Version classiqueVersion mobile

La famille normande

 | 
Jérôme Luther Viret

Première partie. L’autre pays de la préférence masculine

Introduction de la première partie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avant de porter notre regard sur Argences, il nous faut bien saisir ce que la Normandie pouvait avoir de singulier. Nulle province, dans la France coutumière, ne favorisait à ce point les garçons. Il faut franchir la Loire, gagner les provinces du Midi, la Provence ou le Languedoc, pour trouver une terre plus défavorable aux filles. En un sens, la situation était même pire en Normandie qu’en Provence. La situation de certaines veuves, désignées héritières universelles par leur mari, pouvait être dans le Midi plus avantageuse que celle de leurs homologues normandes ! La condition des filles et des épouses en Normandie n’avait rien de très réjouissant. Le constat en a été dressé, depuis longemps, sur un mode normatif. Le coup d’envoi à l’étude de la coutume normande a été donné par la publication du Très ancien coutumier, en 1839, par Anne-Ignace Marnier, sous le titre « Établissements et coutumes1 ». On a longtemps considéré le Très ancien coutumier comme le résultat d’une enquête of...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search