Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Troisieme partie. Structures d'assistance modernes et contemporaines

Le diaconat inconnu de l’Emden réformée : le consistoire et la découverte des « diacres des domestiques de la foy »

Timothy Fehler

Résumé

Bien qu’Emden ait été connue comme la « Genève du nord » à la fin du XVIe siècle, l’existence, en son sein, d’une institution caritative spécifiquement reformée était ignorée jusqu’à récemment. Une lecture méticuleuse des registres du consistoire, en les comparant aux livres de comptes diaconaux et des ordonnances ecclésiastiques révèle qu’Emden a eu en fait trois diaconats séparés pendant un certain temps. Ce troisième diaconat, qui se fait appeler les « Diacres des Domestiques de la foy », souligne une tentative par certains, dans la direction de l’Église d’Emden, de mettre en application une conception idéale de la théologie réformée, celle des « domestiques de la foi », pour interroger les principes de bienfaisance. En identifiant l’existence de ce diaconat, les problèmes de sa création et impossibilité à survivre, nous gagnons en compréhension sur les buts et les programmes des administrateurs charitables d’Emden dans les premières décennies de la Réforme. Cette histoire illustre les avantages et les pièges de la richesse des sources que sont les registres du consistoire. Dans la deuxieme partie de l’article, il s’agit de mieux comprendre les manières dont les ministres ont tenté d’employer les divers diaconats suivant les conceptions religieuses rivales de la communauté réformée. Certaines de ces rivalités se situaient entre les diacres des Haussitzenden – avec leurs « pauvres communs et sauvages » – et les diacres des Domestiques de la foi – avec leurs « pauvres membres du Christ » ; d’autres entre les diacres locaux (Haussitzenden) et les diacres étrangers (Fremdlingen) avec les problèmes créés par l’afflux des réfugiés ; enfin entre les diacres et les pauvres francophones et néerlandophones dans le diaconat des Fremdlingen. Cependant, cette rivalité diaconale, offre des perspectives sur les différentes visions compétitives de la Réforme à la fin du XVIe siècle à Emden.

Although Emden was known as the “Geneva of the North” in the second half of the 16th century, the existence of one particularly “Reformed” poor relief institution in the town was unknown until recently. This article describes the source problem that led to the discovery of a previously unknown moment in Emden’s Reformed social welfare. A careful reading of the consistory records in comparison with surviving diaconal account books and church ordinances, reveals that Emden, in fact, had three separate diaconates for a time, not merely the two which are traditionally identified. This third deaconate, the so-called “Deacons of the Household of Faith,” reveals to us an attempt by some in Emden’s leadership to implement an ideal Reformed theological conception, that of the “household of faith,” into questions of charitable provision. Recognizing the existence of this diaconate, the problems surrounding its creation, and its ultimate failure to survive, enables us now to gain a fuller understanding of the goals and programs of Emden’s charitable leaders in the early decades of the Reformation. Thus, this story illustrates the benefits and pitfalls of such rich sources as the consistorial accounts.
The second section of the article highlights the ways that the church leadership attempted to use the various diaconates to handle the practical concerns of charity in light of conflicting religious conceptions of the Reformed community. Some of the rivalries were between the “common, wild poor” of the so-called “Haussitzenden” Deacons and the “poor members of Christ” cared for by the Deacons of the “Household of Faith”; between the Haussitzenden (local) and Fremdlingen (foreign) deacons over problems created by the influx of refugees; between French-speaking and Dutch-speaking deacons within the Fremdlingen Diaconate. Therefore, this diaconal rivalry offers insights into several Reformed conceptions of community that were competing in the late 16th century.

Texte intégral

1Bien que les activités réformées d’Emden lui ont valu le surnom de « Genève du Nord » dans la deuxième moitié du XVIe siècle, l’existence, en son sein, d’une institution caritative associée explicitement à la théologie était ignorée de l’historiographie jusqu’à récemment. Les histoires traditionnelles de l’assistance sociale de la ville calviniste d’Emden ont identifié cinq institutions charitables : deux diaconats (les diacres « haussitzenden » pour les pauvres locaux et résidentiels, et les diacres « fremdlingen » pour les pauvres en exil), un hôpital, des réserves de céréales, et une confrérie des marins. Chacune de ces cinq institutions a survécu depuis l’époque de la Réforme protestante (milieu du XVIe siècle) jusqu’au XIXe siècle, et leur longévité constitue l’élément essentiel du développement des institutions charitables d’Emden après la Réforme.

2Mais l’existence brève d’une sixième institution pendant la seconde moitié du XVIe siècle témoigne d’un développement institutionnel encore plus compliqué de l’Église. Cette institution supplémentaire – et jusqu’à récemment inconnue – révèle l’existence de certaines tensions dans la cité récemment réformée ; en effet, les dirigeants ecclésiastiques se posaient la question de la place des œuvres dans la pratique charitable et se demandaient comment établir une congrégation pieuse et disciplinée qui se reflète dans son aide aux pauvres.

3Le propos de cette étude est tout d’abord de décrire le problème des sources et le processus qui a conduit, il y a plusieurs années, à découvrir une phase méconnue du développement des institutions charitables d’Emden. En effet, l’utilisation minutieuse des registres du consistoire a permis la découverte de cette sixième institution qui était un diaconat auparavant totalement ignoré. Ensuite, l’analyse se demandera comment les divers diaconats d’Emden ont réagi devant les préoccupations concrètes qui ont été soulevées par les changements religieux de la ville, en particulier les divisions que ces préoccupations révélaient au sein de la communauté réformée.

Les registres du consistoire d’Emden et le diaconat inconnu

  • 1 Fehler T., Poor Relief and Protestantism, Aldershot, Ashgate Publishing Ltd, coll. « St. Andrews S (...)
  • 2 Ibid., p. 119, 155.
  • 3 Ibid., chap. 4.
  • 4 Sehling E. (éd.), Die evangelischen Kirchenordnungen des XVI. Jahrhunderts, vol. 7, II, 1, Tübinge (...)

