Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Deuxième partie. enjeux du tombeau dans les souverainetés électives

Les tombeaux des doges vénitiens : de l’autocélébration dans une République

Benjamin Paul
Traduction de Hélène Tronc

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1484, Felix Faber, originaire d’Ulm, fit halte à Venise au cours de son pèlerinage et s’indigna devant les sépultures monumentales qu’il vit à Santi Giovanni e Paolo : « L’église dominicaine de Venise abrite les tombeaux de plusieurs doges vénitiens. Je n’en ai jamais vu de plus coûteux et opulents. Même ceux des papes à Rome ne peuvent leur être comparés. » Faber critiqua aussi leur taille démesurée et leur décoration outrée (« ultra virtutis modum ornata »), de marbre, d’or et d’argent1. Le vertueux pèlerin allemand était choqué par le luxe de ces sépultures qui, d’un point de vue chrétien, manquaient d’humilité. On peut se demander, par ailleurs, ce qu’en pensaient les Vénitiens de l’époque sur le plan politique. Depuis 1413 au moins, plusieurs lois interdisaient l’autocélébration des dirigeants de la République, prohibant même l’exposition des armoiries et d’effigies du doge à l’extérieur du palais ducal2. En 1523, ces restrictions culminèrent dans l’interdiction pure et simp...

Auteur

Université Rutgers, New Brunswick (N.J.)
Hélène Tronc (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540