Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Première partie. Réseaux urbains et universitaires entre concurrences et divergences

Autonomie, monopole, concurrence : le facteur urbain dans la construction du réseau universitaire dans les Provinces-Unies

Willem Frijhoff

Texte intégral

  • 1 Pour le réseau universitaire néerlandais à l’époque moderne, voir : Frijhoff W., La Société néerla (...)

1Dès la fondation de la première université dans les provinces septentrionales rebelles des anciens Pays-Bas, en 1575, le facteur urbain – c’est-à-dire la conscience de l’intérêt civique de l’enseignement supérieur et la promotion des intérêts politiques, économiques et culturels de villes concurrentes entre elles – apparaît comme déterminant dans la constitution du réseau universitaire, à côté d’autres facteurs comme le développement des États ou la confessionnalisation de la société1. En prévision de l’autonomie de leur territoire, les insurgés réformés désiraient fonder une école théologique d’inspiration calviniste pour former des pasteurs sûrs, à la place d’anciens prêtres convertis, d’une orthodoxie souvent douteuse, qui encadraient tant bien que mal les paroisses passées à la Réforme protestante. Mais beaucoup d’insurgés, en particulier les magistrats urbains et les intellectuels qui combattaient pour la liberté politique et religieuse plutôt que pour un changement de confession, désiraient aller plus loin. Ils aspiraient à ce centre de formation universitaire dans les arts et le droit qui faisait cruellement défaut dans le Nord, région depuis longtemps culturellement autonome et économiquement prospère. Ils voulaient ainsi échapper au pouvoir catholique militant représenté par les universités de Cologne, de Louvain et depuis peu de Douai.

Le cas de Leyde

La ville au cœur de la fondation universitaire

  • 2 Cf. Bedaux J.C., Hegius poeta. Het leven en de Latijnse gedichten van Alexander Hegius, thèse univ (...)
  • 3 Slechte H., Geschiedenis van Deventer. I : Oorsprong en Middeleeuwen, Zutphen, Walburg Pers, 2010, (...)
  • 4 Rogier L.J., Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, 3 t., (...)

2Le choix de Leyde comme site de la première université en titre des futures Provinces-Unies est un bel exemple de la conjonction du facteur étatique et du facteur urbain qui devait demeurer si caractéristique de la future République marchande. La création de l’université de Leyde fait suite à des tentatives inabouties d’autres villes. Dès 1553, le conseil de Haarlem, ville qui était probablement le centre urbain de la Hollande le plus avancé dans le domaine culturel – à côté d’Utrecht dans la province voisine –, avait demandé en vain à l’empereur la permission d’ériger une université. Huit ans plus tard, en 1561, au moment de la création de nouveaux diocèses dans le Nord, jusqu’alors inclus dans l’immense diocèse d’Utrecht, et parallèlement à la création de l’université de Douai pour les diocèses francophones du Sud, le nonce pontifical Commendone suggéra d’établir une université dans le nouveau siège épiscopal de Deventer, ville déjà fameuse pour son école humaniste où avait notamment étudié Érasme sous maître Alexander Hegius2. L’argument du nonce n’était pas d’ordre urbain mais s’inscrivait dans le mouvement de la Réforme catholique. La suggestion ne fut pas retenue. Mais le magistrat de Deventer, où l’évêque Aegidius de Monte avait fondé en 1571 un séminaire éphémère, revint à la charge en 1579, encore sous le régime catholique espagnol. Il argua qu’un nouveau collegium studiosorum pourrait être financé avec le revenu des biens temporels du célèbre couvent du Mont Sainte-Agnès près de Zwolle qui venait d’être supprimé au profit de la manse épiscopale de Deventer. Mais le magistrat de la ville de Zwolle, rivale commerciale de toujours de Deventer, fit échouer cette initiative3. Dans la ville d’Utrecht, quelques catholiques haut placés envoyèrent en 1574 au nonce Gropper à Cologne une requête pour fonder un séminaire tridentin utilisant l’école des Frères de la Vie Commune, mais en vain4.

  • 5 Pour plus de détails sur la concurrence universitaire entre les villes néerlandaises : Frijhoff W. (...)
  • 6 Otterspeer W., Groepsportret met dame. I : Het bolwerk van de vrijheid. De Leidse universiteit, 15 (...)
  • 7 Cette incertitude sur le statut ou la valeur des grades conférés dans la République a pu favoriser (...)

3À partir de 1574 les réformés réclamèrent à leur tour une université. La classis de Zélande – c’est-à-dire l’assemblée régionale des communautés réformées locales – proposa la première la création d’une université pour mieux asseoir la Réforme protestante. La capitale de cette province, Middelbourg, se porta candidate. Immédiatement, le conseil de Gouda (Hollande) réagit en réclamant cette université pour sa propre ville, afin de remédier au malaise économique qu’elle subissait5. Poussé par son entourage, Guillaume d’Orange écrivit le 28 décembre 1574 aux États des deux provinces qu’une université devait être érigée « pour instruire la jeunesse dans la juste connaissance de Dieu et dans les bons et honnêtes arts libéraux et sciences, afin qu’ils soient formés et éduqués pour le gouvernement légal du pays ». Le 2 janvier 1575, quelques jours après sa déclaration de principe, il fixa son choix sur la ville de Leyde. On disait qu’il voulait récompenser Leyde d’avoir résisté vaillamment au siège espagnol meurtrier de l’année précédente. C’est en effet ce motif – la ville et son université comme praesidium libertatis (« bastion de la liberté ») – qui est entré dans la mythologie comme l’élément fondateur de l’université. Il fallait cependant agir vite car plusieurs villes réclamaient cette fondation simultanément. Le lobby mis en place par les bourgmestres de Leyde s’avéra efficace. Dès le 6 janvier la ville présenta aux États un projet d’établissement de l’université dans un couvent désaffecté, assorti de divers avantages, en particulier la franchise d’accises locales et du guet pour les suppôts de l’université. Les ambitions de ce projet dépassaient celles de Guillaume d’Orange, qui s’était borné à proposer un collège humaniste trilingue (comme à Louvain) assorti d’une simple école de théologie et d’arts libéraux. Les représentants de la municipalité de Leyde exigeaient que l’université prévoie également un enseignement en droit et en médecine, les deux matières permettant de former une vraie élite autochtone. La décision fut prise le même jour par les États, dans le sens proposé par la ville, et l’université de Leyde fut fondée avec quatre facultés. L’acte de fondation fut fictivement mis au nom du roi toujours légitime Philippe II, qui n’allait pas tarder à être destitué (1581)6. Cet acte fictif a d’ailleurs longtemps gêné la reconnaissance de l’université de Leyde et de ses diplômes dans les pays catholiques, en particulier auprès de l’empereur. Les rois de France Henri IV (en 1597) et Louis XIII (en 1624), en tant qu’alliés politiques de la République, firent cavalier seul dans leur reconnaissance précoce de Leyde7. Rappelons que la Hollande faisait à ce moment toujours partie du Saint Empire, dont elle ne devait formellement sortir qu’en 1648, lors de la Paix de Westphalie.

4Le facteur urbain joua également un rôle très important lors de la fixation des statuts de cette nouvelle université, même si leur analyse montre que ce facteur se combine avec d’autres contraintes ou puissances. Dès le 12 février 1575 un accord fixant les statuts de l’université comme institution provinciale fut conclu entre les bourgmestres de Leyde et les États de Hollande et de Zélande. Cette université avait un caractère nettement humaniste, la dimension religieuse étant présente sans être prépondérante. Pendant longtemps l’université a oscillé entre d’une part un rayonnement large (manifesté par ses liens avec l’Église réformée, le développement des sciences et le recrutement supra-provincial et international) et, d’autre part, son rôle de soutien des élites locales de Leyde et des autres villes de la Hollande. De fait, Leyde devint finalement l’exemple même d’une université civique de caractère libéral, appelée dès ses statuts Academia Ecclesiae et Reipublicae seminarium, c’est-à-dire simultanément école de formation pour l’Église et l’État. Le terme d’académie, comme l’université a toujours continué de s’appeler, renvoyait sans équivoque au modèle humaniste. Les premiers professeurs étaient des calvinistes immigrés ou réfugiés qui auraient préféré suivre à la lettre le modèle strasbourgeois de Jean Sturm, populaire parmi les réformés. Ce modèle réunissait l’enseignement secondaire et supérieur dans une seule institution, avec un cycle d’enseignement de quatorze ans. Mais, contrairement aux souhaits des professeurs, la ville refusa l’absorption de son école latine urbaine par l’université provinciale. Seule la reconnaissance des élèves de la tertia et au-delà comme suppôts de l’université assura la continuité entre les deux établissements, comme en témoignera tout au long de l’Ancien Régime la matricule qui recensait les collégiens parfois dès l’âge de douze ans.

  • 8 Sur les privilèges universitaires de Leyde, voir Molhuysen P.C., De voorrechten der Leidsche Unive (...)