4Depuis les années 1540, des « surveillants des pauvres » étaient chargés de l’assistance charitable de la congrégation protestante d’Emden ; ceux-ci supervisaient la distribution des aumônes aux pauvres résidentiels (dits pauvres haussitzenden)1. Ces « surveillants » ont été désignés, avant les années 1550, par le nom de « diacres haussitzenden » et ont développé une organisation hiérarchique et des fonctions spécialisées, avec une division, par exemple, entre les diacres chargés de l’administration des finances et ceux qui effectivement distribuaient nourriture et biens aux pauvres2. Pendant la crise économique et sociale des années 1550 – entraînant inflation, pénuries alimentaires et afflux de réfugiés, principalement des Pays-Bas – la ville d’Emden a vu la création ou la rénovation de plusieurs institutions caritatives, de sorte qu’avant la fin de cette décennie, les cinq institutions étaient déjà établies, avec un nouveau et second type des diacres : les « diacres fremdlingen » pour les pauvres néerlandais en exil3. On peut supposer, le rôle d’Emden dans le monde réformé augmentant régulièrement durant la seconde moitié du siècle avec l’arrivée d’un nombre massif de réfugiés réformés néerlandais, que son ecclésiologie a adopté une orientation plus explicitement calviniste. Par conséquent, en 1594, au moment des premières ordonnances ecclésiastiques réformées de la ville, les ministères et charges ecclésiastiques de l’Église ont reçu clairement le pouvoir de réglementer et de superviser les fonctions des deux diaconats (haussitzenden et fremdlingen), de l’hôpital, et de la confrérie, ce qui conférait de façon nette à ces institutions caritatives l’empreinte de la Réforme protestante4.

  • 5 Voir, par exemple, [Anon.], « Emdens Einrichtungen zu wohlthätigen Zwecken », Ostfriesisches Monat (...)
  • 6 Toorenenbergen J. J. van (éd.), Stukken betreffende de Diaconie der Vreemdelingen te Emden, 1560-1 (...)
  • 7 Schilling H., Niederländische Exulanten im 16. Jahrhundert, Gütersloh, Schriften des Vereins für R (...)
  • 8 Pettegree, A., Emden and the Dutch Revolt, Oxford, Oxford University Press, 1992.
  • 9 Voir la contribution de Judith Becker dans ce volume pour une analyse plus explicite de la charité (...)

5Trois cents ans voire quatre cents ans après, un sentiment de fierté locale se ressentait encore dans ces établissements charitables de longue durée. Les revues et les journaux locaux du début du XXe siècle relataient divers récits de cette histoire des institutions caritatives d’Emden, relatives à plusieurs de ces institutions locales5. Dans le monde universitaire, cependant, c’est le deuxième groupe de diacres d’Emden, les diacres fremdlingen, qui a attiré le plus l’attention. Dès la fin du XIXe siècle, des chercheurs néerlandais ont publié un livre de comptes des diacres fremdlingen au XVIe siècle6. Par la suite, les historiens Heinz Schilling7 – dont les recherches des années 1970-1980 portaient sur les communautés des réfugiés protestants du XVIe siècle – et Andrew Pettegree8 – qui travaillait la décennie suivante sur le rôle d’Emden en tant que centre d’exil contribuant au développement du protestantisme réformé – évoquaient brièvement l’assistance publique de la ville : leurs publications ont principalement abordé le diaconat fremdlingen (plutôt que sur une des institutions purement locales de bienfaisance), parce qu’il contribuait à illustrer les réseaux institutionnels qui existaient dans le calvinisme international. Dans notre étude, il s’agit de se concentrer sur les diaconats locaux plutôt que sur les diacres fremdlingen9.

  • 10 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle der reformierten Gemeinde Emden, 1557-1620, t. 1 : 1 (...)
  • 11 Weber M., « Emden – Kirche und Gesellschaft in einer Stadt der Frühneuzeit », Jahrbuch der Gesells (...)
  • 12 Ibid., p. 91.

6Alors qu’Heinz Schilling commençait dans les années 1980 à éditer les registres du consistoire d’Emden au XVIe siècle10, un certain nombre d’universitaires ont publié des études sur Emden réformée. Ils tentaient de reconstituer la composition de ces institutions civique et ecclésiastique, afin de tracer les réseaux et les connexions qui existaient au sein et au-delà de la cité. Parmi les études qui ont été produites à cette époque se trouve un aperçu des cinq institutions caritatives mentionnées ci-dessus qui a tenté de démontrer les liens étroits entre les dirigeants du magistrat d’Emden et ceux des institutions ecclésiastiques de la ville11. Cette étude de 1988 a inclus une brève mention de ce que Marion Weber pensait être une première phase dans l’histoire du diaconat local haussitzenden dans lequel les diacres haussitzenden auraient eux-mêmes maintenu une distinction dans leur distribution des aumônes entre les pauvres ordinaires et les pauvres pieux de la congrégation12. C’est cette différenciation entre les pauvres (c’est-à-dire ordinaires contre pieux, une distinction parmi plusieurs divisions charitables), que notre étude s’attachera à préciser dans un second temps. Il s’avère que cette image standard qui nous est fournie des deux diaconats d’Emden – projetant les institutions qui ont existé à l’époque moderne sur les premières années de la Réforme – a simplifié notre compréhension des pratiques charitables dans le protestantisme. En affirmant que la distinction entre les bénéficiaires de l’assistance existait au sein du diaconat haussitzenden (à savoir : quelques diacres haussitzenden étaient responsables des pauvres « pieux », tandis que d’autres diacres haussitzenden aidaient les pauvres « sauvages »), l’historiographie traditionnelle a manqué une occasion de reconnaître l’étendue pleine et entière des discussions théoriques et pratiques qui ont lieu au moment de la transition d’Emden vers une ecclésiologie réformée.

  • 13 Schilling H., Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., t. I, p. 1-2.

