Version classiqueVersion mobile

Les universités dans la ville

 | 
Thierry Amalou
, 
Boris Noguès

Hic et ubique terrarum. Écrire une histoire de l’université à l’échelle de la ville

Thierry Amalou et Boris Noguès

Texte intégral

  • 1 Mémoire pour l’université de Paris, s. d., écrit entre la fin de l’année 1700 et le début de 1701, (...)

« Le roi ayant fait l’honneur à l’université [de Paris] de lui envoyer le vendredi 19 du mois de novembre 1700 une lettre de cachet […] par laquelle Sa Majesté lui ordonnait de se trouver à Versailles le lundi suivant 22 dudit mois, pour rendre avec les autres Compagnies ses très humbles respects au roi d’Espagne son petit-fils, elle se rendit avec son zèle ordinaire aux ordres de sa majesté et se trouva à Versailles à l’heure qui lui avait été marquée.
Mais elle eut la douleur de voir qu’après qu’on eut conduit par ordre le Parlement, la Chambre des comptes, et la Cour des Aides, au lieu de s’adresser à l’Université, on fit passer non seulement la Cour des monnaies, mais encore la Ville et échevins de Paris, et qu’on la mit au dernier rang, alléguant que telle était la volonté du roi.
Les recteurs, doyens, procureurs, adjoints et officiers de l’université obéirent sans délai aux ordres du roi […], mais ils firent leurs protestations contre cette innovation, et déclarèrent qu’ils se pourvoiraient par les voies justes et légitimes pour se maintenir dans la possession où ils sont de fait et de droit, de temps immémorial, de précéder la ville et échevins dans toutes les cérémonies où ils ont l’honneur d’être mandés. […]
À l’égard du droit de l’université, on sait que l’ordre public du Royaume donne le pas aux gens de lettres, particulièrement aux gradués […], pardessus les marchands et artisans dont l’état suffit pour l’échevinage de Paris. […]
Les monuments publics font foi des soins particuliers que nos rois ont pris d’honorer cette Compagnie, à laquelle ils ont donné le titre glorieux de leur fille aînée, parce qu’elle a pris naissance dans leur palais. Elle a eu place dans les États : elle a envoyé ses députés aux conciles généraux, et ses avis ont souvent servi de loi chez les étrangers. Ainsi peut-on dire qu’elle n’est pas bornée dans l’enceinte de Paris et que c’est à juste titre qu’elle a pour devise, hic et ubique terrarum1. »

  • 2 Gilli P. et Verger J., « Introduction », p. 2-3 et Verger J., « Conclusion », p. 264, in Gilli P.,(...)

1Ainsi formulée, la protestation émise en 1700 par l’université de Paris exprime tout à la fois une tension de très longue durée et une rupture dans l’ordre traditionnel des choses. La tension, à laquelle est soumise l’université depuis son origine et que n’ont pas manqué de relever les historiens médiévistes, réside dans la contradiction entre sa vocation universelle et son inévitable inscription matérielle et sociale dans un cadre local2. « Hic et ubique terrarum » (« ici et partout sur la terre ») reste la devise de la seule université parisienne mais, mis à part la prétention à une sorte de primauté qu’elle recèle, elle pourrait sans difficulté être reprise par n’importe quelle autre université européenne. Cependant, si la primauté parisienne parmi les autres universités européennes est alors contestable, dans cette séance du 22 novembre 1700, c’est bien la ville de Paris qui, dans un jeu à une toute autre échelle et avec des acteurs de nature fort différente, met à mal le rang de son université. Il est alors tentant de voir derrière cet incident protocolaire le moment où s’opère le déclassement symbolique d’une université désormais dépassée par le corps de ville dans la hiérarchie des rangs, au moins aux yeux du roi ou de son entourage. La généralisation à l’Europe de cette observation serait à ce stade abusive. L’exemple parisien conduit néanmoins à poser immédiatement la question des rapports de domination qu’entretiennent deux types d’institutions qui connaissent au cours de la période moderne des dynamiques différentes. Et, d’une manière encore plus générale, l’exemple invite à interroger l’intensité, les modalités et les conséquences d’une inscription de l’université dans la ville.

Représentations, statuts et historiographie : une université hors-sol ?

  • 3 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, t. VIII, Pa (...)
  • 4 Furetière A., Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, 1690, t. 3, p. 837.
  • 5 Le Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 1694, t. 2, p. 648. Italiques dans le texte origin (...)
  • 6 Michaud Quantin P., Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, P (...)
  • 7 Noguès B., Une archéologie du corps enseignant. Les professeurs des collèges parisiens aux XVIIe e (...)
  • 8 Ainsi que le montrent Gilli P., Verger J., Le Blévec D., op. cit.
  • 9 de Coster A., « Colleges of doctors in Bologna and Padoua : their self concept and representation i (...)
  • 10 À la fin du XVe siècle, la farce de Pates-Ouaintes jouée à Caen par une centaine d’étudiants met e (...)

2La nature de l’insertion de l’université dans son environnement immédiat constitue en effet une question particulièrement ardue. Reconnaître la situation urbaine de l’institution universitaire relève certes de l’évidence, que l’université naisse dans une cité existante (Paris) ou qu’elle soit elle-même à l’origine d’une nouvelle ville (Cambridge). Les définitions des dictionnaires français des XVIIe et XVIIIe siècles insistent d’ailleurs toutes sur cette localisation. Le dictionnaire de Furetière, paru en 1690 (et encore très exactement suivi dans l’édition de 1771 du dictionnaire de Trévoux3) voit ainsi dans l’université un « nom collectif qui se dit de plusieurs collèges établis dans une ville où il y a des professeurs et des hommes savants en diverses sciences pour les enseigner et pour y prendre des degrés ou certificats d’études4 ». Le dictionnaire de l’Académie française (1694) prend également en compte cette réalité topographique, mais le fait à travers une distinction qui révèle un autre sens du mot université. Celle-ci y est décrite comme une « assemblée de gens doctes établie par l’autorité publique pour enseigner les langues et les sciences. […] Se prend aussi pour le lieu où l’on enseigne les sciences. La ville, cité et université de Paris, le quartier de l’université, il demeure dans l’université5 ». Dans ce cas, le mot recouvre donc à la fois un quartier de la ville et une corporation urbaine officiellement reconnue. Cette dernière dimension est en effet omniprésente dans les représentations contemporaines (universitaires ou non) et il est tentant de voir d’abord dans le corps universitaire une communauté organisée sur le modèle de ces métiers du Moyen Âge qui marquent encore longtemps la ville6. Loin d’être un archaïsme dénué de conséquences, ce corporatisme peut servir d’appui efficace à des revendications de nature sociale ou politique7. Il contribue surtout à l’intégration de ce petit monde d’étudiants et de professeurs à la vie urbaine8. Dans toute l’Europe, les corps universitaires occupent ainsi une place de choix dans les systèmes processionnels des villes. À Bologne et Padoue, les collèges de docteurs veillent par exemple à ce que les gradués participent aux processions civiques du corpus christi au point de sanctionner les absents9. Le théâtre mis en scène et joué par les étudiants et leurs professeurs est également une composante marquante du système festif ; derrière les allégories mises en scène et leur expression souvent satirique se lit d’ailleurs parfois un message politique qui scelle l’union de la ville et de l’université face aux empiétements de l’État monarchique ou des princes10. Ces manifestations publiques valident les définitions soulignant l’osmose entre l’institution universitaire et la culture de la ville.

