Version classiqueVersion mobile

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Deuxième partie. Accéder aux ressources

Chapitre VIII. Le temporel des religieux de Fécamp

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’abbaye bénédictine de Fécamp se classe au XVIIIe siècle parmi les premières du royaume. Elle jouit de nombreux privilèges, et sur le plan économique, de gros revenus. Ses possessions, très considérables, sont réparties en 9 baronnies1. En 1649, l’abbé de Fécamp s’en réserve deux parmi les plus riches. Les autres, y compris celle d’Argences, la plus éloignée de toutes, constituent la mense conventuelle. Grâce à cela, chaque religieux profès de l’abbaye reçoit la somme de 800 livres par an2. Dans ces conditions, le recrutement des moines prend un tour nettement aristocratique3. La puissance de l’abbaye tient aux terres exploitées mais également à ses droits de juridiction, de pressoir, de coutume, à ses halles, moulins banaux, four à ban et dîmes4. Les dîmes, en particulier, sont d’un revenu très substantiel. En 1748, Jean Charles Duval Destin obtient le revenu de la baronnie en son entier, pour 5412 livres de loyer. Au même moment, le principal de la taille d’Argences s’élève à 947...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search