais, au-delà de ces cas particuliers, les lignes directrices qui dictent la politique royale se dessinent assez clairement et changent peu au cours de la période.

La carte idéale : des universités peu nombreuses et proches des parlements

  • 8 Lettres patentes de renouvellement des privilèges de l’université d’Angers, janvier-1611, Privilèg (...)
  • 9 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Di (...)
  • 10 Voir Lettres et instructions du cardinal de Richelieu, par M. d’Avenel, Paris, 1856, t. II, p. 181 (...)

8La seule inflexion d’importance se produit en effet au tournant des XVIe et XVIIe siècles. L’anti-universitarisme est certes bien présent au temps de la Réforme dans le monde humaniste, mais son influence ne conduit pas à un retournement du discours sur l’utilité sociale, politique ou religieuse des universités dans les textes issus des autorités. La fondation d’une université est encore considérée au XVIe siècle une œuvre utile, au même titre que les autres fondations pieuses. Jusqu’aux premières décennies du XVIIe siècle, les mêmes formules stéréotypées se retrouvent pour en justifier l’existence. En 1611, par exemple, on considère encore : « les grands biens et fruits qui viennent de ladite université, […] ayant égard aux grands et laborieux services que lesdits recteurs, docteurs, régents, et autres officiers et suppost font en leur charge, […] au grand profit qui en provient pour les hommes doctes qui y sont instruits servant à Nous et la chose publique en tous estats8… » Ce type de formule s’efface par la suite (il n’y a aucune allusion l’utilité sociale de l’université de Dijon dans l’arrêt de création9). Une perception beaucoup plus critique des universités l’emporte progressivement dans la première moitié du XVIIe siècle. Le Testament politique de Richelieu, rédigé vers 1640, signale le retournement opéré au sommet de l’État10. Il montre que domine désormais un malthusianisme éducatif qui pointe volontiers les dérèglements causés par un nombre jugé excessif d’institutions éducatives (même si Richelieu ne vise que les collèges). Une bonne illustration de ce point de vue et de ses corolaires est fournie par un mémoire manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Arsenal, écrit dans le cadre de l’enquête Colbert de 1667-1668, qui a l’avantage de reproduire la plupart des lieux communs sur les universités, leur fonctionnement et les conséquences économiques et sociales de celui-ci.

  • 11 Bibl. de l’Arsenal, ms 5759, fol. 2-9.

« Les universités sont aujourd’hui les corps de l’Église et de l’État les plus déréglés. […] La qualité de docteur, avec ses avantages est aussi facilement accordée aux savants qu’aux ignorants […]. C’est la cause qu’il y a tant de chicane et de procès, si peu de personnes et si peu d’argent dans le commerce [et qu’il y a tant de] moines inutiles […]. Lorsque dans le ressort d’un parlement il y aura plus d’une université, la plus ancienne subsistera et les autres seront entièrement supprimées, excepté dans le ressort du parlement de Paris […]. Cette suppression des petites universités est absolument nécessaire pour apporter quelques remèdes à tous les inconvénients que nous avons remarqués […] car il y aura par conséquent moins de procès et de chicane, prêtres et moines fainéants et ignorants, et au contraire beaucoup d’argent et de personnes dans le commerce, beaucoup plus pour labourer la terre et pour servir le roi et l’État dans les armées. […] Par ce moyen, les grandes universités embrasseraient facilement la réformation, parce que ne craignant plus que les petites qui sont à leur voisinage donnent les grades à leur refus […], les professeurs seraient meilleurs, les écoliers aussi, et les uns et les autres en plus petit nombre11. »

  • 12 Requête des magistrats de Besançon, au sujet de la création projetée d’une université à Dijon, pou (...)
  • 13 Au Roi. Requête des recteur et doyens de l’université de Paris, opposants à l’érection de deux nou (...)
  • 14 Requête des recteurs, doyens… de l’université de Paris…, BnF FOL-FM-17984 (double de 12992 (1)). L (...)

9Si on laisse de côté les jugements sur le parasitisme social des gradués (identiques à ceux qu’avait formulés par Richelieu) et sur le fonctionnement des universités (avec l’idée que la concurrence entre elles, loin d’améliorer le niveau des études, favorise la braderie des grades et des diplômes), on peut retenir de ce texte qu’il convient de ne concéder qu’une université par ressort de parlement, en supprimant les plus petites, et, d’autre part, que les lettres et le commerce s’opposent, l’affinité supposée des universités avec les villes administratives et religieuses n’étant qu’une manière d’aller au bout de cette logique. Ces conceptions circulent largement et sont par exemple reprises en 1722, lorsqu’il s’agit de s’élever contre la fondation de nouvelles universités à Dijon et Pau. L’université de Besançon ne manque alors pas de rappeler au pouvoir royal que de nouveaux gradués seraient de nouveaux privilégiés et que les grades s’avilissent à être distribués à des laboureurs12. Citant explicitement le Testament politique de Richelieu, l’université de Paris conteste précisément les justifications ordinairement fournies pour expliquer l’existence d’une université : « la crainte de manquer d’officiers au Parlement de Dijon est une de ces terreurs chimériques qui disparaît dès qu’on l’examine de près13 ». Elle dénonce également une « chute des études par la trop grande multiplicité des lieux académiques14 ».

  • 15 Verger J., Les Universités au Moyen Âge, Paris, PUF, 1973, p. 141.
  • 16 Voir Saupin G. et Le Gall Y., « L’université dans la compétition pour la prépondérance entre Renne (...)
  • 17 Lettres patentes du 8 août 1589, citées par Fournier M., « Notes et documents sur l’université de (...)
  • 18 Lettres patentes enregistrées au parlement de Besançon le 19 juin 1691, BnF F-5001 (506).
  • 19 Voir Favier R., « Enseigner le droit en Dauphiné sous l’Ancien Régime », Mathieu M., De l’école de (...)
  • 20 La déclaration de transfert de la faculté de Nantes à Rennes en 1735 reprend les mêmes arguments e (...)

10La nécessaire coïncidence entre la carte des universités et celle des parlements, défendue dans le mémoire de 1670, est une des idées les plus anciennes et les plus pérennes. Jacques Verger y fait allusion pour la période médiévale15. Au XVIe siècle, au cours du long conflit qui oppose Nantes à Rennes, Nantes obtient provisoirement le parlement de Bretagne par un édit de juin 1557, car l’université y est installée16. Dans ce cas, le parlement suit l’université, phénomène qu’on peut également observer en 1713 à Douai. Mais, comme l’installation du parlement de Bretagne à Nantes est immédiatement remise en cause au profit de Rennes, l’université repart (théoriquement) en sens inverse, dans les lettres patentes du 8 août 1589 (restées sans application). Ces lettres patentes justifient le transfert de l’université à Rennes par le fait que l’université sera « beaucoup mieux administrée en notre ville de Rennes qu’audit Nantes, pour y avoir plusieurs gens d’Église, chapitre et mendiants et quantité d’hommes doctes à la suite de notre cour de Parlement, lesquels, même pendant les six mois des vacations, pourront faire des [leçons] extraordinaires et exercices, dont eux et leurs auditeurs peuvent percevoir très grand profit17 ». La sociologie de la ville, avec ses religieux et ses magistrats, garantirait ainsi dans l’esprit du roi un public mais aussi un personnel susceptible de faire fonctionner au mieux l’université. Cette conviction perdure tout au long de la période, comme on l’a vu avec le mémoire cité plus haut ou comme on peut également le lire dans les lettres patentes qui transfèrent l'université de Dole à Besançon en 169118. L’idée se développe encore au XVIIIe siècle, où on précise que le parlement, outre qu’il fournit à la faculté de droit des enseignants et un public de futurs magistrats, est aussi le meilleur administrateur possible d’une université. Comme l’écrit en 1738 l’intendant du Dauphiné : « une université n’est bien convenable que dans la Capitale, sous les yeux du parlement et des gens du roi qui la dirigent19 ». La même logique justifie le transfert du parlement des Flandres à Douai en 1713, celui de la faculté de droit à Rennes en 173520 ou encore la réunion de Cahors à Toulouse en 1751. L’édit de réunion de 1751 précise ainsi dans ses attendus que

  • 21 Édit… portant réunion de l’université de Cahors à celle de Toulouse…, enregistré au parlement de T (...)

« La décadence où nous avons appris que l’université de Cahors tombait de plus en plus depuis plusieurs années, [nous a conduit a prendre les mesures suivantes et] nous avons jugé qu’il était d’autant plus difficile d’y remédier que les professeurs et étudiants ne sont point sous les yeux des principaux magistrats de notre Parlement de Toulouse, dans le ressort duquel cette université est établie. Il nous a paru d’ailleurs également inutile et peu convenable de laisser subsister plus longtemps deux universités dans deux villes aussi voisines que le sont celles de Toulouse et de Cahors21. »

  • 22 Favier R., art. cit., p. 54.

11Outre l’affinité entre le parlement et l’université, la seconde conviction contenue dans le mémoire de 1670, tout aussi largement partagée dans les textes produits par la monarchie, est l’antagonisme entre les villes de commerce et les villes d’étude, dont on a vu la fortune jusqu’au père de Dainville. Pour ne citer qu’un seul exemple, volontairement choisi à la fin de notre période, on peut reprendre la déclaration de l’intendant en Dauphiné en 1764 à propos de la ville de Valence, à la réputation commerçante, dont il aimerait transférer l’université vers Grenoble : « on y a fait l’expérience bien sensible de l’antipathie des lettres avec le négoce22 ». Au final, les lignes directrices de la politique monarchique reposent à partir du XVIIe siècle sur deux principes qui sont exprimés à de multiples reprises : le refus de toute création d’université et même la volonté d’en réduire le nombre ; le souhait de faire coïncider ville de parlement et ville d’université. L’action des villes pour conserver leur université ou en conquérir une nouvelle se déploie donc dans ce cadre conceptuel et politique particulièrement contraint.