7Les minutes du consistoire d’Emden ont souvent été citées dans ces diverses études pour offrir un exemple, simple et bref, du rôle de l’Église dans l’assistance aux pauvres. Ces registres contiennent en effet de nombreux témoignages d’auditions de diacres devant le consistoire sur des questions relatives aux affaires sociales. La première entrée des minutes du consistoire, en juillet 1557, relate l’audition des « diacres de la ville d’Emden » devant le consistoire pour demander l’assistance dans un moment d’urgence13. Sur cette base, les historiens ont simplement interprété les nombreuses références du consistoire à aider les pauvres comme des exemples d’interactions entre l’Église et le diaconat local déjà connu. En mettant de côté les minutes du consistoire, il nous reste seulement la liste ancienne des cinq institutions caritatives de XVIe siècle ; une lecture superficielle des minutes du consistoire (par exemple, en cherchant les mots clé « diacre » ou « aumône ») a renforcé les présupposés traditionnels concernant l’existence de deux diaconats réformés. Cependant, personne n’avait étudié de manière approfondie les registres du consistoire sous l’angle de la charité.

  • 14 Heinz Schilling, dans une note de l’introduction de son édition des registres du consistoire d’Emd (...)
  • 15 Sehling E., op. cit., p. 506-508, 510-511.

8Après 1989-1992, lorsque les registres du consistoire d’Emden du XVIe siècle ont été publiés, une telle lecture plus précise des sources a été facilitée. En effet, une analyse attentive des registres du consistoire, mise en parallèle avec les livres de comptes qui nous restent des diaconats et des ordonnances ecclésiastiques, démontre qu’Emden a eu, à un moment donné, trois diaconats distincts14. Ce diaconat supplémentaire s’ajoute, par conséquent, aux deux diaconats haussitzenden et fremdlingen qui étaient énumérés dans les ordonnances ecclésiastiques de 159415. Et les historiens se sont toujours référés à ces deux dernières catégories dès lors qu’ils rencontraient une référence sur la charité dans d’autres sources.

  • 16 L’expression locale « die Hausgenossen des Glaubens » dans Galates 6 : 10 est remplacée ici par la (...)
  • 17 Les implications pratiques et théologiques de ces efforts de courte durée afin de créer une « diac (...)

9Ce troisième diaconat, les « diacres des domestiques de la foi », nous révèle une tentative de certains édiles d’Emden à mettre en œuvre une conception idéale de la théologie réformée, celle des « domestiques de la foi16 », et d’insérer cette distinction dans les modalités d’assistance. Les dirigeants de l’Église avaient tenté de créer ce nouveau diaconat depuis 1557, ont finalement réussi à le faire vers 1565, puis ont officiellement dissous le diaconat en 1578. Reconnaître l’existence de ce diaconat inconnu ainsi que les problèmes entourant sa création et son échec ultime pour survivre, nous permet désormais d’avoir une meilleure compréhension des objectifs et des programmes liés à la charité dans la ville lors des premières décennies de la Réforme, et complète les institutions qui ont survécu pendant les quatre siècles suivants17.

  • 18 Sehling E. (éd.), op. cit., p. 455-463.
  • 19 Ibid., p. 505-511.
  • 20 Weber M., op. cit., p. 91.
  • 21 « Protokollbuch der haussitzenden Diakonen », Archiv der Grossen Kirche, Johannes a Lasco Biblioth (...)

10En plus des registres du consistoire et des quelques livres de comptes des diaconats, nous avons deux ordonnances du XVIe siècle décrivant les diacres d’Emden : une « ordonnance de la pauvreté » de la ville de 1576 (avec quelques suppléments émis jusqu’en 1578)18 et les ordonnances ecclésiastiques déjà mentionnées de 159419. En 1578, une ordonnance supplémentaire concernant la pauvreté mentionne que la charge ecclésiastique de « diacre » subvenait aux besoins des « domestiques de la foi ». à la dissolution de ces diacres et leur agrégation au diaconat haussitzenden, cette référence précise au troisième diaconat ne nous donne aucun élément de contexte supplémentaire qui prouverait l’existence d’un diaconat séparé. En effet, lorsque ce contexte particulier a été rapidement évoqué par Marion Weber, il a été interprété comme une référence à un conflit au sein du diaconat haussitzenden, et non pas comme une opposition entre les diacres haussitzenden et le diaconat « des domestiques de la foi20 ». L’« Ordonnance de la pauvreté » de 1576 chargeait les « diacres de la ville » de maintenir la discipline ecclésiastique. Les historiens en ont facilement conclu que seuls les diacres haussitzenden étaient concernés, car le texte de 1576 et ses suppléments ont été retrouvés dans un volume relié des diacres haussitzenden21. Les ordonnances ecclésiastiques de 1594 mentionnent à la fois les diaconats fremdlingen et haussitzenden et la façon dont ils devaient être régis par l’Église, mais ne renseignent pas sur leurs évolutions. Puisque ces deux diaconats nommés en 1594 ont continué à exister par la suite, les historiens avaient peu de raisons de supposer que cette référence précoce de l’aide aux pauvres pouvait se référer à un diaconat distinct et indépendant de ceux-ci. Les registres du consistoire, toutefois, offrent la possibilité de reconstruire un épisode jusque-là inconnu dans l’histoire des pratiques charitables d’Emden après la Réforme.

  • 22 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 1-2.
  • 23 L’extension de l’idéal théologique des « domestiques de la foi » à la distribution d’aumônes avait (...)
  • 24 Ibid., p. 1-2, 8, 11, 12, 13, 15, 17, 20-21, 22, 27, 28, 29, 30-31, 33, 34, 35, 39-40. L’évolution (...)

