Desktop versionMobile Version

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Résumés des articles – Abstracts

Volltext

1Judith Becker, La valeur théologique de l’assistance sociale dans les Églises d’étrangers d’Europe occidentale

2L’article étudie la signification théologique de la diaconie et de la fonction de diacre dans l’ecclésiologie réformée dans les Églises européennes occidentales. Il se concentre sur Jean Calvin et Martin Bucer, les Églises étrangères françaises et néerlandaises de Londres et sur les Églises de Valérand Poullain à Glastonbury et à Francfort. Quelle différence éventuelle y a-t-il entre la diaconie et l’office de diacre ? Quels devoirs les diacres avaient-ils et quels droits ont-été les leurs ? Quelle était la réalité de la diaconie et de l’office de diacre inclus dans l’ecclésiologie ?

3La réponse n’est pas uniforme à ces questions parce qu’il n’y avait pas de tradition homogène réformée. Martin Bucer et les Églises étrangères de Londres accordèrent beaucoup plus de l’importance à la diaconie que Jean Calvin et, après lui, Valérand Poullain. Ils soulignèrent tous l’importance de diacres et de la diaconie, mais l’ancrage dans leur ecclésiologie et les ordonnances ecclésiastiques diffère, d’une intégration plus implicite chez Jean Calvin, à la fondation dans la définition de l’Église comme communion dans laquelle les membres de l’Église se soutiennent mutuellement dans l’ecclésiologie d’a Lasco, et à l’argumentation de Martin Bucer qui unit la vie corporelle et spirituelle.

4The paper investigates the theological significance of church social welfare and of the office of deacon in the ecclesiology in Western European Reformed churches. It focuses on John Calvin and Martin Bucer, the French and Dutch speaking London strangers’ churches and Valérand Poullain’s Glastonbury and Frankfurt churches. It asks if there was a difference between social welfare and the office of deacon, which duties the deacons had and which rights were theirs. It aims at the question: How were church poor relief and the office of deacon included in the ecclesiology?

5There is no uniform answer to this question because there was no single and homogenous Reformed tradition. Martin Bucer and the London strangers churches attached much more importance to church poor relief than John Calvin and, following him, Valérand Poullain. They all stressed the importance of deacons and church social welfare but the anchoring in their ecclesiology and church ordinances differs from a more implicit mentioning in John Calvin’s case to the foundation in the definition of the church as communion in which church members necessarily support each other in a Lasco’s ecclesiology and Martin Bucer’s argumentation with the union between bodily and spiritual life.

6Chystel Bernat, Les œuvres dans la Manne mystique de Claude Brousson : une sémiotique de l’engagement réformé sous la Révocation

7Explorant le thème des œuvres dans l’édifice littéraire de Claude Brousson, cette enquête se présente comme une approche de la définition peu ou prou équivoque que le prédicateur leur attribue dans le contexte de la crise révocatoire. En s’enquérant de la sémiotique, qui a trait au signe et au sens, l’examen vise à déchiffrer l’interprétation que Brousson a des œuvres, et tend à analyser leur articulation à son herméneutique combative. Quelles valeurs le prédicateur du Désert leur confère-t-il ? Quels usages et fonctions leur prête-t-il dans les modalités de défense de la religion réformée ? Examinant les formules hétérodoxes que lui arrache l’impératif de redressement de sa communauté, le propos vise à cerner leur place de choix dans son programme de résistance spirituelle et les effets de la politique oppressive sur sa compréhension et sa valorisation militante des œuvres.

8In developing the theme of the works in the literary production of Claude Brousson, this study presents itself as an approach of the more or less ambiguous definition that the preacher gives of the term in the context of the crisis of the Revocation. Taking semiotics into account – which is about signs and meanings –, the analysis aims at deciphering what interpretation Brousson has of the works and tends to study their position within his fighting writing. What values does the preacher of the Desert attach to them? What purposes does he attribute to them concerning the modes of defense of the Protestant religion? Examining the heterodox phrases used under the necessity of putting his community right, the intention is to define their substantial role in his program of spiritual resistance and the effects of the oppressive policy on his understanding and his militant development of the works.

9Edwin Bezzina,« La foi sans les œuvres est inutile » : Les protestants de Loudun et la pratique de la charité (1589-1685)

10L’article examine la charité dans la communauté réformée de Loudun entre 1589 et 1685, en s’appuyant sur le registre du consistoire de Loudun et sur des testaments protestants et catholiques.

