Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Clown

 | 
Nicole Vigouroux-Frey

II. Pratiques clownesques d'hier et d'aujourd'hui

Le clown et la demoiselle

Colette Cosnier-Hélard

Texte intégral

1Ce pourrait être le titre d’une fable et on imaginerait une histoire poétique, une pantomime digne de Deburau où on verrait un clown blanc autour de qui voletterait une libellule.

2Mais ce ne sera pas cela. Ici, le clown est un Auguste, tel que la tradition le fige avec ses vêtements bariolés et son nez rouge, et la demoiselle est une jeune fille. Il s’agira alors de tenter d’expliquer pourquoi, alors que le clown imite parfois la demoiselle lorsqu’il feint d’être une écuyère ou une ballerine, la demoiselle, elle, ne peut pas devenir un clown.

3C’est une réflexion, incomplète sans doute, sur l’inexistence des femmes clowns, tout au moins jusqu’à une époque encore récente.

  • 1 E. TREHARD, « Les femmes, l’humour et le café-théâtre », Face à femmes (Alternatives), n° l, juin (...)

4Tout part d’un simple constat après la lecture de livres sur le cirque et sur son histoire : l’index des noms ne révèle aucune présence féminine parmi les Pipo, Rhum, Médrano, Grock, Foottit et autres Chocolat... Dans un premier temps, cela ne semble pas étonnant, il a fallu attendre 1628 pour que se manifeste la première comédienne française, ou tout au moins la première dont on ait retenu le nom : Marie Venier... Mais si tardive qu’ait pu être cette apparition féminine sur la scène d’un théâtre, elle n’est pas restée un phénomène isolé, alors que la femme clown brille par sa rareté, et que la réflexion sur le sexe des clowns ne me semble pas avoir beaucoup progressé... N’étant pas spécialiste de l’histoire du cirque, je m’aventure avec prudence dans ce domaine, et c’est plutôt pour moi l’occasion de rassembler quelques idées sur les femmes, le comique et le grotesque. Ces remarques concernent le monde du spectacle antérieur aux années 1970, puisqu’à partir de cette date va s’amorcer une importante révolution, partie du café-théâtre (et ceci mérite d’être souligné : « ce n’est pas un hasard, si c’est au café-théâtre, genre considéré comme mineur, que (les femmes) ont eu la possibilité de prendre la parole pour parler d’elles-mêmes »1, j’ajouterai : pour rire d’elles-mêmes, pour faire rire d’elles-mêmes). En effet, des femmes de plus en plus nombreuses, vont apparaître dans un registre inhabituel. Leurs noms sont connus et je les cite seulement pour mémoire : Marianne Sergent, Sylvie Joly, Zouc, les Jeanne, Dominique Lavanant, ou Muriel Robin. Il faut ajouter à cette liste Yolande Moreau, une comédienne des Deschiens, qui, actuellement, est « la » clowne la plus authentique, et qu’on peut voir dans le spectacle de Jérôme Deschamps C’est magnifique...

5Parler de la femme clown amène à réfléchir à la condition de l’actrice, de l’actrice comique dans un « autrefois » antérieur à 1968. Il n’y a pas de clowne, comme il n’y a pas non plus (ou sinon très rarement) de bouffonne, ni de graciosa. Ainsi, dans la troupe de Molière, le plus souvent, les rôles de femmes vieilles ou ridicules – pour ne pas dire vieilles donc ridicules – sont interprétés par des hommes, Louis Béjart ou Hubert, comme s’il n’y avait pas d’actrices pour jouer Mme Pernelle, ou Philaminte ; ainsi, au Théâtre du Marais en 1640, lorsque Jodelet et ses compagnons jouent la farce, les dames quittent le théâtre pour ne pas avoir à rougir, et il ne s’agit là que d’entendre des pitreries, et non pas de les jouer... Il faudrait rapprocher cela d’un fait souvent constaté, même de nos jours, dans les troupes de théâtre amateur : nombreuses sont les comédiennes qui ambitionnent d’accéder à l’emploi de jeune première et refusent le rôle de la duègne, ou de la commère burlesque. Tout cela a déjà fait l’objet d’études, ou bien demanderait une réflexion plus approfondie qui m’entraînerait loin du sujet que je voudrais traiter et qui portera plus tôt sur l’éducation des filles.

