Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Troisieme partie. Structures d'assistance modernes et contemporaines

Les dames protestantes de la miséricorde et la naissance d’un diaconat féminin à Nîmes au XVIIe siècle

Philippe Chareyre

Résumé

Les visiteuses de l’hôpital, dès les années 1580, puis les dames de la charité protestantes à partir des années 1660, citées au fil des délibérations consistoriales n’ont pas laissé de traces écrites de leur activité. Elles ont cependant constitué une cheville ouvrière de l’action charitable de l’Église réformée de Nîmes. Relais féminin du consistoire, elles font preuve d’une grande souplesse face aux interdictions administratives successives et aux évolutions de la pauvreté, témoignant d’un grand élan chrétien d’assistance qui préfigure le diaconat féminin, et l’importance des œuvres dans la ville du XIXe siècle.

The women visitors of the hospital from the 1580s and the Protestant ladies of charity from the 1660s listed over the deliberations of the consistory of Nimes have left no written records of their activity, nevertheless they constituted one of the linchpins of the poor relief of the Reformed Church of Nimes. Female relay of elders and deacons, they show great flexibility in responding to successive administrative bans and changes in poverty, reflecting in the city a big boost Christian assistance for the poor that prefigures the female diaconate and importance of poor relief in the nineteenth century city.

Texte intégral

  • 1 Kingdon R. M., “Social welfare in Calvin’s Geneva”, American Historical Review, no 76 (1971), p. 5 (...)

1Les œuvres charitables apparaissent comme l’une des principales préoccupations du consistoire de Nîmes dès les premières semaines de sa création. Elles occupent par la suite une part croissante de son activité jusque dans les dernières années de son existence. Cette caractéristique le distingue en particulier du consistoire de Genève qui s’attache essentiellement à la réformation religieuse et morale des membres de son Église, la gestion de la pauvreté relevant de l’hôpital général créé en 15351. Elle provient en effet de la situation particulière de la Réforme en France qui n’est jamais devenue religion d’État, ce qui a conduit les Églises à composer avec les institutions civiles et les a placées, notamment dans le domaine de la charité, en situation de rivalité face au catholicisme tridentin.

  • 2 Davis Z. N., Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Seuil, 2003, p. 176-181.

2Le consistoire de Nîmes a donc attaché une importance particulière à l’assistance charitable qui relève tout autant d’un devoir religieux que d’un besoin social. L’aide envers les pauvres fait en effet partie intégrante de l’amour que le chrétien doit à son prochain (selon Luc 10, 27) qui a pour but la pacification des relations au sein de l’espace public comme de la sphère familiale, et le soulagement des misères humaines. L’aide aux pauvres est donc une conséquence de la foi donnée par Dieu, une forme de contre-don inépuisable dont les pauvres sont les vecteurs passifs2. L’assistance charitable est ainsi bien plus qu’une réciprocité matérielle, elle est avant tout spirituelle, et obligatoire à peine de « malédiction éternelle » selon Jean Taffin, auteur de l’un des principaux ouvrages de piété paru à Amsterdam en 1594 et plusieurs fois réédité à Genève jusqu’en 1668, et constitue un des points qui déterminera ou non la damnation lors du jugement dernier :

  • 3 Taffin J., Traicté de l’amendement de vie comprins en quatre livres, Pierre de Saint-André, Genève (...)

« Non... que par œuvres de charité nous puissions mériter ce royaume éternel... mais d’autant que ces œuvres de charité sont les vrais fruicts, effects et marques de nostre foi et consequemment de nostre election et adoption, ensemble le chemin par lequel il veut que nous marchions, pour aller prendre possession de son royaume éternel3. »

3Le consistoire s’emploie donc légitimement à coordonner et encadrer l’action des fidèles pour faire respecter l’orthodoxie de la théologie réformée sur les œuvres charitables, et se donne pour but de soulager la misère du temps sur laquelle il se lamente régulièrement. Souvent submergé par les demandes auxquelles ses moyens ne lui permettent pas de répondre, il utilise le critère de l’époque qui distingue les véritables pauvres des oisifs, auquel celui de l’appartenance confessionnelle vient s’ajouter. L’assistance est en effet un moyen d’attraction puis de maintien des populations indigentes dans le giron de l’Église. Expression de la foi, instrument de contrôle social, l’assistance charitable est aussi un moyen d’édification qui participe de l’œuvre globale de réformation dont les pauvres ne peuvent être exclus.

4À Nîmes, les pasteurs, diacres et anciens participent tous à l’encadrement de l’assistance, et le consistoire qu’ils composent, comme toutes les assemblées délibérantes de ce temps, est exclusivement masculin ; cependant l’œuvre charitable est un domaine d’intervention dans lequel les femmes ont joué un rôle certes circonscrit, mais qui s’avère parfaitement reconnu tout au long de la période, s’adaptant à l’évolution de la législation royale, à la concurrence catholique et aux rapports de forces confessionnels au sein de la cité.

Le monopole consistorial de la charité

  • 4 Chareyre P., « L’installation de la discipline calviniste d’après le premier registre du consistoi (...)
  • 5 Archives départementales du Gard (ADG) 42J 28, art. 8, 9, 11, 12, 15, 17, 23, ainsi que deux autre (...)

5Le premier registre du consistoire de Nîmes qui débute le 23 mars 1561, témoigne de la pratique dès l’origine de l’exercice collectif de la charité4. La séance du 5 avril est d’ailleurs presque exclusivement consacrée à l’aide aux malades et à l’encadrement des quêtes. Sept des vingt-quatre articles de la discipline particulière de l’Église de Nîmes rédigée dans les années 1580, sont consacrés à la gestion des deniers des pauvres, témoignant ainsi de l’importance de l’action charitable dans l’action consistoriale5.

« VIII. Un diacre et ses deux anciens lèveront pour les poures un quartier de l’année et les autres apprès par ordre...
IX. Celluy qui fault de se treuver à lever pour les poures sans avoir mis aultre en sa place ce soubmect à payer l’interest aux poures à l’arbitrage du consistoire.
XI. L’on compte chascun dimenche les deniers des aumosnes ordinaires dont le recepveur se charge et le contrerolleage de la main de l’un des diacres en demeure en un libvre exprès dans l’armoire desdicts deniers au temple puis ledict recepveur en tire acquit en son libvre des deniers pour la distribution ordinaire et retient les mandementz et descharges qu’on luy envoye, sur quoy on luy passe ses comptes. »

  • 6 Chareyre P., « Le ministère des diacres à Nîmes aux XVIe-XVIIe siècles », Agir pour l’Église, acte (...)
  • 7 BNF, ms fr 8668, 5 septembre 1659, fol. 211 et ADG 42J 43, 28 octobre 1676, fol.  219, 27 septembr (...)

