Desktop versionMobile Version

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Deuxieme partie. Appliquer l'entraide, praxis réformée

Le « comité » et l’assistance aux pauvres à La Rochelle au XVIIIe siècle (1775-1792)

Didier Poton

Zusammenfassung

Entre 1755 et 1761, les protestants de La Rochelle se dotent d’un règlement ecclésiastique qui confie le gouvernement de l’Église à un « comité ». Le dépouillement des sept petits cahiers où sont transcrites les notes prises par les secrétaires successifs de cette institution permet d’appréhender son action. Un comptage des affaires débattues aboutit à conclure que l’assistance aux pauvres domine avant l’encadrement ecclésiastique. Dans un contexte où la pratique cultuelle se déroule au sein de trente-huit « sociétés », fruit d’un compromis entre les élites réformées et les représentants de la monarchie pendant la guerre de Sept Ans, il semble bien que l’assistance s’impose comme un élément d’unité et de dynamisme d’une communauté qui fonde le seul hôpital protestant du royaume dans cette période et dont une bonne part du fonctionnement repose sur le travail de diaconesses, épouses ou veuves de grands négociants. L’exemple rochelais permet de mettre en évidence le processus qui voit émerger la pratique de la philanthropie portée par des élites, ici de confession réformée, qui défendent de plus en plus ouvertement une politique de sécularisation de l’assistance aux pauvres.

Volltext

  • 1 Poton D., « Les protestants charentais au XVIIIe siècle (1715-1799) », dans Francine Ducluzeau, Hi (...)
  • 2 Poton D., « Les registres consistoriaux des Églises du Désert : l’exemple du « brouillard de La Ro (...)

1En mars 1755, les protestants de La Rochelle se dotent d’un règlement qui donne le cadre ecclésiastique de la restauration de l’Église réformée. Ce texte prévoit l’installation, sur les modèles parisien et nîmois, d’un « comité » comprenant douze anciens. En 1761, avec l’accord tacite de l’intendant satisfait de la prudence des réformés dans l’affirmation de leur appartenance confessionnelle, des « statuts » modifient quelque peu ce premier texte (le nombre des anciens passe de douze à quatorze). Le culte est réorganisé sous la forme de « sociétés » composées chacune d’une vingtaine de personnes. En 1768, elles sont au nombre de trente-huit sociétés1. Des travaux de ce comité, institution « fédérative » de la communauté, il reste un « brouillard » composé de sept petits livrets reliés en cahier. Dans une étude précédente de cette source nous avions défendu l’hypothèse que ces livrets reflètent bien la préoccupation du bureau : noter les décisions prises au cours ou à l’issue d’une réunion afin d’élaborer ultérieurement un procès-verbal de délibérations dans un registre. Cette dernière étape semble n’avoir jamais été réalisée. À maintes reprises, il est demandé que les notes prises sur des feuilles volantes soient transcrites sous la forme de procès-verbaux destinés à être reliés au cahier. Il est vraisemblable que l’historien ne dispose pas de toutes les délibérations. Il faut ajouter la perte des comptes de la caisse des pauvres et le caractère très lacunaire des archives de l’hôpital protestant. Malgré ce caractère peu rigoureux dans son élaboration et sa tenue par les différents secrétaires en charge de cette tâche administrative, ce « brouillard » apporte cependant des renseignements précieux sur le fonctionnement et l’action du « comité » rochelais entre 1776 et 17922.

  • 3 Even P., Les hôpitaux en Aunis et en Saintonge sous l’Ancien Régime, La Crêche, Geste éditions, 20 (...)

