Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Shakespeare au XXe siècle

 | 
Pascale Drouet

2. Mises en perspective

Le Basculement (Richard II) : du texte à l’illustration1

Pascale Drouet et Édouard Lekston

Texte intégral

  • 1 Toutes les illustrations d’Édouard Lekston sont insérées au fil de l’entretien. Certaines sont rep (...)

« J’ai bien étudié comment je pourrais comparer
Avec le monde cette prison où je vis ;
Mais comme le monde est populeux
Et qu’ici il n’y a pas d’autre créature que moi-même,
Je ne le puis. Pourtant, je trouverai.
De ma cervelle je ferai la femelle de mon esprit,
Mon esprit sera le père et ces deux-là engendreront
Une génération de pensées se reproduisant sans cesse,
Et ces mêmes pensées peupleront ce petit monde,
Semblables en leurs humeurs au peuple de ce monde ;
Car aucune pensée ne trouve en soi sa plénitude. » (V.5.1-11)

1Pascale Drouet
Après avoir travaillé sur plusieurs pièces de Shakespeare, King Lear, Macbeth et Hamlet, pour ton recueil de sérigraphies intitulé Mon ami William, tu t’es intéressé à Richard II avec un angle d’approche particulier que souligne le titre. La première question que j’aimerais te poser, c’est pourquoi ce titre Le Basculement ?

2Édouard Lekston
J’en ai eu l’idée en lisant la scène deux de l’acte trois, lorsque Richard II rentre d’Irlande. Il est euphorique, tout à la joie de retrouver sa terre, mais à mesure que la scène se déroule, il passe de la joie à la tristesse, au désespoir, et aussi à la rage. Il me semble donc que cette scène, à elle seule, résume l’idée de basculement ; on sent vraiment que le personnage bascule. Je me rappelle que nous avions tous les deux commencé à parler d’un travail graphique autour de Richard II, il y a maintenant un an, et que, dans notre première conversation, le terme de « basculement » avait été employé très tôt. Je me souviens que tu avais parlé de la roue de la Fortune et de l’inévitable effet de basculement que cela entraînait.

3Pascale Drouet
Si l’on veut aborder une autre forme de basculement, plus métaphorique, disons le processus imaginaire qui permet la transposition, on a envie de te demander : que se passe-t-il entre le moment où tu lis le texte de Shakespeare et le moment où tu visualises ce que tu vas dessiner ? Autrement dit, comment parviens-tu à mettre le texte visuellementen perspective ?

4Édouard Lekston
C’est en fait très simple. Ce qui me plaît vraiment dans Shakespeare, du moins dans la lecture que j’en fais grâce à la traduction de Jean-Michel Déprats, c’est qu’il y a beaucoup d’expressions imagées. Je les prends alors au mot et je les illustre simplement, ce qui donne des rendus divers, mais tous avec de nombreux symboles.

5Pascale Drouet
Oui, c’est exactement ce qu’on va voir au fil des illustrations : tu procèdes souvent par ce qu’on pourrait appeler une littéralisation de la métaphore. Avant de passer plus précisément aux illustrations, je voulais savoir pourquoi tu as opté pour un découpage en trois parties : « Banishment », « Resignation » et « Pomfret » ? Peux-tu nous l’expliquer très brièvement en introduction, même si tu reprends ensuite les pages-titres ?

6Édouard Lekston
On les verra effectivement en détail au fur et à mesure, mais pour en expliquer simplement le découpage, disons que je vois l’ensemble de la pièce en trois parties, même si cette pièce est en cinq actes. La première partie, « Driven Away from the Garden », c’est la façon dont Richard II se débarrasse du problème entre son cousin Bolingbroke et Mowbray en acceptant un duel, puis en l’annulant et en envoyant ces deux personnages en exil. La deuxième partie, c’est le retour de Bolingbroke, sa colère, et en quelque sorte sa vengeance. La troisième partie, c’est la réclusion et la solitude de Richard II. Commençons par la première partie. On peut voir, sur la droite, comme une carte de tarot, avec une reprise de l’idée de la roue de la Fortune : en haut, le numéro de l’acte et de la scène, en bas, un titre qui m’est personnel et qui représente ce qui se passe, soit la mise au ban. Le roi Richard II trône au sommet de la roue de la Fortune et, de part et d’autre, deux personnages, Bolingbroke et Mowbray, sont en train de chuter. Quant aux rayons de la roue, ils représentent une sorte d’Union Jack brisé. Tout en bas, on distingue la terre avec des mauvaises herbes qui commencent à pousser ça et là – on va voir que, dans la pièce, il est souvent question de mauvaises herbes et de jardins.

Acte I. Scène 1

7Pascale Drouet
Le premier acte s’ouvre sur un plan particulier. Pourquoi la bouche du roi est-elle coupée et que signifient les emblèmes des lions dans la couronne ?

