Version classiqueVersion mobile

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Troisieme partie. Structures d'assistance modernes et contemporaines

De l’assistance à l’entraide : la fondation de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie par le pasteur Albert Cadier (1879-1929)

Carole Gabel

Résumé

Albert Cadier est né le 23 février 1879 à Osse-en-Aspe, petit village des Basses-Pyrénées. Après ses études de théologie à la faculté de Montauban et de Genève, il est appelé par son père pour devenir son suffragant à l’Église d’Osse-en-Aspe. À peine nommé suffragant, Albert Cadier entreprend très vite d’évangéliser la vallée d’Aspe. Cependant, cette tentative se solde par un échec et c’est vers les populations espagnoles établies à Oloron-Sainte-Marie qu’il se tourne.
Influencé par le mouvement du « Réveil » et notamment par la théologie d’Alexandre Vinet, auquel il consacre sa thèse intitulée Vinet et le principe du socialisme, Albert Cadier s’inspire également de l’initiative prise quelques années plus tôt par Toribio de la Cruz, fondateur à Oloron-Sainte-Marie de la « Española », première société de secours mutuels pour les étrangers reconnue en France. Pourtant, en 1901, la situation financière du comité qui le soutenait se dégrade, ce qui l’oblige à rentrer en Espagne.
Au printemps 1905, Albert Cadier est invité par sa belle-sœur, épouse de l’avocat Henri Cadier installé à Oloron depuis 1903, pour présider l’École du Dimanche qui se tient chez le couple. À cette occasion, le jeune pasteur rencontre plusieurs familles qu’il visite régulièrement. Il est alors confronté à leur misère et pour pallier leurs difficultés, il fonde la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie. Si dans un premier temps, l’assistance est le moyen le plus efficace pour soulager la misère, le but de cette structure est de responsabiliser l’individu afin que peu à peu, l’entraide entre les membres devienne le point d’ancrage de cette œuvre.

Texte intégral

  • 1 Cadier A., Credo, Paris, Société centrale évangélique, 1918, p. 65.

1« Chacun gardien de son frère : telle est la loi divine de la justice sociale1. » Cette phrase rédigée par Albert Cadier dans Credo, ouvrage qu’il publie au sortir de la Première Guerre mondiale, résume la pensée sociale et explique en partie les actions que ce pasteur mène durant toute sa vie.

2Albert Cadier est né le 23 février 1879 à Osse-en-Aspe, petit village des Basses-Pyrénées. Après des études de théologie à la faculté de Montauban et de Genève, il est appelé par son père pour devenir son suffragant à l’Église d’Osse-en-Aspe. Il y est ensuite consacré le vendredi 4 août 1905 et en devient le pasteur en 1906. Cependant, Albert Cadier influencé par le mouvement du « Réveil » et par le christianisme social fut surtout un fondateur. En effet, en plus de ses activités pastorales, il crée en 1905 une mission d’évangélisation franco-espagnole, la Mission française du Haut-Aragon. Celle-ci malgré la maladie qui frappe son fondateur en 1913 et la mort de celui-ci en 1929 connaît un développement important.

  • 2 Plusieurs postes missionnaires sont fondés dans le Haut-Aragon à Jaca, Monzón, et Barbastro. Elle (...)

3Cette mission a la particularité d’avoir un double champ d’action transfrontalier. Elle touche en premier lieu des Espagnols vivant en France, essentiellement à Oloron-Sainte-Marie, sous-préfecture des Basses-Pyrénées ; mais aussi, des familles vivant dans le Haut-Aragon en Espagne, grâce à la fondation de postes missionnaires dotés d’une école et organisés sur le modèle de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie2.

  • 3 Cadier A., « Nos Fraternités », l’Etoile du Matin, octobre 1922, no 30, p. 291.
  • 4 Baubérot J., Histoire du protestantisme, Paris, PUF, « Que sais-je », 6e éd., 2007, p. 109.
  • 5 Gilson M., « Une minorité protestante en action : la charité protestante en France XIXe-XXe siècle (...)

4La Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie une « pépinière de chrétiens3 », selon son fondateur, ne s’adresse pas uniquement aux Espagnols, mais est fondée en grande partie pour eux. Cette œuvre s’inscrit dans le mouvement du christianisme social, et répond parfaitement aux critères définis par Jean Baubérot : « L’évangélisation s’effectue dans des “Solidarités” ou des “Fraternités” à la fois lieux de culte et ensemble d’installations à but social, culturel et récréatif4. » La Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie est une entreprise d’évangélisation, dont le but est de faire connaître l’Évangile, mais qui doit également apporter une aide matérielle aux plus démunis. À ses débuts, celle apportée par la Fraternité repose sur ce qu’appelle Martha Gilson, « le schéma vertical de l’assistance5 » qui consiste pour les familles les plus aisées à consacrer un peu d’argent à celle qui en ont besoin. Pourtant, cette assistance se transforme rapidement en une entraide mutuelle, dans laquelle chaque membre participe selon ses moyens à soutenir les autres membres.

  • 6 Cadier A., Vinet et le principe du socialisme, Genève, Imprimerie du journal de Genève, 1904, 93 p
  • 7 Cadier A., Credo, Paris, Société centrale évangélique, 1918, 231 p. ; Introduction au Nouveau Test (...)

5Cette étude repose sur une riche documentation déposée par les héritiers des directeurs de l’œuvre, Albert Cadier, puis de son bras droit et successeur Jacques Delpech mais aussi par l’Église réformée d’Osse-en-Aspe, auprès du Centre d’Étude du Protestantisme Béarnais, dans les locaux des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques. Le corpus comprend des archives manuscrites : correspondances, carnets de notes, manuscrits de conférences, plusieurs registres de l’Église réformée d’Osse-en-Aspe ; mais il est composé également de documents publiés parmi lesquels L’Étoile du Matin, revue de la Mission fondée en 1909, et divers ouvrages rédigés par Albert Cadier. Parmi ceux-ci, sa thèse Vinet et le principe du socialisme6, plusieurs essais de théologie rédigés à destination du grand public et quelques brochures sur l’œuvre d’Oloron-Sainte-Marie ou la Mission française du Haut-Aragon7. De plus, les archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie constituées essentiellement des registres des procès-verbaux de l’Assemblée générale, du Conseil de l’Église, puis d’administration et du Conseil des chefs de famille fournissent des renseignements nombreux et précis sur la structure et le fonctionnement quotidien de cette organisation.

