Version classiqueVersion mobile

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Première partie. L’autre pays de la préférence masculine

Chapitre III. Trouver un conjoint et s’établir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La première question à soulever est celle, classique, mais toujours discutée du choix du conjoint. On verra ensuite comment, matériellement, s’effectuait l’installation du jeune ménage.

Des enfants en pouvoir de parents ?

Permise afin que l’enfant puisse régir et gouverner ses biens, l’émancipation normande ne prive pas les parents de toute autorité. Les actes d’émancipation normands, pour les filles comme pour les garçons, affirment tous que l’enfant émancipé ne peut « contracter mariage sans le gré et consentement » de son curateur1. Henriette Renée de Marguerie, fille du seigneur de Neuville, émancipée le 27 mai 1740 à l’âge de 17 ans, signe son contrat de mariage le 15 septembre de la même année2. La cérémonie se déroule le 9 novembre, en présence de son oncle, parent délégué par l’acte d’émancipation. L’affaire est ici rondement menée. Dans le cas d’un mariage aussi précoce, le choix de l’oncle comme tuteur, s’est très probablement imposé à la jeune fille. Dans un souci de contrô...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search