Version classiqueVersion mobile

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Troisieme partie. Structures d'assistance modernes et contemporaines

L’Asile protestant d’Orthez : des femmes à l’œuvre (1852-1905)

Hélène Lanusse-Cazalé

Résumé

Aux lendemains de la reconnaissance officielle du protestantisme, les œuvres charitables protestantes se développent fortement en France sous l’effet du Réveil. L’Asile protestant d’Orthez, fondé en 1852, recueille de jeunes orphelines ou filles « exposées à de funestes influences » ainsi que des vieillards et des malades. Aux côtés des pasteurs et des conseillers presbytéraux, les femmes, et plus particulièrement les diaconesses, prennent part à la gestion quotidienne de l’établissement. Modèles de piété, celles-ci participent à la diffusion quotidienne d’une morale chrétienne. Leur professionnalisation est également un facteur de l’émancipation progressive des femmes.

Texte intégral

  • 1 L’édit de Tolérance du 29 novembre 1787 accorde aux protestants un état civil. La liberté de consc (...)
  • 2 Le Réveil est une théologie inspirée du méthodisme anglo-saxon et du piétisme allemand. Cf. Robert(...)
  • 3 Baubérot J., op. cit., p. 47-50.

1Lorsqu’en 1893, Franck Puaux décrit les œuvres protestantes, il insiste en premier lieu sur leur multiplicité. En effet, au lendemain de la promulgation des Articles organiques du 18 germinal an X, qui parachèvent la réintégration des protestants à l’espace civil1, ceux-ci ont, à la faveur du Réveil2, investi massivement le domaine des œuvres. Selon Jean Baubérot, ces dernières répondent, tout d’abord, à la nécessité de défendre les intérêts de la minorité protestante – environ 2 % de la population française au XIXe siècle – face à la prépondérance de l’Église catholique. Elles permettent ensuite d’« enraciner » auprès des fidèles un protestantisme renaissant et d’affirmer sa présence dans la sphère publique3. Dans le cadre de la charité, elles deviennent multiformes : d’une part, les diaconats assistent quotidiennement les pauvres, d’autre part, les protestants procèdent à l’ouverture d’établissements voués à l’accueil des plus démunis.

  • 4 Guesclin A., Gens pauvres, pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, Collection h (...)
  • 5 Cf. les art. 910 et 937 du Code civil.
  • 6 Marais J.-L., Histoire du don en France de 1830 à 1839, Rennes, PUR, 1999, p. 21-66.

2Sous l’effet de la révolution industrielle et des mutations socio-économiques inhérentes au XIXe siècle, la pauvreté croît et une partie de la population se trouve marginalisée4. Les œuvres charitables – principalement catholiques – ont alors pour vocation de compléter efficacement l’action de l’État, dont la mise en place est progressive. Les relations entre les pouvoirs publics et la bienfaisance privée sont d’ailleurs complexes car dépendantes d’impératifs économiques et d’idéaux politiques parfois contradictoires. Durant la Révolution, l’État s’affirme par la création en 1796 des premiers bureaux de bienfaisance communaux, avant que le Consulat n’encadre les libéralités privées par le décret du 12 floréal an xiii (4 mai 1803) repris en partie dans le Code civil5. Par obligation financière, il est cependant contraint de favoriser les dons privés. Sous la Restauration et la monarchie de Juillet, le contrôle de l’État va grandissant. Ces régimes appliquent, en effet, des règles plus fermes quant aux dons et legs faits aux établissements ecclésiastiques, alors que le Second Empire encourage la charité privée tout en maintenant une stricte surveillance des biens des Églises et des congrégations. Une plus grande liberté est cependant accordée à ces œuvres sous la iiie République, entre 1870 et 1879, période que Jean-Luc Marais qualifie d’« âge d’or » de la charité privée et religieuse6.

  • 7 Pelletier D., « Les pratiques charitables françaises entre histoire sociale et histoire religieuse (...)

3L’histoire des œuvres charitables au XIXe siècle se situe donc au carrefour de l’histoire religieuse, politique et sociale7, mais aussi de celle du genre. Les femmes, grandes oubliées du système concordataire, se démarquent dans le domaine de la charité et de l’assistance. Pratiquement silencieux, leurs engagements et leurs actions n’ont laissé que peu de traces. Ainsi, pour les envisager sous toutes leurs formes, convient-t-il de s’intéresser à l’organisation et la quotidienneté d’une œuvre.

4Dans le Sud aquitain, une zone où le protestantisme est extrêmement minoritaire (entre 1,1 % et 1,25 % de la population des Basses-Pyrénées, département où les isolats sont les plus denses), l’Asile protestant d’Orthez se distingue parmi les établissements de charité. Fondé en 1852 par l’Église consistoriale du même nom, dont le ressort s’étend des Basses et Hautes-Pyrénées aux Landes, il accueille des jeunes filles orphelines ou « exposées à de funestes influences », des vieillards et des malades protestants.

Un établissement confessionnel sous la tutelle du Consistoire d’Orthez

La fondation de l’Asile protestant d’Orthez

  • 8 Lors des Conférences fraternelles du Béarn, fondées en 1850, pasteurs et laïques se réunissent pou (...)
  • 9 Rapport imprimé de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1858), p. 10-11.
  • 10 Id., p. 12-13.
  • 11 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ci-après ADPA), Centre d’études du protestantis (...)
  • 12 Id., décret du 3 novembre 1855.

5L’idée d’ouvrir un Asile protestant en Béarn fut pour la première fois abordée pendant les Conférences fraternelles du Béarn8 le 9 janvier 1850. Cette pensée émane du pasteur Émilien Frossard, qui a lui-même fondé en 1842 la maison de santé protestante de Nîmes. Le 26 novembre 1850, Joseph Carrive, pasteur de Bellocq, présente un premier rapport, mais les coûts importants envisagés et la possibilité pour les Orthéziens de se rendre dans l’hôpital communal sans être l’objet d’une quelconque pression religieuse, convainquent l’assemblée d’ajourner la question9. Le projet est cependant repris par Jules Lourde-Rocheblave, pasteur d’Orthez, qui, dès le lendemain, propose l’ouverture d’un Asile pour les vieillards, les malades et les jeunes filles10. Chargé par les Conférences fraternelles de mener à bien cette entreprise, le consistoire d’Orthez réalise la souscription nécessaire à l’achat de la maison Lacabanne pour 8 200 francs11. Un arrangement provisoire est conclu entre la propriétaire et l’assemblée – l’établissement reçoit ses premiers pensionnaires le 22 avril 1852 –, une situation régularisée par le décret du 3 novembre 185512.