2L’assistance fait partie de l’action du « comité ». Les anciens se sont saisis de la fonction diaconale car ils entendent contrôler directement la gestion des « deniers des pauvres ». Ils doivent toutefois prendre en compte dans leur activité charitable d’une particularité rochelaise : l’existence d’un hôpital protestant. Ce n’était pas le premier dans l’histoire de la cité mais la contreréforme catholique avait fragilisé l’établissement en 1629 puis dans les années 1670 avec la création, difficile, d’un hôpital général perçu par les réformés, à juste titre, comme un instrument de conversion, enfin avec la révocation de l’édit de Nantes, la confiscation des biens du consistoire permettant aux autorités de subvenir, en partie, au budget de l’hôpital général. La déclaration de 1683 confisquant au profit des hôpitaux les dons et legs faits au consistoire pour les pauvres avait déjà engagé cette politique d’asphyxie de l’action charitable des anciens. Il est enfin décidé d’utiliser le terrain du temple de Villeneuve pour l’érection du nouveau bâtiment de l’hôpital général. Les matériaux tirés de la destruction de ce temple sont destinés à la construction. Faute de source, il est impossible à l’historien d’affirmer qu’une aide aux pauvres continue clandestinement au sein du groupe des « Nouveaux Convertis ». En 1765, Barthélémy Ranson et son épouse Elizabeth Judith Seignette, font l’acquisition de deux maisons entourées d’un grand jardin situées dans la Villeneuve. Plusieurs familles se sont cotisées pour réunir la somme nécessaire à l’achat. Les maisons sont aménagées en hôpital et le jardin en cimetière avec l’accord tacite des autorités. Les réformés rochelais se dotent là d’une institution unique dans le protestantisme français sous le règne de Louis XVI. Cet hôpital a fait l’objet d’une étude particulière dans une recherche plus large sur les hôpitaux en Aunis et en Saintonge sous l’Ancien Régime3. S’il a son propre budget, son fonctionnement dépend pour son encadrement, pour le paiement des soins et de la pension des pauvres malades des décisions du comité.

Assister : l’activité principale du « comité »

3Comme nous l’avons établi dans notre étude précédente sur le « brouillard » du comité de La Rochelle, deux missions dominent avec près de 80 % de l’activité des anciens rochelais entre 1775 et 1792 : l’assistance (42 %) et l’encadrement ecclésiastique (38 %). Il faut préciser qu’il est parfois difficile de répartir certains cas entre ces deux catégories et que l’espace pris par la transcription des délibérations ayant pour sujet l’assistance est parmi les plus importants (listes, tableau de chiffres, etc.). Indéniablement, l’action charitable est la principale préoccupation des anciens autant par le nombre des cas que par le volume des traces scripturaires relevées dans le brouillard du comité. La caisse des pauvres ne mobilise pas que l’ancien chargé de sa gestion tant la palette des opérations est large : auditions et vérifications des comptes, collecte des legs et dons, présentations des affaires, suivis des assistés, coordination avec l’hôpital, etc. Il faut toutefois dès à présent noter que cette approche statistique a les limites de ce type d’investigation. Elle ne peut évaluer un aspect important du poids que représente cette mission : le temps réel consacré par les anciens à la gestion des dossiers d’assistance (déplacements dans les familles faisant appel à la solidarité de la communauté, présentation du cas en comité, suivi du dossier, réunion à l’hôpital, etc...). Une approche globale de ce ministère doit intégrer l’ensemble de ces étapes. Cette prise en compte doit permettre d’entrer dans une réalité rarement mise en évidence : le poids de l’assistance va bien au-delà pour l’institution, du simple comptage des cas relevés dans les délibérations consistoriales. C’est un investissement personnel lourd en responsabilités et en temps.

  • 4 Poton D., art. cit., p. 567.

Graphique 1. – Cas traités par le comité (1775-1792)4.

4Les 220 cas d’assistance relevés dans le « brouillard » du comité ne sont pas également répartis sur l’ensemble de la période étudiée. De 1776 à 1781, l’assistance occupe près de 62 % de l’activité des anciens, de 1782 à 1786 elle tombe à 33 % pour remonter à 63 % entre 1787 et 1791. Il est intéressant de noter que la décrue générale des cas traités de 1782 à 1786 a pour cause principale le recul de l’assistance dans les points de l’ordre du jour des réunions. Il faut toutefois préciser le caractère atypique de l’année 1786, année au cours de laquelle les anciens semblent ne s’être réunis que cinq fois. A contrario c’est la croissance de ces cas qui font bondir les années 1787, 1788 et 1789. Cette augmentation est la marque des difficultés économiques de ces années-là. Le 4 septembre 1790, le comité décide, à cause des « temps calamiteux » et de « la cherté du pain », une journée de jeûne avec l’organisation d’une collecte dont les fruits seront consacrés aux budgets de la caisse des pauvres et de l’hôpital. En 1791 et 1792, les débats impliquant une mobilisation financière relève plus des travaux à effectuer dans la salle de la Verdière (le culte dominical s’y déroule depuis l’automne 1785) et le projet d’achat de l’église des Récollets (avec les travaux nécessaires pour en faire un temple) que l’assistance, les pauvres pouvant désormais s’adresser au bureau des subsistances de la ville. Il ressort de cette périodisation que le nombre annuel de cas relevant de l’assistance détermine l’activité du comité.