8Édouard Lekston
À l’origine, mon intention était simplement de représenter la couronne avec ces deux lions qui sortent tout droit de l’armoirie anglaise. Il y a un lion « léopardé » et un lion « rampant », pour reprendre les termes d’héraldique que j’ai trouvés dans une des notes de la traduction de Jean-Michel Déprats concernant les blasons. J’ai mis ces termes en image, puis je me suis amusé à représenter ces lions en train de s’affronter. Mais j’ai trouvé que la couronne seule ne suffisait pas ; je voulais aussi montrer l’agacement de Richard II que ce conflit gêne profondément – on va comprendre que c’est lui qui est à la source de cette dispute. J’ai donc dessiné le visage de Richard II que j’ai coupé au niveau de la bouche puisque son regard agacé suffisait.

Acte I. Scène 2

9Pascale Drouet
On a ici le premier exemple d’une très belle littéralisation de la métaphore, celle de la Duchesse de Gloucester :

  • 2 Traduction : « Mais Thomas, mon cher seigneur, ma vie, mon Gloucester, / Ce flacon plein du sang s (...)

« But Thomas, my dear lord, my life, my Gloucester, One vial full of Edward’s sacred blood, One flourishing branch of his most royal root, Is cracked, and all the precious liquor spilt2. » (I.2.16-19)

10Mais la première fois que j’ai vu cette illustration, je n’avais pas remarqué les nuances de couleur dans les fioles…

11Édouard Lekston
Cela correspond au caractère et à la durée de vie de chaque personnage. On sait par exemple, après quelques recherches, que les deux Guillaume sont morts en bas âge ; leur fiole est donc quasiment vide. Avec Édouard le Noir, j’ai voulu faire une pointe d’humour en noircissant un peu plus le liquide. Jean, lui, est un peu « amoché » – on va le voir par la suite. Quant à Thomas, il se fait renverser par la main presque invisible de Richard II. Au-dessus courent ces branches de laurier qui sortent de la couronne d’Édouard III et qui gouttent comme du sang.

Acte I. Scène 3

12Pascale Drouet
N’est-ce pas, ici, le premier schéma triangulaire de la pièce qui apparaît, avec Richard, Bolingbroke et Mowbray ?

13Édouard Lekston
Tout à fait. C’est une illustration de la scène du duel. À l’origine, je m’imaginais simplement la lice en forme de couronne, puis j’ai eu l’idée de représenter le visage de Richard en double : un visage qui regarde avec un peu de tristesse et de tendresse son cousin Bolingbroke parce que, à mon sens, il a de l’affection pour lui et, de l’autre côté, un visage beaucoup plus dur tourné vers Mowbray. J’ai aussi dessiné cette sorte de colline à laquelle s’agrippent ces deux personnages, Bolingbroke et Mowbray, comme s’ils essayaient de se retenir de glisser, de déraper sur la terre d’Angleterre. J’étais en train de la colorier en vert – puisqu’il est souvent question de vert dans ce travail, de vert, d’herbes et de jardins –, en prévoyant ensuite de faire la couronne en jaune, puis je me suis dit que j’allais plutôt la faire en vert parce que cela m’a rappelé la couronne du roi Lear, la couronne de fleurs et d’herbes, et je trouvais cela assez amusant puisque cette couronne verte, cette couronne d’herbes, pouvait laisser présager la « folie » de Richard II. Quant à Mowbray et Bolingbroke, ils sont toujours en « tenue féline », des tenues de léopard et de lion. C’est qu’il y a un côté carnavalesque dans cette image que j’aime beaucoup, avec la grosse tête double et disproportionnée de Richard, et ces tenues de félin qui créent un raccourci entre l’armure et l’armoirie. Au début, je voulais juste représenter les deux duellistes en armure, puis j’ai pensé à en faire des lions, mais des lions à visage humain ; c’est comme s’ils avaient enlevé leur masque de carnaval pour se présenter au roi. Les deux mains que l’on voit en haut expriment l’exil ; c’est comme si elles leur enjoignaient de sortir du cadre. La sentence se lit en dessous. D’un côté, pour Bolingbroke : récolte fois deux fois cinq, c’est-à-dire « tu ne reviendras pas après cinq fois deux récoltes ». De l’autre, pour Mowbray : le signe de l’infini. Il est banni pour l’éternité.

Acte I. Scène 4

14Pascale Drouet
On a une illustration avec une perspective, ce qui est plutôt rare chez toi, non ?

15Édouard Lekston
Oui, justement dans mon travail, j’essaie de casser les mises en scènes avec premier plan, deuxième plan, jeux de perspective ; j’essaie plutôt de travailler avec des symboles, comme on l’a vu dans l’image précédente, et des éléments que j’agence sur la double page. Ici, on a effectivement une exception de mise en perspective, avec ce chemin qui sort de la couronne et qui s’éloigne pour représenter l’éloignement de l’exil. Aumerle accompagne Bolingbroke jusqu’à la frontière puis le regarde s’éloigner. Dépouillé, desséché (et bientôt spolié), Bolingbroke n’est plus qu’une ombre sombre qui s’en va tristement du royaume d’Angleterre, royaume représenté par la couronne. Par ailleurs, on a toujours cette herbe, ce vert omniprésent, et commencent à apparaître, non loin de la couronne, des mauvaises herbes mauves et violettes.