Albert Cadier : un pasteur aux préoccupations sociales

6Albert Cadier est le quatrième des sept enfants du couple Alfred Cadier-Hélène Bost. Il est fils et petit fils de pasteur, descendants d’une lignée huguenote qui a résistée au Désert comme en témoigne cette lettre qu’il reçoit de son grand-père :

  • 8 Archives départementale des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), Centre d’Étude du Protestantisme Béarnais (...)

« Je descends de ces bons huguenots [...] La foi s’était conservée dans la famille et lorsque la liberté de conscience fut proclamée en 1789, ils se trouvèrent en nombre protestants8. »

  • 9 De gauche à droite au premier plan : Margueritte, Mary (dans la photo encadrée) Édouard, l’épouse (...)

Ill. 1. – ADPA, CEPB, 60 J 205, photographie de la famille Cadier (s. d.)9.

  • 10 Paul Reuss qui préparait le concours d’entrée à l’École d’Électricité de Lille fut tué six au cour (...)

7Parmi les sept enfants vivants du couple Alfred Cadier-Hélène Bost, trois des cinq garçons deviennent pasteurs : George, Albert et Charles. On compte également un avocat Henri, et un ingénieur, puis industriel Édouard. L’ainée des filles Mary épouse Louis Mabille missionnaire au Lesotho, tandis que la dernière de la famille Marguerite se marie avec Paul Reuss, ami de son frère Édouard10.

8Albert poursuit ses études au lycée de Tournon de 1891 à 1897. Il passe ensuite deux ans à l’école des Batignolles, école préparatoire de théologie, avant d’étudier à la faculté de théologie de Montauban et deux ans à celle Genève où il obtient des résultats moyens. Son bulletin daté de 1903 indique :

  • 11 ADPA, CEPB, 60 J 50/36, bulletin d’études et de conduite d’Albert, 17 juillet 1903.

« Nous attendons de C. [Cadier] de meilleurs examens. En reconnaissant les avantages des sports, nous ne pouvons nous empêcher de penser que leur préoccupation joue sur C. un rôle exagéré et empiètent sur le travail de la pensée. À coté de l’énergie physique, le pastorat demande une énergie d’étude, de méditation, de renoncement d’activité terre à terre, que la montagne ne donne pas11. »

  • 12 Cadier A., Vinet et le principe du socialisme, op. cit, 1904, 93 p.
  • 13 Idem., p. 75.

9Très influencé par le mouvement du « Réveil » et notamment par la théologie d’Alexandre Vinet, il décide de lui consacrer sa thèse soutenue en 1904 à Montauban. Dans son étude intitulée Vinet et le principe du socialisme12, il affirme la nécessité de lier le domaine social et spirituel. En effet, selon lui : « Le philanthrope est affligé d’une aberration sans nom, qui se préoccupe du bien-être temporel de ses semblables, qui consent à donner jusqu’à son nécessaire et qui néglige leur état spirituel, indifférent quant à leurs rapports avec Dieu, seule chose d’une importance absolue13. »

  • 14 Élie Gounelle (1865-1950) a été l’un des initiateurs du christianisme social. Il a notamment fondé (...)
  • 15 Wilfred Monod (1867-1943) fut l’un des pionniers du christianisme social. Voir Encrevé A., Témoign (...)

10Albert Cadier est également proche du christianisme social comme le démontre sa thèse qui reprend des arguments avancés par deux figures essentielles de ce mouvement : Élie Gounelle14 et « l’adepte convaincu du christianisme social Wilfred Monod15 ». Pour convaincre du lien entre les questions morales et religieuses, il cite longuement les deux hommes :

  • 16 Cadier A., Vinet et le principe du socialisme, op. cit., 1904, p. 84.

« Ce soir même, écrit Élie Gounelle, dans une maison ouvrière où j’exhortais une mère de six enfants à bien se conduire et à se confier en Dieu, la femme – sans la moindre malice, et par la seule force de l’hypnotisme et de la misère, – me dit simplement : “Il nous faut 34 pains par semaine, monsieur !” C’est tout ce que j’ai pu tirer d’elle. On répond pain à qui parle Dieu. Notre conviction est ferme ici, ajoute-t-il, et nous disons avec Wilfred Monod : “Actuellement le problème économique est le problème. L’Église végètera, désormais, jusqu’à ce qu’elle proclame ce principe et agissent en conséquence. Hier, elle pouvait avoir une autre mission, demain elle aura un message différent : aujourd’hui, son mandat est clair”16. »

  • 17 Cadier-Rey G., « Radioscopie d’une famille protestante sur un siècle », Bulletin de la Société de (...)

11Albert ne fait pas exception, parmi les frères Cadier comme le souligne Gabrielle Cadier-Rey : « L’aspect social est inséparable de la dimension évangélique : il s’agit de libérer l’homme de sa misère – physique ou spirituelle17. »

  • 18 ADPA, CEPB, 60 J 50/41, programme de la fête du centenaire et de la consécration du pasteur, Églis (...)

12Dès sa sortie de la faculté, Albert Cadier est appelé par son père pour être son suffragant à l’Église d’Osse-en-Aspe. Il y est ensuite consacré le vendredi 4 août 1905 dans le cadre de la fête du centenaire de la reconstruction du temple18 avant d’en devenir le pasteur en 1906, non sans faire l’objet de quelques observations de la part du Conseil presbytéral :

  • 19 ADPA, CEPB, 60 J 612/11, registre des délibérations du Conseil presbytéral de l’Église réformée d’ (...)

« Avant de proposer à l’Assemblée de choisir pour pasteur M. Albert Cadier, il [le Conseil presbytéral] présente à son candidat quelques observations relatives aux admonestations qu’il a adressées du haut de la chaire, depuis le jour de sa consécration, et aux allusions qu’il a faites, au cimetière, à nos frères de l’Église romaine. Il tient à ce que ces choses-là ne se renouvellent pas, étant donné la grande amitié qui existe entre catholiques et protestants dans le village d’Osse, et les malentendus inévitables qu’elles créeraient. Heureux d’accueillir ces critiques dont il reconnaît l’importance, M. Albert Cadier qui, le matin même s’est présenté à l’Église comme un combattant malgré lui du catholicisme romain, promet néanmoins de ne plus l’attaquer du haut de la chaire d’Osse et de n’y jamais faire allusion au cimetière de la dite commune, à condition qu’il puisse flageller librement toutes les autres manifestations du péché. Le Comité directeur approuve cette attitude, et se réjouira toujours de toutes les conquêtes que M. Albert Cadier pourra faire sur le catholicisme dans les autres communes de la circonscription et même au-delà19... »

  • 20 Papy M., « Une période vivante de l’histoire du protestantisme en Béarn : La communauté protestant (...)

