Versión clásicaVersión móvil

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Deuxieme partie. Appliquer l'entraide, praxis réformée

L’aide aux pauvres dans l’Église réformée de Calais au XVIIe siècle

Alain Joblin

Resumen

L’étude des communautés protestantes du Nord de la France sous l’Ancien Régime se heurte à la rareté des sources. Aussi, il est intéressant de présenter et d’analyser les quelques vestiges qui nous sont parvenus. C’est le cas du « registre des pauvres » tenus par les diacres de l’Église de Calais d’avril 1661 à juillet 1681. Ce registre est actuellement conservé à la Bibliothèque de la Société huguenote de Londres sous le titre : « The Poor Relief Account Book of Guines ». La source est précieuse car, au-delà des informations sur la vie quotidienne des huguenots calaisiens qu’elle livre, le chercheur peut découvrir une politique d’assistance aux pauvres ambitieuse et variée. L’Église venait ainsi en aide aux nécessiteux victimes de nombreuses crises frumentaires, aux orphelins, aux veuves et aux étrangers de passage dans la région qu’ils soient protestants ou non. Il faut remarquer la place laissée dans cette aide à l’école et à l’apprentissage, la finalité protestante de cette politique des « œuvres » étant de privilégier le travail à l’aumône. Des comptes précisément tenus révèlent l’origine de l’argent rendant possible cette politique : il s’agissait, pour l’essentiel de « cueillettes » réalisées à l’occasion du culte dominical. L’objectif est donc de présenter une politique de « bonnes œuvres » organisée et vécue au quotidien.

Texto completo

  • 1 Gutton J-P., La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1974.

1L’aide aux pauvres constitue une des obligations religieuses et morales du chrétien. Les « bonnes œuvres » participaient, selon les catholiques, à l’économie du salut. Or, le regard porté sur les pauvres changea au XVIe siècle. Si l’aumône manuelle, vivement défendue au Concile de Trente (1545-1563) par le dominicain espagnol, Dominique de Soto, demeura essentielle dans le monde catholique, les humanistes, à l’image de Juan Luis Vives, auteur d’un traité publié à Bruges en 1526, De subventione pauperum, préconisèrent la mise en œuvre de nouvelles politiques pour éradiquer la pauvreté. Il s’agissait d’institutionnaliser l’aide aux pauvres. Les autorités municipales du Nord de la France (des Pays-Bas exactement), comme à Lille par exemple, en 1527, créèrent rapidement des organismes chargés de lutter contre l’indigence. On vit ainsi se multiplier des « bureaux des pauvres » et des « aumônes générales » (Lyon en 1531)1. Les réformateurs protestants adhérèrent à cette politique et même, la précédèrent. Zwingli organisa ainsi à Zurich dès 1524 une aide aux pauvres financée sur la vente des biens sécularisés de l’Église catholique. Il fit également adopter une ordonnance, le 15 janvier 1525, imposant le recensement des indigents du canton. Jean Calvin distingua, pour sa part, quatre ministères : les offices de docteur, pasteur, d’ancien et celui de diacre spécialement consacré à l’assistance des pauvres au sein des Églises réformées. Cet office des diacres fut précisément défini par la Discipline des Églises de France en 1559 :

  • 2 Hagg E. & E., La France protestante, Paris, 1859, t. X, p. 38-41.

« L’office des diacres, peut-on lire, est de recueillir et distribuer, par l’avis du consistoire, les deniers des pauvres, des personnes et des malades, les visiter et en avoir soin... Les deniers des pauvres ne sont administrés par autres que par les diacres2... »

2Cet office des diacres se retrouve tout naturellement dans l’Église de Calais au XVIIe siècle et c’est donc l’organisation et le fonctionnement de cet office qui est ici présenté. Mais, auparavant, peut-être n’est-il pas inutile de dire quelques mots sur cette Église.

L’Église réformée de Calais

  • 3 Lottin A., La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Lillers, Éditions Les Échos du Pas- (...)
  • 4 Joblin A., « Le protestantisme en Calaisis au XVIIe siècle », Revue du Nord, t. LXXX, juillet/déce (...)