5Les bourgmestres réussirent à faire accepter par les États provinciaux quelques principes supplémentaires propres à insérer l’université dans la politique et le tissu urbains. Tout d’abord, tous les docteurs promus à Leyde et vivant dans la ville devaient pouvoir faire partie du sénat. En second lieu, les quatre bourgmestres en exercice de la ville étaient adjoints au conseil de gouvernance de l’université, lui-même composé de trois membres (curatores) – souvent des nobles – nommés par les États provinciaux pour assurer la gestion et superviser l’institution. Ensemble, les curatores et bourgmestres devaient nommer les nouveaux professeurs. Mais comme les bourgmestres avaient la majorité dans ce comité, c’étaient leurs préférences qui bien souvent prévalaient dans le choix final. D’ailleurs, dans la pratique quotidienne, les bourgmestres, qui étaient sur place et se réunissaient plusieurs fois par semaine, dominaient la gestion et s’occupaient des affaires courantes de l’université. Enfin, dans le tribunal académique, c’est-à-dire le forum privilegiatum qui assurait l’exemption juridique des membres ou « suppôts » de l’université (professeurs, docteurs vivant dans la ville, étudiants et tous ceux qui étaient dûment immatriculés), les bourgmestres et échevins de Leyde occupaient la majorité des sièges, à côté du recteur et des représentants du sénat. Autrement dit, si les universitaires échappaient ainsi à la justice ordinaire de la province, le lien avec l’ordre urbain et civique demeurait sauvegardé par ce biais8.

  • 9 Meursius J., Athenae Batavae. Sive de urbe Leidensi, et Academia, virisque claris, qui utramque in (...)
  • 10 Pour l’insertion des sciences dans ce réseau on se reportera à mon essai « The University and Inno (...)
  • 11 Jensma G. Th., Smit F.R.H. et Westra F. (dir.), Universiteit te Franeker 1585-1811, Leeuwarden, Fr (...)

6Leyde chérissait l’image urbaine de son université. Après un début hésitant, l’université connut un essor fulgurant qui s’exprima dans la conscience d’un transfert réussi des centres du savoir du Sud de l’Europe vers le Nord, la translatio studii. Dès 1625, lors du premier cinquantenaire de l’université, Johannes Meursius donna à la réédition de son volume historique sur l’université le titre d’Athenae batavae, insistant fortement sur les liens entre université et ville, et sur l’incarnation du savoir ancien dans la nouvelle conjoncture urbaine de la Hollande9. C’est cette conscience d’être au centre d’une nouvelle culture civique, inscrite dans la prospérité de la République des Provinces-Unies avec ses autonomies urbaines, qui devait continuer à inspirer les fondations ultérieures10. La seule exception est peut-être l’université frisonne de Franeker. Elle fut créée en 1585 sur le modèle de Jean Sturm dans sa variante réformée, telle qu’elle venait d’être réalisée par Jean de Nassau l’Ancien, dans son nouveau gymnasium academicum de Herborn11. En fait, les statuts de Leyde représentent une forme hybride dans laquelle on reconnaît aussi bien le modèle parisien (infléchi par l’esprit de Louvain et Cologne) que des éléments du modèle sturmien comme institution de caractère proprement civique.

La défense de son monopole par Leyde

  • 12 Pour ce qui suit sur la concurrence universitaire entre les villes néerlandaises : Frijhoff, « Hog (...)

7Le facteur urbain transparaît encore dans une autre dimension, l’esprit de monopole au profit de la ville de résidence de l’université, et en particulier la résistance de la ville à toute concurrence universitaire qui pourrait nuire à ses intérêts12. Bien que formellement établie par les États des deux provinces réunies de Hollande et Zélande, l’université de Leyde a souvent argué de la récompense que l’université constituait pour la ville martyre qui s’était libérée elle-même du joug des Espagnols pour réclamer une vocation non seulement provinciale mais proprement nationale pour son université, excluant toute véritable compétition. Avant le XVIIIe ou XIXe siècle, le terme de « nation » s’applique difficilement à l’ensemble de la communauté néerlandaise, mais la lutte commune des provinces autonomes contre le souverain espagnol avait bien engendré un sentiment patriotique, partagé par tous dès le XVIIe siècle. Lorsque, à partir de 1585, d’autres universités furent créées dans la République naissante, c’est en jouant de ce sentiment que Leyde a essayé d’imposer sa vocation pan-néerlandaise, au minimum comme primus inter pares, mais parfois de façon plus prononcée. De fait, au cours du XVIIe siècle Leyde réussit à s’imposer comme l’université première des Provinces-Unies, le point d’aboutissement de toute carrière professorale réussie et le passage obligé pour un étudiant aux ambitions politiques dépassant le niveau purement local.

  • 13 Rammelman Elsevier W.J.C., « Verzet van burgemeesters van Leiden tegen het oprigten eener universi (...)
  • 14 Van Rooden P.T., Theology, Biblical Scholarship and Rabbinical Studies in the Seventeenth Century  (...)

8Aussi, lorsqu’en 1602 les États d’Utrecht projetèrent de fonder une université pour leur propre province à Amersfoort, la municipalité de Leyde s’insurgea. Elle s’opposa formellement à ce projet, allant jusqu’à offrir à la province d’Utrecht l’établissement d’un « collège d’Utrecht » dans la ville même de Leyde13. Lorsqu’en 1627 le théologien Constantin L’Empereur, professeur à l’école illustre de Harderwyk, fut appelé à Leyde, on y argua que Leyde avait droit à ce coryphée puisqu’elle était « en fait l’université de toute notre patrie14 ». Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, l’université de Leyde, activement secondée par la ville qui l’administrait, montra une extrême vigilance contre toute atteinte à sa position de monopole, voire contre toute forme de concurrence réelle ou supposée. En 1670, puis en 1678 et 1692, et encore en 1723, l’université s’efforça d’obtenir des États de Hollande le monopole de la concession de grades en droit pour toutes les personnes nées dans cette province et voulant exercer une profession juridique en Hollande. La résistance énergique des autres universités, en particulier celle d’Utrecht, réussit à éviter cette mesure funeste.

  • 15 Dès 1591 Middelbourg avait proposé la création d’un collège théologique qui suivrait une orthodoxi (...)
  • 16 Frijhoff, « Hoger onderwijs » (art. cit.), p. 119-127 ; Frijhoff, « Zeelands universiteit » (art. (...)

9Autre exemple, les efforts répétés pour élever l’école illustre de Middelbourg en université à part entière de la Zélande ou pour en créer une autre à La Haye en Hollande butaient invariablement sur la résistance farouche de Leyde15. En 1756, Pieter Mogge, un richissime bourgmestre de Zierikzee, en Zélande, légua un tiers de sa fortune colossale d’un million et demi de florins au projet de fondation d’une université de plein droit dans sa ville. Comme la faculté de théologie devait y avoir un caractère libéral excluant expressément les professeurs de tendance voetienne, l’on peut penser que Mogge s’opposait à Utrecht, où le célèbre Gisbertus Voetius avait, dès la fondation de l’université en 1636, marqué la faculté de théologie de son empreinte orthodoxe, plutôt qu’il ne s’attaquait à la faculté traditionnellement plus libérale de Leyde. Mais Leyde, dont le recrutement déclinait, prit peur. Lorsqu’en 1759 le magistrat de Zierikzee voulut effectuer cette fondation comme « académie urbaine » (Stadsacademie) et rédigea des statuts sans équivoque, Leyde sortit toutes ses munitions pour la prévenir. Au cours d’une procédure civile qui ne dura pas moins de huit ans, elle argua de l’union administrative ancienne entre les provinces de Hollande et de Zélande, qui assurait Leyde du monopole universitaire pour la Zélande. Zierikzee répliqua perfidement que la fondation de Leyde avait été illégale et qu’elle ne se sentait donc pas liée par son prétendu monopole. Leyde gagna cependant la bataille. En 1767 les États de Zélande refusèrent d’accorder le monopole à l’université de Zierikzee. Le projet fit long feu, et la fortune du bourgmestre alla aux orphelins de sa ville16.

  • 17 Frijhoff W., « What is an early modern university ? The conflict between Leiden and Amsterdam in 1 (...)

10Toute forme concurrente d’enseignement supérieur était activement combattue par Leyde. La volonté exprimée par Amsterdam en 1630 de créer un Athénée illustre dans la métropole commerciale conduisit Leyde à intenter à la ville un procès mémorable. Leyde le perdit cependant un an plus tard, la Cour estimant qu’il ne s’agissait point d’une infraction au monopole de la concession de grades17. Amsterdam argua avec succès de la diversification croissante de l’enseignement supérieur dans toute l’Europe. Immédiatement, d’autres villes de Hollande, puis dans d’autres provinces, s’empressèrent d’ériger des écoles semblables, ou simplement des professorats ponctuels destinés à donner des cours publics dans des matières utiles à la cité ou à des catégories particulières de citoyens : chirurgiens, navigateurs, géomètres, voire amateurs d’histoire ou de philosophie. C’est surtout l’irruption de la dimension civique dans la culture publique et sa traduction dans un projet éducatif généralisé et diversifié, en partie autodidactique, en partie inscrit dans un bouillonnant réseau comprenant toutes sortes de formes d’enseignement, qui frappe ici.

Les particularités du paysage éducatif des Provinces-Unies

Une structure politique éclatée

11Pour bien comprendre le rapport entre villes et provinces et bien mesurer l’importance du facteur urbain dans la République néerlandaise, il faut se souvenir de deux caractéristiques particulières de ce pays, l’une concernant sa structure politique, l’autre la genèse de son système éducatif en tant que dimension première de son équipement culturel. Dans l’Europe des monarchies modernes, où les princes exerçaient souverainement le droit régalien de fondation universitaire, la confédération des Provinces-Unies constituait un cas particulier. Il y avait bien quelques autres républiques en Europe, telles la Confédération suisse, la République quasi-monarchique de Venise, ou les républiques urbaines autonomes du Saint Empire Germanique. Mais la structure politique de la République des Provinces-Unies, née d’une longue histoire à l’intérieur de l’Empire, dont peu à peu la poignée de provinces à l’angle nord-ouest s’était singularisée, combinée avec la révolte contre le souverain espagnol, légitime mais ressenti comme tyrannique, conduisit les rebelles à opter pour une structure confédérale. Dans celle-ci, le pouvoir souverain était considéré comme investi par l’assemblée d’États de chacune des provinces. Ce pouvoir reposait sur les conseils urbains, dont les représentants constituaient l’essentiel des députés aux États provinciaux. Les États généraux siégeant à La Haye n’étant que l’assemblée cumulée des États provinciaux souverains, dotée pour l’essentiel de pouvoirs délégués en matière extérieure, la législation intérieure dont relevaient toutes les questions de religion, enseignement et culture demeurait le monopole exclusif des différentes provinces.

