Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or des peintres

 | 
Philippe Hamon

Deuxième partie. À corps perdus

À corps perdus

Texte intégral

1La première partie méthodologique a balisé le terrain pour l’étude thématique du rapport à l’argent en image. Un premier regroupement se présente alors, autour des relations de l’argent avec le corps. Elles renvoient tout d’abord à la manipulation de l’argent dans ce qu’elle a, apparemment, de plus ordinaire : mais les hommes et les femmes concernés expriment en fait, par leur comportement, un investissement exceptionnel dans la relation à l’argent, voire une véritable fascination à son égard. Ceci fait émerger des types individuels ou sociaux, au premier rang desquels figure l’avare. L’engagement des personnages dans leur contact physique avec l’argent est tel qu’il les conduit parfois jusqu’à une forme d’aliénation et leur propre corps en vient à se perdre dans cette relation même.

2L’argent en image circule également dans le corps : il y entre, en ressort, se confond avec certains organes, en une véritable prise de possession. Celle-ci s’exprime aussi, sur un autre plan, par la mise en scène de relations sexuelles vénales. Ces mises en danger des corps menacent aussi les âmes des protagonistes. La mainmise de l’argent sur les corps entraîne d’abord une perversion des relations humaines interindividuelles, tant physiques que sociales. Elle débouche sur la perdition, qui mène à la damnation ce dont témoigne, en particulier, le châtiment des avares. Cependant beaucoup de ces représentations ne sont ni stables, ni uniformes entre fin du Moyen Âge et XVIIe siècle. Souvent la peinture révèle ici des inflexions sensibles dans le rapport à l’argent.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540