Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Quatrième partie. les architectures éphémères : honorer, communiquer

Architectures éphémères pour les funérailles espagnoles dans l’État de Milan, 1559-1611

Franca Varallo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Des funérailles de Charles Quint en 1559 à celles de Marguerite d’Autriche en 1611, l’État de Milan porta à son apogée le modèle Renaissance en matière d’architecture funéraire éphémère, avant qu’un nouveau type baroque ne s’imposât au XVIIe siècle, sous l’influence des Jésuites1. Malgré l’absence quasi totale de sources iconographiques, nous tenterons, en nous appuyant sur des archives écrites et des chroniques souvent très riches, de mettre en évidence les changements qui se sont produits au cours de cette période, en particulier les transformations dans la typologie, en relation avec les aléas de la conjoncture politique en permanente évolution.

Les funérailles de Charles Quint, 1559

En Italie, l’État de Milan constitue une sorte de caisse de résonance du pouvoir de la maison d’Autriche et de la monarchie espagnole. Pour Philippe II, qui prend formellement le titre de duc de Milan en 1554, la Lombardie, porte de l’Italie, joue un rôle stratégique essentiel dans son dessein politiqu...

Auteur

Université de Turin

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540