Version classiqueVersion mobile

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Troisieme partie. Structures d'assistance modernes et contemporaines

Le protestantisme mulhousien et ses œuvres au XIXe siècle : éthique et pragmatisme (1798-1870)

David Tournier

Résumé

Cette contribution se propose de questionner, à travers l’exemple mulhousien du XIXe siècle, l’influence de l’émulation interconfessionnelle sur les œuvres protestantes, leur déclinaison et leur évolution. Le rattachement de Mulhouse à la France en 1798 fait subitement entrer la cité réformée dans un espace alsacien multiconfessionnel, et le développement rapide des industries coïncide avec l’afflux massif d’une main-d” œuvre catholique que les fabricants, en charge des affaires municipales, s’efforcent très tôt de prendre en charge dans la veine idéologique de la philanthropie libérale.
Nourries au terreau du Réveil, ces œuvres charitables demeurent localement marginales dans la première moitié du siècle. La charnière de 1850 constitue un point de bascule, sous le double effet d’une brusque prise de conscience du danger politique issu de 1848, et d’une évolution du rapport de force entre les protestants et le camp catholique, qui rassemble désormais les deux tiers de la population urbaine et commence à développer ses propres œuvres.
En lieu et place du rationalisme municipal, prévaut désormais le principe ségrégationniste. Une émulation entre confessions s’instaure, et débouche sur une symétrie des institutions et des œuvres dispensées de part et d’autre de la frontière confessionnelle. Les préoccupations sotériologiques amènent l’action charitable à se recentrer sur la seule communauté d’appartenance, même si le modèle d’un piétisme vindicatif et anti-catholique n’est finalement pas adopté par la municipalité protestante, soucieuse de préserver l’esprit de concorde.

Texte intégral

1Le pluri-confessionnalisme est une réalité agissante en Alsace. L’implantation ancienne et solide des Églises protestantes crée les conditions d’une émulation sur le terrain des discours et des œuvres. Dans ce contexte alsacien, la ville de Mulhouse affiche un caractère original, une spécificité qui découle de la composante particulière de sa population, et de la singularité de son évolution politique et culturelle.

  • 1 D’après ADHR, 6M109-111 : Dénombrement de la population en 1851, État nominatif des habitants de l (...)

2Composante particulière de sa population, parce qu’à un protestantisme alsacien très majoritairement ancré dans la confession d’Augsbourg répond un protestantisme mulhousien d’essence calvinienne. En 1851, plus de 92 % de la population protestante de l’arrondissement se réclame en effet de la Réforme calvinienne, quand les deux autres arrondissements du département concentrent une part prépondérante de luthériens (89 % à Colmar et 80 % à Belfort ; 71 % au total dans le département). La population luthérienne est presque inexistante à Mulhouse (0,2 % à la même date)1.

3Cette particularité démographique renvoie à une singularité historique dans le champ politique. Lorsque, en 1798, la cité consent à son rattachement à la France, elle a derrière elle deux siècles d’autonomie politique (le traité de Westphalie avait concédé l’Alsace à la France, mais conféré l’autonomie à Mulhouse dans le cadre d’une alliance avec les cantons suisses). Cette autonomie politique a renforcé l’aspect autarcique de son évolution culturelle et de ses choix confessionnels. En 1529, dix ans après l’installation à Mulhouse du disciple alors luthérien Nicolas Pragner, la messe avait officiellement été abolie, ouvrant la voie à près de trois siècles de proscription : les catholiques n’étaient pas même autorisés à séjourner en ville, les sacrements catholiques devant se dérouler hors les murs.

4C’est donc un protestantisme urbain insulaire, sûr de son hégémonie et de ses prérogatives qui, dans les toutes premières années du XIXe siècle, intègre progressivement la France concordataire et accueille rapidement des populations catholiques arrivées en masse des campagnes environnantes, attirées qu’elles sont par l’industrie textile naissante. Une éthique protestante, très souvent décrite dans les monographies locales, est à l’œuvre pour prendre très précocement en compte, collectivement, par la voie de l’action municipale et dans la veine idéologique de la philanthropie libérale, la question sociale qui découle de l’explosion démographique et du paupérisme industriel. Les catholiques ostracisés avant la Réunion, représentent 20 % de la population urbaine en 1815, 35 % en 1830, 66 % en 1851, 80 % en 1869. L’émergence progressive du catholicisme, en créant les conditions d’une émulation interconfessionnelle pour le contrôle des âmes, influe sur les options protestantes dans le domaine des œuvres.

5Nous nous proposons ici d’explorer la question des œuvres protestantes mulhousiennes entre la réunion à la France (1798) et l’annexion allemande (1870-1871), en mettant en lumière quelques réalisations, mais surtout en questionnant les conceptions qui les sous-tendent. Celles-ci s’inscrivent dans deux logiques distinctes, complémentaires mais contradictoires sur le fond : celle d’une part des œuvres dispensées de manière rationnelle et indistinctement destinées aux nécessiteux de toute appartenance confessionnelle, et celle d’autre part du maintien d’une relation personnelle et affective entre le dispensateur et ses coreligionnaires nécessiteux. Ces deux logiques coexistent, mais leur poids relatif évolue, le début des années 1850 constituant dans cette évolution un moment charnière.

Protestantisme culturel et philanthropie libérale : les industriels maîtres d’œuvres (1798-1850)

L’émergence rapide d’un courant rationaliste

6Le caractère culturellement insulaire de la ville de Mulhouse, évoqué plus haut, tend au début du XIXe siècle à conférer aux grandes familles locales une identité confessionnelle davantage assise sur des principes et sur une éthique (d’ailleurs très liée aux valeurs libérales dans lesquelles elles s’inscrivent) que sur une pratique individuelle régulière. Les élites mulhousiennes se drapent ainsi en partie dans un protestantisme d’apparat, davantage culturel que véritablement cultuel.

  • 2 Archives du Consistoire réformé de Mulhouse (ci-après notées ACM), dossier no 15 : lettre du préfe (...)
  • 3 En 1835, l’état récapitulatif des locations de places assises au temple protestant français, qui r (...)
  • 4 Pierre Dominique Bazaine, frère du maréchal, installé à Mulhouse en 1832 en tant qu’ingénieur de l (...)

7L’appartenance exclusive des grandes familles mulhousiennes à la religion réformée peine ainsi, dans les premières décennies, à se traduire en actes individuels. De fait, le préfet du Haut-Rhin en appelle en 1832 à la responsabilité du consistoire réformé de Mulhouse afin d’inciter les fidèles fortunés à un engagement personnel dans l’action charitable, précisant que « le concours des ministres de la religion est puissant pour exciter la charité des fidèles2 ». La relative désaffection individuelle des acteurs économiques protestants s’illustre notamment au travers de leur présence irrégulière au temple. L’assistance au culte est alors essentiellement une affaire de femmes3, et il semble que la pratique religieuse masculine se replie préférentiellement dans le cadre familial. L’utilité morale des ministres des cultes va d’ailleurs dans certaines circonstances jusqu’à être contestée par certains notables4, habitués sur le terrain des affaires économiques comme dans l’intimité de leur rapport à Dieu à une certaine indépendance d’esprit.

