Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Première partie. De l’enracinement des dynasties à la louange de la monarchie

Sépultures et tombeaux de la monarchie prussienne XVIIIe -XIXe siècle

Martin Engel
Traduction de Aude Virey-Wallon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le royaume de Prusse, dont l’existence fut relativement brève – de 1701 à 1918 –, n’avait pas de lieu de sépulture central, d’endroit spécifique consacré à la mémoire des souverains défunts. Cette absence de règles et de traditions contraignantes laissa le champ libre à des formes très individuelles de funérailles et de culte des ancêtres. Parler des monuments funéraires dans le royaume de Prusse au XVIIIe siècle n’est donc pas tâche aisée.

L’entreprise est d’autant plus difficile que la cathédrale de Berlin, église principale des Hohenzollern, fut détruite à deux reprises (en 1747 et en 1893) et chaque fois remplacée par un nouvel édifice. De plus, les deux anciennes résidences princières, Berlin et Potsdam, payèrent un lourd tribut aux guerres et aux conflits idéologiques du XXe siècle. Les mémoriaux et les sépultures des Hohenzollern ne furent pas épargnés : en 1944, lors d’une attaque aérienne, la cathédrale de Berlin fut si fortement touchée par les bombes qu’une partie de la co...

Auteur

université de Vienne
Aude Virey-Wallon (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540