Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or des peintres

 | 
Philippe Hamon

Première partie. Un historien et des images

Un historien et des images

Texte intégral

  • 1 Traduit en français en 1995 sous le titre L’historien et les images.
  • 2 Le terme d’image est d’ailleurs employé par Haskell en un sens élargi. Voir les remarques de Compa (...)

1Le choix du titre de cette partie est une variation sur celui de Francis Haskell. En 1993, dans History and its Images. Art and the Interpretation of the Past1, il produit une analyse fouillée de l’histoire du recours aux représentations dans l’étude du passé2. Haskell montre bien que le compagnonnage de l’histoire et des images est déjà fort ancien. Dès le XVIIe siècle en fait, les « images » qui ornent les monnaies antiques constituent des documents précieux pour ceux qui cherchent à faire revivre les hommes ou les idées des temps anciens. Pour autant, il me semble que les relations restent encore souvent délicates. Il paraît donc indispensable de consacrer une première partie à délimiter le cadre conceptuel dans lequel sera menée l’étude du rapport à l’argent.

2Un travail centré sur l’image, et sur des œuvres pour beaucoup bien connues ne peut prétendre à l’originalité de la source qu’il exploite. En revanche, la nature du questionnement dont celle-ci fait l’objet ici est sans doute moins habituelle. Dans un cadre précis, celui de la double priorité accordée à la peinture et à la monnaie métallique, il est nécessaire de revenir sur un certain nombre de questions d’ensemble que pose l’emploi d’images comme matériau historique, en ne perdant pas de vue qu’elles prennent rang comme armes dans des luttes de position tant sociales qu’idéologiques. Il est alors possible d’aborder les effets de la présence à l’image de la monnaie, effets qui dépassent évidemment le cadre même de l’image qui les produit. Reste alors à situer le détail iconique que constitue l’argent dans une réflexion sur la création artistique, mais surtout sur la réception des images.

  • 3 Les images « ne répondent pas seulement aux demandes sociales, elles les transforment » : G. Didi- (...)

3En ce domaine de nombreuses analyses stimulantes ont été produites depuis une vingtaine d’années. Mais la nature même de ma recherche fait apparaître ici certains blocages. Il faut tenter de les contourner en faisant confiance aux images elles-mêmes. Elles cristallisent en effet toute une série de positions sur le rapport à l’argent. En exprimant des valeurs sur un sujet délicat, à travers la mise en scène d’un objet spécifique, elles font peut-être système. Du moins est-il avéré qu’elles jouent un rôle actif dans la définition même de ce rapport3. Les spécificités de l’apport des images nourriront l’ensemble des développements ultérieurs.

Notes

1 Traduit en français en 1995 sous le titre L’historien et les images.

2 Le terme d’image est d’ailleurs employé par Haskell en un sens élargi. Voir les remarques de Compagnon sur sa démarche dans Mauvais œil, p. 476-496.

3 Les images « ne répondent pas seulement aux demandes sociales, elles les transforment » : G. Didi-Huberman, « Imitation, représentation, fonction. Remarques sur un mythe épistémologique », dans J. Baschet et J.-C. Schmitt (éd.), L’Image. Fonctions et usages des images dans l’Occident médiéval, Paris, 1996, p. 82 ; cité dans Christin, Dix commandements, p. 138, note 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540