6Nous remarquerons tout d’abord que le nom de clown, entré dans la langue française en 1823, n’a pas de féminin. On dit un, et pas une clowne : le mot clownesse n’existe pas. Éliminons donc la célèbre clownesse du Moulin-Rouge : je ne suis pas très sûre que cette pseudo-japonaise nommée Cha-U-Kao peinte par Toulouse-Lautrec avec sa grande collerette jaune, son chignon juché au sommet du crâne, et sa culotte bouffante d’un vert sombre, corresponde exactement à la définition du clown. Il semblerait, mais ceci devrait être vérifié, qu’elle s’illustrait surtout dans des numéros d’écuyère, et qu’elle appartenait plus au monde du music-hall qu’à celui du cirque.

  • 2 Jacques FABBRI et André SALLEE, Clowns et farceurs, Bordas, 1992, p. 188.
  • 3 Jacques FABBRI et André SALLEE, Clowns et farceurs, Bordas, 1992, p. 188.

7C’est en 1928, qu’est mentionnée celle qui est sans doute la première femme clown, Yvette Damoiseau-Spiessert, qui apparaît dans le trio Léonard au cirque Pinder, et dont on nous dit : « son grimage outrancier, ses grosses lunettes, sa défroque d’Auguste la camouflaient si bien que le fait demeura à peu près inconnu du public »2. Retenons le mot « camoufler », comme s’il avait été indispensable de taire qu’une femme avait revêtu cette défroque grotesque, comme s’il importait surtout qu’elle se fit oublier. On précise aussi qu’elle était la fille du directeur de l’établissement et l’épouse du clown blanc, et on ajoute : il est touchant de noter que c’est cette situation qui la fit entrer en piste. Si on lui posait la question : « Pourquoi ce goût de la clownerie ? », elle répondait : « pour suivre mon mari ! »3.

8Plus tard, un autre trio, les Bario, présentait aussi une femme, Henny, épouse du clown Freddy, mais on nous dit seulement qu’elle participait en complice aux entrées et qu’elle se révélait être une danseuse de claquettes « jolie et rieuse »

9Bien entendu, doit figurer au premier rang de cette liste succincte celle qui incarna en 1954, dans La Strada, le bouleversant personnage de Gelsomina : Giulietta Masina qui, en dépit de tous les autres rôles qu’elle a interprétés, reste dans nos mémoires sous les traits de ce clown, qui lui valut le grand prix d’interprétation féminine au festival de Cannes dans ce film dont le metteur en scène est son mari, Federico Fellini.

  • 4 Ibidem, p. 185.
  • 5 Lucienne MAZENOD et Ghislaine SCHOELLER, Dictionnaire des femmes célèbres de tous les temps et de (...)

10Autre exemple : au moment où je m’attends à trouver des informations sur la femme clown, lorsque je parcours un livre où on célèbre l’ouverture de l’École Nationale du Cirque créée par Annie Fratellini, alors même que de nombreuses photographies de celle-ci occupent plusieurs pages, je n’en apprends guère plus : on se contente de la désigner comme « une femme-auguste pleine de sensibilité qui perpétue le nom de Fratellini »4, sans réfléchir à cette « promotion », sans s’interroger sur le fait qu’elle porte un costume masculin, et surtout sans souligner à quel point il y a là une révolution dans l’histoire du cirque. Même surprise en consultant le Dictionnaire des femmes célèbres de tous les temps et de tous les pays de Lucienne Mazenod et Ghislaine Schoeller (Bouquins, 1992) : Annie Fratellini est présentée comme « comédienne et artiste de variétés », fille et épouse d’un clown. Et là encore, on retiendra une intéressante précision : elle apparut dans le film de Fellini, Les Clowns, avec son mari Pierre Etaix et celui-ci, nous dit-on, « redonna la passion du cirque à sa femme et fit équipe avec elle dans de nombreux spectacles »5.

