Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les funérailles princières en Europe

 | 
Mark Hengerer
, 
Juliusz A. Chrościcki
, 
Gérard Sabatier

Stratégies du tombeau

Mark Hengerer et Gérard Sabatier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Comme l’a constaté Erwin Panofsky, les monuments funéraires princiers en Europe sont le plus souvent des chefs-d’œuvre. Aujourd’hui encore ils attirent notre attention, émerveillent et séduisent : à Rome, la puissante figure de Moïse sur le tombeau de Jules II ; à Saint-Denis, les gisants de Louis XII et de son épouse Anne de Bretagne ; à Berlin, la figure gracieuse de la reine Louise de Prusse… Visiteurs, historiens, historiens de l’art ne cessent de les contempler. Souvent, on y trouve des fleurs ou des petits billets en forme d’hommages : à Vienne, le cercueil de l’impératrice Élisabeth d’Autriche dans la crypte des Capucins n’en est jamais dépourvu. C’est qu’au-delà des considérations esthétiques, les monuments funéraires des princes et des princesses nous interpellent. Ils peuvent nourrir la détestation d’un âge honni, comme en France en 1793, ou, plus souvent, un imaginaire de grandeur, voire la nostalgie d’un âge d’or. Le Wawel, nécropole royale polonaise, n’a-t-il pas à lui ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540