13Les remarques du conseil presbytéral s’expliquent facilement. De fait, Albert Cadier fait preuve d’un anti-catholicisme tant dans ses écrits que dans certains de ses sermons. Pour Michel Papy, l’attitude du pasteur s’explique par « le reproche fait à l’Église Romaine de laisser le peuple dans l’ignorance de la parole de Dieu en lui refusant le contact direct avec l’Évangile, et la Bible en général20 ». Or, le Conseil presbytéral de l’Église d’Osse-en-Aspe désire préserver le calme avec ses voisins catholiques. Leur pasteur qui a entrepris un travail d’évangélisation en dehors de son village natal est prié de faire de la controverse en dehors de sa commune.

Face à la pauvreté : une prise de conscience immédiate

  • 21 ADPA, CEPB, 60 J 610/2, notes manuscrites d’Albert Cadier pour les conférences de rentrée d’Urdos (...)

14Albert Cadier décide très vite d’évangéliser la vallée d’Aspe. Dès 1904, il offre des séries de conférences à Urdos et Borce comme en témoignent plusieurs manuscrits lui ayant appartenus21. Cependant, cette tentative se solde par un échec et c’est vers les populations espagnoles établies à Oloron-Sainte-Marie qu’il se tourne.

  • 22 Papy M., « Une période vivante de l’histoire du protestantisme en Béarn : La communauté protestant (...)

15Il existait un terrain favorable à cette activité. Tout d’abord, il y avait eu par le passé une tentative d’évangélisation des Espagnols en Béarn et notamment dans la ville d’Oloron-Sainte-Marie qui en comptait un bon nombre. Selon Michel Papy, dans cette localité, « les Espagnols passent au début du siècle de 500 à 900 et sont 1 800 au recensement de 1926, soit presque le cinquième de la population communale, sans parler des naturalisés qui sont déjà nombreux22 ». Parmi cette population, il faut distinguer les travailleurs saisonniers, souvent des hommes seuls qui sont embauchés le temps d’une saison et font de nombreux aller-retour entre l’Espagne et la France, des familles qui s’installent de manière définitive sur le sol français.

  • 23 Cadier A., L’Évangélisation du Haut-Aragon, Mémoire no 1, 1906. p. 5.

16Cette forte proportion d’Espagnols s’explique par la position géographique de la ville située au pied des Pyrénées, à l’entrée de la vallée d’Aspe, sur la grande route conduisant à travers le Somport à Jaca et à Saragosse. Elle résulte aussi des difficultés de la vie dans le Haut-Aragon et par l’activité industrielle d’Oloron-Sainte-Marie qui draine une population espagnole importante pour la main-d’œuvre dans les industries de cuirs, lainages et surtout de sandales. Le chantier du transpyrénéen, inauguré en juillet 1928, amène également en Béarn une main-d’œuvre espagnole abondante23.

  • 24 Reus se situe au nord-est de l’Espagne à un peu plus d’une dizaine de kilomètres de Tarragona.

17Après la guerre de 1870-1871, sous les auspices de l’Église libre de Pau, la première entreprise d’évangélisation parmi les Espagnols en Béarn est fondée à Jurançon. L’initiateur de cette action est Antonio Marín, qui avait été condamné par le gouvernement espagnol à l’exil perpétuel, pour avoir cherché à répandre l’Évangile. Après le décès de Marín, l’œuvre est reprise en 1884 par Toribio de la Cruz, pasteur de Reus qui se fixe à Pau24. À partir de 1894, il effectue de fréquentes visites à Oloron-Sainte-Marie et y fonde en 1898, la première société de secours mutuels entre étrangers reconnue en France, la Española. Néanmoins, en 1901, la situation financière du comité qui soutenait M. de la Cruz se dégrade et l’oblige à quitter le pays. Deux hommes, Eugène Malan et Francisco Gorria, un chrétien aragonais, établit à Pau, demeurent en contact avec quelques familles d’origine aragonaises et les visitent régulièrement.

  • 25 Idem., p. 6.

18Eugène Malan en lien avec Albert Cadier lui explique que ces personnes « ne sont pas précisément des coreligionnaires, mais bien de gens qui goûtent l’Évangile, et dont l’attachement à Rome est ébranlé. Ces amis, tous ouvriers terrassiers ou sandaliers, reçoivent avec plaisir les visites qu’on leur fait ; plusieurs lisent régulièrement l’Évangile, ce qui ne les empêche pas de faire élever catholiquement leurs enfants. C’est donc une œuvre à reprendre25 ».

19Le second point important pour comprendre l’activité d’Albert dans cette ville est l’installation de son frère Henri, avocat, en 1903. En effet, au printemps 1905, Albert Cadier est invité par sa belle-sœur pour présider l’école du dimanche établie chez elle. En ce début de siècle, il partage donc son temps entre Osse-en-Aspe et Oloron-Sainte-Marie où son activité connaît succès rapide. Le nombre d’élèves inscrits en témoignent. Si en juillet 1905, treize élèves, six français et sept Espagnols, suivent l’École du Dimanche, dès le mois d’avril 1906 leur nombre se multiplie atteignant quarante-huit élèves dont quarante enfants espagnols. Les graphiques qui suivent permettent d’apprécier la proportion d’élèves espagnols qui passe de 54 à 83 % en neuf mois.

Graphique 1. – Répartition par nationalité de la fréquentation de l’École du Dimanche d’Oloron-Sainte-Marie (1905-1906).

20Ainsi, si le recrutement parmi les Français s’avère lent et difficile, la population espagnole offre une opportunité d’extension nettement plus importante à l’œuvre. Grâce à l’École du Dimanche, Albert Cadier rentre en contact avec de nombreuses familles espagnoles. Il en visite six en juillet 1905, vingt-quatre en décembre de la même année et quarante-cinq en avril 1906.

21La situation économique des familles qu’il visite est connue grâce à un petit carnet ayant appartenu au pasteur. Celui-ci nous révèle l’existence d’une misère profonde. Au cours de ses visites à l’automne 1905, il note les faits les plus marquants, on y trouve plusieurs mentions :

  • 26 ADPA, CEPB, 60 J 237/15, carnet de notes manuscrites d’Albert Cadier, 1905.