12Par ailleurs, la République n’eut ni chef d’État formel ni capitale indiscutée. Les stathouders (au pluriel, car jusqu’au second quart du XVIIIe siècle la Frise et la Groningue eurent leur propre stathouder, issu d’une autre branche de la famille comtale des Nassau) n’avaient, en théorie, qu’un pouvoir restreint et délégué en matière de politique intérieure. Au cours du XVIIe siècle cependant, ils arrivaient à faire valoir un droit de nomination des régents urbains comparable aux prérogatives dont ils jouissaient sous la monarchie habsbourgeoise. Ces régents dominaient les États provinciaux, même là où la noblesse était puissante (car en dehors de la Hollande au sens propre, des nobles faisaient parfois partie du conseil urbain ou y étaient étroitement liés, ne serait-ce que financièrement ou par des mariages d’intérêt…). Pour tout ce qui touchait aux affaires intérieures, plus particulièrement à l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, les régents des villes étaient par conséquent en situation de domination, qu’ils agissent dans le cadre des États provinciaux ou dans celui de la ville. L’enseignement primaire et secondaire (l’école latine) était de leur seule compétence, en tant que gestionnaires urbains. À l’échelle provinciale, les rares règlements provinciaux dans ce domaine étaient élaborés sous leur responsabilité, en tant que délégués. En même temps, le lien organique entre l’école latine et l’université (considérées comme deux branches de l’enseignement supérieur) faisait des régents urbains les décideurs de l’utilité, de la forme et de la localisation de toutes les institutions d’enseignement supérieur.

Le réseau des écoles urbaines médiévales comme matrice de l’équipement scolaire et universitaire (XVe-XVIIe siècles)

13Si les universités néerlandaises étaient formellement et juridiquement des créations du pouvoir provincial, le facteur urbain pesait donc en réalité très lourdement tout au long du processus de création, pour des raisons et sous des modalités variées. On l’a vu pour Leyde. Prenons encore l’université d’Utrecht, formellement créée en 1636 par les États de la province de ce nom. Jusque vers le milieu du XVIe siècle, la ville épiscopale d’Utrecht avec ses quelques 30 000 habitants fut la plus grande cité des Pays-Bas septentrionaux et en même temps sa capitale culturelle, avant la montée de Haarlem, Leyde, puis Amsterdam. La création de l’université y fit logiquement suite à une série d’institutions antérieures, et c’est là que nous touchons à une caractéristique importante du paysage éducatif des Provinces-Unies : l’ancienneté et la permanence d’une infrastructure locale en constante mutation. Sans suivre la mythologie humaniste qui tendait à faire remonter l’université d’Utrecht en deçà de Charlemagne, il y a bien eu continuité dans le temps et dans la typologie entre différentes institutions scolaires.

  • 18 Post R.R., Scholen en onderwijs in Nederland gedurende de Middeleeuwen, Utrecht, Het Spectrum, 195 (...)
  • 19 Bot P.N.M., Humanisme en onderwijs in Nederland, Utrecht & Anvers, Het Spectrum, 1955.
  • 20 Codina Mir G., Aux sources de la pédagogie des Jésuites : Le « Modus parisiensis », Rome, Institut (...)

14Au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge quasiment toutes les paroisses des Pays-Bas, ainsi que les églises collégiales et un certain nombre de monastères et de couvents masculins, créèrent leur propre école locale18. Relevant du pouvoir spirituel, les écoles urbaines étaient parfois gérées par des communautés spirituelles, tels les Frères de la Vie Commune, dont le but était d’ailleurs plus tourné vers l’éducation au sens large, pour laquelle ils développaient la formule du convict ou pensionnat, que vers le seul enseignement. Dans les villes à paroisses et écoles multiples, une hiérarchie s’établit au fil du temps entre les écoles, une seule d’entre elles devenant l’école principale, la « grande école », dotée de l’ensemble des classes de l’octava à la tertia, c’est-à-dire du trivium, parfois même de la prima et secunda semi-universitaires (car correspondant à la base de l’enseignement de la faculté des arts et enseignant des éléments du quadrivium). Il en était ainsi à Zwolle, à Deventer et à Utrecht. Incidemment, on trouvait au XVIe siècle la classe de secunda dans d’autres grandes écoles humanistes urbaines, telles celles d’Alkmaar, sous maître Johannes Murmellius, de Nimègue et de Ruremonde19. Cette formule fut élaborée par les réformateurs de l’enseignement du XIVe siècle, en particulier maître Joan Cele, dans la ville hanséatique de Zwolle. Son système d’une suite logique de classes de capacité fut rapidement diffusé dans l’Europe du Nord-Ouest. Il passa à Paris, d’où il fut diffusé plus loin sous le nom de modus parisiensis, et à Strasbourg, où il fut repris et perfectionné par Jean Sturm selon une nouvelle formule qui allait surtout influencer l’enseignement supérieur réformé20. Cette grande école était l’ancêtre de l’école latine (c’est-à-dire le collège), comme on commença à l’appeler au XVIe siècle. Dans sa forme complète englobant prima et secunda elle correspondait au collège de plein exercice des territoires catholiques, dont les classes supérieures chevauchaient la frange inférieure de la faculté des arts.

  • 21 Kuiper E.J., De Hollandse ‘Schoolordre’ van 1625. Een studie over het onderwijs op de Latijnse sch (...)

15Vers la fin du Moyen Âge et surtout au XVIe siècle, mais bien avant l’introduction de la Réforme, les écoles paroissiales passèrent partout sous la juridiction et l’administration des autorités urbaines. Celles-ci confirmèrent la hiérarchie scolaire pour l’ensemble des institutions d’enseignement, en annexant les écoles paroissiales et en réglementant les écoles capitulaires ou privées, en nommant recteur (principal) et précepteurs (régents), et en promulguant des règlements précis sur l’ordre des classes, le contenu de l’enseignement et la didactique. Ce processus d’appropriation urbaine entraînant une réglementation tatillonne s’étendit en gros de la mi-XVe siècle au premier quart du XVIIe, parallèlement à l’établissement du réseau universitaire. Il s’acheva en 1625 lorsque les États de Hollande (composé, rappelons-le, pour l’essentiel des représentants des dix-huit villes ayant droit de vote) adoptèrent la Hollandse schoolordre, le règlement des écoles latines de la Hollande, qui fixait avec précision le curriculum et prescrivait les auteurs à lire ainsi que les livres à utiliser jusque dans la classe supérieure qui chevauchait déjà l’enseignement de la faculté des arts21.

  • 22 Jamin H. et Huisman M., Kennis als opdracht : de Universiteit Utrecht 1636-2001, Utrecht, Matrijs, (...)

16Dans chaque ville, une seule des écoles locales fut dotée du statut de stadsschool, « école de la ville » ou école publique. Seule Amsterdam arriva à en conserver deux, une pour chacune des deux paroisses couvrant une moitié de la ville, de part et d’autre de sa rivière éponyme, l’Amstel. Sans surprise, la stadsschool reçut le monopole local de l’enseignement du latin, préparant à la faculté des arts. À Utrecht, les quatre écoles paroissiales et les cinq écoles capitulaires furent au cours du temps subordonnées à la nouvelle « grande école » des Hiéronymites (Hieronymusschool), c’est-à-dire des Frères de la Vie Commune. En fin de parcours, elle fut gérée par le conseil urbain lui-même. Cette école urbaine reçut en 1565 son nouveau règlement, où l’on remarque la présence des classes de prima et secunda destinées à l’enseignement des mathématiques, de la physique, et même de l’hébreu. Après le passage d’Utrecht à la Réforme, une quinzaine d’années plus tard, la Hieronymusschool devint sans interruption et sans changement de nom la seule école latine de la ville préparant à l’université. Aussi, lorsque la ville décida en 1634 de créer une institution urbaine d’enseignement supérieur sous la forme d’une école illustre, cette école s’inséra logiquement dans le système déjà en place22. L’école illustre devint en quelque sorte la superstructure semi-universitaire de la Hieronymusschool. Deux ans plus tard, en 1636, les États de la province d’Utrecht érigèrent l’école illustre en université de plein droit, évolution dans laquelle le conseil urbain joua un grand rôle.

17Il n’est pas étonnant que les villes où l’école urbaine humaniste avait joui au XVIe siècle d’une grande réputation et d’un grand afflux d’élèves aient développé des ambitions universitaires dans le paysage changeant des Pays-Bas de Nord. L’appel à des fondations universitaires y devenait d’autant plus grand que la progression insidieuse de la Réforme rendait les universités de Louvain et Cologne, les centres coutumiers de formation intellectuelle proches des provinces du Nord, moins aptes à l’éducation des jeunes. C’est donc sans surprise qu’à la genèse du réseau nous retrouvons parmi les candidates à une université les principales villes dont la grande école urbaine avait plus ou moins longuement joui d’une force d’attraction et d’une réputation qui dépassaient l’aire locale : Utrecht, Amersfoort, Gouda, Haarlem, Deventer, Zutphen, Groningue. Comme le réseau des universités et écoles illustres fut essentiellement créé sous la pression les autorités urbaines, ce réseau épousa en grande partie la carte scolaire immédiatement antérieure à la Réforme humaniste.

