Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Deuxième partie. Accéder aux ressources

Chapitre IX. La domination seigneuriale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On commencera par examiner le rôle de l’assemblée des habitants et des officiers de village, avant de considérer la place de la justice seigneuriale. Si la puissante abbaye de Fécamp tente de protéger ou même d’élargir ses droits dans le dessein d’augmenter ses revenus, une opposition vigoureuse se manifeste. Curés et seigneurs agissent seuls ou se joignent aux habitants, non sans arrières pensées. Voyons-nous alors s’épanouir dans Argences un type de communauté indépendante de la seigneurie, à dominante paroissiale, du type de celle décrite par Antoine Follain pour tout le « Grand Ouest1 » ? Il s’agira moins ici d’établir le degré d’autonomie ou de représentativité des institutions communautaires vis-à-vis de la seigneurie, que d’évaluer leurs possibilités d’action et leur rôle dans l’accès aux ressources.

Les institutions communales

La communauté d’Argences, comme la plupart de ses homologues, n’a pas laissé beaucoup d’archives, faute d’en avoir produites ou pour avoir négligé d’en ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540