8Les préoccupations religieuses des industriels mulhousiens sont avant tout pragmatiques. Loin d’être référées à des considérations théologiques ou doctrinales, elles sont prioritairement mues par l’inébranlable conscience de leurs devoirs. La philanthropie des industriels est une obligation morale, contrepartie de la richesse matérielle octroyée par Dieu. Ainsi, par exemple, Jules Siegfried (1837-1922), industriel mulhousien et initiateur du Cercle ouvrier de cette ville avant de devenir maire du Havre puis ministre du Commerce, avait, d’après son descendant et biographe,

  • 5 Siegfried A., Mes souvenirs de la IIIe République. Mon père et son temps : Jules Siegfried (1836-1 (...)

« reçu de ses parents, qui appartenaient à l’Église réformée, une religion simple et forte, à laquelle il est toujours resté fidèle : servir Dieu et collaborer à son œuvre sur la terre... Cette foi ne s’embarrassait pas chez lui d’inquiétudes ou de subtilités : c’était un déisme généreux, comportant une conscience impérative des devoirs envers le prochain... Les controverses relatives au dogme le laissaient indifférent5 ».

9Si les élites locales, caractérisées par un esprit de corps – que renforce d’une part leur filiation directe des grandes dynasties de l’ère républicaine, et qu’assure d’autre part la perpétuation des unions endogames – se réfèrent explicitement à une appartenance protestante, elles peinent dans l’ensemble à s’inscrire concrètement dans une pratique individuelle d’aide matérielle aux pauvres de la ville, au grand dam de certains pasteurs en mal de ressources à destination de leurs pauvres.

10C’est collectivement que les élites se préoccupent de la pauvreté ouvrière et de ses implications morales. La prise en compte de la misère morale et sociale est en effet très précocement confiée à l’autorité municipale, dont les représentants, par ailleurs protestants, sont également les principales figures du patronat industriel. Les patrons mulhousiens n’entendent pas que l’on leur dicte leurs comportements en matière de politique sociale.

  • 6 Vitoux M.-C., Paupérisme et assistance à Mulhouse au XIXe siècle, Strasbourg, Presses universitair (...)

11Ainsi le conseil de charité, fondé à Mulhouse en application de l’ordonnance du 31 octobre 1821 qui en faisait obligation aux communes, n’acquiert jamais de réelle légitimité6. Cette institution, qui réunissait de droit le curé, le président du consistoire et les principaux notables laïcs de la ville, avait pour tâche de contrôler et coordonner l’action de la commission administrative de l’hospice civil et celle du bureau de bienfaisance. Imposée par ordonnance, cette institution entrait en contradiction avec les habitudes d’autonomie décisionnaire de la municipalité et des fabricants.

12C’est localement que les remèdes sont avant tout discutés, et les industriels aux commandes du pouvoir municipal – en appui sur le laboratoire d’idées que constitue la Société industrielle de Mulhouse (fondée en 1826) et sur la loge maçonnique de la Parfaite Harmonie – conçoivent pour faire face aux maux sociaux, un système concret, cohérent et centralisé de réponses, d’essence rationaliste : une prise en compte municipale de la pauvreté ouvrière, référée à des considérations de salubrité morale, et indifférente à l’appartenance confessionnelle des bénéficiaires. Cette posture municipale de neutralité confessionnelle dans la dispense des œuvres s’oppose à la logique consistoriale, qui promeut le principe de ségrégation religieuse dans les pratiques charitables.

13Ainsi en 1826, le conseil de charité fait par exemple l’objet d’un procès d’intention de la part de Matthias Graf, pasteur de la paroisse allemande de Mulhouse, en ce qu’il vient interférer dans la relation directe investie par le donateur dans le cadre de l’aumône manuelle. D’essence philanthropique, les initiatives municipales sont certes héritières de l’esprit de charité chrétienne, cependant en prônant une prise en charge collective, rationalisée et laïcisée de la pauvreté, elles entrent en contradiction avec la collecte ecclésiale des aumônes par le biais des troncs d’églises. Le pasteur Graf s’insurge, en réunion du consistoire, de l’habitude prise depuis cinq ans de reverser annuellement les deux tiers du produit des troncs du temple protestant à l’administration municipale des pauvres de Mulhouse.

  • 7 ADHR, 202J 84 : extrait des registres du consistoire, 5 juillet 1826.

« Dans les autres églises [protestantes du département], un grand nombre de pauvres, pour se recommander aux pasteurs qui partagent les offrandes pieuses, assistent régulièrement au culte. Chez nous, la presque totalité de la classe indigente est étrangère au temple... Les pauvres vertueux de notre église ont le plus des droits à nos aumônes, et c’est sans contredit détourner ces deniers de leur vraie destination, en les versant dans une caisse où doivent aussi puiser des catholiques et des juifs qui, dans leur infortune, peuvent encore avoir recours aux ressources propres à leur culte. Sans doute que le but de secourir des nécessiteux sans distinction de culte est très louable, et que le zèle des personnes qui le dirigent mérite toutes sortes d’éloges. Mais pour cette même raison une administration générale de ce genre et un consistoire qui par sa nature a un cercle d’activité restreint ne doivent pas se confondre7. »

  • 8 Voir à cet égard la mise en regard des membres laïcs élus au consistoire avec leurs fonctions muni (...)

14Ce hiatus entre les autorités municipales et le consistoire de Mulhouse est d’ailleurs d’autant plus remarquable qu’il s’accompagne paradoxalement d’une très grande perméabilité entre les structures administratives et ecclésiales. Les grandes figures patronales qui siègent au conseil municipal se retrouvent également en tant que membres laïcs dans l’organisation consistoriale8. Mais les pasteurs tirent leur légitimité de l’assentiment des laïcs, et ces notables souhaitent garder la main dans le domaine des œuvres et de leur administration.

  • 9 Vitoux M.-C., « Le protestantisme mulhousien dans ses œuvres : l’exemple du Diaconat », Chroniques (...)
  • 10 soit deux ans avant la loi Guizot. La structure communale comprend également une école pour les fi (...)

15En 1831, le conseil de charité est supprimé. L’année suivante, le maire André Kœchlin organise la refonte globale du système d’assistance, avec le souci de « rationaliser en la centralisant la bienfaisance des particuliers qui donnaient de façon indiscriminée et donc inefficace9 ». La collecte des dons particuliers et sa distribution raisonnée, en appui sur un découpage de la ville en quartiers et sur la mise à jour régulière de la liste des ayants droit témoignent de la volonté municipale d’assurer sa prééminence dans le domaine des œuvres de bienfaisance. Celles-ci se déclinent d’ailleurs moins en termes d’assistance que de prévoyance. Il s’agit de développer dans l’esprit des nécessiteux les outils de leur propre responsabilisation afin de leur permettre de sortir par eux-mêmes de leur condition. Citons les dispositifs d’incitation à l’épargne ouvrière, ou encore la refondation de l’école communale en 183110.