L’école illustre : embryon, substitut ou concurrent de l’université

18Formellement, comme on l’a vu plus haut, c’étaient les conseillers des villes principales qui, agissant dans le cadre des États provinciaux ou des conseils subalternes des districts autonomes, décidaient de la création d’une institution universitaire. Ainsi, cinq universités furent successivement créées, dont chacune exerçait le monopole de la collation des grades dans sa province : Leyde en Hollande dès 1575, Franeker en Frise en 1585, Groningue en 1614 et Utrecht en 1636 (toutes deux dans la province de ce nom), enfin Harderwyk en Gueldre en 1648. Si l’on ne tient pas compte de la province de Drenthe, qui était dépourvue de villes et n’avait pas droit de vote aux États-Généraux, deux provinces manquaient d’une université en titre : la Zélande, qui depuis le traité d’union administrative avec la Hollande conclu en 1575 partageait avec elle ses institutions et recourait donc à l’université de Leyde, et, d’autre part, l’Overyssel, région constituée par la partie orientale du temporel de l’ancien diocèse d’Utrecht. Là encore, le facteur urbain jouait un rôle patent.

  • 23 Van Slee J.C., De Illustre School te Deventer 1630-1878, La Haye, Martinus Nijhoff, 1916 ; Frijhof (...)

19Les États d’Overyssel étaient composés de trois députés de la noblesse et des trois villes principales (Deventer, Kampen et Zwolle), villes commerçantes ayant joué un rôle important dans la Ligue hanséatique. Deventer et Zwolle étaient depuis le XIVe siècle des centres réputés d’enseignement en latin et des berceaux de la Dévotion moderne. Dès 1584, encore sous le régime espagnol, Balthasar Boedeker, un gentilhomme catholique fortuné de Deventer, et sa mère Anna van Twickelo avaient, dans l’esprit de la Réforme catholique, fondé par testament une université dans leur ville. Elle devait être réalisée après leur mort par les bons soins du magistrat et devait comprendre un collège de boursiers (Bursa) pour douze étudiants pauvres, comme il en existait déjà à Deventer dans l’orbite de la grande école – en particulier la Bursa Cusana qui, fondée par testament par le Cardinal Nicolas de Cues, avait été inaugurée dès 146923. Malheureusement, Balthasar ne mourut qu’en 1617, alors que Deventer était devenue un centre d’orthodoxie calviniste. Comme il ne laissa pas de postérité, la ville reprit son legs en 1629, après le décès de sa veuve. Le pasteur le plus influent de la ville, Jacobus Revius, ministre militant, traducteur officiel de la Bible en néerlandais et futur professeur de théologie à Leyde, détermina l’orientation de la nouvelle institution. Elle fut inaugurée en 1630 comme centre d’enseignement universitaire comprenant quatre facultés, théologie réformée comprise, et munie de la Bursa Boedekeriana (réunie en 1637 à la Bursa Cusana). Pour obtenir le statut universitaire légal et son monopole, il fallait cependant l’accord des États de la province. Mais, dans l’esprit de concurrence qui caractérisait les villes capitales de la province, Zwolle, qui n’avait pourtant pas d’université, s’opposa à cette reconnaissance, de sorte que le magistrat de Deventer renonça au statut universitaire. Son école resta formellement une école illustre, appelée Athénée, jusqu’à sa suppression définitive en 1878.

  • 24 Pour la typologie de l’enseignement supérieur à l’époque moderne, voir : Frijhoff W., « Patterns » (...)

20Nous touchons ici à une autre caractéristique importante du système d’enseignement supérieur néerlandais qui est étroitement liée au facteur urbain, à savoir la juxtaposition de quelques universités dotées des quatre facultés coutumières et jouissant du monopole provincial de concession de grades et, d’autre part, d’une série d’institutions d’enseignement supérieur d’ordre local ou supra-local à structure assez libre, appelées écoles illustres ou athénées, qui dispensaient un enseignement plus ou moins traditionnel, selon les besoins des lieux et la formule retenue, mais restaient dépourvues du monopole provincial et du droit de conférer des grades24. Les magistrats urbains cherchaient à y assurer un enseignement de qualité accessible à tous les citoyens, pour leur éviter d’envoyer leurs enfants dans des villes universitaires à la vie dissipée et à la morale douteuse. Ils essayaient en outre de remédier à l’inadéquation qui caractérisait à leurs yeux l’enseignement universitaire avec son canon disciplinaire et facultaire traditionnel, par rapport aux besoins techniques, pratiques et scientifiques nouveaux des villes commerçantes en pleine expansion.

21Pour beaucoup de jeunes n’aspirant point à un grade, comme ce fut le cas des pasteurs réformés et des enseignants de collège, ou prêts à prendre leur degré à l’étranger au cours d’une pérégrination académique ou d’un grand tour en France, Suisse, Italie ou Allemagne, l’école illustre pouvait suffire, surtout après les années 1630, lorsqu’un réseau assez dense de ces écoles se fut constitué dans la République. Ce fut certainement le cas pour bon nombre de jeunes provenant de la ville d’Amsterdam, ville sans université au sens propre et où les parents redoutaient toujours les turpitudes auxquelles les étudiants étaient exposés à Leyde. Dorénavant, à quelques dizaines de kilomètres de chaque ville se trouvait une institution d’enseignement supérieur, même dans les régions fortement urbanisées qui apparemment en étaient dépourvues, comme la Westfrise ou Frise Occidentale, le district septentrional de la province de Hollande.

  • 25 Endtz L.J, De Hage-Professoren, Geschiedenis van een chirurgische school, La Haye, Specia, 1992.

22Dans la constitution de ce réseau le facteur urbain jouait un rôle décisif : de façon positive, grâce à l’initiative des magistrats urbains en faveur d’un équipement urbain local de qualité assurant la reproduction des élites en place ; mais aussi de façon négative, car de telles fondations ne purent être réalisées en dehors des villes souveraines. Le cas de La Haye est ici éclairant. Tout en étant plus peuplée que mainte ville ayant droit de vote aux États, La Haye n’était formellement qu’un gros bourg dépourvu de charte urbaine mais régi par un organisme directeur tripartite, la « Société de La Haye », qui regroupait des représentants de l’agglomération civile, de la province de Hollande et des instances confédérales, en particulier des États Généraux. N’étant pas une ville souveraine, La Haye ne sut pas obtenir l’autorisation d’ériger l’institution semi-universitaire qu’elle avait projetée. Dès 1637-1644 elle avait déjà choisi une voie alternative, en nommant trois lecteurs en anatomie, chirurgie et médecine, qui reçurent le nom de Hage-Professoren, « professeurs de La Haye25 ». On espérait que l’école illustre se créerait dans cette ville par le simple ajout de chaires. Mais en 1710-1711, puis de nouveau en 1747-1748, de telles initiatives échouèrent. Cependant, l’offre d’enseignement ponctuel demeurait intacte. À part les chaires de médecine fondées par les autorités locales, les stathouders entretenaient dans leur résidence à La Haye des maîtres particuliers en matière de génie militaire et autres compétences techniques ou sciences pratiques.

  • 26 Cf. De Vries J. et van der Woude A., The First Modern Economy : Success, Perseverance and Failure (...)
  • 27 Secrétan C., Le « Marchand philosophe » de Caspar Barlaeus : Un éloge du commerce dans la Hollande (...)
  • 28 Van Miert, Humanism (op. cit.), p. 366-368, appendix 2.

23Avec ses 200 000 habitants vers la fin du XVIIe siècle, Amsterdam écrasait de son poids économique et politique toutes les autres villes de la République. Mais Amsterdam n’était ni la capitale politique ni le centre culturel dominant, en dépit de ses nombreuses commandes en matière culturelle, de son grand nombre de maîtres en toutes sortes de langues, arts et sciences, et de l’accumulation de peintres, graveurs, imprimeurs et éditeurs dans la ville. Bien au contraire, le réseau urbain très dense de la Hollande (près de 60 % de la population vivait dans des agglomérations urbaines de la province même de Hollande, contre 40 % dans le reste de la République26) fit de la province un long enchaînement de villes aux fonctions complémentaires, facilitées depuis 1630 par la circulation rapide en barque de trait dans les canaux. C’est bien ainsi que le voyait Leyde, située dans la province et dont l’université profitait à plein de ce réseau urbain dense et de la complémentarité des fonctions. Mais ce fut tout autant la vision d’Amsterdam, qui n’aspirait pas à une université traditionnelle mais à de nouvelles formes de transmission du savoir, symbolisées en 1632 dans le titre du célèbre discours inaugural de l’athénée d’Amsterdam par Caspar Barlaeus : Mercator sapiens, le marchand philosophe27. De fait, les recherches récentes de Dirk van Miert ont prouvé que l’école illustre d’Amsterdam recrutait essentiellement dans la métropole elle-même : plus des trois-quarts des étudiants y ayant présenté une dissertation mentionnaient Amsterdam même comme lieu de naissance, le restant était probablement en bonne partie des fils d’immigrés28. L’athénée d’Amsterdam peut donc être considéré comme l’académie urbaine par excellence.

  • 29 Cf. Cook H.J., « Amsterdam, entrepôt des savoirs au XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne et co (...)