Assister : gérer un budget social

5La gestion de l’assistance est assurée par un ancien. Le titulaire a en charge la « caisse des pauvres », la « bourse des pauvres », les « deniers des pauvres ». Les trois expressions sont utilisées. L’état des comptes présenté par Carayon, le 5 février 1782, pour l’année 1783 permet de comprendre la composition des recettes :

  • 5 Archives de l’Église réformée, no 14 (n. f.).

« Qu’il lui reste en caisse

4538 l. 12 s.

Intérêts des placements

2000 l.

Billet Carayon fils

800 l.

Billet Lamothe (à 6 mois)

3006 l. 15 s.

10345 l. 7 s.5. »

  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.

6Les recettes proviennent des aumônes dominicales, des dons, des legs et des intérêts de sommes placées. Les difficultés relevées sont de quatre ordres : la collecte des deniers lors des cultes et assemblées de prières dans les sociétés ; la remise des comptes de l’année précédente exigée en février et qui traine jusqu’en avril voire en juin et en juillet ; la vérification des comptes qui prend parfois tout le printemps ; la mise en correspondance des comptes du trésorier des pauvres avec ceux de l’hôpital. La première difficulté disparaît progressivement, la salle de la Verdière s’imposant, par la volonté des pasteurs, le lieu unique du culte dominical en 1790. Les retards n’ont pas toujours pour origine la mauvaise volonté des administrateurs. Ces derniers peuvent être absents sur une longue période ou malades. Le 6 mars 1776 il est arrêté par le comité que « M. Valette et Ranson parleront à M. Blanchet, qu’il sera demandé une liste des pauvres assistés et leur état [...], a M. Chanier un état à quoi monte la caisse des charités par an quand il sera en santé parfaite et qu’en attendant on lui demandera le montant de la recette et de la dépense par M. Fleuriau6 ». Quant à la vérification des comptes, elle suppose que toutes les pièces comptables soient disponibles, ce qui n’est pas toujours le cas. À plusieurs reprises, le comité demande un état exact des pauvres assistés. Les échanges entre le comité et les « dames diaconesses » de l’hôpital sont nombreux mais toujours dans le sens du comité vers elles. Le 7 juin 1780, le comité charge M. Chamois de communiquer la liste des assistés aux diaconesses « pour savoir leur sentiment sur leur pension7 ».

7À côté des tâches de gestion, l’assistance consiste à collecter les demandes d’aides, visiter les nécessiteux, distribuer du pain, des vêtements, du bois mais aussi trouver un apprentissage ou un emploi, le travail étant préférable à l’assistance qui mène à l’oisiveté, la mère de tous les vices. La vérification de l’état réel des assistés est systématique. Certaines opérations nécessitent la mobilisation de plusieurs anciens. C’est le cas en septembre 1781 lorsque la décision est prise d’établir la liste et le montant des pensions de 39 matelots infirmes ou malades ou lorsqu’il s’agit de coordonner avec la Chambre de Commerce une distribution :

  • 8 Ibid.

« Messieurs de la Chambre de Commerce ont aussi notifié à M. Chamois l’un de nous que sur la distribution de pain qu’ils doivent faire pendant quelques semaines à l’occasion de la satisfaction générale ressentie par tout le public pour le rétablissement de l’union et de la tranquilité ils avaient fixé à 74 billets chacun d’un pain de 3 livres par semaine... Surquoi on a fait une liste des pauvres qui y doivent participer remise à M. Bouguereau pour être délivré auxdits pauvres8. »

  • 9 Ibid.

8La recherche d’apprentissage ou d’un emploi est récurrente dans les délibérations. D’abord, l’apprentissage de la lecture à des garçons et des filles. Le 3 février, il est remboursé à la veuve Ranson « cinquantes livres qu’elle a déboursé en hardes pour le petit Baron qui a été s’embarquer à Rochefort au service du Roy9 ».

9Les pasteurs ne sont mentionnés qu’à trois reprises dans les procès-verbaux faisant état d’une délibération relevant de l’assistance. Le 20 avril 1779, le consistoire procède à l’acceptation des diaconesses (Mesdames Ranson-Seignette, Raboteau, Trouillé, Bouguereau, Roy, Roger) et

  • 10 Ibid.