3Commençons par fixer une géographie, celle de la France du Nord-Ouest. Deux grandes régions se distinguent : d’un côté, proche de la Manche, le Boulonnais et le Calaisis qui étaient intégrés à la province de Picardie relevant de la Couronne de France et, de l’autre côté, plus à l’Est et au Nord, les Flandres et l’Artois qui faisaient partie des Pays-Bas dits « espagnols » car ils relevaient de l’autorité du roi d’Espagne, Philippe II. En 1566, ces provinces se révoltèrent contre leur souverain. Cette révolte fut toute à la fois politique et religieuse. Le protestantisme s’y était, en effet, solidement implanté dès le début des années 1520 or, Philippe II se voulait le défenseur inflexible du catholicisme et cherchait à éradiquer « l’hérésie » des territoires relevant de son autorité. Il répondit donc à la révolte des Pays-Bas par une violente répression3. Les protestants fuirent alors leur pays et beaucoup vinrent chercher refuge en Calaisis. Ils y fondèrent, sous l’égide de l’édit de Nantes (1598), une Église qui se développa spectaculairement, les huguenots représentant, en effet, vers 1650, près de 20 % de la population calaisienne. Ils suivaient le culte dans deux temples : l’un à Guînes, et l’autre à Marcq où l’on priait en néerlandais. Seize pasteurs desservirent cette Église de 1603 à 16854. Et, comme ailleurs au sein des Églises réformées du royaume de France, on institua un consistoire avec des anciens et des diacres.

  • 5 Huguenot Society of London, Poor Relief Account of the Protestant Church of Guînes, 1669-1681, 159 (...)

4L’histoire des diacres calaisiens et de leur activité est connue grâce à un petit registre qu’ils tinrent d’avril 1660 au 31 juillet 1681. La tenue de ce genre de document avait été imposée par le synode national de Saint-Maixent en 1609. Il s’agit d’un petit in-folio de 159 feuillets aujourd’hui en dépôt à la bibliothèque de la Huguenot Society of London5. Le document livre une multitude d’informations sur la vie quotidienne de la communauté protestante du Calaisis. Il permet de voir comment l’office des diacres était organisé et comment il fonctionnait.

L’office des diacres calaisiens

5La communauté huguenote, en Calaisis, représentait près de 3 000 individus. Le registre livre le nom, pour la période considérée, d’une quarantaine de diacres qualifiés de « diacres-receveurs » et de « diacres assistants ». Un certain nombre d’entre eux purent exercer leur office plusieurs années de suite. La moyenne d’exercice était d’environ trois ans. Il est possible de dresser le profil sociologique d’une dizaine de ces diacres : c’étaient, pour l’essentiel des marchands et des laboureurs (« l’aristocratie » de la paysannerie française au XVIIe siècle selon Pierre Goubert). Daniel Pilart, par exemple, diacre en 1667, était un marchand de Calais propriétaire de huit maisons et de 77 mesures de terre (une trentaine d’hectares). Ambroise Minet était aussi un gros marchand de Calais qui avait le monopole de la vente de tabac pour tout le Nord de la France. Son fils, Isaac, quitta le royaume après 1685 en abandonnant trois maisons. Isaac de La Balle était un important marchand-brasseur de Guînes. Il faudrait encore citer d’autres marchands ayant exercé l’office de diacres comme Isaac Sigard, Isaac de La Croix ou encore Abraham Verbreghe. Pour les laboureurs, il est possible d’avancer les noms de Jean de Riez (ou Jonas du Rietz ?), de Marc de La Jus, d’Abraham Piffreman, d’Isaac Le Turcq, etc. Les du Rietz et les Pifreman avaient des revenus annuels pouvant atteindre les 400 livres, et André Lenoir, laboureur à Vieille-Église, gardait en 1685 dans ses granges divers grains d’une valeur de plus de 500 livres. Dans tous les cas, il s’agissait donc de laboureurs aisés. On peut également évoquer la figure de Jacques Robelin qui, lui, était « ingénieur du roi ». Colbert lui confia le projet de créer à Dunkerque un bassin capable d’accueillir une trentaine de navires. Sa fille épousa Isaac van Robais, le célèbre manufacturier protestant d’Abbeville. Tous ces hommes, qu’ils soient marchands, laboureurs ou ingénieurs, étaient issus d’une certaine élite sociale. Certains d’entre eux avaient des biens dont la valeur pouvait dépasser, dans bien des cas, le millier de livres, ce qui n’était pas négligeable. En fait, les diacres devaient être obligatoirement issus de ces milieux aisés car le diacre en charge était souvent obligé d’avancer l’argent nécessaire pour mener à bien sa mission. Le 20 septembre 1660, par exemple, un des diacres remboursa la somme de 332 livres 6 sols à son confrère du Ponchel « pour ce qu’il [avait] fourny aux orphelins de Guînes suivant son mémoire ». Ces avances atteignaient parfois des sommes considérables obligeant les autorités de l’Église à prendre l’engagement par écrit de rembourser les sommes avancées :