11Dans la première entrée du consistoire de juillet 1557 précédemment citée, les diacres haussitzenden ont rapporté au consistoire d’Emden que, dans le temps actuel de difficultés économiques, ils rencontraient des obstacles à fournir de l’aide à tous, et ils ont ainsi demandé au consistoire, s’ils ne devaient pas favoriser les pauvres de la congrégation avec leurs fonds limités22. Les délibérations dans le consistoire, de ce jour-là et au cours des mois suivants, indiquent que les dirigeants de l’Église décidèrent de résoudre ce problème économique en créant un nouveau diaconat qui appliquait une conception théologique réformée – les « domestiques de la foi » – aux questions de l’aide aux pauvres23. En distinguant « l’Église pure », ceux communient (« les domestiques de la foi ») et la communauté plus large des baptisés, le consistoire a cherché à s’assurer que les « membres pauvres des domestiques de la foi » ont été traités de façon adéquate. Après juillet 1557, les pasteurs et les anciens du consistoire ont décidé d’élire trois nouveaux diacres pour administrer un nouveau fonds dédié aux « domestiques de la foi ». Dans le même temps, les premiers diacres haussitzenden (désormais plus de vingt) avaient en charge les pauvres « ordinaires » de la ville et de l’Église, et les diacres fremdlingen (alors huit diacres) étaient responsables des pauvres réfugiés néerlandais24. Ainsi, le consistoire a répondu à la demande de 1557 des diacres haussitzenden qui était d’aider le mieux possible les « domestiques de la foi » avec leurs moyens limités, soulageant par là même les diacres, et profitant de ce contexte économique et démographique difficile pour tenter de mettre en œuvre une pratique charitable chère à l’idéal réformé.

12Cette conception théologique de la communauté modèle, représentée par « les domestiques de la foi », était donc suffisamment importante aux yeux des dirigeants de l’Église d’Emden pour qu’ils envisagent des mesures susceptibles de créer une réelle fracture parmi les administrateurs de l’assistance dans l’Église. Le consistoire n’a pas simplement imposé aux diacres haussitzenden d’organiser leurs ressources afin d’assurer une aide aux pauvres de la communion-communauté ; le consistoire est allé au-delà et a tenté de créer une nouvelle institution qui entrerait en concurrence pour des ressources avec l’ancien diaconat haussitzenden.

  • 25 À Emden le mot « Becken » (littéralement, « le plat ») signifie un plat, qui devait être placé dan (...)
  • 26 Par exemple, Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 8.
  • 27 Ibid., p. 15.

13En suivant attentivement les noms impliqués dans les diverses délibérations consistoriales au cours des années qui ont suivi, on peut reconstituer le sort initial de ce diaconat nouvellement proposé, même si aucun livre de comptes ni aucun registre indépendant de ce troisième diaconat n’a été conservé. Le consistoire a rencontré une vive opposition des premiers diacres qui, apparemment, n’ont pas accepté cette distinction théologique entre les pauvres. Le diaconat haussitzenden a cherché à reporter l’introduction du diaconat nouvellement proposé. À la fin de 1557, bien que le consistoire d’Emden ait déjà créé un fonds spécial (le « Becken25 ») pour fournir une assistance aux pauvres des « domestiques de la foi26 » et ait proposé d’élire de nouveaux diacres27, le consistoire n’a pas réussi à fonder le nouveau diaconat. Après plusieurs mois, les pasteurs et les anciens du consistoire rapportent, avec dérision, qu’ils ont été contraints de différer la création du troisième diaconat :

  • 28 Ibid., p. 34-35 (28 février 1558).

« Nous ne voulons pas créer de conflits parmi les autres diacres qui n’aiment pas voir que l’on devrait avoir des diacres spéciaux pour les pauvres de la congrégation, même si ils [les diacres haussitzenden, ont montré qu’ils] sont incapables de s’occuper des pauvres28. »

  • 29 Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 164-172.

14Fait intéressant, le consistoire a maintenu le fonds séparé qu’il avait nouvellement créé pour les « domestiques de la foi » en dépit de leur incapacité à créer le diaconat séparé. Cependant, ils ont lutté pendant plusieurs années pour le conserver en délégant son administration de bienfaisance aux anciens plutôt qu’aux nouveaux diacres29. Une fois encore, les litiges complexes et les distinctions entre différents fonds d’assistance deviennent évidents pour les historiens en faisant l’effort de suivre les noms des diacres et des anciens à travers les registres du consistoire et les livres des comptes. On ne saurait rien de l’histoire des domestiques de la foi sans une lecture continue des registres du consistoire.

  • 30 Avant l’été de 1565, le consistoire décida qu’un « remède adéquat » au déficit financier dans l’ad (...)

15Le consistoire d’Emden a enfin réussi à créer un « Diaconat des Domestiques de la Foi » officiel et distinct dans le milieu des années 1560, soit environ sept ans après leurs premières tentatives. À ce niveau de lecture des registres, il nous semble clair que certains des administrateurs désignés comme « diacres » n’étaient pas, de fait, les diacres haussitzenden mais bien des administrateurs de l’assistance des « domestiques de la foi30 ». Après que le troisième diaconat a été établi, ne fonctionnant plus comme un fonds charitable aux mains des anciens du consistoire, il se retrouva alors au cœur des disputes régulières avec les autres diacres.

16Cette histoire du diaconat inconnu constitue un exemple des avantages et des pièges de sources riches tels que les registres du consistoire. Sans une lecture attentive et la reconstruction soutenue de détails, la courte existence temporelle de ce diaconat spécial – depuis les délibérations en 1557 jusqu’à sa dissolution en 1578 – nous échappe et nous omettons ainsi la possibilité de comprendre les débats au cœur des débuts de la Réforme, quand ses dirigeants cherchaient à concilier théorie et pratique. Chaque diacre avait sa définition de la pauvreté et les diacres des « Domestiques de la Foi » nous aident maintenant à mesurer les frontières changeantes de l’action caritative de la communauté réformée.