6Il n’y a pas dans cette institution, de fonction particulière dédiée au traitement de la pauvreté. S’il existe bien dès l’origine un receveur de la bourse des pauvres, ou receveur des pauvres, désigné annuellement qui a la charge de la comptabilité, sous la surveillance d’un auditeur, la collecte et la distribution des fonds sont assurées aussi bien par les diacres que par les surveillants ou anciens dans le cadre des quartiers consistoriaux. On ne peut donc parler de diaconat pour désigner à cette époque l’action charitable de l’Église réformée de Nîmes car les diacres, selon les dispositions dérogatoires prévues par la discipline des Églises réformées de France, exercent une fonction de direction et de représentation, laissant davantage le soin aux anciens de son administration quotidienne6. Les pasteurs ont plus spécialement en charge la visite des prisonniers, dont ils s’acquittent avec plus ou moins de régularité. Ce n’est que lorsque la concurrence catholique se fait de plus en plus menaçante que des règlements seront pris pour en assurer la continuité. Ils s’y rendent généralement le dimanche à tour de rôle, lorsqu’ils n’ont pas eu à prêcher dans la semaine, ils y disent la prière et rendent compte parfois des nécessités des prisonniers. La visite de l’hôpital, qui fait l’objet de multiples délibérations, est généralement assurée par les écoliers en théologie qui viennent y dire des prières une à deux fois par semaine7.

  • 8 ADG 42J 41, fol.  431.

7Si les registres consistoriaux récapitulent l’ensemble des mesures concernant l’organisation de l’assistance jusqu’aux distributions personnelles, la gestion courante s’effectue dans la cadre d’un bureau des pauvres, dont l’existence est attestée dès le 9 janvier 1583, qui se tient chaque premier dimanche du mois. Il est encore signalé le 7 janvier 1671, mais le samedi matin8. Ce fonctionnement sous forme de bureaux ou de commissions est d’usage tout à fait courant dans l’administration de la vie municipale, et permet d’éviter l’engorgement de l’institution de tutelle.

  • 9 Chareyre P., « Consistoire et catéchèse : L’exemple de Nîmes XVIe-XVIIe siècles », Catéchismes et (...)
  • 10 Chareyre P., « Le communautarisme au service de la liberté religieuse : l’assemblée protestante de (...)

8L’action charitable est donc l’une des préoccupations constantes du consistoire de Nîmes. Si jusqu’au milieu du XVIIe siècle, elle occupe globalement un quart des inscriptions délibératives, la proportion s’inverse progressivement. Plusieurs causes à cela, tout d’abord les pestes de 1647 et 1649, qui accroissent la pauvreté et exacerbent la concurrence charitable entre les deux Églises, les luttes autour de l’hôpital qui gonflent le nombre des délibérations concernant la pauvreté. Parallèlement, les sujets qui avaient jusqu’alors constitué la majeure partie de l’action consistoriale diminuent, comme la censure publique qui ne s’applique plus qu’aux cas extrêmes et aux proposants dans une Église assiégée. Alors que se développe une pédagogie particulière fondée sur le développement des catéchismes et les cérémonies collectives des jeûnes9, le traitement des affaires « politiques » est assuré par une autre institution, l’assemblée des Trois-corps10.

Graphique 1. – Répartition thématique des délibérations inscrites dans les registres du consistoire de Nîmes 1580-1679.

  • 11 Taffin J., op. cit., p. 92.
  • 12 Mentzer R., “Organizational endeavour and charitable impulse in sixteenth century France : The cas (...)

9Le consistoire cherche à encadrer très étroitement les collectes des deniers pour les pauvres, afin de s’en attribuer le quasi-monopole. Jean Taffin considère que ses membres sont des « receveurs de Dieu11 » auxquels on ne peut se dérober sous peine de désobéissance au commandement de charité et donc de « malédiction éternelle ». Ainsi les anciens deviennent de véritables percepteurs des deniers des pauvres dans leurs quartiers, s’appuyant sur les mêmes listes que les percepteurs des deniers du ministère12.

10Le consistoire de Nîmes veille donc strictement au traitement de la pauvreté en contrôlant tout autant le recouvrement des quêtes et des legs, que la distribution des sommes encaissées. Le contrôle des quêtes passe par une surveillance étroite des hommes et surtout des femmes qui en prennent l’initiative, de même que des corporations.

  • 13 BNF ms fr 8666, 12 septembre 1561, fol.  33 vo.
  • 14 BNF, ms 8666, fol.  3 vo.
  • 15 BNF ms fr 8666, 11 novembre 1562, fol.  174 vo.
  • 16 ADG, 42J 37, fol.  174.

11Interdisant la mendicité publique en ville, il s’oppose également aux quêtes publiques ad nominem et ne délivre que très exceptionnellement des dérogations tout en en bornant très étroitement l’ampleur, le montant et en précisant la destination de l’aide. Dès les premiers mois de son existence, il ordonne que les femmes « ne questeront par la ville que ne soyent depputtees13 ». C’est ainsi que le consistoire décide dès le 5 avril 1561 de désigner quatre femmes par surveillance autorisées à quêter14. Cependant cette mesure ne parvient pas à empêcher les initiatives privées. Lorsqu’il apprend en novembre 1562 que deux femmes ont déjà récolté trente sous et veulent en obtenir trente de plus pour faire faire une robe à « une pouvre femme d’Aygues-Mortes nommee Donne Marguerite estant presque nue » sans autorisation, il décide de l’assister de cinq sous par semaines avec une avance d’un mois15. Il est encore besoin de rappeler le 7 janvier 1579, que « nulle quete ne sera faicte sans le sceu et consentement du consistoire. Sera baillé un billet par les ministres à celles qui voudront demander », puis le 12 juin 1602, de faire une exhortation en chaire contre les quêtes qui se font sans la permission du consistoire « pour les abus que se y comettent », et de la réitérer le 1er avril 162616.

  • 17 BNF ms fr 8666, 9 décembre 1562, fol.  184 ro.
  • 18 BnFBNF ms fr 8667, 21 mai 1578, fol.  10.

12Le consistoire autorise essentiellement les quêtes limitées à un quartier, une profession, une famille. Un serrurier n’ayant pas les moyens de payer le mariage de sa fille réclame assistance en 1562 ou l’autorisation de faire faire une quête ; il obtient alors que « la mere et tante de la fiancee pourront fere queste aux bonnes maisons jusques à dix livres seulement pour ceste foys et sans consequence17 ». En 1578, les femmes de Laurent Vidal et Moleri obtiennent de faire une quête parmi les voisins pour assister un tondeur18.

  • 19 ADG, 42J 33, 11 janvier 1606, fol.  80.
  • 20 ADG, 42J 33, 17 janvier 1608.
  • 21 ADG, 42J 34, 27 octobre 1610, fol.  228.
  • 22 ADG, 42J 38, 30 novembre 1633, fol.  77.

13Les cardeurs plus particulièrement visés pour ce fait, sont censurés en 160619 et lorsque deux ans plus tard, deux d’entre eux sollicitent l’autorisation d’organiser une quête pour l’un des leurs, malade et chargé de famille, elle n’est accordée que sous réserve d’être limitée à ceux de leur état, et à charge de vérification de la pauvreté du destinataire par l’ancien du quartier20. En 1610, lorsque trois maîtres cardeurs formulent une autre demande, le consistoire décide d’accorder trente-deux sous au nécessiteux, en attendant de s’enquérir sur sa pauvreté21. Les anciens privent donc ainsi la corporation de l’une de ses fonctions d’entraide, en se souciant de la nature de la pauvreté comme de la moralité et de la confession du destinataire, contribuant à marquer la frontière confessionnelle au sein même des associations de métiers. Ainsi, Pierre Espérandieu est « grièvement censuré » en 1633 pour avoir fait une quête pour un papiste22.