En arrière-plan, l’éveil laborieux des conceptions revivalistes

16La prise en compte collective de la misère par les industriels au pouvoir municipal n’oblitère certes pas le penchant naturel de certaines individualités pour les pratiques charitables, à rebours du courant rationaliste jugé insupportable de froideur et d’anonymat.

17Édifiante, à cet égard, est la composition manuscrite rédigée en 1839 par un notable mulhousien, Gabriel Spœrlin, et dans laquelle il met en scène un dialogue imaginaire entre lui-même et son aïeul Jean Michel, décédé en 1797, ancien bourgmestre de la ville avant la réunion à la France. Le bourgmestre se lamente au sujet des malheurs de l’époque, salue certes le développement des industries mais évoque avec force « la plus grande misère et la plus affreuse dépravation humaine » observée dans le réduit du pauvre.

  • 11 CERARE, 99A 2 990 : Composition manuscrite de Gabriel Spœrlin, 1839.

« Cependant on est si charitable ici...
– Charitable ? Tu te trompes, Gabriel, vous n’êtes que philanthropes. Vous donnez des vêtements, de la nourriture à vos pauvres, mais vous oubliez que l’homme ne vit pas seulement du pain qu’il mange ; que son âme a des besoins qui veulent être satisfaits, des facultés qui doivent être cultivées ; que riches et pauvres sont des êtres immortels créés à l’image de Dieu, étrangers et voyageurs ici-bas où ils ont tous les mêmes obligations, les mêmes devoirs à remplir. Vous oubliez, en un mot, votre âme et son origine céleste. Aussi la pieuse charité, cette sainte fille du ciel, effrayée de votre matérialisme, s’est enfuie avec la foi de vos pères, et ne vous a laissé que son ombre froide et décolorée, que vous appelez maintenant philanthropie11 ! »

18Ce dialogue exprime parfaitement le déchirement identitaire, éprouvé par certains anciens à la charnière de la monarchie de Juillet, et la manière dont l’adhésion personnelle à la théologie du Réveil a pu contribuer à apaiser les troubles intérieurs nés de l’observation amère d’un trop rapide bouleversement de la physionomie urbaine aux prises avec le développement industriel. La distinction ménagée par Gabriel Spœrlin entre charité et philanthropie – cette dernière étant dépréciée car vidée à ses yeux de toute référence religieuse explicite – traduit le trouble ressenti par certains de ses contemporains, spectateurs d’une prise en compte trop aride et distanciée de la misère ouvrière.

  • 12 Deux caisses d’initiative patronale sont respectivement fondées en 1804 et en 1824 au bénéfice des (...)

19Certains fabricants, d’ailleurs, ne sont pas en reste, et développent par exemple de leur propre initiative des associations d’encouragement à l’épargne au sein de leurs entreprises, pour investir le canal de la relation privilégiée avec leurs ouvriers nécessiteux, même s’ils adhèrent par ailleurs au principe du centralisme municipal. Le fait est marginal quoique avéré avant 183012 ; il prend de l’ampleur sous la monarchie de Juillet. Ces associations fonctionnent sur le principe de la participation obligatoire des ouvriers des fabriques concernées, et leur gestion est contrôlée par les fabricants, qui président parfois ces sociétés. Les cotisations sont prélevées directement sur les salaires. Les fabricants mulhousiens conçoivent les caisses patronales de secours mutuels comme un outil de moralisation de leurs ouvriers, notamment par le recours à des clauses suspensives, qui gèlent le versement des secours en cas de conduite non conforme à la morale.

  • 13 Le mariage de la fille du pasteur Oberlin avec le pasteur Graf de Mulhouse contribue à y favoriser (...)
  • 14 Cholvy G., Hilaire Y.-M. (dir.), Histoire religieuse de la France (1800-1880), Entre raison et rév (...)

20Les thèses revivalistes recueillent l’assentiment d’une frange minoritaire mais active des protestants mulhousiens. Rappelons que l’Alsace joue un rôle de carrefour, et de diffuseur du Réveil à l’échelon national. C’est le luthéranisme alsacien qui encourage en premier lieu l’abandon de prédications jugées trop intellectuelles et moralistes, et promeut le retour à une religiosité active. Le promoteur du piétisme, Philippe Jacques Spener, naît à Ribeauvillé, même s’il fait sa carrière pastorale outre-Rhin. Par ailleurs, le rôle considérable de Jean-Frédéric Oberlin au Ban de la Roche n’est plus à démontrer13. L’Alsace protestante figure parmi les terrains de prédilection des missionnaires de la Société continentale britannique, l’un des meilleurs soutiens et organes de diffusion du Réveil genevois. Une Société biblique est fondée à Mulhouse en 1820, s’attribuant pour mission de contribuer à la propagation de la Bible au sein de la population protestante, et de réveiller les sentiments religieux. L’essence du message revivaliste repose sur la conviction de la primauté de l’Église, association de ceux qui professent la même foi, et sur celle de « l’autorité plénière de la Bible14 », par opposition au libéralisme, majoritaire à Mulhouse, qui affirme la suprématie du libre examen dans le cadre de la foi.

  • 15 ADHR, 4M44 : lettre du maire de Mulhouse au sous-préfet, 28 octobre 1831.

21Les signes de l’infiltration des thématiques revivalistes à Mulhouse sont tangibles. Les réformés y deviennent friands d’imageries pieuses, comme en témoigne le succès des reproductions du lithographe Engelmann. Le missionnaire Ami Bost, originaire de Suisse romande, diffuse le Réveil en Alsace en sillonnant la région de janvier 1819 à mars 1822. Les prédications de son disciple Louis Bott provoquent l’inquiétude de la mairie de Mulhouse en 1823 et le contraignent au départ. Il revient en ville en 1832, animant des réunions régulières de piétistes qui rassemblent une centaine de personnes. L’assemblée ne bénéficie certes pas de la sympathie de la rue mulhousienne. S’il estime ces réunions inoffensives sur le plan politique, le maire note en octobre 1831 que la foule les conspue et les hue régulièrement à la sortie de leurs réunions15. Il ne faut néanmoins pas mésestimer l’influence progressive des piétistes sur la population, comme le laisse entendre ce prédicateur enthousiaste en 1833 :

  • 16 Lettre d’Alexandre Vinet à son ami Henri Lutteroth, Bâle, 9 mai 1833. Cité par Brandt A., Église r (...)

« J’ai prêché dimanche dernier dans une ville de France où les premières lueurs de l’aube spirituelle blanchissent l’horizon. C’est à Mulhouse. Il y a quelque chose à faire dans cette Babylone des machines, et si je ne me trompe, ce quelque chose s’y fera16. »

22Pour l’heure, la prééminence des industriels mulhousiens sur la vie de la cité assure le succès de la voie rationaliste. Sûrs de leur puissance décisionnaire, investis collectivement dans le traitement raisonné de la misère sociale et morale, ils considèrent globalement comme une atteinte à leurs prérogatives les manifestations trop voyantes d’un revivalisme qui entre en contradiction avec leur lecture libérale de la misère et de son traitement nécessaire.