24Facilitée autant par l’explosion du commerce et de la richesse que par l’arrêt des hostilités sur le territoire de la nouvelle République et par l’essor des grandes villes, désormais conçues et organisées comme cités-États quasiment autonomes, l’onde de créations d’universités et d’écoles illustres dans les années 1575-1650 correspondait clairement à une nouvelle prise de conscience de leur puissance par les bourgeoisies locales. Imbus d’une autonomie nouvellement conquise et rapidement traduite en termes de souveraineté des magistratures urbaines, les pouvoirs municipaux entendaient assumer leur responsabilité culturelle, d’autant que les savoirs universitaires ne couvraient que très imparfaitement les nouvelles exigences de la vie publique. Dans une métropole comme Amsterdam, au centre du commerce mondial et dont la croissance et la prospérité étaient régies tout autant par de nouvelles techniques commerciales et inventions scientifiques que par de nouvelles formes de communication et d’équipements culturels, l’inadéquation entre l’université traditionnelle et les besoins en savoirs nouveaux se faisait sentir avec une urgence particulière. Rien d’étonnant donc à ce que les initiatives nouvelles en matière éducative y aient pullulé et que la municipalité s’estimât en droit de prendre elle-même l’enseignement supérieur en main29.

  • 30 Evenhuis R.B., « De theocratie in de zeventiende eeuw », Wapenveld, 18 :7, 1968, p. 89-92.
  • 31 Frijhoff, « What is an early modern university » (art. cit.), p. 162-165.
  • 32 « Aliud esse Academiam statuere, quam ad rem opus sit privilegiis et immunitatibus a suprema potes (...)
  • 33 Van Miert, Humanism (op. cit.), p. 359-363.

25Dans le conflit qui opposa lors de la fondation de son athénée en 1630-1631 le magistrat d’Amsterdam à l’université de Leyde, Amsterdam arguait que les autorités publiques avaient été établies par Dieu lui-même custodes utriusque tabulae, « gardiens des deux tables de la loi », celle de Dieu et celle des hommes30. Par conséquent, elles devaient fournir à leurs sujets toute la nourriture spirituelle nécessaire, et cela, si besoin était jusqu’au plus haut niveau. Chaque magistratus politicus, c’est-à-dire chaque conseil urbain, jouissait par conséquent du droit de fonder des leçons publiques jusqu’au niveau de l’enseignement supérieur31. Comme le disait Gerardus Johannes Vossius, l’un des deux premiers professeurs de l’athénée, dans une lettre envoyée à Hugo Grotius en février 1631 : « Il est une chose de fonder une université, qui doit être dotée de privilèges et de franchises par l’autorité suprême ; il en est une autre de fonder un collège [gymnasium] dans lequel la jeunesse et d’autres amateurs des muses peuvent être librement instruits sans jouir de tels privilèges : ce droit-là repose auprès de chaque ville particulière32. » Ici encore on remarquera la distinction entre deux publics visés : les jeunes et les adultes, amateurs des muses, ces derniers formant le public local par excellence de l’école illustre, public dont le prototype est ce mercator sapiens chanté par Barlaeus. Par ailleurs, peu de temps après sa fondation en tant qu’académie urbaine, l’athénée s’engagea sur une double voie : sans oublier son public citadin et adulte dans les cours publics, son enseignement ordinaire s’inséra peu à peu dans les structures traditionnelles de l’enseignement supérieur, assurant ainsi aux jeunes Amstellodamois un passage sans heurts vers l’enseignement universitaire proprement dit33.

Concurrence régionale entre chefs-lieux de districts et création d’université : le cas de la Gueldre

26Le mécanisme du facteur urbain ne jouait pas seulement dans les villes importantes mais tout aussi bien dans les centres secondaires. Le duché de Gueldre en constitue un excellent exemple. Dernier territoire libre à être conquis par Charles Quint, ce n’est qu’en 1543 que l’empereur le réunit aux domaines habsbourgeois, unissant ainsi l’ensemble des futures Provinces-Unies sous un seul souverain. Les tensions entre le duc et les principales villes – comme Nimègue qui prétendait à l’immédiateté d’Empire, ou Zutphen, ancienne capitale d’un comté autonome et place commerçante à longue tradition hanséatique – avaient toujours été fortes en Gueldre. Culturellement, le duché se trouvait dans le prolongement des duchés rhénans de Clèves, Juliers et Berg, auxquels il avait été lié dans le passé. La grande ville de Cologne, assez proche, était non seulement considérée comme sa capitale culturelle, mais aussi comme son centre universitaire naturel. Par ailleurs, la Gueldre était elle-même une mini-confédération consistant en quatre districts autonomes appelés « quartiers » et ayant leurs propres États – le quatrième quartier, celui de Ruremonde, devait finalement rester aux mains des Pays-Bas espagnols. Les villes, et à leur suite les États des quartiers dominés par les représentants de chaque ville principale, se faisaient maintenant fortes face au nouveau souverain. Dès l’indépendance de fait acquise vers 1580, les chefs-lieux des quartiers se profilaient peu ou prou comme cités-États autonomes. Elles affichèrent leurs ambitions souveraines en réclamant différents jura majestatis : le droit de battre monnaie, la préséance dans les États de leur quartier, et l’institution d’une université locale.

  • 34 Mulder L. et Frijhoff W. (dir.), Een onderschatte universiteit : 350 jaar Gelderse Academie in Har (...)

27Dans le deuxième district du duché, le quartier d’Arnhem, ville qui était devenue le siège de l’administration provinciale, se trouvait également la ville de Harderwyk. Elle ne comptait pas plus de 4 000 habitants mais était un membre actif et fort ancien de la Ligue hanséatique. Elle s’était imposée comme centre d’études dans les arts libéraux. Il nous reste un prospectus de toute rareté, datant de l’an 1540, dans lequel le conseil urbain de Harderwyk chante les louanges de son école urbaine, affirmant en toutes lettres l’utilité de la philosophie pour la gestion de la cité (respublica)34. Le prospectus s’orne d’ailleurs de deux gravures montrant Aratus Cilix et Ptolémée dans leurs activités astronomiques – il s’agit en fait d’une copie exacte de ces personnages d’après l’image zodiacale célèbre des deux hémisphères célestes qu’Albrecht Dürer avait publiée en 1515. Le renvoi au quadrivium est donc on ne peut plus clair. Cependant, le point important est ici que l’école humaniste de Harderwyk était gérée par les Frères de la Vie Commune, dont la présence s’avérait en mainte cité une base fertile pour le démarrage d’une forme d’enseignement supérieur, comme on l’a vu plus haut.

  • 35 Frijhoff W., « Die Bedeutung der Hohen Schule zu Steinfurt im Universitätsraum der östlichen Niede (...)
  • 36 Dillenburger W., Geschichte des Gymnasiums zu Emmerich. II : 1592-1848, Emmerich, Kgl. Gymnasium, (...)

28Après le passage de la province de Gueldre à la Réforme et sa consolidation par les conquêtes du stathouder Maurice de Nassau en 1591, le besoin d’instruction universitaire devenait urgent. Mais Cologne, la capitale culturelle traditionnelle, restait catholique et Leyde, outre sa situation dans une province rivale, était considérée comme trop éloignée et trop coûteuse. Dès janvier 1580, le synode réformé de Gueldre avait décidé de fonder une université provinciale dans la ville de Zutphen. Harderwyk posa immédiatement sa propre candidature, en renvoyant à sa longue tradition éducative. L’affaire traînait, et les candidats au ministère sacré demeuraient obligés de chercher leur formation hors des frontières provinciales, à Leyde, à Franeker, ou encore, depuis la fondation d’un gymnasium academicum en 1588-1593, à Steinfurt, en Westphalie35. En 1598, la classe de Zutphen revint à la charge en demandant de fonder dans sa capitale « sinon une université, au moins un centre universitaire » (« si non academia saltem academica schola »), afin de résister à l’influence des jésuites établis dès 1592 tout près, à Emmerich, juste au-delà de la frontière avec le duché de Clèves. Suivant une politique agressive de reconquête catholique, leur gymnasium dispensait depuis 1594 un nombre croissant de cours de philosophie36.

  • 37 Evers M., « De Illustre School te Harderwijk, 1600-1647. De geschiedenis van een moeizaam bestaan  (...)

29Le synode réformé de Gueldre prit alors la réforme de l’enseignement en main. Pour des raisons pratiques et financières, et aussi parce que Arnhem, chef-lieu du district de Veluwe, n’avait pas de tradition scolaire humaniste notable, il opta dès 1599 pour une école illustre régionale à Harderwyk, non sans prétentions provinciales. Soutenu par les autres villes du district et désirant pour sa part créer non seulement un lieu de formation théologique mais tout autant une école destinée aux futurs régents de ville, le conseil de Harderwyk embrassa le projet et mit à disposition un grand couvent désaffecté, ainsi que la maison des Frères de la Vie Commune, qui allait servir de résidence aux boursiers en théologie. Le résultat fut une école illustre semi-universitaire à quatre facultés inaugurée en 1600, correspondant au modèle sturmien, mais différant de la formule du séminaire réformé tel que le Collège des États ouvert à Leyde quelques années plus tôt. L’école illustre de Harderwyk ne fut pas non plus séparée de l’école latine locale, mais en constituait la superstructure, les professeurs du collège étant considérés comme des suppôts de l’académie37.

