Versión clásicaVersión móvil

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Deuxieme partie. Appliquer l'entraide, praxis réformée

« De la foi et des bonnes œuvres » dans la principauté d’Orange (XVIe-XVIIe siècles)

Françoise Moreil

Resumen

Dans les archives protestantes de l’ancienne principauté d’Orange, deux séries de comptes subsistent qui concernent les recettes et dépenses en faveur des pauvres pour les années 1607-1610 et l’année 1685. Les trésoriers ont inscrit le nombre de pauvres, avec, parfois, quelques renseignements (âge, sexe, professions...) et le montant des aumônes distribuées. La catégorie la plus nombreuse (plus de 200 personnes) est formée d’hommes seuls qui reçoivent, au minimum, un sol chacun. La deuxième est constituée des pauvres de la ville (soit une dizaine de personnes qui touchent 66 livres environ au total). On trouve aussi des femmes, des soldats, des maîtres d’école...
En 1685, la caisse sert surtout à régler les dettes de l’Église ; l’argent distribué pour quarante pauvres. Les recettes viennent des quêtes et des legs des testaments. La charité prend une place importante dans la vie de la communauté par le montant des sommes, la gestion et le temps consacré aux indigents pour le pasteur, les diacres et les anciens.

Texto completo

  • 1 Apologie ou defence pour les Chretiens de France qui sont de la Religion Evangelique ou réformée sa (...)
  • 2 Op. cit., p. 29. Ce livre est mentionné dans un article d’Antoine Yrondelle, « Les premiers livres (...)
  • 3 Arnaud E., Histoire des protestants de Provence, du Comtat Venaissin et de la principauté d’Orange (...)

1Dans le premier livre imprimé à Orange en 1578 sur les presses neuves financées par le prince de Nassau, souverain de cette petite principauté, le troisième chapitre est intitulé « De la foi et des bonnes œuvres1 ». L’auteur anonyme explique que « elles sont le fruit de la foy et quiconque a la vraye foy, il la monstre incontinent par les bons fruicts et effects qu’elle produit en luy... » Quelques lignes plus loin, il précise : « Voilà en somme la doctrine que tiennent les évangéliques touchant la foy et les œuvres2... » La justification théologique est très claire : « Cette doctrine est meilleure que celle des catholiques... » Il n’est pas étonnant que cet ouvrage soit publié à Orange car la principauté est devenue, en quelques années, un bastion réformé placé sous la protection de Guillaume le Taciturne, et dès 1562, le tout nouveau consistoire d’Orange demande un pasteur à Genève3. En même temps, une autre Église est dressée à Courthézon dont les archives restantes sont beaucoup plus riches.

  • 4 Arnoult J.-M., Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIe siècle, édition Va (...)
  • 5 Haag E. et E., La France protestante, Paris, Cherbuliez, 1846, t. 5, p. 247-248.

2En fait, cet auteur anonyme et réformé se révèle être Innocent Gentillet4 ; cet avocat dauphinois, mort en 1588 à Genève où il s’était réfugié après les persécutions de la Saint-Barthélémy, a dédié ce volume au roi de Navarre. Auparavant, il avait publié le Discours sur les moyens de bien gouverner & maintenir en paix un Royaume, ou autre Principauté [...] Contre Nicolas Machiaviel Florentin qui fut un véritable succès, traduit en Anglais et en Français5. Dans son Apologie, il réaffirme de façon très pédagogique les principes théologiques réformés dans les chapitres consacrés à la prière, au baptême, à la cène, à la messe, au mariage, à l’autorité du pape et au purgatoire. Le chapitre quatre porte un titre particulièrement incisif : « Des choses que les catholiques romains estiment estre bonnes œuvres et qui ne le sont pas » ; dans ces pages très critiques, il compte les pèlerinages, les vœux monastiques, l’abstinence de viande, les vœux de pauvreté et chasteté des moines, l’habit monacal (p. 40-61).

  • 6 Eurich A., « La charité et les conflits confessionnels dans la principauté d’Orange au XVIIe siècl (...)

3Comment les authentiques bonnes œuvres, cette manifestation caritative de la foi des premiers « évangéliques », se concrétise-t-elle ensuite dans la principauté ? La charité est organisée institutionnellement au niveau local par le prince qui a créé un bureau des pauvres dès 1583. Malheureusement aucun registre, aucun compte de cette institution n’ont été conservés. Les pauvres deviennent un enjeu de la rivalité confessionnelle, malgré la bipartition égalitaire de toutes les institutions, voulue par le souverain avec l’édit de 1607. La confessionnalisation charitable est nettement marquée car chaque confession dispose pour les réformés des consistoires et pour les catholiques de la confrérie de Notre-Dame de la Miséricorde, déjà étudiée6.

4Dans l’édit princier de 1607, l’article 14 met en place un des rouages du système bi-confessionnel :

  • 7 Archives communales de Courthézon (ensuite AcC), AA 3, fol. 193-206. Que le maire et le personnel (...)

« Et d’autant que durant les troubles derniers, l’ordre establi en nostre dite cité d’Orange pour l’entretenement des pauvres sans qu’il y eut aucuns mandians par les portes a esté interrompu et delaissé : nous avons ordonné et ordonnons que ledit ordre sera retably et à cest effect suivant ce que par feu nostredit seigneur et père en avoit esté ordonné par son edict du troisième de novembre mil cinq cens quatre vingt trois que chacun jour de dimanche en nostre dite cité d’Orange sera tenu bureau pour lesdits pauvres, composé ledit bureau du président ou d’un des conseillers de nostredite cour, de l’un des evesques, prevost ou vicaire dudit evesque et en absence ou empeschement d’iceux du premier des autres chanoines de l’eglise cathédrale d’Orange ayant dignité, de l’un des ministres ou diacres de ladite religion pretendue reformée, de deux consuls de l’une ou l’autre religion et deux des recteurs de l’hospital aussi de l’une ou l’autre religion, auquel bureau sera deliberé des affaires dudit hospital et autres concernant les pauvres7. »

  • 8 Archives départementales des Bouches du Rhône (ensuite AdBR), C 2290.
  • 9 Gabriel Roche est ancien en 1681 et de 1697 à 1699, consul en 1684, conseiller en 1685, 86, 87.
  • 10 Étienne Roussière a occupé les fonctions d’ancien de 1677 à 1681, puis de 1697 à 1700, celle de co (...)
  • 11 Philippe Roche, qualifié de bourgeois, est conseiller en 1690, 1697, 1699.
  • 12 Pierre Reybaud, ancien en 1633, 1639, 1654-57 sans être trésorier.
  • 13 AcC, GG 19.
  • 14 Moreil F., « Les consistoires de la principauté d’Orange », BSHPF, t. 153, 2007, p. 510.

5Les sources consultées sont surtout celles de Courthézon qui sont les seules archives réformées de la principauté subsistant aujourd’hui et qui étaient encore beaucoup plus importantes autrefois comme ce témoignage permet de le constater : le 31 décembre 1686 à 7 heures du matin, de Jonc, juge et subdélégué de l’intendant de Provence, se déplace à Courthézon, accompagné du notaire Pierre-Esprit Vieux en tant que greffier et d’un sergent pour « faire exacte perquisition et recherche de tout les biens qui ont appartenu au consistoire... nous faire représenter tous les livres de recepte et autres registres... », selon les termes de la commission de l’intendant8. De Jonc convoque deux anciens, Gabriel Roche9 et Étienne Roussière, trésorier, afin qu’ils lui apportent tous les papiers, ce qui leur prend trois heures. Mais le lendemain premier janvier, il se rend chez le sieur Roche où se trouvent « cinquante sacs... des comptes du consistoire et les pièces justificatives de 1607 à 1684 ! » Ensuite dans l’auberge où il a élu domicile, il auditionne le trésorier pour ses comptes, l’après-midi même, à la demande de Roussière afin de lui éviter les frais de voyage à Orange10. Le 2 janvier, d’autres documents lui sont apportés par Philippe Roche11, qui les a trouvés dans les papiers de son oncle, Pierre Reybaud qui fut aussi un ancien12. De Jonc liste sur onze feuilles de papier tous ces dossiers qui avaient déjà été inventoriés en 166713. L’essentiel est constitué par les comptes des trésoriers depuis 1607 jusqu’en 1647 dont il ne reste que peu de pièces, malheureusement14.