« Ce présente conte (sic !), peut-on lire à la fin des années soixante, a esté veu et calculé et arresté, par lequel il appert revenir audit Sauchelle [un diacre] la somme de 1 241 livres 17 sols 3 deniers, de laquelle somme il sera remboursé sur les deniers de l’église et sur les premiers quy proviendront de la collecte qui se fera dans peu de temps. »

6Les diacres étaient donc des notables et certains d’entre eux purent siéger au consistoire en tant qu’ancien, après avoir accompli leur office, à l’exemple d’Ambroise Minet, d’Isaac Sigard, du sieur du Ponchel, etc. Cette proximité entre les deux fonctions doit rappeler qu’anciens et diacres œuvraient de conserve au sein du consistoire comme le prévoyait la Discipline en 1559.

  • 6 Haag E. & E., op. cit., t. X, p. 280-284. Remarquons, au passage, que pour rendre possible ce trav (...)

7Une question peut en effet se poser quand on lit le registre : qui prenait l’initiative d’engager une action d’assistance. Les anciens ou les diacres ? La question en amène une autre : les diacres disposaient-ils d’une large autonomie pour remplir au mieux leur office ? Certes, l’exemple évoqué précédemment laisse supposer qu’ils pouvaient utiliser leurs fonds propres pour venir en aide aux pauvres. Mais, officiellement, ce genre d’initiative n’était pas prévu par la Discipline qui fixait, rappelons-le, que les diacres distribuaient des aides « par l’avis du consistoire ». Les députés réunis en 1609 à Saint-Maixent pour le synode national insistèrent en effet sur une démarche consistoriale collective : « il est remis à la prudence des consistoires », peut-on lire dans l’article X du procès-verbal dressé à l’issue du synode, « de juger des pauvres qui doivent être retenus dans chaque église pour les y assister, ou de ceux qui doivent être renvoyés dans les lieux de leur naissance ou première résidence6 ».

  • 7 Le synode national réunit à La Rochelle en 1607 recommandait, en effet, aux Églises de placer leur (...)

8Avant d’aller plus loin, précisons qu’il est difficile de savoir à qui nous avons à faire. Un ancien ? Ou un diacre ? Qui s’exprime ? Les deux, siégeant ensemble au consistoire, sont en effet très souvent désignés comme « confrères » dans le registre de Guînes. D’une manière générale, c’étaient cependant les anciens qui prenaient l’initiative de mettre en œuvre une opération d’assistance comme le révèlent les quelques exemples suivants. Le 18 mai 1663, un diacre reçut « de l’advis de M. Cassel », il s’agissait de l’ancien Jacques de Cassel, un des hommes les plus riches de la communauté, l’ordre de donner 4 livres 10 sols à une religieuse. Un autre diacre dut remettre, le 6 janvier 1664, à Abbeville, la somme de 50 livres « par ordre de la Compagnie ». Le 20 janvier 1665, on assista un homme qui voulait passer en Angleterre « de l’advis de la Compagnie ». Le 17 avril 1669, on donna 30 livres au sieur Foix pour lui permettre de libérer son fils qui était esclave. Cette aide fut engagée « sur délibération par ordre de la Compagnie ». Le 8 juillet 1672, toujours « par ordre du consistoire » en date du 25 mars 1672, le diacre se vit ordonner de remettre à un certain Le Noble, de Paris, la somme de 120 livres puis, de nouveau en 1675, la somme de 300 livres. Il était question de payer le « quint denier » soit une contribution commune imposée aux Églises d’un colloque par le synode provincial. En 1669, le diacre Louis de Le Becque se charge d’une lettre de change de 340 livres sur Paris ce qui laisse supposer que l’Église calaisienne plaçait de l’argent7. En octobre 1673, il s’agissait, encore « par ordre », d’aider un individu souhaitant se rendre en Angleterre et, le 2 avril 1678, le diacre se vit « ordonner » de porter assistance au ministre d’Oisemont (en Picardie). Citons encore les 50 livres payées « sur ordre de la Compagnie » par le diacre, le 9 mai 1660, au pasteur de l’Église calaisienne, le sieur Tricotel, pour le défrayer des frais qu’il avait engagés pour se rendre au 29e synode national réuni à Loudun. Tous ces exemples montrent donc bien que les diacres agissaient suite à une décision collective du consistoire. Il s’agissait ainsi d’aider des pasteurs dans leur mission, de payer des sommes importantes concernant l’ensemble de la communauté, etc. Les diacres pouvaient être également sollicités pour expédier les dépenses courantes de l’Église, ce qu’ils ne pouvaient faire en dehors du contrôle du consistoire. Le 18 juillet 1665, par exemple, on versa 7 livres à Pierre Le Compte, « fossier » (fossoyeur) du cimetière huguenot de Coulogne. On lui fit également réparer la porte du cimetière ce qui, au passage, montre que tout comme pour les cimetières catholiques, on clôtura les cimetières protestants au XVIIe siècle. Le service du culte avait également un coût auquel devaient faire face les diacres. Ils payèrent ainsi, en 1674, 37 pots de vin clairet pour la Cène de Noël ainsi que quatre pains à raison de 30 sols le pain. C’est donc sur « ordre » du consistoire que les diacres agissaient en ces domaines. Ils disposaient, par contre, d’une certaine liberté d’initiative pour tout ce qui était habituel et quotidien, à commencer par l’office d’assistance aux pauvres.