30C’est dans le sillage de la Paix de Westphalie, qui libéra enfin la Gueldre des soucis de la guerre, que la province se décida en 1647 à élever l’école illustre de Harderwyk en université à part entière. Elle fut inaugurée un an plus tard, mais sous les protestations des chefs-lieux des deux autres districts, qui ravivèrent leurs vieilles rivalités urbaines. En fait, ces districts étaient bien impliqués dans la gestion de l’université, puisque chaque district fournissait deux administrateurs (ou curatores), l’un appartenant à la noblesse, l’autre représentant les villes. Le modèle de la nouvelle institution fut l’université de Leyde : non seulement elle conserva ses quatre facultés et obtint le monopole provincial de la concession de grades, mais elle obtint également l’exemption juridique (le forum privilegiatum ou forum academicum où le sénat rendait justice sur les suppôts) et la franchise de quelques obligations urbaines locales (l’accise sur la bière et le vin, les péages, le guet). Son modèle de gestion rappelait celui de Leyde, où les trois administrateurs provinciaux, souvent des membres de la noblesse de Hollande, étaient assistés des quatre bourgmestres de la ville qui jouaient un rôle dominant dans la gestion quotidienne.

  • 38 Bots H., « Témoignages sur l’ancienne université de Nimègue », Lias, 19, 1992, p. 215-253 ; synthè (...)

31La ville de Nimègue se sentait cependant lésée par la décision des États provinciaux, qui l’obligeait à une contribution financière en faveur d’une ville concurrente38. Notons qu’apparemment Nimègue voyait l’université plutôt comme un attribut urbain que comme une institution d’intérêt provincial. À l’initiative de quelques intellectuels locaux, et arguant de la présence d’une école humaniste ancienne appelée l’École Apostolique, les États du district de Nimègue décidèrent de créer leur propre école illustre, ouverte en 1655. L’ambition de la transformer en université fut exprimée dès le début dans le mot universitas sculpté au-dessus de la porte d’entrée. En effet, dès l’année suivante, en 1656, les États du district, poussés par le magistrat de la ville qui dominait cet organisme, élevèrent l’école illustre en université du quartier à part entière, conférant des grades de plein droit. Du même coup, ils arrêtèrent les versements financiers au profit de l’université provinciale, tandis que les États provinciaux de leur côté refusèrent de reconnaître les grades de Nimègue. L’université de Nimègue sut attirer quelques excellents professeurs et fleurit dans la première décennie de son existence mais elle dépérit après 1665. Elle reçut le coup de grâce pendant l’occupation de la ville par Louis XIV. Même les tractations prolongées pour la Paix de Nimègue (1678), qui pendant quelques années amenèrent beaucoup de gens de qualité dans la ville, n’arrivaient pas à lui redonner son souffle premier, et dès 1679 elle fut close.

  • 39 Dès la Trêve de 1609, la classis réformée de Zutphen avait remis la création d’une schola illustri (...)

32Enfin, en 1686, Zutphen fut autorisé par les États du quartier à ouvrir une école illustre comme superstructure de l’école latine locale39. La réputation de l’ancienne école capitulaire puis école urbaine latine de Zutphen n’avait pas dépassé les frontières régionales, car elle était trop proche de la célèbre école humaniste de Deventer, distante de 15 km seulement. Mais le magistrat désirait retenir et éduquer la jeunesse locale ; il sut réaliser cette école illustre, malgré la concurrence d’une pléiade d’institutions similaires à proximité. Ce fut la dernière à être créée dans la République néerlandaise. La conjoncture de la Révocation de l’Édit de Nantes, qui amena un grand nombre d’intellectuels français au chômage, a dû favoriser la réalisation de ce vieux rêve, car le pasteur Samuel Basnage de Flottemanville, un huguenot réfugié de Bayeux, fut parmi les premiers professeurs proposés.

*

Conclusion : les vertus d’un réseau d’enseignement supérieur diversifié

  • 40 Frijhoff W.Th.M., Meertaligheid in de Gouden eeuw: Een verkenning, Amsterdam, KNAW Press, 2010, co (...)
  • 41 Cité par Bots H., « Pierre Bayle en de Rotterdamse Illustre School, 1681-1693 », Rotterdams Jaarbo (...)

33En fait, l’attraction que les écoles illustres exerçaient comme instituts de formation continuée dans la politique culturelle des magistrats urbains ne disparut pas pour autant, mais elle pouvait passer au second plan. L’enseignement supérieur changeait de position dans le paysage général de l’acquisition de connaissances. L’on sait qu’au cours du XVIIe siècle le latin perdit son rôle dominant de langue de référence scientifique hors de la République des Lettres, et parfois même en son sein. Dans l’Europe de l’Ouest, il fut remplacé par la nouvelle lingua franca, le français, et de plus en plus aussi, pour certains secteurs, matières techniques ou disciplines nouvelles, par les langues vulgaires40. Le statut du savoir s’en ressentit, et c’est tout naturellement dans les marges de la structure universitaire, à l’école illustre, que le choc se manifesta en premier. L’écho de cette mutation se lit clairement dans une lettre que Pierre Bayle, professeur de philosophie à l’école illustre de Rotterdam, envoya le 9 janvier 1684 à son frère Joseph à propos de son enseignement : « comme toutes mes leçons se font en latin, vous jugez bien que je n’ay pas beaucoup d’auditeurs : cela se réduit à présent à huit ou neuf. Dans mes collèges, c'est-à-dire dans les leçons particulières qui sont les seules dont on tire quelque petit revenu, je n’ay a présent que cinq auditeurs41 ».

  • 42 « Celeberrimas disciplinarum officinas, in quibus ingenia poliantur, sapientia, ac virtus elaboret (...)
  • 43 « … post exacta studia scholastica firmiore inbuatur sapientia, atque adeo ultra illa limina, ante (...)

34L’école illustre continuait pourtant à être considérée comme l’instrument par excellence pour cultiver cet esprit civique qui faisait la fortune des villes bataves. J’en veux pour preuve le discours inaugural que Petrus de Grient Dreux, professeur fraîchement nommé à l’école illustre de Zutphen, prononça en 1772 sous forme d’éloge pro Gymnasiis inlustribus. Il y résume tous les mérites de « ces très célèbres fabriques du savoir dans lesquelles l’intellect est poli et les connaissances et la vertu sont développées ; ce sont de vraies pépinières de citoyens qui, formés au service de la République ou à celui de l’Église, témoignent unanimement de leur valeur intellectuelle42 ». Après une méchante sortie contre les pseudopaedeutae (les précepteurs privés), le professeur affirme que, mieux que l’instruction au domicile parental chère aux Néerlandais, l’éducation scolaire dans un institut urbain sait réunir toutes les conditions pour une formation parfaite de la jeunesse. Le gymnasium illustre dans leur propre ville est donc l’institution de premier choix, où « après avoir achevé les études au collège, les jeunes peuvent approfondir leur savoir au-delà des limites de cette institution avant de se faire admettre à l’université43 ». Pour De Grient Dreux, l’école illustre est donc avant tout un institut de formation intellectuelle. C’est d’ailleurs un bon remède contre la décadence du latin et du grec : ceux qui ont suivi l’école illustre sont mieux armés pour les cours latins de l’université. Il faut du temps pour mûrir intellectuellement, et c’est l’école illustre qui s’en charge. On ne trouve pas de meilleur plaidoyer pour une diversification raisonnée du réseau d’enseignement supérieur, dont les rationalisations de la fin du XVIIIe siècle viendront cependant rapidement à bout.

Annexes

Annexe. Les principales villes des Provinces-Unies et leurs équipements d’enseignement supérieur universitaire ou professionnel (1575-18131

Province
District (selon rang officiel)

Ville2 (> 3000)
[…] aggl. sans statut urbain

Population vers 1650
(ordre de grandeur)3

Institution d’enseignement

Date de fondation ou > d’élévation
(† fermeture ou suppression)4

Gueldre
Quartier de Nimègue

*Nimègue
Tiel
Zaltbommel

11 000
4 000
3 000

École illustre
Université

1655 puis 1753
> 1656 (†1679)

Quartier d’Arnhem

*Arnhem
Harderwyk

7 000
3 000

École illustre
Université

1600
> 1648 (†1811

Quartier de Zutphen

*Zutphen

7 500

École illustre
École d’artillerie
École de génie
École vétérinaire

1686 (†RB)
1789 (†1805)
1800 (†1805)
1807 (†1813)

Seigneurie autonome

Culemborg

3 000

Hollande
Quartier Nord (et Westfrise)

*Hoorn
Enkhuizen
Alkmaar
Edam
Monnickendam
Medemblik

16 000
22 000
15 000
6 000
4 000
4 000

Quartier Sud

Haarlem
Amsterdam

38 000
175 000


Académie néerlandaise
Athénée illustre
Séminaire remontrant
Séminaire mennonite
École rabbinique
Collège de la Marine
École normale de navigation


1617 († 1621)
1630, ouvert 1632
1634
1692
1740
1749
1785

[Zaan agglom.]
Weesp
Leyde

24 000
3 000
67 000



Université
Collège des États
Collège Wallon
École d’ingénierie



1575
1592
1606 (†1699)
1600 (†1681)

*[La Haye]


Delft
Schiedam
Vlaardingen
Rotterdam
Gouda
Schoonhoven
Woerden
Oudewater
Brielle
Dordrecht
Gorinchem

18 000


24 000
6 000
4 000
30 000
15 000
3 000
3 000
3 000
4 000
20 000
6 000

Hage-Professoren
[École illustre échouée
École d’artillerie


École illustre





École illustre

1637/44
1710, 1747
1789 (†1805)



1636, 1681 (†RB)