  • 15 Olson J., Calvin and social welfare diacons and the bourse française, 1989, Selingsgrove, associat (...)
  • 16 Arnaud E., op. cit., p. 397.
  • 17 Venard M., « Les derniers feux de la gloire médiévale (1500-1560) », Histoire d’Avignon, Aix-en-Pr (...)
  • 18 Geremek B., La potence ou la liberté, l’Europe et les pauvres du Moyen-âge à nos jours, Gallimard, (...)
  • 19 Geremek B, op. cit., p. 29.
  • 20 idem, p. 232, 240.
  • 21 Sassier P., Du bon usage des pauvres. Histoire d’un thème politique, Paris, Fayard, 1990, p. 68.

6L’adhésion aux structures réformées genevoises par les Orangeois peut laisser penser que la bourse française des pauvres de Genève leur a servi de modèle15. Les premiers réfugiés orangeois sont arrivés en 1563 dans la cité suisse alors que les débuts de cette organisation caritative datent de 155016. L’exemple voisin, certes catholique, d’Avignon a peut-être été contagieux avec la fondation en 1546 de l’Aumône générale par le conseil de ville pour recueillir les pauvres et les vieillards sur le modèle de celle de Lyon17. Le paupérisme est, en effet, un grave problème qui traverse toutes les sociétés et toutes les périodes18. L’aumône est vue comme « un instrument de rachat des péchés ; la présence des pauvres s’inscrit dans le plan du salut19 ». Après Vivès, les réformateurs ont réfléchi à cet aspect, que ce soit tant Luther que Calvin20. L’importance de la charité chrétienne est indéniable avec une prise en charge des pauvres par l’Église catholique, avant la Réforme. La Réforme a assuré la continuité de cette mission. Les pauvres sont considérés comme des intercesseurs privilégiés dans leur réalité physique et symbolique21.

  • 22 Dinges M., « L’assistance paroissiale à Bordeaux à la fin du XVIIe siècle. L’exemple du consistoir (...)

7À partir d’un cahier de comptes qui est conservé dans les archives de Courthézon, et après avoir exposé le rôle des autorités, deux périodes seront présentées, de juin 1607 à mai 1610 et l’année 1685 jusqu’à septembre. Une comparaison avec les institutions genevoises s’impose alors mais aussi avec celles de Bordeaux22.

Autorités et gestion financière

  • 23 Moreil F., « Les testaments du pasteur Baussenq, pasteur de Courthézon de 1576 à 1597 », Mélanges (...)
  • 24 AcC, GG 14, fol. 134 vo.
  • 25 AcC, GG 14, fol. 133 vo.
  • 26 AcC, GG 16, fol. 66 vo.

8Le pasteur exerçant durant la première période retenue est Christophe de La Veuve qui, en 1598, succède à Baussenq, resté en place pendant plus de vingt ans23. De La Veuve décède le 2 juillet 1612 et il est enseveli le lendemain selon la mention du registre mortuaire24. Il était marié à Magdeleine de Trois ; quatre enfants sont nés à Courthézon en 1599, 1602, 1606 et le dernier est décédé le jour même de sa naissance en 160925. En 1621, le consistoire réclame encore à sa veuve une cédule pour les pauvres de dix écus ainsi que le legs compris dans son testament26.

  • 27 AcC, GG 19, « Recepte de l’argent des pauvres de leglyse reformee dont je suis comptable commencee (...)

9Cette comptabilité précise couvre la période de juin 1607 à mai 1610, soit pendant trois ans par un trésorier anonyme qui se qualifie de diacre sans jamais écrire son patronyme. Il a partagé un cahier en deux parties, dépenses et recettes27. Sur chaque ligne sont notés un numéro, puis la date suivie de la somme reçue ou dépensée avec, éventuellement, l’état civil du destinataire. Un total partiel est inscrit en bas de chaque folio. Un total général a été calculé, à la fin, pour les recettes et pour les dépenses. Plusieurs types de renseignements peuvent en être obtenus comme le montant des aumônes distribuées, après vérification des totaux, une modeste analyse sociologique des pauvres en totalisant le nombre et les catégories malgré leur anonymat, la répartition selon les métiers, l’âge et le sexe, en dépit d’indications assez floues.

  • 28 Sassier P., op. cit., p. 93.

10Les annotations suivantes reviennent une trentaine de fois : « Comme il a este ordonne en consistoire » ou « de ladvis de quelques un en consistoire, monsieur le pasteur absent ». Le rôle de cette assemblée est fondamental car cette action caritative figure rarement dans les registres conservés, même en l’absence du ministre. Avant d’inscrire le montant accordé, ce trésorier note presque chaque fois si cette somme est consentie par « ordre du consistoire » ou par le pasteur. Les anciens jouent donc le même rôle que leur pasteur, à égalité avec lui en le remplaçant durant ses absences. En réalité, ils disposent d’une autonomie qui leur donne une importance certaine dans leur communauté en tant que laïques. La laïcisation de la charité est fondamentale chez les protestants et apparaît bien visiblement ici28.

  • 29 AcC, GG 17, fol. 82 vo.
  • 30 AcC, GG 17, fol. 39.

11Les trésoriers peuvent engager des poursuites judiciaires pour obliger les héritiers à verser les legs prévus dans les testaments. Les frais de justice pèsent sur le recouvrement de ces sommes. En 1649, la situation est devenue si problématique que le consistoire renonce à toucher les legs antérieurs à quarante ans29. En 1669, une liste des débiteurs est établie et montre que les héritiers de Chicot doivent son legs de 6 livres mais les intérêts se montent aussi à 6 livres. Ce doublement du capital explique les difficultés des héritiers à verser la totalité des legs, surtout après un tel délai. Deux extraits consistoriaux montrent que le fonctionnement n’est pas toujours aisé : lors d’une réunion consistoriale en 1640, on apprend que certains anciens ne s’acquittent pas de leur rôle de façon très pieuse en ne présentant pas le tronc pour les pauvres à la porte du temple et ils sont admonestés par le pasteur30. En 1651, le témoignage du trésorier laisse transparaître son amertume :

  • 31 AcC, GG 17, fol. 97 vo.

« Fabry notaire et procureur des pauvres de l’Église réfformée de Courthezon soubmet avec regret davoir acquis la mal grâce de tous les habitants de la religion et autres dudit Courthezon par la poursuite de tous les débiteurs desdits pauvres quil a poursuivi de poursuite encor tant par devant l’ordinaire que devant la cour d’autant quil ni a nul desdits debiteurs qui ast voulu payer amiablement31. »

  • 32 AcC, GG 17, fol. 46 vo.
  • 33 Damon J., Éliminer la pauvreté, Paris, PUF, 2010.

12Toute cette gestion prend beaucoup de temps avec la tenue des comptes, la distribution des aumônes et les vérifications car, à la fin d’un mandat, deux autres anciens nommés auditeurs des comptes sont désignés pour les vérifier et alors seulement, le trésorier est déchargé de son administration. Ses fonctions sont importantes dans la vie locale. À Courthézon, l’un d’eux s’occupe des affaires de l’Église et un autre est spécialisé dans la gestion des deniers des pauvres. Pendant quatre décennies, onze personnes détiennent cette charge. Parfois, le trésorier en profite pour faire du chantage, sans que la cause soit connue, comme celui de 1640 qui refuse de distribuer l’argent aux pauvres et « l’ordre est perverti32 ». Il est libéré de ces fonctions ensuite, était-ce son but ? La part consacrée à la charité représente 20 % des sujets traités dans le registre des années 1631-1672. En dehors de l’aspect arithmétique de ces comptes, la notion de compassion est indispensable pour comprendre cette période et apprécier l’assistance fournie à ces indigents33.