11Ces documents mettent en lumière quelques différences entre le corps consistorial et les testateurs protestants à l’égard de leurs idées concernant la charité. D’une part, les testateurs ont du faire face à des impératifs plus temporels et la charité n’a pas seulement servi comme moyen d’aider l’Église ou les pauvres de leur communauté. D’un autre côté, le consistoire et les testateurs, tous ensemble, hésitaient à appliquer la bienfaisance aux catholiques ou aux institutions charitables catholiques de la ville. La charité portait une signification pour l’âme du fidèle réformé avant la mort; elle était aussi un devoir qui correspondait aux commandements bibliques ainsi qu’une nécessité spirituelle.

12Ainsi est d’abord présenté le contexte très particulier de la communauté réformée de Loudun pendant cette période, et ensuite quelques textes bibliques pertinents. Ensuite l’accent est mis sur la charité dans le corps consistorial, les mobiles et la confessionalisation de la charité, et les legs testamentaires.

13This paper examines poor relief and charity in the Reformed community of Loudun between 1589 and 1685. The analysis in this paper is based on a study of Loudun’s consistorial register as well as a body of Protestant and Catholic testaments.

14These documents shed light on several differences between the consistory and the Protestant testators in the broader congregation, specifically concerning Reformed Protestant ideas about charity in Loudun. The group of testators had to confront more worldly imperatives and thus charity for them did not serve solely as a means to assist their Reformed Church or the poor of the Reformed community. Yet the consistory and the testators together hesitated to dispense charity to Catholics in the town or to Catholic charitable institutions. Also, one finds in these documents an indirect imprint of the Protestant interpretation of the relevant verses from the Epistle of James. Charity for this community carried a significance for the soul of the Protestant believer before death; also, charity represented a duty that corresponded to biblical commands and thus, as a result, charity represented a spiritual necessity. Charity, good works, did not affect the salvation of the believer, but in the end such good works were necessary for all Christians who carried the name.

15This paper discusses first the specific context of the Reformed community of Loudun during this period, and then several relevant biblical texts, the consistory’s accent on charity, the motives for charity and its confessionalization, and finally, the data revealed in testamentary bequests.

16Didier Boisson, Œuvres et pratique du jeûne dans les Églises réformées de France (1650-1750) : principes, contestations et évolutions

17Le jeûne, rite collectif au cours duquel les membres de l’Église passent leur journée à prier, à chanter des psaumes, à écouter des sermons et à s’abstenir de boire et manger, apparaît comme un secours spirituel dans une communauté. En effet, qu’il soit ordonné par un synode national, un synode provincial ou un consistoire, il permet de maintenir le lien social entre les membres des Églises réformées et de discipliner les fidèles en particulier face aux persécutions qu’ils subissent. Cependant, le jeûne apparaît également comme un élément de controverse entre catholiques et protestants, le pasteur de Poitiers Saumuel Cottiby prenant par exemple prétexte du jeûne célébré en 1660 à la demande du synode national de Loudun pour annoncer sa conversion au catholicisme. Enfin, après 1715, les Églises du Désert célèbrent des jeûnes d’une façon beaucoup plus régulière, le jeûne étant un élément essentiel à la fois de cohésion de la communauté et de leur reconstruction pendant cette période de clandestinité.

18Fasting, a collective rite whereby the members of the Church spent the day in prayer and psalm singing, listened to sermons, and abstained from food and drink, appeared as a spiritual assistance in a community. In effect, that it was ordered by a national synod, a provincial synod or a consistory, he allowed to support social link between the members of Churches and to discipline the faithful particularly faced with the persecutions which they are subjected. However, fasting also appeared as an element of polemic between Catholics and Protestants, the pastor of Poitiers Saumuel Cottiby taking for instance pretext of the fasting celebrated in 1660 at the request of the national synod of Loudun to announce its conversion to Catholicism. Finally, after 1715, the Churches of the Desert celebrated fasting in a much more regular manner, fasting being an essential element at the same time of cohesion of the community and their reconstruction during this period of clandestine nature.