1636 (†RB)

Zélande

*Middelbourg
Flessingue
Zierikzee
Goes
Veere

30 000
10 000
7 500
5 000
3 000

École illustre

[Université échouée]

1611, 1650 (†RB)

1759]

Utrecht

*Utrecht

Amersfoort

30 000

8 000

École illustre
Université
Séminaire janséniste
École d’ingénierie militaire

1634
> 1636
1725
1805 (†1809)

Frise

*Leeuwarden

Harlingen
Sneek
Bolsward
Franeker
Dokkum

15 000

8 000
5 000
4 000
4 000
3 000

[Transferts de Franeker échoués]



Université






1585 (†1811)

Overyssel

Deventer

*Zwolle
Kampen

10 000

10 000
7 000

Athénée illustre
[statut univ. échoué]

1630 (†1878)

Groningue

*Groningue

20 000

Université

1614

Drenthe

Coevorden

2 000

Pays de la Généralité

Bois-le-Duc
Berg-op-Zoom
L’Écluse
Maastricht

15 000
8 000
3 000
18 000

École illustre

École illustre réformée
Studium dominicain
École centrale

1636 (†RB)

1683 (†RB)
1678
1804

Possessions des Orange

Breda

Lingen (Westphalie)

8 000

École illustre
École d’artillerie
École illustre

1646 (†1669)
1789
1697 († 1820)

Colonies

Batavia (Java)

Jaffna (Ceylan)
Colombo(Ceylan)

Séminaire réformé
Académie de marine
Séminaire réformé
Séminaire réformé

1745 (†1755)
1743 (†1755)
1690 (†1723)
1696 (†1796)

« Universités et écoles illustres dans les Provinces-Unies, 1575-1811, avec leur date de fondation (* comme université) »

Notes

1 Pour le réseau universitaire néerlandais à l’époque moderne, voir : Frijhoff W., La Société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814. Une recherche sérielle sur le statut des intellectuels à partir des registres universitaires, Amsterdam & Maarssen, APA-Holland University Press, 1981, p. 13-23 ; Wingens M., « Small Universities in the Republic of the United Provinces (1575-1815) », Brizzi G.P. et Verger J. (dir.), Le Università minori in Europa (secoli XV-XIX), Sassari, Rubbettino, 1998, p. 199-205; id., « The motives for creating institutions of higher education in the Dutch Republic during its formative years (1574-1648) », Paedagogica Historica, 34 :2, 1998, p. 443-456. Pour l’ensemble des formes et filières d’enseignement dans la République : Frijhoff W. et Spies M., 1650 : Hard-Won Unity, Assen, Royal Van Gorcum/Basingstoke, Palgrave Macmillan, coll. « Dutch Culture in a European perspective », 2004, p. 236-257 ; Frijhoff W., « Université et marché de l’emploi dans la République des Provinces-Unies », Julia D., Revel J. et Chartier R. (dir.), Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, t. I, Paris, Éd. de l’EHESS, 1986, p. 205-243.

2 Cf. Bedaux J.C., Hegius poeta. Het leven en de Latijnse gedichten van Alexander Hegius, thèse université de Leyde 1998.

3 Slechte H., Geschiedenis van Deventer. I : Oorsprong en Middeleeuwen, Zutphen, Walburg Pers, 2010, p. 328-330 ; van Heel D., De minderbroeder Aegidius de Monte, bisschop van Deventer († 1577), Rotterdam, Uitg. Heemraadssingel, 1935.

4 Rogier L.J., Geschiedenis van het katholicisme in Noord-Nederland in de 16e en de 17e eeuw, 3 t., Amsterdam, Urbi & Orbi, 1945-1947, t. I, p. 279-280.

5 Pour plus de détails sur la concurrence universitaire entre les villes néerlandaises : Frijhoff W., « Hoger onderwijs als inzet van stedelijke naijver in de vroegmoderne tijd », Blaas P.B.M. et van Herwaarden J. (dir.), Stedelijke naijver. De betekenis van interstedelijke conflicten in de geschiedenis. Enige beschouwingen en case-studies, La Haye, VUGA, 1986, p. 82-127.

6 Otterspeer W., Groepsportret met dame. I : Het bolwerk van de vrijheid. De Leidse universiteit, 1575-1672, Amsterdam, Bert Bakker, 2000, p. 62-66 ; id.., « The Mediating Role of the University : Leiden University, Its Structure and Function during the First Two Centuries of Its Existence », History of Universities, 18:2, 2003, p. 147-196; Zoeteman-van Pelt M., De studentenpopulatie van de Leidse universiteit 1575-1812, Leyde, Leiden University Press, 2011, p. 28-48. Sur la relation avec la ville de Leyde, voir : Jurriaanse M W., The Founding of Leyden University, Leyde, Brill, 1965 ; Clotz H.L., Hochschule für Holland. Die Universität Leiden im Spannungsfeld zwischen Provinz, Stadt und Kirche, 1575-1619, Stuttgart, Steiner, 1998, p. 140-169.

7 Cette incertitude sur le statut ou la valeur des grades conférés dans la République a pu favoriser dans l’esprit de certains le désir d’acquérir un grade dans une ‘université fameuse’ à l’étranger, indépendamment de la coutume même du grand tour. Cf. sur la conjoncture de la pérégrination académique : Frijhoff W., « Éducation, savoir, compétence. Les transformations du Grand Tour dans les Provinces-Unies à l’époque moderne », Babel R. et Paravicini W. (dir.), Grand Tour. Adeliges Reisen und europäische Kultur vom 14. bis zum 18. Jahrhundert. Akten der internationalen Kolloquien in der Villa Vigoni 1999 und im Deutschen Historischen Institut Paris 2000, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, coll. « Beihefte der Francia, 60 », 2005, p. 609-635.

8 Sur les privilèges universitaires de Leyde, voir Molhuysen P.C., De voorrechten der Leidsche Universiteit, Amsterdam, s.n., coll. « Mededeelingen van de Koninklijke Akademie van Wetenschappen, afd. Letterkunde, t. 58, série B, no 1 », 1924, p. 1-32. Sur le fonctionnement des tribunaux universitaires : Wingens M., « Zur Vermeidung der Schande : Organisation und strafrechtliche Tätigkeit der Universitätsgerichte in der Republik der Niederlande (1575-1811) », Mohnhaupt H. et Simon D. (dir.), Vorträge zur Justizforschung. Geschichte und Theorie, t. I, Frankfurt am Main, Klostermann, 1992, p. 79-100.

9 Meursius J., Athenae Batavae. Sive de urbe Leidensi, et Academia, virisque claris, qui utramque ingenio suo, atque scriptis, illustrarunt : libri duo, Leyde, apud Andream Cloucquium et Elsevirios, 1625. La première édition, plus courte, datait de 1613.

10 Pour l’insertion des sciences dans ce réseau on se reportera à mon essai « The University and Innovation. Some Reflections on the Early Modern University and its Missions », Hesse C. et Oschema K. (dir.), Aufbruch im Mittelalter – Innovationen in der Gesellschaft der Vormoderne, Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag, 2010, p. 159-176, ainsi qu’à l’étude de Cook H.J., Matters of Exchange : Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age, New Haven, Yale University Press, 2007.

11 Jensma G. Th., Smit F.R.H. et Westra F. (dir.), Universiteit te Franeker 1585-1811, Leeuwarden, Fryske Akademy, 1985. Sur Herborn : Menk G., Die Hohe Schule Herborn in ihrer Frühzeit, 1584-1669. Ein Beitrag zum Hochschulwesen des deutschen Kalvinismus im Zeitalter der Gegenreformation, Wiesbaden, Historische Kommission für Nassau, 1981. Sur Strasbourg : Schindling A., Humanistische Hochschule und freie Reichsstadt. Gymnasium und Akademie in Straßburg 1538-1621, Wiesbaden, Steiner, 1977. Jean de Nassau l’Ancien était un frère cadet de Guillaume d’Orange et le père du stathouder de Frise Guillaume-Louis de Nassau-Dietz.

12 Pour ce qui suit sur la concurrence universitaire entre les villes néerlandaises : Frijhoff, « Hoger onderwijs » (art. cit.), p. 112-121.

13 Rammelman Elsevier W.J.C., « Verzet van burgemeesters van Leiden tegen het oprigten eener universiteit te Amersfoort ten jare 1602 », Kronijk van het Historisch Genootschap, 2, 1846, p. 294-295.

14 Van Rooden P.T., Theology, Biblical Scholarship and Rabbinical Studies in the Seventeenth Century : Constantijn L’Empereur (1591-1648), Professor of Hebrew and Theology at Leiden, Leyde, Brill, 1989, p. 35.

15 Dès 1591 Middelbourg avait proposé la création d’un collège théologique qui suivrait une orthodoxie plus stricte que la faculté de Leyde, de tendance plutôt libérale, mais les autres villes de Zélande s’y opposèrent pour des raisons de concurrence interurbaine, et Middelbourg dut se contenter d’une école illustre formellement érigée en 1611, puis refondée en 1650. Voir Frijhoff W., « Zeelands universiteit : hoe vaak het mislukte, en waarom », Archief. Mededelingen van het Koninklijk Zeeuwsch Genootschap der Wetenschappen, 1987, p. 7-41.