  • 11 Les éléments qui suivent ont déjà été rappelés par Verger J., Les Universités et la ville…, op. ci (...)
  • 12 Verger J., Les Universités au Moyen Âge, op. cit., p. 32.
  • 13 Van Damme S., Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005 (...)

3Mais ce tropisme urbain est contrebalancé par d’autres, au moins aussi puissants, car l’université n’est pas une corporation quelconque : ses points d’ancrage sont aussi en dehors de la ville11. Ceci tient autant à ses fonctions (délivrer un savoir et des grades qui ont une valeur générale, au moins dans un espace confessionnel ou politique donné) qu’au statut qui en découle pour ses membres. C’est le sens du terme de Studium generale et de la licentia ubique docendi (le droit d’enseigner partout) délivrée à partir du XIIIe par les universités qui reçoivent une bulle pontificale12. Concernant les savoirs, la contradiction entre le localisme et l’universalité est bien illustrée par les vicissitudes du cas parisien au XVIIIe siècle : si on a pu y repérer des phénomènes de « territorialisation des savoirs », ce mouvement semble finalement déboucher sur une aporie, aucun savoir ne pouvant durablement rester local13.

  • 14 Bideaux M. et Fragonnard M.-M. (ed.), Les Échanges entre les universités européennes à la Renaissa (...)
  • 15 Voir Müller R. A., « Student education, student life », in de Ridder-Symoens H. et Ruegg W. (dir.) (...)
  • 16 Sur Rebuffi, voir Krynen J., L’Idéologie de la magistrature ancienne, Paris, 2009, p. 44-53.
  • 17 Voir, parmi les ouvrages de César Égasse du Boulay, Abregé de l’histoire de l’université de Paris (...)
  • 18 Argument résumé ainsi par Dom M. Félibien, Histoire de la ville de Paris, revue et augmentée, t. 4 (...)
  • 19 Pinol J.-L. (dir.) in Zeller O., Histoire de l’Europe urbaine. La ville moderne. XVIe-XVIIIe siècl (...)

4De leur côté, étudiants et maîtres appartiennent à une communauté qui se pense en marge de son environnement immédiat. Cette marginalité s’appuie sur une culture, différente de celle du commun, et sur des échanges liés à la mobilité étudiante ou professorale à l’échelle européenne (au moins jusqu’au XVIIe siècle)14. Elle est manifestée par une série de privilèges comme les exemptions fiscales ou les immunités judiciaires15. Il convient de souligner l’apport de l’humanisme juridique du XVIe siècle dans une conscience plus aiguë de la singularité universitaire : la publication d’un traité des privilèges universitaires par le juriste toulousain Pierre Rebuffi témoigne ainsi d’un premier effort de codification dans un paysage éditorial où les panégyriques de l’université n’ont rien à envier aux éloges urbains16. Au siècle suivant, César Égasse du Boulay, recteur et historien de l’université de Paris, poursuit dans cette veine de la défense et illustration des prérogatives universitaires17. L’extériorité revendiquée de l’université apparaît clairement dans les suites de l’affaire parisienne de 1700 présentée en ouverture. Quelques années plus tard, l’historien Michel Félibien résume de la manière suivante l’argumentaire alors développé par Edme Pourchot, recteur de l’université : « L’université n’est partie de la ville qu’en tant que le mot ville est un nom collectif qui comprend tous les habitants de la ville et des faubourgs de Paris. […] Dans la question présente, on n’entend par le nom de ville que le corps politique des bourgeois et marchands de Paris, qui a pour chef le prévôt des marchands et les échevins ; et certainement l’université n’est point partie de cette sorte de ville18 ». Comme corps constitué, l’université refuse donc de se penser ici comme une institution urbaine, au sens juridique, politique et symbolique, alors que les corps de métiers ont été au Moyen Âge les éléments constitutifs des municipalités émergentes. Tout au plus Pourchot consent-il à reconnaître la présence de l’université parmi « tous les habitants de la ville et des faubourgs de Paris », c’est-à-dire à réduire le lien avec la ville à une simple réalité physique et sociale. À suivre cette conception, le risque existe de ne voir la ville que comme toile de fond de l’histoire universitaire et de manquer ce que J.-L. Pinol appelle les « effets de l’urbain19 ».

  • 20 Parmi les synthèses, on renvoie par exemple à Gilli P. et Verger J., « Introduction », in Les Univ (...)
  • 21 Pour les fondations médiévales, Verger J., Les Universités au Moyen Âge, Paris, 2007, p. 41-46 qui (...)

5Un autre élément tend à abstraire les universités de leur environnement immédiat : elles doivent toujours leur fondation officielle et leur existence juridique à une puissance extérieure à la ville (pape, roi ou prince suffisamment autonome pour prétendre ériger son propre établissement). Une longue liste d’exemples pourrait être ici citée pour montrer la validité universelle de cette caractéristique20. Tout au plus pourrait-on nuancer le trait en rappelant que dans certains cas la ville a bien l’initiative d’une fondation universitaire et qu’ailleurs on trouve aussi des universités issues d’une activité effective des maîtres validée a posteriori (Bologne, Paris, Montpellier)21. Mais aucune université ne doit son existence à la seule municipalité qui l’abrite. L’université se définit donc comme extérieure à la ville dès lors qu’il s’agit du cœur de son activité : la transmission et la validation des savoirs. La contradiction avec les signes d’intégration dans le cadre local relevés plus haut ne doit pas pour autant être occultée : maintes fois soulignée, la tension entre le local et l’universel constitue bien une des clés qui régissent les relations entre l’université et sa ville et, pour employer une image triviale, l’université semble bien condamnée à avoir toujours un pied dedans et un autre dehors.

  • 22 Stone L., « The Educational Revolution in England. 1560-1640 », Past and Present, 28, 1964, p. 41- (...)
  • 23 On citera en particulier Kearney H. F., Scholars and Gentlemen : universities and Society in Prein (...)

