Desktop versionMobile Version

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Deuxieme partie. Appliquer l'entraide, praxis réformée

« La foi sans les œuvres est morte » : les protestants de Loudun et la pratique de la charité (1589-1685)

Edwin Bezzina

Zusammenfassung

L’article examine la charité dans la communauté réformée de Loudun entre 1589 et 1685, en s’appuyant sur le registre du consistoire de Loudun et sur des testaments protestants et catholiques.
Ces documents mettent en lumière quelques différences entre le corps consistorial et les testateurs protestants à l’égard de leurs idées concernant la charité. D’une part, les testateurs ont du faire face à des impératifs plus temporels et la charité n’a pas seulement servi comme moyen d’aider l’Église ou les pauvres de leur communauté. D’un autre côté, le consistoire et les testateurs, tous ensemble, hésitaient à appliquer la bienfaisance aux catholiques ou aux institutions charitables catholiques de la ville. La charité portait une signification pour l’âme du fidèle réformé avant la mort; elle était aussi un devoir qui correspondait aux commandements bibliques ainsi qu’une nécessité spirituelle.
Ainsi est d’abord présenté le contexte très particulier de la communauté réformée de Loudun pendant cette période, et ensuite quelques textes bibliques pertinents. Ensuite l’accent est mis sur la charité dans le corps consistorial, les mobiles et la confessionalisation de la charité, et les legs testamentaires.

Volltext

L’auteur tient à remercier le personnel des archives nationales françaises, de la Bibliothèque Nationale de France, des archives départementales de la Vienne (Poitiers), et des archives municipales de Loudun. L’auteur est également très reconnaissant à Madame Céline Borello, Monsieur le professeur Raymond A. Mentzer Jr., Monsieur le pasteur Denis Vatinel, et Madame Sylviane Rohaut. Dans ce texte, les abréviations suivantes seront utilisées : AN (Archives nationales françaises), BnF (Bibliothèque Nationale de France), ADV (Archives départementales de la Vienne), et AML (Archives municipales de Loudun). Dans les citations utilisées dans cette composition, nous avons gardé l’orthographe originale du document, mais nous avons inséré les accents manqués afin d’éviter l’ambiguïté.

  • 1 L’auteur tient à remercier le personnel des archives nationales françaises, de la Bibliothèque Nat (...)

1En feuilletant1 une bible de Genève de 1588, se trouvent les versets suivants de l’Épître de Jacques, dans le deuxième chapitre :

  • 2 La Bible, qui est toute la saincte Escriture du Vieil et du Nouveau Testament, Genève [Jérémie des (...)

« 22 Vois-tu pas que la foi besongnoit avec les œuvres d’icelui, et que par les œuvres la foy a esté rendue accomplie ?...26 Car ainsi que le corps sans l’esprit est mort, aussi la foy qui est sans œuvres est morte2. »

  • 3 Par exemple, Luther avait caractérisé cette épître comme un « épître de paille ». Il adoucît cette (...)

2Chez les protestants, ces versets représentent une espèce de pierre d’achoppement parce qu’ils semblent mettre en question le principe de la justification par la foi seule3. De plus, ils suscitent des questions à l’égard du lien entre, d’un côté, la foi (dans la théologie protestante, l’élément principal dans la relation entre Dieu et croyant) et, de l’autre côté, les bonnes œuvres, comme la charité. Chez les protestants, qu’est-ce que la charité veut dire ? Quel est son but et avait-elle des conséquences pour la relation entre Dieu et croyant ? Une autre question se pose dans le contexte biconfessionnel de la France à l’époque moderne : la charité devrait-elle être réservée aux coreligionnaires seulement ?

  • 4 La confession des particuliers cités dans cette analyse a été identifiée en utilisant notre base d (...)

3Ces questions constituent la base de ce propos, en se concentrant sur la communauté réformée de Loudun entre 1589 et 1685, à la fois d’un point de vue du corps consistorial (les anciens, les ministres, les diacres) et de celui des fidèles non-consistoriaux. L’analyse repose principalement sur le registre du consistoire de Loudun (pour les années 1589-1602) et sur quatre-vingt-treize testaments protestants pour la période entre 1605 et 16854.

4Ces documents mettent en lumière quelques différences entre le corps consistorial et les testateurs à l’égard de leurs idées concernant la charité. Les testateurs durent faire face aux impératifs plus mondains, comme le besoin de laisser des legs aux membres de la famille. La charité, chez les testateurs, ne signifiait donc pas simplement l’aide à l’Église réformée et à ses pauvres. De plus, des empreintes indirectes de l’interprétation protestante réformée des versets de l’Épître de Jacques affleurent dans les sources. La charité portait une signification pour l’âme du fidèle réformé avant la mort ; aussi, représentait-elle un devoir qui correspondait aux commandements bibliques et, par la suite, devenait-elle une nécessité spirituelle.

L’accent sur la charité dans le corps consistorial

  • 5 Bezzina E., “After the Wars of Religion: Protestant-Catholic Accommodation in the French Town of L (...)

5Au début du XVIIe siècle, la communauté réformée de Loudun représentait à peu près 35-40 % de la population citadine, et faisait jeu égal avec les catholiques quant à la présence officielle dans les institutions judiciaires, financières et administratives de la ville. En outre, Loudun était une place de sûreté avec une garnison protestante et un gouverneur protestant. Malgré ces atouts, les protestants luttaient contre des problèmes graves à partir des années 1590. Leur condition financière restait précaire, aggravée par la perte du statut de place de sûreté huguenote de la ville pendant les années 1620. Les fortifications de Loudun furent rasées par commandement du roi et les efforts soutenus par des commissaires et quelques familles militantes catholiques marginalisèrent la communauté réformée encore plus sévèrement. À partir des années 1630, les protestants de la cité perdirent leur collège et maints offices dans les cours royales tout en maintenant une forte présence commerciale dans la ville5.

  • 6 Voir Dinges M., “Huguenot Poor Relief and Health Care in the Sixteenth and Seventeenth Centuries”, (...)
  • 7 Voir Mentzer R. A., Moreil F., Chareyre P. (dir.), Dire l’interdit: The Vocabulary of Censure and (...)
  • 8 Pollmann J., “Off the Record: Problems in the Quantification of Calvinist Church Discipline”, The (...)
  • 9 RCL, 21 août 1597 (deux enregistrements), reg. 3, p. 434 ; 28 juin 1601, reg. 3, p. 541 ; 3 mars 1 (...)

6Dans ce contexte, les fonds du corps consistorial de Loudun destinés aux pauvres se trouvaient réduits. Comme d’autres communautés réformées, le consistoire de la ville ne disposait pas des revenus féodaux comme c’était le cas pour beaucoup d’institutions religieuses catholiques6. Cependant, dans le registre consistorial, la charité représente un pourcentage important de l’activité de ce tribunal, soit 706 sur 3 421 enregistrements dans le registre. Ce fait attenue la discipline morale Bézienne retrouvée dans le registre, fait présent dans d’autres études sur les consistoires européens7. Ces documents révèlent en effet les attitudes et les réponses du tribunal plus que celles du troupeau dans son ensemble. De plus, même si leurs directives n’étaient pas toujours accueillies ou suivies, les élites du consistoire prenaient beaucoup de décisions pour cette communauté confessionnelle. Par conséquent, de tels registres sont des baromètres fiables des attitudes du corps consistorial, en particulier dans une perspective comparative avec les testaments. Judith Pollmann a montré la nécessité à ne pas examiner seuls les registres du consistoire, mais à les considérer conjointement avec d’autres documents, comme les testaments8. Le consistoire appelait et recevait des fonds pour ses projets charitables de la part des legs testamentaires, des dons extraordinaires faits à l’église Réformée. Il était alimenté également par des sommes levées par les dames de familles bourgeoises qui allaient de maison en maison solliciter de l’aide pour l’institution9. Deux éléments permettent alors de comprendre l’importance de la charité pour le consistoire : les fonds destinés aux pauvres passants et les sommes déboursées pour la charité, comparées avec les sommes versées pour d’autres dépenses.