23Après 1848 se forgera un courant philanthropique « charitable », dans le sillon idéologique préparé conjointement par le Réveil piétiste, le saint-simonisme et la franc-maçonnerie.

Symétries, émulation et concurrence : l’évolution des œuvres protestantes après 1850

24Les œuvres protestantes, après 1850, opèrent un recentrage dans un contexte où se mêlent des enjeux politiques (mis en lumière par le soubresaut révolutionnaire de 1848), et une rivalité confessionnelle dans le domaine de l’action sociale, du fait de l’essor progressif d’un catholicisme urbain qui a désormais pour lui l’avantage du nombre mais n’acquerra que tardivement et partiellement les moyens humains et financiers de contrer la puissance protestante.

Panser les plaies de 1848

  • 17 Et de la Bäckefest (ou « fête des boulangers ») l’année précédente, émeute de la faim qui a ébranl (...)
  • 18 AMM, PII Ab1 : extrait des délibérations du Consistoire réformé de Mulhouse, 9 mars 1853.

25Les œuvres protestantes doivent désormais prendre en compte le danger politique, en tirant les enseignements de 184817, et en proposant aux couches populaires (à qui le suffrage universel concède désormais la citoyenneté) une alternative crédible à la dissidence socialiste. En 1853, une délibération du consistoire juge « indispensable d’opposer de plus en plus la prédication de l’Évangile aux doctrines subversives dont la nombreuse population ouvrière de Mulhouse a été atteinte à la suite des événements de 184818 ». Dès lors, par-delà la seule moralisation, les œuvres sociales protestantes intègrent dans leur réflexion sur les pauvres, la question de l’instruction, de l’encadrement moral et des supports de la sociabilité populaire.

26Après 1848, l’irruption de la classe ouvrière sur la scène politique et l’émergence au grand jour de ses aspirations sociales coïncident avec le constat de l’échec de la bienfaisance patronale à contenir le danger du paupérisme. Les Églises, désormais, doivent œuvrer activement au maintien de l’édifice social. C’est le sens du discours prononcé en 1866 par le pasteur Bernard, lors de l’inauguration du nouveau temple Saint-Étienne.

  • 19 Anonyme, Discours et prières prononcés lors de l’inauguration du temple réformé allemand de Mulhou (...)

« Otez [le Christ] du cœur de l’humanité, et vous faites tomber l’Église. – “Qu’elle tombe !” dira l’incrédule. – Ah ! prenez-y garde ; elle ne tomberait pas seule. Voyez s’arrêter aussitôt ce grand courant de vrai progrès et de vraie civilisation d’où est sortie la société moderne ; tout l’édifice social de dix-huit siècles s’écroule sur ses fondements ; l’Europe recule jusqu’aux époques barbares, ou se replonge dans une fausse civilisation sans Dieu et sans espérance19. »

  • 20 Tournier D., Thèse, op. cit., p. 561-564.

27La prise en compte des aspirations ouvrières en passe par des préoccupations liées au logement. Mulhouse inaugure, sous le Second Empire, un grand ensemble d’habitat ouvrier d’un type nouveau, l’un des premiers du genre en Europe. La cité ouvrière de Mulhouse, issue d’une initiative patronale et construite à partir de 1853, sera citée en exemple jusqu’à Marseille, comme un symbole de l’action philanthropique des industriels à l’égard de leurs ouvriers. L’initiateur de cette construction était le futur maire Jean Dollfus (1800-1888), directeur des manufactures Dollfus-Mieg et Cie. La société par actions, qui prit le nom de Société Mulhousienne des Cités Ouvrières (SOMCO), fut fondée le 10 juin 1853 sous sa direction. Elle regroupait les plus illustres manufacturiers de la ville. L’inspiration religieuse des membres fondateurs, puis des actionnaires, de la SOMCO est tangible au travers de la présence de ceux-ci au sein des structures ecclésiales et consistoriales20. Les préoccupations religieuses ne sont pas prioritaires dans le projet des cités ouvrières, mais les conceptions sociales qu’elles sous-tendent sont imprégnées de morale chrétienne. En échange de la maisonnette et du potager, la famille ouvrière aliène sa liberté de mouvement hors l’usine.

28Les prix pour ouvriers méritants participent de cette même volonté patronale de susciter de la part des ouvriers des comportements conformes à leur propre système de valeurs. Ils consistent en la mise en exergue de ceux, parmi les ouvriers, qui se sont rendus les plus respectables, étant entendu que la respectabilité ouvrière s’acquiert par un travail acharné, une docilité constante et une moralité irréprochable. Cette pédagogie par l’exemple est également investie par l’Église protestante en son nom propre. Elle instaure en 1865, par l’intermédiaire du conseil presbytéral, un prix à destination de familles indigentes et méritantes. Ce prix (environ 500 francs) est financé par les intérêts annuels d’une somme de 10 000 francs provenant d’un don de particuliers. L’argent, destiné à une famille appartenant à la religion réformée, est remis le jour de Noël par le président du conseil presbytéral.

Un métamorphisme de contact

29La lente entrée en scène des acteurs catholiques sur le terrain des œuvres, en créant les conditions d’une concurrence interconfessionnelle jusqu’alors inédite, fait évoluer les protestants mulhousiens dans le sens d’une implication accrue. La question du contrôle des âmes populaires acquiert désormais pour les autorités consistoriales une dimension prioritaire. Longtemps l’assistance aux pauvres pouvait rester du ressort de la municipalité, et mue par des préoccupations rationalistes.

30Alors que l’arrivée incessante de nouvelles populations ouvrières contribue à affaiblir le poids démographique des réformés (un tiers de la population en 1851), la conquête des masses ouvrières constitue un enjeu stratégique de premier ordre sur l’échiquier interconfessionnel. Les options revivalistes, centrées prioritairement sur les besoins des coreligionnaires, supplantent au tournant du siècle les idéaux rationalistes.

  • 21 Leuilliot P., « Le prosélytisme religieux en Alsace sous le Second Empire », Études Politiques, Ca (...)
  • 22 Tournier D., op. cit., p. 362.

31Elles débouchent sur une prise en charge ségrégée selon les cultes. Le procureur général de la cour de Colmar confirme en 1857 l’existence dans le département de « localités où l’on recrute les âmes par l’appât des secours de la bienfaisance21 ». C’est d’autant plus vrai que prêtres et pasteurs constatent avec inquiétude le progressif détachement religieux des classes populaires. Le mariage mixte, par exemple, reflète une aptitude au sacrifice, sur l’autel de l’amour, d’une identité religieuse héritée par lignage, et abandonnée d’autant moins difficilement qu’elle tend à n’être plus qu’un attribut secondaire, et non un héritage inaliénable. Or ces mariages mixtes comptent en 1851 pour un tiers de l’ensemble des unions célébrées à Mulhouse22.