19Céline Borello, Du devoir du chrétien à l’impératif du citoyen : les œuvres dans l’homilétique du Désert (1740-1791)

20Parce qu’ils sont une des rares prises de parole publique de la communauté huguenote durant la clandestinité du XVIIIe siècle, les sermons sont une source importante de l’étude du Désert protestant. Ils sont ici utilisés afin de percevoir les différents aspects de l’homilétique concernant les œuvres. Pour une cohérence documentaire, le choix des sermons s’est arrêté sur ceux de la première dynastie pastorale du XVIIIe siècle, celle des Rabaut : Paul (1718-1794), le père, ainsi que deux de ses fils, Jean-Paul (1743-1793) et Jacques-Antoine (1744-1820). De ce corpus de trois cents textes, il ressort tout d’abord une présence polymorphe des œuvres qui se lit dans les discours de chaire, de manière directe ou indirecte : à l’occasion de certains sermons et à partir de péricopes choisies, les pasteurs exhortent les fidèles aux « bonnes œuvres » et plus particulièrement à l’aumône à la fin du culte ou bien dans le cadre de collectes dans la semaine qui le suit. Un deuxième point abordé est la signification qui est donnée aux œuvres : certes, le salut par la foi est rappelé, les œuvres étant le symbole de la foi agissante mais, à plusieurs reprises, ces dernières sont présentées comme essentielles pour le salut. Enfin, il convient de souligner que ces discours s’inscrivent dans une réflexion qui n’est pas seulement religieuse mais aussi sociale : la bénéficence prêchée par les pasteurs Rabaut est un devoir du chrétien mais aussi une responsabilité du sujet et du citoyen.

21Because they are one of rare public speaking form of the Huguenot community during the clandestine era of the 18th century, the sermons are an important source for the study of the Protestant Desert. They are used here to highlight different aspects of the homiletic in regard to Works. We chose to limit our study to sermons of the Rabaut family: Paul (1718-1794), the father, and two of his sons, Jean-Paul (1743-1793) and Jacques-Antoine (1744-1820). The corpus, comprised of 300 texts, shows a polymorphic presence of them, either directly or indirectly: in a few sermons and through biblical quotes, the ministers exhort the believers to the bonnes œuvres and to the aumône in particular at the end of the cult or through collections on the week following it. A second point is the meaning given to the Works: salvation through faith is mentioned – the Works being the symbol of an active faith – but, on different occasions, the Works are also introduced as essential elements of salvation. Finally, the last point to be underlined is that these speeches join a reflexion which is not only religious but also social: the bénéficence preached by the Rabaut ministers is a duty for the Christian but also a responsibility for the subject and the citizen.

22Marianne Carbonnier-Burkard, Visiter les malades : une œuvre de charité en version réformée, selon le pasteur Charles Drelincourt (1595-1669)

23Œuvre de miséricorde traditionnelle, la visite des malades a été changée par la Réformation du XVIe siècle, en s’émancipant de l’« art de mourir » médiéval et du système des bonnes œuvres. Elle est devenue une pratique de consolation fraternelle et pastorale. C’est cette pratique qui est mise en scène dans les Visites charitables du pasteur Charles Drelincourt, au milieu du XVIIe siècle. La comparaison avec la visite des malades dans un manuel jésuite analogue, fait apparaître les spécificités confessionnelles, en particulier la désacralisation et la décléricalisation de la visite réformée des malades.

24Work of traditional mercy, the visit to the patients was changed by the Reformation during the 16th century, emancipating itself from the medieval “art of dying” and the system of the good works. It became a practice of brotherly and pastoral consolation. This practice is staged in Charles Drelincourt’s Visites charitables, in the middle of the 17th century. The comparison with the visit to the patients in a similar Jesuit guide, created the denominational specificities, in particular the desecration and the declericalization at work in the reformed visit to the patients

25Philippe Chareyre, Les Dames protestantes de la miséricorde et la naissance d’un diaconat féminin à Nîmes au XVIIe siècle

26Les visiteuses de l’hôpital, dès les années 1580, puis les dames de la charité protestantes à partir des années 1660, citées au fil des délibérations consistoriales n’ont pas laissé de traces écrites de leur activité. Elles ont cependant constitué une cheville ouvrière de l’action charitable de l’Église réformée de Nîmes. Relais féminin du consistoire, elles font preuve d’une grande souplesse face aux interdictions administratives successives et aux évolutions de la pauvreté, témoignant d’un grand élan chrétien d’assistance qui préfigure le diaconat féminin, et l’importance des œuvres dans la ville du XIXe siècle.