  • 10 Le scribe a préparé une liste de deux pages dans le reg. 1 (p. 128), mais une telle liste ne peut (...)
  • 11 Peut-être existait-il une hiérarchie entre les pauvres ordinaires et extraordinaires. Dans l’artic (...)

7En examinant le registre consistorial, la première question qui se pose concerne les caractéristiques des bénéficiaires de la charité. Les registres des pauvres entretenus par les diacres ont disparu et il faut reconstruire les listes des bénéficiaires à partir du registre lui-même, en notant le début de l’aide pour chaque bénéficiaire et si éventuellement il y a eu – et quand – un changement dans l’allocation de secours10. De là, 376 bénéficiaires ont été identifiés. Le consistoire avait l’habitude de diviser ces individus en deux types : les pauvres ordinaires, ceux de Loudun qui recevaient de l’aide régulièrement, chaque semaine, même pour une longue période ; et les pauvres extraordinaires, ceux qui recevaient de l’aide seulement une fois, notablement les pauvres passants11.

  • 12 Drouault R., Recherches sur les Établissements hospitaliers du Loudunais, Loudun, A. Roiffé, 1895, (...)

8Une grande partie de ces 376 bénéficiaires étaient des femmes (150, dont 34 veuves sans moyen pour gagner leur vie). Mais les caractéristiques des bénéficiaires résultent plutôt des conditions créées par les guerres civiles des années 1590. Loudun n’était pas doté d’un hôpital militaire à cette époque. En fait, toutes les institutions hospitalières de la ville et des alentours étaient en ruine à la fin du XVIe siècle, en raison du chaos produit par les guerres et les déprédations des troupes. Ni la Maison-Dieu, ni l’aumônerie, ni la commanderie de Saint Jean de Jérusalem ne fonctionnaient de manière efficace pour atténuer les souffrances des pauvres et des malades, fait qui se reproduit ailleurs en France12. Par conséquent, le consistoire se chargeait d’aider les soldats blessés (23 personnes), combattants contre les troupes ligueuses dans les alentours de la ville.

  • 13 Jouanna A., La France du XVIe siècle 1483-1598, Paris, Quadrige/Presses universitaires de France, (...)
  • 14 RCL, 15 déc. 1594, reg. 3, p. 337.
  • 15 Debal J., Histoire d’Orléans et de son terroir, t. I : des origines à la fin du XVIe siècle, Roann (...)

9Dans cette liste des bénéficiaires, se distingue un grand nombre de pauvres passants, d’indigents qui n’étaient pas originaires de Loudun (158 individus, soit 42 % du total), chiffres notables qui éclairent les priorités du consistoire envers la pauvreté, la charité, et les pauvres eux-mêmes. Malgré les difficultés, il s’efforçait d’aider ces pauvres passants, notamment en 1593 où un quart des enregistrements de cette année-là concerne ces personnes sans résidence fixe. On est poussé à croire que cet accent était le résultat de l’anarchie produite par les guerres ligueuses, exacerbées par le Croquandage de 1593-1595. Le manque de documentation entrave une connaissance exacte des conditions économiques aux alentours de Loudun. Cependant, d’après Arlette Jouanna, plusieurs famines frappèrent alors virtuellement le royaume entier, notamment pendant les années 1585 et 1587 et entre 1591 et 159313. De ces 158 pauvres passants cités dans le registre consistorial de Loudun, 12 venaient d’Orléans, et plusieurs de ces indigents furent identifiés par le consistoire comme « réfugiés14 ». À partir de 1590, la ville d’Orléans était farouchement ligueuse, pratiquement toute acquise à la Sainte Union15. La petite église réformée d’Orléans était au pied du mur durant cette période, et la persécution intense dont elle était alors victime peut expliquer la présence de ces réfugiés orléanais à Loudun.

  • 16 RCL, 14 mai 1592, reg. 2, p. 194 ; 1 juil. 1593, reg. 2, p. 266 ; 16 septembre 1593, reg. 2, p. 27 (...)
  • 17 Koch M., “Poor Relief in Montauban, 1548 to 1629”, Proceedings of the Western Society for French H (...)
  • 18 Voir, par exemple, RCL, 3 mars 1594, reg. 2, p. 298.
  • 19 Sur 150 cas de ces pauvres passants, les noms de 104 ne sont pas indiqués. Nous citons l’exemple s (...)

10Le consistoire faisait un effort maximum pour répondre aux besoins de ces pauvres passants, victimes de guerre civile alors que les conditions de vie à la campagne devenaient de plus en plus dangereuses (des mentions dans le registre font état de pauvres souvent volés) et qu’une guerre civile a tendance à faire naître une foule de réfugiés forcés de quitter leurs localités pour entrer dans la masse des pauvres égarés et flottants16. Dans d’autres villes qui souffraient des mêmes effets, ces pauvres passants étaient considérés comme vagabonds – dangereux, turbulents et rebelles. Ainsi, le consistoire à Montauban faisait tout pour prévenir l’entrée dans la ville des pauvres itinérants17. À l’inverse, à Loudun, le consistoire les considérait comme tout aussi légitimes à être secourus que les pauvres locaux. Et, en dépit de tous les besoins et les pressions financiers qui rencontrait l’institution, elle envoyait des émissaires dans les cantons afin de solliciter de l’aide pour les pauvres passants18. Il est vrai que la plus grande partie de ces pauvres passants ne restaient pas longtemps à Loudun et, souvent, leurs noms sont omis dans le registre19. De manière générale, l’argent donné à chacun d’entre eux consiste en un don unique, puisqu’ils sont itinérants, et en nourriture ou aide médicale.

  • 20 RCL, 13 jan. 1594, reg. 2, p. 293 ; 17 fév. 1594, reg. 2, p. 296 ; 10 mars 1594, reg. 2, p. 299 ; (...)

11Face à l’arrivée massive de ces pauvres, aucune peur ni détresse ne se lit dans les délibérations du registre consistorial et certains d’entre eux apparaissent d’ailleurs longtemps dans la liste des personnes secourues. Ainsi, le 13 janvier 1594, « une pauvre femme de Gascogne de lieu de Sainte Foy étant grosse et réfugiée en ceste ville » est inscrite comme personne demandant du secours. Le 17 février, deux bourgeoises de Loudun sont priées d’aller visiter les meilleures familles de la cité pour solliciter de l’aide pour cette femme qui vient maintenant d’accoucher. En février 1595, « ladite femme gasconne » reçut encore de l’argent pour pouvoir se retirer dans sa ville natale, une année après sa première apparition sur les registres de Loudun20. Les pauvres passants, demandant plus simplement de l’aide plutôt que l’asile, n’étaient donc pas repoussés par le consistoire et les enregistrements ne suggèrent même pas que le consistoire contraignit les pauvres passants à fuir Loudun après avoir reçu l’aide.

  • 21 RCL, 21 mai 1592, reg. 2, p. 195-197.

12Le consistoire considérait la charité envers les pauvres comme fondamentale, plus importante même que la réfection du temple alors que ce dernier est resté sans toiture et les dettes non honorées durant des années. Le consistoire dut même justifier de ses priorités et de ses moyens à lever les taxes mensuelles pour les pauvres de l’église, afin de disperser les bruits qui couraient parmi les fidèles concernant les comptes consistoriaux21.

