Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Deuxième partie. Accéder aux ressources

Chapitre VII. Argences, son terroir et ses habitants

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les villes closes, au XVIIIe siècle, ne correspondent plus à la ville vécue1. Il y a, avec le développement des faubourgs, un au-delà des murailles, un autre cadre de référence. Les documents fiscaux définissent Caen comme un ensemble de 12 paroisses. En 1718, Sainte-Paix, soustraite à Mondeville, vient ajouter une treizième paroisse. La ville est une réalité mouvante. Peuplé de 5 000 à 8 000 habitants sous François Ier, Caen en a désormais 38 000 ou 40 000. Les définitions juridiques de la banlieue ont vieilli en même temps que la ville se métamorphosait. Au XVIe siècle, c’était avant tout le territoire d’une sergenterie, c’est-à-dire un ressort judiciaire, servant de cadre à l’activité d’un officier. Les sergents, dans ce cadre, avaient l’exclusivité de certaines actions, des exploits, significations et saisies. Ces sergenteries sont encore une réalité au XVIIIe siècle. Celle d’Argences comprend 22 paroisses. Ainsi définie, la banlieue de Caen compte 9 paroisses. Ces paroisses ne ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540