Version classiqueVersion mobile

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Troisieme partie. Structures d'assistance modernes et contemporaines

Structures d’assistances modernes et contemporaines

Texte intégral

1L’entraide protestante mobilise les chrétiens au sein de différentes structures classiques déjà identifiées dans des contributions antérieures : institutions urbaines, consistoires, synodes parmi les plus souvent citées. Les XVIe-XVIIIe siècles, jusqu’alors privilégiés pour exposer les principes, les mises en actes et les évolutions des œuvres protestantes, ont montré des éléments de cohésion sociale mais aussi des tensions autour de la gestion de la charité et de l’assistance, en fonction des aléas politiques et des possibilités économiques des Églises. Dans cette ultime partie, les études de cas reviennent sur des structures novatrices des débuts de la Réformation car cette période a vu naître des entreprises particulières en matière d’assistance, de la méditerranéenne ville de Nîmes à la cité d’Emden en Frise orientale, deux centres urbains fortement marqués par la Réforme. Toutefois, cet engagement en faveur des plus démunis trouve un écho singulier aux XIXe et début du XXe siècles, en Alsace ou Béarn : les formes et les cadres d’entraide connaissent un renouvellement certain, le rapport aux œuvres devient une question de justice sociale et plus seulement une mise en acte de la foi vivante. Dans ces structures renouvelées, modernes ou contemporaines, l’initiative individuelle occupe une place remarquable, avec notamment des figures féminines qui investissent le champ de l’entraide sociale et plus spécifiquement son domaine sanitaire.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search