Version classiqueVersion mobile

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Deuxième partie. Accéder aux ressources

Chapitre XII. Le crédit et l’endettement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’étude du crédit soulève à son tour d’importantes difficultés. Dans une ville comme Amiens, au XVIIe siècle, les constitutions de rente, remboursements et transports, représentaient une part très importante des actes rédigés par les notaires. La fréquence des transports de rentes en particulier dit la confiance qu’elles inspiraient. La rente constituée était alors l’instrument principal du crédit. On ne voit rien de comparable dans le petit bourg d’Argences. Les notaires n’en créent que 11 sur une durée de 27 années1. Mais d’autres rentes peuvent être prises en compte. Il y a les rentes dotales accordées aux filles en règlement de leurs droits, et les rentes fieffales créées à la suite d’un contrat de fieffe. Il existe une différence importante entre les unes et les autres. Tandis que dans le cas des rentes dotales, tout le patrimoine du débirentier garantit la rente, dans les rentes fieffales, c’est la chose « vendue » qui doit la rente. La rente suit le fonds. C’est la raison pou...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search