Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spectateurs de paroles

 | 
Noémie Villacèque

Deuxième partie. Au tribunal, les orateurs et leurs drames

Chapitre VI. Deux cas de procès pervertis

Texte intégral

1Si les tribunaux athéniens ressemblent bien souvent à des théâtres en miniature, les procès qui se déroulent hors de leurs murs n’en sont pas moins dramatisés. Ce sont deux de ces procès que nous allons examiner ici, en prêtant une attention toute particulière au statut du paradigme tragique dans les récits qui en sont faits et à ce que nous pouvons en déduire de la réalité de leur déroulement. Le premier, le procès des généraux vainqueurs aux Arginuses, en 406 avant J.-C., se tient devant l’ekklèsia, car il s’agit d’une eisangelia eis ton dèmon ou « dénonciation devant le peuple ». En revanche, si le second, le procès de Théramène, en 404 avant J.-C., n’a pas lieu au tribunal, ce n’est pas pour des raisons de procédure, mais parce que les circonstances sont exceptionnelles : la démocratie ayant été renversée, les Trente décident de faire passer en jugement l’un des leurs pour défaut d’enthousiasme criminel.

2Or, nous allons voir que, dans ces deux cas rapportés par Xénophon, le récit de la mise en scène judiciaire a, encore pour le lecteur d’aujourd’hui, quelque chose d’incommodant. Pourquoi ce sentiment de gêne ? Qu’est-ce qui différencie ces procès de ceux que nous avons pu examiner à travers les discours de Lysias ou d’Andocide ?

Le procès des généraux des Arginuses : du théâtre sans le mot

  • 1 Xénophon, Helléniques, I, 7.
  • 2 Archestratos était mort durant le blocus de Lesbos (Lysias, Défense d’un anonyme, 8) et Conon ne f (...)
  • 3 M. H. Hansen, La démocratie athénienne, p. 251. Voir aussi Id., Eisangelia. The Sovereignty of the (...)

3Le procès des stratèges vainqueurs aux Arginuses vient clore le premier livre des Helléniques1. Durant l’été 406 avant J.-C., la flotte athénienne, renforcée par des contingents alliés, avait vaincu les Péloponnésiens devant les îles Arginuses, près de la côte d’Asie Mineure, en face de Mytilène. Mais l’importance des pertes humaines – 3 000 à 4 000 hommes, pour la plupart des citoyens, périrent en mer – conduisit les Athéniens à destituer huit des dix stratèges victorieux et à accepter d’instruire contre eux une procédure d’eisangelia pour n’avoir pas repêché les naufragés de la bataille2. Comme l’explique Mogens Hansen, d’ordinaire, l’eisangelia, après avoir été portée devant l’Assemblée ou le Conseil, venait devant les thesmothètes, qui désignaient un tribunal ; cependant, « au Ve siècle et dans la première moitié du ive, l’Assemblée décidait souvent d’entendre elle-même la cause, auquel cas il revenait aux prytanes de convoquer une réunion extraordinaire dont le seul ordre du jour serait l’audition de cette unique affaire et au terme de laquelle le jugement serait rendu à main levée3 ». L’affaire des stratèges de 406 fut instruite selon cette procédure et donc entendue, sur la Pnyx, par l’Assemblée du peuple.

  • 4 J.-Cl. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 19 (...)

4Pour la première fois du récit des Helléniques, note Jean-Claude Riedinger, « on a […] un épisode entier organisé uniquement autour de la parole4 ». Nous essaierons de montrer dans les pages qui suivent comment Xénophon présente ce procès truffé de coups de théâtre par un long récit mettant en avant l’excitation morbide de la foule, manipulée par une mise en scène savamment orchestrée, par Théramène en particulier. Nous essaierons de montrer aussi que, sans qu’il soit explicitement présent comme référence lexicale, le paradigme du théâtre imprègne ce récit, et l’enveloppe d’une atmosphère tragique.

  • 5 Xénophon, Helléniques, I, 7, 1.

5Après la description hautement technique de la bataille elle-même, le chapitre 7 du livre i s’ouvre sur la destitution des stratèges, action publique dont les motifs ne sont pas mentionnés par Xénophon ; ceux qui l’ont initiée sont d’ailleurs désignés par l’expression vague et, en l’occurrence, vaguement dépréciative hoi en oikôi, « les gens qui étaient restés au pays », opposés par juxtaposition, dans la phrase suivante, aux « stratèges qui ont livré cette bataille navale (tôn naumachèsantôn stratègôn)5 ». Dès l’amorce, on s’aperçoit ainsi que la stratégie de l’historien consiste à minimiser l’émotion suscitée par la mort de milliers de citoyens, afin que la suite des opérations apparaisse comme le simple fait des démagogues et de la crédulité de la foule.

  • 6 Xénophon, Helléniques, I, 7, 3.

6Par l’agencement narratif des péripéties, la structure interne du chapitre obéit à ce même projet. Un démagogue, Archédamos le bien-nommé, mène contre Érasinidès, un des stratèges, une attaque sur le plan judiciaire, pour un motif qui est présenté par Xénophon comme étant à la fois sordide, sans rapport avec l’affaire principale et pourtant liminaire, puisque, immédiatement après avoir accepté l’emprisonnement préventif d’Érasinidès pour malversation, la Boulè décide d’emprisonner « les autres aussi » (kai tous allous), dans l’attente du grand procès6.

  • 7 Xénophon, Helléniques, I, 7, 4-7 (première réunion, interrompue pour désamorcer le premier retourne (...)
  • 8 Xénophon, Helléniques, I, 7, 12 (action contre Callixénos) ; 13 (réaction de Lyciscos) ; 14 (refus (...)

7Ce n’est là que le préambule de l’affaire, le prologue du drame. La suite est organisée autour de deux délibérations de l’Assemblée, réunie en qualité de tribunal, qui donnent lieu à autant de retournements de l’opinion en faveur des accusés, avant leur condamnation finale7. Au centre de chacun de ces deux épisodes, un discours de défense : celui, bref, à plusieurs voix, des stratèges eux-mêmes, prononcé lors de la première assemblée ; celui d’Euryptolémos, long, bien construit et « professionnel », lors de la seconde. Ce discours est la tentative la plus importante des amis des stratèges de résister aux manœuvres de l’accusation. Il butte, comme les tentatives précédentes, sur un mouvement de répression appuyé par la foule8.

  • 9 Xénophon, Helléniques, I, 7, 3 ; 4 ; 5 ; 8 ; 16 ; 34.

8Si l’on tourne maintenant notre attention vers le rythme et la temporalité du récit, on le verra s’animer crescendo pendant que les péripéties s’enchaînent, de l’arrestation des stratèges sur ordre du Conseil jusqu’à leur exécution, avec pour seule transition la formule meta de tauta (« et après cela »)9. Il faut noter que, tout au long de cette affaire, aucune autre indication temporelle ne vient nous éclairer sur la durée de chaque épisode ou celle de l’ensemble des opérations, provoquant ainsi chez le lecteur l’illusion d’une « unité de temps » qui contribue largement à l’atmosphère tragique dont nous parlions plus haut, dans la mesure où le lecteur a l’impression de ne plus lire le récit d’une longue succession d’événements, s’étalant probablement sur plusieurs semaines, mais l’argument d’un drame court et poignant. Autrement dit, Xénophon semble vouloir condenser le temps « dramatique » de sa narration pour le ramener aux dimensions d’une temporalité « scénique ». Sobre, brève, quasiment invisible, la formule « et après cela » rend donc encore plus dramatique cette succession en cascade de coups de théâtre, dont les plus spectaculaires sont l’apparition des gens endeuillés, au sujet desquels Xénophon insinue qu’ils n’étaient pas vraiment en deuil, et l’arrivée inattendue d’un homme qui, selon Xénophon, prétendait être un rescapé de la tempête. Commençons par ce dernier :

  • 10 Xénophon, Helléniques, I, 7, 11.