6Sensibles aux dernières logiques qui viennent d’être exposées, les historiens modernistes ont volontiers privilégié les échelles nationales et internationales, au détriment d’une approche locale du fonctionnement universitaire. Inaugurant la veine de l’histoire sociale des universités et des étudiants, les travaux de Laurence Stone autour du concept de « révolution éducative » s’appuient ainsi sur une problématique très largement « stato-centrée22 ». Dominant au cours des trente dernières années, ce courant historiographique a permis de renouveler entièrement l’histoire des populations étudiantes, de mieux comprendre les ressorts de la mobilité universitaire et de son érosion au XVIIe siècle et de cerner plus précisément les fonctions sociales remplies par les universités23. Nourri de sources assez comparables bien qu’inégalement conservées (les matricules ou listes d’étudiants inscrits, les listes de gradués), ce type d’études est l’un des rares à avoir transcendé les traditions historiographiques nationales pour fournir, à partir d’une méthodologie homogène, des résultats à l’échelle européenne. En dépit de la forte sensibilité de cette approche aux questionnements de l’histoire sociale – il s’agissait de rompre avec la seule histoire des institutions –, l’analyse des relations entre villes et universités y est à peu près absente, sauf pour étudier parfois la place des gradués parmi les élites urbaines.

  • 24 La synthèse dirigée par Brizzi G. P. et Verger J., Università dell Europa, Milan, 1991-1993, témoi (...)
  • 25 Par exemple Roy L., L’Université de Caen, op. cit. et Müller R. A., in Ruegg W., op. cit., « Stude (...)
  • 26 Ruegg W., op. cit. et Brizzi G. P. et Verger J., op. cit.

7L’historien curieux du cadre local dans lequel se déploie l’activité universitaire est donc tenté de se tourner vers d’autres traditions historiographiques. Les nombreuses monographies de villes ou d’établissements, malgré leur hétérogénéité, offrent un matériau particulièrement abondant24. Cependant, si les relations entre la ville et l’université y apparaissent, c’est souvent de manière incidente et partielle. Dans les histoires des villes, l’université figure parmi les autres corps ou monuments remarquables qui illustrent la ville, mais ne parvient à devenir brièvement un sujet qu’à l’occasion des conflits qui l’opposent aux autorités municipales. Le bilan est plus nuancé si on analyse les travaux consacrés à l’histoire d’une université particulière. Certains n’abordent pas du tout la question, alors qu’elle est présente en bonne place dans d’autres25. Signe que d’une manière générale la question du lien entre l’université et sa ville n’a pas été reconnue comme un thème à part entière, elle n’apparaît pas dans les grandes synthèses de l’histoire des universités réalisées à l’échelle européenne qui s’appuient sur ces monographies26.

  • 27 Sur la sociologie des sciences, on renvoie à la synthèse de Latour B., La Science en action. Intro (...)
  • 28 Voir Jacob C. (dir.), Les Lieux de savoir, op. cit. On y relève cependant la contribution de Traut (...)

8Pour des raisons différentes, les travaux historiques issus ou inspirés de la sociologie des sciences n’ont pas davantage abordé le problème des relations entre les villes et leur université envisagée comme une institution. Ils ont pourtant été à l’origine d’un changement d’objet et d’échelle qui pourrait aider à repenser la question27. Soucieux du cadre pratique, du contexte social et culturel dans lesquels s’élaborent et se transmettent les savoirs, ils ont envisagé la ville comme l’un des « lieux de savoir » par excellence28. Mais la nécessité, au cœur d’une telle approche – décentrer l’analyse par rapport à une institution unique pour rendre compte de manière plus globale d’un ensemble de facteurs – marginalise l’université. Celle-ci n’y est vue, au mieux, que comme une institution parmi d’autres et les autres, comme les académies ou les sociétés savantes, souvent plus récentes, plus en vue, attirent davantage l’attention. L’université pâtit sans doute ici de son manque de séduction auprès des contemporains et des historiens, au moins pour la seconde modernité et l’Europe du Sud.

9Plus généralement encore, au-delà de l’image attachée à l’institution, ce type d’études vise à mettre en valeur les éléments non institutionnels. Cette approche se conçoit pour apprécier aussi justement que possible les effets pratiques d’une présence universitaire, par exemple à travers le rôle culturel que jouent individuellement les professeurs. Mais peut-on éluder la question de la place de ce corps collectif dans la cité ? Enfin, loin d’être cantonnée aux villes universitaires – mais pourquoi le serait-elle ? –, l’étude des espaces savants de l’époque moderne s’est focalisée sur les grandes métropoles (Londres, Amsterdam) qui ne sont précisément pas des villes universitaires. Ce rapide survol historiographique suffit ainsi à souligner à quel point l’histoire de l’insertion des universités dans la ville à l’époque moderne reste un champ à explorer.

Le poids de l’université dans la vie urbaine

  • 29 Archives municipales de Nantes, II 150, « Mémoire pour la ville de Nantes », s. d. [écrit entre 17 (...)
  • 30 Munster S., La Cosmographie universelle contenant la situation de toutes les parties du monde avec (...)

10Privilégier l’étude des effets concrets ou symboliques d’une présence universitaire dans une ville donnée constitue certainement le meilleur moyen d’explorer cette voie. Si le texte placé en exergue et la plupart des considérations précédentes invitent à penser ces relations sur un mode souvent conflictuel, il serait réducteur de s’en tenir à ce seul aspect. On insistera plutôt ici sur les intérêts partagés de l’université et de la ville, en dépassant par exemple les tensions entre les autorités municipales et les étudiants chahuteurs, sans perdre de vue le fait que, du XVIe au XVIIIe siècle, la nature de l’apport universitaire évolue. Quelle que soit par ailleurs leur politique effective, les villes ne manquent jamais de tenir un discours qui souligne les avantages de toute nature que leur procure une présence universitaire. Ces bénéfices (prestige, afflux d’étudiants, pacification supposée des mœurs) apparaissent par exemple vers 1730 sous la plume des magistrats nantais : « les belles-lettres apportent toujours beaucoup d’embellissement et rendent les villes remarquables tant par le grand nombre d’étrangers que par la concorde qu’elles y font régner29 ». Le gain économique que tire la ville d’une présence universitaire est certainement celui qui est le plus souvent mis en avant. À Padoue, au milieu du XVIe siècle : « On […] voit des palaiz excellens et des rues comme royales et est granement ennobly à cause de l’université qui est fort peuplée. Aussi si les escolliers estoient hors, a grand peine y resteroit il personne. Car les citoyens se tiennent aux champs en leurs possessions. Les habitans du pais labourent une terre fort fertile et nourrissent du revenu d’icelle non seulement les etudians qui sont pour le moins quinze cens mais aussi les citoyens et encore quelques mille dedans Venise30. » Si le gain économique est partout indiscutable, il conviendrait néanmoins de l’évaluer un peu plus précisément, suivant l’évolution des effectifs étudiants et la taille de la ville.

