Version classiqueVersion mobile

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Première partie. L’autre pays de la préférence masculine

Conclusion de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plusieurs siècles après sa rédaction, la coutume normande est toujours, pour l’essentiel, scrupuleusement suivie. Entre époux, on ne connait dans Argences que le régime dotal. Cela réduit à peu de chose les droits de l’épouse sur les acquisitions et gains réalisés, la situation étant seulement un peu meilleure en bourgages. Les fils se partagent les immeubles tandis que les filles reçoivent seulement une donation fixée arbitrairement par leurs parents, complétée par leurs gains personnels. En Normandie, les filles ne sont pas encore tout à fait des héritières abstraites jouissant de droits égaux. Il subsiste encore un peu de l’ancienne conception coutumière, voulant que les jeunes femmes n’aient droit qu’à un établissement. Les pères en profitent pour fixer librement le montant de la donation nuptiale, en précisant que celle-ci constitue tous leurs droits et en qualifiant celle-ci de « légitime  ». Les filles ne peuvent en réalité rien réclamer de plus. Avec le temps toutefois, on v...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search