« Là-dessus se présenta à l’Assemblée un homme (παρῆλθε δέ τις εἰς τὴν ἐκκλησίαν) qui déclara qu’il s’était sauvé sur un tonneau de farine : il avait été chargé par ceux qui étaient en train de périr d’aller annoncer au peuple (ἀπαγγεῖλαι τῷ δήμῳ), s’il en réchappait, que les stratèges n’avaient pas recueilli ceux qui avaient été les meilleurs défenseurs de la patrie10. »

  • 11 Il existe au moins deux exemples mythologiques de sauvetage en mer grâce à des récipients en bois (...)
  • 12 Xénophon, Helléniques, I, 7, 7.
  • 13 Sophocle, Philoctète, 542-627. Voir infra, p. 131, n. 169.
  • 14 Xénophon, Helléniques, I, 7, 9-10.

9Ce témoin providentiel, que le lecteur est implicitement invité à ne pas croire, tellement sa survie relève du mythe11, sera le catalyseur du tragique. Non content d’être un témoin, comme ceux qui s’étaient présentés lors de la première réunion – mais, eux, en faveur des accusés12 –, cet homme se dit investi par ses compagnons d’infortune d’une mission comparable à celle du messager tragique : annoncer (apangeilai, verbe de la même famille que le nom grec du messager : angelos) au peuple le message dont il a été chargé. Or, cet angelos providentiel s’avère être un messager de mensonges, comme le Faux-Marchand du Philoctète13. Les propos vengeurs qu’il dit rapporter de l’au-delà sont le prétexte pour que le peuple vote la motion illégale introduite par Callixénos : les stratèges seront jugés par un « scrutin par oui ou par non », sans secret du vote, tous ensemble et non individuellement14.

  • 15 Diodore de Sicile, XIII, 101, 6. Même si pour Diodore l’enjeu est religieux (en effet, il n’est pas (...)
  • 16 Xénophon, Helléniques, I, 7, 8. Nous ne sommes pas d’accord avec Jean Hatzfeld, qui traduit, dans (...)

10Le faux messager a, nous semble-t-il, dans le récit de Xénophon, un statut tout à fait comparable à celui des hommes en chlamyde noire dont l’historien dit que Théramène les avait débauchés des Apaturies. Alors que Diodore nous en parle avec bienveillance, comme de gens ayant réellement perdu un des leurs et qui s’étaient présentés à l’Assemblée pour réclamer justice15, Xénophon les présente avec insistance comme des imposteurs : tels des chorèges, Théramène et ses fidèles les auraient minutieusement « préparés » (pareskeuasan) « pour qu’ils viennent parler à l’assemblée en faisant semblant d’être des parents des morts (hôs sungeneis ontes)16 ».

  • 17 Xénophon, Helléniques, I, 7, 14.
  • 18 Xénophon, Helléniques, I, 7, 16-33 ; voir P. Krentz, Xenophon, Hellenika, I-II. 3.10, Warminster, (...)
  • 19 P. Pontier, Trouble et ordre chez Platon et Xénophon, Paris, Vrin, 2006, p. 85.

11Dans le récit de Xénophon, le procès apparaît donc comme une tragédie avant tout parce qu’il semble entièrement artificiel, mis en scène : tout ayant été préparé à cet effet, l’issue funeste est inéluctable. Les quelques renversements de situation, tels que le refus des prytanes de voter la motion proposée par Callixénos17, sont très brefs et servent à exciter l’émotion du lecteur-spectateur. Quant au long discours d’Euryptolémos18, c’est, pour reprendre la formule de Pierre Pontier, « un plaidoyer impuissant en faveur de la raison19 », aussi impuissant et aussi beau, ajouterions-nous, que le sont bien souvent les monologues tragiques. Alors qu’il expose, dans une démonstration logique, les arguments prouvant la nécessité de juger les stratèges vainqueurs par une procédure légale, l’orateur met en avant les remords douloureux auxquels s’exposeraient les Athéniens en les condamnant injustement à mort. Le ton est pathétique :

  • 20 Xénophon, Helléniques, I, 7, 27.

« Et cependant, si vous mettez à mort un homme, quoique innocent, peut-être vous en repentirez-vous (μεταμελήσει), et le repentir (μεταμελῆσαι) est, souvenez-vous en, un sentiment bien douloureux et néfaste par lui-même, mais plus encore si votre erreur a coûté une vie humaine20. »

  • 21 Xénophon, Helléniques, I, 7, 34.

12Ainsi Euryptolémos prédit-il à ses concitoyens le supplice du remords, qui commencera effectivement à les ronger dès la mise à mort des stratèges21, comme le souligne la reprise dans le récit du verbe metamelein, le même que Xénophon mettait dans la bouche de l’orateur :

  • 22 Xénophon, Helléniques, I, 7, 35. Voir Platon, Apologie, 32b 4-5 ; Diodore de Sicile, XIII, 103,1. (...)

« Peu de temps après, les Athéniens se repentirent (μετέμελε τοῖς Ἀθηναίοις) et votèrent que ceux qui avaient trompé le peuple devaient être l’objet d’une citation préjudicielle devant l’Assemblée, qu’ils avaient à se faire cautionner jusqu’à ce que le jugement fût rendu, et que Callixénos serait l’un de ceux-là22. »

  • 23 Voir également Aristote, Constitution d’Athènes, 34, 1 : « le peuple avait été trompé par des gens (...)
  • 24 Voir par exemple Lysias, Contre Ératosthène, 36.
  • 25 Xénophon, Helléniques, I, 7, 35 : μισούμενος ὑπὸ πάντων, λιμῷ ἀπέθανεν.

13Même s’il essaie de rejeter la responsabilité de l’exécution des stratèges sur ceux qui avaient pris la parole23, le peuple ne pourra se débarrasser de sa culpabilité : longtemps après, ce procès sera évoqué par les orateurs pour rappeler aux Athéniens leurs erreurs et leur cruauté passées24. Et, bien sûr, la pire des morts sera réservée à l’infâme Callixénos : malgré le service qu’il croyait avoir rendu aux démocrates en mettant en scène sa mascarade judiciaire, il mourra de faim, haï de tous, à l’heure où, après la chute des Trente, la démocratie triomphera25.

  • 26 G. Roux, « Les grimaces de Clisthène (Aristophane, Grenouilles, v. 422-430) », REG, 80, 1967, p. 1 (...)
  • 27 Aristophane, Grenouilles, 964-967.
  • 28 Aristophane, Grenouilles, 841-842. Voir aussi Acharniens, 399 et Thesmophories, 148-167.

14On l’aura compris, il n’est pas facile de distinguer, dans le récit de Xénophon, quelle est la part de théâtralité « réelle » du procès lui-même et quelle est celle du récit qui donne à voir l’épisode au lecteur-spectateur. Cependant, Xénophon n’est pas le seul à souligner le caractère spectaculaire de ce procès. En effet, la mise en scène est également pointée du doigt par Aristophane qui, comme le relève très justement Georges Roux26, présente Théramène comme un disciple (mathètès) d’Euripide27, le « calembredo-glaneur, faiseur de loqueteux, ravaudeur de guenilles28 ». Il faut dire que cette image d’un Théramène expert en illusion théâtrale semble convenir parfaitement à l’homme qui n’a pas hésité, à en croire Xénophon, à se faire le chorège et le didaskalos des « amateurs » qu’il a été lui-même chercher aux Apaturies pour former un chœur convaincant, capable de prendre la parole devant l’assemblée.

  • 29 Aristophane, Grenouilles, 1063-1064. Voir également Acharniens, 412-479.
  • 30 Pour Peter Hunt, Théramène voulait ainsi sanctionner les stratèges pour avoir indûment promis la c (...)
  • 31 G. Balandier, Le pouvoir sur scènes, p. 22.