  • 23 ADG, 42J 30, 1er avril 1592, 20 juillet 1594, 13 août 1594, 42J 34, 21 janvier 1609, 42J 36, 26 ja (...)
  • 24 ADG, 42J 39, Le maximum enregistré est le 19 février 1653, pour 304 l. 1 s. 8d.
  • 25 ADG, 42J 34, 11 avril 1612, fol.  338.
  • 26 ADG, 42J 32, 22 janvier 1603.

14Afin de suppléer aux besoins de quêtes privées, le consistoire fait placer en 1592, cent boîtes dans les boutiques des marchands de la ville « pour demander pour les pouvres ». Le succès est tel que deux ans plus tard, deux cents nouvelles boîtes sont fabriquées, puis encore en 1609, en 1622 et en 166423. Les recettes sont assez importantes et varient entre cent et trois cents livres24. Ces boîtes sont étroitement surveillées par les anciens qui les relèvent dans leurs quartiers, et lorsque le sire Lalhau prélève vingttrois sous dans la boîte en avril 1612 pour un sien parent nécessiteux, il est décidé qu’il restituera la somme et de lui remontrer « de suivre l’ordre quy est estably pour le fait des boittes25 ». Des troncs sont également placés dans le temple de la Calade, leur nombre est porté à trois en 1603, à l’occasion de l’ouverture des deux nouveaux accès de la porte de la Madeleine et de la porte de M de Nages26. Ils viennent compléter les collectes effectuées aux issues du temple par les diacres et les anciens à la fin de chaque prêche.

  • 27 ADG, 42J 28, « Le surveillant du cartier où demeure le sollissiteur des léguatz et deniers des pou (...)
  • 28 ADG 42 J 35, 05/12/1618.

15Le consistoire est enfin très attentif à la perception des legs qu’il encourage. Il doit dans un premier temps faire procéder au versement des sommes prévues sur les testaments, et doit pour cela employer un « solliciteur des légats » placé sous l’autorité de l’ancien du quartier de sa résidence selon l’article 15 de la discipline particulière de l’Église de Nîmes27. Il s’agit d’inciter les habitants de la ville au devoir de charité jusqu’à leurs derniers instants, lorsque qu’ils s’apprêtent à se dépouiller des biens terrestres pour connaître la félicité de la vie éternelle. Ce geste, juste retour de la foi donnée librement par le Créateur n’engage cependant dans la théologie réformée que le testateur. L’héritier qui ne peut rien pour le salut de l’âme du défunt se révèle bien souvent un mauvais payeur que le consistoire assigne en justice, ou bien il tente simplement d’user de ce legs comme un geste privé, voire clientéliste de charité. Ainsi en 1618, lorsque Madame de Rochemore décède en léguant trois cents livres, son époux, président du présidial, déclare vouloir en distribuer la moitié, soit vingt-cinq écus à une « famille honteuse », quinze livres à un aveugle et soixante livres à deux autres pauvres ; devant l’importance du personnage et eu égard également à la spontanéité de son paiement, le consistoire défère à sa demande à la condition toutefois, que la moitié restante soit versée à l’Église28.

  • 29 ADG 42J 33, 24 octobre 1607.
  • 30 ADG 42J 28, 7 mai 1586.
  • 31 ADG 42J 31, 21 août 1596, fol.  118.
  • 32 ADG 42J 37, 13 mars 1624, fol.  25 et 27 mars.
  • 33 ADG 42J 29, 18 juillet 1590.

16La destination des sommes levées sous le regard de Dieu est donc la principale préoccupation du consistoire. La surveillance porte en effet autant sur l’état de nécessité du destinataire, que sur la valeur morale de l’aide ; c’est pour cela qu’il refuse à la demoiselle de Rulman, épouse de l’un des diacres en 1607, d’organiser une quête pour un prisonnier condamné à vingtcinq livres d’amende, car il a été condamné pour vol29. La stricte attention apportée par le consistoire à la distribution des aides, lui donne le moyen d’assurer un contrôle social et moral auprès des fidèles les plus pauvres. Le don est en effet l’occasion de prodiguer une exhortation, comme celle adressée au soldat Anthoine le Goulut, malade, qui reçoit dix sous et se voit remontrer ses « imperfections », puis est exhorté « de fere mieulx doresnavant et de vivre plus modestement30 ». En 1596, Anne Lamberte est assistée de sept sous par semaine, mais son mari est encouragé à travailler sous peine d’être chassé de la ville31. Quant à Fixoris, il est rayé de l’assistance ordinaire en 1624, pour avoir mis sa servante enceinte32. Dans d’autres cas, les secours spirituels sont étroitement associés au secours matériel comme pour le jeune Isaac, serviteur « extremement malade et miserable » qui après s’être vu octroyer une augmentation de sa pension de sept sous six deniers, est exhorté « de panser à son âme et de se dispozer à tout ce que Dieu vouldra fere de luy, attandu qu’il se voit si extenué et tant malade comme il est, et le prier soir et matin et avoir aultant de soin de son salut comme de provoir à son corps33 ». Les dons font l’objet d’un même contrôle. Ainsi, le 20 novembre 1583, la demoiselle d’Aubais qui veut donner quelques habillements « à quelques pouvres que feussent vrayement pouvres » requiert le consistoire de l’y autoriser.

17Le consistoire encadre donc étroitement la distribution et en tout premier lieu, celle qu’il gère directement. Chaque ancien établit la liste des vrais pauvres de son quartier et veille au bon usage des aides qui sont versées, notamment les aides hebdomadaires qui peuvent être, le cas échéant, interrompues. Il s’occupe ainsi des « véritablement pauvres », les malades, les orphelins ou les plus vieux, les veuves, de même que les infirmes qui tous ne sont pas en mesure de travailler. Le consistoire procède également à la recherche des « pauvres honteux », ceux qui n’osent pas recourir à la charité de l’Église. L’aide peut être ponctuelle, en nature, le plus souvent en habillement, elle peut être médicale par des soins prodigués par l’apothicaire ou le médecin de l’hôpital. Elle peut également être régulière, alimentaire ou pharmaceutique, et versée aux « pauvres ordinaires » pour un montant généralement de cinq sous hebdomadaires, le temps de soigner une maladie, une blessure ou plus longuement pour les infirmes et les veuves. Il verse des dots aux jeunes filles en âge de se marier et dans une proportion plus grande, place en apprentissage les jeunes garçons. Si le consistoire s’occupe essentiellement des pauvres de la ville, il lui arrive aussi d’aider les réfugiés des villes et villages voisins en temps de guerre ou de persécution, de même que les néophytes, ou les voyageurs porteurs de recommandations émises par d’autres Églises ou des pasteurs. Enfin, il ne s’occupe pas d’aider les autres errants, et laisse aux autorités urbaines le soin de leur donner la « passade » aux portes de la ville.

18L’action charitable à Nîmes est donc très strictement encadrée par le consistoire qui la considère comme relevant de ses prérogatives. Cette institution masculine s’immisce dans les anciennes pratiques de solidarité pour établir un nouveau modèle édifiant et moralisateur du traitement de la pauvreté. Les femmes, organisatrices traditionnelles des quêtes urbaines, de même que les corporations sont donc victimes de la mise en place de l’institution. Toutefois, elles réussissent à trouver leur place au sein de ce nouvel ordre, notamment dans l’aide aux plus pauvres, ceux qui sont recueillis à l’hôpital.