  • 34 Dinges M., op. cit., p. 480.
  • 35 Archives communales d’Orange (ensuite ACO), BB 19, fol. 51 ; BB 24, fol. 13.
  • 36 AcO, BB 34/1, fol. 174.

13Les institutions civiles et religieuses, réformées et catholiques, veillent à organiser la distribution accordée lors de la « passade ». À Bordeaux, la moyenne annuelle est d’une cinquantaine de passants se présentant devant le consistoire34. À Orange, une distribution est marquée dans le registre consulaire en 1576, ou encore en 160735. En 1694, la distribution du pain aux portes de la ville est organisée de façon réglementée par le conseil de ville bi-confessionnel, avec la présence d’un indigent orangeois, placé devant une des portes de la ville, qui « connaît tous les autres mendiants extérieurs » pour surveiller la remise d’un pain à chaque pauvre car « ils viennent et reviennent tous les jours... pour éviter double ou triple passade36 ». Le contexte de crise explique qu’en 1699 :

« Un grand nombre de pauvres des provinces voisines... se jettent dans la ville à cause de la grande disette et necessité de vivres qu’il y a dans les provinces leur ayant fait craindre qu’ils consumassent au préjudice des habitants les grains qui se trouvent dans la ville... »

  • 37 AcO, BB 35, fol. 44 vo.
  • 38 AcO, BB 36/1, fol. 106 vo.
  • 39 AcO, BB 28, fol. 36 vo.

14La décision est prise de distribuer, pendant quinze jours, un pain de 8 deniers, une seule fois, à « ceux qui en ont veritablement besoin... », devant les portes gardées de la ville pour les empêcher d’entrer37. Pendant le terrible hiver 1710, une demi-livre de pain est distribuée38. Devant l’afflux de ces « necesseciteux », la solution de les chasser est récurrente comme, en juillet 1635, constatant qu’il y a « trop de pauvres gens estrangers inutiles », le conseil décide de les faire « vuider39 ». Néanmoins, chaque crise les ramène de façon continue aux portes des cités et montre que le problème de la pauvreté institutionnelle est insoluble.

Dépenses, recettes et bénéficiaires des « bonnes œuvres » des années 1607-1610

  • 40 Dinges M, op. cit., p. 485.

15Pendant trois ans, plus de 370 personnes reçoivent une aide financière. Il faut ajouter 26 autres apparues étrangement dans les recettes et non dans les dépenses. En outre, elles sont notées au pluriel ce qui signifie un nombre certainement plus important de bénéficiaires. Quand le scribe a indiqué « quelques enfants », il devient impossible de fait d’obtenir des comptes précis. Il s’agit donc de 400 personnes environ aidées par 324 dons. Le maximum est accordé en saison froide, en janvier 1608 ou octobre 1608 pour 22 personnes. La somme totale s’élève à 149 livres 16 sols 4 deniers. La moyenne annuelle est de cinquante livres et la moyenne hebdomadaire d’une livre. Le minimum donné est d’un sol par personne tandis que le maximum s’élève à 36 sols pour un gentilhomme piémontais. La distribution des aumônes reflète aussi la hiérarchie sociale du temps. À Bordeaux, 15 à 30 sous sont distribués en 1660 en moyenne40. Selon la prescription des synodes, ces nécessiteux doivent présenter une « bonne attestation », mais, à Courthézon, elle apparaît seulement deux fois, probablement par oubli du scribe.

  • 41 Ibid., p. 475-507.

16De ces premiers résultats, les assistés peuvent être classés selon leur importance numérique à partir des critères indiqués sur le cahier (sexe, âge, profession et situation familiale). Les plus nombreux sont les 108 « pauvres passants pour faire son chemin », soit 28 %. Puis arrivent en deuxième position, les 26 Courthézonnais, plus la dizaine d’assistés habituels, soit 36 % qui sont détaillés dans le paragraphe suivant. Une troisième catégorie regroupe 70 hommes qualifiés de jeunes, soit 17 % tandis que ceux qualifiés de vieux sont 11, soit 2 %. Les femmes sont au nombre de 26, soit 5 %. 17 soldats font étape dans ce bourg de la principauté, soit 4 %. Les jeunes écoliers sont 14 dont un Écossais, soit 3 %. Le monde professionnel est représenté par 2 apprentis, 7 compagnons, 2 domestiques, un cordonnier et 6 maîtres d’école, soit 3 %. Parmi les 9 étrangers, on trouve 3 Anglais, un Écossais, un Allemand, un Flamand, un Genevois, un Suisse et un gentilhomme piémontais. La carte de l’Europe réformée est ainsi bien dessinée dans la distribution caritative. On peut remarquer encore la présence d’un aveugle et d’un invalide. Ces réformés montrent même une certaine générosité en gratifiant un prémontré, peut-être dans l’espoir d’une future conversion impossible à vérifier en l’absence du registre consistorial pour cette période. Ces nécessiteux sont surtout des hommes célibataires, 95 %, soit beaucoup plus qu’à Bordeaux (75 % d’hommes)41. Ces « pauvres passants » sont totalement anonymes, sans indication de leur lieu d’origine sauf pour un seul, venant de Mérindol, et une douzaine d’adultes arrivant de Valdrôme avec des enfants malades en février 1609, mais rien dans l’histoire de leur cité ne permet de comprendre ce déplacement méridional. Cinq couples dont des Anglais accompagnés de leur enfant, sollicitent le consistoire. Hormis les 17 % de jeunes et les 2 % de « vieux », deux catégories dont l’âge précis n’est pas mentionné, les adultes constituent l’essentiel de ces malheureux, à 80 %. Le poids de la guerre est encore visible dans la présence de ces militaires errants dans la première décennie du XVIIe siècle quand la principauté est gérée par un gouverneur, nommé par le prince Philippe-Guillaume qui est reparti en Flandres après avoir réorganisé sa principauté par des édits.

17Cette caisse montre quelques originalités en servant aussi de caisse de secours qui permet de payer de menues dépenses avec de l’argent liquide si rare pendant l’Ancien Régime. Le pasteur est d’abord remboursé de ses frais de déplacements pour les colloques (2 livres 5 sols pour la location d’un cheval en février 1609 et 1610) et pour les synodes (en 1608, 9 livres 1 sol à Orpierre et en 1610, à Veynes 15 livres). Les factures des réparations sont réglées avec cet argent que ce soit pour la tasse utilisée lors des quêtes (2 sols) ou pour la corde de la cloche (14 sols). Des déplacements sont financés par cette caisse à « un garsson » pour se rendre à Jonquières, tout proche (2 sols), à Laurent Borrel, 30 sols à Lyon (il avait déjà obtenu 36 sols pour aller à Genève, en septembre 1607) et à Jean Mathieu, 16 sols pour se rendre à Calais.

  • 42 Son décès ne figure pas dans le registre des sépultures assez lacunaire à ce moment.
  • 43 Ferrieres M., « Sucre », Figeac M. (dir.), L’Ancienne France au quotidien, vie et choses de la vie (...)
  • 44 Ce patronyme n’a pas été pas retrouvé dans les BMS.
  • 45 Dinges M, op. cit., p. 486.
  • 46 Idem., p. 488.
  • 47 AcC, GG 17, fol. 20, achat d’habits pour un récollet qui a abjuré en 1635.