16Pascale Drouet
La couronne de l’illustration suivante m’a fait penser à une sorte de tamis magique, à une image de l’alchimie que permet le pouvoir royal, ou plutôt que permet l’abus de pouvoir royal. Je te laisse commenter cette transformation.

17Édouard Lekston
L’alchimie est justement un terme très important à mes yeux. C’est quelque chose que je recherche aussi dans mon travail, ce mélange de chimie et de mathématique. Quant à la transformation à proprement parler, elle est évoquée noir sur blanc dans le texte.

18Pascale Drouet
Oui, c’est le passage, à la fin de la scène quatre, où Richard dit explicitement à Green, Bagot et Aumerle :

  • 3 Traduction : « Nous irons en personne à cette guerre ;/Et comme nos coffres, du fait d’une cour tr (...)

« We will our self in person to this war,
And, for our coffers with too great a court
And liberal largesse are grown somewhat light,
We are enforced to farm our royal realm,
The revenue whereof shall furnish us
For our affairs in hand. If that come short,
Our substitutes at home shall have blank charters
Whereto, when they shall know what men are rich,
They shall subscribe them for large sums of gold,
And send them after to supply our wants ;
For we will make for Ireland presently3. » (I.4.42-52)

19Édouard Lekston
Ce sont tous ces coffres remplis d’or, tous ces titres, tous ces joyaux qui se renversent dans la couronne, et cette couronne commence à basculer sous un poids de plus en plus lourd, et comme elle bascule, l’armée, de l’autre côté, en profite pour sortir et marcher vers l’Irlande. Il y a cette couleur rouge à cause de la symbolique du sang, mais elle symbolise aussi la famille de Jean de Gand et de Bolingbroke.

Acte II. Scène 1

20Pascale Drouet
On passe au deuxième acte. On reconnaît ici Jean de Gand… en gant ! qui accuse Richard.

21Édouard Lekston
Oui, c’est la célèbre scène où Richard rend visite à Gand mourant, et où Gand fait toute une série de jeux de mot sur son propre nom : il parle de « Gand » décharné, d’où le corps transformé en gant. Ce gant qui montre les flatteurs du doigt.

22Pascale Drouet
Oui, il dit à Richard :

  • 4 Traduction : « Mille flatteurs siègent dans ta couronne,/ Dont le cercle n’est pas plus grand que (...)

« A thousand flatterers sit within thy crown Whose compass is no bigger than thy head4. » (II.1.100-101)

23Comment t’es venue cette idée de superposer image de mort et image de royauté ?

24Édouard Lekston
Le crâne apparaît comme en transparence, parce que c’est la vision de Gand quand il renverse l’ordre des choses et rétorque à Richard : « Oh non, c’est toi qui meurs, même si je suis le plus malade. » (II.1.91).

  • 5 Traduction : « Que ces mots désormais te torturent. »

25Pascale Drouet
Ce que je trouve intéressant également, c’est cet index accusateur qui nous fait presque littéralement entendre l’imprécation, la malédiction finale de Gaunt : « These words here after thy tormentors be. » (II.1.136)5.

26L’illustration suivante est-elle une représentation du royaume saigné à blanc par Richard ? Comment les deux parties (droite et gauche) sont-elles reliées ?

27Édouard Lekston
Suite à la conversation entre Gand et Richard, ce sont les trois seigneurs, Northumberland, Willoughby et Ross qui s’interrogent sur Richard II et sur son règne. Ils mentionnent les taxes imposées par Richard. L’image m’est venue plus précisément quand Ross constate amèrement :

« Le peuple, il l’a pillé par de lourdes taxes, Et il s’est entièrement aliéné son cœur. Les nobles, Il leur a infligé des amendes pour d’anciennes querelles et il s’est entièrement aliéné leur cœur. » (II.1.246-248)

28On voit les silhouettes respectives de l’Angleterre et de l’Irlande noircies par des écus superposés. De l’autre côté, le cœur est aussi noirci, car il est pourri par cet argent. C’est à la fois le cœur du pays, le cœur du peuple et le propre cœur de Richard.

Acte II. Scène 2

29Pascale Drouet
À nouveau, un très bel exemple de littéralisation de la métaphore que je te laisse commenter.

