Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’or des peintres

 | 
Philippe Hamon

Introduction

Texte intégral

1C’est un intérêt ancien pour les questions d’argent, fruit de mes années de travail sur les finances monarchiques, qui est à l’origine de mes premières recherches sur les images et donc au point de départ de ce livre. Le déclic initial relève de l’anecdote, mais me semble significatif. Au moment de la publication de L’argent du roi et de Messieurs des finances, dans les années 1990, il m’a fallu me préoccuper d’une illustration de couverture en lien avec mon champ de recherche et donc avec les représentations financières. J’ai essayé de faire ce choix avec sérieux, en respectant le cadre chronologique et spatial dans lequel s’inscrivait mon travail. À cette occasion, j’avais jeté un regard sur d’autres couvertures, et trouvé plusieurs exemples d’un grand laxisme en la matière qui tenait au souci de privilégier une « belle image », au détriment de son adéquation scientifique avec l’objet de la recherche. Or l’étude historienne de l’iconographie, alors en plein essor, faisait bien apparaître combien l’image méritait mieux que ce rôle d’illustration approximative à finalité « esthétique ».

  • 1 Arasse, Détail, p. 68.
  • 2 Cité par Montias, Marché, p. 25.

2C’est que la « belle image » doit faire vendre. Voilà un premier type de lien entre image et argent, valable d’ailleurs dès l’époque moderne. Les images célèbres, que ce soit pour leur qualité artistique ou pour des motifs dévots, procurent alors de l’argent à ceux qui les possèdent1. En outre, les créateurs ont besoin de vivre et savent trouver des moyens accrus là où l’argent abonde. Carel van Mander le souligne déjà au début du XVIIe siècle dans son Livre de Peinture : « L’art est venu à Anvers parce qu’il fraie volontiers avec l’argent2. »

  • 3 Voir par exemple l’article de Montgolfier, Tableau des merciers [planche no 15, p. xi], qui montre (...)

3Pour ma part, ce n’est pas la piste des marchés de l’art que j’ai suivie : fidèle à ma démarche initiale, qui me faisait chercher des « images avec argent » pour illustrer mes livres, je me suis aventuré dans l’étude de la représentation de l’argent dans l’image. Il m’est apparu en effet que les modalités de sa présence étaient riches et diversifiées. Or beaucoup de spécialistes des images, en particulier au sein d’une longue tradition d’histoire de l’art, n’y attachent qu’une importance très réduite dans leurs analyses des œuvres mêmes, y compris celles où il paraît jouer un rôle iconographique de premier plan3. Il n’est pas question ici d’en faire reproche aux historiens d’art : leurs préoccupations ne sont pas les miennes, et il est certain que le traitement que je vais de mon côté faire subir aux œuvres qu’ils étudient peut non seulement leur paraître inadapté, mais peut même parfois révéler de vraies insuffisances, faute de bien maîtriser leurs propres capacités d’expertise.

  • 4 Grenier, Penser la monnaie, p. 1336 et 1339.

4Le caractère exceptionnel de l’« objet-argent », tant sur le plan économique et social que politique ou éthique, est bien établi. Il est facile de montrer l’ampleur de son rôle, comme fait social total, qui prédispose à des analyses diverses à partir des discours et des pratiques portant sur sa nature, sa signification sociale et la moralité de ses usages. L’argent, et plus précisément la monnaie qui « se présente aux individus comme une norme de base de la société dans laquelle ils vivent, au même titre que la loi ou l’interdit moral », « mobilise des croyances et des valeurs au travers desquelles s’affirme l’appartenance à une communauté4 ». Elle se trouve également au cœur de très nombreuses relations interpersonnelles et implique directement la puissance régalienne et les divers niveaux de collectivités. Elle apparaît donc comme une institution humaine d’une particulière ampleur. Pour reprendre un vocable qu’utilise Jérôme Baschet au sujet de la parenté, l’argent constitue lui aussi un « hyperthème », qui se décline, à l’image, de multiples façons.

  • 5 Poirson, Art et argent, p. 4.

5Or cette « matrice de l’imaginaire symbolique » ne serait pas assez étudiée5. Interroger les représentations de l’argent met alors en évidence leurs interactions dynamiques avec les pratiques sociales.

6Cet « hyperthème » en effet peut être abordé sous des angles innombrables, précisément dans la mesure où le rapport à l’argent est omniprésent. Or, plutôt que d’étudier un segment de ce rapport, j’ai fait le choix de partir du support – les images – pour tenter de cerner l’ensemble des attitudes et relations concernant l’argent. Ce champ d’étude accorde donc une priorité absolue aux images, en combinant au mieux études individuelle et sérielle.

  • 6 Burke, Eyewitnessing, p. 189.