18Parmi les catégories assistées, on trouve d’abord une dizaine de Courthézonnais dont la moitié sont des femmes, réparties dans 54 mentions pour un total de 66 livres 45 sols, soit un tiers de l’argent distribué car les anciens privilégient « leurs » pauvres. Plusieurs familles avec enfants apparaissent. Jean Bernard, sa femme et leur enfant malade sont inscrits 15 fois pour un total de 26 livres 7 sols depuis octobre 1607 à juin 1608, soit 6 sols hebdomadaires. À sa mort en octobre 1608, les frais de la fosse sont couverts par le trésorier, soit 16 sols42. Sa veuve touche encore 2 sols hebdomadaires de janvier à juillet 1609. Ils sont particulièrement aidés en recevant un tiers de la somme distribuée. Françoise Roux et sa fille reçoivent un total de 18 livres 15 sols entre novembre 1607 et mai 1610 car la mère est aveugle comme une précision de juin 1610 permet de le comprendre. Notons, le cas d’un malade, Claude Dupont, qui est signalé par 9 mentions. Le trésorier lui verse un total de 8 livres 3 sols, soit 4 sols par semaine d’octobre 1607 à juin 1608 et des aides ponctuelles, dont du sucre utilisé en remède sans en préciser la quantité43. Un autre malade, Claude Autran dit Gouvernet, touche 5 livres 19 sols par 16 mentions alors que Catherine Perond est payée 3 sols pour le balayage du temple, tous les dimanches, soit 7 livres au total. La situation de dame Marguerite Anselme est différente car elle emprunte, en tout, 2 livres 15 sols en six fois depuis janvier 1608 à mars 161044. Ce cas exceptionnel doit s’expliquer par le statut social de la dame, certainement plus élevé que les autres. La cause principale de l’assistance est la maladie : pour la moitié des bénéficiaires, ici, tandis que le pourcentage est de 37 % à Bordeaux45. Les frais d’enterrement sont réglés aussi, comme à Bordeaux46. Par contre, aucune allocation pour le travail, ni aucun achat de vêtements ne sont inscrits dans ces comptes, mais plutôt dans les registres consistoriaux47.

  • 48 Archives départementales de Vaucluse (ensuite ADV), 3 E 35/182, fol. 128.
  • 49 AcC, GG 14, fol. 90 vo.

19Quelles sont dès lors les recettes pour alimenter ces dons ? Le total général s’élève à 178 livres. En le comparant à celui des dépenses soit 150 livres, un solde de 28 livres devrait apparaître mais, en fait, il faut ajouter au débit 15 livres dépensées pour le voyage du pasteur au synode de Veynes ; ces frais sont notés en 1611 à l’occasion de la vérification des comptes, ce qui montre l’utilité de cette étape ; le reliquat est seulement de 12 livres 14 sols 6 deniers demandé à Berthet en 1621. Toujours en 1621, une vérification est signée par le nouveau pasteur Pierre de La Croze et trois anciens, Gabriel Mutonis, Jean Magnan, et le syndic Antoine de Georges. Le précédent détenteur de la charge de diacre se nomme Pierre Reyne qui est aussi consul. En 1606 devenu malade, il lègue 10 florins pour des pauvres48. Philippe Reybaud est l’exacteur de 1607 et 1608. En 1603, un dénommé Jean Berthet qui épouse Marie Gosoline49, est probablement l’exacteur de 1621.

20Après la quête organisée à l’issue du culte du dimanche, le montant est noté par le trésorier qui ajoute aussi les sommes des mercredis et vendredis. En moyenne, le produit de ces quêtes se monte à 5 livres par mois. Parfois « le surplus de la tasse » est donné directement aux « pauvres necessiteux », sans plus de précision, ni de nombre, ni de patronymes, ni de sommes qui sont certainement quelques piécettes mises dans le tronc placé à la porte du temple.

  • 50 Venard M., « Les legs charitables dans les testaments du XVIe siècle à l’Isle sur la Sorgue et à C (...)
  • 51 ADV, 3 e E 35/182, fol. 63.
  • 52 ADV, 3 e E 35/182, fol. 128.
  • 53 ADV, 3 E 51/36, fol. 667 et 677 vo.
  • 54 ADV, 3 e E 35/241, fol. 101.
  • 55 ADV, 3 e E 35/241, fol. 166 vo.
  • 56 Vidal N., Testaments orangeois : les dernières volontés d’une vie (1678-1683), mémoire de master 1 (...)
  • 57 ADV, 3 e E 51/366, fol. 215.
  • 58 ADV, 3 e E 51/447, fol. 663.

21Une autre ressource importante vient des legs inscrits dans les testaments dont, au XVIe siècle, le pourcentage destiné aux pauvres atteint même 38 % à Courthézon50. Dans le registre de comptes, une trentaine de legs sont mentionnés : Jean de Georges, notaire de Courthézon, malade, signe, en mai 1606, son testament par lequel il donne 15 florins aux pauvres de la religion réformée51. La même année, Pierre Reyne précise dans son testament que son corps soit enterré « dans le cimetière où l’on a acoustume de mettre ceulx de la religion réformée52 ». Dans le seul registre subsistant du notaire Perrotet, un médecin et sa femme destinent, chacun, 15 livres aux pauvres de l’Église réformée en 160853. En 1611, le cordonnier Guillaume Dumon leur lègue 30 sols54. En 1612, Jean Reynaud leur laisse un legs de 50 florins, en ajoutant une clause destinée au diacre Magnan qui doit placer ce capital55. Dans une étude portant sur 46 testaments réformés des années 1678-1685, on constate que 31 testateurs inscrivent en faveur des pauvres réformés des legs variant de trois à trente livres56. Le legs de six mille livres du notaire Jacques Félix, en 1679, est exceptionnel57. Il prend soin de préciser que cette somme doit être placée en capital afin que les revenus servent pour marier des jeunes filles et payer l’apprentissage des pauvres garçons « sans pouvoir estre divertis a autre usage » sous le contrôle des « messieurs du consistoire ». En revanche, un confrère de Félix, Jacques Ougier, n’accorde que 50 livres pour ces pauvres de l’Église réformée58.

  • 59 Moreil F., « Le notariat de la principauté d’Orange », à paraître.

22À partir d’une trentaine de registres notariés couvrant les années 1685-1703, a pu être constitué un corpus de 138 testaments, avec seulement 4 solennels, qui concernent toutes les catégories sociales, mais surtout des artisans59. La clause la plus apparente de l’appartenance religieuse est celle destinée aux « pauvres de l’Église réformée de cette ville ou du consistoire ». Les montants les plus faibles commencent à 3 livres, sauf un seul don de quelques mesures de blé, pour s’élever jusqu’à 200 livres, versées 5 fois par des nobles et par le pasteur Convenent. Quatre dons de 100 livres sont cédés par des avocats et des marchands. La moyenne se situe à 20 livres. Deux mentions spéciales révélatrices des bouleversements religieux se lisent dans ces documents. Le 18 mars 1703, Antoinette Truffel, femme du marchand Jean Chappat, malade mais prudente, donne 60 livres

  • 60 ADV., 3 e E 51/451, fol. 86.

« aux pauvres de l’église protestante au trésorier du consistoire au cas que ladite église protestante soit pour lors en exercice et non autrement auquel cas elle révoque ledit légat... ne lègue que 5 sols60 ».

  • 61 ADV., 3 e E 51/451, fol. 193.

23Élisabeth Brousset, veuve de l’avocat Ougier, qui a laissé 30 livres aux pauvres dans son testament, vient, en 1703, demander un codicille par lequel elle annule ce don, ne leur réservant plus que 5 sols et accordant cette somme à sa filleule, à cause de la conversion imposée61. Quant à la répartition par sexe, 54 femmes apposent leurs paraphes parmi ces 138 textes, soit 35 % environ. Le consistoire surveille le paiement de ces legs afin qu’ils ne se perdent pas et parviennent au trésorier des pauvres, le plus sûrement possible.

