Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Première partie. De l’enracinement des dynasties à la louange de la monarchie

Unis ou séparés dans la mort : sépultures et monuments funéraires des impératrices et des veuves d’empereurs Habsbourg

Ingeborg Schemper-Sparholz
Traduction de Élisabeth Agius d’Yvoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au début de l’époque moderne, on jugeait du mérite d’une princesse par son alliance avec un prince de même rang et par sa capacité à donner naissance à un héritier mâle. Pour cette raison, la politique matrimoniale fut essentielle dans toutes les dynasties d’Europe. La famille Habsbourg était surtout réputée pour étendre son empire par ce type d’alliances. La devise Bella gerant alii, tu, felix Austria, nube (« Les autres font la guerre, toi, heureuse Autriche, marie-toi ») qu’aurait prononcée Matthias Corvin, opposant de Frédéric III, en est un témoignage. À la suite d’alliances matrimoniales, des princesses catholiques espagnoles, françaises, italiennes ou allemandes furent mariées à des membres de la dynastie des Habsbourg et moururent à la cour de Vienne, de Prague, d’Innsbruck ou de Graz. Divers documents attestent l’importance de ces alliances, notamment les arbres généalogiques ou les symboles héraldiques. Souvent cependant, les sépultures et les monuments funéraires passent ...

Auteur

université de Vienne
Élisabeth Agius d’Yvoire (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540