  • 31 Schneider R. A., Public life in Toulouse, 1563-1789. From Municipal Republic to cosmopolitan city,(...)
  • 32 Davies J., Florence and its University during the Early Renaissance, Leiden-Boston, Brill, 1998.
  • 33 Grafton A., «Civic Humanism and Scientific Scholarship at Leiden» in Bender T. (dir.), The Univers (...)
  • 34 C’est par exemple le cas de l’humaniste protestant Claude Baduel, régent de l’école mage (la facul (...)
  • 35 Grafton A., «Civic humanism and scientific scholarship at Leiden» p. 74-75.
  • 36 Hammer C. I., « Oxford Town and Oxford University », in Aston T.H., The History of the University (...)

11D’autre part, depuis le XVIe siècle, un point de convergence nouveau apparaît entre la ville et l’université : l’attrait partagé de l’humanisme. Contrairement aux sarcasmes anti-universitaires d’Erasme ou de Rabelais, la présence d’une université est en effet un vecteur privilégié de l’humanisme dans les sociétés urbaines. Bien souvent, l’attachement aux belles-lettres vaut à l’université un surcroît de prestige aux yeux des élites urbaines. Ainsi à Toulouse, foyer d’humanisme juridique, Jean Bodin dédie son oratio de 1559 aux capitouls, en louant l’importance pour la ville (contrairement à sa rivale Bordeaux) d’un système éducatif associant l’enseignement des arts (dans la perspective du collège humaniste) à celui des facultés locales de droit et de théologie31. Les études récentes du studium generale de Florence sont une piste de recherche très féconde pour comprendre les motivations des élites à l’égard de l’institution universitaire32. Cette dernière, qui joue un rôle indéniable dans le développement de l’un des plus grands foyers humanistes de l’Europe au XVe siècle, est aussi pour le patriciat un moyen privilégié de domination sur le reste de la société urbaine. Cette « fertilisation croisée », selon l’expression d’A. Grafton, entre élites urbaines et universitaires peut donner lieu à plusieurs configurations33. Parfois, l’on découvre des professeurs jouant de leur position savante ou de leur charisme au service d’un prosélytisme confessionnel efficace34. Ailleurs, l’univers intellectuel de la bourgeoisie peut orienter le travail des professeurs : le célèbre humaniste Joseph Juste Scaliger, professeur à Leyde de 1593 à 1609, développe ses travaux de chronologiste et de philologue autour de l’examen des origines mythiques de la Frise, en écho aux intenses controverses que ce thème suscite au sein des magistrats et des notabilités de la ville35. Toutefois, la présence universitaire n’est pas qu’une affaire d’élites : elle peut avoir des effets appréciables sur l’encadrement religieux et donc sur l’ensemble de la population : à Oxford comme à Paris, c’est un clergé de haut niveau, imprimant sa marque dans la prédication, qui dessert les paroisses urbaines36.

  • 37 Hyojoung K. et Pfaff S., « The Structure and Dynamics of the Religious Insurgency : University stu (...)
  • 38 Grendler P. F., « The Universities of the Renaissance and Reformation », Renaissance Quarterly, 57 (...)
  • 39 Munster S., La Cosmographie universelle, op. cit. p. 835 [1re éd. lat. 1550].
  • 40 Kaufmann T., « Théologie, université, société », Religion ou confession : un bilan franco-allemand (...)

12La vitalité intellectuelle des universités de la Renaissance en fait ainsi des vecteurs privilégiés des transformations religieuses et intellectuelles des sociétés urbaines. Les professeurs et leurs étudiants jouent par exemple un rôle très actif dans l’adhésion des villes allemandes à la Réforme. S’éloignant d’interprétations faisant la part belle à l’action charismatique des réformateurs et à la protection des princes, K. Hyojoung et S. Pfaffsoulignent une corrélation essentielle dans le cadre de l’Empire : plus les liens entre communautés urbaines et populations étudiantes sont étroits, plus la possibilité de basculement des villes dans la réformation est forte37. Paul F. Grendler souligne ainsi que « without Universities, no Reformation38 ». Il n’est qu’à rappeler, comme le fait en 1552 le cosmographe protestant Sébastien Münster, le substrat universitaire des 95 thèses soutenues par Martin Luther et le rôle de l’université de Wittemberg dans la diffusion de la Réforme : « Wuittenberg [est une] ville de haulte Saxe. […] Le duc Frederic […] y institua quarante ans a passez une université dont la ville a este cogneue et renommée par tout le monde. Aussi les principaux de ladicte université ont commencé a aiguiser leurs espritz es sainctes escritures et traicter la vraye et pure theologie, rejettant les traditions humaines dont grande sédition est venue en la Chrestienté pour ce que les parties ont soustenu leurs institutions avec opiniastrerie. La licence et l’abuz des papes a donné occasion a tel trouble et discord. Martin Luther, docteur en theologie, a este le premier autheur de ceste religion reformée39 ». Ces considérations ne sont pas anecdotiques ni réductibles à la mémoire de la Réforme. Les universités allemandes et les villes qui les abritent jouent en effet un rôle important dans la construction des États territoriaux à l’époque de la confessionnalisation40. Ainsi Wittemberg connaît une hausse spectaculaire de ses immatriculations en raison de ses choix confessionnels (face à la catholique Ingolstadt), mais aussi en raison de ses choix pédagogiques, séduisants pour les élites, qui la rapprochent des idéaux humanistes (enseignement du grec et de l’hébreu, méthode des loci communes). Les universités allemandes, lieux éclatants de la vie intellectuelle, bénéficient alors d’un puissant enracinement local et d’un cousinage avec les églises territoriales. Au XVIe siècle, les polémiques religieuses semblent avoir ainsi à la fois renforcé la suprématie intellectuelle des villes universitaires et maintenu le poids des universités, au prix parfois d’une dépendance plus étroite à l’égard des pouvoirs ecclésiastiques et politiques.

  • 41 Van Damme S., Paris, capitale philosophique, op. cit. ; Belhoste B., Paris savant. Parcours et ren (...)
  • 42 L’espace public ne peut se réduire aux places et lieux publics de la ville. Sur les ambiguïtés de (...)
  • 43 Boucheron P., « Espace public et lieux publics : approches en histoire urbaine », L’Espace public (...)
  • 44 Rouget F., « Academies, circles, “salons” and the emergence of the premodern “literary public sphe (...)
  • 45 Sur le rapport entre l’extension de la participation politique et les situations de conflits, voir(...)