  • 13 L’Église évangélique d’Orthez est née d’un schisme en 1830. Il s’agit d’une Église professante don (...)
  • 14 Rapport imprimé de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1858), p. 13.

6L’Asile réformé doit, cependant, faire face dès sa création à la concurrence d’un établissement ouvert en 1850 par l’Église évangélique d’Orthez et son pasteur Jacques Reclus13. Il demeure encore aujourd’hui impossible de savoir à quelle Église appartient l’initiative de ces œuvres et si l’action de l’une a provoqué celle de l’autre. Dans le premier rapport de l’Asile consistorial, Jean-Paul Gabriac indique que celui de l’Église évangélique a été ouvert entre la première Conférence fraternelle du Béarn et la fondation de l’établissement réformé, des informations invérifiables. Les Églises réformées ne renoncent pas pour autant à leur projet ; elles estiment « qu’il n’eût pas été digne d’elles de laisser à d’autres le soin de leurs vieillards et de leurs infirmes14 ». Elles soumettent, toutefois, aux évangéliques l’idée d’une fusion des deux Asiles qui respecterait une égalité de droit et de représentation, entre les deux communautés protestantes, au sein de la direction de l’établissement. Cette proposition est déclinée par Jacques Reclus. Les raisons de ce refus et les modalités de coexistence des deux Asiles sont explicitées de façon presque idyllique par Jean-Paul Gabriac en 1858 :

  • 15 Id., p. 14.

« Nous exprimons ici un regret et non un blâme, car nous sommes convaincus que l’obstacle principal s’est trouvé dans des scrupules de conscience infiniment respectables en soi. Au reste, cela ne nous empêche pas d’éprouver un bienveillant intérêt pour l’Asile qui subsiste encore à côté du nôtre. Il est arrivé plus d’une fois aux deux Maisons de se partager les orphelines d’une même famille, sans accord, il est vrai, mais aussi sans rivalité. Nous avons assez de notre tâche sans ambitionner celles des autres ; notre seul désir est de nous en acquitter fidèlement sous le regard de Dieu15. »

  • 16 Roth J., « Rapport sur l’Asile évangélique d’Orthez », Trois Jubilés, 1900, p. 120.
  • 17 Darrigrand R., L’Église évangélique libre d’Orthez, Orthez, CEPB, p. 84-85.

7Néanmoins, d’autres sources plus tardives relatent des conflits, qui mettent à mal les relations entre les réformés et les évangéliques. Dans son rapport rédigé à l’occasion du cinquantenaire de l’Asile consistorial, Jean Roth, pasteur réformé d’Orthez, révèle a posteriori l’inquiétude du Conseil d’administration quant aux visites régulières de Jacques Reclus. Celles-ci ont d’ailleurs valu des remontrances au pasteur indépendant et à la directrice de l’établissement16. Cette coexistence demeure au moins jusqu’en 1882, date de la mort de Jacques Reclus. Selon Robert Darrigrand, l’Asile évangélique reçoit originellement des vieillards, mais l’épidémie de choléra de 1855 décide le pasteur à accueillir de jeunes orphelins. Les finances viennent rapidement à manquer et provoquent, en 1857, la fermeture de l’Asile. Quelques mois plus tard, il rouvre à Baigts-de-Béarn jusqu’à ce que le propriétaire, sous la pression des autorités ecclésiastiques locales, se résolve à dénoncer le bail de location. Dès lors, le pasteur Reclus aménage le grenier de sa maison pour recueillir les jeunes enfants17.

Le renforcement de l’autorité consistoriale

  • 18 ADPA, CEPB, 60J 50/69, séance du 5 juillet 1860.
  • 19 L’analyse des membres du Conseil d’administration de l’Asile a été effectuée à l’aide de la liste (...)

8Au sein de l’Asile réformé, l’autorité du Consistoire s’exerce principalement au travers d’un Conseil d’administration, dont le nombre de membres – exclusivement des hommes – s’accroît tout au long de la période étudiée (5 en 1852 ; 16 en 1905). Ces derniers sont nommés soit par les Conférences du Béarn, soit par l’assemblée consistoriale. À l’ouverture de l’institution, seuls les deux pasteurs d’Orthez sont membres de droit du comité directeur. Toutefois, souhaitant asseoir son influence sur le fonctionnement général de l’œuvre et insister sur son caractère régional, l’assemblée propose une modification du règlement le 5 juillet 1860 : tous les pasteurs de la Consistoriale deviennent ainsi membres titulaires du Conseil d’administration18. Ce pouvoir est renforcé par la nomination des conseillers laïques. Appartenant à la haute-bourgeoisie protestante orthézienne ou des alentours, ils exercent également, à un moment de leur vie, les fonctions d’ancien ou de conseiller presbytéral. Dans le cas contraire ou simultanément, ils sont élus, sous la iiie République, au Conseil municipal19.

Graphique 1. – Composition du Conseil d’administration.

  • 20 Art. 11 à 13 du règlement de l’Asile (1855).

9Le Conseil d’administration a, comme son nom l’indique, des fonctions principalement administratives et de contrôle puisqu’il prononce l’admission des vieillards, des malades ou des jeunes filles et décide de leur sortie et de leur renvoi. Il fixe également le montant des pensions alimentaires et « pourvoit à l’entretien et à la bonne direction et administration de l’établissement ». Il est la seule assemblée à pouvoir voter ou autoriser des dépenses. Chaque mois, un membre du Conseil est nommé administrateur, exécute les décisions du Comité et « préside à la marche journalière » de l’Asile « sous couvert du président du Consistoire ». Par ailleurs, il nomme la directrice et les dames qui composent le Comité de surveillance20. Il ne possède, néanmoins, aucune existence légale ; seuls le Conseil presbytéral d’Orthez et le Consistoire de cette même ville sont habilités à entretenir des relations avec les autorités publiques et à recevoir des libéralités.

