Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Troisième partie. Familles et mobilité sociale

Chapitre XV. Épilogue. L’accueil des lois révolutionnaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1789, un irrésistible courant unitaire et égalitaire balaye les particularismes juridiques dans tout le royaume. La loi commence par abolir les droits d’aînesse et de masculinité s’appliquant aux biens nobles ou bien aux successions recueillies par des héritiers nobles. La priorité est à la destruction de la féodalité. Le décret du 15 mars 1790 laisse un moment intactes, les inégalités et privilèges existant sur les biens roturiers1. Un projet d’abolition des inégalités de toutes sortes est élaboré. Dès le 21 novembre 1790, Merlin propose l’égalité absolue dans les partages ab intestat. Cette solution est consacrée par le décret du 8-14 avril 1791, qui instaure l’égalité entre tous les enfants, sans distinction de sexe. Rien n’est changé à la liberté de tester, par crainte de voir émerger un courant séparatiste dans les pays de droit écrit. Mais ce décret, en pays de coutume, et particulièrement en Normandie, marque une étape décisive2. Il dispose que « toute inégalité ci-devant ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540