13À la fin de la période moderne, la nature de l’association entre université et villes est tout autre, comme l’a montré l’historiographie récente des grandes métropoles et des capitales culturelles du XVIIIe siècle. Mais les effets d’une présence universitaire sont encore loin d’être négligeables. Si l’université n’est alors plus le lieu exclusif des savoirs, les universitaires, entendons les professeurs, dans une sociabilité savante qui fait la part belle à la mobilité et aux réseaux épistolaires, n’en sont pas moins des acteurs, parfois déterminants, de la diffusion des Lumières dans les sociétés urbaines41. Ces mêmes universitaires et leurs étudiants participent aussi aux débats qui animent l’espace public. Cette dernière notion, plus abstraite que territorialisée dans la pensée de J. Habermas42, n’en conserve pas moins sa pertinence, à condition de ne pas la réduire abusivement aux « places publiques43 ». Saisie dans la longue durée, elle permet de comprendre les liens entre l’université et les institutions de savoirs nouvelles (académies, cercles savants) dont la fertilité des échanges nourrit une réflexion artistique, philosophique et parfois politique pouvant remettre en cause les pouvoirs établis44. Ce dernier aspect conduit à reconsidérer la place des universitaires comme agents de la politisation des conflits, plus particulièrement dans des périodes de crise : il s’agit là d’un domaine d’étude qui reste largement à explorer et qui ne se limite pas au XVIIIe siècle45.

  • 46 Rivaud D., « L’Université et la ville à Bourges, fin XVe-milieu XVIe siècle », in Geonget S., Bour (...)

14Les magistrats des villes ont parfois une conscience suffisamment claire des apports d’une présence universitaire pour qu’elle justifie de véritables politiques éducatives. Ces raisons expliquent pour partie les rivalités inter-urbaines ayant pour motif la présence locale d’une université. Au XVIe siècle, les fondations universitaires nouvelles ne vont pas sans susciter l’hostilité des villes voisines craignant de perdre leur monopole. En corollaire, les villes tentent d’attirer à elles, parfois à prix d’or, des professeurs prestigieux susceptibles de leur apporter un regain de renommée nécessaire au maintien de leur statut de métropole régionale. Bourges, soutenue par Marguerite d’Angoulême, s’illustre dans cette politique qui lui vaut de constituer une prestigieuse école de droit46. Or ces cas de figure deviennent moins fréquents à partir du XVIIe siècle. Il faut sans doute y voir le signe d’une période où les bénéfices attendus d’une présence universitaire font moins rêver les édiles, en raison de la réduction de la mobilité étudiante à l’échelle de l’Europe et, plus généralement, du moindre dynamisme des universités.

La divergence des dynamiques urbaines et universitaires

  • 47 Voir Zeller O., op. cit., édition points Seuil, p. 23-34 et 67-92.
  • 48 Au XVIe siècle, à l’exception du cas d’Édimbourg, les fonctions universitaires sont rarement le si (...)
  • 49 Charle C., Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

15Saisie sur une longue durée (XVIe-XVIIIe siècles), l’évolution de l’Europe urbaine confrontée à la carte des universités laisse deviner une périodisation. Alors que le XVIe siècle, nourri du choc de l’Humanisme et de la Réforme, est encore un temps propice aux fondations d’universités nouvelles accompagnant l’essor urbain, on assiste ensuite à une véritable dissociation : alanguissement des fondations universitaires après 1630/1650 tandis que l’urbanisation de l’Europe profite aux grandes métropoles47. Comment ce changement affecte-t-il les relations entre la ville et l’université ? Les réponses dépendent largement de la taille de la ville et du poids relatif de l’université dans celle-ci. Avant toute étude de cas, il convient donc d’esquisser à partir de ces critères une typologie sommaire des villes disposant d’une université. Les véritables « villes universitaires », dans lesquelles l’université est le moteur de l’économie et de la vie sociale en raison d’une population scolaire nombreuse, restent l’apanage des villes petites ou moyennes (Cambrigde ou Oxford pour ne citer que les plus fameuses). Dans les métropoles comme Paris ou Rome, l’université n’est qu’un facteur de rayonnement secondaire parmi d’autres48. On rencontre enfin la situation intermédiaire des « capitales » régionales ou territoriales où l’université n’est pas la seule source de puissance mais reste un auxiliaire précieux du rayonnement. Ces évidences rappelées, l’université est-elle en meilleure posture dans son environnement immédiat si elle est implantée dans une petite ville peu dynamique ou si elle est située dans une grande ville où son rôle serait dilué et banalisé ? Ne peut-elle pas dans ce dernier cas bénéficier de la dynamique des capitales qui s’affirment pour, par exemple, asseoir sa suprématie intellectuelle ou capter plus largement la clientèle étudiante ? C’est ce qu’on observe en tout cas au XIXe siècle pour les universités de Paris et de Berlin49, mais il serait prématuré d’affirmer ici que les mêmes phénomènes existent pour la période antérieure.

  • 50 Le cas de Caen illustre parfaitement ce phénomène, Roy L., L’Université de Caen aux XVe et XVIe si (...)
  • 51 Voir la récente mise au point de Romano A. et Van Damme S., « Penser les savoirs au large (XVIe-XV (...)
  • 52 Cette remarque doit cependant être nuancée dans le cas d’Amsterdam où, en 1632, la ville conçut le (...)
  • 53 Ibid., p. 38.
  • 54 O’brien P. et alii, Urban achievement in early modern Europe. Golden Ages in Antwerp, Amsterdam an (...)
  • 55 Zeller O., « La ville moderne », in Pinol J.-L., Histoire de l’Europe urbaine. De l’antiquité au X (...)

16L’autre conséquence marquante du dynamisme métropolitain de la seconde modernité est qu’il autorise sans ambiguïté l’installation au premier rang de villes qui sont dépourvues d’université. Si la présence d’une université et du marché éditorial qu’elle peut générer favorise la diffusion d’une culture savante au sein de la ville, et parfois au-delà à l’échelle de toute une région50, un centre d’édition peut aussi s’imposer dans une grande métropole commerciale sans université, comme c’est le cas à Lyon. Surtout, le phénomène de métropolisation de l’Europe du Nord-Ouest aux XVIIe et XVIIIe siècles s’accompagne d’une adhésion des élites marchandes à la révolution scientifique indépendamment de l’existence préalable d’institutions culturelles et éducatives. Les grandes métropoles-monde comme Anvers, Amsterdam ou Londres ne sont pas des villes universitaires : leur rapide expansion fondée sur le commerce a privilégié localement d’autres institutions éducatives : écoles, collèges et bibliothèques51. On doit cependant rappeler que si leurs élites dirigeantes n’éprouvent pas nécessairement le besoin de fonder une université dans leurs murs52, c’est aussi que la proximité de villes universitaires (respectivement Louvain, Leyde et Oxford-Cambridge) suffit à leurs besoins de formation. Au fond, l’absence d’une vie universitaire locale n’est pas un obstacle à la circulation des savoirs dans ces grandes métropoles. Amsterdam finance en 1639 la construction d’une salle de dissection répondant à un engouement public pour les leçons d’anatomie53. Marchands et hommes de commerce, avides de connaissances scientifiques liées à leurs activités professionnelles (cartographie, mathématiques, hydraulique, navigation…), partagent leurs connaissances dans d’autres lieux qui sont ceux de la sociabilité bourgeoise (clubs, sociétés savantes, tavernes)54. À l’échelle de l’Europe urbaine, l’équipement scolaire et universitaire semble une variable très secondaire pour expliquer la croissance des villes préindustrielles du XVIe au XVIIIe siècle, à côté d’autres facteurs comme la démographie, le poids des échanges, l’offre de denrées alimentaires, les fonctions administratives ou encore les investissements des élites55.