Les acteurs d’une résistance

  • 23 Ibid., p. 52.
  • 24 Voir Ferté P., L’Université de Cahors au XVIIIe siècle (1700-1751). Le coma universitaire au siècl (...)
  • 25 Lettre de Vidaud de la Tour, premier président du parlement de Grenoble au chancelier Maupeou, du (...)
  • 26 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Di (...)
  • 27 Sur les députés des villes en Cour, voir Gutton J.-P., « Les Députés de la ville de Lyon en cour » (...)
  • 28 Arch. Mun. de Nantes, registre BB 82, lettre de mai 1735.
  • 29 Ibid.
  • 30 Lettre de Vidaud de la Tour, du 6 décembre 1771, voir note 25.
  • 31 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, BnF FOL 263 (...)

12Du côté des défenseurs des universités existantes, trois acteurs locaux peuvent être repérés, par exemple dans le rapport rédigé en 1744 à la demande de d’Aguesseau, qui souhaite implanter une université à Grenoble : « Cet expédient ferait cesser presque immédiatement toutes les difficultés qu’on peut craindre de la part de l’évêque, de l’université et de la ville de Valence23. » Comme à Cahors en 175124, le poids de l’évêque de Valence paraît en effet particulièrement lourd, en 1557 puis lors de la nouvelle offensive de Grenoble contre Valence, dans les années 1740 à 1771. Comme l’écrit le premier président du parlement de Grenoble en 1771, « M. l’évêque de Valence était un obstacle [au transfert de l’université vers Grenoble] : le prélat qui remplissait ce siège y mettait beaucoup de chaleur25. » Les évêques du cru sont en effet intéressés au maintien de l’université pour des raisons religieuses et parce qu’ils sont de droit chanceliers de l’université (source de prestige et de revenus). Pourtant, hormis à Cahors et Valence, leur implication apparaît généralement assez secondaire, ou moins visible parmi les signataires ou commanditaires des mémoires de défense des universités existantes. Les corps de ville, composés de notables, jouent incontestablement le premier rôle, suivis des universités locales. La remarque paraît s’appliquer particulièrement aux cités qui cherchent à obtenir une nouvelle université, comme à Dijon, où les édiles ne sont pas toujours appuyés par les États provinciaux26. Ces acteurs locaux disposent de relais à Paris ou ne manquent pas d’envoyer un député si le besoin s’en fait sentir, s’efforçant ainsi de maîtriser le jeu des pratiques politiques qui régissent les rapports centre-périphérie sous l’Ancien Régime27. Nantes menacée par Rennes se propose ainsi en 1735 d’envoyer un député à Versailles pour défendre ses intérêts28. Le comte de Toulouse, gouverneur de Bretagne, répond que « le sieur Bouchard, député de votre ville au conseil de commerce étant très capable de suivre sur cela vos instructions, je ne saurais approuver que vous engagiez votre communauté à une dépense que vous pouvez d’autant plus aisément lui épargner que vous ne devez pas douter du zèle de votre député29 ». Dans le même ordre d’idée, le président du parlement de Grenoble met l’échec du transfert de Valence à Grenoble sur le compte du « défaut d’un député à Paris pour suivre un projet qui demandait l’activité d’un homme qui n’eût que cet objet en vue30 ». Dans le cas de Pont-à-Mousson, petite ville sans grands moyens, le lien entre le centre et la périphérie semble avoir été assuré par les jésuites, si l’on en croit le bilan qu’en tirent les magistrats nancéens qui durent attendre la disparition de la Compagnie pour parvenir à leurs fins : « mais le grand crédit des jésuites qui enseignaient à Pont-à-Mousson […] et qui y avaient des établissements considérables […] éloignait toujours l’exécution [de ce transfert]31 ».

  • 32 Favier R., art. cit., p. 52-54.
  • 33 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Di (...)

13Ces pratiques de résistance, soulignées par la rédaction de mémoires, l’envoi de députés, l’engagement de procédures judiciaires (une université étant créée par une bulle du pape ne peut être modifiée qu’avec l’aval de celui-ci, des privilèges séculaires seraient abrogés, etc.) semblent avoir été assez efficaces, puisque la plupart des projets d’aménagement ont échoué et que le roi a souvent été obligé de transiger, par exemple en n’implantant que le droit à Rennes et à Dijon et en envisageant sérieusement cette solution pour Grenoble en 1744, afin de contourner l’opposition de Valence et d’Orange32. Le compromis auquel est contrainte la monarchie éclate dans ce paradoxal attendu de l’arrêt de création d’une université à Dijon : « Ayant aucunement égard aux représentations des universités de Paris, Besançon et autres, a ordonné et ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon n’aura lieu que pour la faculté de droit seulement33. » En 1764, Nantes n’hésite pas de son côté à s’appuyer sur les mécontentements que ne manquerait pas de produire un réaménagement général de la carte universitaire pour tenter de faire reculer le roi :

  • 34 Moyens de défense qu’oppose l’université de Nantes au projet de la translation à Rennes, vers 1764 (...)

« Il faudrait donc transférer aussi toutes les universités qui ne sont point dans les villes de Parlement. Il faudrait transférer à Rouen l’université de Caen, à Metz l’université de Pont-à-Mousson, à Grenoble l’université de Valence, sans parler de celles de Poitiers, d’Angers, de Bourges, Reims, Montpellier etc. dont les villes sont beaucoup plus éloignées de leur parlement que Nantes l’est de Rennes, il faudra donc transférer les premières, détruire les dernières, s’il est nécessaire que les universités soient sous les yeux des parlements : quel bouleversement dans le Royaume34 ! »

Du patrimoine à l’attribut : les fonctions des universités dans les représentations locales

14Quels qu’en soient les résultats, ces pratiques de résistance sont toujours l’occasion pour les villes et les universités d’élaborer un discours qui précise les liens qui les unissent. Elles fournissent donc un matériau historique particulièrement abondant à partir duquel deux conceptions du lien entre la ville et l’université se dessinent et s’opposent.

Une rente à défendre

15Pour éviter de paraître défendre leurs seuls intérêts particuliers, les villes n’omettent généralement pas de mentionner les bénéfices qu’est censée tirer l’université de son implantation locale. Sans reculer devant une mauvaise foi certaine, les particularismes locaux connus de tous sont inévitablement transformés en atouts. Pont-à-Mousson est une petite ville ? Il suffit

  • 35 Mémoire de la ville et cité de Pont-à-Mousson, en réclamation de son université, 1er mars 1789, Bn (...)

« que l’on consulte tous les pères de famille de la province, ils diront tous que ce n’est qu’avec une extrême répugnance qu’il envoient leurs enfants dans une capitale, où les pensions sont beaucoup plus chères que dans une petite ville, où le luxe est porté au plus haut degré ; où les occasions de dissipation et de débauche se présentent de toutes parts, et à chaque instant […]. Ces inconvénients n’ont point lieu dans une petite ville où chacun se connaît et se surveille35… ».

16Besançon est une ville de garnison ?

  • 36 Requête des magistrats de Besançon, au sujet de la création projetée d’une université à Dijon, pou (...)

« L’exacte discipline qui s’observe dans les villes de guerre, contient la jeunesse, et fait qu’elle s’accoutume de bonne heure à vivre dans l’ordre et tranquillement, ce qui est un grand bien pour l’État et pour le Public ; les étudiants de distinction ont aussi à Besançon l’agrément de trouver des maîtres de mathématiques, des maîtres en fait d’armes et une académie royale où on enseigne à monter à cheval36… »

  • 37 Moyens de défense qu’oppose l’université de Nantes au projet de la translation à Rennes, vers 1764,(...)

17Les caractéristiques les plus contradictoires aboutissent étonnamment au même résultat : Nantes comme Nancy en raison de leur grande taille et Pont-à-Mousson en raison de sa petitesse se font fort de proposer des vivres bon marché37 ! On pourrait ainsi multiplier les exemples sur le bon air dont bénéficient les étudiants, la centralité de la place, la facilité des communications, etc.

  • 38 Mémoire pour la ville de Nantes, Arch. Mun. de Nantes, carton II, dossier 150, vers 1734.
  • 39 Mémoire [rédigé par la ville de Nantes contre le projet de translation de toute l’université vers R (...)

18Mais, bien plus que le gain pour l’université, ce que mettent en avant les défenseurs de la ville ce sont les avantages que cette dernière tire de la présence universitaire, l’intérêt général pour l’éducation paraissant tout à fait secondaire par rapport aux autres intérêts qui pourraient être lésés. Le bénéfice pour la ville peut être de nature morale, comme le prétend Nantes en 1735. Nantes retourne ici l’idée d’une incompatibilité entre commerce et lettres pour affirmer qu’elle a d’autant plus besoin d’une université qu’elle est une ville commerçante et ouverte à toutes les circulations : « La ville de Nantes, qui est une ville de commerce, souffrirait beaucoup d’être privée d’université, [car l’université] police le peuple et le contient sous l’obéissance et la soumission dues à ses souverains38… » Trente-cinq ans plus tard, l’argument est repris tel quel dans un autre mémoire issu de la même ville, qui réfute l’idée « que les études nuisent au commerce, prouvant au contraire qu’elles le favorisent en l’éclairant, que c’est plutôt le commerce qui entraînant tous les esprits par l’appât du gain ferait tomber les études d’une grande ville si l’université ne les soutenait et que le clergé se ressent de cette indifférence39 ». On est loin des assertions de Mellier, qui écrivait le 10 octobre 1728 au nouvel intendant et au gouverneur de Bretagne :

  • 40 Arch. mun. de Nantes, GG 651, pièce 10.