30Édouard Lekston
J’ai voulu exprimer l’obsession de la reine ; elle est obsédée par le départ de Richard II. On voit ces caravelles qui partent pour l’Irlande, dont la caravelle royale qui porte la couronne et qui se substitue au visage de la reine. Bushy tente de consoler la reine, mais elle est inconsolable et elle sent quelque chose, comme un malheur, en train de germer, de fleurir dans son ventre. J’ai repris le lion du blason de Bolingbroke et je l’ai glissé dans le ventre de la reine. Pendant ce temps, Bushy parle des anamorphoses ; il présente soucis et chagrins comme des anamorphoses. L’idée d’anamorphose est reprise, en bas à droite, avec cette fleur qui se transforme en crâne. J’ai inversé, pour ma part, cette explication : je suis parti d’une idée plutôt belle pour arriver à quelque chose d’assez morbide, d’assez macabre. J’ai mis du temps à faire cette image parce que je voulais montrer Greene qui arrive et qui annonce à la Reine que Bolingbroke a débarqué. Finalement, je n’en ai montré que la conséquence : la Reine accouche de son malheur, c’est-à-dire d’une sorte de Bolingbroke léopardé, toutes griffes dehors, et doté d’une tête humaine, comme on l’a vu dans l’image du duel. Il apparaît ici très colérique, comme enragé.

Acte II. Scène 3

31Pascale Drouet
Là encore, on voit bien le processus de littéralisation. Je trouve que c’est une très belle illustration du retour de Bolingbroke qui enfreint le serment fait au roi. C’est le passage suivant :

  • 6 Traduction : « Pourquoi ces jambes bannies, ces pieds proscrits / Ont-ils, ne fût-ce qu’une fois, (...)

« Why have those banished and forbidden legs
Dared once to touch a dust of England’s ground ?
But then, more why – why have they dared to march
So many miles upon her peaceful bosom
[…]
Why, foolish boy, the King is left behind,
And in my loyal bosom lies his power6. » (II.3.90-98)

32Édouard Lekston
C’est en effet la scène du retour de Bolingbroke, quand il s’agenouille devant son oncle York devenu régent. York reste campé sur ses positions, mais Bolingbroke tente de le convaincre, ce qu’il parvient à faire petit à petit. La couronne qui apparaît dans la poitrine représente la phrase de York : « Et dans ma poitrine loyale demeure son pouvoir. » (II.3.97), mais on la voit disparaître progressivement !

33Pascale Drouet
J’imagine qu’il y a aussi une symbolique des couleurs ?

34Édouard Lekston
Oui. York est vêtu de noir. Il porte le deuil de son frère et est en proie à une sorte de mélancolie ; il est déchiré par ce qu’il sait et ce qu’il pressent – et dont il porte le deuil par avance. Bolingbroke, en revanche, est rouge : rouge de colère, rouge de volonté, rouge de vivacité. En somme, il représente la vie.

35Pascale Drouet
Je n’avais pas vu cette opposition apparence/réalité : les sourcils broussailleux de York et, en son sein, cette couronne maladive qui s’efface peu à peu, et qui est l’indice que York va finalement retourner sa veste. C’est très réussi.

Acte II. Scène 4

36Pascale Drouet
Nous voici à la dernière scène du deuxième acte. D’où t’est venue cette idée originale de la carte météorologique ?

37Édouard Lekston
C’est une touche d’humour que j’ai introduite dans une scène assez sombre. C’est le moment où Salisbury converse avec le Capitaine et ils se demandent si le roi n’est pas mort…

  • 7 Traduction : « On pense que le roi est mort. »

38Pascale Drouet
Oui, c’est le Capitaine qui lui dit : » This thought the king is dead7. » (II.4.7).

39Édouard Lekston
La carte météorologique représente les prédictions de Salisbury : orageux en bas (la scène est sombre), avec une couronne noire au Pays de Galles puisqu’on pense que Richard y est mort. En Irlande, en revanche, c’est ensoleillé car c’est là que se trouve le roi.

40Pascale Drouet
Quel est le sens de la comète avec une couronne renversée ? Édouard Lekston Elle représente la chute de Richard II, pressentie par Salisbury. C’est la représentation littérale de :

« Ah, Richard ! Avec les yeux de la tristesse
Je vois ta gloire comme une étoile filante
Tomber du firmament sur cette terre indigne. » (II.4.18-20)

***

41Édouard Lekston
Nous arrivons à la deuxième partie : « Under Bolingbroke’s Sun ». J’ai repris la carte de tarot de la roue de la Fortune. Cette fois-ci, les choses ont basculé pour de bon : c’est Bolingbroke, futur Henry IV, qui se retrouve au sommet de la roue. York le suit, accroché à la roue, tandis que Richard II chute de l’autre côté. En bas gisent les têtes décapitées des conseillers de Richard, Bushy, Bagot et Greene, ainsi que les mauvaises herbes qui ont été coupées. Et les rayons de la roue, figurant l’Union Jack dont je parlais au début, ont été réparés.

Acte III. Scène 1

42Édouard Lekston
L’acte III s’ouvre sur le retour de Bolingbroke. J’y ai ajouté ma touche d’humour : Bolingbroke s’improvise jardinier, et il a mis des gants de jardinier pour ne pas se salir les mains. C’est la scène où il décapite Bushy et Greene, et c’est comme s’il les arrachait d’un pot de terre qui commence à se fendiller, et qui a la forme d’une couronne.

43Pascale Drouet
On a, en quelque sorte, une concrétisation de l’annonce de Bolingbroke :

  • 8 Traduction : « […] Bushy, Bagot et leurs complices, / Cette vermine de l’État / Que j’ai juré d’ex (...)