Des préoccupations concrètes dans la pratique charitable de la communauté reformée d’Emden

17Cette partie de notre propos souligne quelques exemples des moyens utilisés par les dirigeants de l’Église d’Emden, au travers des différents diaconats, pour gérer les préoccupations concrètes d’assistance, compte tenu des conceptions religieuses contradictoires au sein de la communauté réformée. En considérant les documents qui nous restent, notre regard sur les pratiques charitables doit tenir compte des rivalités et des disputes entre les trois diaconats séparés. Nos sources décrivent des réactions à des problèmes concrets qui aident à comprendre les limites de la charité. Trois exemples de rivalités diaconales nous occuperons plus particulièrement : entre les haussitzenden et les « domestiques de la foi », entre les « domestiques de la foi » et les fremdlingen et, enfin, au sein de la communauté des réfugiés elle-même.

  • 31 Certains raisonnements justifiant la fusion sont donnés dans une « ordonnance de la pauvreté » sup (...)

18Nous avons précédemment souligné les conceptions contradictoires de la communauté qui à la fois ont inspiré et ont fait obstacle à la création du troisième diaconat. La définition des « domestiques de la foi » impliquait un nombre moindre de personnes aidées, tandis que les diacres haussitzenden avaient un champ de bénéficiaires beaucoup plus vaste. Par ailleurs, le diaconat haussitzenden avait reçu une dotation en capital qui provenait des propriétés de l’Église au début de la Reforme. Le nouveau diaconat n’a jamais été capable de gagner l’indépendance financière que le diaconat haussitzenden avait grâce à sa dotation préexistante et aux liens tissés avec la population de la ville. Le consistoire espérait qu’en soutenant les « pauvres corrects et les plus pieux », les contributions augmenteraient au profit « des domestiques de la foi », mais la plupart des legs a continué à être donnée au diaconat haussitzenden. Le diaconat des « domestiques de la foi » était en conflit perpétuel avec les autres diacres, notamment dans des cas spécifiques de charité ou au sujet des réclamations pour les legs de bienfaisance (dans le premier cas, chaque diaconat a généralement tenté de limiter sa responsabilité pour payer l’aumône ; dans le second, ils ont revendiqué des legs et testaments aussi souvent que possible). En 1578, cependant, le consistoire a supervisé la fusion des diacres des « domestiques de la foi » dans l’ancien diaconat haussitzenden. Cette fusion a été voulue pour permettre à la fois aux pauvres pieux d’accéder aux fonds, plus généreux, des diacres haussitzenden et aussi « d’éviter toutes les divisions et la désunion » au sujet des fonds et des juridictions, permettant ainsi à l’Église d’éviter les « disputes et les errements originels entre les diacres de la Becken et les pauvres sauvages haussitzenden31 ». Malgré les objectifs nobles du consistoire pour cet idéal théologique particulier, les dirigeants religieux d’Emden n’ont pas réussi à gagner un large soutien populaire sur ces questions de charité.

  • 32 Sehling E. (éd.), op. cit., p. 461 (art. 2).

19En effet, la direction de l’Église a décrit les rivalités entre les diacres haussitzenden et les diacres « des domestiques de la foi », comme entre les « pauvres ordinaires et sauvages » et les « pauvres membres de Christ ». Alors que les dirigeants de l’Église expriment, au moment de sa dissolution en 1578, leur frustration car trop peu de donateurs ont apporté leur soutien financier au capital du nouveau diaconat, ils soulignent en même temps un des objectifs primitifs qui guidait la création du diaconat : à savoir, « on avait auparavant institué le Becken afin que les membres pauvres de la congrégation du Christ soient empêchés de mendier selon le commandement de la Parole de Dieu et la nature de son amour32 ». Ainsi, l’objectif de la création de ce diaconat particulier était d’éradiquer le besoin de mendier chez les pauvres les plus pieux de la congrégation (c’est-à-dire ceux qui ont été admis à prendre part à la communion). Il s’agissait aussi peut-être d’éliminer la critique externe à la congrégation suivant laquelle l’Église réformée ne s’occupait pas de ses propres membres.

  • 33 Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 130-137, 177-191.
  • 34 Ce conflit sur les pasteurs réfugiés est décrit plus longuement dans les actes de la colloque à l’ (...)

20Il est possible de voir un deuxième type de préoccupations charitables et de tensions au sein de la communauté réformée en observant les rivalités entre le diaconat des « domestiques de la foi » et les diacres des réfugiés à Emden (des fremdlingen). Le diaconat fremdlingen avait été créé peu après l’arrivée de réfugiés néerlandais à Emden, en 1554, afin d’administrer l’assistance aux réfugiés les plus démunis. Ses opérations se sont développées considérablement en 1557, en période de troubles économiques et plus encore alors que l’afflux de réfugiés augmentait de façon spectaculaire en 156733. En plus des plaintes habituelles liées aux questions financières entre les établissements caritatifs, une autre source principale de conflit a émergé autour de la question de l’aide aux pasteurs réfugiés34.

  • 35 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 124, 128 (27 janvier et 19 mai 1561).

21Lorsque, par exemple, le consistoire a déterminé qu’un pasteur d’Anvers devait recevoir l’aumône alors qu’il était à Emden, il lui a été difficile de déterminer « de quelle source » son aide devait provenir35. Les diacres des pauvres étrangers (fremdlingen) ne considéraient pas que les pasteurs réfugiés entraient dans la même catégorie que les pauvres néerlandais qu’ils assistaient d’ordinaire ; dans le même temps, cependant, les diacres locaux des « domestiques de la foi » n’avaient pas le sentiment qu’ils devaient venir en aide, à un pasteur certes pieux mais étranger. Ainsi, a émergé un conflit autour de la question de savoir quel diaconat devait payer pour le soutien des pasteurs réformés qui fuyaient la guerre des Pays-Bas.

  • 36 Des années plus tard la question n’avait pas disparu. En effet, les diacres ont demandé (mais appa (...)

