Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Troisième partie. Familles et mobilité sociale

Conclusion de la troisième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Argences a-t-il été un bourg opulent ? L’exceptionnelle croissance démographique du lieu le laisserait croire. Mais il est curieux que l’imposition de la taille ait alors augmenté seulement au rythme de cet accroissement. Aucune activité nouvelle n’a connu un essor tel qu’il puisse justifier un triplement ou même un doublement de la population, si l’on admet que la reprise des deux premières décennies n’a été qu’une récupération. La boucherie et l’artisanat ont pris de l’importance. De nouveaux métiers sont apparus. Le commerce avec Caen bat son plein. Le rendement de la coutume en témoigne. Mais toutes ces causes additionnées ne suffiraient pas s’il n’y avait dans le même temps une réorientation des flux migratoires. Probablement, Argences a-t-il profité de sa situation, sur la route de Paris, pour développer différents trafics. Il y a là un passage important et autant d’occasions de commerce. Malgré cela, la population vit chichement, et même semble-t-il, de plus en plus chichemen...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540