« […] Bushy, Bagot and their complices,
The caterpillars of the commonwealth,
Which I have sworn to weed and pluck away8 ». (II.3.165-167)

44Et une anticipation de la scène des jardiniers :

  • 9 Traduction : « Les mauvaises herbes qu’abritaient ses larges frondaisons / Et qui le dévoraient se (...)

« The weeds which his broad-spreading leaves did shelter, That seemed in eating him to hold him up, Are plucked up, root and all, by Bolingbroke9. » (III.4.50-52)

Acte III. Scène 2

45Pascale Drouet
Cette illustration représente sans doute le retour d’Irlande de Richard. Mais que sont les effets de surimpression que l’on devine sur la terre ?

46Édouard Lekston
C’est en effet la célèbre scène 2 de l’acte III : le retour euphorique d’Irlande. Sur la colline (une bosse verte), on voit des éléments du discours de Richard II s’inscrire en filigrane : la main royale qui caresse la terre, les orties, les araignées et les vipères, tout ce qui peut piquer les ennemis de Richard. Puis les messagers se succèdent pour lui annoncer une série de mauvaises nouvelles : le retour de Bolingbroke, le ralliement général à sa cause, l’exécution de ses favoris. On bascule dans le désespoir. L’effet de miroir inversé permet de visualiser immédiatement ce basculement.

47Pascale Drouet
Basculement qui conduit à « Richard schizo », titre de l’illustration suivante qui m’a beaucoup amusée et m’a fait penser aux jeux de casse-tête.

48Édouard Lekston
Oui, c’est un jeu sur l’identité de Richard II. Au début du troisième acte, Bolingbroke, Northumberland et York discutent, et ils se demandent comment appeler le roi désormais, quel est son titre, quel est son statut. J’ai voulu montrer que Richard perdait son identité et qu’on ne savait plus ni comment l’appeler, ni comment le représenter.

49Pascale Drouet
Ce qui annonce aussi le propre questionnement de Richard sur son identité, avec le dédoublement de son corps naturel et de son corps politique :

  • 10 Traduction : « Que doit faire le roi à présent ? Doit-il se soumettre ?/ Le roi le fera. Doit-il ê (...)

« What must the king do ? Must he submit ?
The King shall do it. Must he be deposed ?
The King shall be contented. Must he lose
The name of King ? I’God’s name, let it go10. » (III.3.143-146)

Acte III. Scène 3

50Pascale Drouet
La scène de Flint Castle, avec la descente de Richard dans « the base Court » et la symbolique de la chute qu’il y associe. Illustration à la fois très simple et très sombre, qui joue sur les contrastes. Que souhaites-tu nous en dire ?

51Édouard Lekston
Ce sont les remparts du château de Flint. York et Bolingbroke aperçoivent Richard II sur les remparts et ils décrivent à la fois un roi majestueux, au regard d’aigle, comme ensoleillé et, paradoxalement, un roi au regard embué de tristesse. J’ai à nouveau utilisé le code des couleurs : le noir est majoritaire, et il représente les ruines du château mais aussi l’idée d’une mélancolie. Le règne de Richard est désormais derrière des remparts de cendres.

52Pascale Drouet
C’est amusant, ce jeu des sept différences ; c’est ludique et c’est pertinent puisqu’on est toujours, avec Richard II, dans le jeu de la répétition et de la différence. Si j’ai bien compris, tu nous renvoies à la tirade de Richard quand il anticipe sa déposition (III.3.143-154), n’est-ce pas ?

53Édouard Lekston
Oui, c’est là que se trouvent les solutions. En revanche, j’ai légèrement triché dans l’image de gauche : le royaume est représenté par la couronne. Au départ, j’avais essayé de dessiner un terrain pour représenter le royaume, mais ce n’était pas possible. J’ai opté, une fois de plus, pour une représentation métonymique : la couronne.

Acte III. Scène 4

54Pascale Drouet
Je te laisse commenter cette très belle illustration (ma préférée) de la scène des jardiniers.

55Édouard Lekston
C’est la célèbre scène du jardin. Au début, j’avais fait quelque chose de beaucoup plus sobre : j’avais dessiné uniquement les vignettes DD (l’arbre aux fruits en forme de couronnes) et HH (la reine qui laisse tomber une larme là où le jardinier plantera une pousse de plante amère). C’est en feuilletant le livre de François Laroque, Shakespeare comme il vous plaira (Éditions Découvertes Gallimard), que j’ai trouvé une petite gravure de l’époque de Shakespeare figurant un jardin avec des orientations cardinales, et c’est à ce moment-là que j’ai eu l’idée d’illustrer la scène du jardin de cette façon. J’ai même eu une double idée : ce jardin est divisé en carrés, bien organisés et, en même temps, il représente le royaume entouré par la mer – la comparaison contrastive entre le jardin et le royaume se trouve dans la scène. Et j’ai eu l’idée d’utiliser ce jardin découpé en carrés pour en faire une planche de bande dessinée. En AA, on voit la Reine qui discute avec une de ses suivantes. Ensuite, en BB, c’est l’arrivée du jadinier et de ses apprentis. En CC, j’ai dessiné un arbre alourdi par les titulatures pour suggérer l’arbre généalogique. En DD, c’est l’arbre fruitier qu’il faut élaguer parce que les fruits sont pourris. En EE, le jardinier arrache les mauvaises herbes. Puis, en FF, il parle des herbes royales (ce sont les herbes-couronnes) qui sont dévorées par les chenilles et, en GG, il affirme que le roi va être déposé sous peu ; j’ai donc imaginé la couronne posée sur un tas de fumier. Enfin, en HH, la reine sort de sa cachette et de ses gonds ; elle accable le jardinier, puis laisse libre cours à son chagrin. Et le jardinier conclut :