  • 62 Gutton J.-P., Etablir l’identité, l’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, Lyon, Pr (...)

24Les pauvres assistés n’ont pas laissé beaucoup de traces, ce qui n’est pas le cas des responsables qui sont des notables, donc plus faciles à identifier62. Seulement quelques personnes parmi la trentaine de noms cités ont été retrouvées car, pour le début du XVIIe siècle, il n’existe, dans ce bourg, aucun registre consistorial ni consulaire mais les registres paroissiaux réformés. Ceux des notaires ont été sondés, parfois en vain comme les pages de Fabry qui ne reçoit pas d’acte des ces populations trop pauvres pour se rendre dans les études.

  • 63 AcC, GG 14, fol. 133 vo.
  • 64 AcC, GG 15, fol. 32.
  • 65 AcC, GG 14, fol. 10 vo, 12.
  • 66 AcC, GG 14, fol. 90 vo.
  • 67 AcC, GG 14, fol. 22 vo, 25 et 133, 134 vo.
  • 68 AcC, GG 14, fol. 90 vo, 91 et 132 vo.
  • 69 AcC, GG 14, fol. 90 vo.
  • 70 AcC, GG 14, fol. 132, 133 et 26.
  • 71 AcC, GG 14, fol. 20 vo ; ADV, 3 e35E35/241, fol. 170 vo.
  • 72 AcC, GG 14, fol. 132 vo.

25Claude Duport, surnommée « Saraillère », décède en novembre 160863 ; est-ce la même que celle, nommée Dupont, qui est assistée si régulièrement en 1607 ? Non, car cette dernière reçoit encore une aide le 19 novembre 1608, l’autre étant morte le 3. Cette femme est la seule désignée par un surnom dans le cahier. Une famille Arbalestriere, présente depuis 1576 est inscrite en 1592 sur la liste des participants à la communion, relevés par Baussenq, le premier pasteur64. Les filles Andrienne et Louise, nées en 1591 et 1594, ont pour père un certain Simon qui semble être celui secouru en janvier 160865. Thomas Sourras a épousé Suzanne Crestet en 160266 ; des enfants naissent67, en 1604 et 1607, décèdent en 1607. Il est bien difficile de savoir quel est l’enfant malade aidé par l’argent de la bourse des pauvres en 1607. Le marchand Jean Magnan, marié d’abord à Marie Benoit en 1604, épouse, après le décès de celle-ci en 1605, Élisabeth Bussière en 160968 ; lui-même décède avant 1624 car sa femme choisie comme marraine d’Élisabeth Berthet, est qualifiée de veuve lors du baptême. Ces réformés tissent entre eux des liens forts, renforcés lors des baptêmes. Quant à Hensch Boicasse dont le prénom est orthographié Énot, il a épousé en 1601 Suzanne Boirasse69 ; plusieurs enfants sont répertoriés sur le registre, un en 1603 qui meurt le jour de sa naissance, Pierre en 1607 et un fils Ennemond, né en novembre 1609, ne peut être celui qui est secouru en avril70. Mathieu Plan, marié en 1588, voit naître un fils en 1601 et reçoit une quittance en 1612 pour 25 écus de la part de son gendre71. Aucune information n’a pu être trouvée sur Marguerite Anselme qui emprunte. Par contre, quand une mention semblable figure dans le registre des sépultures en 1604 : « pauvre homme de Provence » pour George Caste, on peut supposer qu’il a certainement bénéficié d’une aide par le consistoire, même si rien n’est inscrit72.

  • 73 Sassier P., op. cit., p. 63.

26Ainsi en ce début du XVIIe siècle, un modeste village peuplé d’une centaine de familles réformées aide, chaque année, plus de cent personnes qui passent dans leur région. Le grand renfermement voulu par le pouvoir absolu voisin n’est pas encore en place73.

Les comptes inachevés de 1685

  • 74 AdBR, C 2290. Cette copie de 8 pages est intitulée : « Compte des deniers que moy Estienne Roussie (...)
  • 75 Il s’agit de Suzanne Bernard qui est la deuxième épouse de Jean-Fréderic Guib, docteur en médecine (...)
  • 76 AcC, GG 18, fol. 73.
  • 77 AcO, BB 34/II, fol. 284.

27Ces papiers sont tenus par le trésorier Étienne Roussière, cardeur et ménager qui a été aussi consul et conseiller en 1676. Il les a divisés en deux parties, les recettes avec 14 paragraphes et les dépenses en 41 articles, accompagnés en marge de la référence du mandat signé par le pasteur. Ces comptes révèlent une particularité propre à l’histoire de la principauté lors de l’occupation française qui a suivi la Révocation car, le premier janvier 1687, ils ont été vérifiés et signés, par de Jonc, subdélégué de l’intendant qui note bien « eglize p[rétendue] R[éformée] de ladite ville de Courthézon74 ». D’ailleurs, de Jonc fait rendre le reliquat des 5 sols 7 deniers par le trésorier au notaire Pierre Reyne comme preuve de clôture de ses comptes. Le total de la recette du tronc est calculé par le trésorier lui-même et s’élève à 229 livres 8 sols et 7 deniers. Ces relevés s’arrêtent le 9 septembre 1685 et le montant d’octobre manque... pour cause d’occupation française. L’essentiel vient des quêtes dont le relevé n’est pas noté régulièrement par le trésorier (environ 20 livres par mois). Quatre legs sont compris pour une valeur totale de 20 livres 17 sols et 4 deniers dont le plus important est celui de Mademoiselle Guib soit 16 livres75. Ces legs représentent 10 % des recettes. Un supplément de recettes provient des mûriers plantés autour du temple dont la vente des feuilles permet d’arrondir la bourse des pauvres76. La même solution est adoptée à Orange comme la remarque d’avril 1698 le montre : « Les feuilles de mûriers sont vendus aux enchères pour les pauvres de l’hôpital et du consistoire77. »

28Quant aux dépenses, sont notées, sans dates précises, les distributions faites aux pauvres. Viennent d’abord les 26 hommes pauvres qui reçoivent chacun une somme variant de 4 sols à une livre. Ces aumônes sont plus importantes qu’en 1607 mais l’inflation et les variations monétaires doivent être prises en compte. Les six pauvres femmes « extérieures », elles, touchent entre 5 et 10 sols. Avec les trois Courthézonnaises (une veuve de sergent, la veuve de Chastan, la femme de Lamy), leur nombre arrive à neuf femmes, soit un quart des assistés comme en 1607.

  • 78 AcC, GG 14, fol. 98 vo.
  • 79 AcC, GG 14, fol. 56.
  • 80 AcC, GG 14, fol. 63 vo.
  • 81 AcC, GG 14, fol. 66.
  • 82 AcC, GG 14, fol. 149 vo.
  • 83 AcC, GG 18, fol. 115.

29Deux de ces familles peuvent être mieux connues grâce aux registres paroissiaux : le cardeur à laine Jacques Chastan, originaire d’Orange, a épousé Philippa Geneves en 166278. Ensuite trois enfants naissent, d’abord en 1663 un Étienne dont le parrain est le trésorier Étienne Roussière79, en 1672, une petite Jeanne80, et, en 1673, un deuxième Étienne dont le parrain est le pasteur Aunet81. En mars 1675, le père décède82. En août 1677, on retrouve dans le registre consistorial la veuve Chastan qui reçoit 6 sols par semaine jusqu’au 17 septembre, en attendant une autre décision83. Elle et ses enfants continuent de bénéficier du soutien constant de l’ensemble des réformés, deux ans après le décès de son époux.

30En 1677, « une subvention charitable » est accordée à Françoise Rafanel à l’occasion de son mariage, béni par Aunet, avec Pierre Lamy,

  • 84 AcC, GG 18, fol. 113.

« pour leur aider au commencement la compagnie a trouvé a propos au moyen d’une queste a desliberé de prier madame Maurice et demoiselle Marthe Roche de la faire et de distribuer suivant leur prudence ce qu’on leur donnera84 ».