  • 21 Marais J.-L., op. cit., p. 66-73.
  • 22 ADPA, CEPB, 60J 50/70, séance du 29 novembre 1882.

10Après la défaite de « l’Ordre moral » en 1879 et en opposition à la politique jusqu’ici appliquée, les républicains souhaitent affaiblir l’Église catholique et la restreindre au seul domaine cultuel. Dans cette optique, les textes de Portalis sont réinterprétés entre 1879 et 1881 : les fabriques ne peuvent plus recevoir ni dons ni legs21. De facto, les consistoires et les établissements protestants sont touchés par cette modification de la jurisprudence. Pour poursuivre son œuvre, l’Asile doit être reconnu « établissement d’utilité publique ». Le règlement de l’institution est ainsi modifié en 1882 : le Consistoire, qui avait jusqu’ici un droit de regard sur la composition du Conseil d’administration, disparaît de l’organigramme de direction de l’Asile22. Afin de conserver une emprise sur cette institution, l’assemblée consistoriale s’assure, toutefois, de la suprématie numérique des pasteurs au sein du comité directeur. L’Église demeure également propriétaire du bâtiment et des terrains. L’article 7 de la loi de 1905, qui impose la séparation des associations cultuelles et des œuvres de charité, met un terme à l’influence directe de l’Église réformée sur l’Asile, bien que celui-ci conserve son caractère confessionnel.

Un établissement géré au quotidien par les femmes

11Si le Conseil d’administration se concentre principalement sur les questions financières et règlementaires, les femmes jouent, par l’intermédiaire de deux corps, un rôle fondamental dans la gestion quotidienne de l’Asile.

Le Comité de surveillance

  • 23 Art. 14 du règlement de l’Asile (1855).
  • 24 ADPA, CEPB, 60J 4, registre des délibérations du Comité des Dames de l’Asile protestant d’Orthez ( (...)
  • 25 Idem, 6 août 1900.

12Le Comité de dames ou « de surveillance » est créé en 1855. Il a pour mission « d’inspecter la tenue du ménage, l’alimentation, les soins donnés aux vieillards, aux malades et aux jeunes filles ; il conseille, s’il y a lieu, la directrice, et fait part de ses observations à l’Administrateur. Il veille à l’entretien du linge et des vêtements23 ». Son rôle s’accroit au fil du temps, puisqu’en 1899, deux femmes sont chargées chaque mois de seconder la directrice dans l’administration quotidienne de l’établissement24. En 1900, le Conseil d’administration lui permet également d’engager toute dépense inférieure à 50 francs sans attendre son approbation25.

Graphique 2. – Composition du Comité des dames.

13Le nombre de dames n’est pas fixe et évolue en fonction des besoins. Si, entre 1852 et 1858, les femmes présentes sont issues de la bourgeoisie orthézienne et principalement de riches veuves, les membres de ce comité sont par la suite majoritairement des femmes et des filles d’un pasteur ou d’un administrateur. Bien qu’il soit difficile de connaître l’origine de la vocation charitable de chacun, les œuvres de bienfaisance semblent devenir une « affaire » familiale.

14Les femmes sont ainsi étroitement associées aux fonctions pastorales ou consistoriales de leurs époux. Plus encore, en assurant un rôle de représentation et en renforçant la position sociale de ceux-ci, elles participent au rayonnement des élites protestantes orthéziennes tant dans la sphère sociale que politique.

La Directrice : un modèle de piété

  • 26 Art. 16 et 18 du règlement de l’Asile (1855).
  • 27 « La Directrice à son tour doit aux vieillards, aux malades et aux jeunes filles de se dévouer au (...)

15La directrice assure, quant à elle, le lien entre le Conseil d’administration, le Comité des dames et les pensionnaires qui doivent faire preuve à son égard d’un « double sentiment d’humilité et de reconnaissance ». Elle « gouverne la maison, conduit le ménage, donne ou fait donner des soins aux vieillards, aux malades et aux jeunes filles, et assigne à ces derniers leur tâche respective et en surveille l’accomplissement26 ». Elle s’assure du « bien-être temporel et spirituel » des habitants comme le stipule l’article 19 du règlement intérieur27. Elle est secondée dans sa tâche par une sous-directrice.

  • 28 Roth J., op. cit., p. 122.
  • 29 Ibid., p. 124.
  • 30 Rapport imprimé de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1858), p. 24.

16La première directrice est Adèle Larricart, une protestante de Salies-de-Béarn. Jean Roth rapporte qu’elle « faisait preuve d’assez, ou plutôt de trop mauvais caractère28 ». Pour remédier aux problèmes d’encadrement, le Conseil d’administration décide, en 1855, que l’Asile serait dirigé conjointement par deux femmes : l’une serait nommée directrice-institutrice, tandis que l’autre assurerait la « direction du ménage ». La première est ainsi chargée d’enseigner les travaux d’aiguille, de former les enfants au service et de veiller sur leur comportement et leur tenue. Marthe Deville, de Mazères, est recrutée en octobre 1855 pour assurer ces fonctions. La directrice du ménage, Adèle Larricart, s’occupe, quant à elle, de la maison, de la basse-cour, du jardin, du champ, de la lessive, des chaussures et de la coiffure des enfants et des vieillards. Afin d’éviter tout conflit, chaque directrice ne peut intervenir lorsque les pensionnaires sont sous l’autorité de l’autre décisionnaire. Si elle le juge utile, elle peut, toutefois, faire des remarques aux enfants en privé29. Cette prévention s’avère inefficace puisque les conflits semblent récurrents entre les deux femmes : Marthe Deville démissionne le 25 août 1856 et le Conseil d’administration met fin à cette expérience30.

  • 31 Malvesin C. et Vermeil A., Correspondance 1841, présentée par Askani H.-C., Paris, éd. Olivétan, 2 (...)
  • 32 Ibid., p. 186-189. L’absence de règle se justifie également par la volonté des fondateurs de ne pa (...)
  • 33 Lagny G., Le réveil de 1830 à Paris et les origines des Diaconesses de Reuilly : une page d’histoi (...)
  • 34 Ibid., p. 189. L’auteur rapporte qu’Émilien Frossard, pasteur de Bagnères-de-Bigorre, a offert son (...)