22Le consistoire d’Emden est intervenu dans cette affaire, et d’autres semblables, et a trouvé des compromis avec les deux diaconats qui ont partagé les coûts de l’aide ; mais les plaintes ont continué36, particulièrement en ces temps de difficultés financières, qui intensifièrent les conflits institutionnels entre les diaconats. Pendant le temps de leur exil à Emden, beaucoup de pasteurs étrangers ont refusé les emplois disponibles se sentant toujours engagés dans leurs Églises aux Pays-Bas, et dans l’attente d’une issue victorieuse de la Révolte. Ces cas pastoraux ne constituaient pas toutefois le plus grand problème rencontré par les institutions caritatives d’Emden, mais leur statut compliqué souligne la difficulté à créer des catégories nettes et bien définis de personnes secourues : en tant que ministres de la bonne Parole, les pasteurs étrangers méritaient un soutien, mais parce qu’ils n’étaient pas officiers de l’Église locale, ils ne pouvaient pas être payés sur les comptes réguliers de l’Église comme étaient les pasteurs d’Emden ; parce qu’ils étaient des pasteurs et probablement capables de travailler, plutôt que de « pauvres ordinaires », le diaconat fremdlingen ne jugeait pas utile d’épuiser ses ressources limitées en subvenant à leur besoin ; et bien qu’ils aient été clairement des membres pieux des « domestiques de la foi », ils n’étaient pas de la ville, et les diacres des « domestiques de la foi » d’Emden refusaient à leur tour d’utiliser leurs aumônes pour soutenir les pasteurs néerlandais alors qu’un diaconat fremdlingen avait vocation à aider les réfugiés.

  • 37 Ibid., p. 278 (1 Mai 1567).
  • 38 En effet, pour protéger l’influence des citoyens dans le consistoire au plus fort de l’afflux de r (...)
  • 39 Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 278.

23Enfin, un troisième exemple de frontière de bienfaisance mis au jour par des rivalités entre diacres peut être vu au sein de la communauté des réfugiés elle-même. Le diaconat fremdlingen était chargé d’aider spécialement les réfugiés néerlandophones des Pays-Bas. La grande majorité des réfugiés de cette époque étaient, en fait, néerlandophones, et en raison des similitudes linguistiques entre le dialecte d’Emden et la langue néerlandaise, les réfugiés néerlandophones ont été assimilés assez rapidement par la congrégation locale d’Emden. Pour preuve, le consistoire de la ville a interdit formellement aux exilés néerlandophones de former leur propre consistoire officiel en exil37 et beaucoup d’anciens dans la congrégation d’Emden étaient réfugiés néerlandais38. Ainsi, la seule institution séparée que les réfugiés néerlandophones avaient formée était leur administration de l’assistance charitable à travers le diaconat spécial fremdlingen : un diaconat, qui au plus fort de la révolte néerlandaise a enregistré des dépenses pour l’assistance aux pauvres 400 à 700 % plus élevées que celles des diacres locaux haussitzenden, bien qu’ayant un nombre de diacres moindre39.

  • 40 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 330 (29 novembre 1568).

24À côté de ce premier groupe nous trouvons des réfugiés wallons francophones à partir des Pays-Bas qui, eux, ne se sont pas intégrés aux institutions locales et ont maintenu une indépendance presque complète de leur congrégation. Les réfugiés francophones, bien sûr, se réconciliaient généralement avec l’autorité du consistoire d’Emden réformée, et ils apparaissent souvent dans les registres du consistoire d’Emden. La congrégation wallonne francophone, quoique plus réduite, était très similaire à celle des exilés néerlandophones à la fois dans la confession religieuse et dans son statut de « réfugié ». Cependant, les francophones avaient été autorisés à établir une organisation de l’Église complète à Emden – avec un consistoire séparé et un pastorat. Les deux groupes de réfugiés avaient leurs propres diacres pour fournir des secours à leurs membres respectifs. La concurrence entre les deux ensembles de réfugiés sur la fourniture d’aumônes pouvait dégénérer en conflits, obligeant le consistoire d’Emden à arbitrer. Par exemple, la question fut soulevée de savoir qui devait aider les deux orphelins d’un dentellier français nommé Mathys40. Il semble que Mathys, « bien que naît français », n’avait pas pris part pas à la congrégation française, mais plutôt à celle des néerlandophones. Maintenant qu’il était mort, les diacres français ne souhaitaient pas soutenir ses orphelins. Le diaconat fremdlingen a fait alors valoir que les Français devaient soutenir leurs propres pauvres comme les Néerlandais devaient soutenir les leurs. Malgré des similitudes réformées religieuses, des statuts d’immigrants identiques, réfugiés néerlandophones et francophones s’opposaient pour assister les pauvres, parfois de manière féroce. Il semble que les réfugiés néerlandophones se considèrent comme les plus importants des groupes minoritaires en raison de leur poids démographique, de leur bonne intégration dans la communauté locale et de leur influence croissante au sein à la fois de l’Église et du gouvernement d’Emden.

  • 41 C’était le cas d’un legs de taille moyenne de Hans de Brander et sa femme, récemment décédée en 15 (...)

25Les positions affirmées et la volonté même d’aller à l’arbitrage judiciaire suggèrent que des problèmes sous-jacents, au-delà des sommes généralement peu importantes, étaient en fait en jeu pour ces groupes minoritaires. Surtout, plus important encore, elles révèlent les tensions très ancrées au sein de la communauté réformée entre les réfugiés néerlandophones et la petite Église indépendante des réfugiés francophones. Les rares sources révèlent que les néerlandophones, en dépit (ou à cause ?) de leur importance numérique et ressources, trouvaient encore l’énergie nécessaire pour disputer aux Wallons, sans concession aucune, la plus grande part des legs particuliers41. Selon toute probabilité, les diacres fremdlingen néerlandophones ne considéraient pas les institutions indépendantes et la congrégation de la communauté française comme des représentants légitimes des réfugiés aux Pays-Bas. Malgré les similitudes (religieuses et immigrantes) entre les deux groupes d’exilés à Emden, le statut « spécial » de minorité de la congrégation française lui a donné le caractère d’une Église volontaire, en dehors de la structure de la congrégation de la ville. Parce que les réfugiés néerlandophones étaient assimilés dans la congrégation d’Emden, ils ont commencé à frapper d’ostracisme leurs compatriotes exilés et ne voulaient pas perpétuer le « statut spécial » de la congrégation française alors qu’ils pensaient mériter eux-mêmes un statut particulier en raison de leur plus grand nombre et influence.