  • 56 Grendler P. F., art. cit., p. 23-28.
  • 57 Frijhoff W., « Patterns », History of the university in Europe, vol. II, Universities in early mod (...)
  • 58 Ibid., p. 70 et p. 72.

17Dans cette relation à deux, les dynamiques urbaines ne sont évidemment pas les seules à prendre en compte et l’évolution des universités joue également un rôle important. On l’a rappelé plus haut, le dynamisme universitaire est plus faible dans la seconde modernité que dans la première. Celle-ci correspondrait à une longue Renaissance au cours de laquelle les universités conservent un rôle moteur et renforcent leur implantation dans l’Europe protestante du Nord-Ouest (1500-1630). L’inflexion de la tendance se situe dans la seconde moitié du XVIIe siècle, lorsque le mouvement de fondation universitaire subit les conséquences de la Guerre de Trente ans puis de la multiplication des académies et des réseaux savants ou philosophiques qui préfigurent les Lumières56. Willem Frijhoffestime ainsi dans son analyse générale du réseau universitaire européen de 1500 à 1800 que le « point de saturation » est atteint vers 1650 et qu’après cette date créations et disparitions s’équilibrent57. À la demande éducative du XVIe siècle soutenue par les idéaux humanistes et les constructions confessionnelles répond un mouvement de fondations universitaires inégal mais réel, fort dans le monde germanique (maximum d’ouvertures entre 1551 et 1650) ou hispanique, plus faible dans les autres espaces comme la France ou l’Italie58. À l’inverse, la fin de la période moderne est celle du plafonnement des effectifs étudiants, de la concurrence des institutions extra-universitaires et, au moins dans l’Europe latine, du décalage croissant entre les savoirs universitaires et les grands mouvements scientifiques et intellectuels, à un moment où les capitales intellectuelles de l’Europe ne sont plus nécessairement des villes universitaires.

  • 59 Zeller O., op. cit., éditions points Seuil, 2012, p. 172-175.
  • 60 Descimon R., « Le Corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », St (...)
  • 61 Ainsi l’université de Louvain, située sur le front de catholicité des Pays-Bas méridionaux, contin (...)

18Peut-on aller jusqu’à affirmer que ces différences de dynamiques conduisent à une inversion des rapports de force entre ville et université ? La domination de l’université médiévale sur la ville tenait à son poids économique, à son autonomie juridique lui permettant en période de conflit avec les autorités civiles de faire-valoir un véritable droit de grève, et à la sacralité du savoir qu’elle seule délivrait. Tous ces éléments constitutifs d’une suprématie sociale s’atténuent à partir du XVIe siècle pour disparaître au cours des siècles suivants : concurrence de nouvelles institutions de savoirs (académies), recul des privilèges universitaires face aux prérogatives grandissantes des États modernes, Lumières peu favorables à une institution universitaire relevant de particularismes indus, néfastes et contraires au libéralisme59. De surcroît, il se pourrait bien que la transformation même de l’organisation sociale des villes ait été funeste au corporatisme universitaire : au seuil du XVIIe siècle, la capitale parisienne voit ainsi son organisation traditionnelle (la bourgeoisie, les institutions municipales, les confréries) céder la place à une autre logique de domination sociale fondée sur l’hégémonie des grands magistrats et officiers royaux servant l’État monarchique60. Il est certes difficile de généraliser cette évolution sociale à l’Europe entière et les spécificités confessionnelles ou les situations géopolitiques ont pu revitaliser les privilèges universitaires dans telle ou telle localité61. Mais il n’est plus possible de concevoir jusqu’à la fin de la période moderne la ville comme un agrégat de corps constitués au sein desquels l’université trouverait naturellement son rang.

19Ces trois siècles sont donc ceux d’une réinvention de la place de l’université dans la ville, à travers un double mouvement de remise en cause douloureuse des configurations antérieures et de développement d’autres usages de l’université dans le système culturel des villes. On en trouvera une illustration dans les contributions qui suivent, ordonnées en trois thématiques suivant des échelles et des temporalités distinctes : Afin d’éclairer l’évolution différenciée des dynamiques urbaines et universitaires et ses conséquences, les contributions qui suivent s’ordonnent en trois thématiques, suivant des échelles et des temporalités distinctes :

  • L’étude des réseaux universitaires et urbains des Provinces-Unies et de la France permet de croiser ces dynamiques sur le temps long (XVIe-XVIIIe siècles) et dans un cadre géographique assez large.
  • L’insertion locale de l’université est examinée autour des transformations séculaires de villes universitaires diverses par leur rang et leur taille mais chacune emblématique, sinon paradigmatique : une ville moyenne de province victime du déclin de la peregrinatio academica aux XVIIe et XVIIIe siècles (Orléans), une petite ville allemande au rayonnement conditionné par la présence des étudiants et des universitaires (Helmstedt), une capitale de l’Europe des Lumières (Édimbourg) dont l’université est une composante majeure de l’espace savant et de la culture civique.
  • Le rôle des universités dans l’émergence d’un espace public est enfin abordé à travers deux objets très précis, tous deux inscrits dans le cadre parisien, les disputes académiques de la fin du XVIe siècle et les cours publics du XVIIIe siècle.

Notes

1 Mémoire pour l’université de Paris, s. d., écrit entre la fin de l’année 1700 et le début de 1701, BnF 4-FM-24139, p. 1-2.

2 Gilli P. et Verger J., « Introduction », p. 2-3 et Verger J., « Conclusion », p. 264, in Gilli P., Verger J., Le Blévec D., Les Universités et la ville au Moyen Âge. Cohabitation et tension, Leiden-Boston, Brill, 2007.

3 Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé dictionnaire de Trévoux, t. VIII, Paris, rééd. 1771, p. 445.

4 Furetière A., Dictionnaire universel, La Haye et Rotterdam, 1690, t. 3, p. 837.

5 Le Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 1694, t. 2, p. 648. Italiques dans le texte original.

6 Michaud Quantin P., Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, Paris, Vrin, 1970, p. 46-55 ; sur les caractères de la corporation universitaire Verger J., Les Universités au Moyen Âge, Paris, PUF, 2007, p. 33-36 et le chapitre II « Les Universités comme corporations », p. 47-78.