16 Frijhoff, « Hoger onderwijs » (art. cit.), p. 119-127 ; Frijhoff, « Zeelands universiteit » (art. cit.).

17 Frijhoff W., « What is an early modern university ? The conflict between Leiden and Amsterdam in 1631 », Robinson-Hammerstein H. (dir.), European Universities in the Age of Reformation and Counter Reformation, Dublin, Four Courts Press, 1998, p. 149-168 ; Haitsma Mulier E.O.G., Heesakkers C.L., Knegtmans P.J., et al. (dir.), Athenaeum illustre. Elf studies over de Amsterdamse Doorluchtige School 1632-1877, Amsterdam, Amsterdam University Press, 1997 ; van Miert D., Humanism in an Age of Science : The Amsterdam Athenaeum in the Golden Age 1632-1704, Leyde & Boston, Brill, 2009.

18 Post R.R., Scholen en onderwijs in Nederland gedurende de Middeleeuwen, Utrecht, Het Spectrum, 1954.

19 Bot P.N.M., Humanisme en onderwijs in Nederland, Utrecht & Anvers, Het Spectrum, 1955.

20 Codina Mir G., Aux sources de la pédagogie des Jésuites : Le « Modus parisiensis », Rome, Institut historique de la Compagnie de Jésus, 1968 ; Compère, M.-M., Du collège au lycée (1500-1850), Paris, Gallimard/Julliard, coll. « Archives, 96 », 1985.

21 Kuiper E.J., De Hollandse ‘Schoolordre’ van 1625. Een studie over het onderwijs op de Latijnse scholen in Nederland in de 17de en 18de eeuw, Groningue, Wolters, 1958.

22 Jamin H. et Huisman M., Kennis als opdracht : de Universiteit Utrecht 1636-2001, Utrecht, Matrijs, 2001.

23 Van Slee J.C., De Illustre School te Deventer 1630-1878, La Haye, Martinus Nijhoff, 1916 ; Frijhoff W., « Deventer en zijn gemiste universiteit : het Athenaeum in de sociaal-culturele geschiedenis van Overijssel », Overijsselse historische bijdragen, 97, 1982, p. 45-79 ; Blom H.W., Krop H.A. et Wielema M.R. (dir.), Deventer denkers. De geschiedenis van het wijsgerig onderwijs te Deventer, Hilversum, Verloren, 1992.

24 Pour la typologie de l’enseignement supérieur à l’époque moderne, voir : Frijhoff W., « Patterns », De Ridder-Symoens H. (dir.), A History of the University in Europe. II : Universities in Early Modern Europe (1500-1800), Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 43-110, sur les écoles illustres p. 63, 66, 68, 71-74. Plus en détail : Frijhoff W., « L’École illustre », van Gemert G., Korsten F., Rietbergen P. et de Vet J. (dir.), Orbis doctus, 1500-1850. Perspectieven op de geleerde wereld van Europa : plaatsen en personen. Opstellen aangeboden aan professor dr. J.A.H. Bots, Amsterdam & Utrecht, APA-Holland Universiteits Pers, 2005, p. 67-88.

25 Endtz L.J, De Hage-Professoren, Geschiedenis van een chirurgische school, La Haye, Specia, 1992.

26 Cf. De Vries J. et van der Woude A., The First Modern Economy : Success, Perseverance and Failure of the Dutch Economy, 1500-1815, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 58-60, et plus généralement De Vries J., European Urbanization 1500-1800, Londres, Methuen, 1984 ; Bairoch P., Batou J. et Chèvre P., La Population des villes européennes : banque de données et analyse sommaire des résultats 800-1850, Genève, Centre d’histoire économique, 1988 ; Lourens P. et Lucassen J., Inwonertallen van Nederlandse steden, ca. 1300-1800, Amsterdam, NEHA, 1997.

27 Secrétan C., Le « Marchand philosophe » de Caspar Barlaeus : Un éloge du commerce dans la Hollande du Siècle d’Or. Étude, texte et traduction du Mercator sapiens, Paris, Honoré Champion, 2001.

28 Van Miert, Humanism (op. cit.), p. 366-368, appendix 2.

29 Cf. Cook H.J., « Amsterdam, entrepôt des savoirs au XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 55, 2008, p. 9-42.

30 Evenhuis R.B., « De theocratie in de zeventiende eeuw », Wapenveld, 18 :7, 1968, p. 89-92.

31 Frijhoff, « What is an early modern university » (art. cit.), p. 162-165.

32 « Aliud esse Academiam statuere, quam ad rem opus sit privilegiis et immunitatibus a suprema potestate concessis, aliud autem gymnasium erigere, in quo juventus et alii Musarum amantes, absque eiusmodi privilegiis, liberaliter imbuantur doctrina: quale jus penes singulas esse civitates ». Colomesius P. (éd.), Gerardi Joan. Vossii et clarorum virorum ad eum epistolae, t. I, Londres, Smith & Walford, 1690, p. 174. Le terme de gymnasium renvoie ici à l’enseignement semi-universitaire, comme ce fut également le cas pour les gymnasia academica du Saint-Empire Germanique.

33 Van Miert, Humanism (op. cit.), p. 359-363.

34 Mulder L. et Frijhoff W. (dir.), Een onderschatte universiteit : 350 jaar Gelderse Academie in Harderwijk, Harderwyk, Veluws Museum, 1998, reproduction du prospectus à la p. 37 ; Bots J.A.H., Evers M., Frijhoff W.Th.M., et al. (dir.), Het Gelders Athene. Bijdragen tot de geschiedenis van de Gelderse universiteit te Harderwijk (1648-1811), Hilversum, Verloren, 2000.

35 Frijhoff W., « Die Bedeutung der Hohen Schule zu Steinfurt im Universitätsraum der östlichen Niederlande im 16. und 17. Jahrhundert », Holzhauer H. et Toellner R. (dir.), Symposion 400 Jahre Hohe Schule Steinfurt, 18. und 19.09.1988, Schloß Burgsteinfurt, Steinfurt, Stadt Steinfurt, 1991, p. 18-35.

36 Dillenburger W., Geschichte des Gymnasiums zu Emmerich. II : 1592-1848, Emmerich, Kgl. Gymnasium, 1848 ; Disselbeck, H. (dir.), 1200 Jahre Gymnasium Emmerich. Festschrift des staatlichen Gymnasiums zu Emmerich zur Jahrtausendfeier der Wiedererrichtung verbunden mit der Zwölfhundertjahrfeier des Bestehens, Emmerich, Staatliches Gymnasium, 1958.

37 Evers M., « De Illustre School te Harderwijk, 1600-1647. De geschiedenis van een moeizaam bestaan », Batavia academica. Bulletin van de Nederlandse Werkgroep Universiteitsgeschiedenis, 3 :2, 1985, p. 25-35.

38 Bots H., « Témoignages sur l’ancienne université de Nimègue », Lias, 19, 1992, p. 215-253 ; synthèse dans : Bots H. et Kerkhoff T., De Nijmeegse Pallas. De geschiedenis van de kwartierlijke academie en medische faculteit, 1655-1679, Nimègue, UMC St. Radboud, 2001.

39 Dès la Trêve de 1609, la classis réformée de Zutphen avait remis la création d’une schola illustris sur le tapis dans l’assemblée des États du quartier, mais en vain.

40 Frijhoff W.Th.M., Meertaligheid in de Gouden eeuw: Een verkenning, Amsterdam, KNAW Press, 2010, coll. « Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, Mededelingen van Afdeling Letterkunde, nouv. série, t. 73, no 2 » : <www.knaw.nl/publicaties/pdf/20101019/pdf>.

41 Cité par Bots H., « Pierre Bayle en de Rotterdamse Illustre School, 1681-1693 », Rotterdams Jaarboekje, 1982, p. 176-201, ici p. 199, note 26. Pour la vie quotidienne de Bayle à Rotterdam, voir aussi van Lieshout H.H.M., The Making of Pierre Bayle’s « Dictionnaire Historique et Critique », Amsterdam & Utrecht, APA Publishers, 2001. L’école illustre de Rotterdam, initialement fondée en 1636, devait sa réouverture en 1681 à l’arrivée de réfugiés huguenots de haute stature intellectuelle, en particulier le philosophe Pierre Bayle et le théologien Pierre Jurieu.

42 « Celeberrimas disciplinarum officinas, in quibus ingenia poliantur, sapientia, ac virtus elaboretur, esse seminaria civium, qui quandoque, vel ad Rempublicam sint adcessuri, vel publicis admovendi sacris, omnes omnium voces, quibus bonae mentis cultus commendatus est, testantur, ac clamant. » Dreux P. [ de Grient], Oratio pro Gymnasiis inlustribus, et de eorum in Republica litteraria utilitate, ac necessitate, Zutphen, Van Hoorn, 1772, p. 13.

43 « … post exacta studia scholastica firmiore inbuatur sapientia, atque adeo ultra illa limina, antequam ad Academiae studia dimittatur, progrediatur juventus ». Ibid., p. 15.

Notes de fin

1 À l’exclusion des chaires isolées fondées par des conseils urbains et des lecteurs au service des sociétés savantes ou d’autres organismes de droit privé, telles la Société Hollandaise des Sciences (1752) et la Société Teyler (1779), toutes deux à Haarlem, ou la Société Felix Meritis à Amsterdam (1777).

2 Les chefs-lieux des provinces et districts, siège d’États provinciaux ou régionaux, sont marqués d’un.

3 Ordre de grandeur seulement, puisé dans une variété de sources. Il n’existe pas de recensements communs à toute la République avant la Révolution batave. Pour certaines villes, les chiffres sont discutés, par exemple en Zélande. Voir ci-dessus, note 19, pour quelques sources.

4 † RB = disparues ou supprimées à une date indéterminée dans les années suivant la Révolution batave de 1795.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/136995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search