9Cette liberté n’était cependant pas complète car on s’aperçoit que plusieurs diacres agissaient en même temps et de conserve. Le 26 octobre 1676, nous voyons ainsi le diacre Jacob de Hane visiter les familles victimes des grands froids avec son « confrère » Adrien Lhernout. Jean Domis, diacre demeurant au Pont d’Oyes, remis le 28 mars 1675 un habit à son « confrère » Fremault pour qu’il le remette à un certain Ingrand Bien. Le 7 mars 1672, un diacre décida d’aider un couple qui se rendait à Middelbourg, en Hollande, sur l’avis de son « confrère » Abraham Verberghe. L’office des diacres était donc une affaire d’équipe, le terme de « confrère » désignant bien dans ces exemples deux diacres en exercice. Cette collaboration entre plusieurs diacres attire l’attention sur l’organisation du diaconat.

  • 8 La paroisse était, faut-il le rappeler, une division territoriale catholique utilisée par l’admini (...)
  • 9 La « poldérisation » de la région commença dès le XIIe siècle mais elle progressa guère entre le m (...)
  • 10 Minet W., Journée d’un voyage en Calaisis fait en 1743, 10 p., A. D. Pas-de-Calais, BHB 1732/2.

10Le territoire calaisien avait été, en effet, divisé en dix quartiers (« cartiers »), un diacre ayant la charge d’un quartier. Il n’est pas impossible que certains quartiers aient été, par ailleurs, également pris en charge par des anciens mais leur nombre, six ou sept à Guînes, ne leur permettait pas de s’occuper de tous les quartiers du pays. On distinguait donc les quartiers, d’Ardres, de Coulogne, Les Attaques, Guemps, Guînes, Marcq, Offequerque, Oye, Saint-Pierre, Vieille-Église. Il est important de comprendre sur quels critères avait été fait ce découpage, sachant que le Calaisis comptait une trentaine de paroisses8. On peut logiquement penser qu’un diacre responsable d’un quartier se trouvait là où vivaient de nombreux protestants. Tel était le cas à Guînes, Saint-Pierre (Calais), Ardres et Marcq. Les huguenots représentaient, en effet, le tiers, voire la moitié des habitants de ces paroisses (à Marcq par exemple). L’observation d’une carte du Calaisis livre une autre information. Il faut d’abord signaler qu’on distinguait deux grandes régions calaisiennes : un « bas pays » de terres médiocres et marécageuses au Nord et au Nord-Est9 et, au Sud, un « haut pays » plus favorable aux activités agricoles. Sur les dix quartiers diaconaux, sept se trouvaient dans le « bas pays » plus pauvre. Cette pauvreté du « bas pays » se devine à travers les carnets de voyage de William Minet, descendant d’un huguenot calaisien exilé en Angleterre après 1685. William Minet relate son « retour » au pays de ses ancêtres, le 20 juin 1743, et décrit le bourg de Marcq comme « un petit village des plus misérables, les maisons construites d’argile, sans cheminée, père, mère et enfants y couchant sur la paille10 ». Les autorités huguenotes furent donc amenées à organiser plus étroitement cette région calaisienne où les cas de pauvreté étaient plus fréquents qu’ailleurs dans le pays.

Collecter de l’argent pour les pauvres

11Une bonne politique d’assistance devait s’appuyer sur des fonds importants. L’origine de ces fonds était de quatre sortes. La plus grosse partie venait des collectes auprès des fidèles. On parlait de « cueillettes », de « boittes des pauvres » ou de « bourses du dimanche » car les fidèles versaient leur obole lors des cultes dominicaux et plus spécialement à l’occasion des quatre grandes cérémonies qui rythmaient l’année religieuse du protestant. C’était à ces moments qu’on percevait les plus grosses sommes : 316 livres à Noël 1672, 444 livres à Pâques en 1673, 316 livres à la Pentecôte 1678, etc. On récoltait également des fonds d’un montant appréciable à la Saint-Michel. On donnait également de l’argent pour les pauvres lors des grandes cérémonies privées. Jean Sauchelle, par exemple, donna 6 livres le 4 avril 1666 à l’occasion de ses fiançailles et le sieur Delay, 1 livre 14 sols pour son mariage avec Sara Doye le 25 septembre 1669. D’autres encore donnaient de l’argent sans qu’il y ait, semble-t-il, quelque grande occasion particulière. Jean Sys, par exemple, organisa un festin le 2 avril 1660 et donna 3 livres 12 sols pour les pauvres.