  • 6 Il devait y avoir des clownesses dans le spectacle du Théâtre du Soleil, Les Clowns, mais je n’ai (...)

11Dernière de cette liste qui ne prétend nullement être exhaustive6 : Coline Serreau dans sa pièce Quisaitout et Grobêta, mise en scène par son mari Beno Besson, Coline Serreau devenue Grobêta – et non pas Grossebêtasse :

  • 7 F. PASCAUD, « Parce que la vie n’est pas si grave », Télérama, 23/11/1994.

« Avec son pesant habit de clown, sa dégaine maladroite, ses gestes balourds... méconnaissable sous son énorme costume à carreaux et son maquillage d’Auguste, interprétant son rôle masculin avec une générosité de femme gourmande de tout »7.

12Et déjà quelques questions se posent : une femme ne peut-elle faire le clown qu’en se déguisant en homme ? Pourquoi porte-t-elle toujours des vêtements qui ne sont nullement asexués mais toujours masculins ? Peut-elle être clown en dehors de sa famille ? Doit-elle obligatoirement être la partenaire de son mari ? Yvette Damoiseau dérange, il suffit de voir avec quelle mine scandalisée on l’interroge : « Pourquoi ce goût de la clownerie ? », comme s’il était contre nature ! Et l’inquisiteur méfiant se rassure devant la réponse : en revêtant la défroque de l’Auguste, elle ne fait qu’obéir au Code Civil, article 213 : « la femme doit obéissance à son mari ». Elle doit le suivre partout, jusque sur la piste d’un cirque. Il en est de même pour l’épouse de Pierre Etaix et pour celle de Freddy Bario : elles n’obéissent point là à des tendances perverses, elles sont clowns comme d’autres sont épicières ou pharmaciennes, parce qu’elles ont épousé un clown, ou un épicier, ou un pharmacien...

13Je parlais tout à l’heure d’une définition du clown, il serait bon d’y revenir. Le dictionnaire (Petit Robert 1968) en propose plusieurs :

  • 8 Signe des temps : le Petit Robert de 1994 est plus hardi. Comme exemple, il propose : « quel clown (...)

« 1. Vx. Personnage grotesque de la farce anglaise, cf. bouffon.
2. Mod. Comique de cirque qui, très maquillé et grotesquement accoutré, fait des pantomimes et des scènes de farce. cf. bouffon, paillasse, pitre (cf. fam. Auguste, Gugusse) « comme le clown qui du milieu de la piste envoie des serpentins à un cercle d’écuyères » 0. Romains).
3. Fig. Farceur, pitre. Faire le clown, cf. Guignol »8.

  • 9 H. BÉNAC, Dictionnaire des synonymes, Hachette, 1956.

14À bouffon, il renvoie à histrion, paillasse, pitre, polichinelle, s’il s’agit du substantif. L’adjectif, lui, signifie : « qui marque une fantaisie peu délicate ». Quant à Paillasse, il évoque un personnage du théâtre italien, et désignait autrefois un bateleur de théâtre forain. Le pitre est « un bouffon chargé d’attirer le public à un spectacle de foire ou de cirque », le polichinelle est bossu lorsqu’il joue dans la farce napolitaine ou lorsqu’il est un pantin, au sens figuré c’est « un personnage ridicule, laid ou difforme » comme le prouve l’exemple emprunté à Courteline : « qui est-ce qui m’a bâti un polichinelle pareil ? ». Quant à « faire le polichinelle », c’est « s’agiter d’une manière ridicule ». Guignol, au sens propre est une marionnette, mais au sens figuré, c’est « une personne involontairement comique ou ridicule » : « ne fais donc pas le guignol ! ». Un dictionnaire de synonymes9 va apporter d’autres précisions : le clown est « un bouffon acrobate, musicien, diseur qui divertit le public par ses tours et ses lazzi » ; l’Auguste (ou Gugusse) est une « variété de clown qui joue les naïfs et les stupides, contrefait écuyers et acrobates, gesticule, est habillé d’une tenue ridicule par sa solennité qui contraste avec son nez vermillon ». Le pitre est « un bouffon qui aide par ses boniments souvent grossiers et obscènes un escamoteur ou un saltimbanque », le paillasse « contrefait gauchement les tours de force qu’il voit faire ». Et pour parachever cette lamentable énumération, le dictionnaire précise (fig) : « l’Auguste est idiot, le pitre grimacier et grossier, cherchant des succès faciles, le paillasse, sans consistance, ignoble et bas ».