Les Visiteuses ou demoiselles de l’hôpital 1583-1662

19Dans un premier temps donc, le consistoire reprend à son compte la tradition des quêtes féminines en la dotant d’un véritable règlement. Cette pratique devient alors systématique et constitue une source de revenus régulière pour la bourse des pauvres. La charge qui n’est plus ponctuelle, est répartie hebdomadairement entre plusieurs femmes désignées par les anciens, ainsi qu’il est décidé en avril 1561 :

  • 34 BNF ms fr 8666, 5 avril 1561, fol.  3 vo.

« Que quatre femmes de chacune surveillance par tour seront eleues toutes les septmaines pour quester par toute la ville pour les pouvres et recueillir les aulmosnes. Et pour la present septmaine de la surveillance de Me Arnaud Alizot, la femme de Me Guichard, de Pierre Baudan, la mère de Monsieur Felix et Maltret34. »

  • 35 BNF ms fr 8666, 3 septembre 1561, fol.  31 ro.

20Il est précisé en septembre 1561, que la quête sera effectuée le dimanche suivant35. Cependant, la lacune des registres pour les années 1564-1577 ne permet pas de suivre l’évolution de cet usage. Il semblerait que les anciens aient par la suite, pris le relais de ces quêtes dans le cadre de leurs surveillances car en 1578, à partir de la reprise de la documentation, le domaine d’intervention des femmes a été déplacé vers l’hôpital. Elles assurent alors au sein de cette institution contrôlée par le consulat, le prolongement de l’action consistoriale dans le domaine charitable. Leurs interventions sont alors rythmées par les rapports de forces confessionnels dans la cité.

  • 36 ADG 42J 31, 25 janvier 1602, fol.  460.

21En 1602, sous l’impulsion du pasteur Jérémie Ferrier, le consistoire renouvelle l’institution de la visite hebdomadaire des pauvres de l’hôpital par deux femmes, désignées sous le nom de « visiteuses de l’hôpital » ou de « demoiselles qui font la visite de l’hospital », et décide d’informer les fidèles en chaire « que ci-devant on avoit acoustume que damoiselles estoient depputées et priées de vizitter chescunne sepmaine les poures tant de l’hospital que autre, et que cela auroit esté interrompu et qu’il seroit necessaire de le remettre. » Le choix de celles-ci intervient officiellement en consistoire, sur proposition des anciens, à partir d’un « rôle des demoiselles et autres honorables personnes » de leurs quartiers respectifs36. Leurs noms figurent généralement de façon récurrente en fin de délibérations et sont ensuite récapitulés à la fin de chaque registre jusqu’en 1628, lorsque la dernière guerre de Rohan et le siège de la ville, puis la peste, viennent perturber le fonctionnement des institutions urbaines.

  • 37 ADG 42J 32, 27 novembre 1602, fol.  125.

22La remise en vigueur de cette pratique répond à deux impératifs, le premier étant celui de faire face à une pauvreté très importante, le retour à la paix civile n’ayant pas encore produit ses effets : « le nombre des poures en ceste ville est sy grand que par les rues on ne voit et on n’oit que de poures37 » ; le second consiste à faire face au retour des institutions et congrégations catholiques dans la ville à la faveur de l’édit de Nantes. C’est ainsi que sur la plainte du pasteur Olivier déplorant qu’à défaut d’assistance, un homme et une femme ont reçu à l’hôpital l’hostie de la part des chanoines, le consistoire décide :

  • 38 ADG 42J 35, 29 juillet 1615, fol.  188.

« De donner charge à Messieurs Descoffier et Candy, escholiers en théologie, de visiter chacun d’eux une fois la sepmaine ledict hospital, et advertir ceste compagnie de ce que s’y passera. Oultre que l’ancien qui nommera chacung jour le mercredy des damoyselles pour la visite, sera soigneux de scavoir chacung jour desdictes damoyselles l’estat de l’hospital et en advertir ceste compagnie38. »

  • 39 Taffin J., op. cit., p. 90.

23Les jésuites signalés à partir de 1618 dans cet établissement, deviennent ensuite les principaux adversaires de l’institution consistoriale. Il convient également de rappeler que ces exercices sont considérés comme de véritables manifestations de la piété que le consistoire souhaite encadrer : « La visitation engendrera sans doute, la compassion du cœur39. »

  • 40 Mentzer R., “Organizational endeavour...”, op. cit., p. 174-177.
  • 41 Chareyre P., « Le consistoire de Nîmes et l’Édit de Nantes », L’édit de Nantes, sa genèse, son app (...)

24Les visiteuses de l’hôpital, choisies parmi les « demoiselles et autres honorables personnes » ont en effet un rôle d’édification. Les deux premières, les demoiselles d’Aubais et de Rochemore, appartiennent à la noblesse protestante, d’épée pour la première, et de robe pour la seconde, vraisemblablement l’épouse du président du présidial. Les deux suivantes sont les épouses du lieutenant criminel et du lieutenant clerc, puis viennent celles des conseillers et des avocats. Ce mode de désignation qui suit les cadres de la hiérarchie urbaine, reprenant peut-être les listes des contribuables de l’Église classés par états dans les rôles40, montre tout le prestige qui est accordé à cette institution. Elle permet tout d’abord d’assurer une cohésion de la société protestante, qui entre dans le cadre du nouveau modus vivendi régi par l’édit de Nantes, considéré trop favorable au catholicisme par l’élite protestante nîmoise41. Le niveau de fortune des demoiselles permet ensuite d’apporter de meilleurs secours aux plus pauvres. Jean Taffin reconnaissait le mérite de faire appel aux élites :

  • 42 Taffin J., op. cit., p. 90.

« Les grands et riches du monde se devroyent accoustumer à cest exercice de charité. Car comme en visitant les povres, leur humilité donneroit grand poids à leur charité, aussi la visitation esmouveroit leurs cœurs, pour subvenir plus libéralement de leur abondance aux diseteux42. »

  • 43 ADG 42J 28, 20 novembre 1583.

25Enfin, cette pratique est sans doute aussi l’occasion d’encadrer les élans charitables des dames de la bonne société, et ce n’est peut être pas un hasard si la première demoiselle de l’hôpital nommée est la baronne d’Aubais qui avait déjà demandé au consistoire en novembre 1583, de lui donner la liste de « quelques pouvres que feussent vrayement pouvres » pour leur donner des vêtements43.

  • 44 Olson J. E., Calvin and social welfare. Deacons and the bourse française, Selinsgrove, Associated (...)

26Les listes des demoiselles sont régulièrement tenues jusqu’en 1628 et mentionnent parfois l’origine sociale de celles-ci. Il semblerait que les désignations hebdomadaires des deux demoiselles obéissent à une homogénéité de rang social, épouses de magistrats, de marchands, on trouve à deux reprises les mentions de deux sœurs ou de deux belles-sœurs. On ne trouve pas spécialement les épouses des diacres et des anciens ou des consuls en exercice, contrairement à ce qui a pu être noté ponctuellement ailleurs44. Au fil des années, l’ensemble de la bonne société nîmoise semble avoir participé à cette œuvre puisque l’on trouve également des personnes de rang social moindre : épouses de notaires, de procureurs, de greffiers, d’orfèvres, d’apothicaires, de tonneliers, de teinturiers, de tondeurs, de boulangers, de bouchers, d’aubergistes, ce qui laisse penser que cette pratique a été un succès.