32L’émulation entre les églises catholique et réformée se traduit par une symétrie des structures d’assistance et des œuvres sociales de part et d’autre de la frontière cultuelle.

33En 1852, l’épouse de l’industriel Nicolas Kœchlin sollicite l’aide d’une sœur diaconesse de Strasbourg pour rendre visite aux malades indigents de la ville et leur apporter des soins à domicile. À partir de 1853, les diaconesses furent chargées successivement de la direction de sept « diaconats » pour les différents quartiers de la ville. La participation financière active des membres de l’Église réformée permit, en 1860, la création de la maison du Diaconat.

  • 23 Statuts de l’œuvre du Diaconat (art. 1er).

34Bien que sous l’autorité spirituelle du consistoire, le Diaconat de Mulhouse entrait dans la catégorie des établissements de bienfaisance et de charité. Il fut fondé dans le but de pratiquer la charité chrétienne, et spécialement destinée à recueillir les malades, les infirmes et les enfants sans famille, ainsi qu’à faire donner des soins aux malades pauvres de la ville. Sœurs de charité du culte protestant, les diaconesses intervenaient soit comme institutrices dans les salles d’asile et les écoles primaires, soit comme garde-malades dans les maisons de santé et les hôpitaux. L’aspect prioritairement religieux, et secondairement médical de l’ambition de cette œuvre, transparaît dans ses statuts rédigés en 1860, qui mentionnent que « l’exercice de la charité chrétienne, pratiquée par les diaconesses, forme le but de l’institution23 ».

35Les diaconesses pouvaient s’appuyer sur un comité des dames patronnesses, fondé en février 1854 dans le but de « faire parvenir aux malades pauvres de l’église protestante les soins et secours matériels et spirituels que leur état pouvait exiger ». C’est lui qui organisa la collecte au profit de l’achat de la maison des diaconesses. Les dames se proposaient de seconder les efforts des sœurs pour le soulagement des familles ou individus visités et d’exercer sur eux une espèce de patronage pendant la durée de la maladie. Le comité bénéficiait du soutien financier des protestants.

36Mais ses efforts se tournaient, par la fatalité du critère confessionnel, sur des catégories sociales plus favorisées :

  • 24 ACM15 : lettre de la sœur diaconesse Emilie Hartmann au président du conseil presbytéral, mars 185 (...)

« La diaconesse tout en s’appliquant plus particulièrement à s’occuper des malades appartenant à la classe ouvrière, a été appelée assez souvent à visiter aussi des familles d’artisans et des personnes plus aisées, auxquelles elle a été heureuse de rendre les services qu’on attendait d’elle24. »

  • 25 Extrait des Constitutions de la Congrégation des Sœurs du Très-Saint Sauveur de Niederbronn, Rixhe (...)
  • 26 ADHR, V451 : lettre du préfet au ministre des cultes, 4 juillet 1857.

37Sur le versant catholique, la conférence mulhousienne de la société Saint-Vincent-de-Paul fut fondée en 1846. Elle comptait en 1851 quelque 56 membres, auxquels s’ajoutait une trentaine de bienfaiteurs. La société centrait ses œuvres sur la visite aux pauvres et, à partir de 1851, sur la régularisation des unions illicites parmi les catégories ouvrières, dite œuvre de Saint François-Régis. La communauté des sœurs de Niederbronn installa une filiale mulhousienne en 1853, mais son action ne prit de l’ampleur que dans la dernière décennie de l’Empire. Installées d’abord place Lambert, puis quai du Fossé puis rue du Rempart, elles achetèrent en 1856 une ancienne fabrique d’indiennes, située rue du Bourg. C’est dans ce nouveau local qu’elles fondèrent, au début de 1857, une institution qui, sous le nom de cénobie, donnait asile à cent personnes, ouvrières sans familles venues chercher du travail dans les fabriques de la ville. Initialement vouée à Mulhouse à la seule garde des malades, la congrégation demanda en1867 à pouvoir se consacrer parallèlement à la direction d’un orphelinat où elles accueillaient les jeunes filles abandonnées « jusqu’à ce qu’elles aient reçu l’éducation et l’instruction nécessaires et fait leur première communion25 ». Parallèlement, la congrégation se proposait de soigner gratuitement, à domicile ou dans les hôpitaux, les malades de toutes conditions sociales. Les sœurs de Niederbronn rendaient des services à l’assistance publique « et même aux familles aisées qui ont recours à elles pour soigner leurs malades26 ».

38Un ouvroir des dames fut fondé en décembre 1856 sous la présidence de Mme Miquey, épouse d’un négociant catholique. Il assurait la production de vêtements, destinés aux familles dont le besoin en était attesté par l’intermédiaire des visites régulières des sœurs de Niederbronn. Cette assemblée de dames issues des quelques familles catholiques aisées de la ville, s’attelait également à l’organisation de loteries de charité.

  • 27 ACM15 : délibération du conseil presbytéral, 23 avril 1860.

39Le parallélisme des institutions mises en place par les deux confessions dominantes est frappant. Aux sociétés de patronage et à la Maison du Diaconat répondent la société de Saint-Vincent-de-Paul et les sœurs de Niederbronn. À l’œuvre de saint François-Régis répond dans le camp réformé la société des Amis des Pauvres, vouée à la régularisation des unions illégitimes entre indigents protestants27.

40De l’émulation provoquée par cette concurrence naissent d’inévitables frictions nourries au terreau de l’affrontement idéologique, alors que si le public visé n’est pas toujours strictement clivé. Des stratégies d’accaparement investissent, dans le cadre de cette rivalité, le terrain éducatif (écoles, écoles du dimanche), sanitaire (hôpital, orphelinats), social (visites aux pauvres) et le milieu carcéral. En 1868 seront par ailleurs fondées deux associations distinctes et concurrentes ayant pour but de proposer des activités récréatives aux ouvriers de Mulhouse. Au cercle mulhousien, d’inspiration protestante, répondra le cercle catholique des jeunes gens.

41Le basculement du début des années 1850 est particulièrement bien illustré par le nécessaire réajustement de l’action des diaconesses en milieu hospitalier. Alors qu’en avril 1852, une notice consistoriale insiste sur la non-distinction des bénéficiaires des œuvres mises en place par l’Église réformée, et met en lumière le travail dont s’acquittent les diaconesses auprès des malades de l’hospice « avec le même empressement à l’égard de tous les malades et vieillards sans aucune distinction de culte, comme sans prosélytisme », l’année suivante les diaconesses demandent à pouvoir limiter leurs visites aux seuls malades pauvres du culte protestant.

  • 28 ACM15 : lettre du comité des sœurs au président du conseil presbytéral, 4 octobre 1853.