27The women visitors of the hospital from the 1580s and the Protestant ladies of charity from the 1660s listed over the deliberations of the consistory of Nimes have left no written records of their activity, nevertheless they constituted one of the linchpins of the poor relief of the Reformed Church of Nimes. Female relay of elders and deacons, they show great flexibility in responding to successive administrative bans and changes in poverty, reflecting in the city a big boost Christian assistance for the poor that prefigures the female diaconate and importance of poor relief in the nineteenth century city.

28Luc Daireaux, Les « bonnes œuvres » dans la prédication réformée française des années 1630 aux années 1680

29Le propos revient d’abord sur le thème des « œuvres » tel qu’il est présenté et commenté par les prédicateurs réformés français du deuxième tiers du XVIIe siècle. Conformément au message calvinien mais en y apportant une coloration propre au Grand Siècle, les pasteurs tiennent un discours paradoxal, insistant sur la justification par la foi seule tout en exhortant aux « bonnes œuvres ». La deuxième partie de l’article considère les années 1660-1684, celles de la « réduction » du protestantisme en France. Le thème des « bonnes œuvres » prend alors une tonalité particulière. Dans une France réformée étranglée, les « ministres de la Religion prétendue réformée », bien conscients des « malheurs » et autres « afflictions » qui touchent le « petit troupeau », défendent la pratique de la charité et de la repentance, seul moyen d’apaiser la colère divine. Les souffrances constituent une école de la « persévérance », vertu devenue commune après la révocation de l’édit de Nantes et le départ de la plupart des pasteurs pour les pays du Refuge.

30First this account focuses on the theme of “deeds” as presented by French reformed preachers in the last part of the 17th century. Preachers seem to have a paradoxical speech : according to Calvinist creed they insist on justification by faith alone. But they also call to “good works”, maybe a sign of the times of the “Grand siècle”. The second part of the account deals with the period 1660-1684, years of the “reduction” of Protestantism in France. Here, talking about “good works” takes specific meaning as in French reformers’ community on the verge of disappearance, Ministers of the ‘so called Reformed Church’ conscious of ‘miseries and other afflictions’ bared by the “small Lord’s flock” are defenders of the practice of charity and penitence, these being the only way to calm God’s wrath. Thus, suffering becomes a ‘school of perseverance’, a virtue common after the revocation of the Edit de Nantes and the exile of most preachers towards countries of the Huguenot Refuge.

31Timothy Fehler, Le diaconat inconnu de l’Emden réformée : le consistoire et la découverte des « diacres des domestiques de la foy »

32Bien qu’Emden ait été connue comme la « Genève du nord » à la fin du XVIe siècle, l’existence, en son sein, d’une institution caritative spécifiquement reformée était ignorée jusqu’à récemment. Une lecture méticuleuse des registres du consistoire, en les comparant aux livres de comptes diaconaux et des ordonnances ecclésiastiques révèle qu’Emden a eu en fait trois diaconats séparés pendant un certain temps. Ce troisième diaconat, qui se fait appeler les « Diacres des Domestiques de la foy », souligne une tentative par certains, dans la direction de l’Église d’Emden, de mettre en application une conception idéale de la théologie réformée, celle des « domestiques de la foi », pour interroger les principes de bienfaisance. En identifiant l’existence de ce diaconat, les problèmes de sa création et impossibilité à survivre, nous gagnons en compréhension sur les buts et les programmes des administrateurs charitables d’Emden dans les premières décennies de la Réforme. Cette histoire illustre les avantages et les pièges de la richesse des sources que sont les registres du consistoire. Dans la deuxieme partie de l’article, il s’agit de mieux comprendre les manières dont les ministres ont tenté d’employer les divers diaconats suivant les conceptions religieuses rivales de la communauté réformée. Certaines de ces rivalités se situaient entre les diacres des Haussitzenden – avec leurs « pauvres communs et sauvages » – et les diacres des Domestiques de la foi – avec leurs « pauvres membres du Christ » ; d’autres entre les diacres locaux (Haussitzenden) et les diacres étrangers (Fremdlingen) avec les problèmes créés par l’afflux des réfugiés ; enfin entre les diacres et les pauvres francophones et néerlandophones dans le diaconat des Fremdlingen. Cependant, cette rivalité diaconale, offre des perspectives sur les différentes visions compétitives de la Réforme à la fin du XVIe siècle à Emden.