15À l’opposé, la demoiselle révèle un autre champ sémantique. Autrefois, c’était « une jeune fille noble ou femme mariée de petite noblesse ». Au sens moderne, c’est une femme célibataire. On parle d’une « pension dirigée par deux demoiselles ». Le mot peut être employé « courtoisement » ou « ironiquement » pour désigner une jeune fille : « quand ces demoiselles voudront bien m’écouter ! ». Il y a même un régionalisme : « votre demoiselle », au lieu de : « votre fille ». Et toutes les variétés de demoiselles qui sont ensuite énumérées répandent une odeur, sinon de sainteté tout au moins de bonnes manières : c’est la demoiselle d’honneur « jeune fille attachée à la personne d’une souveraine » ou celle « qui accompagne la mariée », c’est la demoiselle de compagnie : « jeune fille, femme célibataire attachée au service d’une dame », c’est enfin la demoiselle de magasin, ou la demoiselle du téléphone qui sont des « personnes, mariées ou non, attachées à un établissement ». Mais c’est encore le dictionnaire des synonymes qui est le plus précis, la demoiselle est une « fille qui a reçu ou affecte d’avoir reçu une belle éducation, par opposition à la fille du peuple ».

16Ces remarques sur le vocabulaire, loin de nous égarer, me semblent au contraire nous introduire au cœur du sujet : le nom de clown véhicule des notions de maladresse feinte, de ridicule, de grossièreté, voire d’obscénité, de lourdeur et de gros comique. Avec la demoiselle, il est question de noblesse, d’honneur, de respectabilité, et de convenances. Et de même que l’Auguste ne saurait figurer dans le cortège nuptial, aux côtés de la mariée, de même, la demoiselle ne foulera pas la sciure d’une piste de cirque.

  • 10 J. FABBRI, op. cit., p. 122.
  • 11 Dario FO, « Qu’est-ce qu’un clown ? », J. FABBRI, op. cit., p. 87.
  • 12 M. BAHKTINE, L’œuvre de François Rabelais, Gallimard, 1970, p. 84.
  • 13 COLETTE, La Maison de Claudine, Œuvres complètes, Pléiade, t. II, p. 978.
  • 14 Ibidem, p. 980.
  • 15 J. DUVIGNAUD, Sociologie du théâtre, p. 123.
  • 16 Ctsse de GENCÉ, Code mondain de la jeune fille, Albin Michel, 1925, p. 288.