  • 45 ADG 42J 37, 6 juin 1629, fol.  335.
  • 46 ADG 42J 37, 3 septembre 1631, fol.  475.
  • 47 ADG 42J 37, 5 février 1631, BNF ms fr 8668, 4 février 1654, ADG 42J 39, 4 décembre 1647, « Me Paul (...)

27L’institution s’adapte aux circonstances du siège de 1629. Les femmes du capitaine Forget Dalmieres et de Flageolet sont priées en juin, de visiter les blessés qui sont aux Arènes, dans la maison du juge criminel et ailleurs « pour avoir soing d’eulx et de leur entretenement45 ». La paix revenue, à partir de 1631, il est décidé « que doresnavant seront employées des femmes pour la vizitte de l’hospital et que le sieur Couston commencera à prier celles de son quartier dès demain46 ». Par la suite, les registres mentionnent des nominations par surveillances et ne citent que très rarement les noms de celles qui en sont chargées jusqu’en 1662. La moindre qualité de la tenue des registres consistoriaux dans les années 1630 est peut-être la cause de l’arrêt de leur enregistrement. Les quelques-unes mentionnées, Mlle Ducros et la veuve de Pelissier en 1631, Mlle de Petit et Mlle de Mirman en 1654, laissent penser que la pratique des demoiselles s’est maintenue47.

  • 48 ADG 42J 38, 11 février 1632, fol.  2 et 23 décembre 1633, fol.  79.
  • 49 ADG 42J 38, 12 août 1633, fol.  190.
  • 50 ADG 42J 38, 27 août 1636, fol.  160.
  • 51 Une fille n’a pas été habillée à l’hôpital car elle n’a pas voulu changer de religion, ADG 42J 38, (...)

28Les conditions ont cependant considérablement changé. De 1631 à 1635, la concurrence confessionnelle se durcit à l’hôpital. En 1632, lorsqu’il apprend que les catholiques y ont placé un prêtre, le consistoire demande aux consuls l’autorisation d’y mettre « une bible et nouveau testament avec les psaumes » et d’envoyer un écolier en théologie pour y dire les prières48. En août 1633, la gérante, Catherine Guyonne, a été renvoyée de l’hôpital parce qu’elle s’opposait à « la séduction que le prebstre faisoit à ceux de la religion pour les faire changer de religion49 ». Finalement, le bureau de l’hôpital exclut en 1636, les protestants de sa gestion50. Les visiteuses ne sont plus mentionnées sur les listes du consistoire à partir de mai 1637, excepté une fois pour chacune des deux années qui suivent. Les pauvres protestants seraient donc laissés aux soins d’une institution catholique, ce qui ne va pas sans provoquer des tensions que laissent entrevoir les nombreuses plaintes déposées par le consistoire auprès des consuls51.

  • 52 ADG 42J 39, 29 juillet 1653, fol.  318.
  • 53 Chareyre P., « Le communautarisme au service de la liberté religieuse..., op. cit.
  • 54 BNF ms fr 8668, 5 septembre 1659, fol.  211.

29L’institution des visiteuses disparaît donc jusqu’à ce que les protestants nîmois parviennent, à la faveur de leur fidélité au roi pendant les années de la Fronde, à obtenir en 1654 le dédoublement de l’établissement52. Ce modèle de coexistence pacifique par le partage des institutions urbaines, proche du communautarisme, qui a commencé deux ans plus tôt par un rééquilibrage au sein du consulat, s’étend également au collège53. La réapparition des visiteuses, mentionnée ponctuellement en cette année 1654 peut s’expliquer par le fait qu’elles s’occupent désormais de la partie spécifiquement protestante de l’établissement, alors établie dans le faubourg de la Madeleine, où sera installé un moulin à soie que font fonctionner des apprentis54.

Les Dames de la Miséricorde (1661-1684)

  • 55 BNF ms fr 8668, 27 septembre 1662, 21 novembre 1663.

30Les femmes sont à nouveau citées dans les registres lorsque l’évêque récupère en 1661, la totalité de l’hôpital puis y installe les hospitaliers de Saint-Joseph. Elles prennent alors en septembre 1663, le nouveau nom de dames de la charité, ou de dames de la miséricorde, cité deux mois plus tard55, et sont nommées non plus pour une semaine comme les visiteuses, mais pour un mois afin de s’occuper d’un nouvel hôpital fondé par les protestants. Il s’agit alors de bien marquer la séparation institutionnelle entre l’ancien établissement devenu entièrement catholique et le nouveau spécifiquement protestant. Le changement de nom des dames est sans doute inspiré des charités attachées aux hôtels-Dieu des grandes villes, bien que l’on soit loin des deux cents dames qui s’occupent du grand hôpital de Paris. L’influence marseillaise est peut-être aussi présente au moment où la charité de cette ville commence à envisager de construire des locaux définitifs, de même que celle de Lyon. Leur nom provient peut-être également de la compagnie des filles de la charité créée en 1633 par Louise de Marillac et Vincent de Paul, dont une maison vient d’ouvrir en 1659 à Montpellier. Le titre est certainement plus glorieux que celui de visiteuses, mais est aussi révélateur de l’évolution de l’institution.

  • 56 Debant R., « La maison de la Providence de Nîmes », La révocation de l’Edit de Nantes dans les Cév (...)

31Cette charité protestante n’a toutefois pas pu prospérer bien longtemps car elle est supprimée par un arrêt de Grands Jours de Nîmes le 22 février 1667, et rattachée à celle des catholiques. Le bâtiment, confisqué avec tous ses meubles d’une valeur de dix mille livres, est utilisé comme « Maison de la Providence », fondée par l’évêque Anthime-Denis Cohon pour élever les jeunes filles pauvres56. C’est dans ces circonstances que les nominations des dames de la charité disparaissent des registres, l’action des femmes dans l’assistance s’adaptant à la nouvelle situation. Les conditions de la pauvreté ont alors considérablement changé depuis le siècle précédent. La cité est devenue une ville de plus en plus ouvrière dans laquelle les écarts sociaux se sont creusés. Les pauvres sont de plus en plus nombreux ; ils ne viennent plus de l’extérieur, mais varient en fonction des aléas de la conjoncture économique. La législation pro-catholique visant à étouffer le protestantisme accroît les tensions.

  • 57 ADG 42J 41, 19 novembre 1670, fol.  422.
  • 58 ADG 42J 41, 4 mai 1672.
  • 59 ADG 42J 42, 11 mai 1678, 42J 43, 9 février 1681, fol.  156.

32Le consistoire ne peut s’en tenir à cette victoire de l’évêque. Il réagit à cette éviction en créant une « chambre des pauvres » qui fonctionnera jusqu’en 1684. Les mesures de persécution ont effectivement poussé la communauté protestante à se tourner vers une organisation de l’assistance charitable en dehors des cadres traditionnels, fonctionnant dans la sphère privée, qui ne porte pas le flanc aux poursuites administratives ou judiciaires. En effet, le consistoire, échaudé par les confiscations, a pris en location en 1670 pour dix-huit livres par an57, une pièce appartenant à la veuve Madières à laquelle s’ajouteront quatre autres en 1672, louées au sieur Bousquet (peut-être contrepartie d’un legs effectué par son père) pour quarante-six livres annuelles58. Une nouvelle extension intervient en 1678 par la location pour quatre-vingt sept livres auprès du même bailleur, d’une maison située au faubourg de la Madeleine, puis en 1681, par la prise à bail d’une demeure plus grande et dotée d’un jardin appartenant au notaire Arnaud59.