  • 22 Extrait des comptes des diacres, 5 déc. 1591, pièce 26 ; Extrait des comptes des diacres, 2 fév. 1 (...)
  • 23 Voir Kelley D. R., The Beginning of Ideology : Consciousness and Society in the French Reformation (...)

13Il est délicat d’obtenir le montant des sommes que le consistoire destinait pour la charité, faute de source précise sur la question. Mais il est possible de reconstituer les comptes des diacres, même si la comptabilité au XVIe siècle est à prendre avec prudence. Ces comptes énumèrent les fonds collectés par les anciens et les diacres dans les « cantons » de la ville en plus des fonds déboursés pour les dépenses diverses, mais ils ne sont pas systématiques et les fonds exacts pour la charité ne sont pas indiqués, d’où les difficultés méthodologiques d’une telle démarche22. En citant le besoin de suivre l’exemple de premiers chrétiens, le programme d’aide aux pauvres constitue un autre moyen par lequel le consistoire mettait en œuvres les commandements bibliques de Nouveau Testament et le modèle de l’église apostolique. Il était un viatique pour ramener l’Église chrétienne à ses origines pures, contre l’institution de la papauté médiévale23.

  • 24 Comptes des diacres, 1594-1598, AN, TT 250 (232), pièce 28, p. 4.
  • 25 Voir, par exemple, les enregistrements suivants : RCL, 23 nov. 1589, reg. 1, p. 39 ; 10 mai 1590, (...)

14Les comptes des diacres indiquent que ces derniers parvenaient presque toujours à collecter les sommes exactes demandées par le consistoire. Ainsi, pour l’année 1594, François Le Proust fut chargé de recueillir en son canton la somme de 84 livres 15 sols. Il leva 73 livres 1 sol24. Même si, comme cela est indiqué précédemment, les chiffres exacts sont délicats à obtenir, on peut déterminer que la charité représentait une action première à mener pour le consistoire. Ce dernier, en plus d’un nombre considérable d’enregistrements pour obtenir la charité, devait faire face à des dettes importantes ainsi qu’à des dépenses énormes pourtant sur les améliorations de l’Église, la subvention des pasteurs, les frais pour pouvoir envoyer des députés aux synodes nationaux et provinciaux, l’éducation des enfants25. En dépit de toutes ces obligations, le corps consistorial élevait la charité au centre de sa raison d’être.

  • 26 RCL, 9 nov. 1595, reg. 3, p. 365 ; Comptes des diacres, 1594-1598, AN, TT 250 (232), pièce 28, p.  (...)
  • 27 Pour les contrats notariés de marché eux-mêmes, voir AN, TT 250 (232), pièces 20-23.

15Cet impératif se lit en évaluant et comparant l’argent dépensé pour les œuvres caritatives et les fonds versés pour la réparation du temple. Il est logique de penser que, pour le consistoire, réparer l’édifice cultuel représentait une priorité, d’autant plus qu’il est sur le point de s’écrouler en 1589. Mais même si l’état du temple posait des problèmes évidents pour la communauté réformée de Loudun, l’insuffisance de fonds nécessaires pour effectuer les travaux, les retarde. Plusieurs marchés furent passés entre le consistoire et les corps de métier (maçons et charpentiers). Six ans après le début des démarches, le consistoire œuvrait encore pour terminer la réfection du toit26. De fait, les sommes pour ces travaux étaient considérables, comme le montre le tableau suivant27.

Date

Travaux

Montant

10 août 1590

Maçonnerie

330 livres

10 août1590

Cherpanterie

120 livres

13 avril1596

Entretien de la couverture (9 ans)

36 livres

13 mars 1600

Maçonnerie

126 livres

Total : 612 livres

Tableau 1. – Sommes déboursées pour la réfection du temple.

  • 28 RCL, 14 juin 1601, reg. 3, p. 540.

16Cependant, en comparant ce total à celui des sommes versées pour la charité, ces dernières étaient aussi considérables. Ainsi, un seul diacre parvint à percevoir pour les pauvres ordinaires et extraordinaires, durant les années 1597-1600, plus que 1 044 livres. Et il déboursa pour eux à peu près le même montant28. Les sommes perçues et les sommes dépensées pour les pauvres par ce seul diacre éclipsent celles dépensés pour les réparations urgentes du temple.

  • 29 RCL, 24 octobre 1591 (plusieurs enregistrements), reg. 2, p. 157. Voir aussi le cas d’Élie Rogier, (...)
  • 30 RCL, 18 juil. 1591, reg. 1, p. 127 ; 4 avr. 1596, reg. 3, p. 380.
  • 31 RCL, 20 septembre 1590, reg. 1, p. 90 ; 1 nov. 1590, reg. 1, p. 95.
  • 32 Dans le registre, il existe dix enregistrements qui concernent la ventine, dont les plus important (...)

17Habituellement, la somme versée pour l’aide est moins de 10 sols, mais la somme pouvait être plus généreuse si les pauvres itinérants avaient une famille29. Parfois, ils bénéficiaient d’un logement chez des Loudunais-protestants30. Même si le corps consistorial et les membres de la congrégation trouvèrent des moyens pour exprimer la charité envers ces pauvres passants, les traitant comme des pauvres dignes de la bonté consistoriale – et non pas comme des vagabonds menaçants qu’il faut aussitôt disperser –, ils ne pouvaient pas toujours distribuer de l’aide à tous les démunis de la même manière. Les pauvres ordinaires de la ville passaient nécessairement en premier. Parfois, cela nécessitait des ajustements : un homme blessé de Nérac, qui avait tout d’abord reçu 20 sols par jour durant un mois, dut accepter une pension plus maigre de 10 sols « d’autant que l’église est grandement chargée de ses pauvres ordinaires31 ». Cet état de fait s’accentua alors qu’un nombre non négligeable des pauvres ordinaires restaient sur les listes des pauvres aidés durant une longue période : ainsi, une femme appelée « la ventine », apparaît dix fois sur les registres, avec une pension variable d’avril 1591 (5 sols par semaine) à en janvier 160232.

  • 33 RCL, 7 nov. 1591, reg. 2, p. 160; 1 jan. 1598, reg. 3, p. 445; 29 septembre 1594, reg. 3, p. 330; (...)
  • 34 Mentzer R. A., “Organizational Endeavour and Charitable Impulse in Sixteenth-Century France: The C (...)

18Si les guerres civiles incitèrent un esprit altruiste parmi le corps consistorial, il faut cependant remarquer que le consistoire n’aidait pas les catholiques, pratiquant ce que l’on pourrait nommer une confessionnalisation du deuxième chapitre de l’Épître de Jacques. La confession de la plus grande partie des bénéficiaires n’est pas notée dans le registre, mais plusieurs enregistrements signalent la préférence du consistoire pour distribuer la charité à leurs coreligionnaires seuls. Avant que le bénéficiaire ne puisse recevoir une aide, les anciens souvent posent des questions à l’égard de sa religion. La plupart du temps, les pauvres passants sont obligés de faire voir aux anciens leurs lettres d’attestation de la part de leur communauté réformée originaire. Des pauvres furent même rayés des listes d’aide quand leur sentiments catholiques furent découverts, sauf quelques exceptions pour encourager leur conversion à la foi réformée33. Cette confessionnalisation de la charité à Loudun n’est pas exceptionnelle, car la même démarche se retrouvait dans la forteresse réformée de Nîmes34.