« le pasteur leur a exposé en peu de mots la nature et le devoir de l’emploi que la Compagnie souhaitait leur conférer et les dites dames ayant acquiecé à ce quoi désirait d’elles et ont promis de répondre autant qu’il leur serait possible à l’attente de la Compagnie. Il en a été dressé le présent acte dont on leur a fait la lecture et que M. le Pasteur a terminé par des remerciements auxdites dames pour leur zelle et leur charité10 ».

10Dans sa transcription de la séance du 24 avril 1789 le secrétaire écrit :

  • 11 Ibid.

« M. Betrines, Pasteur, a déclaré que sa société de bienfaisance a arrêté dans son assemblée du 22 de ce mois qu’il lui sera remis pour les pauvres protestants six paiements pour les six dernières semaines écheues11. »

  • 12 Ibid., Poton D., « S’affirmer protestant sous le règne de Louis xvi : l’application en Aunis de l’ (...)

11Cette information conduit à s’interroger : le pasteur avait-il créé une structure particulière de bienfaisance ? S’agit-il des aumônes et des dons recueillis non par les sociétés mais par le pasteur au sein de la communauté qui s’assemble le dimanche à la Verdière ? La deuxième hypothèse semble la plus plausible. Il faut aussi relever l’intervention du pasteur dans la délibération du comité concernant l’application de l’édit de 1787 « sur les non-catholiques ». Il pose le problème des familles qui ne se présenteront pas devant le juge pour officialiser leur état-civil à cause du coût de la démarche. Un mécanisme d’aide financière est prévu12.

Assister : intervenir dans les familles

  • 13 Ibid.

12Environ 150 personnes ont été assistées par le comité entre 1776 et 1792. Le manque de précision tient à l’impossibilité de lire certains noms ce qui interdit de savoir si le cas débattu est un nouveau cas ou le suivi d’un dossier concernant une personne déjà enregistrée. Si l’on retire de ce nombre les 39 marins qui doivent recevoir une pension en accord avec le commissaire de la marine, il reste environ 110 individus. Les deux-tiers de cette centaine d’assistés sont des femmes dont les trois-quarts sont des veuves. Assister un pauvre à La Rochelle au cours de ces années-là c’est secourir une veuve. Deux saisons concentrent près des trois-quarts des demandes d’aides : l’hiver et la fin de l’été et le début de l’automne. Mais le 9 juin 1779, il est fait état dans une délibération du comité qu’il y a « beaucoup de malades13 ». En deux mois, c’est une dizaine de nouveaux noms qui apparaissent sous la plume du secrétaire. Pour les anciens, le printemps et l’été devraient être une saison de basses eaux de la pauvreté ou plutôt d’un temps moins rigoureux. C’est ainsi que le début du printemps est une période où l’ancien chargé de la caisse se voit demander un état des pensions distribuées. C’est le cas le 10 mai 1780 :

  • 14 Ibid.

« M. Chamois est prié de produire la liste des pensions tant de la ville que de la campagne pour qu’au prochain consistoire on puisse diminuer ceux qui pourront rapporter cette diminution pendant l’été14. »

  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

13Le 22 mai suivant, il est décidé que la prochaine réunion devra décider « de la diminution des pauvres ». Ce qui est effectivement fait avec la précision notée par le secrétaire « que la liste des assistés sera communiquée aux dames diaconesses pour savoir leur sentiment sur leurs pensions15 ». Le procès-verbal de la délibération permet d’introduire un autre paramètre : l’origine géographique des assistés. À l’évidence, l’action charitable du comité ne se limite pas à la ville elle-même. Des nécessiteux de Thairé, de Bourgneuf et de Neuil sont assistés à quelques reprises. Il est toutefois précisé que la somme avancée sera prélevée sur les sommes récupérées dans les troncs de l’Église de Neuil. Mais le comité n’entend pas répondre systématiquement aux demandes des pauvres protestants de la campagne aunisienne. Le 31 janvier 1776 le comité sollicite les anciens de Marsilly de procurer eux-mêmes l’assistance dont a besoin la veuve Touillet qui est originaire de ce village et qui semble y résider. Mais le 18 mars 1778 il est décidé de remettre 3 livres à un membre de la communauté « pour faire venir son père de Mauzé à La Rochelle et qu’il sera donné à Garaud père 4 livres par mois n’étant pas en état de travailler pour son entretien16 ». Un cas identique est traité avec une famille originaire de La Tremblade. En juillet 1787, une lettre est adressée aux églises de la province précisant que le consistoire de La Rochelle n’a pas vocation à assister tous les pauvres venant en ville. Pour les pauvres « passants et voyageurs », un ancien est chargé de les recevoir pour examiner leur demande. Ces mesures ne sont pas nouvelles dans les archives consistoriales. Au XVIIe siècle, de nombreuses délibérations indiquent clairement que la bourse des pauvres doit d’abord aider les nécessiteux de l’Église et que les demandes d’assistance présentées par des passants et vagabonds sont très strictement vérifiées. Jean Ranson reçoit cette mission très prenante en temps de crise économique à partir du 5 février 178317.

