Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Première partie. L’autre pays de la préférence masculine

Chapitre II. Les droits des filles

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est dans le contrat de mariage que les droits des filles sont fixés par leurs parents. À Bretteville-sur-Laize, presque deux couples sur trois passaient devant le notaire1. Compte tenu de l’existence de nombreux contrats rédigés sous seing privé, c’est un nombre relativement réduit de ménages qui se dispensent d’en établir un. Ces contrats sont majoritairement passés entre un et cinq mois avant la cérémonie religieuse, avec un pic pendant les mois de novembre à janvier2. Les contrats sous signature privée ne présentent aucune différence avec les contrats authentiques. Comme vraisemblablement, ils ne sont pas mis en forme par des profanes, mais par des hommes de loi, l’explication la plus satisfaisante reste le souci de garder le secret des familles. Cette préoccupation est particulièrement forte en Normandie3. On doit observer que des conventions verbales sont également possibles et même assez fréquentes en Normandie. On s’en rend compte pendant la période révolutionnaire. L’insta...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540