15Comme Euripide « habille les rois avec des guenilles pour que leur air fasse pitié aux gens29 », Théramène déguise sa petite troupe et leur fait jouer un rôle tragique destiné non seulement à susciter la pitié, mais aussi, par la même occasion, à exciter la haine envers les accusés30. Car nous avons bien affaire là à l’un de ces grands procès analysés par Georges Balandier, dont le « fonctionnement les constitue provocateurs d’émotions – de la réprobation à la colère et à la haine populaires », et qui « transforment pour un temps » l’espace politique « en théâtre tragique31 ».

16Mais quelle place occupe alors le dèmos dans ce théâtre ? N’est-il que témoin de la mise en scène de Théramène et de ses amis, ou bien endosse-t-il, lui aussi, un rôle plus actif ?

  • 32 Xénophon, Helléniques, I, 7, 35 – cité plus haut.

17Si, dans le récit de Xénophon, le peuple finit par rejeter la responsabilité de l’exécution des stratèges sur les orateurs, estimant avoir été trompé par eux32, durant le procès, pourtant, il revendique haut et fort sa souveraineté :

  • 33 Xénophon, Helléniques, I, 7, 12-14.

« Certains demandèrent la mise en accusation de Callixénos pour avoir rédigé une motion illégale […]. Dans le peuple, quelques-uns les approuvaient, mais la foule se mit à crier que c’était une chose abominable si l’on empêchait le peuple de faire ce qu’il voulait (τοῦ δὲ δήμου ἔνιοι ταῦτα ἐπῄνουν, τὸ δὲ πλῆθος ἐβόα δεινὸν εἶναι, εἰ μή τις ἐάσει τὸν δῆμον πράττειν ὃ ἂν βούληται). Alors, quand Lyciscos proposa de faire juger ces hommes-là, eux aussi, par le même scrutin qui devait décider du sort des stratèges, s’ils n’abandonnaient pas leur accusation, là-dessus la foule de nouveau l’appuya tumultueusement (ἐπεθορύβησε πάλιν ὁ ὄχλος), et ils furent obligés de l’abandonner. Quelques prytanes refusaient de mettre aux voix cette procédure de scrutin par oui ou par non, qui était illégale : Callixénos monta à la tribune et reprit contre eux la même accusation, et les gens se mirent à crier qu’il fallait faire passer en justice ceux qui refusaient (οἱ δὲ ἐβόων καλεῖν τοὺς οὐ φάσκοντας)33. »

  • 34 Martin Ostwald note que « pour la première fois dans l’histoire athénienne, le principe de souvera (...)

18Dans ce passage, le dèmos athénien apparaît comme le destinataire actif, réactif de cette tragédie, bref, tel qu’il est au théâtre, pendant le concours dionysiaque : « organisateur de joutes », pour reprendre l’expression de Cléon, voire d’exécutions sommaires, il « fait ce qu’il veut (prattein ho an boulètai)34 » et s’appuie sur le jeu de quelques orateurs pour mener le spectacle à bien et en jouir pleinement. Le Socrate de l’Apologie rapporte l’épisode en des termes très similaires :

  • 35 Voir supra, n. 2 du présent chapitre, p. 202.
  • 36 Platon, Apologie, 32b 2-8 (trad. L. Brisson, Platon, Apologie de Socrate. Criton, Paris, Flammario (...)

« Vous vouliez juger en bloc les dix stratèges35, parce qu’ils n’avaient pas recueilli les hommes qui étaient tombés à la mer au cours du combat naval ; procédure illégale, comme un peu plus tard vous l’avez tous reconnu (παρανόμως, ὡς ἐν τῷ ὑστέρῳ χρόνῳ πᾶσιν ὑμῖν ἔδοξεν). Ce jour-là, je fus, moi, le seul des prytanes à m’opposer à vous pour empêcher que rien ne soit fait d’illégal (μηδὲν ποιεῖν παρὰ τοὺς νόμους), et à voter contre la proposition. Les orateurs me menaçaient de dénonciation et de prise de corps, ce à quoi vous les invitiez à grands cris (καὶ ἑτοίμων ὄντων ἐνδεικνύναι με καὶ ἀπάγειν τῶν ῥητόρων, καὶ ὑμῶν κελευόντων καὶ βοώντων)36… »

  • 37 Cf. P. Krentz, Xenophon, Hellenika, I-II. 3.10, ad loc., qui, de façon cohérente avec sa thèse ten (...)
  • 38 Pierre Pontier a montré que « le préfixe ἐπι-, dont la valeur […] est abstraite et liée au datif, (...)

19Assemblé dans le koilon de la Pnyx, le peuple est donc également le spectateur de cette tragédie judiciaire organisée par Théramène ; mais Xénophon n’emploie plus ici le terme dèmos, mais plutôt plèthos, puis le violemment péjoratif ochlos37. Ce n’est pas le peuple, mais la foule, la « masse » (des citoyens) qui, au nom du peuple, hurle et réclame un spectacle ; l’excitation de la « masse » spectatrice est soulignée par les verbes boan (« crier ») – employé par Platon également – et epithorubein (« répondre par des acclamations »)38. Ainsi, la souveraineté du dèmos semble se dissoudre dans la fièvre tapageuse et morbide de la foule. Tout à son plaisir du spectacle, le dèmos perd son nom.

  • 39 D’après le récit de Xénophon (Helléniques, I, 7, 5-8), les stratèges ne semblent avoir eu – briève (...)

20Pourquoi à cette occasion en particulier ? Nous avons pourtant vu qu’à l’Héliée, c’est chaque jour que le peuple assiste à des drames judiciaires ; il n’en est pas moins souverain. Mais, nous l’avons montré, ce procès des stratèges vainqueurs aux îles Arginuses n’a rien d’un agôn : non seulement les accusés, condamnés d’avance, ne peuvent présenter leur propre drame pour tenter de convaincre le public, mais, même dans la pièce écrite par Théramène et ses amis, ils n’ont aucun rôle à jouer39. En outre, ceux qui assistent au spectacle n’ont rien de citoyens réunis en assemblée : ils ne sont qu’une foule hurlante, exigeant dès le début la mort des accusés. Plutôt qu’une pièce de théâtre, ce procès arbitraire n’est finalement qu’un cruel spectacle.

21Or, Théramène, celui qui a orchestré cette mise à mort des stratèges, périra à son tour trois ans plus tard, à l’issue d’un procès tout aussi grossièrement mis en scène.

La mise en scène du procès de Théramène : le cothurne et le satyre

  • 40 Xénophon, Helléniques, II, 3, 23-56. L’événement se situe probablement en février 403, juste après (...)
  • 41 Xénophon, Helléniques, II, 3, 23.
  • 42 Aristote, Constitution d’Athènes, 35, 1.
  • 43 Lysias, Contre Agoratos, 20 : « la plupart des membres de ce Conseil restèrent en fonction sous le (...)

22C’est encore Xénophon qui relate la parodie de procès et la mise à mort de Théramène par les Trente, dont il faisait pourtant partie, en 403 avant J.-C.40. En effet, face au refus de Théramène de participer à la chasse aux métèques qu’ils avaient déclenchée, « les Trente, pensant qu’il les gênerait pour agir à leur guise, conspirèrent contre lui41 » et décidèrent de rendre le Conseil complice de leur justice expéditive. Le Conseil était alors inféodé aux Trente et composé par leurs soins42, même si « la plupart de ses membres » en faisait déjà partie avant le coup d’État43. Là encore, deux niveaux de mise en scène sont intimement liés, dont nous essaierons d’évaluer la part respective : celui de l’offensive de Critias et celui du récit par l’historien, qui décrit les événements avec force détails. Pour se débarrasser de Théramène, présenté par Xénophon comme un empêcheur d’assassiner en rond, les Trente mettent en scène un procès où chacun a un rôle précis à jouer ; la manœuvre politique est savamment orchestrée :

  • 44 Xénophon, Helléniques, II, 3, 23.