Conclusion

26La Réforme protestante a contribué à façonner une série de changements dans l’organisation caritative d’Emden dans un siècle qui a vu de graves tensions économiques et démographiques dans cette ville. Étonnamment, plusieurs de ces créations institutionnelles du milieu du XVIe siècle ont survécu pendant plus quatre cents ans. L’analyse de ces institutions d’assistance aux pauvres nous offre la chance d’appréhender et d’apprécier le croisement entre pratiques charitables et convictions théologiques ou idéologiques. Alors que les ordonnances ecclésiastiques et les traités théologiques fournissent quelques indications sur les objectifs idéaux, la mise en œuvre réelle des pratiques charitables donne l’occasion de se rendre compte que de subtiles différences existaient. Ces rivalités diaconales livrent un aperçu de plusieurs conceptions de la communauté réformée qui étaient en compétition à la fin du XVIe siècle.

27Ce cas d’Emden démontre clairement que le contexte est déterminant. Toute analyse de l’assistance protestante doit être éclairée par une prise de conscience des intersections complexes de la pratique et de l’idéologique (ou de la théologie) dans le contexte des particularismes locaux. Ces différences locales, tout comme ces larges similitudes protestantes, permettent une compréhension plus nette et plus riche de l’assistance publique réformée.

28Le plus surprenant est la découverte d’une brève expérience de mise en œuvre, dans la pratique charitable, d’une conception particulière de la théologie réformée. Cette catégorie plus exclusive des « domestiques de la foi », cependant, a créé un conflit au sein de la communauté réformée quand les dirigeants de l’Église leur ont permis de dessiner les contours de la distribution de l’aumône. Bien que les diacres d’Emden n’étaient pas membres du consistoire, les registres de cette institution en permettent une meilleure compréhension parce qu’ils témoignent de nombreux conflits entre la pratique et l’idéal de l’assistance protestante.

Notes

1 Fehler T., Poor Relief and Protestantism, Aldershot, Ashgate Publishing Ltd, coll. « St. Andrews Studies in Reformation History », 1999, p. 94-97.

2 Ibid., p. 119, 155.

3 Ibid., chap. 4.

4 Sehling E. (éd.), Die evangelischen Kirchenordnungen des XVI. Jahrhunderts, vol. 7, II, 1, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1963, p. 505-511.

5 Voir, par exemple, [Anon.], « Emdens Einrichtungen zu wohlthätigen Zwecken », Ostfriesisches Monatsblatt für provinzielle Interessen, no 2, 1874, p. 165-173, 371-375, 400-404 ; Minolts M., « Die Clementiner Brüderschaft in Emden », Ostfreesland. Ein Kalender für Jedermann, no 20, 1933, p. 151-152.

6 Toorenenbergen J. J. van (éd.), Stukken betreffende de Diaconie der Vreemdelingen te Emden, 1560-1576, Werken der Marnix-Vereeniging, 1st series, part II, Utrecht, 1876.

7 Schilling H., Niederländische Exulanten im 16. Jahrhundert, Gütersloh, Schriften des Vereins für Reformationsgeschichte no 187, 1972.

8 Pettegree, A., Emden and the Dutch Revolt, Oxford, Oxford University Press, 1992.

9 Voir la contribution de Judith Becker dans ce volume pour une analyse plus explicite de la charité et des pratiques charitables des réfugiés.

10 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle der reformierten Gemeinde Emden, 1557-1620, t. 1 : 1557-1574, t. 2 : 1575-1620, Cologne, Böhlau Verlag, 1989, 1992.

11 Weber M., « Emden – Kirche und Gesellschaft in einer Stadt der Frühneuzeit », Jahrbuch der Gesellschaft für bildende Kunst und vaterländische Altertümer zu Emden, no 68, 1988, p. 90-100.

12 Ibid., p. 91.

13 Schilling H., Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., t. I, p. 1-2.

14 Heinz Schilling, dans une note de l’introduction de son édition des registres du consistoire d’Emden, a reconnu, en fait, un « diaconat des domestiques de la foi », et il l’a compris comme un des trois diaconats de la ville. Une lecture attentive des registres du consistoire a validé la création d’un diaconat des domestiques de la foi » ; Schilling H., « Einleitung », idem (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. XXI (n. 48). Cependant, parce qu’il n’a pas pris soin de reconstruire les origines de ce troisième diaconat, plusieurs détails ont mal été interprétés et il convient ici de reprendre le dossier.

15 Sehling E., op. cit., p. 506-508, 510-511.

16 L’expression locale « die Hausgenossen des Glaubens » dans Galates 6 : 10 est remplacée ici par la phrase de Calvin « les domestiques de la foy » ; Calvin J., Institution de la Religion Chrétienne, livre III, chap. VII/6 et XX/38, Baum G., et al., (éd.), Ioannis Calvini Opera Quae Supersunt Omnia, Brunswick, 1866, vol. IV, p. 192, 428.

17 Les implications pratiques et théologiques de ces efforts de courte durée afin de créer une « diaconie des domestiques de la foi » constituent l’un des trois exemples qui ont été analysés par Fehler T., “Refashioning Poor Relief in Early Modern Emden”, Safley T. (éd.), The Reformation of Charity. The Secular and the Religious in Early Modern Poor Relief, Leiden, Brill, 2003, p. 101-104.

18 Sehling E. (éd.), op. cit., p. 455-463.

19 Ibid., p. 505-511.

20 Weber M., op. cit., p. 91.

21 « Protokollbuch der haussitzenden Diakonen », Archiv der Grossen Kirche, Johannes a Lasco Bibliothek, Emden, no 3001, p. 1-32.

22 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 1-2.