33Although Emden was known as the “Geneva of the North” in the second half of the 16th century, the existence of one particularly “Reformed” poor relief institution in the town was unknown until recently. This article describes the source problem that led to the discovery of a previously unknown moment in Emden’s Reformed social welfare. A careful reading of the consistory records in comparison with surviving diaconal account books and church ordinances, reveals that Emden, in fact, had three separate diaconates for a time, not merely the two which are traditionally identified. This third deaconate, the so-called “Deacons of the Household of Faith,” reveals to us an attempt by some in Emden’s leadership to implement an ideal Reformed theological conception, that of the “household of faith,” into questions of charitable provision. Recognizing the existence of this diaconate, the problems surrounding its creation, and its ultimate failure to survive, enables us now to gain a fuller understanding of the goals and programs of Emden’s charitable leaders in the early decades of the Reformation. Thus, this story illustrates the benefits and pitfalls of such rich sources as the consistorial accounts.

34The second section of the article highlights the ways that the church leadership attempted to use the various diaconates to handle the practical concerns of charity in light of conflicting religious conceptions of the Reformed community. Some of the rivalries were between the “common, wild poor” of the so-called “Haussitzenden” Deacons and the “poor members of Christ” cared for by the Deacons of the “Household of Faith”; between the Haussitzenden (local) and Fremdlingen (foreign) deacons over problems created by the influx of refugees; between French-speaking and Dutch-speaking deacons within the Fremdlingen Diaconate. Therefore, this diaconal rivalry offers insights into several Reformed conceptions of community that were competing in the late 16th century.

35Carole Gabel, De l’assistance à l’entraide : la fondation de la Fraternité d’Oloron-Ste-Marie par le pasteur Albert Cadier (1879-1929)

36Albert Cadier est né le 23 février 1879 à Osse-en-Aspe, petit village des Basses-Pyrénées. Après ses études de théologie à la faculté de Montauban et de Genève, il est appelé par son père pour devenir son suffragant à l’Église d’Osse-en-Aspe. À peine nommé suffragant, Albert Cadier entreprend très vite d’évangéliser la vallée d’Aspe. Cependant, cette tentative se solde par un échec et c’est vers les populations espagnoles établies à Oloron-Sainte-Marie qu’il se tourne.

37Influencé par le mouvement du « Réveil » et notamment par la théologie d’Alexandre Vinet, auquel il consacre sa thèse intitulée Vinet et le principe du socialisme, Albert Cadier s’inspire également de l’initiative prise quelques années plus tôt par Toribio de la Cruz, fondateur à Oloron-Sainte-Marie de la « Española », première société de secours mutuels pour les étrangers reconnue en France. Pourtant, en 1901, la situation financière du comité qui le soutenait se dégrade, ce qui l’oblige à rentrer en Espagne.

38Au printemps 1905, Albert Cadier est invité par sa belle-sœur, épouse de l’avocat Henri Cadier installé à Oloron depuis 1903, pour présider l’École du Dimanche qui se tient chez le couple. À cette occasion, le jeune pasteur rencontre plusieurs familles qu’il visite régulièrement. Il est alors confronté à leur misère et pour pallier leurs difficultés, il fonde la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie. Si dans un premier temps, l’assistance est le moyen le plus efficace pour soulager la misère, le but de cette structure est de responsabiliser l’individu afin que peu à peu, l’entraide entre les membres devienne le point d’ancrage de cette œuvre.

39Albert Cadier was born in February 23rd of 1879 at Osse-en-Aspe, small village of “Basses-Pyrénées”. After theology studies at the faculty of Montauban and Geneve, he was called by his father to become his pastor-assistant at Osse-en-Aspe church. Hardly called pastor-assistant at Osse-en-Aspe, Albert Cadier quickly tried to convert to gospel the Aspe valley. However, this attempt was an unsuccessful, and he tried with the Spanish population in Oloron-Sainte-Marie.

40Fascinate by “Réveil” movement, and especially by Alexandre Vinet theology, which he consecrated the writing of his book Vinet et le principe du socialisme, Albert Cadier was also inspired by Toribo de la Cruz, who created, in Oloron-Sainte-Marie, the “Española”, first foundation that help recognized foreigners in France. Nevertheless in 1901 the economic situation of his support became bad, and he had to go back to Spain.