« Ici, elle a versé une larme. Ici à cette place
Je planterai un massif de rue, cette plante amère, herbe de grâce. »
(III.4.104-105)

Acte IV. Scène 1

56Pascale Drouet
Nous entrons dans la longue scène unique de l’acte IV avec cette première image qui, me semble-t-il, parle d’elle-même…

57Édouard Lekston
C’est effectivement une illustration littérale de la parabole du puits et des deux seaux. Il n’y a pas vraiment de commentaire à faire. On peut simplement renvoyer aux vers 185-189.

58Pascale Drouet
Oui, tout y est dit :

  • 11 Traduction : « À présent cette couronne d’or est comme un puits profond / Qui possède deux seaux, (...)

« Now is this golden crown like a deep well
That owes two buckets, filling one another,
The emptier ever dancing in the air, The other down, unseen and full of water.
That bucket down and full of tears am I,
Drinking my grief whilst you mount up on high11. » (IV.1.184-189)

59Pascale Drouet
Les voici hors des seaux. Est-ce une illustration de la passation (réticente) de pouvoir ?

60Édouard Lekston
Oui. Richard, après de nombreuses hésitations, se résigne et accepte finalement de donner la couronne à son cousin, ou plutôt il accepte qu’il la lui prenne. Et il a une très belle phrase dans cette scène, en réponse à Bolingbroke qui s’assure, une fois de plus, que Richard est d’accord pour abdiquer : « Ma couronne oui, mais mes chagrins me restent » (IV.1.190). Et là, on voit qu’au moment où Bolingbroke lui retire la couronne, le chagrin qui s’est agglutiné dans la couronne reste comme un moule de noirceur, un moule de choses mauvaises. C’est un très beau passage.

61Pascale Drouet
As-tu voulu symboliser l’image de Richard fondant au soleil de Bolingbroke ?

  • 12 Traduction : « Oh, que ne suis-je un roi de neige dérisoire, / Exposé au soleil de Bolingbroke, / (...)

« O, that I were a mockery king of snow,
Standing before the sun of Bolingbroke,
To melt myself away in water-drops12 ! » (IV.1.260-262)

62Édouard Lekston
Oui, le texte à lui seul explique l’illustration. C’est une des métaphores que je préfère.

  • 13 Traduction : « Car le voilà, brisé en mille éclats. »

63Pascale Drouet
Ta dernière illustration de l’acte IV montre une couronne déconstruite, comme un puzzle désassemblé : est-ce une façon de rendre le passage du miroir brisé ? On pense à la célèbre conclusion de Richard : « For there it [my face] is, cracked in a hundred shivers13. » (IV.1.289).

64Édouard Lekston
Oui et, là encore, j’ai essayé d’introduire un jeu. Je me suis vraiment « cassé la tête » pour illustrer ce passage… Puis j’ai eu cette idée-là grâce aux propos de Bolingbroke, juste après le miroir brisé : « L’ombre de votre douleur a détruit / L’ombre de votre visage. » (IV.1.291-292). D’un côté, j’ai joué sur la silhouette qui est comme une ombre et, de l’autre côté (c’est la partie ludique), j’ai formé une couronne avec tous les petits morceaux de son visage : si on découpe ces morceaux, on peut rassembler Richard II.

***

65Pascale Drouet
On aborde maintenant la troisième partie de ton travail, qui correspond à l’acte V de la pièce.

66Édouard Lekston
Je l’ai appelée « The Crown of Poetry » (la couronne de poésie) et la carte a pour légende « Pomfret » qui est le nom de la prison. J’ai représenté un pendu qui, dans la symbolique du tarot et de l’art divinatoire, signifie le blocage, la déprime. Ce n’est pas vraiment une mauvaise carte, mais c’est une carte difficile en ce sens qu’elle annonce un passage pénible et douloureux.

Acte V. Scène 1

67Pascale Drouet
C’est une illustration presque entièrement métonymique qui mérite une explicitation. Pourquoi cette carte en fond des mains menottées de Richard ? Et que signifie ce cœur noir offert par une main gantée de noir ?