« 11/10/1905. Trouvé les Favian à 3 h ½ n’ayant encore rien mangé d’aujourd’hui et cherchant à me le dissimuler. 28/10/1905 – Favian. Le lait du bébé avec moitié d’eau pour le doubler. Jeudi dernier – morts de faim sans pain – restent au lit jusqu’à 10 h. Aujourd’hui, samedi 3 heures, pas mangé encore. Mine très mauvaise26. »

22Les logements des familles espagnoles qu’il rencontre sont également décrits par le pasteur dans son ouvrage, La lampe sous le boisseau :

  • 27 Cadier A., La lampe sous le Boisseau, op. cit., p. 27.

« Il est vraiment plus facile d’énumérer ce que ces gens possèdent que de dire ce qui leur manque. Dans les deux chambres qu’ils occupent, il n’y a pas une armoire, pas un meuble quelconque sur lequel on puisse déposer ses affaires [...]. La chambre voisine est celle des garçons. Eux aussi couchent sur la planche, n’ayant pour les deux qu’une seule paillasse très étroite. Aucun meuble, sauf les deux petits établis qui servent à confectionner les semelles de sandales27. »

23En plus de cette misère, Albert Cadier dénonce l’abandon dans lequel vivent ces familles :

  • 28 Cadier S.-A., Albert Cadier 1879-1929, T I, Genève, Labor et Fides, p. 108-109.

« D’instinct, j’ai de plus en plus recherché la société des humbles, écrit-il... Je suis venu à Oloron tout simplement pour aimer ceux qui n’étaient pas aimés [...]. Ces familles vivaient à l’abandon, nul ne s’intéressant à leur misère spirituelle et matérielle, sans excepter ceux qui de par leur ministère, avaient vis-à vis d’elle charge d’âme... Ces multitudes s’en allaient comme des troupeaux errants sans berger qui les aimât, vers les épreuves et vers la mort28. »

  • 29 Soulet J.-F., Les Pyrénées au XIXe siècle. 2. Une société en dissidence, Toulouse, Eché, 1987, p.  (...)
  • 30 Dornel L., La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie en France (1870-1914), Paris, Hachet (...)
  • 31 Noiriel G., Immigrés antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humil (...)

24Bien que comme le signale Jean-François Soulet : « L’ancienneté et la multiplicité des liens entre le versant français et le versant espagnol avait fatalement tissé du lien entre les populations29 », il n’en reste pas moins que certains Espagnols travaillant à Oloron-Sainte-Marie ont pu souffrir de l’indifférence des habitants de cette ville à une époque où Laurent Dornel note que « l’étranger est beaucoup mieux distingué et apparaît comme radicalement différent de soi30 ». Les emplois qu’ils occupent ont également pu les écarter de la société oloronaise, car comme Gérard Noiriel l’affirme : « L’intensification du recours à la main-d’œuvre étrangère a eu pour effet de multiplier les tensions au sein du monde ouvrier31. »

  • 32 Cette société est difficile à identifier formellement, mais il existe à une Société de secours mut (...)
  • 33 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, brouillon d’un compte rendu de la séance extraord (...)

25Albert Cadier n’hésite pas ici à accuser le catholicisme, qui selon lui n’est pas à la hauteur de sa tâche en laissant ces familles sans soutien économique et religieux. Pourtant, il existe bien une société de secours mutuels à Oloron, mais les relations qu’elle entretient avec les membres de la Fraternité sont tendues32. En 1909, l’évangéliste Luis Delgado, en engageant les familles à résister énergiquement, dénonce « la coaction exercée sur les membres protestants de la Société de secours mutuels pour les obliger à assister à la messe annuelle33 ». C’est donc bien la misère des familles à laquelle est confronté le jeune pasteur qui explique la dimension sociale de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie.

Les mutations de l’œuvre charitable à Oloron-Sainte-Marie : l’entraide pilier central de la Fraternité

  • 34 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre de la Fraternité, Assemblée géné (...)
  • 35 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre de la Fraternité, Assemblée géné (...)

26Dès le 9 décembre 190634, la décision est prise de constituer une association cultuelle à Oloron-Sainte-Marie. Les statuts de l’Association, non déposés à la préfecture, sont votés à l’Assemblée générale du 13 janvier 1907. La nouvelle association se donne pour but « de combattre l’ignorance et la superstition », en revendiquant tous les droits du libre examen, de propager la connaissance de l’Évangile, de développer la vie spirituelle et l’activité religieuse35.

  • 36 ADPA, CEPB, 60 J 612/11, Registre des délibérations du Conseil d’administration de l’association c (...)
  • 37 Cadier A., « Pourquoi je quitte l’Église réformée d’Osse », allocution prononcée à Osse-en-Aspe, a (...)
  • 38 Cependant, en février 1913, Albert Cadier tombe gravement malade. Il reçoit alors l’aide du pasteu (...)
  • 39 La Société centrale évangélique est née au début du XXe siècle suite à la fusion de plusieurs œuvr (...)

27Charles Cadier, est appelé comme pasteur, il reste à ce poste jus - qu’en 1908, date de son départ comme missionnaire au Congo36. Après le départ de son frère, Albert Cadier, assisté d’un évangéliste espagnol, Luis Delgado, poursuit alors son double ministère. Pourtant en 1910, les divergences entre Albert Cadier et ses paroissiens d’Osse-en-Aspe s’accentuent. En effet, l’œuvre entreprise par le pasteur bouleverse le mode de vie des paroissiens. Ceux-ci acceptent mal de devoir partager leur ministre, ils refusent notamment de modifier les horaires de l’École du Dimanche pour que ce dernier puisse s’occuper d’Oloron-Sainte-Marie. De ce fait, Albert Cadier estime que l’Église d’Osse-en-Aspe n’est pas à la hauteur de sa tâche, puisqu’elle est actuellement incapable d’évangéliser. Bien plus, ajoute-t-il, « dans son ensemble, elle s’est éloignée elle-même de l’Évangile, et c’est elle que je devrais évangéliser la première37 ». Après avoir quitté l’Église d’Osse-en-Aspe, en 1910, Albert Cadier se tourne vers la Société centrale évangélique qui vient à son aide en prenant à sa charge le poste d’Oloron-Sainte-Marie, ce qui lui permet de s’y fixer38 et de commencer la construction du foyer de la Fraternité inauguré en 191239. La décoration des salles et notamment les inscriptions murales en langue espagnole et française laissent entrevoir la place importante réservée aux Espagnols au sein de cette association. Le tableau central d’un mètre trente sur deux mètres évoquant une aurore dans le Haut-Aragon symbolise le devoir de la MFHA d’apporter la lumière dans cette région d’Espagne d’où viennent une grande partie des Espagnols membres de la Fraternité.

Ill. 2. – ADPA, CEPB, 60 J 159/180, photographie de l’intérieur de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie (s. d.).