41In spring 1905, Albert Cadier was invited by his sister-in-low, wife of the advocate Henri Cadier who was living in Oloron since 1903, to take the lead of “Sunday’s school” that take place at the home couple. At this moment the young pastor will meet several families that he will sometime visit and he got aware of their poverty, and so he made Oloron-Sainte-Marie “Fraternity” to answer their difficulty. If, in the first time, the assistance is the most efficient to relieve their misery, this foundation intend to give us responsibilities in order that its members become the cement of this institution.

42Alain Joblin, L’aide aux pauvres dans l’Église réformée de Calais au XVIIe siècle

43L’étude des communautés protestantes du Nord de la France sous l’Ancien Régime se heurte à la rareté des sources. Aussi, il est intéressant de présenter et d’analyser les quelques vestiges qui nous sont parvenus. C’est le cas du « registre des pauvres » tenus par les diacres de l’Église de Calais d’avril 1661 à juillet 1681. Ce registre est actuellement conservé à la Bibliothèque de la Société huguenote de Londres sous le titre : « The Poor Relief Account Book of Guines ». La source est précieuse car, au-delà des informations sur la vie quotidienne des huguenots calaisiens qu’elle livre, le chercheur peut découvrir une politique d’assistance aux pauvres ambitieuse et variée. L’Église venait ainsi en aide aux nécessiteux victimes de nombreuses crises frumentaires, aux orphelins, aux veuves et aux étrangers de passage dans la région qu’ils soient protestants ou non. Il faut remarquer la place laissée dans cette aide à l’école et à l’apprentissage, la finalité protestante de cette politique des « œuvres » étant de privilégier le travail à l’aumône. Des comptes précisément tenus révèlent l’origine de l’argent rendant possible cette politique : il s’agissait, pour l’essentiel de « cueillettes » réalisées à l’occasion du culte dominical. L’objectif est donc de présenter une politique de « bonnes œuvres » organisée et vécue au quotidien.

44The study of northern Protestant communities in Modern France comes up against the rarity of sources. As a consequence, it is interesting to present and analyze the rare examples that remain. For example the “register of the poor people” held by the deacons of the Church of Calais from April, 1661 until July, 1681, kept in the library of The Huguenot Society of London under the title: “The Poor Relief Account Book of Guines”. The source is precious because, beyond the information on the everyday life of the Huguenots from Calais, it shows an ambitious and diverse policy to assist the poor. Indeed, the Church helped them through subsistance crises but also took care of orphans, widows and foreigners passing through, regardless of their religion. It is worth noticing the importance of school and apprenticeship, the Protestant purpose of this “works policy” being to place work before charity. Very detailed paperwork reveal the origin of the money funding this policy: it originated for the most part from “pickings” realized during the cult on sundays. This contribution presents a policy of “good works”, organized in a day to day context.

45Hélène Lanusse-Cazalé, L’Asile protestant d’Orthez : des femmes à l’œuvre (1852-1905)

46Aux lendemains de la reconnaissance officielle du protestantisme, les œuvres charitables protestantes se développent fortement en France sous l’effet du Réveil. L’Asile protestant d’Orthez, fondé en 1852, recueille de jeunes orphelines ou filles « exposées à de funestes influences » ainsi que des vieillards et des malades. Aux côtés des pasteurs et des conseillers presbytéraux, les femmes, et plus particulièrement les diaconesses, prennent part à la gestion quotidienne de l’établissement. Modèles de piété, celles-ci participent à la diffusion quotidienne d’une morale chrétienne. Leur professionnalisation est également un facteur de l’émancipation progressive des femmes.

47After a century of persecutions and clandestineness, the French Revolution and the organic articles of the 18th germinal year X reintegrate protestants into society. The charitable institutions help bring about the restauration of a religious minority group. In Bearn, protestant orphans, old people and sick persons find refuge in the Asile protestant d’Orthez, which was founded in 1852. Alongside ministers and church council, protestant women, especially deaconesses, play a key role in the daily management of the establishment. Models of piety, the latter contribute to the spread of Christian morality. Their professionalization also participate to the emancipation of women.

48Amélie Lecoq, « Mériter son salut : enjeux des œuvres dans les enseignements du Séminaire français de Lausanne (XVIIIe siècle) »

49Durant le XVIIIe siècle, le calvinisme se transforma et s’adoucit pour mettre en valeur la liberté humaine. Les enseignants du Séminaire de Lausanne (1726-1812) sont soupçonnés d’avoir favorisé la diffusion de théories sociniennes et arminiennes auprès de leurs élèves français et d’avoir propagé ces idées au Désert et dans les Églises. Peut-on dire que les leçons évoluèrent comme le protestantisme réformé en Europe ?

