Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spectateurs de paroles

 | 
Noémie Villacèque

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu de ma thèse, soutenue en novembre 2008 à l’université de Toulouse 2-Le Mirail. Je tiens tout d’abord à remercier, du fond du cœur, Pascal Payen, qui a guidé mes pas dans cette recherche avec exigence et respect, qui m’a communiqué son enthousiasme et, je l’espère, sa rigueur. Il m’a fait l’honneur de préfacer ce livre : de cela aussi, je lui suis infiniment reconnaissante. Un immense merci, également, à Françis Prost pour la confiance qu’il m’a accordée en me permettant de publier cet ouvrage, pour ses encouragements qui m’ont aidé à surmonter les moments de doute. J’espère que les pages qui suivent seront à la hauteur de cette belle collection. Pour le soutien qu’elle a apporté à cette publication, et pas seulement financier, un grand merci à l’équipe PLH-ERASME de l’université de Toulouse 2-Le Mirail, équipe aussi dynamique que chaleureuse qui doit tant à sa directrice, Corinne Bonnet. Merci à Vincent Azoulay, qui m’a vivement encouragé à publier ce texte, à Jean-Charles Moretti pour sa disponibilité et ses conseils, à Paula Cossart pour son enthousiasme et son soutien ; merci à elle également de m’avoir permis de poser un autre regard sur ce travail et de l’avoir ainsi sorti d’Athènes. Un merci tout particulier à Charalampos Orfanos, Anthony Andurand et Clément Bertau, qui, au cœur de l’été, n’ont pas ménagé leur temps pour relire ce texte avec minutie. Nicolas Bresh a très gentiment accepté que soient reproduits ici ses dessins du théâtre de Dionysos Éleuthéreus à Athènes ainsi que de celui de Thorikos, qu’il en soit vivement remercié, tout comme Mogens Herman Hansen, pour ses dessins de la Pnyx, et l’American School of Archaelogy, pour les maquettes de la Pnyx et les dessins des tribunaux. Thierry Bonnafous m’a permis de conserver l’assurance et l’énergie nécessaire pour terminer ce livre, je l’en remercie infiniment, de même que mes élèves du lycée Henri Matisse de Cugnaux qui, malgré le thorubos, parfois, me donnent chaque jour confiance et élan. Enfin, je tenais à remercier, avec une vive émotion, Christian Fruhauf, Huguette Lagarde, Gérard Viole et Kristine Legendre. Sans eux, ce travail ne serait pas aujourd’hui. Merci à Pascale Tiévant, Emmanuel et Andrée Villacèque, Solange Giraud ainsi que Chantal Argiolas. Merci à Jeanne et Marc pour leur patience et leurs rires.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540