  • 85 AcC, GG 14, fol. 105.
  • 86 AcC, GG 14, fol. 71.

31Le marié, cardeur en filoselle, est originaire de Valdrôme85. Une famille Rafanel est présente dès 1608 à Courthézon. Un seul enfant est noté : Jeanne, née en novembre 1681, a pour parrain Maurice Peschier et, pour marraine, Magdeleine Roussière86. Le nom de cette famille Rafanel est présent, à la fois, dans les comptes et dans le registre du consistoire.

  • 87 Moreil F., « Le récit de la révocation de l’édit de Nantes dans la principauté d’Orange : les aven (...)
  • 88 Hollard C.-F., « Jean Sauzin, acteur et témoin de l’histoire d’Orange au XVIIe siècle », Bulletin (...)
  • 89 Moreil F., « Les temples protestants de la principauté d’Orange sous l’ancien régime », BSHPF, t.  (...)

32Les anciens aident ainsi des réformés connus qui ont fondé des familles et essayent de les protéger du mieux possible pour résister à la misère environnante. C’est le fonctionnement interne du réseau religieux protecteur qui apparaît à travers tous ces secours financiers. Le pasteur Aunet accorde son patronage pour les nouveaux-nés87. Tous les faibles bénéficient de l’assistance financière et religieuse qui, loin de les exclure, leur permet d’être pleinement membres de leur communauté et protégés autant que faire ce peut. Parmi les dépenses, la somme de 6 sols est attribuée à un aveugle. Deux maîtres d’école sont aidés de 10 sols chacun. Deux familles de Courthézon (Lamy et une autre « en nécessité ») bénéficient en deux fois de 4 livres, sans indication du nombre de personnes ; elles ne sont pas citées dans les registres paroissiaux, ni dans celui du consistoire. Peut-être s’agit-il de réfugiés ? L’entretien du toit du temple est encore payé par cette caisse. Le total des dons distribués s’élève à 18 livres 7 sols et est bien inférieur à celui de 1607 (50 livres annuelles). Cependant la plus grosse dépense, 102 livres, est affectée à la pension réglée à l’archiviste princier Sauzin88. Viennent s’ajouter les 34 livres 14 sols pour les frais du synode (voyage et imposition) et les 71 livres des gages du lecteur, soit un total de 207 livres qui représentent les 4/5 des dépenses. En effet, la construction du temple a fortement perturbé leurs finances en les obligeant à emprunter de fortes sommes dont le remboursement pèse lourdement sur leurs ressources89.

33Le total des dépenses se monte à 229 livres 3 sols et il reste un solde de 5 sols 7 deniers. Au total, une quarantaine de personnes ont été secourues en neuf mois (36 individus, plus deux familles). Comme au début du siècle, les mêmes catégories apparaissent : des passants, des hommes seuls, un quart de femmes (dont trois locales). Un aveugle est encore présent. Par contre, aucune indication d’âge ne figure par manque volontaire de précision du scribe ou par prudence car le bourg a déjà été occupé deux fois par les armées du roi Très Chrétien. On peut noter parmi les bénéficiaires l’absence de soldats, d’autres coreligionnaires ou encore d’étrangers, certainement par discrétion. Les seuls professionnels cités sont les maîtres d’école, toujours aussi girovagues.

  • 90 AcC, GG 17, fol. 5.
  • 91 AcC, GG 17, fol. 14.
  • 92 AcC, GG 17, fol. 37 vo.

34En dehors du cahier de comptes de 1685, la charité exercée par les anciens apparaît dans certains paragraphes des registres consistoriaux comme le montrent les mentions suivantes. En 1632, une discussion s’ouvre sur le cas d’une veuve secourue jusqu’à présent par le trésorier des pauvres et qui vient de trouver du travail comme domestique. Les anciens décident de ne pas prolonger cette aide car le « bruit court qu’elle s’est révoltée90 ». L’abjuration rend vain tout secours consistorial car elle s’est exclue elle-même en franchissant la frontière entre les deux confessions. Deux ans plus tard, il est difficile de recouvrer les dettes dues à l’Église car les débiteurs refusent de payer. Le consistoire décide de recourir à la justice si besoin est91. En 1639, le pasteur Martin essaye de trouver une solution pour éviter d’emprunter dans la bourse des pauvres, même s’il y a « promesse de restitution » ; le consistoire décide de demander conseil à celui d’Orange par l’intermédiaire de deux représentants des forains et d’instaurer un nouvel impôt « avec le plus d’égalité possible92 ».

  • 93 AcC, GG 18, fol. 44.
  • 94 ADV, 3 e E 35/369, fol. 343.
  • 95 AcC, GG 18, fol. 77.

35En avril 1674, le consistoire, sollicité par Jean Chicot, « un pauvre garson originaire de ceste ville de la religion » afin qu’il apprenne un métier auprès d’un maître– tisserand, les anciens lui accordent 3 livres « attendu sa pauvrete et veu que la charite ne peut estre mieux employee93 ». Les conditions plus précises de son apprentissage sont connues par le contrat signé, dans l’étude du notaire, avec son maître pour un engagement de trois ans pendant lesquelles il sera nourri et entretenu94. On peut remarquer qu’il est illettré ainsi que son frère, présent. Aucune somme d’argent n’est indiquée, probablement réglée par le consistoire ultérieurement. Un autre type d’aide apparait alors : en 1675, 3 livres sont données à l’Église de Saint-Paul Trois châteaux selon les consignes du synode de Nyons95.

  • 96 AcC, GG 18, fol. 66 et 66 vo.

36En juin 1675, Pierre Magnan rend ses comptes comme trésorier des deniers de l’année 1673, soit 118 livres 8 sols 8 deniers mais 63 livres 7 sols 6 deniers sont encore dues par l’Église. Il reste 31 livres 2 sols 8 deniers. Les auditeurs des comptes, le pasteur Aunet, le secrétaire Jacques Roche et le syndic Poyet rendent leur rapport avec les pièces justificatives pour les archives96. Ce souci d’une comptabilité exacte et précise est constant et précieux pour les historiens.

Mise en perspective : Courthézon et la charité

  • 97 Gutton J.-P., op. cit., p. 56.
  • 98 Farge A., Le bracelet de parchemin, l’écrit sur soi du XVIIIe siècle, Paris, Bayard, 2003.
  • 99 Olson J., op. cit., p. 30, 48.
  • 100 Dinges M, op. cit., p. 476.

37La listes des assistés est composée des mêmes groupes : manœuvres non spécialisés, infirmes, vieillards, beaucoup de jeunes, veuves, journaliers à la campagne, domestiques, maîtres d’école97. Ces anonymes, illettrés pour la plupart, sont difficiles à saisir dans les archives car ils ne sont pas producteurs d’écrits par eux-mêmes98. Les budgets de 1607-1610 et de 1685 font apparaître les mêmes catégories sociales, même si les bénéficiaires de 1685 sont moins nombreux puisque l’année 1685 est incomplète. Ces chiffres sont infiniment moins importants que ceux de Genève qui assiste 1 400 pauvres, en 1685, grâce aux ressources fournies par la collecte annuelle et obligatoire, le produit du tronc et les nombreux legs99. L’aide distribuée à Courthézon est à l’échelle de l’importance de sa population réformée, c’est-à-dire modeste et à mille lieues de la capitale réformée, Genève. En 1685, les dépenses sont réparties de façon différente, à cause des 102 livres de pension et 71 livres du lecteur. Les sommes en jeu sont bien inférieures à celles du consistoire bordelais (8890 livres en moyenne)100. Les menues dépenses sont toujours prélevées dans cette caisse de secours pour régler le maçon ou le port des lettres (6 sols).

  • 101 AdV., 3 E e 51/432, fol. 292-293.