50À l’aide de notes de cours d’étudiants et de l’ouvrage de Samuel Secretan (La Théologie chrétienne, 1774) qui leur était fourni, on peut définir le mot « œuvre » en tant qu’un acte mais aussi une pensée, une appartenance à une communauté de chrétiens obéissant à la loi divine. Toutefois, le mot perd quelque peu de son sens religieux en tant qu’acte de la conscience plutôt qu’acte inspiré par la figure divine. Cela signifie-t-il que les œuvres confèrent à l’homme le salut ? Le professeur répond en protestant : les hommes ne méritent pas leur salut par les œuvres. Mais ils doivent accomplir des œuvres pour leur salut. Ainsi la doctrine enseignée au Séminaire, bien que simplifiée, se rapproche des autres courants calvinistes en Europe qui formulent une nouvelle orthodoxie, un protestantisme raisonné.

51In the 18th century, European Calvinism was getting softer, shifting the emphasis on freewill. The teachers of the Lausanne Seminary (1726-1812) are usually said to have been Socinian or Arminian, and therefore to have spread these heterodox ideas in the French Desert and Churches. Have the lessons changed in the same way as European Calvinism?

52Using the students’ notes and the book they were provided with (La Théologie chrétienne, S. Secretan, 1774), one can grasp the meaning of the word “charities”. It is not only about acting, but also about thinking, praying, being part of Christian community abiding by God’s law. Nevertheless, the word is quite deconsecrated, being more an act generated by conscience, than an act of God. Men might be sanctified with their charities. But can charities grant someone salvation? Samuel Secretan answers according to the Calvinist doctrine: men cannot deserve their salvation with charities. However, men need to perform charities, for they are a way to reach salvation. It seems that the doctrine taught in the Lausanne Seminary, abbreviated as it may be, is no different from European Calvinism, which conveys another kind of orthodoxy, a reasonablenesse Protestantism.

53Françoise Moreil, « De la foi et des bonnes œuvres » dans la principauté d’Orange (XVIe-XVIIe siècles)

54Dans les archives protestantes de l’ancienne principauté d’Orange, deux séries de comptes subsistent qui concernent les recettes et dépenses en faveur des pauvres pour les années 1607-1610 et l’année 1685. Les trésoriers ont inscrit le nombre de pauvres, avec, parfois, quelques renseignements (âge, sexe, professions...) et le montant des aumônes distribuées. La catégorie la plus nombreuse (plus de 200 personnes) est formée d’hommes seuls qui reçoivent, au minimum, un sol chacun. La deuxième est constituée des pauvres de la ville (soit une dizaine de personnes qui touchent 66 livres environ au total). On trouve aussi des femmes, des soldats, des maîtres d’école...

55En 1685, la caisse sert surtout à régler les dettes de l’Église ; l’argent distribué pour quarante pauvres. Les recettes viennent des quêtes et des legs des testaments. La charité prend une place importante dans la vie de la communauté par le montant des sommes, la gestion et le temps consacré aux indigents pour le pasteur, les diacres et les anciens.

56The protestant archives of the former Principality of Orange possess two account books, which contain the receipts and expenditures for poor relief during the years 1607-10 and 1685. The treasurer recorded the total number of impoverished individuals along with the occasional notations (age, gender, profession, etc.) and the sum distributed to each person. The largest category of the poor (more than one hundred persons) was single men, each of whom received at least one sol. The second greatest category was the poor from the town of Courthézon (a dozen or so individuals who, altogether, received 66 livres). Among the other impoverished persons whom the church assisted were women, soldiers and school masters.

57In 1685, the poor fund was used to pay the debts owed by the church and to distribute money to some forty persons. The receipts came principally from the collection held at the end of the worship service and from testamentary legacies. Charity occupied an important place in the life of the community in terms of the amount of money, its administration and the time devoted to the indigent by the pastors, elders and deacons.