14Quelques cas mettent en évidence l’intervention du comité dans les affaires de famille. Le 3 février, il décide de donner

  • 18 Ibid.

« au nommé Samuel Mothais de Thairé quatre livres par mois pour luy et sa femme jusqu’à la Saint Jean à condition qu’il fera abandon de ses vignes à ses créanciers sauf avoir audit terme le party qu’il conviendra de prendre qu’il sera donné à sa fille six livres en attendant qu’elle trouve une condition18 ».

  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.

15Il arrive aussi que ce soit des notables à qui il est rappelé leurs obligations familiales. Le 21 juin 1780, le comité informé du décès de la Veuve Dupuy au cours du mois précédent et constatant « qu’elle a laissée une certaine fortune à ses héritiers qui ne paraissent pas avoir besoin de secours on doit leur demander le remboursement de ce que le consistoire a donné » depuis le 4 octobre 177619. Au cours de la délibération du 9 février 1781 le procès-verbal mentionne que « M. Voix a été chargé de demander aud. De Tandebarast ce qu’il pourra faire pour lad. Demoiselle Ducouteau. M. Chamois a été chargé de demander la même chose à M. Perry et de Richemond fils pour lasdite demoiselle leur parente qui a demandé à être assistée ». Cinq mois plus tard, on apprend que 6 livres par mois ont été accordées à Mademoiselle Ducouteau de Croix-Chapeau et il est précisé que « M. Bouguereau est chargé de les payer pour en être remboursé par la bourse des pauvres en laquelle la famille de la Demoiselle remboursera20 ».

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.
  • 23 Even P., Les hôpitaux en Aunis et en Saintonge sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 191-192.

16Il arrive aussi que le comité accepte d’aider de manière temporaire un membre de l’Église. Le 19 mai, un ancien informe le consistoire « que la Veuve Pinet, née Proa, est actuellement dans la misère occasionné par des malheurs et la longe maladie de sa fille ». La compagnie autorise « Chamois, trésorier, à lui offrir en forme de prêt la somme de 60 livres qu’il prendra de la bourse des pauvres dont il sera fait billet à ladite Dame payable à deux ans qu’il portera en recette s’il en est payé par la suite21 ». En ce qui concerne les chambres de l’hôpital qui peut accueillir une dizaine de malades en l’An II, Ces derniers relèvent soit de la bourse des pauvres soit de leur famille. c’est le cas de la Veuve Vernet « qui sera logée dans une chambre à l’hôpital et n’aura plus les 6 livres par quartier pour payer une chambre en ville22 ». Mais la pension annuelle peut monter jusqu’à 500 livres par an comme dans le cas du sieur Delongueville qui s’engage à les régler pour l’entretien de sa femme aliénée23 ». Ces pensions doivent assurer une part non négligeable des recettes de l’hôpital.