« [Il y a] quelque apparence que l’université de cette ville sera transférée à Rennes ; j’avoue franchement qu’elle serait mieux placée à Rennes, capitale de la province et pays de lettres, qu’à Nantes où l’on ne respire que le commerce. Elle n’est composée à Nantes que de médiocres sujets, on en trouverait d’autres à Rennes pour remplacer ceux qui viendront à quitter ou à décéder. Nous avons intérêt, Mgr, à purger cette ville des gens de chicane qui ne sont bons qu’à gâter tout. Il est infiniment plus à propos de peupler la ville Nantes de bons bourgeois et de négociants qui supportent les charges publiques au lieu que les privilèges des gens de l’université les exemptent eux, leurs veuves, les suppôts de l’université, les libraires, les imprimeurs, les parcheminiers qui y prennent attache jusqu’aux bedeaux et valets des facultés40. »

  • 41 Pièces conservées aux Arch. mun. de Nantes, carton II, dossier 150.
  • 42 Dainville F. de, art. cit., p. 34-35.
  • 43 Mémoire concernant la translation de l’université d’Orange à Grenoble et l’université de Valence à (...)

19Souvent citée, la position de Mellier constitue en réalité un exemple unique de tentative pour se débarrasser de son université, immédiatement démenti dans les archives de la ville par une série fournie de pièces plaidant dans le sens inverse41. Le cas de Lyon, grande ville dépourvue d’université, qui est utilisé par Mellier comme par Dainville, ne constitue peut-être pas la preuve absolue de la « répugnance » des marchands pour l’institution universitaire42. Car si l’on en croit les Grenoblois, « la ville de Lyon a fait en différents temps diverses tentatives pour attirer dans son sein l’université de Valence, en offrant à cette ville quelques avantages pour le commerce en forme de dédommagement […]. Peut-être Lyon aurait-il déjà obtenu ce qu’il souhaitait si le parlement de Grenoble n’y avait toujours mis obstacle43 ». Le tableau dressé par Mellier, s’il paraît assez peu représentatif des politiques effectivement menées par les édiles, a néanmoins le mérite d’exprimer le ressentiment diffus éprouvé par les citadins à l’encontre des membres de l’université, accusés ici de médiocrité, réputés chicaniers et finalement jalousés pour les exemptions fiscales dont ils jouissent.

  • 44 Mémoire pour l’université de Nantes, Arch. mun. de Nantes, carton II, dossier 150.
  • 45 Ibid.

20Mais cette perception négative des gens d’université n’empêche pas la reconnaissance parallèle par les autorités municipales des bénéfices économiques liés à leur présence qui occupent une place centrale dans les argumentaires produits. Dans un mémoire de 1735, on s’interroge ainsi : « Serait-il juste d’ôter aux habitants de la ville de Nantes les ressources qu’ils trouvent dans les facultés de droit pour enrichir les habitants de la ville de Rennes44 ? » Et Nantes fait la liste de tous les intérêts particuliers qui seraient lésés par cette translation : les professeurs, qui ont une nombreuse famille et des biens dans les environs ; le chancelier de l’université et les officiers de la prévôté, puisque « la conservation des causes des suppôts de l’université et des écoliers est un objet qui influe considérablement sur le prix des offices de la prévôté de Nantes et c’est cette partie de la juridiction qui donne aux officiers tous les privilèges dont ils jouissent45… ». Même son de cloche à Valence, en 1743, où la ville

  • 46 Mémoire pour les sieurs recteurs… de l’université de Valence, Valence, 1743, et Requête adressée… (...)

« profite de l’argent que ce concours d’étrangers y apporte et de la consommation qu’ils y occasionnent, ce qui fait la plus grosse partie de ses revenus […]. Si l’université lui est enlevée elle deviendra déserte ; l’artisan qui y a été attiré par l’appât du gain ira chercher ailleurs les moyens de subsister… ; toutes les ressources seront ôtées aux habitants pour gagner leur vie et ils seront réduits à la misère inévitable qui les mettra hors d’état d’acquitter leurs charges46 ».

  • 47 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 4.

21Ces argumentaires de défense des anciennes villes universitaires font ainsi ressortir une conception de l’université qui l’assimile à une source de revenus, à un patrimoine dont la ville propriétaire tire une rente. La réplique de l’université de Nancy à la ville de Pont-à-Mousson en 1789, est à ce titre particulièrement éclairante : « L’université répond […] qu’il est aussi nouveau que ridicule de dire qu’elle doive être le Patrimoine et la propriété d’une ville. […]. Le but du fondateur […] était l’instruction de tous les sujets de ses états ; et il serait absurde de lui supposer d’avoir eu pour but unique de procurer à la ville de Pont-à-Mousson exclusivement, l’intérêt pécuniaire qui résultait d’un pareil établissement47. » On ne saurait mieux dénoncer l’approche boutiquière de ces anciennes villes d’université.

  • 48 Au Roi. Requête des recteur et doyens de l’université de Paris, opposants à l’érection de deux nou (...)
  • 49 Mémoire présenté par les recteurs, doyens, suppôts des universités de Poitiers, Angers Reims, Caen (...)
  • 50 Au Roi. Requête des recteur et doyens de l’université de Paris…, 1722, op. cit.

22Cette défense étroite des intérêts financiers des villes les pousse à chercher à préserver leur implantation universitaire, mais également à limiter la concurrence. Il ne s’agit pas de demander la fermeture des universités existantes (cette perspective n’est évoquée que dans les discours issus des administrateurs, ou bien dans les mémoires produits par les grandes universités comme Paris48), mais de s’opposer aux projets d’ouverture qui viendraient faire de l’ombre à l’institution locale, en s’appuyant sur l’idée commune, déjà présentée, selon laquelle le nombre excessif d’universités nuit à la qualité de la formation, chacune se livrant à une compétition pour devenir la plus indulgente49. La première mobilisation collective repérée en ce sens remonte à 1624 et à l’opposition formée alors par les universités du royaume contre l’ouverture effective de l’université de Tournon50. La dénonciation du nombre excessif d’universités permet surtout une défense sans fard des intérêts particuliers, comme on le voit à Besançon, après la décision d’ouvrir une faculté concurrente à Dijon :

  • 51 Au Roi. Pour les élus généraux de Bourgogne, contre les universités de Paris et de Besançon… (au s (...)

« Si l’université de Dijon subsiste, elle enlèvera bientôt à l’ancienne université de Besançon une partie de ses profits ; serait-il juste de ruiner un corps bien établi, pour enrichir un autre de ses pertes ? Les professeurs de Besançon n’ont que de très faibles appointements, en détachant les émoluments qu’ils tirent de leurs écoliers, ils se verront contraints d’abandonner des emplois qui ne leur fourniront plus une subsistance honnête. D’ailleurs le voisinage des universités cause un préjudice considérable au public, en ce qu’à l’envie l’une de l’autre, elles cherchent à s’attirer des écoliers, ce qu’elles ne sauraient faire que par une complaisance outrée pour leurs disciples51… »

  • 52 Au Roi. Requête des magistrats de Besançon…, op. cit.
  • 53 Julia D., Revel J., Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoire sociale des pop (...)
  • 54 Au Roi. Réponse des élus du duché de Bourgogne aux nouvelles requêtes des universités de Paris et (...)

23Besançon est si peu sûre d’elle-même qu’elle considère l’ouverture d’une université à Dijon comme la certitude de sa mort : « quoi que l’on ne supprimât point expressément celle [l’université] de Besançon, ce serait, par l’événement [de la création d’une université à Dijon], une suppression tacite52 ». D’une manière générale, la réaction est d’autant plus vive que la concurrence est proche car, depuis la réduction de la mobilité étudiante au XVIIe siècle, l’aire de recrutement des étudiants est devenue très locale53. Les corps de villes ont ainsi tendance à considérer que les universités qui y sont installées leur appartiennent, mais aussi que la région qui les alimente fait également partie de leur patrimoine. Leurs opposants le révèlent de manière fort claire, comme la ville de Dijon répliquant à ses détracteurs en 1722 : « Si on les en croit, le Duché de Bourgogne a été enclavé par ce prince [fondateur de l’université de Dole] dans le district de leur université. Mais où l’auteur de ces requêtes a-t-il appris que les universités ont des districts ? Ces termes ne conviennent qu’aux juridictions qui sont renfermées dans certaines limites, dans l’étendue desquelles ils exercent, à l’exclusion de tous les autres54… » La prétention des villes qui détiennent une université serait ainsi d’exercer un monopole du recrutement sur l’espace environnant, transformé en territoire susceptible d’être exploité.

Attribut et fonction à conquérir

24L’utilisation de l’université pour asseoir une domination sur le plat pays n’est pourtant pas étrangère aux villes dépourvues d’université qui prétendent en obtenir une, même si le lien qu’elles dessinent avec l’institution universitaire diffère sensiblement. Le gain économique direct pour la ville y est remarquablement absent, peut-être par tactique, et l’avantage escompté paraît plus indirect. Le premier argument mis en avant est la volonté d’assurer localement l’éducation de leur jeunesse, enjeu à la fois économique et politique. On peut suivre, parmi tant d’autres, les arguments donnés en faveur de Grenoble en 1738 :

  • 55 Rapport de la commission du président Grammont, 30 août 1738, cité par R. Favier, art. cit., p. 50

« C’est dans la ville de Grenoble, comme la capitale du Dauphiné, la résidence du Parlement, des Cours supérieures et de la principale partie de la noblesse, que naissent les enfants qui doivent remplir les places les plus importantes dans le Clergé et la Magistrature. Il n’est pas raisonnable de les obliger à s’expatrier, pour ainsi dire, pour s’instruire, et de forcer leurs pères à dépenser pour confier une si précieuse éducation à des étrangers55. »

  • 56 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, BnF FOL 263 (...)
  • 57 Favier R., art. cit., p. 56.