17Regardons le clown : flottant dans un pantalon trop vaste, noyé dans une redingote trop large, boudiné dans un gilet trop petit, perdu dans un cauchemar de tissus à carreaux ou à fleurs géantes... On rapporte que le fripier qui avait vendu sa défroque à Albert Fratellini s’écria : « si vous me trouvez quelqu’un capable d’entrer dans cette cochonnerie, n’hésitez pas, tuez-le, c’est un monstre »10. Et que dire des chaussures démesurées, des bretelles distendues, de la perruque rousse à la houppe pointue, de la bouche lippue, du nez vermillon, sans parler des accessoires, de tous ces pétards dissimulés sous les pans de l’habit, de ces jets d’eau jaillissant de la chevelure ! Quant à sa gestuelle, ce n’est que chutes, gifles reçues, coups de pieds au derrière. Il ne peut s’asseoir sur une chaise sans qu’elle se brise, ni se hisser sur une échelle sans qu’elle n’oscille dangereusement. Quant à ses plaisanteries, elles bravent bien souvent l’honnêteté : « dans la tradition classique, il y a toute une série de gags qui s’appuient sur des plaisanteries triviales liées en général aux fonctions corporelles et surtout au sexe »11 déclare Dario Fo, qui précise ensuite : « érotisme et sexualité représentent un des aspects les plus importants du clown ». Faut-il rappeler ici ce que Bakhtine dit du rire populaire qui éclate aussi bien dans la Fête des fous que chez Rabelais, et, j’ajouterai, dans les bouffonneries de l’Auguste : « c’était la “seconde” nature de l’homme qui riait, son “bas” matériel et corporel qui ne pouvait s’exprimer dans la conception du monde et le culte officiel »12. Et ici, il semble bien que le mot « homme » ne signifie que vir, l’individu masculin : la femme n’a pas de « bas » matériel et corporel, surtout la demoiselle, à qui on répète « qu’une jeune fille ne transpire pas mais se contente d’avoir chaud », tout au moins officiellement et en public. Il n’en est pas de même dans la complicité féminine du lavoir, de l’atelier, de la cour de récréation ou du dortoir, où l’obscénité s’épanouit loin des oreilles masculines ou familiales. En témoignent les compagnes de jeux de La Petite que Colette saisit dans leurs mimiques clownesques et « dans leurs jurons enfantins proférés à tue-tête, avec des gestes grossiers des épaules, des jambes écartées, des grimaces de crapauds, des strabismes volontaires, des langues tirées tachées d’encre violette »13. Mais, lorsqu’il s’agit de revenir sous le regard maternel, c’est la remontée vers le « haut » qui s’opère, et « la petite » est soudain « debout, pâlie et adoucie »14, comme le veut l’éducation qu’on lui dispense, cette éducation dont un des principes est d’étouffer en elle tout ce qui est, selon la formule de J. Duvignaud : « besoins élémentaires » et tout ce qui exprime « l’irréductible force de la servitude charnelle »15. Faire du théâtre ne signifie pas pour la demoiselle participer à la Fête des fous ou vivre la folie des saturnales, d’ailleurs, les manuels de civilité puérile et honnête sont là pour la protéger de tous les excès : « ne cherchez pas à faire oublier que vous êtes une jeune fille bien élevée qui s’amuse à interpréter l’esprit d’un auteur pour la satisfaction d’un auditoire de gens bienveillants et bien élevés »16.

18On pourrait en rester là : et voilà pourquoi, Monsieur, votre fille n’est pas clown...

19En effet, si le clown est grotesque, mal habillé, obscène, il est à l’opposé de ce que doit être une demoiselle. Paule Constant met en exergue de son livre consacré à l’éducation des jeunes filles d’autrefois, et intitulé justement Un monde à l’usage des demoiselles, ces quelques lignes tirées de La belle au bois dormant de Charles Perrault :

  • 17 P. CONSTANT, Un monde à l’usage des demoiselles, Gallimard, 1987, p. 9.

« Les fées commencèrent à faire leurs dons à la princesse. La plus jeune lui donna pour don qu’elle serait la plus belle personne du monde ; celle d’après qu’elle aurait de l’esprit comme un ange ; la troisième, qu’elle aurait une grâce admirable à tout ce qu’elle ferait ; la quatrième qu’elle danserait parfaitement bien ; la cinquième qu’elle chanterait comme un rossignol ; et la sixième, qu’elle jouerait de toutes sortes d’instruments dans la dernière perfection »17.

20Or, aucune bonne fée ne s’est penchée sur le berceau du clown pour le doter de ces perfections. Ou plutôt, quelle Carabosse l’a affligé de cette hideuse perruque et de ce nez vermillon, et lui a donné le don de la dérision, de la parodie, et de la pitrerie ? Les petites filles ne s’y trompent pas : si on leur propose de se déguiser en personnages du cirque, elles choisissent le costume de l’écuyère ou de la danseuse de corde.

21Peut-être faut-il rappeler ici les principes de base de l’éducation traditionnelle des demoiselles ? Ce serait l’occasion de relire quelques pages du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir. Même si le livre, publié en 1949, a vieilli pour l’analyse d’une condition féminine actuelle, il peut nous apporter d’intéressantes informations à partir du moment où nous nous plaçons dans une perspective historique. Insistant sur le narcissisme qui est encouragé chez la petite fille, elle nous la montre, s’imaginant « comme une merveilleuse poupée » :

  • 18 S. de BEAUVOIR, Le Deuxième sexe, Gallimard, Idées, 1972, t. 1, p. 302.