  • 11 Naert M., Les Huguenots du Calaisis au XVIIe siècle, Mémoire manuscrit de D. E. S., Lille, 1912, p (...)

12Les legs, et plus particulièrement les legs testamentaires, étaient aussi une source importante de revenus pour les diacres. Mathieu Pittre légua ainsi, le 2 février 1676, 300 livres pour les pauvres. Ambroise Minet versa à titre personnel, en 1662, un legs de 1 000 livres ! Certaines personnalités tenaient également à donner quelque chose à l’exemple du marquis Massue de Ruvigny qui remit aux diacres, en 1681, la somme de 150 livres. Ce puissant personnage, représentant les Églises réformées à la Cour de Louis XIV, possédait des terres en Calaisis et fréquentait de temps à autre le temple de Guînes. Un certain Michel Hensch, domicilié à Amsterdam, donna, quant à lui, à plusieurs reprises : 150 livres en 1661, 80 livres en 1670, 52 livres 10 sols en 1674, 100 livres en 1678. Les anciens du consistoire avaient enfin le pouvoir de punir certaines déviances morales et religieuses en imposant aux fidèles indisciplinés le paiement d’une amende qui venait nourrir la caisse des pauvres. En décembre 1614, Jean Saultoir fut ainsi condamné à payer « pour les pauvres » 30 livres d’amende pour avoir injurié Pierre Clinquemeure11.

13Chaque diacre dans son quartier était chargé de collecter toutes ces sommes. Mais des anciens purent également percevoir les sommes destinées aux pauvres comme, par exemple, Georges De Le Becque, ancien du quartier de Vieille-Église qui remit au diacre le produit de la « cueillette » soit 55 livres 16 sols 5 deniers. Les diacres étaient cependant seuls à tenir les comptes qu’ils devaient rendre devant le consistoire comme le révèle l’acte rédigé le 14 avril 1667 :

  • 12 Minet W., op. cit., p. 141-142.

« Nous soubsignés qui avons vu et examiné le conte du frère Isaac Le Turcq pour tous les deniers des pauvres qu’il a reçu et déboursé depuis le cincquesme jour de May mil six cent soixante cinq jusquà ce jourdhuy, nous avons trouvé que la recette qu’il a faitte se monte à la somme de trois mil quatre cent quatrevain onze livres douze soubs six deniers, et la despense monte à la somme trois mil deux cens trente livre saize soubs six deniers ; partant appert que ledit frère Le Turcq est redevable à la diaconie de la somme de deux cens cinquante huit livre saize soubs. Fini à Calais ce quatorzesme jour d’April mil six cens soixante sept12. »

14Cet acte fut signé par le pasteur Tricotel, les anciens de Le Becque, Du Ponchel et Sigart, les diacres Daniel Pilart et Jean Sauchelle, et par Jean de La Balle, diacre assistant.

15Les recettes mensuelles moyennes sur toute la période et pour tout le pays s’élevaient à 230 livres pour une dépense mensuelle d’environ 225 livres. À quoi correspondaient ces dépenses ?

Aider les pauvres

16Cette aide revêtait plusieurs aspects. En moyenne un diacre traitait une trentaine d’actes par mois, un tiers étant de l’assistance stricto sensu. Près de 60 % des sommes débloquées étaient consacrés à cette aide. Il s’agissait d’abord de lutter contre la paupérisation de certains membres de la communauté en leur distribuant à certaines occasions de la nourriture (du pain, de la bière, du vin et de la viande (servie le plus souvent en bouillon), de la tourbe pour se chauffer et même des vêtements (14 sols pour une paire de souliers à la fille Judith Maton le 31 octobre 1663). Cette aide était plus importante lors des accidents climatiques particulièrement fréquents à cette époque comme, par exemple, en avril 1679 quand sévirent de « grandes gelées ». L’assistance était également médicale. On versa ainsi 24 livres en mars 1667 à un apothicaire qui soignait la fille Meurisse ou, encore, le 6 mai 1677, 19 livres à Thuillier qui était qualifié de chirurgien « pour nos pauvres ». Les 20 livres payés au chirurgien Lavoine le 15 juin 1664 furent, par contre, plus exceptionnels car il avait pansé un garçon blessé d’un coup de pistolet.