68Édouard Lekston
C’est la scène de séparation entre Richard et sa reine. Le roi est mené en prison, d’où les menottes. Il y a aussi une idée d’exil dans cette scène ; c’est pour cela que j’ai dessiné une carte en fond, inspirée d’une carte de l’époque, datée de 1 600 environ, où l’on voit l’Angleterre et la France. Richard demande à la reine de retourner en France et de s’enfermer dans un couvent. Et à un moment, vers la fin de la scène, il est question d’échange de cœurs. Richard dit à la reine : « Ainsi je te donne mon cœur, et ainsi je prends le tien. » (V.1.96). Mais celle-ci souhaite garder son propre cœur, trop lourd de chagrin. On ne sait donc plus vraiment s’ils sont en train de donner leur cœur ou de le rendre ; c’est un échange un peu confus.

Acte V. Scène 2

69Pascale Drouet
J’ai trouvé cette illustration assez énigmatique. Qu’as-tu voulu représenter ici ?

70Édouard Lekston
J’ai illustré une partie de la conversation entre York et la duchesse, celle du « flahsback » quand York raconte le défilé de Bolingbroke nouvellement couronné, acclamé par la foule. Bolingbroke est à cheval. On voit donc, en bas, les empreintes des sabots du cheval auxquelles correspondent, en haut, des acclamations de couronnes. Et derrière suit Richard sur la tête duquel on jette de la poussière.

71Pascale Drouet
Et même des ordures…

72Édouard Lekston
Oui, et une sorte de couronne, renvoi au roi élu de Dieu, se matérialise dans la poussière pour illustrer les propos mêmes de York : « Mais sur sa tête sacrée on jetait de la poussière. » (V.2.30). Le corps royal, même s’il est déchu, n’en reste pas moins royal. La poussière agit ici comme un révélateur.

Acte V. Scènes 2 & 3

73Pascale Drouet
Là encore, tu as opté pour une représentation métonymique.

74Édouard Lekston
Oui, c’est la scène des bottes, si on peut l’appeler ainsi. J’ai représenté les bottes de York, avec la lettre de trahison de son fils, et les pattes du cheval d’Aumerle qui font la course avec les bottes du père pour atteindre le premier la couronne, soulignée par un liseret rouge, couleur du nouveau roi Henry IV.

75Pascale Drouet
Je trouve que ces différentes images métonymiques rendent très bien le côté complètement farcesque de la scène et soulignent à merveille sa fonction de « comic relief ».

Acte V. Scène 5

76Pascale Drouet
Cette illustration est restée assez obscure pour moi. De quoi s’agit-il exactement ?

77Édouard Lekston
C’est le cachot de Richard à Pomfret, vu en plongée. C’est une très belle scène puisqu’il dit qu’avec son esprit et son imaginaire, il va reconstituer tout un monde. C’est donc la poésie de Richard qui emplit le cachot, et on distingue, comme une forme de leitmotiv, la petite musique qui passe en haut.

78Pascale Drouet
Nous arrivons au meurtre de Richard, toujours représenté par le biais de la métonymie. Pourquoi cette couronne noire et les surimpressions qui semblent en chute libre ?

79Édouard Lekston
Ce sont toutes les petites figurines qui semblaient flotter harmonieusement dans les airs dans l’image précédente, qui semblaient avoir chacune leur place. Ici, elles se mettent à dégringoler, entraînées par la couronne de poésie qui tombe. Cette couronne est toute noire ; on pourrait l’appeler une anti-couronne.

Acte V. Scène 6

80Édouard Lekston
Exton va voir le roi Henry IV. Il a pris, symboliquement, cette couronne de poésie. Il est vêtu de noir. Bolingbroke, qui regrette cet acte, commence à cracher du poison noir.

  • 14 Traduction : « Ils n’aiment pas le poison ceux qui ont besoin de poison. »

81Pascale Drouet
Oui, il rétorque à Exton : « They do not love poison that do poison need. » (V.6.38)14.

82Édouard Lekston
Et au-dessus, sans que les personnages y prêtent la moindre attention, l’imaginaire de Richard continue de défiler.

83Pascale Drouet
Ce qui est intéressant également, c’est que grâce au rappel de la couleur noire, on visualise d’emblée le lien étroit qui unit le commanditaire et l’homme de main. C’est moins évident dans le texte.

84Édouard Lekston
C’est l’illustration finale : la poésie de Richard a pu transcender le réel, c’est-à-dire l’aspect concret du pouvoir. Au-delà des derniers mots de Bolingbroke, et de l’image fermée du cercueil, l’imaginaire poétique de Richard suit son cours…

85Poitiers, le 6 janvier 2006

86Transcription de Pascale Drouet

Notes

1 Toutes les illustrations d’Édouard Lekston sont insérées au fil de l’entretien. Certaines sont reprises dans le cahier d’illustrations [Illustrations 17 à 32].