25Le refus de la dépense extérieure est bien présent ici, avec l’idée que l’université, devenue un service de proximité avec la réduction drastique de la mobilité étudiante, doit être implantée au plus près de la clientèle et que toute autre implantation est une captation indue de richesses. Nancy ne dit pas autre chose en 1789, en affirmant qu’« à peine compte-t-on de loin en loin dans les registres des facultés quelques étudiants de Pont-à-Mousson, tandis que la seule ville de Nancy en fournit presque autant que tout le reste de la province : il est de toute justice que les maîtres soient placés où il y a le plus de personnes à instruire56 ». Mais le plaidoyer de Grenoble montre aussi qu’il y a autre chose dans la volonté de disposer localement d’une université. La référence aux deux générations des élites marque une volonté de contrôle local sur la reproduction de celles-ci, alors que sa délégation à une puissance extérieure paraît insupportable57, comme le montre l’emploi du terme outré « d’expatriation », s’agissant de jeunes gens qui doivent aller de Grenoble à Valence pour prendre leurs grades. Ce qui est insupportable à Grenoble, c’est qu’une autre ville qu’elle capte sa dépense éducative et se charge de la sélection de ses futures élites. Autrement dit, l’enjeu pour ces villes est celui de l’autonomie politique et sociale par rapport aux voisines.

  • 58 Mémoire (de la ville de Rennes en faveur de la translation de l’université de Nantes à Rennes), ci (...)
  • 59 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 2.
  • 60 Lepetit B., Les Villes dans la France moderne, op. cit., p. 211 pour le classement administratif p (...)
  • 61 Requête des recteurs doyens des trois facultés de théologie, de droit, de médecine…, BnF FOL-FM-17 (...)
  • 62 Mémoire de la ville et cité de Pont-à-Mousson, en réclamation de son université…, 1789, BnF 4-LK7- (...)

26Cette volonté d’autonomie est d’autant plus importante que Grenoble prétend être – et c’est ce qui vient en premier sous la plume de ses avocats –, « la capitale du Dauphiné ». Ce statut de capitale provinciale est systématiquement utilisé par les villes qui souhaitent arracher une université. Rennes affirme fortement en 1735 – d’autant plus fortement que, dans son cas, le fait est contestable – qu’elle doit avoir l’université car elle est la « capitale et principale ville de la province58 ». L’argument est repris par Nancy en 1789, qui généralise le propos : « Les universités de France, presque toutes celles d’Europe, sont placées dans des villes capitales59. » L’université est alors vue comme un attribut de la puissance administrative et politique, à ajouter à liste des fonctions qu’une ville de telle nature se doit de collectionner, après l’évêché, le parlement, la chambre des comptes, etc. De fait, les villes sont clairement engagées au XVIIIe siècle dans un mouvement de concentration des fonctions de commandement, du moins celles qui sont plus ou moins conçues comme de nature proche (religieuse, administrative, judiciaire et culturelle). Ces villes capitales en revendiquent même le monopole60. Poussant cette logique à son terme, Paris n’hésite pas à demander en 1722 le monopole de l’enseignement supérieur, arguant que ce serait là le seul moyen pour assurer « une instruction uniforme61 ». Évidemment, les petites villes s’insurgent contre cette concentration des fonctions et plaident pour une autre vision de l’aménagement du territoire, pour une répartition équitable et un saupoudrage des fonctions : Pont-à-Mousson déplore ainsi que « la translation […] ôtait à Pont-à-Mousson le seul établissement important qu’eût cette ville, tandis que Nancy en avait déjà plusieurs autres. […] Un grand abus, comme on l’a déjà dit et prouvé, est l’établissement des universités dans les capitales62 ».

27La concentration des fonctions est justifiée par Nancy dans un tableau qui établit un certain modèle de ville universitaire :

  • 63 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, op. cit., p (...)

« Nancy étant au centre le province et celui de presque toutes les affaires, offre aux habitants des différentes parties de la Lorraine, pour y entretenir leurs enfants, des moyens infiniment plus faciles et plus avantageux qu’une petite ville qui n’aurait avec eux aucune espèce de rapport que celui de l’enseignement. Les avantages de la beauté de la ville qui y attire les étrangers, d’une bibliothèque fort riche, d’une académie, d’un collège royal de Médecine, de la réunion d’un grand nombre d’hommes de lettres ; les choix des maîtres de toute espèce, la facilité des instructions en tous genres, fournissent des ressources qui manquent à Pont-à-Mousson, et qui lui manqueront toujours. […] Enfin, une des raisons qui a le plus contribué à la translation, c’est que le gouvernement a voulu rapprocher l’université du Parlement, pour procurer aux étudiants en droit, qui forment la faculté la plus nombreuses, les moyens de suivre les audiences et de se former par la pratique63. »

  • 64 Ibid., p. 6.
  • 65 Ibid., p. 7.
  • 66 Ibid.
  • 67 Voir dans le présent ouvrage l’étude par Jean-Luc Le Cam de l’université d’Helmstedt.

28Dans cette ville épiscopale, « la faculté de théologie a pour auditeurs un séminaire considérable et un grand nombre d’étudiants externes64 ». Enfin, « l’enseignement de la médecine exige plusieurs établissements dispendieux, un amphithéâtre d’anatomie, un laboratoire de chimie, un cabinet d’histoire naturelle, un jardin botanique : ces établissements sont formés à Nancy. […] Les étudiants se forment à la pratique dans plusieurs hôpitaux ». À ce plaidoyer, Nancy ajoute un dernier argument, celui du rapprochement de la faculté de médecine et du parlement, pourvoyeur de condamnés à mort, alors que Pont-à-Mousson n’a « nuls moyens de se procurer des sujets pour la dissection65 ». En résumé, « on trouve dans les grandes villes, pour perfectionner les sciences et l’éducation, une infinité de ressources qui manquent nécessairement dans les petites66 ». Cette présentation affirme ainsi avec force que seules les capitales régionales offrant une large palette de services de haut niveau peuvent prétendre disposer d’une université, à rebours de la petite ville universitaire monofonctionnelle, parfaitement représentée par sa rivale Pont-à-Mousson et si fréquente dans le monde germanique, comme l’illustre le cas d’Helmstedt67.

Les conséquences d’une présence universitaire

29Nancy et ses semblables insistent aussi dans leurs plaidoyers sur le coût financier que représente une université bien équipée, coût que ne sauraient supporter les petites villes. Elle incite ainsi à confronter les discours aussi lénifiants que prétentieux des petites capitales aux investissements réalisés et, plus généralement, au gain effectif procuré par une présence universitaire.

Un investissement

  • 68 Lettres patentes pour la translation de l’université de Dole en la ville de Besançon, enregistrées (...)
  • 69 Au Roi. Réponse des élus du duché de Bourgogne aux nouvelles requêtes des universités de Paris et (...)
  • 70 Arrêt du conseil d’Estat qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon…, o (...)
  • 71 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 3.
  • 72 Mémoire (de la ville de Rennes en faveur de la translation de l’université de Nantes à Rennes), op (...)

30Dans un contexte où la misère matérielle des universités est connue, le financement accordé par les villes apparaît comme l’une des clés de la prise de décision royale. À Besançon, en 1691, les lettres patentes indiquent que l’université s’installera « dans l’Hôtel qui leur sera fourni par le Magistrat de ladite ville de Besançon68 ». À Dijon, les élus de la province reconnaissent que les demandes d’ouverture d’une université n’ont pas abouti au XVIIe siècle parce qu’ils refusaient de contribuer à son financement et que ce constat a finalement « déterminé les états de leur province de demander cet établissement à leurs propres dépens69 ». L’arrêt du conseil qui réalise ce transfert précise en effet que la ville et les états de Bourgogne s’engagent « suivant leurs offres, de fournir tous les frais dudit établissement, […] tant pour les gages des professeurs et suppôts de ladite université, que pour l’entretien des écoles et autres lieux nécessaires pour ledit établissement70 ». Même chose à Nancy, qui a accepté de construire des bâtiments pour accueillir l’enseignement, précisant que « les bâtiments et les salles d’enseignement qu’on y a construits ont coûté cent mille écus71 ». Rennes se propose pareillement en 1734 de réaliser un jardin botanique à l’usage de la faculté de médecine (promesse qui n’empêche pas la ville d’installer assez mal sa faculté de droit par la suite)72.

  • 73 Maitre L., « L’Université de Nantes », art. cit., p. 15-17.
  • 74 Saupin G. et Le Gall Y., « L’Université dans la compétition pour la prépondérance entre Rennes et (...)
  • 75 Favier R., « Enseigner le droit en Dauphiné sous l’Ancien Régime », art. cit., p. 55.
  • 76 Ibid.
  • 77 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Di (...)

31Dans l’autre sens, la décision royale de retrancher la faculté de droit de Nantes doit beaucoup au refus de la cité de contribuer à son financement. Si, aux XVe et XVIe siècles, la ville loue pour cette faculté un immeuble spécifique à ses frais, la location prend fin au XVIIe siècle, et en 1732 elle ne fournit plus qu’une salle obscure située au couvent des carmes73. Une chaire de droit français est ouverte dans cette ville vers 1680, mais l’enseignement y est abandonné par le professeur dès 1698, car il ne touche plus les émoluments dus par la ville. Chacun reconnaît alors la gravité de la situation matérielle du droit dans cette ville. En 1732 et 1733, les professeurs de cette faculté s’adressent à l’intendant pour obtenir des subsides. Ils sont soutenus par le maire de la ville, qui approuve leur démarche mais refuse catégoriquement de faire porter sur la ville la reconstruction des locaux. Tous demandent l’autorisation de lever des fonds sur les états de Bretagne, arguant que l’université profite à toute la province. Le 27 juillet 1732, le gouverneur de Bretagne leur répond que 61 000 livres pour reconstruire une faculté de droit, comme ils le demandent, c’est beaucoup trop et qu’il ne faut pas y compter. La ville ne plie pas et, trois ans plus tard, la faculté est transférée à Rennes qui a multiplié les promesses74. Même histoire et même résultat à Grenoble en 1744. La ville propose au roi de récupérer par transfert l’université d’Orange ou celle de Valence, ou au moins qu’on lui accorde une faculté de droit. Mais elle n’accepte pas pour autant de financer les salaires enseignants ni de fournir des locaux : alors qu’elle est propriétaire des bâtiments de l’ancien hôtel de ville, estimé à 60 000 livres, elle exige qu’ils soient rachetés par la faculté au moyen d’une nouvelle imposition levée sur la province du Dauphiné75. Ici aussi, l’intendant refuse. Les situations à Nantes et Grenoble étaient certes différentes, car l’une avait une université et l’a perdue, l’autre n’a pas obtenu celle qu’elle demandait. Mais dans les deux cas la politique urbaine se caractérise par son refus de financer l’université et, nouvelle irruption du pays environnant, par la volonté de mettre à contribution la province, ce qui n’est qu’une manière de manifester son statut de capitale provinciale. Toutes les tentatives pour faire payer les états provinciaux ne sont cependant pas vouées à l’échec. Le salaire des professeurs de Valence était ainsi assuré par une subvention de 6 000 livres prises sur les gabelles de la province76. À Dijon l’installation de la faculté de droit est assurée conjointement par la ville et par les états de Bourgogne, preuve de la domination de cette « capitale » sur sa province77. Finalement, le montant et les modalités de l’investissement financier apparaissent comme un bon révélateur de la volonté urbaine d’obtenir ou de défendre une université, ainsi que de la domination effective que les villes exercent sur leur environnement.