17À la suite de la démission d’Adèle Larricart en 1856, le Comité décide qu’il sera appelé une diaconesse de la Maison de Reuilly. Prenant exemple sur la Maison fondée à Kaiserwerth (Prusse) en 1836 par le pasteur Fliedner, le pasteur Antoine Vermeil et une de ses anciennes paroissiennes bordelaises, Caroline Malvesin, avaient créé cette institution en 184131. Vivant en communauté, les femmes qui intègrent cette Maison se consacrent aux œuvres de charité. Chacune d’entre elles fait vœux de pauvreté, d’obéissance, de célibat et porte un habit. Un tel engagement n’est pas sans rappeler celui des religieuses catholiques. Pour autant, il s’en distingue fortement, puisque, conformément aux préceptes du protestantisme qui mettent en avant la liberté de l’individu, leur condition ne constitue en rien un état religieux particulier. Plus encore, bien que les diaconesses obéissent à un règlement intérieur, l’idée d’établir une règle, au sens religieux du terme, a été rejetée par les fondateurs32. Néanmoins, cette Maison est l’objet de nombreuses critiques à sa création de part et d’autre du protestantisme : des libéraux, tels que le pasteur Athanase Coquerel la voit comme une menace contre l’unité de l’Église réformée et un emprunt au catholicisme alors que la comtesse Agénor de Gasparin, épouse de l’un des fondateurs de l’Union des Églises évangéliques de France, fustige ce qu’elle considère comme un avilissement de la femme protestante33. Plusieurs pasteurs de l’Église consistoriale d’Orthez se sont montrés, quant à eux, favorables à cette communauté34.

  • 35 Ibid.

18Ces critiques cessent avec le temps et le développement de cette maison est significatif au XIXe siècle. Il répond à un besoin croissant de prise en charge des pauvres protestants disséminés. À partir de 1844, certaines sœurs sont détachées dans des établissements de charité provinciaux afin d’en prendre la direction35. La professionnalisation de ces femmes dans le domaine social ou médical permet ainsi de combler l’absence d’ordre religieux voué à une telle destination au sein du protestantisme. Cette lacune explique en grande partie leur acceptation progressive voire le respect que provoque leur dévouement.

L’engagement féminin et les regards masculins

19Au-delà de ces engagements et de ces actes, une question sous-jacente se dessine : celle du regard masculin dominant et de la place accordée aux femmes au sein de l’Église réformée. Le discours du Conseil d’administration traduit l’opinion des hommes sur les femmes et plus particulièrement sur les diaconesses. Si leurs vœux représentent une preuve de piété aux yeux du Consistoire et du Conseil d’administration, leur formation et leur éducation apportent un atout supplémentaire :

  • 36 Rapport imprimé de l’Asile (1852-1858), p. 32.

« Il nous faut avant tout une directrice qui puisse, d’un côté, former l’esprit, le caractère, les sentiments moraux et religieux de nos jeunes filles, et de l’autre, les dresser à la couture, au ménage et au service. Serait-ce donc seulement pour faire vivre, grandir et, qu’on nous passe le mot, engraisser ces enfants que nous leur avons ouvert l’Asile ? Qu’on ne craigne pas qu’une Directrice [une diaconesse] comme celle que nous cherchons soit trop supérieure à nos jeunes filles, et qu’elle contribue à exciter en elles des goûts et des désirs trop relevés. Elle aura, au contraire, plus de tact ; elle sera plus apte à les rendre dociles, humbles, réservées, si l’éducation s’unit chez elle à la piété et au dévouement. Son influence sur les vieillards en sera aussi plus grande et plus salutaire36. »

  • 37 Baubérot J., « De la femme protestante », Duby Georges, Perrot Michelle, Histoire des femmes, t. I (...)
  • 38 Ibid.

20Par ailleurs, les hommes reconnaissent volontiers l’action primordiale des femmes dans le bon fonctionnement de l’œuvre. Toutefois, cette autonomisation des femmes ne saurait être considérée comme une promotion de l’égalité des sexes. Tout pouvoir décisionnel confié aux corps féminins, aussi vaste soit-il, nécessite l’approbation des hommes. Plus encore, les femmes restent cantonnées au domaine qui est traditionnellement le leur – la gestion d’un foyer certes ici communautaire – sans acquérir « un statut officiel ou une légitimité institutionnelle » au sein des assemblées consistoriales37. Ce fait est la conséquence des Articles organiques qui ne mentionnent que les hommes et plus largement d’une conception traditionnelle de la femme promue au sein de la société française et que partagent les protestants. Enfin, Jean Baubérot considère que les diaconesses sont « une réponse au besoin d’engagement des femmes » qui permet aux protestants de ne pas aborder la question du ministère pastoral féminin38.

  • 39 Roth J., « Première amicale », L’Avant-Garde, 15/06/1902, 4e année, no 18, p. 3.
  • 40 Baubérot J., op. cit., p. 241.
  • 41 Rochefort F., « Féminisme et protestantisme au XIXe siècle, premières rencontres (1830-1900) », da (...)
  • 42 Langlois C., Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIX(...)

21Trois nuances doivent tout de même être apportées à cette analyse. En premier lieu, quelques pasteurs locaux et conseils presbytéraux, même s’ils défendent une opinion encore minoritaire, se prononcent pour l’incorporation de ces femmes au sein des consistoires ou tout du moins au corps électoral. Quelques années avant la Séparation des Églises et de l’État, Jean Roth signe notamment dans l’Avant-garde un article dans ce sens39. Plus généralement, au tournant du siècle, les chrétiens sociaux se montrent favorables à la valorisation des actions féminines. En outre, comme le souligne Jean Baubérot, bien que des femmes protestantes participent activement aux mouvements d’émancipation, il n’existe peu ou pas de revendications féministes exclusivement de protestantes au XIXe siècle40. Florence Rochefort explique ce paradoxe par « le véritable syncrétisme entre les opinions politiques, sociales et morales » qui unissent le protestantisme, le républicanisme et le féminisme autour de la notion de laïcité41. Enfin, l’émancipation des femmes au sein des Églises réformées résulte à la fois de destins qui ont profondément marqué l’évolution du protestantisme au XIXe siècle, telles Émilie Oberkampf ou, en marge du protestantisme, Pauline Kergomard, mais aussi de mouvements plus discrets sinon anonymes. La professionnalisation des diaconesses, au même titre que celle des religieuses étudiées par Claude Langlois ou des institutrices de la IIIe République, démontrent les capacités égales des femmes et « contribuent à la préparation de l’opinion de voir les femmes intervenir dans divers secteurs d’activités42 ».