  • 60 ADG 42J 41, 24 décembre 1670, fol.  428 ; ADG 42J 42, 29 décembre1673 et 06/02/1675.
  • 61 ADG 42J 43, 27 septembre1679.
  • 62 ADG 42J 42, 31 octobre 1674, fol.  72 et 2 octobre 1675.

33Ces « chambres des pauvres », connaissent un rapide succès comme le montrent les extensions successives. En 1670 et jusqu’en 1675, les deux consuls protestants, considérant que le consistoire s’occupe des pauvres « avec mesnage et peu de fraix », se déchargent de leur activité en matière d’assistance en versant une somme annuelle de cent vingt livres60. Visites et prières s’y déroulent comme dans l’ancien établissement ; les proposants s’y rendent même deux fois par semaine61. En 1674, il est fait mention du renouvellement de Done Vazellie établie comme « gouvernante de la chambre » puis, l’année suivante, de Done Marie qui soigne les malades62.

  • 63 ADG 42J 41, 14 janvier 1671, 18 mars 1671.
  • 64 ADG 42J 43, 12 avril 1679, 6 mars1680.

34Pour reconstituer un véritable hôpital, il fallait assurer non seulement un toit, mais aussi des soins aux malades. Par délibération du 14 janvier 1671, il est recruté trois personnels de santé : le médecin Formi, l’apothicaire Guiraud et le chirurgien Sainton, pour « traiter et médicamenter les plaies ». Un quatrième personnage leur est adjoint, le rebouteux Chabrier chargé de soigner les pauvres « des rutures et dislocations », qui reste en charge jusqu’en 1685 aux gages de vingt-cinq livres par an63. Une liste annuelle de ceux qui occupent ces fonctions est tenue de 1671 à 1685. Leur succès est tel qu’il est enjoint à l’apothicaire de ne donner des remèdes aux pauvres que par ordonnance du médecin, puis de demander en 1680, à ceux-ci de ne plus prescrire « juleps et esmultions » considérés comme remèdes « presques inutilles64 ».

  • 65 ADG 42J 42, 16 janvier 1675.
  • 66 ADG 42J 41, 8 juillet 1671, achat de toile grise pour les paillasses de la chambre des pauvres, 16 (...)
  • 67 ADG 42J 43, 21 juin 1679, fol.  57, 27 décembre 1679, 8 janvier1681 et 7 janvier1682.

35Mais plus intéressant, une délibération de janvier 1675 signale que les dames de la charité sont toujours présentes. Elles sont alors priées de chercher une femme pour servir une famille malade du Dauphiné65. Toutefois, elles ne sont pas en charge des importantes distributions de toiles pour confectionner des paillasses ou des vêtements qui sont confiées à un commissaire66, ni des distributions de pain moyennant des billets, dont cent sont commandés à l’imprimerie de Mme de Plasses en 1679, pratique encore attestée en 168267.

  • 68 Pilatte L., Édits, déclarations et arrests concernans la réligion p. réformée, 1662-1751, précédés (...)
  • 69 ibid., p. 169, Défense du 04/09/1684 ; ADG 42J 43, 25 octobre 1684, fol.  341 et 27 décembre 1684, (...)

36Les maisons des pauvres n’ont eu qu’une existence éphémère car, selon la déclaration du 16 janvier 1683, les biens de la bourse des pauvres qui permettaient d’assurer la survie de cette pratique doivent être remis à l’hôpital général68. Puis, surtout l’année suivante, la défense faite aux particuliers de recevoir dans leurs maisons des pauvres malades protestants, donne le coup de grâce à cette institution. Il est alors mis un terme à la location de la maison et du jardin du notaire Arnaud en décembre 168469.

  • 70 ADG 42J 43, 03/09/1683, fol.  280, 15/09/1683, 29/11/1684, 13/12/1684 et 03/01/1685.

37La conjoncture est alors particulièrement défavorable car, à la suite de l’arrêt du roi de septembre 1683, interdisant aux fabricants de soie et de laine d’employer des ouvriers protestants, le consistoire constate que « la plus part des ouvriers de cette ville de nostre religion » sont réduits à une « extrême misère » et que certains « se laissent périr de faim plutost que de se plaindre ». Il est remédié à cela en y consacrant les recettes de toute une semaine des collectes faites au temple et en procédant à une distribution secrète. Devant le manque d’argent, le receveur est en déficit en novembre 1684 ; le consistoire décide de vendre l’argenterie de la cène le mois suivant. En janvier 1685, dans une exhortation publique à la charité, il est mentionné que le nombre des pauvres s’accroît de jour en jour70.

38Une véritable dragonnade administrative vient de démanteler le système d’entraide mis en place par le consistoire pour assurer la cohésion de la société protestante locale.

Un consistoire au féminin ?

39Les sources consistoriales contiennent beaucoup d’informations sur l’action des femmes dans le domaine de la charité, mais elles sont malheureusement très répétitives et peu détaillées. L’absence de documentation écrite qu’auraient pu produire elles-mêmes les visiteuses de l’hôpital puis les dames de la charité, constitue une véritable difficulté pour bien situer l’ampleur de leur intervention dans ce domaine. Dans la mesure où les dons qu’elles peuvent effectuer au profit des pauvres visités relèvent finalement d’une initiative privée, il est probable qu’il n’y a pas eu de liste tenue, d’autant que les personnes secourues ne sont pas des errants assimilés aux mauvais pauvres, mais ont vu, par leur admission dans l’hôpital, la légitimité de leur situation reconnue. On sait que les visiteuses et les dames ne sont pas chargées des prières publiques à l’hôpital qui sont réservées aux proposants et aux pasteurs, mais rien n’est dit sur les prières privées et les consolations spirituelles apportées.

40Ces institutions ont également pu répondre à un besoin religieux dans une société où l’accès aux congrégations charitables n’est pas possible. Il n’est rien dit sur les pratiques catholiques en la matière, et s’il y a eu rivalité sociale entre dames des deux confessions. Elles ont sans doute apporté une alternative au modèle catholique qui va vers une cléricalisation des institutions charitables. Quoi qu’il en soit, expression d’un besoin social et religieux, visiteuses de l’hôpital et dames de la charité ont constitué une véritable branche de l’action charitable de l’Église réformée, coordonnée par le consistoire.

41En effet, leur mode de désignation leur confère la responsabilité d’une charge ecclésiastique qui pourrait être assimilée à une forme de ministère, car il est bien précisé que « celles quy seront depputtées seront exortées de fere leur charge », de la même façon que les anciens au moment de leur prise de fonction. Au cours de la première période, les visiteuses de l’hôpital sont de véritables auxiliaires du surveillant du quartier de l’hôpital, comme l’explicite une délibération de 1615 :

  • 71 ADG 42J 35, 29 juillet 1615, fol.  188.

« L’ancien qui nommera chacung jour le mercredy des damoyselles pour la visite sera soigneux de scavoir chacung jour desdictes damoyselles lestat de l’hospital et en advertir ceste compagnie71. »

  • 72 ADG 42J 35, 28 septembre 1616, 8 mars 1617, 20 septembre 1617, 24 janvier 1618, 28 février et 14 m (...)
  • 73 ADG 42J 37, 20 janvier 1624, 25 décembre 1624, fol.  119 ; 42J 35, 2 janvier 1618.