  • 35 Voir Dinges M., “Huguenot Poor Relief and Health Care”, p. 160-161.
  • 36 RCL 16 mai 1591, reg. 1, p. 114 ; 14 jan. 1593, reg. 2, p. 239 ; 8 déc., 1594, reg. 3, p. 336.
  • 37 Voir Zemon Davis N., “Poor Relief, Humanism, and Heresy”, Society and Culture in Early Modern Fran (...)

19Pendant cette période de conflit religieux et de maigres ressources, il y a un impératif à se recentrer sur la communauté elle-même. Il s’agit aussi vraisemblablement d’user de charité comme d’un moyen pour attirer et retenir les fidèles, mettant en évidence les avantages d’être membre de cette Église35. Mais les guerres ont obligé le consistoire à travailler avec des institutions charitables catholiques, comme l’aumônerie de Saint-Jean36. Déstructurées par les tensions du moment, elles s’en trouvaient donc considérablement limitée pour soulager tous les pauvres. En outre, le consistoire n’avait pas un système, un plan détaillé pour réinsérer les pauvres dans la société et leur donner les moyens de gagner leur vie à long terme. Les nouveaux programmes que d’autres municipalités locales ont mis en place au début du XVIe siècle, comme l’Aumône Générale de Lyon37, dépassaient les ressources possibles du consistoire de Loudun. Ainsi, il ne pouvait pas « enclore » les pauvres n’ayant pas d’édifice protestant destiné à les abriter, sauf les maisons des familles laïques, et seulement sous des conditions exceptionnelles.

La charité et le troupeau des fidèles : les legs testamentaires

  • 38 Voir Briffaud S., « Le temps de la source : testament et méthodologie en histoire des mentalités » (...)

20L’aide aux plus démunis ne concernait pas que le consistoire de Loudun, mais l’ensemble des fidèles. Pour le percevoir, les testaments permettent de comprendre les impératifs particuliers du testateur en la matière puisque cette source porte tout autant une signification temporelle que spirituelle38.

  • 39 Pour Loudun, il reste 416 testaments (protestants ou catholiques) pour la période entre 1605 et 16 (...)
  • 40 Le Proust P., Commentaires sur les coustumes du pays de Loudunais (1re éd.), Saumur, Thomas Portau (...)
  • 41 RCL, 12 mai 1594, reg. 3, p. 313 ; 21 aout 1597 (deux enregistrements), reg. 3, p. 434 ; 28 juin 1 (...)
  • 42 Voir Rothrock G. A., The Huguenots : A Biography of a Minority, Chicago, Nelson-Hall, 1979, p. 129 (...)

21Sur l’échantillon de 93 testaments protestants de Loudun, 240 legs sont recensés39. Les testaments méridionaux sont beaucoup plus nombreux que dans le Nord de la France car, dans le Midi, le testateur patriarche avait plus de latitude pour instituer un héritier ou déterminer les héritages laissés aux ayant droit. D’après le coutumier du Loudunais, les testateurs de la ville étaient moins libres40 laissant moins de testaments mais il est possible de se fonder sur ces textes malgré tout. D’un point de vue méthodologie, trois remarques doivent encore être prises en compte. D’une part, les testaments sont inexistants durant la période qui recoupe celle du consistoire et des comptes des diacres (entre 1589 et 1602), ce qui pose des problèmes de comparaison entre l’action du corps consistorial et celle des testateurs. D’autre part, dans le registre consistorial se retrouvent parfois des legs testamentaires laissés au consistoire, souvent pour des sommes considérables, quelquefois destinés au soulagement des pauvres41. Enfin, les contextes historiques respectifs du registre du consistoire (1589-1602) et des testaments protestants (1605-1685) étaient sensiblement différents, même si durant toute la période de l’édit de Nantes les protestants de Loudun durent faire face aux mêmes pressions qu’une minorité religieuse dans un royaume de plus en plus uni-confessionnel42. Les legs testamentaires sont esquissés dans le graphique suivant.

Graphique 1. – Legs testamentaires (testaments protestants de Loudun), 1605-1685.

  • 43 « Testament E. de Tournay », 21 juil. 1638, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 59.
  • 44 « Contrat de mariage Renard/Yvon », 20 jan. 1626, minutier A. Douteau, ADV, 4 E 53 : 272 ; « Vente (...)

22À première vue, les legs destinés à l’Église réformée de Loudun constituent un pourcentage maigre (25 legs, soit 10,4 %) de la totalité des legs. Les 15 legs dévolus aux pauvres n’étaient pas considérables, par rapport aux autres legs dans ces mêmes testaments, tant au niveau du total des legs qu’au niveau de la somme assignée. Par exemple, le testament d’Élisabeth de Tournay stipule un legs de 100 livres aux pauvres de l’Église réformée de Loudun, mais des sommes plus importantes sont léguées à son mari et à d’autres parents43. Le cas est le même dans les deux testaments d’Absalon Renard, avocat, et de sa femme, Ester Yvon. Tous les deux donnent 30 livres chacun aux « pauvres honteux de l’église réformée de Loudun ». Tout le reste de leurs biens passe au conjoint survivant, alors que Renard et sa femme forment un ménage aisé. Dans leur contrat de mariage, les parents d’Absalon ont promis de lui donner une dot de 3 000 livres et les parents d’Ester offrirent à leur fille la somme de 4 500 livres. En 1627, le couple acheta la métairie de Belendroit pour la somme de 4 000 livres. En 1630, Ester Yvon est citée dans un partage comme héritier de son père et sa mère, pour une succession qui vaut plus que 28 691 livres. Lisant leur don mutuel, il est probable qu’Absalon Renard et sa femme n’avaient pas d’enfants à leur charge (le couple n’apparaît pas dans les registres des baptêmes catholiques ou protestants de Loudun)44. Tout cela nous pousse à affirmer que Renard et sa femme profitaient de leur condition sociale et qu’ils ont eu une vie aisée.

  • 45 RCL, 3 mars 1594, reg. 2, p. 298.

23L’impression qui se dégage est alors la relative indifférence du troupeau réformé à l’égard des besoins de leur Église, ou au moins des défavorisés de la foi réformée. Étaient-ils sourds à l’appel chrétien de la charité ? Il faut noter que les testateurs de Loudun et le troupeau en général disposaient d’autres moyens pour faire des dons charitables au consistoire et l’Église réformée. À cet égard, le consistoire démontre un esprit créateur. Nous avons cité la dépêche des femmes bourgeoises aux domiciles protestants pour les prier de contribuer de l’argent pour les pauvres passants45. Les comptes diaconaux signalent aussi l’accent sur la charité. Selon toute apparence, le troupeau s’efforçait de contribuer aux besoins du consistoire, un oubli de soi encore plus remarquable en regard de cette période difficile.

  • 46 Filleau J., Décisions catholiques ou Recueil Général des Arrests Rendus en toutes les Cours Souver (...)

24Il se peut que les testateurs protestants craignaient une tendance croissante suivie par les parlements et le gouvernement central, celle de faire transférer aux hôpitaux catholiques locaux les dons protestants testamentaires qui avaient été légués au consistoire et aux pauvres réformés. Les parlements de Paris et de Bordeaux, dès les annèes 1620, prirent des arrêts à cet effet (le bailliage de Loudun restait dans le ressort du Parlement de Paris). Ces juges parlementaires manipulèrent le vingt-deuxième article général de l’édit de Nantes : puisque l’article stipule que les hôpitaux français ne peuvent pas discriminer entre catholiques et protestants en distribuant de la charité et de l’aide médical, en conséquence, d’après les parlements, les consistoires et les testateurs protestants n’étaient pas en droit de destiner des sommes uniquement aux protestants ni de laisser des legs aux protestants seuls. Cette réinterprétation de vingt-deuxième article nie l’effet du quarante-deuxième article secret de l’Édit, un passage qui constate catégoriquement que les legs destinés aux consistoires et aux pauvres protestants étaient valables. Mais puisque les articles secrets n’étaient pas promulgués et enregistrés par les parlements, de tels articles généraux enregistrés passaient en priorité46. Il se peut que les testateurs protestants de Loudun, se rendant compte de ces transferts, tiraient comme conséquence que la bonne demarche se trouvait dans les dons au consistoire, faits régulièrement dans la vie du fidèle. Une telle pratique assurait au testateur que le fruit de leur charité ne serait pas récupéré par les autorités catholiques.