« Après un an d’essai, le comité est pénétré de l’impossibilité de continuer cette activité sous les conditions actuelles ; nos sœurs se trouvent exposées à des collisions inévitables avec les sœurs de l’Église romaine, et manquent en même temps de l’appui d’une autorité capable de protéger leurs travaux28. »

42Le catholicisme mulhousien ayant d’abord mobilisé ses forces pour reconstruire ses cadres paroissiaux, ce n’est qu’à partir de la décennie 1860 qu’il peut commencer à investir le terrain des œuvres sociales. Sous le Second Empire, face à l’essor tardif du catholicisme à Mulhouse, les notables protestants oscillent désormais entre, d’une part, une sincère empathie à l’égard d’utiles outils d’encadrement moral des ouvriers, et d’autre part une méfiance à l’encontre de tout ce qui menace la traditionnelle hégémonie protestante. En effet, si les institutions catholiques nouvelles participent à circonscrire l’immoralité ouvrière, elles véhiculent également les valeurs de l’adversaire dans le cadre de l’affrontement interconfessionnel.

  • 29 l’Industriel Alsacien, no 58, 19 juillet 1860.

43Emblématique est, à cet égard, le soutien financier qu’octroie en juillet 1860 l’ancien maire André Kœchlin à différentes œuvres. Il donne 200 000 francs au conseil presbytéral de la confession réformée, 200 000 francs à l’hospice civil de Mulhouse et 10 000 francs à l’école israélite d’arts et métiers29. On peut remarquer, malgré l’aspect louable (et unanimement loué) de cette généreuse dotation, que les structures ecclésiastiques catholiques ne font pas, en tant que telles, l’objet des largesses d’André Kœchlin. Même si les sommes versées à l’hôpital civil sont implicitement destinées aux catholiques, qui constituent structurellement l’essentiel des populations pauvres de la ville, l’église catholique n’est pas directement bénéficiaire des dons de l’ancien maire. Il en va de même pour la population israélite, qui profite de ses deniers par le truchement de l’école d’arts et métiers et non par l’intermédiaire de la synagogue. Cette donation est caractéristique d’une conception assez largement répandue au sein de l’élite protestante mulhousienne. Sa générosité est dispensée indistinctement aux nécessiteux quelles que soient leurs confessions, mais ce qui s’affiche comme un esprit de concorde interconfessionnelle ne se départit jamais d’une certaine défiance à l’égard des acteurs catholiques, et donc des structures ecclésiales qu’ils représentent et administrent.

  • 30 En 1851, pour la première fois un catholique est nommé au poste de secrétaire général de la mairie (...)

44La perte par les protestants de leur hégémonie sociale et politique30 les incite à se détourner un peu des institutions destinées prioritairement aux pauvres. Le virage des années 1850 débouche ainsi sur un nouvel engagement confessionnel. C’est bien l’affaiblissement relatif du protestantisme, auparavant en situation d’hégémonie sur le terrain des œuvres, et désormais en concurrence avec les œuvres catholiques, qui conduit les élites à préférer désormais à l’option rationaliste (et donc indifférente à la religion des bénéficiaires) le recentrage sur les seuls coreligionnaires, dont le revivalisme est sans doute le moteur idéologique. La réciproque est sans doute vraie, tant le phénomène semble s’autoalimenter.

Piétisme et piétistes : le triomphe des idées, l’échec des hommes

45La traduction liturgique des conceptions revivalistes est précoce à Mulhouse. Elle fait son entrée dans les sermons officiels à partir des ministères de Jean Spœrlin fils (1821-1839) et Alphonse Petitpierre (1838-1839). Néanmoins ces conceptions s’accompagnent longtemps de la bienséance et de la modération qui conviennent aux esprits mulhousiens. L’intransigeance de quelques prédicateurs évangélistes a pu parfois faire obstacle à la popularité des thèses revivalistes. Dans la décennie qui suit la scission de 1848 au sein de l’Église réformée entre libéraux et évangéliques, le consistoire mulhousien est confronté à l’aspect par trop voyant de la pluralité des opinions de ses ministres.

46Ce sont des sources catholiques qui nous renseignent de la manière la plus limpide sur les dissensions qui clivent la société protestante. En 1850, Delarue, membre de la conférence mulhousienne de la société Saint-Vincent-de-Paul, s’en ouvre auprès de la présidence parisienne :

  • 31 Archives de la société de Saint-Vincent-de-Paul : lettre de Delarue (membre de la conférence) à la (...)

« La mission naturelle de notre conférence [...] est de relever l’esprit catholique dans une ville protestante, et de défendre les fidèles, de les protéger contre le prosélytisme ardent des piétistes. Nous n’hésitons pas à vous faire cet aveu explicite, tout en vous priant de ne lui donner aucune publicité ; car s’il était connu, notre conférence encore faible en serait profondément ébranlée, et peut-être détruite... Il n’est pas inutile que vous soyez informé [...] que nous comptons un bon nombre de protestants (non piétistes, il est vrai) parmi les plus forts souscripteurs pour notre église31. »

47Delarue exprime ici de manière remarquablement claire la position inconfortable des institutions catholiques, tout à la fois désireuses de s’engager efficacement dans la bataille des œuvres pour le contrôle des âmes, et rétives à l’idée d’un affrontement direct avec un protestantisme dont les membres éminents participent en premier lieu au financement de leurs œuvres. C’est sans doute dans ce sens qu’il faut comprendre le constat réalisé par le sous-préfet en 1868. À Mulhouse, écrit-il,

  • 32 ADHR, 1M66 : rapport du sous-préfet au préfet, 1868 (s. d.).

« une bonne entente existe entre les ministres des différents cultes, au point de vue de l’assistance surtout. Et encore bien que les personnes les plus en évidence de la religion catholique y cherchent à faire du prosélytisme, elles ne provoquent pas de froissements et concèdent volontiers aux riches industriels protestants le mérite d’accorder leur concours pécuniaire aux œuvres utiles de toutes les religions32 ».

48Les ministres du culte protestant de Mulhouse, qui sont partie prenante des œuvres charitables, sont traversés par des lignes de fractures idéologiques, qui opposent les libéraux aux revivalistes. Il semble que ce clivage y épouse la distinction entre les deux paroisses de la ville : la paroisse allemande (Saint-Étienne), d’inspiration libérale et la paroisse française (Saint-Jean), plus régulièrement accusée de véhémence par les autorités civiles.

49Le courant évangélique s’incarne en particulier en la personne du pasteur François Puaux, qui est très vraisemblablement visé en particulier par les accusations de prosélytisme portées par Delarue.

  • 33 Président de la Société de l’histoire du protestantisme, et membre fondateur du Musée du Désert, à (...)

50Originaire de Vallon-Pont-d’Arc, François Puaux (1806-1895) fait un très remarqué séjour dans les structures ecclésiales mulhousiennes, en tant que pasteur auxiliaire à la paroisse française (1856-1864). Il mérite que l’on s’arrête un instant sur son parcours personnel et sa généalogie. Son ascendance cévenole l’ancre dans une posture de résistance historique aux assauts de l’Église de Rome. Il deviendra le beau-père de Jules Siegfried (après le mariage de ce dernier avec sa fille Julie en 1869). Il est également le père de Franck Puaux33, et le grand-père maternel du futur historien, géographe et académicien André Siegfried.