17L’assistance concentre une part importante de l’activité du « comité », cette institution dont les protestants de La Rochelle se sont dotés en 1755-1761, pour restaurer une vie religieuse, dans la cadre de ce que les autorités administratives ont accepté en un temps (la Guerre de Sept ans) où la monarchie a besoin pour sa guerre maritime contre les Anglais des navires et des équipages des négociants et armateurs rochelais (et des autres ports du littoral d’Aunis et de Saintonge dont un nombre important sont de confession protestante). La principale des conditions de cette tolérance de fait est de n’organiser le culte dominical et les assemblées de prières que dans les lieux privés gérés par une « société » portée par un notable de la communauté. Si cette atomisation permet aux réformés de la ville et de sa banlieue de pouvoir désormais participer à un culte conforme à leur foi, elle a aussi pour effet de parcelliser le groupe en différents petits territoires, en petites chapelles concurrentes qui peuvent engendrer des tensions internes. Redonner de la cohésion à la communauté, à l’Église rochelaise, est le travail des pasteurs qui réussissent à mettre un terme à cette organisation en « sociétés » en imposant, difficilement, un lieu de culte commun, la salle de la Verdière en 1787. Cette évolution se marque par une évolution dans le « brouillard » du comité : l’emploi de plus en plus fréquent du terme de « consistoire » est un marqueur de la nature de l’action du comité qui reprend en fait la triple mission consistoriale exposée dans la Discipline ecclésiastique que les pasteurs entendent faire appliquer par les communautés réformées en phase de restauration. À cette triple mission des anciens s’ajoute à La Rochelle la fonction des diacres : l’assistance aux pauvres. Cet élargissement de la compétence des anciens n’est pas nouveau. Au XVIIe siècle l’assistance est organisée de manière assez différente par les églises. Tout dépend en fait du choix du consistoire d’élire, ou non, comme diacre un ancien en charge. Il semble toutefois que la « caisse des pauvres » est tenue le plus souvent par un ancien, les diacres s’occupant des tâches quotidiennes de l’assistance. Entre 1775 et 1792, l’assistance relève du « comité » dont un des membres à la charge de gérer la caisse des pauvres. Et cette activité s’affirme comme l’activité principale des anciens jusqu’en 1790.

18Il est indéniable que cette mission favorise la cohésion de la communauté et la domination sociale des négociants et de leurs épouses et veuves « diaconnesses ». Car si l’assistance relève de l’obligation religieuse à l’égard de coreligionnaires nécessiteux, il apparaît à deux reprises le souci d’organiser des distributions de pain pour assurer la paix sociale. La surreprésentation des protestants dans les organismes de bienfaisance à partir de 1790 témoigne d’un souci relevant à la fois de l’assistance réformée et d’une attitude nouvelle à l’égard de la pauvreté fondée sur une nouvelle conception de l’homme qui implique le souci de chacun de devoir s’impliquer dans la vie de la cité pour participer aux progrès des conditions de vie et de réaliser ainsi une idée neuve, l’idée du bonheur dont la définition dans l’Encyclopédie inclus la « bienfaisance ». Dans la pratique, cette nouvelle définition du lien social conduit à une nouvelle attitude dans le rapport à la pauvreté : la philanthropie. Il est possible de voir l’action des élites sociales réformées à La Rochelle hors de l’église, dans les débats intellectuels, dans les loges maçonniques, dans les institutions politiques et économiques comme le premier temps de la mutation de l’assistance en philanthropie par la sécularisation du traitement de la misère.

Anmerkungen

1 Poton D., « Les protestants charentais au XVIIIe siècle (1715-1799) », dans Francine Ducluzeau, Histoire des protestants charentais, Paris, Le Croît vif, 2001, p. 200 et suiv.

2 Poton D., « Les registres consistoriaux des Églises du Désert : l’exemple du « brouillard de La Rochelle (1775-1792), Chareyre P. et Mentzer R. (dir.), La mesure du fait religieux. L’approche méthodologique des registres consistoriaux dans l’espace calvinien (XVIe-XVIIIe siècles), Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. 153, octobre-novembre-décembre 2007, p. 561-572.

3 Even P., Les hôpitaux en Aunis et en Saintonge sous l’Ancien Régime, La Crêche, Geste éditions, 2002, p. 67-70 et 189-194.

4 Poton D., art. cit., p. 567.

5 Archives de l’Église réformée, no 14 (n. f.).

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid., Poton D., « S’affirmer protestant sous le règne de Louis xvi : l’application en Aunis de l’édit sur les non-catholiques (1787-1788) », Basque M., Couturier J.-P. (dir.), Les territoires de l’identité. Perspectives acadiennes et françaises, XVIIe-XXe siècles, Editions de la Chaire d’Études Acadiennes, université de Moncton (Nouveau-Brunswick), p. 71-82.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Even P., Les hôpitaux en Aunis et en Saintonge sous l’Ancien Régime, op. cit., p. 191-192.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Graphique 1. – Cas traités par le comité (1775-1792)4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135732/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 86k

Autor

Professeur à l’université de La Rochelle et membre du Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique (CRHIA) ; ses recherches portent sur les protestants français dans le monde atlantique (XVIIe-XIXe siècle) ; il codirige le programme « Les immigrants français au Canada à l’époque de la grande migration transatlantique (1870-1914) ».

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search