38Une clause pour les pauvres réformés se transforme, étrangement, au fil du temps quand la principauté est occupée par les troupes de Louis XIV : le legs de trois livres prévu en 1700 par Louis Guillaume, tisserand en toile, tombe en 1729 entre les mains des pères de la Doctrine chrétienne qui le touchent, plus les intérêts (soit deux livres onze sols) « en lieu et place des pauvres et du consistoire de l’Église prétendue réformée par lettres patentes du roy en qualité de syndic volontaire101 ». Les mânes du tisserand ont dû se retourner dans sa tombe. C’est une cohabitation post-mortem imprévue et très certainement non souhaitée par le testateur.

  • 102 Archives de l’État de Genève, Hôpital général, série K qui comporte des nombreux registres citant (...)
  • 103 Archives de l’État de Genève, notaire Grosjean, vol. 1, fol. 2.
  • 104 Institut für StadtGeschichte Francfort, FRG no 83-84 ; 148 ; un grand merci à Michelle Magdelaine (...)

39Si ces réformés ont eu l’habitude de distribuer des aumônes, ils n’imaginaient peut-être pas se retrouver dans la situation inverse, c’est-à-dire celle d’en recevoir de toute l’Europe réformée. C’est d’abord l’exil de 1703 qui les conduit à Genève où les 3 000 fugitifs bénéficient, tout de suite, des secours de la Bourse française102. Rien d’étonnant quand, trente ans plus tard l’Orangeoise Lucrèce de Vesc dicte son testament par lequel cette réfugiée lègue, en reconnaissance de l’accueil reçu, les sommes de 100 livres à la Bourse française de Genève et 30 livres aux pauvres de l’hôpital général103. Entre 1696-1718, la bourse de Francfort aide aussi une quarantaine d’Orangeois en transit entre la Hollande et l’Allemagne ou la Suisse104.

  • 105 Moreil F., « La maison d’Orange à Berlin en 1704 », Mémoires de l’académie de Vaucluse, 9e série, (...)
  • 106 Archives de l’Église française de Berlin, Rep. 04-XVIII/734, fol. 146.

40Un autre exemple d’œuvre caritative « hors-sol » doit être cité : en 1704, un millier de protestants orangeois arrivent, enfin, à Berlin où les accueille le roi de Prusse. Grâce à l’argent des collectes effectuées pour eux en Angleterre, une somme est consacrée à l’achat d’une maison pour les plus démunis qui sont logés, chauffés et nourris jusqu’à leur décès. Cette institution gérée par les notables orangeois réfugiés a produit des archives abondantes jusqu’au XXe siècle105. L’argent donné est un signe matériel et visible de la charité mais le temps passé en réunions, en démarches, en rédaction des comptes-rendus montre la place accordée à la gestion des pauvres. Cet investissement personnel témoigne de l’importance donnée à l’action caritative. Personne ne peut se dérober, même pas un personnage appartenant à l’élite : quand le roi de Prusse apprend les absences de l’ancien président du parlement d’Orange devenu directeur de cette fondation, Bergier d’Alençon, il oblige ce dernier à venir siéger, même au détriment de ses propres affaires pour assumer ses responsabilités106.

Notas

1 Apologie ou defence pour les Chretiens de France qui sont de la Religion Evangelique ou réformée satisfaisant à ceux qui ne veulent vivre en paix et concorde avec eux. Par laquelle la pureté d’icelle religion est clairement monstrée non seulement par la S. Escriture et la raison mais aussi par les propres canons du pape, Orange, Pierre de Colombier et Bastian Jaques, imprimeurs de son Excellence, 1578, 227 p. Exemplaire consulté à la Bibliothèque de la Société d’Histoire Protestante de Paris. Bastien Jaques est, en fait, Sébastien Jacquy, l’imprimeur qui s’installe à Nîmes lors de la nomination de Jean de Serres au collège de la ville. Il a donc aussi exercé à Orange au début de sa carrière.

2 Op. cit., p. 29. Ce livre est mentionné dans un article d’Antoine Yrondelle, « Les premiers livres imprimés à Orange », Revue du Midi, 1910, t. 33, p. 707-708.

3 Arnaud E., Histoire des protestants de Provence, du Comtat Venaissin et de la principauté d’Orange, Paris, Grassart, 1884, t. 2, p. 180. Comte De Pontbriand, Histoire de la principauté d’Orange, Paris, La Haye, Picard, 1891, réédition de 1980, p. 102-272. Leemans W. F., La principauté d’Orange de 1470 à 1580 : une société en mutation, Hilversum, 1986, 2 t., 964. p. Venard M., Réforme protestante, Réforme catholique dans la province d’Avignon au XVIe siècle, Paris, Cerf, 1993, p. 461-484, 768-776.

4 Arnoult J.-M., Répertoire bibliographique des livres imprimés en France au XVIe siècle, édition Valentin Koemer, Baden-Baden, 1976, t. 5, p. 60.

5 Haag E. et E., La France protestante, Paris, Cherbuliez, 1846, t. 5, p. 247-248.

6 Eurich A., « La charité et les conflits confessionnels dans la principauté d’Orange au XVIIe siècle », Mémoires de l’académie de Vaucluse, 8e série, t. VII, 1998, p. 55-67 ; “Curing body and soul : healthe care in early modern Orange”, The reformation of charity : the secular and the religious in early modern poor relief, (dir.) Thomas Max Safley, Boston Brill, 2003, p. 154-175.

7 Archives communales de Courthézon (ensuite AcC), AA 3, fol. 193-206. Que le maire et le personnel municipal reçoivent tous mes remerciements.

8 Archives départementales des Bouches du Rhône (ensuite AdBR), C 2290.

9 Gabriel Roche est ancien en 1681 et de 1697 à 1699, consul en 1684, conseiller en 1685, 86, 87.

10 Étienne Roussière a occupé les fonctions d’ancien de 1677 à 1681, puis de 1697 à 1700, celle de conseiller en 1684, 1696, 1699, 1703-1705 et de consul en 1679, 1685 et de 1697 à 1699.

11 Philippe Roche, qualifié de bourgeois, est conseiller en 1690, 1697, 1699.

12 Pierre Reybaud, ancien en 1633, 1639, 1654-57 sans être trésorier.

13 AcC, GG 19.

14 Moreil F., « Les consistoires de la principauté d’Orange », BSHPF, t. 153, 2007, p. 510.

15 Olson J., Calvin and social welfare diacons and the bourse française, 1989, Selingsgrove, associated university press, London, Toronto, Mayor H., La bourse française de Genève au moment de la Révocation de l’édit de Nantes, mémoire, université de Genève, 1983, déposé aux AEG. Dinges M., « Huguenot poor relief and health care in the sixteenth and seventeenth centuries », in Mentzer R., Spicer A. (dir.), Society and culture in the Huguenot world 1559-1685, 2002, Cambridge university press, p. 157-174.

16 Arnaud E., op. cit., p. 397.

17 Venard M., « Les derniers feux de la gloire médiévale (1500-1560) », Histoire d’Avignon, Aix-en-Provence, Edisud, 1979, p. 319.

18 Geremek B., La potence ou la liberté, l’Europe et les pauvres du Moyen-âge à nos jours, Gallimard, Paris, 1987, Gutton J.-P., La société et les pauvres (XVIe-XVIIIe siècles), PUF, Paris, 1973.

19 Geremek B, op. cit., p. 29.

20 idem, p. 232, 240.

21 Sassier P., Du bon usage des pauvres. Histoire d’un thème politique, Paris, Fayard, 1990, p. 68.

22 Dinges M., « L’assistance paroissiale à Bordeaux à la fin du XVIIe siècle. L’exemple du consistoire protestant (1660-1670) », Histoire, Économie et Société, 1987/5, p. 475-507.