« Par des conversations privées, chacun allait l’accuser auprès de l’un des membres du Conseil de vouloir ruiner le régime ; puis, recommandant à des jeunes gens, qui leur semblaient particulièrement audacieux, de se trouver présents avec un poignard sous le bras, ils convoquèrent le Conseil44. »

  • 45 Sur Critias dramaturge, voir M. Centanni, Atene assoluta. Crizia dalla tragedia alla storia, Padou (...)
  • 46 Xénophon, Helléniques, II, 3, 27-28.
  • 47 Voir, par exemple, Xénophon, Helléniques, II, 3, 24, 3 (τις ὑμῶν) ; II, 3, 25, 1 (ἡμεῖς… ἡμῖν τε κ (...)
  • 48 Tant dans la présentation par Xénophon des causes du conflit entre Théramène et Critias (Xénophon,(...)
  • 49 Xénophon, Helléniques, II, 3, 29 (προδότῃ, προδοσία, προδιδόντα) ; 30 (προδότης) ; 33 (προδιδόντα)

23Dans le récit de Xénophon, Critias, poète tragique à ses heures45, dirige d’une main de maître ce jeu dramatique : dans son propre réquisitoire, tout d’abord, il accuse Théramène de se tenir volontairement à l’écart de ses collègues pour éviter une éventuelle mise en cause plus tard, en cas de rétablissement de la démocratie46. En suivant la méthode de son adversaire, qui consiste à créer des complicités, fussent-elles passives, et en dramaturge soucieux d’épouser le sentiment général de son auditoire, Critias apporte un soin particulier au choix des formes verbales, alternant la deuxième et la première personne du pluriel47. Ainsi, dans un premier temps, il se place au même niveau de responsabilité que ses complices du collège des Trente, puis il place ce collège au même niveau de responsabilité que les partisans les moins criminels du régime, les membres de la Boulè. En même temps, en expliquant que Théramène refuse, par lâcheté, de se montrer solidaire des autres oligarques, en contradiction avec sa propre doctrine48, le discours de Critias le présente avec pathos comme un traître au régime oligarchique : les termes prodotès (« traître »), prodidômi (« trahir ») reviennent à cinq reprises dans le passage49. Cette insistance sur la trahison finit par donner un sens nouveau, beaucoup moins plaisant, à la plaisanterie déjà courante qui prenait Théramène pour cible depuis qu’il avait rejoint les démocrates contre ses propres complices, les oligarques du régime des Quatre-Cents. Sa proverbiale versatilité devient ainsi beaucoup moins sympathique que ne le laissait entendre son surnom de « chaussure d’acteur » (kothornos, « cothurne »), elle devient proprement criminelle :

  • 50 Xénophon, Helléniques, II, 3, 30-32. Xénophon est le premier à rapporter le surnom, mais il le pré (...)

« C’est lui qui […] a été le plus disposé à transformer la démocratie pour en faire le régime des Quatre-Cents – et il était parmi ces derniers un grand personnage. Mais lorsqu’il s’aperçut qu’une certaine opposition se constituait contre l’oligarchie, il fut le premier par contre à mener le peuple contre les Quatre-Cents : c’est bien là ce qui lui a valu là son surnom de « cothurne » : car le cothurne semble s’ajuster à l’un et l’autre pied (ὅθεν δήπου [γὰρ] κόθορνος ἐπικαλεῖται· καὶ γὰρ ὁ κόθορνος ἁρμόττειν μὲν τοῖς ποσὶν ἀμφοτέροις δοκεῖ)
[…]
Toi, par ta versatilité (διὰ τὸ εὐμετάβολος εἶναι), tu es cause que beaucoup de gens ont péri, dans le parti oligarchique, victimes de la démocratie, et, dans le parti démocratique, victime des gens de bien50. »

24Cette incursion dans le monde du théâtre, qui n’est donc pas une invention de Xénophon et qui n’est sans doute pas non plus due au génie créateur du poète Critias, rappelait déjà l’image publique qui était celle de Théramène avant le « procès », l’assimilant par la métonymie de la « chaussure d’acteur », à un hupokritès, un opportuniste qui sait esquiver les difficultés et s’adapter à toutes les situations. Mais, dans le contexte précis du procès de la modération, cette figure rhétorique devient réalité théâtrale : Théramène est contraint d’assumer le rôle que Critias, en bon didaskalos, lui réserve dans la pièce dont il a imaginé l’intrigue (le logos), à défaut d’en écrire les dialogues. Théramène devient ainsi un héros tragique, incapable d’échapper à son destin, pris au piège de l’impératif de solidarité partisane qu’il avait sans doute lui-même érigé en programme politique des oligoi. Connaissant l’habileté oratoire de son ancien ami, Critias avait paré à toute éventualité en disposant à l’avance des troupes dans la salle. En effet, après le discours de défense de Théramène, la violence du pouvoir s’exhibe dans toute sa brutalité, d’autant plus dissuasive qu’elle est arbitraire :

  • 51 Xénophon, Helléniques, II, 3, 50-51 (trad. J. Hatzfeld, légèrement modifiée ; nous soulignons).

« Comme il avait terminé sur ces mots, et qu’on vit nettement dans le Conseil des mouvements qui lui étaient favorables, Critias, qui se rendait compte que, s’il laissait le Conseil voter par oui ou par non sur le cas de Théramène, celui-ci se tirerait d’affaire, cette éventualité lui paraissant invivable, il alla s’entretenir un moment avec les Trente, puis il sortit pour donner l’ordre aux porteurs de poignards de se tenir bien en vue du Conseil contre la balustrade. Puis il rentra et dit : “à mon avis, membres du Conseil, c’est l’affaire d’un chef digne de ce nom, de réagir quand il voit ses amis trompés (ἐξαπατωμένους). Au reste ces gens que vous voyez debout ici déclarent qu’ils ne nous laisseront pas faire (οὔ φασιν ἡμῖν ἐπιτρέψειν), si nous voulons acquitter un homme qui ruine ouvertement l’oligarchie. Il est stipulé dans les lois nouvelles que personne parmi les Trois Mille ne peut être mis à mort sans un vote de vous (ἄνευ τῆς ὑμετέρας ψήφου), tandis que ceux qui ne sont pas sur cette liste, les Trente ont plein pouvoir pour les faire exécuter. Eh bien, moi – ce furent ses paroles – j’efface de la liste Théramène que voici, avec notre assentiment à tous. Et cet homme, dit-il, nous le mettons à mort (ἐγὼ οὖν, ἔφη, Θηραμένην τουτονὶ ἐξαλείφω ἐκ τοῦ καταλόγου, συνδοκοῦν ἅπασιν ἡμῖν. Καὶ τοῦτον, ἔφη, ἡμεῖς θανατοῦμεν)”51. »

  • 52 Xénophon, Helléniques, II, 3, 52-55.
  • 53 Eschyle, Suppliantes, 176-204 : « encore mieux qu’un rempart, cet autel est un infrangible bouclier (...)
  • 54 Euripide, Hécube, 245-248 ; 273-276 ; 337-340 ; 342-344 ; 737-744 ; 836-840.
  • 55 P. Legangneux, « Les scènes de supplication dans la tragédie grecque », Lalies, 20, 2000, p. 175-1 (...)
  • 56 P. Legangneux, art. cit., p. 178.

