Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Première partie. L’autre pays de la préférence masculine

Chapitre VI. La tutelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La garde noble existait en Normandie et la garde bourgeoise aussi, qui accordait le revenu des immeubles au gardien en contrepartie de l’entretien des enfants1. Mais si la garde noble a semble-t-il été fréquemment accordée, la garde bourgeoise est quant à elle restée plutôt rare. Elle ne s’appliquait qu’à certaines villes. Les roturiers de la campagne, et particulièrement les hommes, avaient d’autres avantages. Le père, par droit de viduité, conservait la jouissance des biens de sa femme aussi longtemps qu’il ne se remariait pas. La question de la tutelle ou de la garde ne se posait que s’il souhaitait se remarier, ou si ses enfants possédaient d’autres biens que ceux provenant de la succession maternelle. La question de la tutelle, en définitive, se posait surtout en cas de prédécès du père. La coutume étant ici muette, un règlement de 1673 vint encadrer la pratique. Les 40 premiers articles du règlement du 7 mars 1673 disaient qui pouvait et qui devait être tuteur. Ils fixaient la...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540