23 Moreil F., « Les testaments du pasteur Baussenq, pasteur de Courthézon de 1576 à 1597 », Mélanges au professeur René Moulinas, Identités juives et chrétiennes France méridionale XIVe-XIXe siècles, Aix, 2003, p. 126-141.

24 AcC, GG 14, fol. 134 vo.

25 AcC, GG 14, fol. 133 vo.

26 AcC, GG 16, fol. 66 vo.

27 AcC, GG 19, « Recepte de l’argent des pauvres de leglyse reformee dont je suis comptable commencee en lannee 1607 le 24e juing » en 11 petits folios non numérotés ; « Sensuit le rolle des billeyts faits [sic] Monsieur de La Veusve ntre pasteur pour les pauvres necessiteulx ensemble le compte de ceulx quy ont esté mis a lordinere commencé en lannee 1607 29e juin et finissant le 23e may 1610 » en 29 folios non numérotés. Il est impossible de vérifier avec le registre consistorial contemporain qui a disparu.

28 Sassier P., op. cit., p. 93.

29 AcC, GG 17, fol. 82 vo.

30 AcC, GG 17, fol. 39.

31 AcC, GG 17, fol. 97 vo.

32 AcC, GG 17, fol. 46 vo.

33 Damon J., Éliminer la pauvreté, Paris, PUF, 2010.

34 Dinges M., op. cit., p. 480.

35 Archives communales d’Orange (ensuite ACO), BB 19, fol. 51 ; BB 24, fol. 13.

36 AcO, BB 34/1, fol. 174.

37 AcO, BB 35, fol. 44 vo.

38 AcO, BB 36/1, fol. 106 vo.

39 AcO, BB 28, fol. 36 vo.

40 Dinges M, op. cit., p. 485.

41 Ibid., p. 475-507.

42 Son décès ne figure pas dans le registre des sépultures assez lacunaire à ce moment.

43 Ferrieres M., « Sucre », Figeac M. (dir.), L’Ancienne France au quotidien, vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 2007, p. 486-487. Impossible de savoir si ce Claude est un homme ou une femme.

44 Ce patronyme n’a pas été pas retrouvé dans les BMS.

45 Dinges M, op. cit., p. 486.

46 Idem., p. 488.

47 AcC, GG 17, fol. 20, achat d’habits pour un récollet qui a abjuré en 1635.

48 Archives départementales de Vaucluse (ensuite ADV), 3 E 35/182, fol. 128.

49 AcC, GG 14, fol. 90 vo.

50 Venard M., « Les legs charitables dans les testaments du XVIe siècle à l’Isle sur la Sorgue et à Courthézon », Provence historique, 1984, no 138, p. 441-450.

51 ADV, 3 e E 35/182, fol. 63.

52 ADV, 3 e E 35/182, fol. 128.

53 ADV, 3 E 51/36, fol. 667 et 677 vo.

54 ADV, 3 e E 35/241, fol. 101.

55 ADV, 3 e E 35/241, fol. 166 vo.

56 Vidal N., Testaments orangeois : les dernières volontés d’une vie (1678-1683), mémoire de master 1 sous la direction de Françoise Moreil, université d’Avignon, 2011.

57 ADV, 3 e E 51/366, fol. 215.

58 ADV, 3 e E 51/447, fol. 663.

59 Moreil F., « Le notariat de la principauté d’Orange », à paraître.

60 ADV., 3 e E 51/451, fol. 86.

61 ADV., 3 e E 51/451, fol. 193.

62 Gutton J.-P., Etablir l’identité, l’identification des Français du Moyen Âge à nos jours, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2010, p. 44.

63 AcC, GG 14, fol. 133 vo.

64 AcC, GG 15, fol. 32.

65 AcC, GG 14, fol. 10 vo, 12.

66 AcC, GG 14, fol. 90 vo.

67 AcC, GG 14, fol. 22 vo, 25 et 133, 134 vo.

68 AcC, GG 14, fol. 90 vo, 91 et 132 vo.

69 AcC, GG 14, fol. 90 vo.

70 AcC, GG 14, fol. 132, 133 et 26.

71 AcC, GG 14, fol. 20 vo ; ADV, 3 e35E35/241, fol. 170 vo.

72 AcC, GG 14, fol. 132 vo.

73 Sassier P., op. cit., p. 63.

74 AdBR, C 2290. Cette copie de 8 pages est intitulée : « Compte des deniers que moy Estienne Roussiere comme threzorier ay receu despuis mon dernier compte randu le dernier jour du mois de janvier 1685 », en 9 folios.

75 Il s’agit de Suzanne Bernard qui est la deuxième épouse de Jean-Fréderic Guib, docteur en médecine et principal du collège d’Orange (1665-1681) ; le grand-père, Bernard Guib, est un Écossais, venu s’installer à Orange ; le petit-fils, Henri avocat au parlement, devient principal du collège après le décès de son père et émigre en Hollande après 1687 et à Genève en 1703. Suzanne Bernard meurt à Courthézon en 1702.

76 AcC, GG 18, fol. 73.

77 AcO, BB 34/II, fol. 284.

78 AcC, GG 14, fol. 98 vo.

79 AcC, GG 14, fol. 56.

80 AcC, GG 14, fol. 63 vo.

81 AcC, GG 14, fol. 66.

82 AcC, GG 14, fol. 149 vo.

83 AcC, GG 18, fol. 115.

84 AcC, GG 18, fol. 113.

85 AcC, GG 14, fol. 105.

86 AcC, GG 14, fol. 71.

87 Moreil F., « Le récit de la révocation de l’édit de Nantes dans la principauté d’Orange : les aventures du pasteur Aunet (1685-1697) », BSHPF, t. 147, 2001/3, p. 425-434.

88 Hollard C.-F., « Jean Sauzin, acteur et témoin de l’histoire d’Orange au XVIIe siècle », Bulletin des amis d’Orange, no 172, janvier 2009, p. 3-13.

89 Moreil F., « Les temples protestants de la principauté d’Orange sous l’ancien régime », BSHPF, t. 152, juillet-août-septembre 2006, p. 457-479.

90 AcC, GG 17, fol. 5.

91 AcC, GG 17, fol. 14.

92 AcC, GG 17, fol. 37 vo.

93 AcC, GG 18, fol. 44.

94 ADV, 3 e E 35/369, fol. 343.

95 AcC, GG 18, fol. 77.

96 AcC, GG 18, fol. 66 et 66 vo.

97 Gutton J.-P., op. cit., p. 56.

98 Farge A., Le bracelet de parchemin, l’écrit sur soi du XVIIIe siècle, Paris, Bayard, 2003.

99 Olson J., op. cit., p. 30, 48.

100 Dinges M, op. cit., p. 476.

101 AdV., 3 E e 51/432, fol. 292-293.

102 Archives de l’État de Genève, Hôpital général, série K qui comporte des nombreux registres citant les Orangeois, par exemple, Ka/8 à partir du fol. 333.

103 Archives de l’État de Genève, notaire Grosjean, vol. 1, fol. 2.

104 Institut für StadtGeschichte Francfort, FRG no 83-84 ; 148 ; un grand merci à Michelle Magdelaine pour son aide efficace dans ces registres allemands.

105 Moreil F., « La maison d’Orange à Berlin en 1704 », Mémoires de l’académie de Vaucluse, 9e série, t. IV, 2006, p. 179-199. Ces archives sont consultables à l’Église française de Berlin grâce à son accueillant archiviste.

106 Archives de l’Église française de Berlin, Rep. 04-XVIII/734, fol. 146.

Autor

Maître de conférences à l’université d’Avignon et des pays de Vaucluse. Ses recherches actuelles portent sur les protestants de la principauté d’Orange à l’époque moderne. Avec Raymond Mentzer et Philippe Chareyre, elle a codirigé le volume Dire l’interdit : The Vocabulary of censure and exclusion in the early modern reformed tradition, Boston, Leiden, Brill, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search