Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Deuxième partie. Accéder aux ressources

Chapitre XI. Le marché locatif

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le marché locatif, au XVIIIe siècle, joue-t-il un rôle de régulation des superficies exploitées ? Les locations bénéficient-elles au plus grand nombre ? à combien de personnes et pour quel avantage ? Quelle est l’attitude des grands propriétaires ? C’est à ces quelques questions qu’il s’agit de répondre ici, pour voir si les locations ont plutôt contrarié ou aggravé le mouvement de paupérisation précédemment décrit.

Une pesée du marché locatif

Malgré des lacunes importantes en matière d’amodiations, le contrôle des actes vaut toujours mieux que les liasses des notaires pour apprécier le volume global des locations. On ne retrouve en effet dans les registres des notaires d’Argences que 23 contrats parmi les 69 enregistrés entre 1762 et 1768. La plupart des habitants n’éprouvent pas le besoin d’aller devant le notaire. Les curés sont en fait les seuls à s’y rendre régulièrement, comme Pierre Michel Gouget ou François Marescot, qui profitent d’un déplacement dans l’étude du notaire d’Arg...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540