23 L’extension de l’idéal théologique des « domestiques de la foi » à la distribution d’aumônes avait été inclus, par exemple, dans les ordonnances d’Eglise par Johannes Lasco pour la congrégation des réfugiés à Londres (1550), qui instruisait les diacres de réfugiés pour distribuer des aumônes consciencieusement et de façon judicieuse pour les pauvres, « imprimis vero domesticis fidei » ; Lasco J., Forma ac Ratio tota ecclesiastici Ministerii (London, 1550), Kuyper A. (éd.), Joannis a Lasco opera, Amsterdam, 1866, vol. II, p. 78.

24 Ibid., p. 1-2, 8, 11, 12, 13, 15, 17, 20-21, 22, 27, 28, 29, 30-31, 33, 34, 35, 39-40. L’évolution, sur plusieurs mois, des réunions et décisions du consistoire qui concernent cette tentative de créer un nouveau diaconat distinct est reconstruit par Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 122-130.

25 À Emden le mot « Becken » (littéralement, « le plat ») signifie un plat, qui devait être placé dans le chœur de l’église pendant la communion pour une collecte spéciale de l’aumône au nom des membres des « domestiques de la foi ». Le mot « Becken » est parfois apparu dans les sources d’Emden pour faire référence à un fonds spécial, aux membres pauvres de la congrégation qui étaient financés par le fonds, ou enfin, pour désigner les diacres qui ont administré cette institution. Schilling H., Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., t. I, p. 1 ; Sehling E., op. cit., p. 461. Par souci de cohérence dans cette étude, nous faisons référence aux « diacres des domestiques de la foi » plutôt qu’à l’expression synonyme de « diacres Becken » qui a été occasionnellement utilisée dans les sources.

26 Par exemple, Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 8.

27 Ibid., p. 15.

28 Ibid., p. 34-35 (28 février 1558).

29 Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 164-172.

30 Avant l’été de 1565, le consistoire décida qu’un « remède adéquat » au déficit financier dans l’administration de l’assistance était « de rechercher activement six nouveaux diacres » qui déchargeraient les devoirs de charité des anciens et formeraient un nouveau diaconat ; Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 208. Le contexte entourant des discussions consistoriales et des noms des participants fait clairement apparaître que ces six nouveaux diacres étaient en fait destinés à être un nouveau diaconat pour les pauvres des « domestiques de la foi », et non pas simplement des diacres supplémentaires pour le l’ancien diaconat haussitzenden. La transcription publiée de Schilling « 5 nye diaconen » est incorrecte car les documents originaux d’archives mentionnent clairement « 6 nye diaconen » ; cf. « Protokollbuch des Kirchenrats (19 août 1561-21 juin 1568) », Archiv der Grossen Kirche, Johannes a Lasco Bibliothek, Emden, Nellner no 329/2, fol. 136 vo.

31 Certains raisonnements justifiant la fusion sont donnés dans une « ordonnance de la pauvreté » supplémentaire en 1578 ; Sehling E. (éd.), op. cit., p. 461-462. Et il sont analysés dans Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 174-176.

32 Sehling E. (éd.), op. cit., p. 461 (art. 2).

33 Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 130-137, 177-191.

34 Ce conflit sur les pasteurs réfugiés est décrit plus longuement dans les actes de la colloque à l’université de La Rochelle en 2009 Agir pour l’Eglise : Ministères et charges ecclésiastiques dans les églises réformées (XVIe-XIXe siècles).

35 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 124, 128 (27 janvier et 19 mai 1561).

36 Des années plus tard la question n’avait pas disparu. En effet, les diacres ont demandé (mais apparemment en vain) à Anna, la comtesse de la Frise Orientale, qu’elle fournisse plus de fonds à partir de la sécularisation des propriétés monastiques du territoire afin de financer l’afflux massif de pasteurs étrangers. Ibid., p. 191, 193 (29 décembre 1564, 8 et 12 janvier 1565).

37 Ibid., p. 278 (1 Mai 1567).

38 En effet, pour protéger l’influence des citoyens dans le consistoire au plus fort de l’afflux de réfugiés, le consistoire d’Emden a délibéré, le 9 Novembre 1571, que la moitié des anciens nouvellement élus devait être des « citoyens vieux » et que l’autre moitié devaient être des réfugiés néerlandais. Ibid., p. 426.

39 Fehler T., Poor Relief, op. cit., p. 278.

40 Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 330 (29 novembre 1568).

41 C’était le cas d’un legs de taille moyenne de Hans de Brander et sa femme, récemment décédée en 1574. Malgré les protestations de Hans faisant valoir que Marie, sa femme, avait été de la congrégation française (alors que lui était néerlandophone) et qu’ils avaient tous les deux l’intention d’inclure la congrégation wallonne dans leur legs, les diacres fremdlingen ont refusé de partager ce don et ont même exigé l’arbitrage juridique pour une telle décision. Schilling H. (éd.), Die Kirchenratsprotokolle, op. cit., p. 498, 501, 505 ; Toorenenbergen, op. cit., p. 47. Le Questio juridique qui a été établis pour l’arbitrage est conservé dans les Archiv der Grossen Kirche, Johannes a Lasco Bibliothek, Emden, Nellner no 320B, p. 15. Ce conflit est analysé dans Fehler T., « The French Congregation’s Struggle for Acceptance in Emden », Van Ruymbeke B. et Sparks R. (éd.), Memory and Identity. The Huguenots in France and the Atlantic Diaspora, Columbia, University of South Carolina Press, 2003, p. 81-83.

Auteur

Professeur d’histoire européenne de la première modernité et directeur « Undergraduate Research and Internships » à l’université Furman à Greenville, en Caroline du Sud. Il est l’auteur de Poor Relief and Protestantism : The Evolution of Social Welfare in Sixteenth-Century Emden (1999) et a publié sur les questions de charité réformée, la discipline ecclésiastique, et les réseaux de réfugiés dans le nord de l’Allemagne et les Pays-Bas dans la deuxième moitié du XVIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540