Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Quatrième partie. les architectures éphémères : honorer, communiquer

Les catafalques dans les funérailles royales espagnoles XVIe -XVIIIe siècle1

María Adelaida Allo Manero, Juan Francisco Esteban Lorente et Gérard Sabatier
Traduction de Alexandra Merle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la monarchie espagnole, à l’époque moderne, les funérailles royales se déroulaient en deux temps. La première phase, que l’on pourrait presque qualifier de privée, était relative au corps même : exposition publique de la dépouille – préalablement embaumée depuis Philippe IV en 1665 – sur le lit de parade dans le Grand Salon de l’Alcazar de Madrid, mise en bière, transport au lieu de sépulture (l’Escurial à partir de Philippe II en 1598), absoute2 et mise au tombeau. Le rituel funèbre proprement dit était donc des plus simples : séquence brève (quelques jours) et assistance réduite (la Maison royale, les membres des ordres de chevalerie, les Grands et, dans le convoi vers l’Escurial, quatre délégations des ordres mendiants : carmes, augustins, franciscains et dominicains)3. Pendant la seconde phase, publique, se déroulaient les cérémonies ayant trait à l’âme du défunt, c’està-dire celles qui avaient un caractère spirituel, centrées autour de la célébration d’une neuvaine4 et d’u...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540