  • 47 « Testament J. Collin », 8 juin 1662, minutier J. Huger, ADV, 4 E 53 : 399. Sur la crise des année (...)

25D’un autre côté, les legs aux pauvres montrés dans le graphique 1 suscitent des questions. Quelles motivations poussaient ces douze testateurs à léguer de l’argent aux pauvres ? Dans plusieurs testaments, le testateur stipule un legs aux pauvres en raison de « la misère présente et la calamité du temps » à l’instar du testament de Jean Collin, passé en 1662 pendant des années de crise économique et agricole. Cette catastrophe rurale attendrit le cœur de ce fermier des aides, qui fit faire un legs aux indigents d’une somme impressionnante de 300 livres47.

  • 48 « Testament O. Loride », 7 octobre 1681, minutier T. Aubéry le jeune, ADV, E 4 53 : 123.

26En réalité, tous ces 93 testateurs laïcs devaient tenir compte de la survivance de leurs époux (60 legs, soit 25 %), laisser des héritages à leurs enfants et à d’autres parents (80 legs, soit 33,3 %), ou recompenser des serviteurs domestiques (32 legs, soit 13,3 %). Le mobile qui est à la base d’un tel legs à un parent pouvait répondre à la volonté de faire amende honorable pour une faute commise (plutôt qu’effectuer un acte de charité et de générosité, tout court). Ainsi, le testament de l’avocat au parlement Olivier Loride vise à recompenser son père avec la somme de 700 livres, en lui demandant « pardon de toutes les desobéissances que je luy ai rendues depuis que je suis né, ce qui j’espère de luy et qu’il m’accordera sa bénédiction48 ».

  • 49 On hésite à utiliser les préambules des testaments pour déterminer les gradations parmi les testat (...)
  • 50 « Testament P. Allain », 29 août 1665, minutier T. Aubéry le jeune, ADV, 4 53 : 86.
  • 51 « Testament E. Aubry », 20 June 1683, minutier R. Douteau, ADV, 4 E 53 : 326.
  • 52 « Testament E. de Tournay », 21 juil. 1638, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 59.

27Donc, chez les testateurs la charité est modulée entre le besoin d’aider l’Église de Dieu et des priorités plus mondaines. Cela correspond à d’autres différences observables parmi les testateurs eux-mêmes, dans les mentions de sépulture par exemple49. De la sorte, le maître chirurgien Pierre Allain laisse aux pasteurs de l’Église réformée un legs important de 100 livres et il proclame dans son testament qu’il veut que son corps « soit enterré au cimetière de ceux de la religion prétendue réformée en laquelle je veux vivre et mourir50 ». De même, le testament protestant d’Élisabeth Aubry, passé juste deux ans avant la Révocation, laisse des legs considérables à sa famille : elle les conseille « d’entretenir toujours la paix et amitié entre eux afin d’attirer de plus en plus les bénédictions de Dieu sur leur famille51 ». Par contre, dans le testament d’Élisabeth de Tournay, déjà relevé, la testatrice cède plusieurs legs à sa famille, mais quant au soin de sa sépulture elle la laisse à son mari, sans donner ni des détails ni des stipulations confessionnelles précises52.

  • 53 Bezzina E., “Charity and Confessional Difference in Seventeenth-Century France: The Maison de Char (...)
  • 54 Pugh W. J., “Catholics, Protestants and Testamentary Charity”, op. cit., p. 496-497.

28Quand le testateur prend la décision de distribuer la charité aux pauvres de la ville, il est clair qu’il met l’accent sur la charité aux coreligionnaires seuls (reflétant ici la mentalité du consistoire). On peut constater que, dans l’ensemble, conformément aux attitudes du corps consistorial, ces testateurs confessionaliserèrent l’interprétation protestante de l’Épître de Jacques. Dans cet échantillon de 240 legs, les destinataires catholiques sont extrêmement minoritaires. Quant aux legs aux pauvres, les testateurs avaient tendance à insister pour que le legs soit assigné aux pauvres réformés. De la même manière, aucun legs protestant n’est destiné à la Maison de Charité, institution caritative fondée dans les années 1640 par le chanoine Jean Mignon (les testateurs catholiques n’hésitaient pas, quant à eux, à léguer des sommes à cette institution catholique qui était gérée par les élites catholiques de la ville)53. Les mêmes tendances à la confessionnalisation des dons se retrouvent dans les testaments de Nîmes au XVIIe siècle54.

  • 55 Voir, par exemple, « Testament F. Bonneau », 14 avr. 1640, minutier A. Douteau, ADV, 4 E 53 : 281  (...)
  • 56 Sur le Purgatoire dans la mentalité catholique, voir Delumeau J., Le péché et la peur : La culpabi (...)

29Les membres de deux confessions portaient des idées très différentes à l’égard du but testamentaire. De telles comparaisons mettent en relief les attitudes protestantes concernant ce dernier témoignage documentaire. Loudun était une ville bi-confessionnelle, et il existe, dans ses fonds archivistiques, deux cent quatre-vingt-neuf testaments catholiques pour notre période d’observation. Or, il faut noter que le testament dans la mentalité catholique portait une signification plus large. Ainsi, on peut constater dans l’interprétation catholique du deuxième chapitre de l’Épître de Jacques, que le testament revêtait une importance pour l’âme du testateur catholique après la mort. De même, le testament peut servir comme moyen pour mériter le salut par les bonnes œuvres, ou au moins pour éviter la condamnation. Et donc, parmi ces testateurs catholiques, se rencontre au moins une moitié demandant des messes pour l’âme du testateur après la mort, parfois avec des détails très élaborés55. En plus des mobiles de récompense pour les services rendus ou pour aider la famille et les survivants, le testament catholique représente un instrument qui permet d’écourter le passage du testateur au Purgatoire, après la mort donc56. Par contre, chez les protestants, le testament peut avoir un impact à l’égard du lien entre Dieu et le testateur, mais seulement avant la mort. Les mentions de sépulture, de profession de foi réformée, en particulier au dernier moment de l’existence, le besoin d’attester de son zèle devant Dieu – tout cela montre la signification spirituelle du testament chez les laïcs protestants de Loudun, ante mortem. Les testateurs protestants de Loudun concevaient l’efficacité du testament pour des buts spirituels, mais ces buts portent sur la vie terrestre, et peut-être indirectement sur la condition de l’âme du testateur.

  • 57 John Calvin, Institutes of the Christian Religion (éd. 1559, trad. Henry Beveridge), Grand Rapids, (...)
  • 58 « Le catéchisme, c’est-à-dire, le formulaire d’instruire les enfans en la Chrestienté... » 19e dim (...)