25On remarque que, plus Xénophon avance dans le récit, plus il s’attarde sur le détail de l’action : il permet au lecteur de suivre les déplacements de Critias, de vivre la tension qui règne alors dans la salle du Conseil. Comme les membres du Conseil, spectateurs du drame qui est en train de se jouer, le lecteur-spectateur est impuissant, même si, contrairement à l’assistance, il sait dès le départ que les Trente ont disposé des hommes armés dans la salle et envisagent de tuer Théramène, quelle que soit l’issue de la prétendue délibération des bouleutes. Théramène « bondit auprès de l’autel », Satyros et ses agents l’en « arrachent » et « l’entraînent » à l’extérieur ; la victime argumente, puis « supplie » et, enfin, « crie52 ». Il faut dire que la scène de supplication (hiketeia) est très présente dans la tragédie grecque, des Suppliantes d’Eschyle53 à l’Hécube d’Euripide54. L’historien développe ainsi un motif tragique courant qui imite des codes linguistiques et socio-culturels55, les exhibe et en dévoile les enjeux par une amplification théâtrale et rhétorique suscitant la réflexion et l’émotion du public. Patricia Legangneux se demande d’ailleurs « si l’hiketeia n’a pas tout simplement intéressé les auteurs dramatiques pour ses potentialités rhétoriques et spectaculaires, que la mise en scène souligne. La supplication rituelle est devenue une convention théâtrale avec ses règles d’efficacité spectaculaire56 ». Or, n’est-ce pas dans ce but que Xénophon développe cette scène dans son récit ? La théâtralité est ici dédoublée : l’historien utilise un motif tragique récurrent, que le théâtre lui-même avait employé pour « ses potentialités spectaculaires ». Rapportés au style direct et prononcés devant un Conseil tétanisé, les propos de Théramène et de Critias accentuent la tonalité tragique du récit et de la scène elle-même, à laquelle assistent en spectateurs tant les membres du Conseil que le lecteur, pétrifiés et impuissants.

  • 57 Voir, par exemple, Sophocle, Antigone, 162-208 (tirade de Créon).
  • 58 Xénophon, Helléniques, II, 3, 51.

26Critias fait donc de Théramène un héros tragique, et pas seulement en le laissant plaider longuement sa cause : il le contraint physiquement aussi à agir comme tel. En effet, comme on le voit dans le passage précédent, Théramène ainsi que toute la Boulè sont acculés par les sbires des Trente, tandis que Critias, en adoptant cette fois-ci la première personne du singulier et un style typique du roi tragique et de ses actes de parole57, efface le nom de son ancien ami de la liste des Trois Mille et décrète ainsi sa mise à mort, en usurpant la « signature » de la Boulè tout entière (hapasin hèmin… hèmeis thanatoumen)58.

27Jusque-là, tout s’est déroulé exactement comme Critias avait pu l’imaginer. En transformant pour un temps l’espace politique en théâtre tragique, Critias a obtenu ce qu’il voulait : un procès avec condamnation à mort du dissident et démonstration de force, monté comme un spectacle tragique, c’est-à-dire faisant appel à l’expérience théâtrale commune à tous les Athéniens. Pourquoi Critias ne se contente-t-il pas de faire exécuter Théramène sans jugement ? Une première réponse pourrait être celle de la quête d’un minimum de légitimité, censée maintenir un peu de cohésion au sein de la junte au pouvoir : il ne faut surtout pas donner l’impression que les Trente se sont mis à s’entretuer. Mais, derrière cette première évidence, une autre réponse apparaît en filigrane : en faisant en sorte que la séquence du procès de Théramène soit perçue par les Athéniens comme une pièce tragique, Critias cherche à faire un procès pour l’exemple.

  • 59 Xénophon, Helléniques, II, 3, 52 : « cet autel ne me sera d’aucun secours, mais je tiens bien à vo (...)
  • 60 [Démétrios de Phalère], Du style, 169 : ὁ δὲ γέλως ἐχθρὸς τραγῳδίας· οὐδὲ γὰρ ἐπινοήσειεν ἄν τις τ (...)
  • 61 Voir J. K. Davies, Athenian Propertied Families, no 15164 (notamment, p. 564-566).
  • 62 Si Lysias, Contre Nicomachos, 12, a raison de l’y inclure, comme semble le croire P. Krentz, The T (...)

28Seulement voilà : après la scène de supplication, déjà quelque peu troublée par la « rupture d’illusion dramatique » provoquée par le sarcasme sacrilège de Théramène59, tout ne se passe pas comme Critias l’aurait voulu. Car Théramène, du moins tel que Xénophon nous le présente, a le génie de transformer ce qui était censé se dérouler comme un procès-spectacle (tragique), en un drame satyrique, une « tragédie enjouée60 ». C’est probablement l’arrivée de Satyros, le chef des Onze, qui marque ce tournant décisif dans le récit. Bien sûr, dans la réalité, il n’y était pour rien : son nom, assez fréquent dans son lointain dème de Képhisia61, veut dire « satyre » et, par extension, « drame satyrique ». Satyros avait été membre du Conseil en 405 et, après avoir exécuté Théramène, il prit sans doute place au sein du collège des Trente62. On ne peut pas savoir si d’autres raisons, à part son nom, des raisons sociales par exemple, pouvaient expliquer le mépris dont il fait l’objet ici. Toujours est-il que,

  • 63 Xénophon, Helléniques, II, 3, 52-56 (nous soulignons).

« là-dessus, le héraut des Trente appela les Onze pour saisir Théramène. Ceux-ci entrés avec leurs agents sous la conduite de Satyros, l’homme le plus hardi et le plus impudent (θρασυτάτου τε καὶ ἀναιδεστάτου), Critias dit : “Nous remettons (παραδίδομεν) entre vos mains Théramène que voici : il a été condamné conformément à la loi ; vous autres, vous allez le saisir et le mener où il faut, et vous agirez en conséquence.” À ces mots, voici Satyros, voici les agents qui arrachent Théramène de l’autel. Théramène cependant, comme on pouvait s’y attendre, suppliait les dieux et aussi les hommes de jeter les yeux sur ce qui se passait. Cependant le Conseil ne bougeait pas : il voyait que les gens qui étaient près de la balustrade étaient pareils à Satyros, que le devant de la salle était plein de gardes, et l’on n’ignorait pas qu’ils étaient là avec leurs poignards. On entraîna à travers l’agora l’homme qui prenait, et à grands cris, les gens à témoins de ce qui se passait63. »

29Théramène, héros tragique malgré lui, crie et supplie tant qu’il peut encore résister à la violence, mais, juste avant de mourir, retrouvant son talent de « disciple d’Euripide », il lance à Satyros et Critias deux piques sarcastiques qui couvrent les bourreaux de ridicule et en font de grotesques personnages de drame satyrique. Ces réflexions sont d’autant plus frappantes que Xénophon les rapporte au style direct :

  • 64 Xénophon, Helléniques, II, 3, 56 (trad. J. Hatzfeld, légèrement modifiée).

Λέγεται δ᾽ ἓν ῥῆμα καὶ τοῦτο αὐτοῦ. Ὡς εἶπεν ὁ Σάτυρος ὅτι οἰμώξοιτο, εἰ μὴ σιωπήσειεν, ἐπήρετο· Ἂν δὲ σιωπῶ, οὐκ ἄρ᾽, ἔφη, οἰμώξομαι; Καὶ ἐπεί γε ἀποθνῄσκειν ἀναγκαζόμενος τὸ κώνειον ἔπιε, τὸ λειπόμενον ἔφασαν ἀποκοτταβίσαντα εἰπεῖν αὐτόν· Κριτίᾳ τοῦτ᾽ ἔστω τῷ καλῷ.
« On cite encore de lui, entre autres, le propos que voici : comme Satyros lui disait qu’il aurait à s’en plaindre s’il ne se taisait pas, il demanda : “Et si je me tais, n’aurai-je donc pas à m’en plaindre ?” Et quand il dut, contraint à mourir, boire la ciguë, on raconte qu’il jeta, comme au jeu du cottabe, la dernière goutte, en disant : “Voilà pour mon beau Critias64”. »

30Xénophon interrompt ici son récit pour s’assurer que le lecteur n’a pas manqué d’admirer son héros :

  • 65 Ibidem.