58Didier Poton, Le « comité » et l’assistance aux pauvres à La Rochelle au XVIIIe siècle (1775-1792)

59Entre 1755 et 1761, les protestants de La Rochelle se dotent d’un règlement ecclésiastique qui confie le gouvernement de l’Église à un « comité ». Le dépouillement des sept petits cahiers où sont transcrites les notes prises par les secrétaires successifs de cette institution permet d’appréhender son action. Un comptage des affaires débattues aboutit à conclure que l’assistance aux pauvres domine avant l’encadrement ecclésiastique. Dans un contexte où la pratique cultuelle se déroule au sein de trente-huit « sociétés », fruit d’un compromis entre les élites réformées et les représentants de la monarchie pendant la guerre de Sept Ans, il semble bien que l’assistance s’impose comme un élément d’unité et de dynamisme d’une communauté qui fonde le seul hôpital protestant du royaume dans cette période et dont une bonne part du fonctionnement repose sur le travail de diaconesses, épouses ou veuves de grands négociants. L’exemple rochelais permet de mettre en évidence le processus qui voit émerger la pratique de la philanthropie portée par des élites, ici de confession réformée, qui défendent de plus en plus ouvertement une politique de sécularisation de l’assistance aux pauvres.

60Between 1755 and 1761 the Protestants of La Rochelle are establishing ecclesiastical rules entrusting the government of the church to a “committee”. The perusal of the seven small books where are transcribed notes taken by the successive secretaries of this institution helps in understanding its action. A counting of the discussed cases shows that the assistance to the poor people dominates before the ecclesiastical supervision. In a context where the religious practice takes place within 38 “societies”, results of a compromise between the reformed elites and the representatives of the monarchy during the Seven Years’ War, it seems good that the assistance stands out as an element of unity and dynamism of this community, building at the time the only Protestant hospital of the kingdom and relying for it on a good part on the work of deaconesses, wives or wifes of big traders. The example of La Rochelle allows to highlight the process which sees the emergence of philanthropy supported by elites, Protestant in this case, increasingly defending policies allowing the secularization of the assistance to the poor.

61David Tournier, Le protestantisme mulhousien et ses œuvres au XIXe siècle : éthique et pragmatisme (1798-1870)

62Cette contribution se propose de questionner, à travers l’exemple mulhousien du XIXe siècle, l’influence de l’émulation interconfessionnelle sur les œuvres protestantes, leur déclinaison et leur évolution. Le rattachement de Mulhouse à la France en 1798 fait subitement entrer la cité réformée dans un espace alsacien multiconfessionnel, et le développement rapide des industries coïncide avec l’afflux massif d’une main-d” œuvre catholique que les fabricants, en charge des affaires municipales, s’efforcent très tôt de prendre en charge dans la veine idéologique de la philanthropie libérale.

63Nourries au terreau du Réveil, ces œuvres charitables demeurent localement marginales dans la première moitié du siècle. La charnière de 1850 constitue un point de bascule, sous le double effet d’une brusque prise de conscience du danger politique issu de 1848, et d’une évolution du rapport de force entre les protestants et le camp catholique, qui rassemble désormais les deux tiers de la population urbaine et commence à développer ses propres œuvres.

64En lieu et place du rationalisme municipal, prévaut désormais le principe ségrégationniste. Une émulation entre confessions s’instaure, et débouche sur une symétrie des institutions et des œuvres dispensées de part et d’autre de la frontière confessionnelle. Les préoccupations sotériologiques amènent l’action charitable à se recentrer sur la seule communauté d’appartenance, même si le modèle d’un piétisme vindicatif et anti-catholique n’est finalement pas adopté par la municipalité protestante, soucieuse de préserver l’esprit de concorde.

65This contribution is intended to discuss, through the example of Mulhouse in the 19th century, the influence of the emulation between religious denominations on Protestant charitable institutions, their specificity and evolution. The reunion of Mulhouse with France in 1798 abruptly incorporated the reformed city within the pluri-denominational area of Alsatia, and the rapid development of industries was attended by the massive influx of a Catholic workforce, whom the manufacturers in charge of civic responsibilities, soon endeavoured to take care of along the ideological line of liberal philanthropy.

66The turning point of 1850 resulted in a swing to one side, under the twofold effect of a sudden awareness of the political danger resulting from 1848, and of a change in the balance of power between the Protestants and the Catholic party which by then included two thirds of the urban population and began to develop its separate contribution.

67Superseding civic rationality, what then prevailed was the segregationist principle. A rivalry between denominations developed, and the outcome was the symmetry between institutions and activity on the two sides of the denominational borderline. The concern with soteriology led to the displacement of charitable intervention within the limits of the denominational community, even though the pattern of aggressive anti-catholic pietism was finally not adopted by the Protestant civic authorities, intent on preserving the spirit of concord.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search