17Il ne s’agissait pas seulement d’aider ponctuellement les pauvres mais aussi et surtout de leur permettre de garder leur place dans la société en leur redonnant une capacité à travailler. C’était tout à fait dans l’esprit humaniste et protestant : le pauvre ne devait pas être maintenu en état de pauvreté par l’aumône mais, au contraire, il fallait le réintégrer dans la société par le travail. Rappelons à ce sujet que les réformateurs valorisèrent le travail en s’appuyant sur le 5e Commandement du Décalogue ou encore, sur la Parabole des Talents. On donna donc, pour revenir aux diacres calaisiens, le 11 octobre 1673, 1 livre 7 sols 6 deniers à Anne Hallebecq pour qu’elle puisse acheter du lin à filer ou encore, le 19 juillet 1670, une vache à la femme de Louis Mulliez. Le 25 février 1678, on délivra 2 livres au dénommé Laplenne pour l’aider à acheter une brouette. Plus notable encore était l’aide apportée à la formation des jeunes gens.

18Cette aide devait d’abord encourager la scolarisation des enfants. L’aide scolaire est une récurrence dans le registre ce qui trahit l’importance que les protestants accordaient à l’instruction de la jeunesse. On « bailla », le 30 juin 1662, 2 sols 6 deniers pour l’achat de livres de « sivilité » (sic). Les livres de civilité devaient, à la suite de celui écrit par Érasme, permettre de moraliser la jeunesse et lui inculper une certaine discipline sociale. Le fils Dewintre reçut, par ailleurs, le 30 septembre 1663 de quoi payer un mois « d’escholage » et pour acheter du papier et un « escrittoire ». Suzanne Delbecq reçut pour sa part, le 7 mai 1664, 5 sols pour qu’elle puisse acheter acheter un livre et le 16 juillet 1669, 4 livres à Marye Leduc pour lui payer sa demi-pension et pour l’achat d’un « livre A. B. C. ». Il s’agissait de l’abécédaire dans lequel les enfants apprenaient à lire. Dès 1551 avait été publié à Genève un « ABC français ». Était-ce cet ouvrage qu’on utilisait à Guînes un siècle plus tard ? Cette aide scolaire se prolongeait dans certains cas par une aide à l’apprentissage. Le 21 avril 1677, le diacre avança ainsi une vingtaine de livres pour l’apprentissage d’Israël Boutry. En 1668, on paya au fils Dewintre son voyage à Leyde en Hollande pour qu’il apprenne un métier, soit 26 livres 18 sols, somme à laquelle on ajouta 6 livres pour qu’il puisse s’acheter une doublure pour son justaucorps. Le 8 février 1664, le nommé Bardin, serrurier à Calais, reçut 40 livres pour apprendre le métier au fils de Judith Mathon. En avril et juin 1663, on rétribua deux femmes pour qu’elles initient à la couture des jeunes filles : Marye Grégoire reçut 5 livres pour avoir appris à coudre à la fille Judicq Mathon, et la femme Deschaufour reçut, quant elle, 12 livres pour avoir fait la même chose auprès de Susan Delebarge.

19Les diacres s’intéressaient tout particulièrement au sort des veuves, des femmes seules ayant charge d’enfants et surtout aux orphelins. On donna ainsi, en 1676, à la veuve Ducro qui était malade, 8 sols de viande, 5 pots de vin de grave et du pain « de bouillon ». On versa par ailleurs, le 21 août 1660, 3 livres 12 sols à Jacques Descan, maître d’école à Guînes, pour « l’écolage de deux orphelins » puis, le 1er octobre de la même année, 5 sols pour un mois de scolarisation d’un orphelin à qui on acheta, le 19 octobre suivant, un livre coûtant 2 sols. Cette aide aux orphelins revient souvent dans le registre comme encore, le 28 avril 1660, 4 livres 15 sols payés à la femme Bardin pour qu’elle puisse acheter du linge pour l’orphelin qu’elle logeait chez elle ; etc.

20À côté de ces aides aux plus défavorisés de la communauté s’ajoutaient des interventions de nature exceptionnelle. Il s’agissait de tirer d’embarras certaines personnes comme ce Mathieu Foix à qui l’on versa, nous l’avons vu, 30 livres, pour qu’il puisse faire libérer son fils retenu comme esclave (par les Barbaresques d’Afrique du Nord probablement). En 1660, on avait aidé un certain Abraham Jorisen, d’Amsterdam, qui avait été retenu prisonnier par les Turcs. Le 24 octobre 1680, on débloqua 100 livres « pour tirer un pauvre homme de prison ».