  • 40 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte- (...)
  • 41 La Fraternité d’Oloron, Principes, Programme, Règlement, Mission française du Haut-Aragon, 1912, p (...)

28L’adoption de la Fraternité par la SCE, nécessite une réorganisation l’œuvre qui entre dans une ère nouvelle de son développement. Un règlement intérieur est élaboré dans le but de montrer que la Fraternité est « soucieuse avant toute chose de manifester sa foi par ses œuvres, comme le veut l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ40 ». Dans son règlement publié en 1912, elle se dit : « Préoccupée de secourir les faibles, de relever ceux qui sont tombés et de lutter pour que triomphe autour d’elle la justice et la bonté41... »

  • 42 Une mention spéciale est faite pour les étrangers qui doivent prouver qu’ils ont réalisé une décla (...)

29Pour devenir membre de l’association, plusieurs critères doivent être réunis : il faut être âgé de 18 ans, adhérer à l’esprit de l’association, en faire la demande au Président, être admis par le Conseil des chefs de famille, qui s’assure de l’honorabilité du candidat et peut exiger de lui un temps d’épreuve avant de l’agréer. Il faut enfin donner la preuve pratique de la sincérité de son adhésion. Dans ce sens, le nouveau membre doit assister autant que possible aux assemblées, contribuer par une cotisation mensuelle aux charges de la communauté, et se montrer sans cesse disposé à servir dans les activités diverses de la Fraternité42.

  • 43 Une Assemblée générale comprend tous les membres de la Fraternité. Chaque année, à la réunion de j (...)
  • 44 Font partie de droit du Conseil des chefs de famille sans distinction de sexes, tous les chefs de (...)
  • 45 La Fraternité d’Oloron, principes, programme, règlement, 1912, publication de la Mission française (...)

30La Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie est administrée par un Conseil de l’Église, qui en 1911 prend le nom de Conseil d’administration. Il est composé du pasteur et de six membres élus par l’Assemblée générale43. Une autre instance, le Conseil des anciens qui devient en 1909 le Conseil des chefs de famille44 joue un rôle primordial ; c’est lui qui nomme en son sein un trésorier et un secrétaire chargés de la Caisse de secours et qui se prononce, nous l’avons vu, sur les nouvelles admissions45. C’est également lui qui est convoqué par le président si un membre déshonore la Fraternité par sa conduite et qui peut le cas échéant prononcer une exclusion temporaire. Les membres ainsi exclus ne sont pas perdus de vue et s’ils manifestent un repentir sincère et en font la demande, ils peuvent être réadmis dans la Fraternité. L’excommunication temporaire est donc utilisée dans un but pédagogique comme le faisaient les consistoires avant la révocation de l’Édit de Nantes. Ainsi, l’organisation même de l’association permet à chaque membre, français ou espagnol, de jouer un rôle au sein de la communauté. Chaque individu est responsable de ses actes et doit être un exemple de vertu aux yeux de la société oloronaise ; dans le cas contraire, il peut être amené à rendre des comptes devant ses pairs.

31Pour atteindre un maximum de personnes, la Fraternité organise et soutient des œuvres religieuses, missionnaires et des actions d’entraides mutuelles sur le terrain religieux, moral et social. Elle organise un grand nombre d’activités qui lui permettent de recruter des membres de tout âge et de toutes conditions. Des cultes publics sont célébrés tous les dimanches à 11 heures, des réunions d’évangélisation au Foyer ou dans les divers quartiers de la ville ont lieu, tandis que des conférences sur des questions religieuses, morales ou sociales sont données régulièrement. L’enseignement religieux est dispensé aux enfants, tandis que les jeunes disposent d’une association « les Éclaireurs ». Des réunions de chants ainsi qu’une réunion des mères de familles se tiennent au foyer de la Fraternité. Enfin pour secourir les faibles la Caisse de secours de la veuve et de l’orphelin et la Société des Fourmis qui confectionne des vêtements pour les pauvres sont à l’œuvre. À travers ces activités, il s’agit de créer du lien social et de développer un sentiment d’appartenance communautaire.

  • 46 L’ouvrage fut publié par la SCE en 1947.

32Selon Albert Cadier, la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie correspond au modèle idéal du christianisme antique. Dans son Introduction au Nouveau Testament qu’il rédige en 192146, il s’appuie les épîtres de Paul et plus particulièrement sur celles adressées aux Romains et à Timothée, pour justifier sa création :

  • 47 Cadier A., Introduction au nouveau testament, op. cit., p. 70-71.

« Saint Paul n’a pas voulu de – paroisses repliées sur elles-mêmes comme nous en avons trop souvent l’exemple sous les yeux –, mais des fraternités... C’est l’organisation idéale à laquelle il nous faut revenir aujourd’hui47. »

33Le règlement de la Fraternité revendique cette nécessité d’ouverture sur la société :

  • 48 Cadier Albert, Cadier Alfred et al., Le protestantisme à Oloron-Sainte-Marie 1536-1912, op. cit., (...)

« Nous pensons que le christianisme manque à sa tâche s’il se confine dans les Églises ; car il lui appartient d’en sortir constamment pour envahir la rue, assainir les maisons, soulager, supprimer la misère, purifier l’atmosphère des ateliers et des bureaux, balayer les mauvais lieux où s’entasse le vice et qui, en ruinant les corps et les âmes, rendent impossible l’existence de la famille chrétienne48. »

34Dans un premier temps, pour remédier à la misère qu’il rencontre, Albert Cadier aide les hommes à trouver du travail et cherche à soutenir les malades. Dans ce but, il s’appuie sur des bonnes volontés qu’il arrive à convaincre :

  • 49 Cadier A., La lampe sous le Boisseau, op. cit., p. 27.

« En effet, nous dit-il, j’avais enfin découvert un bon docteur nouvellement établi à Oloron, tirant sur la soixantaine et qui n’avait qu’un désir : servir gratuitement les pauvres49. »

  • 50 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte (...)
  • 51 Idem. Conseil de l’Église du 14 mars 1907.
  • 52 Le diaconat d’Osse-en-Aspe est reconstitué le 26 mars 1907, alors qu’il existait depuis 1888. L’ac (...)
  • 53 Plusieurs dons sont effectués de 1907 à 1909 soit en faveur d’une famille particulière, soit pour (...)
  • 54 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, (...)
  • 55 L’association de bienfaisance parmi les protestants des Basses-Pyrénées, des Hautes-Pyrénées et de (...)