Gains matériels ou bénéfices symboliques

  • 78 Mémoire de la ville et cité de Pont-à-Mousson, en réclamation de son université, op. cit., p. 3.
  • 79 Durival N. L., Description de la Lorraine et du Barrois, Nancy, 1778-1783, t. 4, 1783 ; Lallemand (...)
  • 80 Martin E. (Abbé), L’Université de Pont-à-Mousson (1572-1768), Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1891, (...)
  • 81 De nombreux exemples de prix de pensions sont fournis dans la série d’ouvrages de Compère M.-M. et(...)
  • 82 Voir Mahler R., « La Vie à Pont-à-Mousson au XVIIIe siècle… », art. cit. p. 154 et Andriot C., « L (...)
  • 83 Martin E., op. cit., p. 151.
  • 84 Lallemand P., « Les fondations monastiques à Pont-à-Mousson au temps de la Réforme catholique », T (...)
  • 85 Martin E., op. cit., p. 51.
  • 86 Lallemand P. et Noël M., Pont-à-Mousson, op. cit., p. 67.
  • 87 Durival N. L., Description de la Lorraine…, op. cit., t. 1, cité par Mahler R. « La vie à Pont-à-M (...)
  • 88 Lallemand P. et Noël M., Pont-à-Mousson, op. cit., p. 93 et Henryot F., « Introduction », Andriot (...)

32Quels que soient les efforts consentis, la rentabilité de ces investissements, c’est-à-dire les bénéfices effectifs reçus par la ville, reste à préciser. Dans chaque localité, l’importance relative du gain lié à une présence universitaire dépend de la taille de la ville et de l’université et du degré de diversification de l’économie locale. Le cas le plus typique de cité très dépendante de son université sous l’Ancien Régime est Pont-à-Mousson. Le conseil municipal affirme en 1789 qu’il y avait, avant 1768, « quatre à cinq cents étudiants dont la dépense annuelle entretenait dans la ville une circulation de plus de quatre cent mille livres78 », au sein d’une population totale qu’on peut évaluer à environ 7 000 habitants79. Si l’estimation de quatre cents étudiants inscrits paraît réaliste (elle ne correspond après tout qu’aux effectifs d’un gros collège jésuite et Eugène Martin fait allusion à un registre universitaire comptant 380 noms d’étudiants80), la dépense annuelle (près de 1 000 livres par étudiant, jeunes élèves du collège compris) paraît quelque peu surestimée. En effet, le prix des pensions dans les collèges moyens de province s’établit plutôt autour de 300 livres annuelles à cette date, auxquelles il convient d’ajouter quelques dizaines ou centaines de livres pour les autres frais81. Autre élément qui conduit à relativiser la catastrophe subie par Pont-à-Mousson, si la ville avait bien comme elle l’affirme quatre cents étudiants avant 1768, tous ne sont pas partis, car la cité conserve un collège sécularisé qui reprend une partie des effectifs de l’ancien collège jésuite (une centaine d’élèves ?)82. La population de la faculté des arts ne s’évapore donc pas complètement. Il est vrai qu’aux étudiants des facultés supérieures partis vers Nancy il faudrait ajouter les départs dus à la disparition des emplois liés à l’université, directement (vingt-sept professeurs, deux imprimeurs, deux libraires, treize officiers divers) ou indirectement (la ville avance dans un mémoire de 1774 que la moitié des 18 perruquiers et des 84 cordonniers seraient partis suite à la fermeture de l’université, soit une perte de cinquante artisans et d’environ deux cents personnes avec leurs familles83). De plus, la présence de l’université et des confesseurs jésuites avait favorisé l’installation de nombreuses maisons religieuses dans cette ville après 1573 : Pierre Lallemand compte ainsi huit nouvelles fondations de couvents dans les trois premières décennies du XVIIe siècle et, de fait, certains établissements ferment après le départ des jésuites, pour un transfert vers Nancy ou pour des raisons autres84. Une requête des échevins rédigée en 1774 évalue finalement la perte globale de la population au tiers, ce qui semble impossible, car cela supposerait, d’après le raisonnement tenu, environ 1 700 départs (pour 300 étudiants des facultés réellement partis ?) et donc une population avant 1768 réduite à seulement 5 000 habitants85. Plus qu’un effondrement de la population de 5 000 à 3 300 âmes, l’ordre de grandeur avancé par Pierre Lallemand paraît réaliste : la ville aurait perdu un cinquième des habitants, ce qui reviendrait à une réduction de la population de 7 000 à 5 600 individus environ86. Une telle évolution est cohérente avec une autre estimation qui propose 6 000 habitants en 1778, après l’ouverture de l’école militaire (200 nouveaux élèves qui s’ajoutent à ceux du collège subsistant)87. Enfin, en 1789 les pertes démographiques paraissent effacées, puisqu’on retrouve 7 000 habitants88. C’est d’ailleurs l’appauvrissement de la population plus que sa diminution qui est alors mis en avant par la ville dans son mémoire contre Nancy, les revenus occasionnés par la présence d’une université et des maisons religieuses n’ayant effectivement pas été totalement compensés.

  • 89 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 9.
  • 90 Favier R., art. cit., p. 54-55.
  • 91 Fourgous J., Cahors au cours des siècles. Les grands faits de son histoire, Cahors, impr. de Coues (...)
  • 92 Lepetit B., Les Villes dans la France moderne, op. cit., annexe 2, « La Population des villes fran (...)

33Pont-à-Mousson reste cependant un cas extrême par sa taille et sa spécialisation. C’est d’ailleurs la seule ville à faire l’objet d’une certaine sollicitude de la part des autorités. Les Nancéens estiment même qu’elle a tiré bénéfice de ce transfert qui a sorti « ses habitants de l’espèce d’apathie où les tenaient les petits profits qu’ils faisaient sur les étudiants. […] Cette ville a été amplement dédommagée […] On lui a accordé une école royale militaire ; on y a établi des manufactures ; on y a bâti des casernes aux frais de la province, pour le soulagement du bourgeois. L’industrie s’y est accrue89 ». À Valence aussi la question des compensations à accorder à la ville en cas de départ de l’université vers Grenoble s’est posée, mais seule l’offre d’une abbaye de 800 livres de revenus à l’évêque pour le faire fléchir a été sérieusement envisagée, et l’échec du projet de transfert rend finalement la question des contreparties sans objet90. Par sa taille et le poids qu’y occupait l’université, la situation de Cahors paraît proche de celle de Pont-à-Mousson, bien que Cahors ait eu une tradition commerçante plus affirmée et qu’elle ait disposé d’un évêché. Les historiens de la ville et de l’université estiment que le départ de celle-ci lui porte un coup sévère, mais ne fournissent aucun élément pour étayer ce jugement91. Il convient cependant de remarquer que Bernard Lepetit situe la ville en dessous du seuil des 10 000 habitants en 1750 et lui en attribue 12 000 en 1794. On aurait donc là une croissance de la population de 20 %, ce qui conduit ici aussi à s’interroger sur la réalité de la catastrophe. Les effets de la perte d’une université sont évidemment encore moins sensibles dans les plus grandes villes : le transfert du droit n’affecte en rien la croissance de Nantes au XVIIIe siècle, qui passe de 42 000 à 57 000 habitants. Même une ville moyenne comme Besançon, qui craignait tant la concurrence de la faculté de droit de Dijon à partir de 1722, connaît une belle progression, passant de 17 000 à 22 000 habitants entre 1700 et 175092.

  • 93 Ibid.

34À l’inverse, les villes qui gagnent une université ou une faculté subissent une remarquable stagnation de leur population en valeur absolue et reculent donc de manière relative dans la hiérarchie urbaine. En 1700 et en 1750 les populations de Rennes et de Dijon sont strictement identiques (30 000 habitants à Rennes ; 22 000 à Dijon). Ces villes passent entre ces deux dates du 11e au 16e rang des villes françaises pour Rennes et du 17e au 23e rang pour Dijon. Pau stagne toujours sous la barre des 10 000 habitants93. Seule Nancy poursuit sa forte progression tout au long du siècle, sans qu’il soit possible de faire la part de l’arrivée de l’université dans une ville devenue capitale d’une principauté avant d’être rattachée au royaume. Pour expliquer cette stagnation paradoxale des villes gagnant une université et la progression des perdantes, on doit bien sûr souligner que la politique monarchique qui favorise les villes de parlement, c’est-à-dire les villes administratives et continentales, est en contradiction totale avec la dynamique urbaine observée dans la France du XVIIIe siècle, qui voit le triomphe des villes de l’échange, ouvertes sur le grand commerce. Le gain économique et démographique lié à une présence universitaire doit donc être fortement relativisé, au moins dans les villes moyennes et grandes.