42Et effectivement au cours des années suivantes, le consistoire prend des décisions à propos de la discipline de l’établissement en fonction des informations fournies par les visiteuses : il sera demandé aux consuls « de faire en sorte que lospital soit repurgé des putains que y sont », que l’on ne danse pas à l’hôpital et que l’on n’y entende pas de « reniements de Dieu », il leur sera remontré qu’une femme « malverse » à l’hôpital, que les hommes et les femmes couchent dans la même chambre « et des inconvenients qui peuvent en arriver72 ». Elles peuvent même intervenir dans le fonctionnement de l’hôpital souhaitant que le médecin et l’apothicaire fassent mieux leur devoir, ou que le maître d’école continue à faire des prières et instruise les pauvres « tant qu’il pourra en la religion affin de les affermir en icelle ». Elles peuvent aussi avoir une force de proposition, comme lorsqu’est évoqué l’exemple de Montpellier où l’on a recruté un « fatturier » qui « fait travailler tous ceux qui sont dans l’hôpital73 ».

43Les visiteuses sont donc l’œil du consistoire dans la gestion de cet établissement et permettent ainsi de faire remonter les doléances auprès des consuls, de façon d’autant plus efficace qu’elles sont issues de la bonne société. Alors que le consistoire se charge de l’éradication de la mendicité dans les rues et du contrôle des pauvres dans la ville, elles assurent le relais de cette mission sociale et d’édification au sein de l’hôpital. Lorsqu’interviennent les chanoines puis des jésuites au sein de l’institution, elles jouent un rôle déterminant dans la concurrence charitable que se livrent les deux Églises. Leur présence permet de conforter les pauvres protestants dans leur foi ; comment ne pas penser qu’elles apportent un secours spirituel à côté du réconfort matériel, sans doute plus efficace que celui de leurs adversaires masculins, et qu’elles empêchent ainsi les abjurations.

44Si l’on prend en compte qu’à partir des années 1640, les délibérations consistoriales accordent une place croissante puis dominante au soulagement de la pauvreté, montrant ainsi que l’institution se soucie désormais principalement de ce point, l’on peut considérer qu’elles remplissent un véritable ministère au sein de l’Église réformée.

  • 74 Sauzet R., Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc : Le diocèse de Nîmes de 1598 à 1 (...)

45De par la nature de leurs interventions, malgré les interdictions successives dont font l’objet les institutions au sein desquelles elles opèrent, les dames contribuent à donner corps à un système évolutif de traitement de la pauvreté qui se développe durant tout le XVIIe siècle. Elles sont porteuses par la volonté de mainmise de la bourgeoisie urbaine sur l’hôpital, d’une sécularisation des institutions charitables, d’un souhait de participer largement au secours des pauvres au moment où se mettent en place du côté catholique, les congrégations des filles de la charité, d’une opposition à la professionnalisation de l’hôpital, en maintenant le lien social. La mise en place des chambres des pauvres à la fin du XVIIe siècle et leur action au sein de celles-ci peuvent même être considérées comme une conception alternative de la charité qui s’oppose à l’enfermement des mendiants à l’hôpital mis en place dans la ville en 1679. Si les dames protestantes de la charité ou de la miséricorde disparaissent avec la révocation de l’édit de Nantes, il faut attendre 1707 pour que les dames de la confrérie catholique de la Miséricorde, fondée par les jésuites, appellent pour s’occuper des pauvres, les filles de la charité, leur fournissant le logement et une rente de trois cents livres74. Peut-être se sont-elles inspirées de l’œuvre des dames réformées qui, désormais, faisaient défaut dans la ville.

  • 75 Mentzer R., « La place et le rôle des femmes dans les Églises réformées », Archives sociales des r (...)

46L’action charitable est donc l’un de ces espaces que les femmes se sont appropriées au sein du protestantisme75. Les visiteuses de l’hôpital puis les dames de la charité protestantes citées au fil des délibérations consistoriales n’ont pas laissé de traces écrites de leur activité, cependant elles ont constitué une cheville ouvrière de l’action charitable de l’Église réformée de Nîmes. Relais féminin du consistoire, elles ont fait preuve d’une grande souplesse face aux interdictions administratives successives et aux évolutions de la pauvreté, témoignant d’un grand élan chrétien d’assistance qui préfigure le diaconat féminin et l’importance des œuvres dans la ville du XIXe siècle.

Notes

1 Kingdon R. M., “Social welfare in Calvin’s Geneva”, American Historical Review, no 76 (1971), p. 50-69.

2 Davis Z. N., Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Seuil, 2003, p. 176-181.

3 Taffin J., Traicté de l’amendement de vie comprins en quatre livres, Pierre de Saint-André, Genève, 1603, p. 93.

4 Chareyre P., « L’installation de la discipline calviniste d’après le premier registre du consistoire de Nîmes 1561-1563 », Jean Calvin. Les visages multiples d’une réforme et de sa réception, Lyon, Editions Olivétan, 2009, p. 129-154.

5 Archives départementales du Gard (ADG) 42J 28, art. 8, 9, 11, 12, 15, 17, 23, ainsi que deux autres partiellement (10 et 14).

6 Chareyre P., « Le ministère des diacres à Nîmes aux XVIe-XVIIe siècles », Agir pour l’Église, actes du colloque de La Rochelle, Paris, Les Indes savantes, 2013.

7 BNF, ms fr 8668, 5 septembre 1659, fol. 211 et ADG 42J 43, 28 octobre 1676, fol.  219, 27 septembre 1679.

8 ADG 42J 41, fol.  431.

9 Chareyre P., « Consistoire et catéchèse : L’exemple de Nîmes XVIe-XVIIe siècles », Catéchismes et confessions de foi, VIIIe colloque Jean Boisset, XIIIe colloque du Centre d’Histoire des Réformes et du Protestantisme, 11-14 octobre 1993, Montpellier, Presses de l’université Paul-Valéry-Montpellier III, 1995, p. 403-423.

10 Chareyre P., « Le communautarisme au service de la liberté religieuse : l’assemblée protestante des Trois-Corps à Nîmes au XVIIe siècle », Les cultures politiques à Nîmes et dans le Bas-Languedoc du XVIIe siècle aux années 1970. Affrontements et dialogues, L’Harmattan, 2008, p. 11-25.

11 Taffin J., op. cit., p. 92.

12 Mentzer R., “Organizational endeavour and charitable impulse in sixteenth century France : The case of protestant Nîmes”, French History, 1991, p. 1-29, traduction in « L’organisation de la charité protestante dans la France du XVIe siècle : le cas de Nîmes », R. Mentzer, La construction de l’identité réformée aux XVIe et XVIIe siècles : le rôle des consistoires, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 153-191.

13 BNF ms fr 8666, 12 septembre 1561, fol.  33 vo.

14 BNF, ms 8666, fol.  3 vo.

15 BNF ms fr 8666, 11 novembre 1562, fol.  174 vo.

16 ADG, 42J 37, fol.  174.

17 BNF ms fr 8666, 9 décembre 1562, fol.  184 ro.

18 BnFBNF ms fr 8667, 21 mai 1578, fol.  10.

19 ADG, 42J 33, 11 janvier 1606, fol.  80.

20 ADG, 42J 33, 17 janvier 1608.

21 ADG, 42J 34, 27 octobre 1610, fol.  228.

22 ADG, 42J 38, 30 novembre 1633, fol.  77.

23 ADG, 42J 30, 1er avril 1592, 20 juillet 1594, 13 août 1594, 42J 34, 21 janvier 1609, 42J 36, 26 janvier 1622, 42J 41, 23 janvier 1664.

