Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Quatrième partie. les architectures éphémères : honorer, communiquer

Mater patriæ in memoriam. Les funérailles des reines dans le Danemark absolutiste

Birgitte Bøggild Johannsen
Traduction de Lydie Échasseriaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En novembre 2000 au Danemark, les funérailles de la reine douairière Ingrid, épouse du feu roi Frédéric IX, furent officiellement célébrées. Conformément à la tradition, des processions officielles furent organisées à Copenhague et Roskilde, et un office religieux, ouvert à tous, fut célébré dans la cathédrale de Roskilde, lieu d’inhumation de prédilection des membres de la famille royale depuis le XVIe siècle1. Le prélude à ces cérémonies avait pris, quant à lui, un caractère extraordinaire : un castrum doloris avait été érigé dans l’église du palais de Christiansborg, résidence royale et siège du gouvernement. Le cercueil, sur lequel l’étendard de la reine avait été déployé, avait été posé sur un catafalque, où il était resté quatre jours pour permettre au public de faire ses adieux à la reine2. Bien que le rituel ait voulu que, privé des insignes royaux, du manteau du couronnement et des trois lions d’argent du trône royal, ce catafalque ait été en deçà de celui du roi, le fait m...

Auteur

Musée national du Danemark, Copenhague
Lydie Échasseriaud (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540