7Ce choix initial pose de sérieux problèmes de méthodes, dont l’analyse nourrit les trois chapitres de la première partie de ce travail, dans le but d’éclairer les choix les plus élémentaires, depuis les formes iconiques de la présence de l’argent jusqu’aux types d’images retenus, mais aussi de dégager des voies d’analyse, adaptées à mon sujet, sur la notion même de représentation, ou bien sur les conditions de production et de réception des images. Il faut aussi y faire place à des réflexions plus ciblées sur les modalités de l’étude du détail iconique qu’est généralement l’argent dans l’espace propre à chaque image, espace à la fois très concret et très symbolique. Cette étude doit être fructueuse si, comme l’affirme Peter Burke, « le bon Dieu est dans les détails6 »…

8J’ai collecté mes images dans toute l’Europe occidentale, du Portugal aux Provinces-Unies et de la France au monde germanique, sur une période qui s’étend du milieu du XVe siècle au début du XVIIIe siècle. Je ne me suis pas interdit quelques incursions, parfois importantes pour mon propos, dans la période immédiatement antérieure. Le « flou » géographique est assez facile à justifier, dans la mesure – on y reviendra aussi dans la première partie – où œuvres et artistes circulent dans un espace culturel assez homogène ; ce qui n’empêche nullement l’existence d’écarts spatiaux qui interrogent. L’ampleur chronologique s’explique par mon souci de faire apparaître des mutations, des évolutions ou des permanences sur le long terme. Si la moisson, en terme d’images, s’avère fructueuse, tant quantitativement que qualitativement, il n’en demeure pas moins que l’ampleur du champ de recherche interdit évidemment l’exhaustivité documentaire mais surtout prédispose à une attitude heuristique particulière. Tout d’abord la documentation – considérable – disponible sur les centaines d’œuvres étudiées n’a pu être que partiellement exploitée. En outre, l’analyse regroupe et rapproche tout un ensemble d’œuvres différant par leur statut et leurs dispositifs iconiques. Mais parce qu’elles sont abordées sous un angle spécifique, j’espère néanmoins que leur rapprochement se révèlera pertinent.

  • 7 Je tombe donc sous le coup de la critique qu’adresse Gombrich à certains historiens d’art contempo (...)
  • 8 « Nous savons bien que souvent des auteurs n’expriment pas les faits les plus importants parce que (...)

9Par sa démarche un peu expérimentale, par l’étendue de son terrain de recherche et la nature de son angle d’attaque, ce travail relève donc en bonne part de l’essai, mais d’un essai qui voudrait malgré tout baliser l’ensemble du champ étudié, à la mesure du moins des capacités du chercheur. C’est pourquoi, après une première partie méthodologique, j’ai choisi, non de présenter certains des dossiers thématiques, mais de rendre compte de tous ceux que j’avais pu dégager au sein de l’iconographie qui fait place à l’argent. Ces analyses nourrissent les deuxième, troisième et quatrième parties du livre. Les regroupements y sont effectués suivant une logique thématique qui n’est pas celle des genres, des écoles, ni des styles. Ici encore, la démarche est en nette opposition avec celle des historiens d’art. La logique qui prévaut est celle que je perçois en matière de rapport à l’argent, autour des comportements des acteurs, des types de relations sociales et des institutions concernées7. L’image peut alors faire place à une dimension « tacite » des phénomènes, dont la mise au jour est précieuse8. Elle joue sa partie également en matière de luttes de représentations, concernant les grands enjeux idéologiques impliquant l’argent.

  • 9 « Lorsque […], concernant la façon d’utiliser et d’évaluer les sources de type monumental, documen (...)

10Cette démarche me met en relation avec des secteurs de la recherche historique extrêmement divers, de la construction de l’Etat aux Réformes religieuses, des relations hommes-femmes au néostoïcisme. Face à des modes de présence de l’argent à l’image qui méritent à mon sens explication, plutôt que de m’en tenir à des constats, j’ai préféré, le plus souvent possible, formuler des conclusions, ou du moins des hypothèses, au risque, assumé, de révéler surtout au passage ignorances et lacunes. Mais il est clair que c’est aussi l’intérêt d’un sujet aussi vaste que d’obliger à élargir ses horizons9.

11Cependant, mon objectif central n’est – normalement – jamais perdu de vue, quand je m’attarde sur la représentation des relations familiales, commerciales ou ludiques. C’est celui d’une analyse du rapport à l’argent à travers ses modalités iconiques, qu’il s’agisse de formes de présence ou, parfois aussi, d’absences qui interrogent. Or l’image révèle bien des choses sur les types de confrontations qui habitent toute société en matière de rapport à l’argent. Une cinquième et dernière partie, qui se veut synthétique, est donc bâtie autour d’une réflexion d’ensemble. Elle emprunte, logiquement, de nombreux éléments aux développements antérieurs, en particulier dans l’étude du jeu iconique complexe entre le dénigrement de l’argent, clairement affiché, inscrit dans l’héritage chrétien comme dans la tradition classique, et les formes plus ou moins subtiles de sa promotion. Elle fait place aussi à une réflexion sur la puissance iconique propre à la monnaie, cet objet exceptionnel, capable d’entraîner certaines images sur des voies assez étonnantes.