51Lors de son accession en 1856 au poste de pasteur auxiliaire de la paroisse française, il provoque une certaine inquiétude au ministère des Cultes. Cette nomination intervient conjointement avec celle d’Henri Bernard, que le ministère qualifie de « grand prêtre du parti piétiste ». François Puaux, pour sa part, suscite la circonspection des autorités centrales : « Partout où il a passé, [il] a troublé les consciences et la paix par ses ardeurs et son zèle de propagande. » Le ministre a, dans un premier temps, refusé de proposer à l’empereur d’agréer « un tel choix, si compromettant pour la paix religieuse d’une ville comme Mulhouse ». Le chef de section du ministère des cultes enjoint ensuite le maire de Mulhouse d’indiquer,

  • 34 AMM, PII Ab2 : 21 janvier 1858.

« dans l’intérêt du gouvernement comme dans celui de la population protestante de Mulhouse, [...] si, à votre connaissance, M. Bernard est réellement aussi ardent qu’on nous le représente, et s’il serait permis d’espérer que votre influence si respectée réussît à le mettre en garde contre celle de M. Puaux, qui me paraît avoir été envoyé parmi vous aux fins de procurer le réveil de cette ville sage et paisible, ce qui veut dire indifférente, dans une langue de ces messieurs dont j’honore la piété sincère, mais dont il est trop permis de contester la discrétion et le jugement34 ».

52Le maire Joseph Kœchlin-Schlumberger précise dans sa réponse que Bernard a agi, au début, avec le zèle du néophyte, mais qu’il s’est depuis assagi. Quant à Puaux, il « paraît se soumettre aux recommandations qui lui ont été faites par les membres laïques du conseil presbytéral et par moi ». Cependant, s’il tentait « de nous pousser dans la controverse et l’intolérance, il n’y réussirait pas ici ; son influence n’est pas assez grande ». Il ajoute que « le refus de la confirmation [de Bernard] comme pasteur titulaire ferait le plus fâcheux effet parmi les fidèles qui aiment et respectent ce pasteur. Je crois qu’un pareil refus non motivé créerait une position des plus difficiles dont probablement on ne manquerait pas d’accuser les catholiques ». La réponse du maire ayant rassuré le ministère, ce dernier avalise l’élection. Il est intéressant de souligner au passage le dernier argument du maire, qui donne toute la mesure de la tension interconfessionnelle qui règne alors à Mulhouse.

  • 35 « Malheureusement dans notre siècle, où le culte des intérêts matériels occupe une si large place, (...)
  • 36 Au cours de la seule année 1857, nous recensons cinq opuscules publiés à Mulhouse. L’un s’intitule(...)
  • 37 ACM14 : Appel aux Protestants de l’Alsace, 21 octobre 1853.

53Une fois confirmé, Puaux ne tarde pas à s’illustrer par son incessante dénonciation du matérialisme, et s’insurge contre l’ostentation du luxe dont se rend coupable une partie des industriels mulhousiens. Lors la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau temple Saint-Étienne en 1859, il rappelle chacun à ses devoirs quant aux œuvres à accomplir pour mériter son salut35. Doctrinaire du piétisme, il signe par ailleurs, pendant son passage à Mulhouse d’ardentes prédications et diverses brochures contre le catholicisme36 dénoncées par l’administration départementale qui s’inquiète des conséquences, néfastes pour l’ordre public, de propos ouvertement polémistes dans une ville pluriconfessionnelle. En 1853, dans un « Appel aux Protestants de l’Alsace », au fil d’un argumentaire destiné à convaincre ses coreligionnaires de participer financièrement à la fondation d’une maison d’éducation protestante en Charente Inférieure, Puaux juge nécessaire de combattre « l’attitude hostile que le clergé romain prend partout contre la Réforme dans les établissements mixtes » et de « soustraire notre jeunesse protestante à l’influence délétère de nos établissements publics, où l’instruction est tout, et l’éducation rien37. »

  • 38 ADHR, V511 : lettre du sous-préfet d’Altkirch au préfet, 6 septembre 1857.
  • 39 ADHR, 1M66 : rapport du sous-préfet, 18 mars 1860.

54D’après le sous-préfet en 1857, « le pasteur Puaux passe à Mulhouse pour un homme exigeant, intolérant, agressif et il a fallu souvent beaucoup de patience et d’esprit de conciliation au clergé catholique de cette ville pour maintenir la bonne harmonie qui paraît exister entre les représentants des différents cultes », même si « les quatre-vingt-dix centièmes du bas peuple catholique ignorent encore aujourd’hui l’existence du pasteur Puaux38 ». Trois ans plus tard, le même sous-préfet note que « la propagande protestante (société biblique) semble prendre plus d’activité depuis quelque temps39 ».

55En août 1862, la sous-préfecture confirme la distinction à Mulhouse entre les pasteurs de l’église allemande, dont elle loue « l’excellent esprit », et les pasteurs français, qui « ne sont ni aussi sages ni aussi modérés ». En 1864, lors de la création d’un cinquième pastorat, Puaux est écarté au bénéfice de Charles Wennagel. Il quitte alors Mulhouse, et choisit l’itinérance, s’illustrant par de nombreuses conférences dans lesquelles il défend le camp évangélique contre le camp libéral. Mais son départ, s’il contribue à soulager les autorités civiles en mettant un terme aux polémiques interconfessionnelles les plus saillantes, n’oblitère en rien la sourde animosité réciproque des tenants des cultes en présence.

56On peut s’interroger sur les raisons profondes qui ont prévalu à son éviction. Est-elle prioritairement imputable à ses prises de position trop vindicatives à l’égard des catholiques, ou bien faut-il en chercher des motifs internes, liés à des conceptions trop peu en phase avec les valeurs libérales du protestantisme mulhousien ? On peut raisonnablement penser que Puaux a été sacrifié sur l’autel du pragmatisme, les élites protestantes mulhousiennes se refusant à cautionner des postures trop hostiles envers le catholicisme, et souhaitant s’économiser le risque d’un conflit ouvert.

57Quoi qu’il en soit, son échec personnel à Mulhouse se double paradoxalement d’une victoire des options qu’il incarne dans le domaine des œuvres. Même si le courant rationaliste est toujours aux commandes du pouvoir municipal, le recentrage des œuvres au bénéfice des coreligionnaires donne raison, quatre décennies plus tard, aux objections du pasteur Graf.

Notes

1 D’après ADHR, 6M109-111 : Dénombrement de la population en 1851, État nominatif des habitants de la commune de Mulhouse.

2 Archives du Consistoire réformé de Mulhouse (ci-après notées ACM), dossier no 15 : lettre du préfet du Haut-Rhin au président du Consistoire de Mulhouse (1832).

3 En 1835, l’état récapitulatif des locations de places assises au temple protestant français, qui recrute ses fidèles dans la bourgeoisie industrielle, révèle le caractère féminisé de la fréquentation du culte. Sur un total de 144 places proposées à la location, les femmes s’en attribuent 121 (84 %). Le phénomène, il est vrai, s’infléchit légèrement dans la tranche supérieure (avec un taux d’occupation féminine de 75 % parmi les places à 20 francs).