7 Noguès B., Une archéologie du corps enseignant. Les professeurs des collèges parisiens aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Belin, 2006, chapitres II et III.

8 Ainsi que le montrent Gilli P., Verger J., Le Blévec D., op. cit.

9 de Coster A., « Colleges of doctors in Bologna and Padoua : their self concept and representation in studium and town », in Gingras Y., Roy L., Les Transformations des universités du XIIIe au XXIe siècle, Québec, Presses de l’université de Québec, 2006, p. 17-39 et p. 34-35.

10 À la fin du XVe siècle, la farce de Pates-Ouaintes jouée à Caen par une centaine d’étudiants met en scène une allégorie de l’université (la mère et ses enfants) menacée par un personnage évoquant le bailli local, alors que la pression fiscale menace les privilèges universitaires. Voir Roy L., L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles. Identité et représentation, Leyde/Boston, 2006, p. 183-186 ; Voir aussi sur ce thème, Davies J., Florence and its University during the early Renaissance, Leyde-Boston-Cologne, 1998.

11 Les éléments qui suivent ont déjà été rappelés par Verger J., Les Universités et la ville…, op. cit., p. 357-358 et p. 364, ainsi que du même, Les Universités au Moyen Âge, op. cit., p. 35-41.

12 Verger J., Les Universités au Moyen Âge, op. cit., p. 32.

13 Van Damme S., Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution, Paris, Odile Jacob, 2005, en particulier le dernier chapitre « universalités contre localisme ». Le thème est repris, également pour le Paris des Lumières, par Goldgar A., « L’Europe savante et ses espaces au XVIIIe siècle », in Jacob C., Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2007, p. 964-988.

14 Bideaux M. et Fragonnard M.-M. (ed.), Les Échanges entre les universités européennes à la Renaissance, Colloque international organisé par la Société Française d’Étude du XVIe siècle et l’Association Renaissance-Humanisme-Réforme, Valence, 15-18 mai 2002, Genève, Droz, 2003.

15 Voir Müller R. A., « Student education, student life », in de Ridder-Symoens H. et Ruegg W. (dir.), A History of the University in Europe. Volume 2, Universities in Early moderne Europe (1500-1800), Cambridge, 2003, p. 331-333

16 Sur Rebuffi, voir Krynen J., L’Idéologie de la magistrature ancienne, Paris, 2009, p. 44-53.

17 Voir, parmi les ouvrages de César Égasse du Boulay, Abregé de l’histoire de l’université de Paris touchant son origine, ses parties et ses deux gouvernemens, sous un chef et recteur commun, Paris, 1658 ; Historia universitatis parisiensis…, Paris, 1665-1673 ; Remarques sur la dignité, rang, préséance, autorité et juridiction du recteur de l’université de Paris, Paris, 1668 ; Recueil des privilèges de l’université de Paris accordez par les rois depuis sa fondation jusques à Louis le Grand XIVe du nom, Paris, 1674.

18 Argument résumé ainsi par Dom M. Félibien, Histoire de la ville de Paris, revue et augmentée, t. 4, second volume de pièces justificatives, Paris, 1725, p. 379. Félibien rend compte des arguments échangés dans deux mémoires : Réponse des Prévôt, Échevins, et Marchands de la ville de Paris, par Charles Hebert, avocat de la ville, Paris, 1701 et, présenté ici, le Second mémoire pour l’université de Paris, contenant la réponse au Mémoire de Messieurs de la ville, Paris, 1701, attribué à Pourchot, recteur de l’université.

19 Pinol J.-L. (dir.) in Zeller O., Histoire de l’Europe urbaine. La ville moderne. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, éditions points Seuil, 2012, p. 14.

20 Parmi les synthèses, on renvoie par exemple à Gilli P. et Verger J., « Introduction », in Les Universités et la ville au Moyen Âge, op. cit., p. 2-3 ou à Ruegg W., History of university…, op. cit. Pour l’Europe du Sud, voir les travaux de Davies J., Culture and power : Tuscany and its universities, 1537-1609, Leiden-Boston (Mass.), Brill, 2009 ou de Grendler P. F., The University of Mantua, the Gonzaga et the Jesuits, 1584-1630, Baltimore, 2009.

21 Pour les fondations médiévales, Verger J., Les Universités au Moyen Âge, Paris, 2007, p. 41-46 qui traite des universités « spontanées » et des universités « créées ». Voir aussi du même la conclusion citée en note 2, p. 359-360.

22 Stone L., « The Educational Revolution in England. 1560-1640 », Past and Present, 28, 1964, p. 41-80.

23 On citera en particulier Kearney H. F., Scholars and Gentlemen : universities and Society in Preindustrial Britain, 1500-1700, Londres, 1970; Stone L. (ed.), The Univesity in Society, 2 vol. Princeton, 1974 ; Kagan R. L., Students and Society in Early Modern Spain, Baltimore, Londres, 1974; Frijhoff W., La Société néerlandaise et ses gradués, 1575-1814. Une recherche sérielle sur le statut des intellectuels à partir des registres universitaires, Amsterdam-Maarssen, 1981 ; Julia D., Revel J., Chartier R., Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle. Histoire sociale des populations étudiantes, t. 1 et 2, Paris, Éd. de l’EHESS, 1986-1989 ; Ferté P., Répertoire géographique des étudiants du Midi de la France (1561-1793), Toulouse, 2002-2008 ; Hiernard J., Turrel D., Delmas-Rigoutsos Y., Les Routes européennes du savoir. Vita peregrinatio, fin du Moyen Âge-XVIIIe siècle, Paris, 2011. On trouve une synthèse de ces travaux dans les chapitres 7, 9 et 10 de l’histoire des universités européennes dirigée par Ruegg W., op. cit. : Di Simone M. R., « Admission », p. 297-324 ; Frijhoff W., « Graduation and Careers », p. 377-415 ; De Ridder-Simoens H., « Mobility », p. 416-447, qui fournissent en fin de chaque chapitre une bibliographie recensant les études européennes les plus notables.

24 La synthèse dirigée par Brizzi G. P. et Verger J., Università dell Europa, Milan, 1991-1993, témoigne de la vitalité du genre, en particulier en Italie.

25 Par exemple Roy L., L’Université de Caen, op. cit. et Müller R. A., in Ruegg W., op. cit., « Student education, Student life », p. 326-354 pour les exemples tirés du monde anglo-saxon.

26 Ruegg W., op. cit. et Brizzi G. P. et Verger J., op. cit.

27 Sur la sociologie des sciences, on renvoie à la synthèse de Latour B., La Science en action. Introduction à la sociologie des sciences, Paris, La découverte, 2005, [1re édition en anglais 1987], qui contient une bibliographie à jour en 1995, ainsi qu’aux revues Social studies of Science et Science, Technologie and Human Values.