Καὶ τοῦτο μὲν οὐκ ἀγνοῶ, ὅτι ταῦτα ἀποφθέγματα οὐκ ἀξιόλογα, ἐκεῖνο δὲ κρίνω τοῦ ἀνδρὸς ἀγαστόν, τὸ τοῦ θανάτου παρεστηκότος μήτε τὸ φρόνιμον μήτε τὸ παιγνιῶδες ἀπολιπεῖν ἐκ τῆς ψυχῆς.
« Je n’ignore pas que ce ne sont là que des bons mots qui ne méritent guère attention : mais il faut quand même, je crois, admirer que chez cet homme, malgré l’imminence de la mort, ni le bon sens, ni son caractère enjoué, n’abandonnèrent son âme65. »

  • 66 J. Russo, « Prose Genres for the Performance of Traditional Wisdom in Ancient Greece : Proverb, Ma (...)
  • 67 Ibid., p. 62.
  • 68 Ibid.

31Ces deux apophtegmes, dont Joseph Russo note qu’ils sont les premiers identifiés en tant que tels dans la littérature66, sont utilisés par Xénophon comme couronnement de la vie de Théramène et comme marques significatives de l’intelligence et de l’esprit de l’homme. Le premier joue avec les mots de Satyros, en renversant l’ordre des verbes οἰμώζω (« se plaindre ») et σιωπῶ (« se taire »). Le second fait clairement allusion à une pratique courante dans les banquets, le jeu du cottabe : ce jeu « était rituellement pratiqué dans les banquets comme déclaration d’amour faite en public67 ». Cette réflexion donne une réalité toute particulière à la mort du personnage, puisqu’elle unit le geste à la parole. « L’unité finale du langage et de l’action dans le cottabe montre très bien comment le sens profond de l’apophtegme est inextricablement lié au contexte social dramatique. Le discours qui n’est d’ordinaire action que métaphoriquement […] fusionne avec l’action réelle, physique, quand un rituel social est exécuté. Et l’impact est magnifié quand le rituel est parodié68. »

  • 69 [Démétrios de Phalère], Du style, 169, cité plus haut, n. 60.
  • 70 Cf. Euripide, TrGF 5,2, 562 (Œnée).
  • 71 Eschyle, TrGF 3, 179-180 (Les ramasseurs d’os).
  • 72 Aristophane, fr. 157 Kassel-Austin : τότε μέν σου κατεκοττάβιζον, τὸ νυνὶ δὲ/καὶ κατεμοῦσι. τάχα δ (...)

32Ainsi, si Xénophon affirme, par un tour rhétorique, que ces mots « ne méritent guère attention », il en fait une utilisation emphatique et dramatique remarquable, sur laquelle il insiste puissamment : dans l’ordre du texte, l’allusion au cottabe se trouve dans la même position, la seconde, que l’adjectif substantivé qualifiant l’une des deux qualités essentielles de l’âme de Théramène : to paigniôdes « le côté enjoué », qui est le propre du drame satyrique, tragôidia paizousa, « tragédie enjouée », pour reprendre la formule attribuée à Démétrios de Phalère69. Puissamment sarcastique (dans la coupe de Théramène, il n’y a pas de vin mais de la ciguë), cette allusion au contexte du banquet détourne donc par ironie et les règles du jeu du cottabe et l’habituelle déclaration d’amour pédérastique, pour devenir une vanne acerbe, une de celles qui peuvent faire dégénérer la compétition policée du cottabe en bataille de chiffonniers, quand l’un des convives lance le fond de sa coupe non pas dans la bassine au milieu de la pièce mais sur la tête de celui qui l’a insulté70. Les lecteurs de Xénophon, comme ceux qui assistaient à l’arrestation de Théramène, étaient familiers de ce type d’invectives, que l’on retrouve dans le drame satyrique71 ou la comédie72. C’est d’ailleurs ce geste insultant qui a sans doute fait que le verbe apokottabizô (« jeter le fond d’une coupe comme au jeu du cottabe ») a pris plus tard le sens de « vomir ».

  • 73 En effet, pour Aristote, « il semble à ceux qui n’expriment pas une opinion à la légère qu’il ne t (...)
  • 74 Xénophon, Helléniques, II, 3, 35.

33Si Aristote a très largement contribué à la construction d’un « mythe de Théramène73 », cette dramatisation n’y est pas non plus tout à fait étrangère. Xénophon fait du cynique metteur en scène du procès des stratèges vainqueurs aux Arginuses un personnage de théâtre qui, à l’image d’Ulysse dans le Cyclope euripidéen, maîtrise parfaitement son sort et tire les ficelles de l’intrigue. Un héros dont il ne manque pas de souligner « le bon sens » et « l’humour », allant même jusqu’à lui faire dire que, dans l’affaire des Arginuses, il avait « donné à la cité l’impression de parler le langage du bon sens (eikota legein)74 ». L’historien donne à son récit un tour si dramatique que le lecteur, après avoir admiré la noblesse du style oratoire de Théramène et compati au spectacle de sa condamnation et de sa supplication, ne peut que se réjouir de cette ultime victoire par la dérision.

  • 75 P. Pontier, Trouble et ordre, p. 102-103. Voir en effet Xénophon, Helléniques, II, 3, 48.
  • 76 Voir par exemple N. G. L. Hammond, A History of Greece to 322 B. C., Oxford, Oxford University Pre (...)
  • 77 Voir Lysias, Contre Ératosthène, 62-78. Pour Frances Skoczylas Pownall, l’énergie que déploie Lysi (...)

34Comme le montre bien Pierre Pontier, « tout en prenant parti pour Théramène, Xénophon semble renvoyer dos à dos oligarchie (ὀλιγαρχία) et démocratie (δημοκρατία) comme deux régimes proches où le trouble peut s’instaurer facilement75 ». Si bien que de nombreux critiques ont vu dans ce personnage un modéré76, victime des Trente, alors qu’il en faisait justement partie, comme le montre notamment Lysias77.

35Ainsi, Xénophon relate ces deux épisodes en donnant un tour particulièrement dramatique à son récit ; mais l’étude du premier montre bien que tout procès n’était pas nécessairement théâtral. En effet, les stratèges revenus vainqueurs des Arginuses ne peuvent présenter leur propre drama – leurs accusateurs ne leur laissent pas tenir le moindre rôle dans leur sinistre mise en scène. Quant au dèmos, il n’a rien du public éclairé que loue le chœur des Grenouilles d’Aristophane, il n’est pas là pour juger de la qualité de la pièce qui lui est présentée : il n’est qu’une foule (ochlos) hurlante, venue sur la Pnyx non pour du théâtre, mais pour assister à un fait divers. Paradoxalement, le procès de Théramène, orchestré par les Trente, est plus proche des procès qui se tenaient quotidiennement dans les tribunaux athéniens. En effet, Critias feint – de manière ostensible et non sans cynisme – d’offrir à son adversaire un procès équitable ; aussi tous les éléments constitutifs du procès ordinaire sont-ils exagérés, et en particulier les éléments dramatiques. Théramène joue, à merveille, un rôle de héros tragique : il ne fait pas monter ses enfants à la tribune, mais se jette lui-même au pied de l’autel – rappelant l’autel des scènes tragiques de supplication. De même, l’enjeu du procès n’est pas de démasquer le coupable, mais de mettre à mort le prévenu, et, grâce à un raccourci du récit, cette mise à mort suit immédiatement la sentence. Mais Théramène se montre capable d’échapper à ce piège, sinon dans les faits, du moins sur le plan symbolique. Refusant le rôle que Critias avait écrit pour lui, il se saisit de l’immunité résignée du condamné à mort pour « démasquer » son propre drame, en le minant de l’intérieur : au lieu de l’intimidante tragédie qu’on voulait lui faire jouer, il réussit, grâce à son caractère « enjoué », à transformer le scénario de Critias en intrigue de drame satyrique. Ainsi, en faisant le récit de cette parodie de tribunal populaire, Xénophon offre-t-il à Théramène le piédestal d’Ulysse, invincible d’intelligence, par-delà sa propre mort.

