Version classiqueVersion mobile

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Deuxieme partie. Appliquer l'entraide, praxis réformée

Appliquer l’entraide, Praxis réformée

Texte intégral

1Texte biblique et divers écrits permettent d’appréhender les principes et les fondements théoriques des œuvres dans le protestantisme mais tous s’inscrivent dans une logique de mise en acte chez le fidèle. Concrètement, les œuvres doivent se traduire par des gestes, des faits et des comportements. Dans cette deuxième partie sont pointées les étapes de la mise en place de l’entraide. Le rôle des institutions protestantes en ce domaine s’impose : les synodes – nationaux et provinciaux – et les consistoires organisent le rythme, les modalités et les étapes de la bienfaisance. D’autres structures urbaines, comités de ville ou bureaux des pauvres, travaillent également, de manière sporadique ou plus exclusivement, à tisser le lien social et religieux que les œuvres génèrent. Il est question d’argent, de collectes, d’aumônes, de legs mais aussi de pratiques comme le jeûne pour assister et consoler certaines personnes qu’il s’agit d’identifier et de contrôler : les pauvres, les réfugiés, les malades qui, suivant le contexte économique, sanitaire ou politique, voient leur nombre augmenter considérablement. La principauté d’Orange, le centre et le nord du royaume de France ainsi que sa façade atlantique sont privilégiés au travers d’études de cas qui donnent chair à une histoire de l’assistance en milieu protestant à l’époque moderne. Si le message biblique affleure dans les actions entreprises, cette pratique des œuvres éclaire aussi les tensions, les contradictions et les limites d’une mise en application d’un principe théologique.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search