Vie quotidienne et conception protestante de la charité

Le développement progressif de l’œuvre

  • 43 ADPA, CEPB, 60J 50/69, séance du 4 mars 1858.
  • 44 Rapport imprimé de l’Asile, 1877, p. 5.

22Aussi déterminantes soient-elles pour l’avenir de l’Asile, ces actions n’auraient pu devenir concrètes sans le concours financier et matériel régulier de la communauté protestante sud-aquitaine. Le développement de l’œuvre repose entièrement sur les fidèles et leur générosité. Sur ordre du consistoire, qui estime que la charge financière doit être supportée par toutes les Églises de la Consistoriale, des collectes à domicile sont organisées43. Les principaux donateurs sont des membres de la bourgeoisie locale, mais aussi de riches étrangers protestants qui résident dans les stations thermales et balnéaires, comme Biarritz très prisée sous le Second Empire. Les protestants de condition plus modeste, essentiellement des laboureurs, contribuent aussi, dans une moindre mesure, au financement de l’œuvre. Des efforts exceptionnels peuvent être sollicités afin de répondre aux besoins croissants. En 1872, l’agrandissement de l’Asile devient nécessaire. Une souscription est alors réalisée pour financer l’achat du terrain et la construction du nouveau bâtiment (environ 80 000 francs). Inauguré en 1877, il est situé sur le chemin de la gare et « attirera les premiers regards du voyageur et sera comme une enseigne et une recommandation du protestantisme en Béarn44 ». Cependant, au début du XXe siècle, les rentes et intérêts sur l’État deviennent la principale ressource de l’établissement. En 1905, le rapporteur s’inquiète de la diminution des libéralités. Il craint qu’elle ne porte un coup fatal à cette œuvre alors que s’annonce la Séparation des Églises et de l’État :

  • 45 Ibid., 1905, p. 9.

« Nous constatons avec peine que dans quelques-unes de nos Églises les collectes ont sensiblement diminué, et cependant, quand on vient à nous avec des demandes d’admission, on y vient souvent avec le sentiment d’un droit qu’à la porte on a acheté avant d’entrer... Nous éprouvons d’autant plus la nécessité de vous rendre attentif à cet état de choses, que nous entrons dans une nouvelle période où nos Églises vont être appelées à faire des libéralités auxquelles elles n’étaient pas habituées jusqu’ici45. »

Graphique 3. – Les recettes de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1905).

  • 46 Ibid.

23Par ailleurs, la gestion de l’Asile par ses administrateurs est essentiellement pragmatique : chaque fois que les finances sont en berne ou que le nombre maximum de pensionnaires est atteint (quarante dans le nouveau bâtiment), le Conseil instaure des conditions financières, notamment le paiement d’une pension par les familles des assistés46. L’essentiel des dépenses se concentrent sur le fonctionnement quotidien de l’institution comme l’achat de nourriture, de vêtements par exemple. Le paiement du personnel et la maintenance des bâtiments constituent également des postes de dépenses non négligeables.

Graphique 4. – Les dépenses de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1905).

  • 47 Ibid., 1852-1858, p. 19.
  • 48 Roth J., Trois Jubilés, p. 144.
  • 49 ADPA, CEPB, 60J 248/4, années 1852-1858, p. 24-25. En 1858, une affection de la peau collective a (...)

24Dès son ouverture, l’Asile d’Orthez accueille des jeunes filles orphelines ou « exposées à de funestes influences » et des vieillards. Les malades, qui étaient envoyés à l’hôpital communal, sont finalement admis à l’Asile à partir de 1855, le Comité accédant au vœu de la communauté protestante. À la suite du décès d’un vieillard dans cette même maison de santé « où il avait dû entendre [...] des paroles blessantes pour ses convictions », celle-ci a estimé « que ce n’était pas la peine d’avoir établi à grand frais une maison protestante, si l’on devait abandonner nos malades à des mains étrangères, et de les priver de la douceur d’être constamment soutenus par les sympathies de la foi évangélique47 ». Les malades sont régulièrement suivis par des médecins protestants et une salle est aménagée en 1888 pour les pensionnaires atteints de maladies contagieuses48. Lorsque cela s’avère nécessaire, les enfants sont envoyés aux bains pour suivre un traitement adapté49.

  • 50 Champ N., La religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente- (...)
  • 51 Rapport imprimé de l’Asile, 1877, p. 8.

25Deux conditions sine qua non sont à remplir pour intégrer l’établissement : être protestant et résider au sein de l’Église consistoriale. L’Asile est donc une institution strictement confessionnelle ; il s’attache également à ne répondre qu’aux besoins des populations protestantes locales. La faible capacité d’accueil n’est d’ailleurs pas étrangère à ce choix. En cela, il diffère des Asiles étudiés par Nicolas Champ et Julien Landel : le premier, l’Asile Émilie à Avallon (Charente-Inférieure) accueille de jeunes orphelines de la France entière, tandis que le second, l’Asile de Ferney-Voltaire (Ain), perd peu à peu sa dénomination confessionnelle et entend offrir l’hospitalité à tous les jeunes nécessiteux50. Toutefois, lorsque leur état le nécessite, des protestants étrangers sont reçus à titre temporaire et payant à l’Asile d’Orthez51.

  • 52 Jean Roth avance en 1900 le nombre de 356 pensionnaires, auxquels il faut adjoindre ceux de 1900 à (...)