Notes

1 Xénophon, Helléniques, I, 7.

2 Archestratos était mort durant le blocus de Lesbos (Lysias, Défense d’un anonyme, 8) et Conon ne fut pas accusé ; parmi les huit stratèges mis en accusation, six furent exécutés ; les deux qui n’étaient pas rentrés à Athènes furent condamnés par contumace.

3 M. H. Hansen, La démocratie athénienne, p. 251. Voir aussi Id., Eisangelia. The Sovereignty of the People’s Court in Athens in the Fourth Century B. C. and the Impeachment of Generals and Politicians, Odense, Odense University Press, 1975, p. 23 et 84-86 ; Fr. Ruzé, Délibération et pouvoir, p. 443-447.

4 J.-Cl. Riedinger, Étude sur les Helléniques. Xénophon et l’histoire, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 68.

5 Xénophon, Helléniques, I, 7, 1.

6 Xénophon, Helléniques, I, 7, 3.

7 Xénophon, Helléniques, I, 7, 4-7 (première réunion, interrompue pour désamorcer le premier retournement de l’opinion en faveur des accusés) ; 9-34 (seconde réunion, qui condamne les accusés après une ultime tergiversation au dernier paragraphe).

8 Xénophon, Helléniques, I, 7, 12 (action contre Callixénos) ; 13 (réaction de Lyciscos) ; 14 (refus des prytanes de mettre au vote la proposition ; réaction de Callixénos ; 15 : baroud d’honneur de Socrate) ; 16-33 (discours d’Euryptolémos) ; 34 (réaction de Ménéclès).

9 Xénophon, Helléniques, I, 7, 3 ; 4 ; 5 ; 8 ; 16 ; 34.

10 Xénophon, Helléniques, I, 7, 11.

11 Il existe au moins deux exemples mythologiques de sauvetage en mer grâce à des récipients en bois (des coffres), qui étaient pourtant censés couler avec leurs passagers : Augè, la mère de Télèphe, et son enfant (Pausanias, VII, 4, 9), et Danaé, elle aussi avec son bébé Persée dans les bras (e.g.,Simonide de Kéos, fr. 543 Page).

12 Xénophon, Helléniques, I, 7, 7.

13 Sophocle, Philoctète, 542-627. Voir infra, p. 131, n. 169.

14 Xénophon, Helléniques, I, 7, 9-10.

15 Diodore de Sicile, XIII, 101, 6. Même si pour Diodore l’enjeu est religieux (en effet, il n’est pas question de repêcher les survivants mais les cadavres), il n’en reste pas moins que les parents de 3 000 ou 4 000 hommes morts au combat ont dû représenter une part non négligeable d’hommes réellement en deuil au milieu de la foule portant le deuil à titre symbolique. Cette version est notamment suivie par A. Andrewes, « The Arginousai Trial », Phoenix, 28, 1974, p. 112-122 (p. 118).

16 Xénophon, Helléniques, I, 7, 8. Nous ne sommes pas d’accord avec Jean Hatzfeld, qui traduit, dans la CUF, « organisèrent une manifestation », en adaptant à la circonstance le sens « militaire » du verbe (particulièrement fréquent chez Xénophon, il est vrai). Nous traduisons « préparèrent les gens », car nous pensons que Xénophon fait ici allusion à la fois à l’aspect financier de l’opération et, en même temps, à l’entraînement au rôle que Théramène voulait leur faire jouer. Notre traduction s’appuie non seulement sur le sens bien attesté d’« accoutumer » (voir LSJ, s.v., A3), mais aussi sur le fait que la famille de παρασκευάζω peut être plus spécifiquement associée à la fonction du chorège (dont on sait par ailleurs qu’il ne se contentait pas de financer son chœur) ; voir Plutarque, Propos de table, 710F4 : τὰς παρασκευὰς τῶν χορηγῶν, et, surtout, IG II² 1186, 11 (milieu du IVe siècle avant J.-C.) : παρασκευάσας τοῖς αὑτοῦ τòέλ[ε]-/[σ]ι χοροὺς δύο. Sur l’association des trois fonctions primitives du chorègos, à la fois chorège, chorodidaskalos et coryphée, voir P. J. Wilson, The Athenian Institution of Khoregia, p. 111-116.

17 Xénophon, Helléniques, I, 7, 14.

18 Xénophon, Helléniques, I, 7, 16-33 ; voir P. Krentz, Xenophon, Hellenika, I-II. 3.10, Warminster, Aris & Phillips, 1989, ad loc.

19 P. Pontier, Trouble et ordre chez Platon et Xénophon, Paris, Vrin, 2006, p. 85.

20 Xénophon, Helléniques, I, 7, 27.

21 Xénophon, Helléniques, I, 7, 34.

22 Xénophon, Helléniques, I, 7, 35. Voir Platon, Apologie, 32b 4-5 ; Diodore de Sicile, XIII, 103,1. Cf. P. Pontier, op. cit., p. 85.

23 Voir également Aristote, Constitution d’Athènes, 34, 1 : « le peuple avait été trompé par des gens qui profitèrent de sa colère pour l’égarer ».

24 Voir par exemple Lysias, Contre Ératosthène, 36.

25 Xénophon, Helléniques, I, 7, 35 : μισούμενος ὑπὸ πάντων, λιμῷ ἀπέθανεν.

26 G. Roux, « Les grimaces de Clisthène (Aristophane, Grenouilles, v. 422-430) », REG, 80, 1967, p. 165-175 (p. 174).

27 Aristophane, Grenouilles, 964-967.

28 Aristophane, Grenouilles, 841-842. Voir aussi Acharniens, 399 et Thesmophories, 148-167.

29 Aristophane, Grenouilles, 1063-1064. Voir également Acharniens, 412-479.

30 Pour Peter Hunt, Théramène voulait ainsi sanctionner les stratèges pour avoir indûment promis la citoyenneté aux esclaves servant sur les trières (P. Hunt, « The Slaves and the Generals of Arginusae », AJPh, 122, 2001, p. 359-380 [p. 375-377]).

31 G. Balandier, Le pouvoir sur scènes, p. 22.

32 Xénophon, Helléniques, I, 7, 35 – cité plus haut.

33 Xénophon, Helléniques, I, 7, 12-14.

34 Martin Ostwald note que « pour la première fois dans l’histoire athénienne, le principe de souveraineté populaire était mené à son aboutissement logique » (M. Ostwald, From Popular Sovereignty to the Sovereignty of the Law, p. 444). L’expression πράττειν ὃ ἂν βούληται renvoie à la tyrannie populaire, voire à l’anarchie démocratique : voir notamment Platon, République, viii, 557b ; Isocrate, Aréopagitique, 37 ; Panathénaïque, 79 et 131.

35 Voir supra, n. 2 du présent chapitre, p. 202.

36 Platon, Apologie, 32b 2-8 (trad. L. Brisson, Platon, Apologie de Socrate. Criton, Paris, Flammarion, 2005 [1997], légèrement modifiée).

37 Cf. P. Krentz, Xenophon, Hellenika, I-II. 3.10, ad loc., qui, de façon cohérente avec sa thèse tendant, in fine, à justifier le coup d’État des Trente, pense que, à cette occasion, « l’assemblée a dégénéré » ; voir aussi Id., The Thirty at Athens, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1982, p. 126-130. Sur le caractère péjoratif du terme ὄχλος, voir DELG, s.v. ; sur son utilisation par Xénophon, éminemment politique, voir P. Pontier, Trouble et ordre, p. 152-154. Pour Vincent Azoulay, Xénophon est ici, « dans une certaine mesure », « du même avis que Platon » qui, dans la République (VI, 492b-c), inverse « le rôle habituellement établi entre les orateurs et le dèmos en mettant en avant le rôle corrupteur de la foule » (V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir : de la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 169, n. 95).

38 Pierre Pontier a montré que « le préfixe ἐπι-, dont la valeur […] est abstraite et liée au datif, semble bien accentuer une dimension conflictuelle », « inhérente au radical » (P. Pontier, op. cit., p. 28).