21La question est de savoir si toutes ces aides se faisaient à fonds perdu ou s’il s’agissait de prêts qui devaient être tôt ou tard remboursés. La question mérite d’être posée car nous voyons qu’on donna, le 12 septembre 1671, à Catherine Jouan, qui était malade, 1 livre 10 sols pour qu’elle puisse acheter de la tourbe. Elle s’engagea à rendre cette somme. On voit également, le 21 mai 1661, le sieur Desormeaux recevoir à Londres la somme de 18 livres « d’un passant [qui avait été] assisté » lors de son passage en Calaisis.

22Il y avait aussi des dépenses relevant d’une certaine solidarité entre les Églises réformées européennes. Le 4 mai 1672 on organisa une « cueillette pour les pauvres Églises d’Allemaigne » (5 livres) puis, le 8 juillet 1672, on versa plus de 200 livres « pour les pauvres Églises affligées ». Cette aide apportée à des Églises hollandaises et allemandes est à lier à la guerre engagée à partir de 1672 par Louis XIV contre la Hollande et le Brandebourg. Les protestants calaisiens sacrifiaient donc à une certaine solidarité huguenote qui dépassait largement leur petit pays. L’Église paya ainsi, en 1679, 3 livres 30 sols à un messager qu’elle dépêcha en Hollande. Cette dimension « internationale » de l’office des diacres attire l’attention sur un autre aspect de leur action.

La « passade »

23Il s’agissait d’une aide apportée aux huguenots de passage dans l’Église qui sollicitaient une assistance pour continuer leur voyage. On aida ainsi, de 1660 à 1680, une dizaine de passants par an avec de grandes variations : de trois ou quatre en 1672, 1675, 1676 à vingt en 1661, dix-neuf en 1662, dix-huit en 1665, etc. Ces passages se faisaient dans un sens comme dans l’autre entre diverses régions françaises (surtout la Picardie et la Normandie) et la Hollande ou l’Angleterre. Cette aide pouvait parfois se révéler particulièrement lourde. En juin 1665, par exemple, le sieur Willem Andris, venant de Rouen avec un compagnon pour gagner Rotterdam via Dunkerque, tomba malade lors de son passage dans la région. Il fallut le nourrir (3 livres 8 sols) et le loger (2 livres) pendant une dizaine de jours. Puis on loua un « charroi » (1 livre 15 sols) pour le conduire à Dunkerque.

24Ces passants étaient généralement des étudiants (en théologie ?) comme ce proposant de Montpellier qui se rendait en Angleterre le 13 novembre 1672 (5 livres 4 sols) ou encore cet étudiant en partance pour la Hollande qu’on hébergea le 2 septembre 1667 à l’auberge des « Armes d’Écosse » (7 livres 12 sols). L’aide pouvait prendre en charge des familles entières comme le 24 octobre 1661 où on assista Jacob Broche qui se rendait en Angleterre avec sa femme et ses six enfants (6 livres). C’était aussi des soldats hollandais qu’on trouve très nombreux au cours de la décennie des années 1670 à l’époque de la guerre franco-hollandaise. On rencontre aussi un juif ou une religieuse mais on est là, semble-t-il, dans l’aide anecdotique. Il est, par contre, dommage que notre registre s’arrête à l’aube des années 1680 car on peut supposer que le nombre de huguenots en partance pour l’Angleterre et la Hollande commençait alors à augmenter de façon notable, la politique de répression anti-protestante de Louis XIV commençant à porter ses fruits. Dès 1673, les délégués de l’Église de Calais au synode provincial réunis à Charenton signalèrent, en effet, qu’ils n’avaient plus assez d’argent pour aider les Huguenots qui cherchaient à quitter le royaume en passant par le Calaisis. On était alors à douze ans de la révocation de l’Édit de Nantes (1685).

  • 13 Minet W., The fourth foreign church at Dover (1685-1731), Lymington, 1893, 125 p.
  • 14 Dean and Chapter Library, Canterbury : MSS U 47/A7 = French Church Record, 1693-1699. Registre des (...)