30Dans leurs documents, les scribes du consistoire et les testateurs ne citent jamais le deuxième chapitre de l’Épître de Jacques, ni l’interprétation de Calvin sur ces versets, postulant que le commandement de Jacques ne signifie pas que les œuvres sont efficaces au niveau de la justification, mais qu’elles sont nécessaires pour éviter l’hypocrisie de la foi sans les œuvres. Les œuvres, la charité, ne peuvent pas mériter le salut, mais les croyants les font quand même, sans penser que l’on recevrait à l’avenir quelque chose en retour57. On peut imaginer que le corps consistorial et les testateurs reconnaissaient l’écho de cette interprétation de Calvin qui se trouve dans le catéchisme réformé, la Bible genevoise et la confession de foi de La Rochelle58.

31Certes, les liens entre Épître et documents d’archives étaient plus indirects. Examiner les priorités d’un individu ou un groupe c’est, en fait, approcher leurs mentalités, leurs attitudes. La manière de hiérarchiser les besoins, la volonté de distribuer de l’argent aux pauvres quand il y avait d’autres priorités aussi graves, la nécessité de parvenir à un équilibre entre l’aide à apporter à la communauté confessionnelle et les impératifs de la famille – tout cela nous ramène aux mentalités des protestants de Loudun des XVIe et XVIIe siècles.

32Il y avait, bien entendu, des différences notables entre le corps consistorial et le troupeau plus large des fidèles. Ces divergences déterminaient leurs idées à l’égard de la charité. Leurs responsabilités, leurs devoirs, leurs rôles dans les documents examinés se singularisaient à cette époque. Mais ils avaient des idées communes regardant la signification de la charité et ce qu’elle apportait au donateur. Les protestants de Loudun faisaient une différence entre les pauvres qui sont dignes de recevoir la charité et ceux qui ne le sont pas, et cette distinction concerne principalement la confession. En fin de compte, la charité, pour ce qui regarde sa signification spirituelle, porte sur la vie terrestre du donateur avant la mort et non pas directement sur sa vie dans l’Au-delà.

  • 59 Voir ces exemples de bibles d’étude protestantes : Life Application Study Bible (Grand Rapids, MI  (...)

33La question de l’utilité de bonnes œuvres pour le croyant et la justification par la foi seule représentent des questions importantes pour les protestants de l’époque moderne, et les solutions proposées sont encore discutées et même suivies aujourd’hui. La voie au salut et l’action du croyant pour son salut trouvent leur écho dans des textes contemporains, comme les bibles d’étude protestantes destinées aux chrétiens laïcs59. Les protestants de Loudun pouvaient penser que les bonnes œuvres n’étaient pas forcément utiles pour le salut, qu’un croyant ne pouvait imaginer que ses œuvres seraient considérées comme suffisamment dignes et méritoires par Dieu. Mais, les protestants de Loudun savaient bien que les bonnes œuvres étaient absolument nécessaires pour être chrétiens. Le lien entre les bonnes œuvres et le salut est ici indirect, mais il existait dans leurs idées concernant la charité, ce qui tend à atténuer sur ce point, en fait, les différences entre protestants et catholiques.

Anmerkungen

1 L’auteur tient à remercier le personnel des archives nationales françaises, de la Bibliothèque Nationale de France, des archives départementales de la Vienne (Poitiers), et des archives municipales de Loudun. L’auteur est également très reconnaissant à Madame Céline Borello, Monsieur le professeur Raymond A. Mentzer Jr., Monsieur le pasteur Denis Vatinel, et Madame Sylviane Rohaut. Dans ce texte, les abréviations suivantes seront utilisées : AN (Archives nationales françaises), BnF (Bibliothèque Nationale de France), ADV (Archives départementales de la Vienne), et AML (Archives municipales de Loudun). Dans les citations utilisées dans cette composition, nous avons gardé l’orthographe originale du document, mais nous avons inséré les accents manqués afin d’éviter l’ambiguïté.

2 La Bible, qui est toute la saincte Escriture du Vieil et du Nouveau Testament, Genève [Jérémie des Planches], 1588, Ép. Jacques, chap. 2, versets 22, 26.

3 Par exemple, Luther avait caractérisé cette épître comme un « épître de paille ». Il adoucît cette conclusion plus tard, mais il a considéré ce texte comme moins important que les « livres principaux » de Nouveau Testament, comme l’Épître de Paul aux Romans. Voir Moo D. J., The Letter of James: An Introduction and Commentary, Leicester, Inter-Varsity Press; Grand Rapids, MI, Eerdsmans Press, 1985, p. 18.

4 La confession des particuliers cités dans cette analyse a été identifiée en utilisant notre base de données sur les catholiques et les protestants de Loudun en plus des fiches de Denis Vatinel sur les familles protestantes de Loudun.

5 Bezzina E., “After the Wars of Religion: Protestant-Catholic Accommodation in the French Town of Loudun, 1598-1665”, Ph. D. dissertation, University of Toronto, 2004, p. 88-131 ; 174-179; 194-223; Benedict P., The Huguenot Population of France, 1600-1685, The Demographic Fate and Customs of a Religious Minority, Transactions of the American Philosophical Society held at Philadelphia for Promoting Useful Knowledge, vol. 81, Part 5, Independence Square, Philadelphia, American Philosophical Society, 1991, p. 34-35.

6 Voir Dinges M., “Huguenot Poor Relief and Health Care in the Sixteenth and Seventeenth Centuries”, dans Mentzer R. A. et Spicer A., éds., Society and Culture in the Huguenot World, 1559-1685, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 161.

7 Voir Mentzer R. A., Moreil F., Chareyre P. (dir.), Dire l’interdit: The Vocabulary of Censure and Exclusion in the Early Modern Reformed Tradition, Leiden, Brill, 2010; Manetsch S. M., “Pastoral Care East of Eden: The Consistory of Geneva, 1562-1582”, Church History 75, no 2, June 2006, p. 277-314; Mentzer R. A., “Morals and Moral Regulation in Protestant France”, Journal of Interdisciplinary History 31, no 1, Summer 2000, p. 1-20; Connor P., Huguenot Heartland: Montauban and Southern French Calvinism during the Wars of Religion, Aldershot; Burlington, VT, Ashgate, 2002, p. 83; Benedict P., Christ’s Churches Purely Reformed: A Social History of Calvinism, New Haven, Yale University Press, 2002, p. 460-489; Chareyre P., “‘The Great Difficulties One Must Bear to Follow Jesus Christ’: Morality at Sixteenth-Century Nîmes”, éd. Mentzer R. A., Sin and the Calvinists: Morals Control and the Consistory in the Reformed Tradition, Kirksville, Missouri, Sixteenth Century Publishers 1994, p. 66.

8 Pollmann J., “Off the Record: Problems in the Quantification of Calvinist Church Discipline”, The Sixteenth Century Journal 33, no 2, Summer 2002, p. 423-38.

9 RCL, 21 août 1597 (deux enregistrements), reg. 3, p. 434 ; 28 juin 1601, reg. 3, p. 541 ; 3 mars 1594 (deux enregistrements), reg. 2, p. 298.

10 Le scribe a préparé une liste de deux pages dans le reg. 1 (p. 128), mais une telle liste ne peut pas être considérée comme un « rolle » des pauvres (le nombre des pauvres bénéficiaires de la charité du consistoire était beaucoup plus grand).

11 Peut-être existait-il une hiérarchie entre les pauvres ordinaires et extraordinaires. Dans l’article 4.4 de la Discipline ecclésiastique (édition 1607), chaque église réformée est chargée de prendre soin de ses pauvres (ordinaires) et ensuite de préparer des lettres d’attestation pour les pauvres qui doivent faire route pour quelque cause. Cependant, cet article n’existe pas dans l’édition de 1572 de la Discipline ecclésiastique. Églises réformées de France, La discipline ecclesiastique (éd. 1607), Recueil : Discipline et synodes des églises réformées de France, Médiathèque François Mitterrand, Poitiers, Ms D 296, fol. 12 ro-v° ; Églises réformées de France, G. Sunshine (éd.), La Discipline Ecclesiastique (1572), “French Protestantism on the Eve of St. Bartholomew : the Ecclesiastical Discipline of the French Reformed Churches, 1572-1652”, French History 4, no 3, 1990, p. 340-377.