  • 10 Le mémoire original est consultable à la bibliothèque du Cerhio (Centre de recherches historiques (...)

12Cette recherche a été conduite pour l’essentiel entre 1999 et 2003 dans le cadre de la préparation d’une habilitation à diriger des recherches soutenue à Rennes 2 le 13 décembre 2003. Je n’ai pas effectué d’enquête documentaire complémentaire après cette soutenance, mais j’ai cependant pu repérer quelques dizaines d’images nouvelles. Elles sont utilisées quand cela est nécessaire au fil du livre ; en revanche comptages et statistiques d’ensemble n’ont pas été repris et restent fondés sur le corpus de 2003. Depuis cette date, j’ai publié certains des résultats dans des articles ou des ouvrages collectifs. Ils m’ont donné l’occasion de préciser et de compléter certaines approches, tout comme les lectures supplémentaires que j’ai entreprises au cours des dernières années, au sein d’une production bibliographique qui ne cesse de s’accroître. Enfin ce livre est une version remaniée et raccourcie d’un tiers du mémoire soumis en décembre 200310. J’espère cependant que la réflexion y est plus aboutie…

13Je veux pour finir remercier les membres de mon jury (Françoise Bayard, Gérald Chaix, Olivier Christin, Bernard Cousin, Alain Croix et Daniel Pichot) pour leur aide et leurs conseils précieux, et aussi ceux et celles qui m’ont fourni de la documentation ou des renseignements fort utiles, spécialement Annie Antoine, Gauthier Aubert, Jean et Josette Chambolle, Yves Coativy, Franck Collard, Denis Crouzet, Dominique Godineau, Jean-Pierre Lethuillier, Hervé Martin, Claire Mazel, Franck Mercier, le regretté Michel Morineau, Roland Neveu, Françoise Perrot, Georges Provost et Bruno Restif. J’ai une dette particulière envers David Lessard, qui a soutenu en 2000 sous ma direction une maîtrise sur l’argent dans la peinture au XVIIe siècle. Merci enfin à Françoise Hamon pour sa relecture du manuscrit.

14Pour mon dossier de demande de délégation CNRS, en 1999, Michel Lagrée avait rédigé une lettre de soutien qui montrait son intelligence et ses qualités humaines. Elle m’est devenue précieuse. Enfin j’ai une pensée pour Jean Jacquart, qui adorait la peinture. Je suis convaincu qu’il aurait aimé le sujet que j’ai choisi.

Notes

1 Arasse, Détail, p. 68.

2 Cité par Montias, Marché, p. 25.

3 Voir par exemple l’article de Montgolfier, Tableau des merciers [planche no 15, p. xi], qui montre les enjeux financiers de la réalisation d’une toile de Lebrun, mais se désintéresse totalement de la présence de l’argent sur l’œuvre, quand il en fait l’analyse.

4 Grenier, Penser la monnaie, p. 1336 et 1339.

5 Poirson, Art et argent, p. 4.

6 Burke, Eyewitnessing, p. 189.

7 Je tombe donc sous le coup de la critique qu’adresse Gombrich à certains historiens d’art contemporains, à ceci près justement que je n’en suis pas un : « Aujourd’hui j’ai vraiment l’impression qu’ils écrivent sur tout sauf sur l’art. Nous lisons des études sur les femmes, les Noirs, les lois du marché… Je ne nie absolument pas que ces questions puissent présenter un certain intérêt mais, après tout, on peut aussi demander à l’histoire de l’art qu’elle s’occupe d’art ! », Gombrich, Réflexions, p. 179. Sur le type de travaux que Gombrich vise ici, voir par exemple, dans la bibliographie, ceux d’E. Honig ou de S. Muller.

8 « Nous savons bien que souvent des auteurs n’expriment pas les faits les plus importants parce que ceux-ci sont bien connus et font l’objet d’un consensus. C’est peut-être la principale limite des sources idéologiques écrites » : Michel Nassiet, « Pedigree and valor. Le problème de la représentation de la noblesse en France au XVIe siècle », dans Josette Pontet et al (dir.), La noblesse, de la fin du XVIe siècle au début du XXe siècle : un modèle social ?, Biarritz, 2002, t. I, p. 253.

9 « Lorsque […], concernant la façon d’utiliser et d’évaluer les sources de type monumental, documentaire ou littéraire, on est contraint de chercher ses informations dans une littérature spécialisée, qui est elle-même fréquemment controversée et sur la valeur de laquelle on est incapable de porter soi-même un jugement, on a tous les motifs d’avoir une opinion très modeste sur la valeur de sa propre contribution » : Max Weber cité par Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, 2005, p. 548.

10 Le mémoire original est consultable à la bibliothèque du Cerhio (Centre de recherches historiques de l’Ouest) de l’université Rennes 2.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540