  • 94 Favier R., art. cit., p. 54.

35On peut ainsi rapprocher les 400 000 livres de manque à gagner avancées par les édiles de Pont-à-Mousson de l’évaluation, plus modeste et sans doute plus réaliste, contenue dans un mémoire grenoblois contemporain qui estime de son côté que l’installation d’une université rapporterait seulement 200 000 livres annuelles à la ville au milieu du XVIIIe siècle94. Cette estimation grenobloise peut elle-même être comparée à celle proposée deux cents ans plus tôt à Valence : en 1556, Jean de Monluc, évêque de Valence, promettait un retour sur investissement pharamineux en cas de recrutement réussi de deux professeurs :

  • 95 Cité par Vénard M., « Concurrentes ou complémentaires… », art. cit., p. 345.

« Je ne désire rien tant que de voir la ville de Valence augmenter en bien et réputation. À cet effet, comme l’université peut favoriser heureusement ces vues, j’ai fait des avances à Orléans, au docteur Bourg, où sa réputation attire de nombreux Anglais et Allemands. Il est homme de bien, connu et renommé parmi les savants de ce royaume. Il faudrait lui adjoindre M. Baldoin de Bâle, à eux deux, ils attireraient au moins 500 étrangers, qui dépenseraient tous les ans 100 000 livres, outre les nombreux écoliers de ce royaume95. »

  • 96 Comparer la valeur d’une monnaie à deux siècles de distance constitue un problème d’une extrême co (...)

36En plus des ressorts de cette réussite économique escomptée (recruter des professeurs célèbres afin d’attirer les étudiants étrangers qui sont encore très mobiles à cette date), on soulignera surtout que les 100 000 livres évoquées par Monluc en 1556 représentent une somme bien plus importante que les 200 000 attendues à Grenoble au XVIIIe siècle ou même que les 400 000 prétendument reçues par Pont-à-Mousson96. Même en faisant la part d’une possible exagération des ordres de grandeur avancés par ces différentes sources, ceci constitue un premier indice d’une baisse des revenus tirés d’une présence universitaire au cours de la période étudiée.

  • 97 Julia D. in Verger J., Histoire des universités en France, op. cit., p. 177.
  • 98 Compte rendu aux chambres assemblées, le 11 décembre 1764, par M. de Saussin, conseiller de la cour (...)
  • 99 Fournier P. et al., L’Université de Grenoble, op. cit., p. 261 et p. 256.
  • 100 Favier R., art. cit., p. 56.
  • 101 Ibid., p. 56-57.
  • 102 Martin E., op. cit., p. 41.

37En effet, l’évolution des pratiques étudiantes contribue certainement à limiter les effets d’une implantation universitaire. Malgré les tentatives de réforme des études de droit entreprises par Colbert à la fin du XVIIe siècle, on observe toujours au XVIIIe siècle une distinction très nette entre les villes d’étude et les villes de prise des grades97. La résidence effective des étudiants près des facultés n’est donc en rien certaine. Quelle économie peut bien être induite par l’université d’Orange, où l’on ne trouve, selon un état dressé en 1764, « nul écolier, que des voyageurs qui se font graduer98 » et alors qu’aucun enseignement n’y est dispensé, selon une commission d’enquête de 173899. Quant à Valence, la même source indique que l’enseignement n’y débute qu’à Pâques, ce qui restreint sans doute fortement la résidence effective des étudiants. Dans cette dernière ville, l’enseignement lui-même est concurrencé par le développement de cours privés de droit à Grenoble, en dehors de toute structure universitaire100, ce qui limite encore le séjour à Valence. La désertion de Valence par les futurs avocats grenoblois est confirmée par le choix qui devient majoritaire au fil du XVIIIe siècle de se faire graduer à Orange, qui n’a aucun cours à offrir mais supplante toutes ses rivales par son indulgence101. Le barreau grenoblois se forme donc sur place et ne séjourne à l’université que le temps nécessaire pour recevoir son grade (ce qui explique sans doute la relative modestie du gain financier attendu d’une implantation universitaire à Grenoble dans le mémoire cité plus haut). Le même phénomène de développement local d’un enseignement « sauvage » des disciplines des facultés dans des villes dépourvues d’universités est observé pour le droit à Rennes et pour la médecine à Nancy, qui dispose dès 1752 d’un collège royal de médecine, où se donnent des cours qui surpassent ceux de la faculté de médecine de Pont-à-Mousson102. Même en l’absence d’université, les villes qui ont des étudiants à former semblent donc avoir développé des stratégies pour contourner le blocage de la carte universitaire et pour maintenir localement leur jeunesse. Dans ces conditions, perdre ou gagner une université n’est peut-être plus une si grande affaire du point de vue économique.

  • 103 Fournier P. et al., L’Université de Grenoble, op. cit., p. 33-41 fournit le récit de ces deux épis (...)
  • 104 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 3.
  • 105 Balsan A., « Valence et Grenoble, une longue rivalité », Bideaux M. et Fragonnard M.-M., Les Échan (...)
  • 106 Revel J., « Les Universités françaises du XVIe au XVIIIe siècle : l’innovation par surcroît ? », a (...)

38Le gain politique, entrevu dans le discours des villes qui se veulent capitales, constitue certainement le principal moteur qui continue d’alimenter la compétition entre les villes au XVIIIe siècle. Le triomphe progressif d’une politique d’affichage est confirmé par la nature des investissements qui sont réalisés par les villes d’accueil. On peut comparer de ce point de vue les efforts réalisés, à deux siècles de distance, par deux universités qui ont obtenu une université : Grenoble au XVIe siècle et Nancy au XVIIIe. En 1543, année de la création de l’éphémère université de Grenoble, le conseil de la ville décide d’affecter à l’université une somme de 1 124 livres tournois, qui servira au paiement pendant quelques années d’un docteur étranger, afin de donner du lustre à l’université et attirer les étudiants dans la ville. Le doyen de l’université, Pierre Bucher, négocie en ce sens avec un docteur célèbre d’origine piémontaise, Mathieu Gribaldi (ou Gribaud), qui avait enseigné le droit dans les universités de Pise, Pérouse, Toulouse, Cahors et Valence. Après avoir entretenu ce Gribaldi jusqu’en 1545, la ville débloque à nouveau en 1547 cinq cents livres pour débaucher « maître Corras », qui enseigne alors à Valence. Grenoble lui propose même de le faire nommer conseiller en son Parlement103. Les efforts déployés par Grenoble conduisent ici à une compétition frontale, à travers le recrutement d’enseignants célèbres et susceptibles d’attirer en masse des étudiants encore mobiles, sur le modèle décrit à la même période pour Valence par Jean de Monluc et cité plus haut (les 500 étrangers et les 100 000 livres de 1556). À l’inverse, en 1768, Nancy met en avant les bâtiments qu’elle a construits pour les facultés de droit et de médecine, le « palais de l’université », estimé à plus de 100 000 écus et dont les travaux sont achevés et 1778. Mais elle ne dit pas un mot de ses efforts en faveur de l’enseignement104. La tradition valentinoise d’embaucher à grands frais des célébrités étrangères s’éteint d’ailleurs définitivement au début du XVIIe siècle avec, en 1613, le dernier recrutement d’un Italien, Jules Pacius105. Ce désintérêt pour l’investissement dans l’enseignement n’est pas isolé, comme le montre le refus de payer le professeur de droit à Nantes en 1698, relevé plus haut, ou les refus de financement des chaires aux XVIIe et XVIIIe siècles repérés à Avignon, Besançon, Bordeaux ou Aix106. Autrement dit, on investit alors dans la pierre plus que dans les hommes. L’important semble désormais davantage de posséder une université que de la faire fonctionner, de manifester son rang et son autonomie vis-à-vis des rivales plus que de récupérer la manne des dépenses étudiantes.

*

  • 107 Revel J., art. cit., p. 85.
  • 108 Outre le rôle joué par les souverains anglais lors de la création d’universités dans les territoir (...)
  • 109 Charle C., Roche D. (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques. Paris et les expériences (...)

39L’université apparaît ainsi au XVIIIe siècle comme un « ornement local », selon l’expression de Jacques Revel107 ou, plus précisément, comme un attribut censé manifester un statut de capitale régionale. Cette fonction n’est pas entièrement neuve, puisque bien des créations du XVe siècle (Aix, Caen, Bordeaux, Nantes) sont le fait de princes ou de grands féodaux soucieux d’affirmer l’autonomie de leur territoire108. Les nombreuses gravures du XVIe siècle qui dressent le « portrait de la ville et université » de telle ou telle localité illustrent également le prestige attaché à une présence universitaire, du point de vue des édiles qui commandent de telles représentations. La nouveauté de la fin de la période tient plutôt au fait que cette dimension symbolique prend le pas sur les bénéfices économiques attendus, en raison de l’évolution des pratiques étudiantes. Dans les discours comme dans la réalité comptable, l’université-ressource devient de plus en plus une université-attribut. La nature de la compétition change également, puisqu’on passe d’une rivalité entre des villes universitaires de même nature (seuls le prestige et la taille de leur université varient), qui partagent les mêmes objectifs (attirer en masse les étudiants) au XVIe siècle, à la confrontation entre différents modèles de villes au XVIIIe siècle. Même si toutes proclament leur « grandeur », on constate que les villes bénéficiaires de la modeste redistribution opérée alors ne sont pas les cités de premier ordre à l’échelle nationale, ni les toutes petites. Ce sont plutôt des villes moyennes qui ont repris à leur compte les représentations monarchiques sur la concentration des fonctions administratives et religieuses. Les nouvelles villes universitaires françaises du XVIIIe siècle sont donc des centres urbains de second voire de troisième rang (après Paris et les grandes cités marchandes comme Lyon, Nantes, Lille ou Marseille), étroitement liés à la monarchie. Distancées démographiquement et économiquement, elles tentent d’agréger la fonction culturelle à la fonction administrative – aucune ne prétend plus se reposer sur la seule activité universitaire, à la différence par exemple des villes universitaires allemandes ou anglaises. Sans jouer le rôle clé pointé par Christophe Charle et Daniel Roche109, la fonction culturelle, matérialisée ici par l’obtention d’une université, apparaît donc bien souvent au XVIIIe siècle comme la béquille de capitales régionales en quête de développement.