12 Drouault R., Recherches sur les Établissements hospitaliers du Loudunais, Loudun, A. Roiffé, 1895, p. 23-47; Jones C., “Perspectives on Poor Relief, Health Care and the Counter-Reformation in France”, dans Grell O. P., Cunningham A. et Arrizabalaga J. (dir.), Health Care and Poor Relief in Counter-Reformation Europe, London and New York: Routledge, 1999, p. 220-221; Hickey D., Local Hospitals in Ancien Régime France: Rationalization, Resistance, Renewal, 1530-1789, Montréal and Kingston, McGill-Queen’s University Press, 1997, p. 24, 35.

13 Jouanna A., La France du XVIe siècle 1483-1598, Paris, Quadrige/Presses universitaires de France, 1996, p. 621. Voir aussi Braudel F. et Labrousse E., Histoire économique et sociale de la France, t. I : 1450-1650, Paris, Quadrige/Presses universitaires de France, 1977, p. 835-836.

14 RCL, 15 déc. 1594, reg. 3, p. 337.

15 Debal J., Histoire d’Orléans et de son terroir, t. I : des origines à la fin du XVIe siècle, Roanne/Le Coteau, Éditions Horvath, 1983, p. 491-535 ; Benedict P., The Huguenot Population of France, op. cit., p. 29.

16 RCL, 14 mai 1592, reg. 2, p. 194 ; 1 juil. 1593, reg. 2, p. 266 ; 16 septembre 1593, reg. 2, p. 276. Pour des détails sur la violence dans la campagne pendant ces guerres, voir Carroll S., Blood and Violence in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 264-284 ; Holt M. P., The French Wars of Religion, 1562-1629 (2nd éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 156-161.

17 Koch M., “Poor Relief in Montauban, 1548 to 1629”, Proceedings of the Western Society for French History 23, 2004, p. 75-76.

18 Voir, par exemple, RCL, 3 mars 1594, reg. 2, p. 298.

19 Sur 150 cas de ces pauvres passants, les noms de 104 ne sont pas indiqués. Nous citons l’exemple suivant : « un pauvre passant, sa femme, et trois enfants malades à l’aumônerie de cette ville de Loudun », RCL, 8 octobre 1592, reg. 2, p. 226.

20 RCL, 13 jan. 1594, reg. 2, p. 293 ; 17 fév. 1594, reg. 2, p. 296 ; 10 mars 1594, reg. 2, p. 299 ; 30 juin 1594, reg. 3, p. 318 ; 16 fév. 1595, reg. 3, p. 344.

21 RCL, 21 mai 1592, reg. 2, p. 195-197.

22 Extrait des comptes des diacres, 5 déc. 1591, pièce 26 ; Extrait des comptes des diacres, 2 fév. 1593, pièce 27 ; Comptes des diacres, 1594-1598, pièce 28, AN, TT 250 (232).

23 Voir Kelley D. R., The Beginning of Ideology : Consciousness and Society in the French Reformation, Cambridge, Cambridge University Press, 1981, p. 249 ; « La Confession de foi des Églises réformées de France » dans Confessions et catéchismes de la foi réformée, éd. Fatio O., Genève, Labor et Fides, 1986, art. 28, p. 124.

24 Comptes des diacres, 1594-1598, AN, TT 250 (232), pièce 28, p. 4.

25 Voir, par exemple, les enregistrements suivants : RCL, 23 nov. 1589, reg. 1, p. 39 ; 10 mai 1590, reg. 1, p. 72 ; 30 août 1590, reg. 1, p. 87-89 ; 11 juin 1592, reg. 2, p. 204 ; et 21 oct 1593, p. 281.

26 RCL, 9 nov. 1595, reg. 3, p. 365 ; Comptes des diacres, 1594-1598, AN, TT 250 (232), pièce 28, p. 26 et 36.

27 Pour les contrats notariés de marché eux-mêmes, voir AN, TT 250 (232), pièces 20-23.

28 RCL, 14 juin 1601, reg. 3, p. 540.

29 RCL, 24 octobre 1591 (plusieurs enregistrements), reg. 2, p. 157. Voir aussi le cas d’Élie Rogier, sa femme, et leurs quatre enfants, tous pauvres réfugiés d’Orléans. RCL, 11 juin 1592 [6 juin 1592], reg. 2, p. 204.

30 RCL, 18 juil. 1591, reg. 1, p. 127 ; 4 avr. 1596, reg. 3, p. 380.

31 RCL, 20 septembre 1590, reg. 1, p. 90 ; 1 nov. 1590, reg. 1, p. 95.

32 Dans le registre, il existe dix enregistrements qui concernent la ventine, dont les plus importants sont : RCL 11 avr. 1591, reg. 1, p. 110 ; 6 déc. 1601, reg. 3, p. 549 ; 11 jan. 1602, reg. 3, p. 551.

33 RCL, 7 nov. 1591, reg. 2, p. 160; 1 jan. 1598, reg. 3, p. 445; 29 septembre 1594, reg. 3, p. 330; 7 mars 1596, reg. 3, p. 377.

34 Mentzer R. A., “Organizational Endeavour and Charitable Impulse in Sixteenth-Century France: The Case of Protestant Nîmes”, French History 5, no 1, 1991, p. 7.

35 Voir Dinges M., “Huguenot Poor Relief and Health Care”, p. 160-161.

36 RCL 16 mai 1591, reg. 1, p. 114 ; 14 jan. 1593, reg. 2, p. 239 ; 8 déc., 1594, reg. 3, p. 336.

37 Voir Zemon Davis N., “Poor Relief, Humanism, and Heresy”, Society and Culture in Early Modern France, Standford, CA, Standford University Press, 1975, p. 17-64 ; Hickey D., Local Hospitals in Ancien Régime France, p. 17-44.

38 Voir Briffaud S., « Le temps de la source : testament et méthodologie en histoire des mentalités », Sources : Travaux historiques 11, 1987, p. 16.

39 Pour Loudun, il reste 416 testaments (protestants ou catholiques) pour la période entre 1605 et 1685. La ville avait une population entre 6 000 et 10 000 âmes pendant notre période d’observation (en utilisant un multiplicateur de 25 pour les chiffres globaux annuels des baptêmes pour Loudun). 416 testaments constituent un échantillon représentatif de la population adulte de la ville, en comparant cet échantillon avec d’autres études. Registres des baptêmes catholiques de Loudun, AML, GG 6-10, 20, 22-24, 26, 183-186, 188-191, 195-197, 245 ; Moron J., Baptêmes protestants de Loudun du 14/02/1566 à Mai 1608 (édition du 23 août 1995) ; Baptêmes protestants de Loudun 1621/1663 (édition du 6 juin 1995) ; Baptêmes protestants de Loudun 1664-1685 (édition du 23 août 1995) ; Chaunu P., La Mort à Paris : XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1978, p. 224-225 ; Ramsey A. W., Liturgy, Politics, and Salvation : The Catholic League in Paris and the Nature of Catholic Reform, 1540-1630, Rochester, NY : University of Rochester Press, 1999, p. 2 ; Arthur A. G., “Rural Faith and Wills as Evidence of Popular Religion in France, 1500-1650”, Historical Papers, Canadian Historical Association, 1983, p. 114-134 ; Marle C., « Le salut par les messes : Les Valenciennes devant la mort à la fin du XVIIe siècle », Revue du Nord 79, no 1, 1997, p. 46 ; Briffaud S., « La famille, le notaire et le mourant : testament et mentalités dans la région de Luchon (1650-1790) », Annales du Midi (97) no 172, oct.-déc. 1985, p. 390 ; Lafage V., « Les Notables devant la mort à Montpellier au XVIe siècle », Annales du Midi 110, no 224, 1998, p. 439 ; Lafage V., « Punir, récompenser : l’enseignement des testaments (1554-1622) », p. 225-226 ; Benedict P., The Huguenot Population of France, p. 32, 34-35, 120 ; Hudson P., History by Numbers : An Introduction to Quantitative Approaches, London, Arnold, 2000, p. 10-12.