35Pourtant, rapidement le soutien aux plus démunis s’organise. Dès lors, l’action collective doit remplacer les démarches individuelles. Dès le 25 janvier 1907, le Conseil de l’Église décide la création d’une caisse pour venir en aide à ses membres pauvres50. Néanmoins, celle-ci ne rencontre pas le succès attendu puisque en mars 1907, le conseil de l’Église déplore que « la caisse de notre diaconat ne s’est pas enrichie d’un centime tandis que le nombre des pauvres que la Fraternité devrait soutenir n’a fait qu’augmenter. Il s’agit sérieusement de nous procurer l’argent51 ». Les Oloronais se tournent alors vers le diaconat de l’Église d’Osse-en-Aspe52, présidé par Albert Cadier, qui intervient ponctuellement en faveur des plus démunis53. Il est également question d’envoyer une circulaire « pour tâcher d’intéresser à nos pauvres, les personnes riches de notre connaissance54 ». L’association de bienfaisance parmi les protestants des Basses-Pyrénées, des Hautes-Pyrénées et des Landes adresse également quelques secours à la Fraternité55. Durant les premières années d’activités, les protestants oloronais cherchent dans leur entourage des secours émanant des familles les plus favorisées ou provenant d’institutions extérieures à la communauté qui ont à leur disposition des fonds plus importants.

  • 56 Cadier A., L’évangélisation du Haut-Aragon, rapport lu à la semaine protestante de Bordeaux, 24 ma (...)
  • 57 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte- (...)

36Pourtant en 1909, un malheureux événement provoque une prise de conscience. Cette année, un des membres de la Fraternité décède laissant une veuve et quatre orphelins. À cette occasion, les chefs de famille se réunissent et fondent entre eux la Caisse de la veuve et de l’orphelin dans laquelle chacun cotise pour permettre à la veuve de vivre avec ses enfants. Cette caisse va évoluer en « une caisse de secours organisée d’après les principes de la mutualité, et qui, selon Albert Cadier, dans toutes les Églises devraient remplacer ceux de l’avilissante aumône56 ». Pour lui, l’aumône, dont on remarque l’accent péjoratif qu’il lui attribue, doit laisser la place à l’entraide qui assure la cohésion de la petite communauté minoritaire en formation. En 1924, le pasteur Jacques Delpech titulaire du poste depuis 1920, propose de changer le nom de la caisse de secours, afin d’affirmer clairement son principe de solidarité mutuelle, elle devient ainsi la caisse « d’entr’aide57 ».

  • 58 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte- (...)
  • 59 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte- (...)

37Pour faire face aux demandes, dès novembre 1911, le Conseil des chefs de famille décide d’organiser la répartition des secours. Une commission composée d’Henri Cadier trésorier de la caisse et de deux Espagnols M. Serdá et Garcia est spécifiquement chargée de cette tâche58. Pourtant, elle se montre insuffisante et en 1924 le Conseil de chefs de famille reconnait que le pasteur et ses aides ne peuvent se rendre compte des besoins exacts des membres de la Fraternité. Cinq diacres, dont quatre Espagnols, sont alors nommés : Henri Cadier, et MM. San Augustin, Abadias, Malo et Gazo. Chacun est chargé d’un nombre de familles déterminées dans le but de signaler les malades et les besoins de toutes sortes59. Ce mode de fonctionnement permet d’encadrer étroitement les personnes bénéficiaires des aides, il s’agit en effet de soutenir matériellement et spirituellement celles qui connaissent les plus grandes difficultés.

38La caisse de secours peut intervenir de manière très ponctuelle par le biais de dons extraordinaires, mais il lui arrive également de subvenir aux besoins d’une famille durant plusieurs années. Elle prend en charge des frais de funérailles, soutient les chômeurs, apporte des secours à des veuves, participe aux financements des frais de pensions d’orphelins ou de vieillards, elle assiste également des malades, et participe aux frais de familles nombreuses. Dans les années 1920, parallèlement aux dons, les familles peuvent bénéficier de prêts.

  • 60 Pour les recettes : les données sont absentes jusqu’en 1911, puis de 1917 à 1919, 1920, 1922, 1923 (...)

39Ces recettes sont composées de dons hebdomadaires ou de collectes exceptionnelles. Même si les données chiffrées sont incomplètes sur la période qui nous intéresse, elles apportent quelques éléments de réflexion60.

Graphique 2. – Recettes et dépenses de la caisse de secours de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie (1911-1929).

40De 1911 à 1916, la moyenne des recettes annuelles se situe aux alentours de 474 francs, tandis que les dépenses s’élèvent en moyenne à 459 francs par an. On note néanmoins une baisse des recettes à partir de 1915 sans doute en raison des difficultés créées par la Première Guerre mondiale. En 1919, les recettes n’atteignent que 296,35 francs. Pourtant elles connaissent une augmentation sensible en 1921 puisqu’elles représentent une somme de 1 351 francs nécessaires pour absorber des dépenses qui s’élèvent à 1 065 francs cette même année. Cette soudaine augmentation peut sans doute s’expliquer par une prise de conscience et une valorisation des dons individuels. En effet, la Fraternité compte cinquante-quatre membres en 1915 et cinquante-cinq en 1920 ce qui exclue l’hypothèse d’une multiplication du nombre de cotisants.

  • 61 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte- (...)

41Les chiffres sont à nouveau disponibles pour les recettes entre 1924 et 1929 démontrant une légère augmentation des rentrées d’argent qui compensent l’inflation, tandis que les dépenses entre 1926 et 1929 suivent le même mouvement. L’année 1926, laisse un excédent de 263,50 francs qui s’explique par le fait que « beaucoup donnent sans avoir jamais rien reçu61 ». Le principe de l’entraide semble donc fonctionner au sein de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie. L’équilibre des comptes de cette caisse est surveillé de près par le trésorier, même si ceux-ci ne présentent pas de déficit sérieux grâce à la participation de tous les membres.

42La fondation de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie par le pasteur Albert Cadier fut le résultat d’une rencontre entre un jeune pasteur conscient des difficultés de son époque et une population étrangère, délaissée, bien souvent mal perçue qui vivait dans des conditions extrêmement difficiles.

43L’influence du christianisme social se ressent fortement cette œuvre. Cette entreprise d’évangélisation, comme celles de Roubaix ou de Saint-Étienne, dut faire face à la misère qu’elle rencontrait. Cependant, pour Albert Cadier, si l’assistance a répondu dans un premier temps aux besoins les plus urgents, elle ne pouvait pas suffire à assurer la cohésion d’un groupe en formation. C’est le principe de l’entraide qui, à ses yeux, permet de solidifier les liens entre les membres de la communauté. Parallèlement aux activités proposées par la Fraternité, l’action sociale dans laquelle chaque membre doit s’investir et participer à la hauteur de ses moyens, entretien le sentiment d’appartenance communautaire et permet à cette minorité de s’affirmer comme un groupe uni et solidaire.