« A travers compliments et gronderies, à travers les images et les mots, elle découvre le sens des mots “jolie” et “laide”, elle sait bientôt que pour plaire, il faut être “jolie comme une image”, elle cherche à ressembler à une image, elle se déguise, elle se regarde dans les glaces, elle se compare aux princesses et aux fées des contes »18.

22La finalité de cette éducation est de former des épouses et des mères : il n’est point d’autre perspective que le mariage, et donc, pour trouver un époux, il importe de plaire, de correspondre à une image de la femme figée dans des stéréotypes :

  • 19 Ibidem, p. 306.

« On l’habille avec des vêtements incommodes et précieux dont il lui faut être soigneuse, on la coiffe de façon compliquée, on lui impose des règles de maintien : tiens-toi droite, ne marche pas comme un canard ; pour être gracieuse, elle devra réprimer ses mouvements spontanés, on lui demande de ne pas prendre des allures de garçon manqué, on lui défend les exercices violents, on lui interdit de se battre »19.

23Tout ce qu’on lui interdit là, et qui ferait fuir les épouseurs, c’est ce qui lui permettrait de faire surgir d’elle-même un clown : un clown à l’habit en loques, à la perruque hirsute, à la démarche grotesque...

24Pourquoi les demoiselles ne se muent-elles pas en clowns ? Elle nous apporte un commencement de réponse cette scène extraite de La Poupée modèle de 1880 et rapportant la conversation de deux petites filles dont l’une cite une plaisanterie de son frère sur un mot à la mode :

« – Redis-moi, ces drôles de mots, Marguerite (...)
– C’est que (...) ce sont des mots de garçon, je ne sais pas si c’est joli pour des filles... »

25Marguerite consent enfin à répéter une absurde et cocasse déclinaison du mot chic, qui devient chicard, chicandard, chicocandard etc., en une burlesque litanie suscitant l’hilarité de son amie qui n’a pas l’habitude d’entendre de telles hardiesses verbales :

  • 20 « Les deux toilettes de Première Communion », La Poupée modèle, déc. 1880.

« – Il n’y a que les garçons pour inventer de ces choses ; ils sont si drôles ! Tandis que... enfin, entre nous, Marguerite, nous sommes un peu bêtes, nous les filles...
Tu ne trouves pas ?
– Je n’avais pas remarqué, mais si cela est, il faut au moins tâcher d’être bonnes20.

26Traduisons : un peu bêtes, c’est-à-dire incapables d’humour, de drôlerie, et enfermées dans une sorte de morosité satisfaite et digne, comme si le rire de l’absurde n’était permis qu’aux hommes, comme s’il n’était pas possible d’échapper aux clichés d’une nature féminine. Si les deux petites filles s’étonnent et s’émerveillent, ce n’est pas parce qu’elles sont congénitalement incapables d’en faire autant, c’est parce qu’on leur a appris à réprimer ce sens de la plaisanterie : elles sont de futures épouses, de futures mères de famille, leur vie ne sera pas une partie de plaisir.

27Le petit garçon fait le clown, la petite fille apprend son futur métier de femme où le rire n’est pas au programme. Et si l’on trouve que le récit de La Poupée modèle sent un peu trop la littérature ad usum delphinae, je le rapprocherai d’un exemple de censure exercée sur un texte de femme. Il s’agit de Marie Bashkirtseff (1858-1884), auteur d’un journal intime qui n’a jusqu’ici été publié que dans une version scandaleusement expurgée, elle suit des cours de peinture et s’amuse à utiliser l’argot des étudiants des Beaux-Arts. Elle joue ainsi avec les mots : sa cousine Dina est alors appelée Dina-mythe, son ami Bojidar, Bojidar-nica, Bojidar-tifice, ou Bojidar-brisseau, et elle-même, Marie-veau d’âge. Ce ne sont là que plaisanteries bien innocentes, pensera-t-on. En fait, elles ne figurent que dans le manuscrit du Journal, on a censuré ce passage, comme s’il était indécent qu’une jeune fille s’amuse à des plaisanteries d’étudiant et connaisse le folklore des ateliers. Pour plaire, la demoiselle doit sourire et non pas rire.