26Entre 1852 et 1905, environ 400 personnes ont effectué un séjour plus ou moins prolongé dans l’Asile d’Orthez52. À la lecture des sources, il nous a été possible de reconstituer une liste de 243 personnes : il semble que la priorité soit donnée aux femmes puisque celles-ci représentent 79 % des pensionnaires. Parmi elles, 132 sont des jeunes filles ou des orphelines. L’analyse des origines géographiques des pensionnaires démontre, quant à elle, la prééminence des centres urbains (Orthez, Pau, Bayonne, Tarbes). Dans ces lieux se concentrent les plus importantes communautés protestantes, mais aussi les plus grandes inégalités.

L’instruction des jeunes filles

  • 53 Rapport imprimé de l’Asile, 1852-1858, p. 24.
  • 54 ADPA, CEPB, 60J 4, 3 novembre 1905.

27L’Asile d’Orthez a principalement pour vocation de former et d’instruire les jeunes filles. Le protestantisme impliquant une lecture individuelle de la Bible, les jeunes filles apprennent à lire et à écrire. En effet, l’article 21 du règlement stipule ainsi que « les jeunes filles apprennent la lecture, l’écriture, les éléments de calcul et de la grammaire française, l’histoire sainte ». Pour assurer cet apprentissage, une école libre de filles est créée dans l’Asile, en 1856, par Marthe Deville. Cette combinaison fut de courte durée non seulement en raison des conflits entre les deux directrices mais aussi de « la présence journalière de nombreux enfants du dehors », qui « apportait du trouble dans l’Asile ». Au départ de Marthe Deville, l’école est transportée près du temple sous la direction de Mme Lassalle et les jeunes filles s’y rendent quotidiennement53. En 1905, s’engage un débat autour de la scolarisation des enfants qui n’auraient pas obtenu leur certificat d’étude à l’âge de 13 ans. Se pose la question de la pertinence de continuer à les scolariser. Certaines dames souhaiteraient, dans ce cas, qu’on les encourage plutôt à devenir de « bonne[s] ménagère[s] ». La question reste en suspens et est soumise au Conseil d’administration dont nous ne connaissons pas l’avis54.

  • 55 Id., 30 novembre 1900.
  • 56 Art. 20 du règlement de l’Asile (1855). Voir également Rapport imprimé de l’Asile, 1852-1858, p. 2 (...)

28Par ailleurs, les jeunes filles sont formées au service de personnes extérieures et aux travaux des champs. Pour ce faire, dans les années 1860, un ouvroir est fondé dans l’établissement ; celui-ci reçoit également des jeunes filles de l’extérieur. Elles y apprennent les travaux de couture, de repassage, de tricot et de ménage nécessaires à l’éducation de toute jeune fille au XIXe siècle. Pour des raisons inconnues, il est par la suite fermé avant de rouvrir, sous une autre forme, au début du XXe siècle55. Des champs ainsi que des animaux (poules, vaches) sont aussi entretenus par les pensionnaires. Ces travaux permettent d’abaisser les coûts annuels de l’Asile, voire d’engranger quelques bénéfices par la vente de produits manufacturés56.

  • 57 ADPA, CEPB, 60J 4, séance du 30 juin 1900.
  • 58 Id., séance du 6 août 1900.
  • 59 ADPA, CEPB, 60J 248/4, année 1903, p. 7.

29Le devenir de ces jeunes filles à leur sortie de l’établissement n’est pas ou peu abordé dans les rapports annuels. Cette question est pourtant au cœur des préoccupations des membres des comités de l’Asile. En 1900, à l’initiative du pasteur Jean Roth, une pratique tombée en désuétude est remise à l’ordre du jour : chaque membre du Comité des dames est chargé de suivre les jeunes filles sorties de l’Asile57. Ce Comité de patronage s’occupe de vérifier le trousseau nécessaire à chaque pensionnaire à son départ et veille à sa bonne conduite chez son employeur58. Il semble que certaines d’entre elles ont intégré la Maison des diaconesses de Reuilly et que la plupart sont engagées comme domestiques dans le département59.

Maintenir la discipline et diffuser la morale chrétienne

  • 60 Art. 22 du règlement intérieur de l’Asile protestant (1855). ADPA, CEPB, 60J 4/1, séance du 9 janv (...)

30Les encadrants de l’établissement veillent quotidiennement au maintien de la discipline et s’efforcent d’inculquer à tous les pensionnaires une morale chrétienne afin de lutter contre « les méfaits » d’une société en voie de sécularisation. En ce sens, la religion est au cœur de la vie communautaire : chaque jour, matin et soir, le culte domestique est célébré par la directrice ; les enfants se rendent au temple le dimanche et à l’École du dimanche et du jeudi60.

  • 61 Roth J., op. cit., p. 128.
  • 62 Rapport imprimé de l’Asile, 1868, p. 4.
  • 63 Id., 1852-1858, p. 21-22.
  • 64 Roth J., op. cit., p. 125. Il est tout de même à noter que les noms n’ont pas été effacés alors qu (...)
  • 65 Règlement de l’Asile d’Orthez, Titre IV : règlement intérieur, art. 23 et 24 (1855).
  • 66 ADPA, CEPB, 60J 4, 3 août 1900.

31Par ailleurs, les jeunes filles qui, entre 1852 et 1858, étaient employées par des particuliers, demeurent dès l’année suivante à l’Asile, car leurs sorties « plus ou moins longues » sont jugées « nuisibles à leurs sentiments et à leur caractère ». Il s’agit également pour le Conseil de sauvegarder la réputation de la Maison et ainsi d’« éviter le reproche fait à la plupart des maisons de ce genre, de n’offrir que des sujets peu capables ou mal dressés61 ». Les départs ou les exclusions pour des raisons disciplinaires sont rares et concernent généralement les vieillards62. Le rapport de 1858 révèle que depuis l’ouverture de l’Asile, cinq personnes l’ont quitté, « parce qu’ils ne pouvaient se plier à [sa] discipline pourtant bien douce63 ». Durant cette période, Jean Roth rend compte de divers problèmes et de remontrances qui sont adressées à « Féroussat, qui vendait ses hardes pour acheter du vin ; contre Dupourqué, pour orgies régulières en ville ; contre Lasserre [qui] s’attirait de régulières admonestations, pour indiscipline64 ». À ce propos, les articles 23 et 24 du règlement encadrent les sorties de vieillards : l’autorisation de la Directrice est nécessaire ; il leur est permis de se promener seulement durant une ou deux heures par jour après le dîner à condition « qu’ils n’en abusent pas pour aller en ville sans permission » ; il leur est aussi « expressément interdit [...] de profiter de leurs sorties pour se rendre dans les cafés ou cabarets, pour boire ou manger chez leurs amis en dehors des heures ordinaires des repas65 ». Malgré les remises à l’ordre, des cas d’insubordination sont régulièrement indiqués dans le registre du Comité des dames. En 1900, ces dernières s’indignent du trafic auquel se livrent tous les vieillards, excepté un : ils échangent leur tabac contre de l’eau-de-vie. Elles les encouragent alors fortement à adhérer à l’Étoile bleue, une ligue antialcoolique66.

