Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or des peintres

 | 
Philippe Hamon

Troisième partie. Communautés, autorités

Communautés, autorités

Texte intégral

  • 1 Pierre Martin, Argent et psychanalyse, cité dans Ribettes et Mairal, Couleurs, p. 234.

1La confrontation entre corps et argent peut avoir des prolongements dans de nombreuses directions. Qu’il suffise d’évoquer une métaphore située dans un champ de signification assez éloigné, celle de la monnaie comme « corps du prix1 ». Cette approche a l’intérêt de nous orienter vers les échanges économiques : avec la valeur des biens échangés se joue en effet une autre forme de matérialisation monétaire. Ces échanges économiques soulèvent d’importants enjeux collectifs à travers la mise en image des relations marchandes et commerciales. Celles-ci impliquent des communautés de tailles diverses, depuis la cellule familiale jusqu’à de plus vastes collectivités, comme les Églises et les États. Toutes cependant, structurées et hiérarchisées, constituent des autorités. D’où la mise en parallèle des deux notions et leur approche conjointe dans cette troisième partie.

2Il s’agit alors d’étudier comment fonctionnements communautaires et rapports d’autorité intègrent la présence et l’action de l’argent et en particulier comment la peinture organise les modalités de la circulation monétaire, des dots aux achats sur le marché, de l’impôt aux dons aux Églises. Chaque communauté en effet est appelée à mobiliser des fonds sous des formes diverses. À travers l’iconographie, transparaissent alors des enjeux significatifs, qui interrogent l’existence même des communautés concernées ou la légitimité de l’autorité qu’elles exercent.

Notes

1 Pierre Martin, Argent et psychanalyse, cité dans Ribettes et Mairal, Couleurs, p. 234.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540