2 Traduction : « Mais Thomas, mon cher seigneur, ma vie, mon Gloucester, / Ce flacon plein du sang sacré d’Édouard, / Ce florissant rameau de sa souche royale, / Fut brisé, et toute la précieuse liqueur en fut répandue. »

3 Traduction : « Nous irons en personne à cette guerre ;/Et comme nos coffres, du fait d’une cour trop nombreuse / Et de largesses trop généreuses, sont devenus légers, / Nous sommes contraints d’affermer notre domaine royal, / Dont le revenu pourvoira / À nos affaires en cours. Si cela ne suffit pas, / Nos mandataires ici auront des ordres en blanc, / Et lorsqu’ils sauront quels hommes sont riches, / Ils les feront souscrire pour de fortes sommes d’or / Qu’ils enverront ensuite pour subvenir à nos besoins ; / Car nous voulons partir pour l’Irlande sur-le-champ. »

4 Traduction : « Mille flatteurs siègent dans ta couronne,/ Dont le cercle n’est pas plus grand que ta tête. »

5 Traduction : « Que ces mots désormais te torturent. »

6 Traduction : « Pourquoi ces jambes bannies, ces pieds proscrits / Ont-ils, ne fût-ce qu’une fois, osé toucher un seul grain de poussière du sol anglais ? / Mais il y a d’autres “pourquoi”… Pourquoi ont-ils osé parcourir / Tant de miles sur sa paisible poitrine, / […]. / Mais, petit garçon stupide, le roi est resté ici, / Et dans ma poitrine loyale demeure son pouvoir. »

7 Traduction : « On pense que le roi est mort. »

8 Traduction : « […] Bushy, Bagot et leurs complices, / Cette vermine de l’État / Que j’ai juré d’extirper et d’anéantir ».

9 Traduction : « Les mauvaises herbes qu’abritaient ses larges frondaisons / Et qui le dévoraient semblant le soutenir, / Ont été arrachées, déracinées par Bolingbroke. »

10 Traduction : « Que doit faire le roi à présent ? Doit-il se soumettre ?/ Le roi le fera. Doit-il être déposé ? / Le roi s’y résoudra. Doit-il perdre / Le nom de roi ? Par Dieu, qu’il l’abandonne. »

11 Traduction : « À présent cette couronne d’or est comme un puits profond / Qui possède deux seaux, se remplissant l’un l’autre, / Le plus vide dansant toujours en l’air, / Quand l’autre est en bas invisible et plein d’eau. / Le seau d’en bas plein de larmes, c’est moi, / Qui bois mes chagrins, et celui qui monte, c’est toi. »

12 Traduction : « Oh, que ne suis-je un roi de neige dérisoire, / Exposé au soleil de Bolingbroke, / Pour fondre et m’évanouir en gouttes d’eau ! »

13 Traduction : « Car le voilà, brisé en mille éclats. »

14 Traduction : « Ils n’aiment pas le poison ceux qui ont besoin de poison. »

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/1360/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteurs

Pascale Drouet a enseigné dans les Universités de Lyon II, de Reims et de Limoges. Elle est aujourd’hui Maître de Conférences à l’Université de Poitiers. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2001 à l’Université de Paris IV-Sorbonne, a donné lieu à une publication : Le vagabond dans l’Angleterre de Shakespeare, ou l’art de contrefaire à la ville et à la scène (L’Harmattan, coll. « L’Aire Anglophone », 2003). Elle est l’auteur d’une douzaine d’articles sur le traitement de la marginalité et de la gueuserie au théâtre, parmi lesquels : « Breaking Boundaries : Tyranny and Roguery in The Winter’s Tale » (Cahiers Élisabéthains, Number 67, Spring 2005), « “I’ll have the knave of trumps” : cartes et arnaques, ou l’art d’attraper les conils selon Robert Greene » (Actes du Congrès de la SFS 2005), « Les rites de passage dans The Belman of London, ou la confrérie des gueux selon Thomas Dekker » (XVII-XVIII, juin 2006).
Édouard Lekston est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (2001), où il a présenté, pour son diplôme de dernière année, un recueil de sérigraphies intitulé Mon Ami William et consacré à trois tragédies majeures de Shakespeare : Hamlet, Macbeth et Le Roi Lear. Il a depuis travaillé pour les éditions l’Avant-scène Théâtre et avec le Centre Pompidou pour l’exposition Enchantez-vous dans l’Ateliers des Enfants (2000). En collaboration avec François Laroque, il a réalisé l’affiche du colloque IRIS Race, Genre et Marges dans l’Angleterre moderne, 1580-1680 (juin 2004). Il a aussi conçu la première de couverture pour les Actes du Congrès de la Société Française Shakespeare, Shakespeare et l’Europe de la Renaissance (2004). Il a présenté une exposition à l’Université de Poitiers, en décembre 2004, dans le cadre d’une manifestation culturelle autour de l’Angleterre Tudor. Pour le Congrès 2005 de la Société Française Shakespeare, « Shakespeare et le Jeu », il a fait une nouvelle exposition : « Shakespeare : jeux de mots/jeux de dessins ». Aujourd’hui, il travaille pour les éditions L’Harmattan ; il illustre essentiellement des contes bilingues venant des quatre coins du monde.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540