39 D’après le récit de Xénophon (Helléniques, I, 7, 5-8), les stratèges ne semblent avoir eu – brièvement – la parole que lors de la première assemblée ; dans leur plaidoirie, ils mettent notamment en cause Théramène. Cette assemblée leur est assez favorable, mais « on décida de remettre la suite à la prochaine séance (car il était tard et l’on n’aurait plus distingué les mains) ; le Conseil, après délibération préalable, devait présenter une motion déterminant le mode de jugement des prévenus ».

40 Xénophon, Helléniques, II, 3, 23-56. L’événement se situe probablement en février 403, juste après la défaite des Trente à Phylè : voir P. Krentz, The Thirty at Athens, p. 147-152.

41 Xénophon, Helléniques, II, 3, 23.

42 Aristote, Constitution d’Athènes, 35, 1.

43 Lysias, Contre Agoratos, 20 : « la plupart des membres de ce Conseil restèrent en fonction sous les Trente » (trad. L. Gernet et M. Bizos, CUF, légèrement modifiée). Cf. P. Krentz, op. cit., p. 57.

44 Xénophon, Helléniques, II, 3, 23.

45 Sur Critias dramaturge, voir M. Centanni, Atene assoluta. Crizia dalla tragedia alla storia, Padoue, Esedra, 1997, p. 184-212.

46 Xénophon, Helléniques, II, 3, 27-28.

47 Voir, par exemple, Xénophon, Helléniques, II, 3, 24, 3 (τις ὑμῶν) ; II, 3, 25, 1 (ἡμεῖς… ἡμῖν τε καὶ ὑμῖν) ; 3 (ὑμᾶς) ; 26, 1 (καθίσταμεν) ; 3 (ἡμῖν, ἡμῶν) ; 27, 2 (ἡμᾶς τε καὶ ὑμᾶς) ; 28, 5 (ἡμεῖς τε καὶ ὑμεῖς) ; 7 (ἡμεῖς) ; 29, 2 (ἡμῶν τε καὶ ὑμῶν) ; 33, 7 (ἡμᾶς τε καὶ ὑμᾶς).

48 Tant dans la présentation par Xénophon des causes du conflit entre Théramène et Critias (Xénophon, Helléniques, II, 3, 17 ; 18), que dans la défense de l’accusé (II, 3, 38-41), la solidarité des oligoi est un élément clé de l’argumentation de Théramène.

49 Xénophon, Helléniques, II, 3, 29 (προδότῃ, προδοσία, προδιδόντα) ; 30 (προδότης) ; 33 (προδιδόντα).

50 Xénophon, Helléniques, II, 3, 30-32. Xénophon est le premier à rapporter le surnom, mais il le présente comme déjà bien établi ; cf. Plutarque, Nicias, 2,1,8 ; Préceptes politiques, 824B7. Sur la versatilité du personnage, voir déjà Aristophane, Grenouilles, 968-970.

51 Xénophon, Helléniques, II, 3, 50-51 (trad. J. Hatzfeld, légèrement modifiée ; nous soulignons).

52 Xénophon, Helléniques, II, 3, 52-55.

53 Eschyle, Suppliantes, 176-204 : « encore mieux qu’un rempart, cet autel est un infrangible bouclier »… Sur l’autel comme refuge des suppliants, voir notamment F. S. Naiden, Ancient Supplication, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 36-41.

54 Euripide, Hécube, 245-248 ; 273-276 ; 337-340 ; 342-344 ; 737-744 ; 836-840.

55 P. Legangneux, « Les scènes de supplication dans la tragédie grecque », Lalies, 20, 2000, p. 175-188. Voir également R. Rehm, « The Staging of Suppliant Plays », p. 263-307.

56 P. Legangneux, art. cit., p. 178.

57 Voir, par exemple, Sophocle, Antigone, 162-208 (tirade de Créon).

58 Xénophon, Helléniques, II, 3, 51.

59 Xénophon, Helléniques, II, 3, 52 : « cet autel ne me sera d’aucun secours, mais je tiens bien à vous montrer que ces gens-là sont à la fois de la dernière injustice vis-à-vis des hommes et de la dernière impiété vis-à-vis des dieux ».

60 [Démétrios de Phalère], Du style, 169 : ὁ δὲ γέλως ἐχθρὸς τραγῳδίας· οὐδὲ γὰρ ἐπινοήσειεν ἄν τις τραγῳδίαν παίζουσαν, ἐπεὶ σάτυρον γράψει ἀντὶ τραγῳδίας. « Le rire est l’ennemi de la tragédie ; en effet, on ne pourrait même pas imaginer une tragédie enjouée, car on composerait alors un drame satyrique et non une tragédie » (nous traduisons).

61 Voir J. K. Davies, Athenian Propertied Families, no 15164 (notamment, p. 564-566).

62 Si Lysias, Contre Nicomachos, 12, a raison de l’y inclure, comme semble le croire P. Krentz, The Thirty at Athens, p. 64 et n. 35.

63 Xénophon, Helléniques, II, 3, 52-56 (nous soulignons).

64 Xénophon, Helléniques, II, 3, 56 (trad. J. Hatzfeld, légèrement modifiée).

65 Ibidem.

66 J. Russo, « Prose Genres for the Performance of Traditional Wisdom in Ancient Greece : Proverb, Maxim, Apothegms », in L. Edmunds et R. W. Wallace (éd.), Poet, Public, and Performance, p. 49-64 (p. 61).

67 Ibid., p. 62.

68 Ibid.

69 [Démétrios de Phalère], Du style, 169, cité plus haut, n. 60.

70 Cf. Euripide, TrGF 5,2, 562 (Œnée).

71 Eschyle, TrGF 3, 179-180 (Les ramasseurs d’os).

72 Aristophane, fr. 157 Kassel-Austin : τότε μέν σου κατεκοττάβιζον, τὸ νυνὶ δὲ/καὶ κατεμοῦσι. τάχα δ᾽ εὖ οἶδ᾽ ὅτι καὶ καταχέσονται « à l’époque on te lançait des gouttes de vin, actuellement on te vomit dessus, bientôt, j’en suis sûr, on te chiera dessus aussi » (nous traduisons).

73 En effet, pour Aristote, « il semble à ceux qui n’expriment pas une opinion à la légère qu’il ne tentait pas de détruire toutes les formes de gouvernement, comme on l’en accuse faussement, mais qu’il les soutenait toutes tant qu’elles ne faisaient rien contre la loi, en homme convaincu qu’avec toutes on pouvait remplir ses devoirs civiques, ce qui est la conduite d’un bon citoyen (ἀγαθοῦ πολίτου ἔργον), mais sans leur faire de concessions et en les combattant au point de se faire détester quand elles agissaient contre la loi » (Aristote, Constitution d’Athènes, 4). Voir Ph. Harding, « The Theramenes Myth », Phoenix, 28, 1974, p. 101-111.

74 Xénophon, Helléniques, II, 3, 35.

75 P. Pontier, Trouble et ordre, p. 102-103. Voir en effet Xénophon, Helléniques, II, 3, 48.

76 Voir par exemple N. G. L. Hammond, A History of Greece to 322 B. C., Oxford, Oxford University Press, 1986 (1959), p. 444 ; P. Krentz, The Thirty at Athens, p. 126-130. Contra R. J. Buck, « The Character of Theramenes », AHB, 9, 1995, p. 14-24 (p. 17-24 notamment).

77 Voir Lysias, Contre Ératosthène, 62-78. Pour Frances Skoczylas Pownall, l’énergie que déploie Lysias dans ce discours pour discréditer Théramène « montre que la perception positive que le public avait de Théramène était suffisamment bien établie pour que, au lendemain du rétablissement de la démocratie, certains des Trente pensent se défendre en prétendant lui avoir été proches » (Fr. Skoczylas Pownall, « Shifting Viewpoints in Xenophon’s Hellenica : the Arginusae Episode », Athenaeum, 88, 2000, p. 499-513 [p. 512]).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540