Annexes

Annexe. Ouvertures et fermetures d’universités en France, des origines à la Révolution110

Notes

1 Voir Julia D., Revel J., Chartier R., Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, t. 1 et 2, Paris, Éd. de l’EHESS, 1986-1989 et, pour une présentation plus synthétique, la contribution de Julia D. dans l’ouvrage de Verger J., Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, 1986, p. 163.

2 Chartier R., Compere M.-M., Julia D., L’Éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, SEDES-CDU, 1976, p. 249-250. Cette perspective est reprise par Revel J., « Les Universités françaises du XVIe au XVIIIe siècle : l’innovation par surcroît ? », Lepetit B., Hoock J., La Ville et l’innovation. Relais et réseaux de diffusion en Europe 14e-19e siècles, Paris, EHESS, 1987, p. 78 et sq.

3 Il convient cependant de signaler la contribution de Vénard M., « Concurrentes ou complémentaires ? Les universités du Sud-Est de la France », Bideaux M. et Fragonnard M.-M., Les Échanges entre les universités européennes à la Renaissance, Génève, Droz, 2003, p. 337-348, qui dépasse le cadre monographique mais envisage la concurrence entre villes universitaires dans un espace et une période plus réduits que dans la présente étude.

4 Dainville F. de, « Villes de commerce et humanisme », L’Éducation des jésuites (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Éditions de Minuit, 1978, p. 25-42, exemple repris par J. Revel, art. cit., p. 85.

5 Cook H. J., « Amsterdam, entrepôt des savoirs au XVIIe siècle », RHMC, 2008/2, no 55-2, p. 19-42. L’auteur revient en particulier (p. 32) sur la leçon inaugurale de Gaspard van Baerle du 8 janvier 1632 : « Je montrerai qu’il y a une excellente alliance entre le commerce et l’étude de la sagesse et des lettres et que le désir d’accroître ses richesses n’est pas contradictoire avec la réflexion de l’esprit. » Voir aussi sur cette question, du même, Matters of Exchange : Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age, New Haven, 2007.

6 Lepetit B., Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 154.

7 Teulé P., « L’Ancienne université nantaise », Revue de Bretagne, t. 21, 1867, p. 337-350, p. 344, p. 347-348 et Pocquet Du Haut-Jussé B. A., « Histoire ancienne de notre université », Annales de Bretagne, t. LV, 1948, p. 156-182, p. 171-172.

8 Lettres patentes de renouvellement des privilèges de l’université d’Angers, janvier-1611, Privilèges de l’université d’Angers…, (recueil de pièces), Angers, 1709, BnF, L 4.3-A, p. 41.

9 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon n’aura lieu que pour la faculté de droit seulement, du 27 septembre 1722, BnF F-23652 (1041).

10 Voir Lettres et instructions du cardinal de Richelieu, par M. d’Avenel, Paris, 1856, t. II, p. 181-182 et Richelieu, Testament politique, édition établie par Hildesheimer F., Paris, Honoré Champion, 1995, p. 137-140.

11 Bibl. de l’Arsenal, ms 5759, fol. 2-9.

12 Requête des magistrats de Besançon, au sujet de la création projetée d’une université à Dijon, pour les habitants du duché de Bourgogne, vers 1722, BnF FOL-FM-1388.

13 Au Roi. Requête des recteur et doyens de l’université de Paris, opposants à l’érection de deux nouvelles universités à Dijon et à Pau, 1722, BnF FOL-FM-17984.

14 Requête des recteurs, doyens… de l’université de Paris…, BnF FOL-FM-17984 (double de 12992 (1)). Le testament politique de Richelieu est cité p. 2, le trop grand nombre d’universités p. 4.

15 Verger J., Les Universités au Moyen Âge, Paris, PUF, 1973, p. 141.

16 Voir Saupin G. et Le Gall Y., « L’université dans la compétition pour la prépondérance entre Rennes et Nantes », Emptoz G., Histoire de l’université de Nantes, 1460-1993, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 74-101.

17 Lettres patentes du 8 août 1589, citées par Fournier M., « Notes et documents sur l’université de Rennes », Nouvelle revue historique de droit français et étranger, 1890, p. 298-323, p. 300.

18 Lettres patentes enregistrées au parlement de Besançon le 19 juin 1691, BnF F-5001 (506).

19 Voir Favier R., « Enseigner le droit en Dauphiné sous l’Ancien Régime », Mathieu M., De l’école de droit à la faculté de droit de Grenoble (1806-2006). Héritage historique et enjeux contemporains. Grenoble, 2006, p. 47-57 et BnF, Ms fr 8369, Mémoire sur le Dauphiné.

20 La déclaration de transfert de la faculté de Nantes à Rennes en 1735 reprend les mêmes arguments et est reproduite par Maitre L., « L’Université de Nantes », Revue de Bretagne et de Vendée, t. 39 à 42, 1876-1878, p. 18.

21 Édit… portant réunion de l’université de Cahors à celle de Toulouse…, enregistré au parlement de Toulouse le 23 juin 1751, Paris, 1755, p. 1, BnF F-21149 (99).

22 Favier R., art. cit., p. 54.

23 Ibid., p. 52.

24 Voir Ferté P., L’Université de Cahors au XVIIIe siècle (1700-1751). Le coma universitaire au siècle des Lumières, Saint-Sulpice-la-Pointe, 1974, p. 284-289 et la correspondance donnée en annexe.

25 Lettre de Vidaud de la Tour, premier président du parlement de Grenoble au chancelier Maupeou, du 6 décembre 1771, Bibl. mun. de Grenoble, ms no 1624, fol. 21, cité dans Fournier P., Balleydier L., Busquet R., Moniez R., L’Université de Grenoble. Livre du centenaire de la Faculté de droit, Grenoble, impr. de Allier frères, 1906, p. 261.

26 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon…, op. cit.

27 Sur les députés des villes en Cour, voir Gutton J.-P., « Les Députés de la ville de Lyon en cour », in Livet G. et Vogler B. (éd.), Pouvoir, ville et société en Europe. 1650-1750, Strasbourg : Association des publications près des universités de Strasbourg ; Paris : Éditions Ophrys, 1983, p. 183-189 et Zink A., « Les députés des villes en cour », De la Res publica a los Estados modernos. Journées internationales d’histoire du droit, Bilbao : Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, 1992, p. 213-234.

28 Arch. Mun. de Nantes, registre BB 82, lettre de mai 1735.

29 Ibid.

30 Lettre de Vidaud de la Tour, du 6 décembre 1771, voir note 25.

31 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, BnF FOL 26387.

32 Favier R., art. cit., p. 52-54.

33 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon…, op. cit.

34 Moyens de défense qu’oppose l’université de Nantes au projet de la translation à Rennes, vers 1764, Arch. dép. de la Loire-Atlantique, D2.

35 Mémoire de la ville et cité de Pont-à-Mousson, en réclamation de son université, 1er mars 1789, BnF 4-LK7-7982, p. 7-8.

36 Requête des magistrats de Besançon, au sujet de la création projetée d’une université à Dijon, pour les habitants du duché de Bourgogne, vers 1722, BnF FOL-FM-1388.

37 Moyens de défense qu’oppose l’université de Nantes au projet de la translation à Rennes, vers 1764, op. cit. ; Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, op. cit., p. 8.

38 Mémoire pour la ville de Nantes, Arch. Mun. de Nantes, carton II, dossier 150, vers 1734.

39 Mémoire [rédigé par la ville de Nantes contre le projet de translation de toute l’université vers Rennes], s. d. [Louis XVI régnant], Arch. dép. de la Loire-Atlantique, D2.

40 Arch. mun. de Nantes, GG 651, pièce 10.

41 Pièces conservées aux Arch. mun. de Nantes, carton II, dossier 150.

42 Dainville F. de, art. cit., p. 34-35.

43 Mémoire concernant la translation de l’université d’Orange à Grenoble et l’université de Valence à Lyon, cité par Favier R., art. cit., p. 51-53.

44 Mémoire pour l’université de Nantes, Arch. mun. de Nantes, carton II, dossier 150.

45 Ibid.

46 Mémoire pour les sieurs recteurs… de l’université de Valence, Valence, 1743, et Requête adressée… par les échevins de Valence, cité par R. Favier, art. cit., p. 54.

47 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 4.

48 Au Roi. Requête des recteur et doyens de l’université de Paris, opposants à l’érection de deux nouvelles Universités à Dijon et à Pau, 1722, op. cit.

49 Mémoire présenté par les recteurs, doyens, suppôts des universités de Poitiers, Angers Reims, Caen, Bourges, Toulouse, Bordeaux et Aix…, 1722, BnF FOL-FM-17985.

50 Au Roi. Requête des recteur et doyens de l’université de Paris…, 1722, op. cit.

51 Au Roi. Pour les élus généraux de Bourgogne, contre les universités de Paris et de Besançon… (au sujet de la création d’une université à Dijon), 1722, BnF FOL-FM-2086, p. 5.

52 Au Roi. Requête des magistrats de Besançon…, op. cit.

53 Julia D., Revel J., Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, op. cit., t. II.

54 Au Roi. Réponse des élus du duché de Bourgogne aux nouvelles requêtes des universités de Paris et de Besançon… (concernant la création d’une université à Dijon), 1722, BnF FOL-FM-2089, p. 1.

55 Rapport de la commission du président Grammont, 30 août 1738, cité par R. Favier, art. cit., p. 50.

56 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, BnF FOL 26387, p. 5.