4 Pierre Dominique Bazaine, frère du maréchal, installé à Mulhouse en 1832 en tant qu’ingénieur de l’arrondissement, se lie d’amitié avec le pasteur de l’église française Pierre Tachard. Il note dans ses carnets les textes des sermons de son ami, qui se faisaient parfois l’écho de l’indifférence religieuse des paroissiens, voire d’une certaine hostilité. En 1837, par exemple, Tachard évoque les paroles insultantes proférées par plusieurs membres du conseil municipal, qui avaient déclaré l’inutilité des ministres de l’Evangile, et manifesté le vœu qu’ils fussent payés, comme aux États-Unis, directement par leurs fidèles. Brandt A., « Le Réveil à Mulhouse vu par Pierre Dominique Bazaine (1809-1893) », Bulletin du Protestantisme français, Paris, 1968, p. 403-432.

5 Siegfried A., Mes souvenirs de la IIIe République. Mon père et son temps : Jules Siegfried (1836-1922), Paris, Presses universitaires de France, 1946, p. 7-8.

6 Vitoux M.-C., Paupérisme et assistance à Mulhouse au XIXe siècle, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 1985, p. 30-31.

7 ADHR, 202J 84 : extrait des registres du consistoire, 5 juillet 1826.

8 Voir à cet égard la mise en regard des membres laïcs élus au consistoire avec leurs fonctions municipales, dans : Tournier D., L’église, le temple et la fabrique, Relations sociales et interconfessionnelles à Mulhouse au XIXe siècle (thèse), Paris-IV, 2007, t. 1, p. 195.

9 Vitoux M.-C., « Le protestantisme mulhousien dans ses œuvres : l’exemple du Diaconat », Chroniques médicales mulhousiennes, 2011.

10 soit deux ans avant la loi Guizot. La structure communale comprend également une école pour les filles, anticipant ainsi de deux décennies les dispositions légales à cet égard, qui datent de 1855.

11 CERARE, 99A 2 990 : Composition manuscrite de Gabriel Spœrlin, 1839.

12 Deux caisses d’initiative patronale sont respectivement fondées en 1804 et en 1824 au bénéfice des imprimeurs chez Dollfus-Mieg et Cie et des fileurs chez Schlumberger-Kœchlin. AMM, QV Ca 3, Cd 1.

13 Le mariage de la fille du pasteur Oberlin avec le pasteur Graf de Mulhouse contribue à y favoriser l’implantation des idées revivalistes.

14 Cholvy G., Hilaire Y.-M. (dir.), Histoire religieuse de la France (1800-1880), Entre raison et révélation, un XIXe siècle religieux ?, Privat, 2000, p. 51.

15 ADHR, 4M44 : lettre du maire de Mulhouse au sous-préfet, 28 octobre 1831.

16 Lettre d’Alexandre Vinet à son ami Henri Lutteroth, Bâle, 9 mai 1833. Cité par Brandt A., Église réformée de Mulhouse, paroisse Saint-Jean, Trois siècles de vie paroissiale (1661-1961), Mulhouse, 1961.

17 Et de la Bäckefest (ou « fête des boulangers ») l’année précédente, émeute de la faim qui a ébranlé les contemporains malgré son caractère apolitique.

18 AMM, PII Ab1 : extrait des délibérations du Consistoire réformé de Mulhouse, 9 mars 1853.

19 Anonyme, Discours et prières prononcés lors de l’inauguration du temple réformé allemand de Mulhouse, le 1er novembre 1866, Mulhouse, Risler, 1866, p. 34-35.

20 Tournier D., Thèse, op. cit., p. 561-564.

21 Leuilliot P., « Le prosélytisme religieux en Alsace sous le Second Empire », Études Politiques, Cahors, 1961.

22 Tournier D., op. cit., p. 362.

23 Statuts de l’œuvre du Diaconat (art. 1er).

24 ACM15 : lettre de la sœur diaconesse Emilie Hartmann au président du conseil presbytéral, mars 1856.

25 Extrait des Constitutions de la Congrégation des Sœurs du Très-Saint Sauveur de Niederbronn, Rixheim, Sutter, 1871.

26 ADHR, V451 : lettre du préfet au ministre des cultes, 4 juillet 1857.

27 ACM15 : délibération du conseil presbytéral, 23 avril 1860.

28 ACM15 : lettre du comité des sœurs au président du conseil presbytéral, 4 octobre 1853.

29 l’Industriel Alsacien, no 58, 19 juillet 1860.

30 En 1851, pour la première fois un catholique est nommé au poste de secrétaire général de la mairie. Notons l’accession au conseil municipal du négociant catholique Étienne Miquey en 1852. Il y demeure jusqu’en 1865. À cette date, le conseil municipal compte 23 protestants, 8 catholiques et 1 israélite.

31 Archives de la société de Saint-Vincent-de-Paul : lettre de Delarue (membre de la conférence) à la présidence parisienne, 20 mars 1850.

32 ADHR, 1M66 : rapport du sous-préfet au préfet, 1868 (s. d.).

33 Président de la Société de l’histoire du protestantisme, et membre fondateur du Musée du Désert, à Mialet.

34 AMM, PII Ab2 : 21 janvier 1858.

35 « Malheureusement dans notre siècle, où le culte des intérêts matériels occupe une si large place, on se préoccupe plus de l’instruction qui prépare pour le monde que de l’éducation chrétienne, qui prépare pour le ciel ; et cependant que d’éléments de science, de grandeur morale et de prospérité matérielle ne se trouve-t-il pas dans la religion du crucifié !... Pierre fondamentale de l’Église, le Christ est aussi la pierre fondamentale de l’édifice social... Protestants de Mulhouse ! Nous désirons vivement que vous réalisiez, dans vos personnes, le type du vrai chrétien. Vos devoirs sont grands, vous avez chacun une âme immortelle à sauver ; responsables de cette âme, vous l’êtes aussi de cette jeune génération que vous précéderez dans la tombe », extrait du discours du pasteur Puaux, retranscrit dans : Anonyme, Pose de la première pierre fondamentale du temple protestant allemand à Mulhouse, le 15 août 1859, Mulhouse, Risler, 1859, p. 8-9.

36 Au cours de la seule année 1857, nous recensons cinq opuscules publiés à Mulhouse. L’un s’intitule Est-il plus facile d’être protestant que d’être catholique ? Il est par ailleurs l’auteur d’un brûlot anticlérical à succès, intitulé L’anatomie du papisme (troisième édition en 1860).

37 ACM14 : Appel aux Protestants de l’Alsace, 21 octobre 1853.

38 ADHR, V511 : lettre du sous-préfet d’Altkirch au préfet, 6 septembre 1857.

39 ADHR, 1M66 : rapport du sous-préfet, 18 mars 1860.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine (université Paris IV-Sorbonne), membre du CRESAT (EA 3436) et chargé d’enseignements à l’université de Haute-Alsace.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search