  • 67 Règlement de l’Asile d’Orthez, Titre IV : règlement intérieur, art. 23 et 24 (1855).

32Pour éviter toute perturbation venue de l’extérieur, les visites sont elles aussi contrôlées : les horaires sont fixes et les rendez-vous hebdomadaires. Seuls les parents ou amis sont admis après présentation à rencontrer les pensionnaires. Des autorisations spéciales peuvent, toutefois, être données par les administrateurs de l’établissement67.

  • 68 Rapport imprimé de l’Asile, 1888, p. 7. Pour des raisons financières, il n’est construit qu’en 190 (...)

33Progressivement, l’Asile paraît donc se couper du monde. Cette impression est confortée par la mise en place, en 1888, d’une loge de concierge, « qui permettra de mieux surveiller les entrées et les sorties ». La même année, la construction d’un mur d’enceinte est décidée, une frontière protectrice qui apparaît aux yeux du Conseil d’administration comme étant « presque une obligation morale68 ». Pour autant, cette séparation n’est, pour les pensionnaires, ni totale ni permanente. En effet, il s’agit principalement de les préparer à mener une vie de chrétien dans un monde en voie de sécularisation.

34Ainsi, l’Asile protestant est une œuvre de charité, sur laquelle le Consistoire d’Orthez n’a de cesse d’asseoir son influence. Aux côté des pasteurs et des conseillers presbytéraux, les femmes jouent un rôle capital dans le développement de l’œuvre en s’occupant de la gestion quotidienne de l’institution. Leurs engagements et leurs actions annoncent l’émancipation progressive dont elles feront l’objet au XXe siècle.

35Les conditions d’admission et plus particulièrement les contraintes confessionnelle et géographique restreignent l’influence extérieure de l’établissement, mais celles-ci apparaissent nécessaires en raison de la capacité d’accueil limitée de l’établissement. Celui-ci ne peut donc jouir de la même popularité que l’Asile de Ferney-Voltaire ou l’Asile Émilie déjà évoqués. De même, l’absence d’une figure masculine tutélaire emblématique, tel le pasteur John Bost à La Force, ne lui permet pas de bénéficier d’une aura nationale ou internationale.

36L’Asile d’Orthez est donc l’un de ces établissements à vocation locale qui, aux côtés des diaconats et les Sociétés de bienfaisance participent au maillage local des œuvres de charité des Églises réformées. Celles-ci s’avèrent fondamentales non seulement pour l’aide aux pauvres, mais aussi pour la cohésion de la minorité protestante fortement disséminée et son rayonnement dans une société française majoritairement catholique et en proie à la sécularisation.

Notes

1 L’édit de Tolérance du 29 novembre 1787 accorde aux protestants un état civil. La liberté de conscience et la liberté du culte sont respectivement promulguées en France en 1789 et 1791. Enfin, les Articles organiques octroient officiellement au protestantisme le statut de confession reconnue.

2 Le Réveil est une théologie inspirée du méthodisme anglo-saxon et du piétisme allemand. Cf. Robert D., Les Églises réformées en France (1800-1830), Paris, Presses universitaires de France, 1957, p. 373-376. Jean Baubérot estime qu’il a provoqué « une certaine ferveur et un militantisme » chez les fidèles. Cf. Baubérot J., Le retour des Huguenots, Paris/Genève, Cerf/Labor et Fides, 1985, p. 47.

3 Baubérot J., op. cit., p. 47-50.

4 Guesclin A., Gens pauvres, pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, Collection historique, 1998, p. 13-49.

5 Cf. les art. 910 et 937 du Code civil.

6 Marais J.-L., Histoire du don en France de 1830 à 1839, Rennes, PUR, 1999, p. 21-66.

7 Pelletier D., « Les pratiques charitables françaises entre histoire sociale et histoire religieuse. Essai d’historiographie critique », Von Bueltzingsloewen I., Pelletier D., La charité en pratique. Chrétiens français et allemands sur le terrain social (XIXe-XXe siècle), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1999, p. 33-47.

8 Lors des Conférences fraternelles du Béarn, fondées en 1850, pasteurs et laïques se réunissent pour débattre de questions religieuses et institutionnelles.

9 Rapport imprimé de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1858), p. 10-11.

10 Id., p. 12-13.

11 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (ci-après ADPA), Centre d’études du protestantisme béarnais (CEPB), 60J 50/69, registre des délibérations du consistoire d’Orthez, 23 septembre 1852.

12 Id., décret du 3 novembre 1855.

13 L’Église évangélique d’Orthez est née d’un schisme en 1830. Il s’agit d’une Église professante dont les fidèles, « régénérés » (Jean, III), éprouvent une nouvelle naissance par une connaissance directe de la personne du Christ à la suite de l’intervention du Saint-Esprit ; elle s’oppose ainsi à la tradition multidiniste de l’Église réformée. Cf. Darrigrand R., L’Église évangélique libre d’Orthez, Orthez, CEPB, 289 p.

14 Rapport imprimé de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1858), p. 13.

15 Id., p. 14.

16 Roth J., « Rapport sur l’Asile évangélique d’Orthez », Trois Jubilés, 1900, p. 120.

17 Darrigrand R., L’Église évangélique libre d’Orthez, Orthez, CEPB, p. 84-85.

18 ADPA, CEPB, 60J 50/69, séance du 5 juillet 1860.

19 L’analyse des membres du Conseil d’administration de l’Asile a été effectuée à l’aide de la liste établie par Jean Roth dans son rapport pour les Trois Jubilés. Il nous est impossible, en raison des lacunes des rapports annuels et en l’absence des registres des délibérations de cette assemblée, de connaître les dates exactes des mandats de chacun.