44Il faut cependant un décès pour que les membres de l’association prennent conscience de leurs responsabilités. Une fois l’impulsion donnée, l’entraide s’organise et se modernise progressivement. La nomination de diacres et la possibilité d’accorder des prêts constituent la phase finale de cette organisation.

45Cette solidarité mutuelle s’est donc substituée à l’assistance tant décriée par le fondateur de l’œuvre. Elle a ainsi offert à ses membres un idéal de vie chrétienne qui repose notamment sur une possibilité de subsistance, une sécurité en cas de difficultés et une participation active à la vie de la communauté.

  • 62 Le fonctionnement de la caisse d’entraide est attesté dans la documentation jusqu’en 1948.

46Durant près de quarante ans, cette conception protestante de la solidarité s’affirme comme une alternative face au développement de mouvements sociaux catholiques ou laïques au XXe siècle62.

Notes

1 Cadier A., Credo, Paris, Société centrale évangélique, 1918, p. 65.

2 Plusieurs postes missionnaires sont fondés dans le Haut-Aragon à Jaca, Monzón, et Barbastro. Elle aura également une influence importante à Laguarres et Capella et dans divers villages de cette région.

3 Cadier A., « Nos Fraternités », l’Etoile du Matin, octobre 1922, no 30, p. 291.

4 Baubérot J., Histoire du protestantisme, Paris, PUF, « Que sais-je », 6e éd., 2007, p. 109.

5 Gilson M., « Une minorité protestante en action : la charité protestante en France XIXe-XXe siècles », La découverte, Le mouvement social, 2011/1, no 234, p. 75.

6 Cadier A., Vinet et le principe du socialisme, Genève, Imprimerie du journal de Genève, 1904, 93 p.

7 Cadier A., Credo, Paris, Société centrale évangélique, 1918, 231 p. ; Introduction au Nouveau Testament, Paris, S. C. E., 1947, 103 p. ; La lampe sous le boisseau, Paris, Société centrale évangélique, 1919, 243 p. ; Le protestantisme à Oloron-Sainte-Marie 1536-1912, s. l., Mission française du Haut-Aragon, s. d, 74 p. ; La Mission Française du Haut Aragon, s. l., s. d., 29 p. ; L’évangélisation du Haut-Aragon, Mémoire no 1, no 2, no 3, 1906-1907-1908, 48 p., 47 p., 74 p.

8 Archives départementale des Pyrénées-Atlantiques (ADPA), Centre d’Étude du Protestantisme Béarnais (CEPB), 60 J 16/3, lettre d’Alphonse Cadier à son petit-fils Albert Cadier, 27 décembre 1898.

9 De gauche à droite au premier plan : Margueritte, Mary (dans la photo encadrée) Édouard, l’épouse d’un des frères, Albert. Au second plan George, Henri, Helen, Alfred et Charles.

10 Paul Reuss qui préparait le concours d’entrée à l’École d’Électricité de Lille fut tué six au cours de la Première Guerre mondiale.

11 ADPA, CEPB, 60 J 50/36, bulletin d’études et de conduite d’Albert, 17 juillet 1903.

12 Cadier A., Vinet et le principe du socialisme, op. cit, 1904, 93 p.

13 Idem., p. 75.

14 Élie Gounelle (1865-1950) a été l’un des initiateurs du christianisme social. Il a notamment fondé des Solidarités à Roubaix (1898) et à Saint-Étienne (1919). Voir à ce sujet Baubérot J., « L’action chrétienne sociale du pasteur Élie Gounelle à la Solidarité de Roubaix (1898-1907) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, avril-juin, 1974, p. 229-256, juillet-septembre 1974, p. 401-437.

15 Wilfred Monod (1867-1943) fut l’un des pionniers du christianisme social. Voir Encrevé A., Témoignages : des protestants à l’aube du XXe siècle, Revue historique 2005/3, no 633, p. 603 et Cadier-Rey G., « Les œuvres protestantes aux XIXe et XXe siècles », Libresens, 2006, no 157, p. 7-35, plus particulièrement p. 18-19.

16 Cadier A., Vinet et le principe du socialisme, op. cit., 1904, p. 84.

17 Cadier-Rey G., « Radioscopie d’une famille protestante sur un siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1994, no 140, p. 98.

18 ADPA, CEPB, 60 J 50/41, programme de la fête du centenaire et de la consécration du pasteur, Église réformée d’Osse-en-Aspe, 4 août 1905.

19 ADPA, CEPB, 60 J 612/11, registre des délibérations du Conseil presbytéral de l’Église réformée d’Osse, séance du 3 juin 1906.

20 Papy M., « Une période vivante de l’histoire du protestantisme en Béarn : La communauté protestante espagnole d’Oloron (1905-1936) », Réformes et Révocation en Béarn XVIIe-XXe siècles, Pau, J&D éditions, 1986, p. 191.

21 ADPA, CEPB, 60 J 610/2, notes manuscrites d’Albert Cadier pour les conférences de rentrée d’Urdos et de Borce : « Qu’est ce que la vérité ? », « La vallée d’Aspe et les Aspois », « Par la liberté vers la vérité », 1905.

22 Papy M., « Une période vivante de l’histoire du protestantisme en Béarn : La communauté protestante espagnole d’Oloron (1905-1936), op. cit., p. 185.

23 Cadier A., L’Évangélisation du Haut-Aragon, Mémoire no 1, 1906. p. 5.

24 Reus se situe au nord-est de l’Espagne à un peu plus d’une dizaine de kilomètres de Tarragona.

25 Idem., p. 6.

26 ADPA, CEPB, 60 J 237/15, carnet de notes manuscrites d’Albert Cadier, 1905.

27 Cadier A., La lampe sous le Boisseau, op. cit., p. 27.

28 Cadier S.-A., Albert Cadier 1879-1929, T I, Genève, Labor et Fides, p. 108-109.

29 Soulet J.-F., Les Pyrénées au XIXe siècle. 2. Une société en dissidence, Toulouse, Eché, 1987, p. 71.

30 Dornel L., La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie en France (1870-1914), Paris, Hachette-Littératures, 2004, p. 275.

31 Noiriel G., Immigrés antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007, p. 144.

32 Cette société est difficile à identifier formellement, mais il existe à une Société de secours mutuels dite « l’Esperanza » entre femmes catholiques de conditions diverses d’Oloron-Sainte-Marie, dont les statuts ont été faits et délibérés le 6 janvier 1907.