57 Favier R., art. cit., p. 56.

58 Mémoire (de la ville de Rennes en faveur de la translation de l’université de Nantes à Rennes), cité par Fournier M., « Notes et documents sur l’université de Rennes », art. cit., p. 303-305.

59 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 2.

60 Lepetit B., Les Villes dans la France moderne, op. cit., p. 211 pour le classement administratif par les fonctions ; p. 60 puis p. 71 sq. pour l’effacement de la notion de ville close et l’importance grandissante des fonctions administratives dans la définition de la ville à partir du XVIIe siècle.

61 Requête des recteurs doyens des trois facultés de théologie, de droit, de médecine…, BnF FOL-FM-17984, p. 4.

62 Mémoire de la ville et cité de Pont-à-Mousson, en réclamation de son université…, 1789, BnF 4-LK7-7982, p. 3-4 et p. 9.

63 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, 1789, op. cit., p. 2.

64 Ibid., p. 6.

65 Ibid., p. 7.

66 Ibid.

67 Voir dans le présent ouvrage l’étude par Jean-Luc Le Cam de l’université d’Helmstedt.

68 Lettres patentes pour la translation de l’université de Dole en la ville de Besançon, enregistrées au parlement de Besançon le 19 juin 1691, BnF F-5001 (506).

69 Au Roi. Réponse des élus du duché de Bourgogne aux nouvelles requêtes des universités de Paris et de Besançon…, op. cit.

70 Arrêt du conseil d’Estat qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon…, op. cit.

71 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 3.

72 Mémoire (de la ville de Rennes en faveur de la translation de l’université de Nantes à Rennes), op. cit.

73 Maitre L., « L’Université de Nantes », art. cit., p. 15-17.

74 Saupin G. et Le Gall Y., « L’Université dans la compétition pour la prépondérance entre Rennes et Nantes », art. cit., p. 74-101.

75 Favier R., « Enseigner le droit en Dauphiné sous l’Ancien Régime », art. cit., p. 55.

76 Ibid.

77 Arrêt du conseil d’Estat du roi qui ordonne que l’établissement d’une université en la ville de Dijon n’aura lieu que pour la faculté de droit seulement, op. cit..

78 Mémoire de la ville et cité de Pont-à-Mousson, en réclamation de son université, op. cit., p. 3.

79 Durival N. L., Description de la Lorraine et du Barrois, Nancy, 1778-1783, t. 4, 1783 ; Lallemand P. et Noël M., Pont-à-Mousson, Lyon, Imprimerie Lescuyer, 1968, p. 67. La population est estimée à 5 620 habitants dès 1712 (alors que les effectifs de l’université sont alors faibles) par Laperche-Fournel M.-J., La Population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1985, cité par Mahler R., « La vie à Pont-à-Mousson au XVIIIe siècle d’après la chronique de Jean-Michel Pierson », Andriot C., Henryot F. et Masson P., Pont-à-Mousson. Essor et fastes d’une ville (XIIe-XXe siècles), 4e journées d’études Meurthe-et-Mosellanes tenues à Pont-à-Mousson les 10 et 11 octobre 2009, sl, 2010, Gérard Louis éd., p. 141-161, p. 143.

80 Martin E. (Abbé), L’Université de Pont-à-Mousson (1572-1768), Paris-Nancy, Berger-Levrault, 1891, p. 151.

81 De nombreux exemples de prix de pensions sont fournis dans la série d’ouvrages de Compère M.-M. et Julia D., Les Collèges français (XVIe-XVIIIe siècles), Répertoire, Paris, INRP/Éditions du CNRS, 3 vol., 1984-2002.

82 Voir Mahler R., « La Vie à Pont-à-Mousson au XVIIIe siècle… », art. cit. p. 154 et Andriot C., « L’école royale militaire de Pont-à-Mousson (1776-1793) », Andriot C., Henryot F. et al., Pont-à-Mousson…, op. cit., p. 177-192.

83 Martin E., op. cit., p. 151.

84 Lallemand P., « Les fondations monastiques à Pont-à-Mousson au temps de la Réforme catholique », Tavenaux R. (préfacier), L’Université de Pont-à-Mousson et les problèmes de son temps. Actes du colloque organisé par l’Institut de recherche régionale en sciences sociales, humaines et économiques de l’université de Nancy II, Nancy, 1974, p. 135-148.

85 Martin E., op. cit., p. 51.

86 Lallemand P. et Noël M., Pont-à-Mousson, op. cit., p. 67.

87 Durival N. L., Description de la Lorraine…, op. cit., t. 1, cité par Mahler R. « La vie à Pont-à-Mousson au XVIIIe siècle… », art. cit. p. 143. et Andriot C., « L’école royale militaire de Pont-à-Mousson… », art. cit., p. 187.

88 Lallemand P. et Noël M., Pont-à-Mousson, op. cit., p. 93 et Henryot F., « Introduction », Andriot C., Henryot F. et al., Pont-à-Mousson…, op. cit., p. 9. Estimation confirmée par le recensement de 1793 (6 428 habitants, bien que ce recensement porte sur la « municipalité » et non sur la population strictement communale, voir <http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=27491>) et par Raux M., Monographie de la commune de Pont-à-Mousson, extrait du Bulletin de la société géographique de l’Est, Nancy, 1891, p. 3 qui avance 7 005 habitants en 1820.

89 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 9.

90 Favier R., art. cit., p. 54-55.

91 Fourgous J., Cahors au cours des siècles. Les grands faits de son histoire, Cahors, impr. de Coueslant, 1944, p. 144 ; Ferté P., L’Université de Cahors au XVIIIe siècle, op. cit., p. 298 (ce dernier auteur relativise cependant l’ampleur du déclin lié à la perte de l’université).

92 Lepetit B., Les Villes dans la France moderne, op. cit., annexe 2, « La Population des villes françaises de 10 000 habitants et plus, de 1700 à 1836 ».

93 Ibid.

94 Favier R., art. cit., p. 54.

95 Cité par Vénard M., « Concurrentes ou complémentaires… », art. cit., p. 345.

96 Comparer la valeur d’une monnaie à deux siècles de distance constitue un problème d’une extrême complexité, chaque méthode d’évaluation présentant d’indiscutables faiblesses. Facilement critiquables lorsqu’on tente de rapprocher les prix contemporains des prix de l’époque moderne (dans des sociétés et des systèmes productifs bien différents), ces tentatives paraissent un peu moins périlleuses à l’intérieur d’un système économique qui n’a pas fondamentalement changé entre 1550 et 1750. Pour simplement donner un ordre de grandeur, on rappellera qu’en dehors des périodes de crise frumentaire le setier de blé vaut approximativement 5 livres tournois à Paris au milieu du XVIe siècle, contre environ 25 livres au milieu du XVIIIe siècle, ce qui signifierait qu’une livre de 1556 vaudrait 5 livres de 1768. Dans l’abondante littérature d’histoire économique, on renvoie aux classiques Fourastier J., « Quelques réflexions sur l’évolution du niveau de vie des classes ouvrières », Revue économique, 1950, vol. 1, 1950, p. 467-479, p. 469 ; Baulant M., « Le Prix des grains à Paris de 1431 à 1788 », Annales. Économies, sociétés, civilisations, 23e année, no 3, mai-juin 1968, p. 520-540, p. 538 et 540.

97 Julia D. in Verger J., Histoire des universités en France, op. cit., p. 177.

98 Compte rendu aux chambres assemblées, le 11 décembre 1764, par M. de Saussin, conseiller de la cour, Grenoble, 1765.

99 Fournier P. et al., L’Université de Grenoble, op. cit., p. 261 et p. 256.

100 Favier R., art. cit., p. 56.

101 Ibid., p. 56-57.

102 Martin E., op. cit., p. 41.

103 Fournier P. et al., L’Université de Grenoble, op. cit., p. 33-41 fournit le récit de ces deux épisodes. Ce « maître Corras » peut être identifié à Jean de Coras, (1515-1572), successivement professeur de droit à Toulouse et Valence, qui deviendra ensuite conseiller au Parlement de Toulouse et connaîtra la célébrité comme juge en charge de l’affaire Martin Guerre (1560), appelée à une longue postérité, sur laquelle il a lui-même écrit (Arrest mémorable du parlement de Tolose contenant une histoire prodigieuse de nostre temps…, Lyon, 1561).

104 Réponse de l’université de Nancy aux réclamations de la ville de Pont-à-Mousson, op. cit., p. 3.

105 Balsan A., « Valence et Grenoble, une longue rivalité », Bideaux M. et Fragonnard M.-M., Les Échanges entre les universités européennes…, op. cit., p. 331-335, p. 334.

106 Revel J., « Les Universités françaises du XVIe au XVIIIe siècle : l’innovation par surcroît ? », art. cit., p. 84-85.

107 Revel J., art. cit., p. 85.

108 Outre le rôle joué par les souverains anglais lors de la création d’universités dans les territoires qu’ils contrôlaient pendant la Guerre de Cent ans, cette logique est repérable par exemple à Nantes, où le duc de Bretagne affirme que la future université servira à « l’ornement de son duché » (voir Pocquet Du Haut-Jussé B. A., « Histoire ancienne de notre université », Annales de Bretagne, t. LV, 1948, p. 156-182, p. 158).

109 Charle C., Roche D. (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques. Paris et les expériences européennes, XVIIIe-XXe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

110 Les dates fournies ont une valeur indicative, car il existe presque toujours un décalage de plusieurs années entre l’acte de fondation de l’université et l’ouverture effective des cours qui, selon les cas, précède ou suit l’acte de fondation. Entrer dans ces considérations apparaît hors de propos ici. Pour une chronologie synthétique (mais partielle), voir Verger J., Histoire des universités en France, op. cit., p. 421-423 et Fournier M., Les Statuts et privilèges des universités françaises depuis leur fondation jusqu’en 1789, Paris, L. Larose et Forcel, 1890-1891.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search