Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or des peintres

 | 
Philippe Hamon

Cinquième partie. Une puissance à apprivoiser

Une puissance à apprivoiser

Texte intégral

1Les développements thématiques qui précèdent, depuis le chapitre iv, fournissent de nombreux éclairages sur le rapport à l’argent. Reste à tenter une approche plus synthétique de ce rapport, en reprenant de façon globale la question, sans exclure l’étude de dossiers iconographiques précis, dont le besoin se fera sentir au cours de la démonstration. En quoi l’image (et singulièrement la peinture) contribue-t-elle dans son ensemble à révéler, voire à infléchir, les modalités du rapport à l’argent ? Ou, pour le dire autrement, quelle perspective offre une étude iconique à qui cherche à répondre à la question : comment vivre au contact d’un argent visiblement si dangereux ? L’apprivoisement est tenté, non sans difficultés. Les issues offertes dans et par l’image, sont diverses et peuvent même apparaître dans certains cas en partie contradictoires.

2La complexité de l’analyse est à la mesure de l’impact de l’« objet » monétaire dans les sociétés du temps. Cet impact s’exprime, sur le plan iconique, par le potentiel tout à fait particulier dudit objet. En effet il ne fonctionne pas, en image, comme les autres icônes. Il paraît disposer d’une force propre qui lui donne une position tout à fait originale. En fait, il se situe à un niveau de « puissance » tel qu’il peut infléchir par sa simple présence le fonctionnement d’une iconographie. Seuls quelques rares « objets », d’une puissance égale ou supérieure à la sienne, semblent alors en mesure de lui tenir tête.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540