25La Révocation supprima l’Église réformée de Calais et, par là même, mit fin à la politique d’assistance aux pauvres mise en place au sein de la communauté. Mais cette politique ne disparut pas complètement. Elle se retrouve dans l’Église du refuge en Angleterre. En effet, plus de 30 % des huguenots calaisiens refusèrent de se convertir et s’exilèrent en Angleterre et en Hollande. Isaac de la Croix, qui avait été diacre en Calaisis en 1678, se retrouva diacre de l’Église du refuge à Douvres en 1685-168613. D’autre part, nous savons qu’on organisa, après 1685, des collectes clandestines auprès des « Nouveaux Convertis » (anciens huguenots convertis contraints et forcés) du Calaisis au profit des pauvres de l’Église du refuge de Canterbury14.

  • 15 Joblin A., « Le Réveil protestant dans le Nord et le Pas-de-Calais au XIXe siècle », dans Ruptures (...)

26La question sociale et la lutte contre le paupérisme furent enfin à l’origine du renouveau du protestantisme dans le Nord de la France au XIXe siècle. Ce sont, en effet, des missions d’évangélistes anglo-saxons qui, à l’exemple de la Mission Populaire du pasteur Mac All, vinrent évangéliser les milieux populaires boulonnais et calaisiens15, le but étant d’améliorer le sort des ouvriers victimes de l’industrialisation. Il s’agissait bien, comme l’exprima l’un de ces missionnaires, le pasteur Nick installé à Fives près de Lille en 1897, de « relever le peuple [victime] de la corruption du milieu ambiant ». L’évangélisation devait s’accompagner d’une œuvre sociale. À Boulogne-sur-Mer, par exemple, une « Union Chrétienne de Jeunes Filles » proposait vers 1912-1913, des réunions d’étude biblique et des leçons de couture. De ces entreprises où se mêlaient étroitement évangélisation et œuvres sociales naquirent des communautés protestantes encore bien implantées de nos jours dans le paysage nordiste.

Notas

1 Gutton J-P., La société et les pauvres en Europe (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, PUF, 1974.

2 Hagg E. & E., La France protestante, Paris, 1859, t. X, p. 38-41.

3 Lottin A., La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Lillers, Éditions Les Échos du Pas-de-Calais, 2007.

4 Joblin A., « Le protestantisme en Calaisis au XVIIe siècle », Revue du Nord, t. LXXX, juillet/décembre 1998, p. 599-618.

5 Huguenot Society of London, Poor Relief Account of the Protestant Church of Guînes, 1669-1681, 159 p. J’ai travaillé directement sur ce registre et en utilisant également les notes prises par : Minet W., “The Church at Calais and its poor fund, 1660-1681”, Proceedings of the Huguenot Society of London, vol. VI, 1898-1901, p. 138-171.

6 Haag E. & E., op. cit., t. X, p. 280-284. Remarquons, au passage, que pour rendre possible ce travail de repérage il fallut ouvrir des registres comme celui qui nous concerne ici.

7 Le synode national réunit à La Rochelle en 1607 recommandait, en effet, aux Églises de placer leur argent.

8 La paroisse était, faut-il le rappeler, une division territoriale catholique utilisée par l’administration royale.

9 La « poldérisation » de la région commença dès le XIIe siècle mais elle progressa guère entre le milieu du XVIe siècle et le début du XVIIIe siècle ; voir à ce sujet : Buy E., Curveiller S. et Louf J., Guines, des origines à nos jours, Balinghem, Editions du Camp du drap d’Or, 2007, p. 126.

10 Minet W., Journée d’un voyage en Calaisis fait en 1743, 10 p., A. D. Pas-de-Calais, BHB 1732/2.

11 Naert M., Les Huguenots du Calaisis au XVIIe siècle, Mémoire manuscrit de D. E. S., Lille, 1912, p. 101.

12 Minet W., op. cit., p. 141-142.

13 Minet W., The fourth foreign church at Dover (1685-1731), Lymington, 1893, 125 p.

14 Dean and Chapter Library, Canterbury : MSS U 47/A7 = French Church Record, 1693-1699. Registre des deliberations du consistoire de l’Église de Canterbury, 112 p.

15 Joblin A., « Le Réveil protestant dans le Nord et le Pas-de-Calais au XIXe siècle », dans Ruptures dans le religieux contemporain, Cahiers de la Maison de la Recherche, université Charles-de-Gaulle-Lille III, 6/1996, p. 25-46.

Autor

Professeur des universités en Histoire moderne à l’université d’Artois (Arras). Ses travaux portent sur l’histoire des communautés protestantes de la France septentrionale du XVIe au XIXe siècle ; sa dernière publication : Dieu, le Juge et l’Enfant. L’enlèvement des enfants protestants en France (XVIIe-XVIIIe siècle), Artois Presses université, 2010 et Les protestants de la Côte au XVIIe siècle (Boulonnais, Calaisis), Paris, Honoré Champion, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search