24 ADG, 42J 39, Le maximum enregistré est le 19 février 1653, pour 304 l. 1 s. 8d.

25 ADG, 42J 34, 11 avril 1612, fol.  338.

26 ADG, 42J 32, 22 janvier 1603.

27 ADG, 42J 28, « Le surveillant du cartier où demeure le sollissiteur des léguatz et deniers des poures prent charge de tenir l’œil sur ledict solissiteur pour rendre compte au consistoire des diligences et poursuites qu’il faict & ce qu’il doibt faire chascun mercredy ».

28 ADG 42 J 35, 05/12/1618.

29 ADG 42J 33, 24 octobre 1607.

30 ADG 42J 28, 7 mai 1586.

31 ADG 42J 31, 21 août 1596, fol.  118.

32 ADG 42J 37, 13 mars 1624, fol.  25 et 27 mars.

33 ADG 42J 29, 18 juillet 1590.

34 BNF ms fr 8666, 5 avril 1561, fol.  3 vo.

35 BNF ms fr 8666, 3 septembre 1561, fol.  31 ro.

36 ADG 42J 31, 25 janvier 1602, fol.  460.

37 ADG 42J 32, 27 novembre 1602, fol.  125.

38 ADG 42J 35, 29 juillet 1615, fol.  188.

39 Taffin J., op. cit., p. 90.

40 Mentzer R., “Organizational endeavour...”, op. cit., p. 174-177.

41 Chareyre P., « Le consistoire de Nîmes et l’Édit de Nantes », L’édit de Nantes, sa genèse, son application en Languedoc, Journée de commémoration de l’édit de Nantes organisée par la ville de Montpellier, dir. Arlette Jouanna et Michel Péronnet, 15 mai 1998, Bulletin Historique de la Ville de Montpellier, no 23 (1999), p. 117-128.

42 Taffin J., op. cit., p. 90.

43 ADG 42J 28, 20 novembre 1583.

44 Olson J. E., Calvin and social welfare. Deacons and the bourse française, Selinsgrove, Associated University Presses, 1989, p. 80-82.

45 ADG 42J 37, 6 juin 1629, fol.  335.

46 ADG 42J 37, 3 septembre 1631, fol.  475.

47 ADG 42J 37, 5 février 1631, BNF ms fr 8668, 4 février 1654, ADG 42J 39, 4 décembre 1647, « Me Paulhan continuera de nommer les femmes de l’hôpital », 21 octobre 1648, « M. Chambon nommera les femmes de l’hôpital », 13 janvier 1649, « M. Lichières nommera les femmes de l’hôpital ».

48 ADG 42J 38, 11 février 1632, fol.  2 et 23 décembre 1633, fol.  79.

49 ADG 42J 38, 12 août 1633, fol.  190.

50 ADG 42J 38, 27 août 1636, fol.  160.

51 Une fille n’a pas été habillée à l’hôpital car elle n’a pas voulu changer de religion, ADG 42J 38, 30 décembre 1637, fol.  207. Les jeunes enfants de l’hôpital nés de père et mère protestants sont « constraints d’aller à la messe » par le prêtre, ADG 42J 38, 29 mai 1647, fol.  523.

52 ADG 42J 39, 29 juillet 1653, fol.  318.

53 Chareyre P., « Le communautarisme au service de la liberté religieuse..., op. cit.

54 BNF ms fr 8668, 5 septembre 1659, fol.  211.

55 BNF ms fr 8668, 27 septembre 1662, 21 novembre 1663.

56 Debant R., « La maison de la Providence de Nîmes », La révocation de l’Edit de Nantes dans les Cévennes et le Bas-Languedoc, Nîmes, Ed. Lacour, 1986, p 59-72. Ménard L., Histoire civile littéraire et ecclésiastique de la ville de Nîmes, Paris, Chaubert et Hérissant, 1750-1758, t. VI, livre 23, chap. LXVII, et ADG 42J 191.

57 ADG 42J 41, 19 novembre 1670, fol.  422.

58 ADG 42J 41, 4 mai 1672.

59 ADG 42J 42, 11 mai 1678, 42J 43, 9 février 1681, fol.  156.

60 ADG 42J 41, 24 décembre 1670, fol.  428 ; ADG 42J 42, 29 décembre1673 et 06/02/1675.

61 ADG 42J 43, 27 septembre1679.

62 ADG 42J 42, 31 octobre 1674, fol.  72 et 2 octobre 1675.

63 ADG 42J 41, 14 janvier 1671, 18 mars 1671.

64 ADG 42J 43, 12 avril 1679, 6 mars1680.

65 ADG 42J 42, 16 janvier 1675.

66 ADG 42J 41, 8 juillet 1671, achat de toile grise pour les paillasses de la chambre des pauvres, 1671-1672 collectes de fonds et achat de toiles pour habiller les pauvres.

67 ADG 42J 43, 21 juin 1679, fol.  57, 27 décembre 1679, 8 janvier1681 et 7 janvier1682.

68 Pilatte L., Édits, déclarations et arrests concernans la réligion p. réformée, 1662-1751, précédés de l’Édit de Nantes ; imprimés pour le deuxième centenaire de la révocation de l’Édit de Nantes, Paris, Fischbacher, 1885, p. 128.

69 ibid., p. 169, Défense du 04/09/1684 ; ADG 42J 43, 25 octobre 1684, fol.  341 et 27 décembre 1684, fol.  349.

70 ADG 42J 43, 03/09/1683, fol.  280, 15/09/1683, 29/11/1684, 13/12/1684 et 03/01/1685.

71 ADG 42J 35, 29 juillet 1615, fol.  188.

72 ADG 42J 35, 28 septembre 1616, 8 mars 1617, 20 septembre 1617, 24 janvier 1618, 28 février et 14 mars 1618.

73 ADG 42J 37, 20 janvier 1624, 25 décembre 1624, fol.  119 ; 42J 35, 2 janvier 1618.

74 Sauzet R., Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc : Le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694, Paris, Publications de la Sorbonne, Vander-Oyez, 1979, p. 452. Ménard L., op. cit., t. VI, livre XXV, 1755, p. 423.

75 Mentzer R., « La place et le rôle des femmes dans les Églises réformées », Archives sociales des religions, no 113, janvier-mars 2001, p. 119-132.

Table des illustrations

Légende Graphique 1. – Répartition thématique des délibérations inscrites dans les registres du consistoire de Nîmes 1580-1679.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135747/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteur

Professeur d’histoire moderne à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Il est spécialiste de l’histoire du protestantisme français. Auteur d’une thèse sur le consistoire de Nîmes 1561-1685, il prépare actuellement l’édition du premier volume de ses délibérations. Il travaille également sur la particularité de la Réforme en Béarn qui a été religion de l’État jusqu’en 1620. Il a initié avec Raymond Mentzer depuis 2005, une série de colloques internationaux bisannuels sur les particularités du protestantisme français.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540