33 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, brouillon d’un compte rendu de la séance extraordinaire du 27 juillet 1909.

34 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre de la Fraternité, Assemblée générale du 9 décembre 1906.

35 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre de la Fraternité, Assemblée générale du 13 janvier 1907.

36 ADPA, CEPB, 60 J 612/11, Registre des délibérations du Conseil d’administration de l’association cultuelle presbytérale de l’Église réformée d’Osse-en-Aspe du 27 mars 1907.

37 Cadier A., « Pourquoi je quitte l’Église réformée d’Osse », allocution prononcée à Osse-en-Aspe, au culte du matin, 26 juin 1910, p. 2.

38 Cependant, en février 1913, Albert Cadier tombe gravement malade. Il reçoit alors l’aide du pasteur Roger Hollard qui vient de Suisse pour le seconder durant trois années, de 1913 à 1916. Son père, Alfred Cadier et Toribio de la Cruz revenu en France, l’assistent également à Oloron-Ste-Marie. En 1918, le pasteur Salvador Ramirez passe un an à Oloron, avant de fonder un poste missionnaire à Jaca. En 1919, Maurice Brés aide Albert Cadier à Oloron quelques mois. Le fondateur de la Fraternité reste titulaire du poste d’Oloron-Sainte-Marie jusqu’en 1920 date à laquelle il part à Pau et est remplacé par le pasteur Jacques Delpech. Il faut attendre l’arrivée de ce nouveau pasteur pour que le poste retrouve une certaine stabilité. Jacques Delpech (1887-1965) fut pasteur d’Oloron de 1920 à 1928, puis de Pau de 928 à 1940. Après le décès d’Albert Cadier il prend la direction de la MFHA.

39 La Société centrale évangélique est née au début du XXe siècle suite à la fusion de plusieurs œuvres régionales. Au milieu du XIXe siècle, sous l’influence du réveil de 1830, en France on assiste à la naissance de plusieurs sociétés d’évangélisation. La première œuvre est fondée à Paris en 1833 sous le nom de Société évangélique en France. À la même période, des œuvres régionales naissent, la Société chrétienne protestante de France est fondée à Bordeaux en 1835, puis la Société chrétienne protestante du Nord est fondée à Saint-Quentin en 1843 et enfin, la Société de Normandie en 1846. En 1847, ces trois œuvres fusionnent et constituent la Société centrale protestante de France à Paris. Elle travaille en parallèle de la Société évangélique de France jusqu’en 1910. à compter de cette date, les deux associations fusionnent et constituent la Société centrale évangélique qui se lance avec une nouvelle ardeur dans l’évangélisation de la France.

40 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Conseil d’administration du 28 mai, 1er juin, 11 juin 1911.

41 La Fraternité d’Oloron, Principes, Programme, Règlement, Mission française du Haut-Aragon, 1912, p. 4-5.

42 Une mention spéciale est faite pour les étrangers qui doivent prouver qu’ils ont réalisé une déclaration de changement de résidence.

43 Une Assemblée générale comprend tous les membres de la Fraternité. Chaque année, à la réunion de janvier, elle renouvelle un tiers des membres du Conseil d’administration. à cette même réunion, les divers comptes de l’Association lui sont soumis pour approbation. Elle peut, en tout temps, statuer sur une proposition intéressant la Fraternité et émanant de l’un quelconque de ses membres.

44 Font partie de droit du Conseil des chefs de famille sans distinction de sexes, tous les chefs de famille membres de la Fraternité, réunissant les trois conditions suivantes : être âgé de 20 ans ; être inscrit dans l’Association depuis une année, exception faire pour ceux qui ont déjà été membres d’une Église évangélique ; n’avoir pas été l’objet d’une observation ou d’une mesure disciplinaire durant l’année en cours.

45 La Fraternité d’Oloron, principes, programme, règlement, 1912, publication de la Mission française du Haut-Aragon. 16 p.

46 L’ouvrage fut publié par la SCE en 1947.

47 Cadier A., Introduction au nouveau testament, op. cit., p. 70-71.

48 Cadier Albert, Cadier Alfred et al., Le protestantisme à Oloron-Sainte-Marie 1536-1912, op. cit., p. 45.

49 Cadier A., La lampe sous le Boisseau, op. cit., p. 27.

50 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Conseil de l’Église du 25 janvier 1907.

51 Idem. Conseil de l’Église du 14 mars 1907.

52 Le diaconat d’Osse-en-Aspe est reconstitué le 26 mars 1907, alors qu’il existait depuis 1888. L’action du diaconat a été suspendue à la fin de l’année 1905 à la suite de la loi de Séparation.

53 Plusieurs dons sont effectués de 1907 à 1909 soit en faveur d’une famille particulière, soit pour soutenir des groupes comme en août 1907 pour soutenir des grévistes de la ville d’Oloron-Sainte-Marie.

54 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, premier registre, Conseil de l’Église. Séance du 14 mars 1907.

55 L’association de bienfaisance parmi les protestants des Basses-Pyrénées, des Hautes-Pyrénées et des Landes est créée à Pau en 1908 pour gérer l’action charitable de manière distincte de l’association cultuelle. Voir à ce sujet, Tucoo-Chala S., Un siècle au service des autres dans les pays de l’Adour. 1906-2006, L’Association d’Entraide Protestante, Pau, CEPB, 2006, 111 p.

56 Cadier A., L’évangélisation du Haut-Aragon, rapport lu à la semaine protestante de Bordeaux, 24 mai 1923, p. 9.

57 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Assemblée générale du 10 avril 1924.

58 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Conseil des chefs de famille, séance du 5 novembre 1911.

59 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Assemblée générale du 10 avril 1924.

60 Pour les recettes : les données sont absentes jusqu’en 1911, puis de 1917 à 1919, 1920, 1922, 1923. Pour les dépenses les données sont indisponibles jusqu’en 1911, puis de 1917 à 1920 et de 1922 à 1925.

61 Archives de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, second registre de la Fraternité d’Oloron-Sainte-Marie, Conseil des chefs de famille du 9 janvier 1927.

62 Le fonctionnement de la caisse d’entraide est attesté dans la documentation jusqu’en 1948.

Auteur

Doctorante en histoire contemporaine à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Elle prépare actuellement une thèse de doctorat intitulée : « Un exemple des relations franco-espagnoles : la Mission française du Haut-Aragon et Pro-Hispania (1905-1965) ».

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search