28 Voir Jacob C. (dir.), Les Lieux de savoir, op. cit. On y relève cependant la contribution de Trautmann-Waller C., « Berlin au XIXe siècle : l’université dans la ville », p. 1185-1205.

29 Archives municipales de Nantes, II 150, « Mémoire pour la ville de Nantes », s. d. [écrit entre 1730 et 1735].

30 Munster S., La Cosmographie universelle contenant la situation de toutes les parties du monde avec leurs propriétez et appartenances…, Paris, 1552, livre II, p. 191 [1re éd. lat. 1550].

31 Schneider R. A., Public life in Toulouse, 1563-1789. From Municipal Republic to cosmopolitan city, New York, Cornell University Press, 1989, p. 55-57.

32 Davies J., Florence and its University during the Early Renaissance, Leiden-Boston, Brill, 1998.

33 Grafton A., «Civic Humanism and Scientific Scholarship at Leiden» in Bender T. (dir.), The University and the City: From Medieval Origins to the Present, New York, 1988, p. 74-75.

34 C’est par exemple le cas de l’humaniste protestant Claude Baduel, régent de l’école mage (la faculté des arts de Montpellier) et disciple de Calvin. Voir Gaufrès M.-J., Claude Baduel et la réforme des études, Paris, 1880.

35 Grafton A., «Civic humanism and scientific scholarship at Leiden» p. 74-75.

36 Hammer C. I., « Oxford Town and Oxford University », in Aston T.H., The History of the University of Oxford, vol. III, Oxford, 1986, p. 106-107. Dainville-Barbiche S. de, Le clergé paroissial de Paris de 1789 à Janvier 1791. Répertoire biographique, Paris, 1992.

37 Hyojoung K. et Pfaff S., « The Structure and Dynamics of the Religious Insurgency : University students and the Spread of the Reformation Movement in the 16th Century Holy Roman Empire », American Scociological Review, 2012.

38 Grendler P. F., « The Universities of the Renaissance and Reformation », Renaissance Quarterly, 57, 2004, p. 14.

39 Munster S., La Cosmographie universelle, op. cit. p. 835 [1re éd. lat. 1550].

40 Kaufmann T., « Théologie, université, société », Religion ou confession : un bilan franco-allemand sur l’époque moderne, XVIe-XVIIe siècles, Duhamelle C. et Buttgen P. dir., Paris, 2010, p. 461-484.

41 Van Damme S., Paris, capitale philosophique, op. cit. ; Belhoste B., Paris savant. Parcours et rencontres au temps de Lumières, Paris, 2011.

42 L’espace public ne peut se réduire aux places et lieux publics de la ville. Sur les ambiguïtés de la traduction de « Öffentlichkeit » en « espace public », voir Morsel J., « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la réponse », L’Espace public au Moyen Âge. Débats autour de Jürgen Habermas, Boucheron P. et Offenstadt N. dir., Paris, 2011, p. 354-355.

43 Boucheron P., « Espace public et lieux publics : approches en histoire urbaine », L’Espace public au Moyen Âge…, p. 116, qui propose de conserver la notion d’espace public comme un outil permettant de comprendre le processus de formation de l’espace public au sein des lieux publics.

44 Rouget F., « Academies, circles, “salons” and the emergence of the premodern “literary public sphere” in sixteenth century France », in Wilson B. et Yachnin P. E. dir., Making Publics in Early Modern Europe : People, Things, Forms of Knowledge, New York, 2010, p. 53-63.

45 Sur le rapport entre l’extension de la participation politique et les situations de conflits, voir Bourquin L. et Hamon P., La Politisation. Conflits et construction du politique depuis le Moyen Âge, Rennes, 2010, p. 8-10.

46 Rivaud D., « L’Université et la ville à Bourges, fin XVe-milieu XVIe siècle », in Geonget S., Bourges à la Renaissance. Hommes de lettres, hommes de lois, Paris, Klincksiek, 2011, p. 45-61.

47 Voir Zeller O., op. cit., édition points Seuil, p. 23-34 et 67-92.

48 Au XVIe siècle, à l’exception du cas d’Édimbourg, les fonctions universitaires sont rarement le signe de l’éléction d’une ville au rang de capitale, A. Cabantous, Les Capitales de la Renaissance, dir. J.-M. Le Gall, Rennes, 2011, p. 183.

49 Charle C., Le Temps des capitales culturelles, XVIIIe-XXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

50 Le cas de Caen illustre parfaitement ce phénomène, Roy L., L’Université de Caen aux XVe et XVIe siècles, Identité et représentation, Leyde-Boston, Brill, 2006, p. 118.

51 Voir la récente mise au point de Romano A. et Van Damme S., « Penser les savoirs au large (XVIe-XVIIIe siècles), Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2008/2, no 55-2, p. 7-18.

52 Cette remarque doit cependant être nuancée dans le cas d’Amsterdam où, en 1632, la ville conçut le projet de créer une université. Mais les états de Hollande et de Zélande en empêchèrent la réalisation qui menaçait le monopole de Leyde, Cook H., « Amsterdam, entrepôt des savoirs au XVIIe siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2008/2, no 55-2, p. 31.

53 Ibid., p. 38.

54 O’brien P. et alii, Urban achievement in early modern Europe. Golden Ages in Antwerp, Amsterdam and London, Cambridge, 2011, p. 31-32.

55 Zeller O., « La ville moderne », in Pinol J.-L., Histoire de l’Europe urbaine. De l’antiquité au XVIIIe siècle, Paris, Le Seuil, édition 2003, p. 627.

56 Grendler P. F., art. cit., p. 23-28.

57 Frijhoff W., « Patterns », History of the university in Europe, vol. II, Universities in early modern Europe (1500-1800), De Ridder-Symoens H. et Ruegg W., op. cit., p. 71.

58 Ibid., p. 70 et p. 72.

59 Zeller O., op. cit., éditions points Seuil, 2012, p. 172-175.

60 Descimon R., « Le Corps de ville et le système cérémoniel parisien au début de l’âge moderne », Statuts individuels, statuts corporatifs et statuts judiciaires dans les villes européennes (Moyen Âge et temps modernes), Boone M. et Praak M. éd., Louvain, Garant, 1996, p. 73-128.

61 Ainsi l’université de Louvain, située sur le front de catholicité des Pays-Bas méridionaux, continua d’exercer des privilèges exorbitants en matière de droit de nomination aux bénéfices ecclésiastiques à la faveur de la reconquête catholique du XVIIe siècle et des privilèges pontificaux, voir Boute B., Academic interests and catholic confessionalisation. The Louvain privileges of nomination to ecclesiastical benefices, Brill, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search