Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Troisième partie. Quel tombeau pour le roi de france ?

Les Bourbons, ou le refus du tombeau

Jean-Marie Le Gall

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Sur le lieu où furent inhumés saint Denis, premier évêque de Paris, et ses deux compagnons le prêtre Éleuthère et le diacre Rustique, martyrisés vers 250, se succédèrent plusieurs églises, dans lesquelles certains souverains mérovingiens et carolingiens élirent sépulture. Avec Hugues Capet à la fin du Xe siècle, la basilique s’imposa définitivement comme cimetière des rois de France1. Reconstruite aux XIIe et XIIIe siècles, Louis IX y fit transférer les restes de ses prédécesseurs inhumés ailleurs et ordonna les tombes selon les dynasties, faisant disposer au-dessus de chacune un gisant2. Saint-Denis devait accueillir exclusivement les rois et les reines, illustrant la primogéniture comme principe successoral de dévolution de la Couronne. Au XVIe siècle, les Valois commencèrent à inhumer aussi des enfants de France dans le sanctuaire, et cette transformation en temple dynastique s’affirma à l’époque moderne. François Ier y fit enterrer sa mère, qui pourtant n’avait jamais été reine,...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540