20 Art. 11 à 13 du règlement de l’Asile (1855).

21 Marais J.-L., op. cit., p. 66-73.

22 ADPA, CEPB, 60J 50/70, séance du 29 novembre 1882.

23 Art. 14 du règlement de l’Asile (1855).

24 ADPA, CEPB, 60J 4, registre des délibérations du Comité des Dames de l’Asile protestant d’Orthez (1899-1909), 3 mai 1899.

25 Idem, 6 août 1900.

26 Art. 16 et 18 du règlement de l’Asile (1855).

27 « La Directrice à son tour doit aux vieillards, aux malades et aux jeunes filles de se dévouer au bien-être temporel et spirituel avec zèle, patience, égards et charité à l’exemple de Jésus-Christ. »

28 Roth J., op. cit., p. 122.

29 Ibid., p. 124.

30 Rapport imprimé de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1858), p. 24.

31 Malvesin C. et Vermeil A., Correspondance 1841, présentée par Askani H.-C., Paris, éd. Olivétan, 2007, 234 p.

32 Ibid., p. 186-189. L’absence de règle se justifie également par la volonté des fondateurs de ne pas entraver l’unité de l’Église.

33 Lagny G., Le réveil de 1830 à Paris et les origines des Diaconesses de Reuilly : une page d’histoire protestante, Paris, éd. Olivétan, 2007 (réédition), p. 125.

34 Ibid., p. 189. L’auteur rapporte qu’Émilien Frossard, pasteur de Bagnères-de-Bigorre, a offert son soutien à la Maison de Reuilly en 1851 ; Alphonse Cadier, pasteur de Pau et président du consistoire d’Orthez, fait de même en 1866.

35 Ibid.

36 Rapport imprimé de l’Asile (1852-1858), p. 32.

37 Baubérot J., « De la femme protestante », Duby Georges, Perrot Michelle, Histoire des femmes, t. IV. Le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991, p. 245-246.

38 Ibid.

39 Roth J., « Première amicale », L’Avant-Garde, 15/06/1902, 4e année, no 18, p. 3.

40 Baubérot J., op. cit., p. 241.

41 Rochefort F., « Féminisme et protestantisme au XIXe siècle, premières rencontres (1830-1900) », dans Cadier-Rey G. (dir.), Femmes protestantes. XIXe-XXe siècles, Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, 146/1, 2000, p. 69-70.

42 Langlois C., Le catholicisme au féminin. Les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, Le Cerf, 1984, p. 644.

43 ADPA, CEPB, 60J 50/69, séance du 4 mars 1858.

44 Rapport imprimé de l’Asile, 1877, p. 5.

45 Ibid., 1905, p. 9.

46 Ibid.

47 Ibid., 1852-1858, p. 19.

48 Roth J., Trois Jubilés, p. 144.

49 ADPA, CEPB, 60J 248/4, années 1852-1858, p. 24-25. En 1858, une affection de la peau collective a nécessité l’envoi d’une dizaine d’enfants aux bains de Saint-Christau pendant une vingtaine de jours.

50 Champ N., La religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente-Inférieure au XIXe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 2010, p. 289-292. Landel J., « Éducation, assistance et évangélisation. Les Asiles protestants de Ferney-Voltaire », dans Sorrel C., Éducation et religion (XVIIIe-XXe siècle), 2006, université de Savoie, p. 183-196.

51 Rapport imprimé de l’Asile, 1877, p. 8.

52 Jean Roth avance en 1900 le nombre de 356 pensionnaires, auxquels il faut adjoindre ceux de 1900 à 1905 dont nous ne connaissons pas le chiffre exact.

53 Rapport imprimé de l’Asile, 1852-1858, p. 24.

54 ADPA, CEPB, 60J 4, 3 novembre 1905.

55 Id., 30 novembre 1900.

56 Art. 20 du règlement de l’Asile (1855). Voir également Rapport imprimé de l’Asile, 1852-1858, p. 27.

57 ADPA, CEPB, 60J 4, séance du 30 juin 1900.

58 Id., séance du 6 août 1900.

59 ADPA, CEPB, 60J 248/4, année 1903, p. 7.

60 Art. 22 du règlement intérieur de l’Asile protestant (1855). ADPA, CEPB, 60J 4/1, séance du 9 janvier 1901.

61 Roth J., op. cit., p. 128.

62 Rapport imprimé de l’Asile, 1868, p. 4.

63 Id., 1852-1858, p. 21-22.

64 Roth J., op. cit., p. 125. Il est tout de même à noter que les noms n’ont pas été effacés alors que le rapport de Jean Roth a été lu publiquement durant le jubilé et par la suite publié. Ces citations ont donc valeur d’exemple, d’autant plus que ce pasteur est très impliqué, via diverses Sociétés, dans la lutte contre l’alcoolisme.

65 Règlement de l’Asile d’Orthez, Titre IV : règlement intérieur, art. 23 et 24 (1855).

66 ADPA, CEPB, 60J 4, 3 août 1900.

67 Règlement de l’Asile d’Orthez, Titre IV : règlement intérieur, art. 23 et 24 (1855).

68 Rapport imprimé de l’Asile, 1888, p. 7. Pour des raisons financières, il n’est construit qu’en 1900.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Composition du Conseil d’administration.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135756/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Graphique 2. – Composition du Comité des dames.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135756/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Graphique 3. – Les recettes de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1905).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135756/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Graphique 4. – Les dépenses de l’Asile protestant d’Orthez (1852-1905).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135756/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Docteur en histoire contemporaine de l’université de Pau et des Pays de l’Adour et chargée de cours à l’université Toulouse II-Le Mirail (2011-2012). Elle a récemment soutenu une thèse sur le thème « Protestants et protestantisme dans le sud aquitain (1802-1905) : espaces, réseaux et pouvoirs ».

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search