28En 1975, dans la surabondance de livres traitant de la condition féminine, paraissait un essai qui fit quelque peu scandale, c’était Ainsi soit-elle de Benoîte Groult. Pour la première fois, peut-être, une femme parlait d’elle-même et des autres en maniant l’ironie et la dérision, et indiquait comme seule issue aux femmes, « l’humour et le mauvais esprit » :

  • 21 Hara-Kiri se présentait comme un « journal bête et méchant ». On pouvait en dire autant de Charlie (...)
  • 22 B. GROULT, Ainsi soit-elle, Grasset, 1975, p. 90.

« Beaucoup de femmes sont hérissées par Hara-Kiri, Charlie21 et Cie, scandalisées par la scatologie, les plaisanteries ignobles (...), l’irrespect total même devant la mort. Elles imaginent mal le soulagement, le défoulement qu’elles éprouveraient en contractant le goût de la... rigolade. Le mot déjà leur fait peur, il n’est pas “féminin” »22.

29Certes, elle a été entendue, la nouvelle génération de comédiennes est là pour le démontrer. Mon propos se voulait historique, il est peut-être totalement dépassé... À vrai dire, je n’en suis pas si sûre lorsque je vois mon ordinateur s’indigner des expressions « femme clown », « clownesse », et les qualifier de « mot douteux ». Y aurait-il encore, en 1994, incompatibilité totale entre la demoiselle et le clown ?

Notes

1 E. TREHARD, « Les femmes, l’humour et le café-théâtre », Face à femmes (Alternatives), n° l, juin 1977, p. 131.

2 Jacques FABBRI et André SALLEE, Clowns et farceurs, Bordas, 1992, p. 188.

3 Jacques FABBRI et André SALLEE, Clowns et farceurs, Bordas, 1992, p. 188.

4 Ibidem, p. 185.

5 Lucienne MAZENOD et Ghislaine SCHOELLER, Dictionnaire des femmes célèbres de tous les temps et de tous les pays, Laffont, Bouquins, 1992, p. 326.

6 Il devait y avoir des clownesses dans le spectacle du Théâtre du Soleil, Les Clowns, mais je n’ai pas d’informations sur elles.

7 F. PASCAUD, « Parce que la vie n’est pas si grave », Télérama, 23/11/1994.

8 Signe des temps : le Petit Robert de 1994 est plus hardi. Comme exemple, il propose : « quel clown ! Elle fait le clown ».

9 H. BÉNAC, Dictionnaire des synonymes, Hachette, 1956.

10 J. FABBRI, op. cit., p. 122.

11 Dario FO, « Qu’est-ce qu’un clown ? », J. FABBRI, op. cit., p. 87.

12 M. BAHKTINE, L’œuvre de François Rabelais, Gallimard, 1970, p. 84.

13 COLETTE, La Maison de Claudine, Œuvres complètes, Pléiade, t. II, p. 978.

14 Ibidem, p. 980.

15 J. DUVIGNAUD, Sociologie du théâtre, p. 123.

16 Ctsse de GENCÉ, Code mondain de la jeune fille, Albin Michel, 1925, p. 288.

17 P. CONSTANT, Un monde à l’usage des demoiselles, Gallimard, 1987, p. 9.

18 S. de BEAUVOIR, Le Deuxième sexe, Gallimard, Idées, 1972, t. 1, p. 302.

19 Ibidem, p. 306.

20 « Les deux toilettes de Première Communion », La Poupée modèle, déc. 1880.

21 Hara-Kiri se présentait comme un « journal bête et méchant ». On pouvait en dire autant de Charlie-Hebdo à l’humour particulièrement décapant...

22 B. GROULT, Ainsi soit-elle, Grasset, 1975, p. 90.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540