Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Deuxième partie. Accéder aux ressources

Conclusion de la deuxième partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le terroir d’Argences au XVIIIe siècle, au centre de la plaine de Caen, reste et demeure, un terroir de labours, et Argences lui-même, un gros village peuplé de travailleurs agricoles. La forte croissance de la population, au cours du siècle, est à cet égard trompeuse. La structure de la population active a peu changé. Il y a un peu plus d’artisans et de marchands. Les emplois se sont diversifiés. Mais les journaliers et les laboureurs restent majoritaires. Ces derniers restent aussi les plus riches, même si une fraction croissante des laboureurs se rapproche des journaliers. C’est en grande partie au marché locatif qu’ils le doivent, car les paysans possèdent peu de terres. Les nobles, le clergé, quelques officiers les détiennent principalement. Si Gabriel Louis de Marguerie, en conflit avec les religieux de Fécamp, évalue abusivement le revenu des religieux de Fécamp au double de ce qu’il était réellement, celui-ci dépasse tout de même 5000 livres ! Les fermiers-généraux, au passa...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540