40 Le Proust P., Commentaires sur les coustumes du pays de Loudunais (1re éd.), Saumur, Thomas Portau, 1612, p. 433-482.

41 RCL, 12 mai 1594, reg. 3, p. 313 ; 21 aout 1597 (deux enregistrements), reg. 3, p. 434 ; 28 juin 1601, reg. 3, p. 541.

42 Voir Rothrock G. A., The Huguenots : A Biography of a Minority, Chicago, Nelson-Hall, 1979, p. 129-174 ; Boisson D. et Daussy H., Les protestants dans la France moderne, Paris, Éditions Belin, 2006, p. 147-172, 205-220 ; Cottret B., 1598 : L’Édit de Nantes : Pour en finir avec les guerres de religion, Paris, Perrin, 1997, p. 258-332.

43 « Testament E. de Tournay », 21 juil. 1638, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 59.

44 « Contrat de mariage Renard/Yvon », 20 jan. 1626, minutier A. Douteau, ADV, 4 E 53 : 272 ; « Vente de la métairie de Belendroit, Renard/Renard/Yvon », 5 avr. 1627, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 48 ; « Partage Renard/Yvon », 17 September 1630, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 51 ; « Don mutuel Renard/Yvon », 13 nov. 1630, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 51 ; « Testament Renard », 23 juil. 1633, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 54 ; « Testament Yvon », 23 juil. 1633, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 54.

45 RCL, 3 mars 1594, reg. 2, p. 298.

46 Filleau J., Décisions catholiques ou Recueil Général des Arrests Rendus en toutes les Cours Souveraines de France en exécution, ou interpretation des Edits, qui concernent l’Exercice de la Religion Prét. Reformée, Poitiers, Jan Fleuriau, 1668, décision 79, p. 586-589 ; Pugh W. J., “Catholics, Protestants and Testamentary Charity in Seventeenth-Century Lyon and Nîmes”, French Historical Studies 11, no 4, autumn 1980, p. 493-494 ; France (gouvernement, etc.), L’Édit de Nantes, éd. Thomas, article général 22, p. 40 ; article secret 42, p. 68.

47 « Testament J. Collin », 8 juin 1662, minutier J. Huger, ADV, 4 E 53 : 399. Sur la crise des années 1660, voir « Procès-verbal rédigés par Pierre Montault sieur de Brou, sur la crise agricole du début des années 1660 », 30 juil. 1663, AML, CC 16, 3e pièce ; Braudel F. et Labrousse E. (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. I, p. 732-736 ; Drouault R., Recherches sur les Établissements hospitaliers du Loudunais, p. 50 ; Dupâquier J. (dir.), Histoire de la population française, Paris, Presses universitaires de France, 1995, t. II, p. 205-206.

48 « Testament O. Loride », 7 octobre 1681, minutier T. Aubéry le jeune, ADV, E 4 53 : 123.

49 On hésite à utiliser les préambules des testaments pour déterminer les gradations parmi les testateurs protestants, car les préambules ont tendance à suivre les formulaires trouvés dans les guides pour les notaires ou les styles des notaires de Loudun eux-mêmes. Voir Chaunu P., La mort à Paris, op. cit., p. 233-236 ; De Ferrière C., La Science parfaite des notaires, ou le moyen de faire un parfait notaire (2e éd.), Paris, Charles Osmont, 1686, p. 439-440.

50 « Testament P. Allain », 29 août 1665, minutier T. Aubéry le jeune, ADV, 4 53 : 86.

51 « Testament E. Aubry », 20 June 1683, minutier R. Douteau, ADV, 4 E 53 : 326.

52 « Testament E. de Tournay », 21 juil. 1638, minutier T. Aubéry l’aîné, ADV, 4 E 53 : 59.

53 Bezzina E., “Charity and Confessional Difference in Seventeenth-Century France: The Maison de Charité of Loudun, 1648-1685”, Confraternitas (Society for Confraternity Studies) 11, no 2, fall 2000, p. 14-16.

54 Pugh W. J., “Catholics, Protestants and Testamentary Charity”, op. cit., p. 496-497.

55 Voir, par exemple, « Testament F. Bonneau », 14 avr. 1640, minutier A. Douteau, ADV, 4 E 53 : 281 ; « Testament R. Hervé », 2 nov. 1666, minutier T. Aubéry le jeune, ADV, 4 E 53 : 95 ; « Testament R. Jehanneau », 3 déc. 1683, minutier R. Douteau, ADV, 4 E 53 : 326.

56 Sur le Purgatoire dans la mentalité catholique, voir Delumeau J., Le péché et la peur : La culpabilisation en Occident XIIIe-XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1983, 427-446 ; Ariès p., L’homme devant la mort, Paris, Éditions du Seuil, 1977, p. 152-154 ; Cardinal de Richelieu, Les principaux poincts de la Foy de l’église catholique, Rouen, Jean de la Mare, 1630, p. 85-97. Sur les fondations caritatives catholiques notées dans des testaments, voir Ariès P., L’homme devant la mort, op. cit., p. 180-182. Pour un testament qui cite le Purgatoire, voir « Testament A. Gogry », 12 avril 1653, AML, B 7 4e liasse.

57 John Calvin, Institutes of the Christian Religion (éd. 1559, trad. Henry Beveridge), Grand Rapids, MI, Eerdsmans, 1989, Book III, chap. 17, section 11, p. 114; Moo, The Letter of James, p. 19.

58 « Le catéchisme, c’est-à-dire, le formulaire d’instruire les enfans en la Chrestienté... » 19e dimanche, La Bible, Genève, [Jérémie des Planches], 1588 ; Églises réformées de France, « La Confession de foi des Églises réformées de France dite “Confession de La Rochelle” (1559) », art. 22, p. 122.

59 Voir ces exemples de bibles d’étude protestantes : Life Application Study Bible (Grand Rapids, MI : Zondervan, 1995 ; New International Version), Book of James, chap. 2, p. 2669, note en bas de page, 2.10-2.24. Pour une bible d’étude fort évangélique, voir MacArthur J. (author and general editor), The MacArthur Study Bible, Wheaton, IL, Crossway, 2010 ; English Standard Version, Book of Romans, Introduction, p. 1646 ; Book of James, chap. 2, note en bas de page, 2.13-2.21, p. 1879-1880.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Graphique 1. – Legs testamentaires (testaments protestants de Loudun), 1605-1685.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/135717/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 124k

Autor

Maître de conférences à Memorial University of Newfoundland (Grenfell Campus). Ses travaux portent sur les relations entre catholiques et protestants dans la ville de Loudun aux XVIe et XVIIe siècles, ainsi que sur l’auteur du texte Histoire des diables de Loudun (Amsterdam, 1693), Nicolas Aubin.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search