Desktop versionMobile version

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Premiere partie. Les œuvres à l'épreuve des textes

Les « bonnes œuvres » dans la prédication réformée française (1630-1680)

Luc Daireaux

Abstract

First this account focuses on the theme of “deeds” as presented by French reformed preachers in the last part of the 17th century. Preachers seem to have a paradoxical speech : according to Calvinist creed they insist on justification by faith alone. But they also call to “good works”, maybe a sign of the times of the “Grand siècle”. The second part of the account deals with the period 1660-1684, years of the “reduction” of Protestantism in France. Here, talking about “good works” takes specific meaning as in French reformers’ community on the verge of disappearance, Ministers of the ‘so called Reformed Church’ conscious of ‘miseries and other afflictions’ bared by the “small Lord’s flock” are defenders of the practice of charity and penitence, these being the only way to calm God’s wrath. Thus, suffering becomes a ‘school of perseverance’, a virtue common after the revocation of the Edit de Nantes and the exile of most preachers towards countries of the Huguenot Refuge.

Full text

Je remercie Bernard Roussel pour tous les éclairages théologiques qu’il a bien voulu m’apporter. Je dis toute ma gratitude à Julien Gœury et à Lucien Grillet.

  • 1 Je remercie Bernard Roussel pour tous les éclairages théologiques qu’il a bien voulu m’apporter. J (...)
  • 2 Fath S., Les Protestants, Paris, Le Cavalier bleu, coll. « Idées reçues », 2003, p. 63-66.
  • 3 Voir, à titre d’exemples, les manuels suivants : Azzouz R. et Gache M.-L. (dir.), Histoire-géograp (...)

1« Les protestants1 ne croient pas au salut par les œuvres. » Cette formule occupe une bonne place dans l’ouvrage récent de Sébastien Fath sur les « idées reçues » de la Réforme2. Dans le chapitre consacré aux bouleversements confessionnels de l’époque moderne, les manuels scolaires des classes de Cinquième et de Seconde réservent aussi quelques lignes aux « bonnes œuvres ». C’est en général sous la forme d’un tableau synoptique que sont différenciés le catholicisme, où le salut s’opère « par la foi et les œuvres », et le monde protestant, où intervient « la foi seule ». L’analyse se fait parfois encore plus précise, tentant d’introduire le concept de « prédestination3 ». Cette grille de lecture suscite immanquablement l’incompréhension des élèves. Sans le savoir et en usant d’un vocabulaire qui leur est propre, ces derniers rejoignent les positions des controversistes catholiques des XVIe et XVIIe siècles. En 1678, l’abbé Claude Comiers s’interrogeait ainsi :

  • 4 Comiers C., Nouvelle instruction pour réunir les Églises prétendues réformées à l’Église romaine p (...)

« Si la foi seule justifie, à quoi bon la pénitence ? Pourquoi donc violenter nos inclinations ? Pourquoi rien refuser à la chair ? Et pourquoi notre esprit s’amusera à combatre les passions de notre corps, s’il faut enfin toujours les satisfaire, puisqu’il est impossible d’observer les commandemens4 ? »

  • 5 Sur ce sujet, en plein renouvellement historiographique, voir les travaux suivants : Bayley P., Fr (...)
  • 6 La présente communication s’appuie sur un ensemble de sermons imprimés, publiés de manière séparée (...)

2La prédication réformée du Grand Siècle5 est traversée par la tension qui parcourt le message protestant. Tout en proclamant la gratuité du salut, les ministres de la « Religion prétendue réformée » ne cessent d’exhorter leurs ouailles aux « bonnes œuvres ». Quelques exemples concernant le deuxième tiers du siècle permettront de le comprendre6. Il sera temps ensuite de poser la question de l’entraide communautaire telle qu’elle est entendue par les pasteurs pendant la période de « réduction », soit du tout début des années 1660 jusqu’à la veille de la révocation de l’édit de Nantes.

Les contours d’un paradoxe : gratuité du salut, fruits des bonnes œuvres

  • 7 Sur ce dernier point, voir Laplanche F., Orthodoxie et prédication. L’œuvre d’Amyraut et la querel (...)

3Pour évoquer l’articulation entre la foi et les œuvres, on peut s’appuyer sur l’œuvre homilétique de Jean Daillé (1594-1670), pasteur actif à Charenton à partir de 1626 après avoir exercé à Saumur, l’un des défenseurs de l’universalisme hypothétique de Moïse Amyraut7. Considérons d’abord un sermon prononcé le 1er février 1654 et publié la même année. Le thème en est l’épître de saint Paul à Tite, chapitre 3, versets 8-9 :

  • 8 Daillé J., Sermon sur l’espître de saint Paul à Tite, chap. 3, verset 8, prononcé à Charenton, dim (...)

« Cette parole est certaine : et je veux que tu affirmes ces choses, afin que ceux qui ont creu à Dieu ayent soin de s’appliquer principalement aux bonnes œuvres. Voilà les choses qui sont bonnes et utiles aux hommes8. »

  • 9 Ibid., respectivement p. 3-8, 8-29 et 29-38.
  • 10 Ibid., p. 12.
  • 11 Ibid., p. 17.
  • 12 Ibid., p. 19-20.

4De manière habituelle, le texte s’organise en trois parties : l’exorde, l’explication et l’application9. Jean Daillé montre que les premiers mots des versets étudiés renvoient au passage immédiatement précédent (« Cette parole »), dans lequel Paul définissait le salut « non par œuvres de justice que nous eussions faites » mais par la « miséricorde » divine10. Ce rappel permet d’attaquer le catholicisme, inventeur de « traditions » absentes des Écritures11. Quelques pages plus loin, Jean Daillé dénonce les reproches traditionnels formulés notamment par les jésuites, lesquels « tiennent que la doctrine de la grâce relasche et rallentit l’étude des bonnes œuvres et qu’elle jette les hommes dans une sécurité charnelle12 ». D’après le pasteur parisien, au contraire, Paul veut que la doctrine de la grâce « soit preschée et confirmée, et cela tout exprès pour rendre les hommes soigneux et ardens en l’étude des bonnes œuvres ». Et Daillé d’ajouter :

  • 13 Ibid., p. 20.

« En effet, il [Paul] [...] ne nous exhorte presque jamais aux bonnes œuvres qu’il ne nous propose la grâce de Dieu comme le plus efficace de tous les motifs capables de nous porter et enflammer à cette sainte et nécessaire étude13. »

  • 14 Ibid., p. 21.
  • 15 Ibid., p. 27.
  • 16 Ibid., p. 28.

5La grâce « porte aux bonnes œuvres », dit le ministre, qui précise qu’elle est « très innocente » de la « faute » de ceux « qui en prennent occasion de s’endormir dans leurs vices14 ». « Les bonnes œuvres sont les rayons de l’image de Dieu et les fruits de sa justice et de sa sainteté15. » Elles sont doublement utiles, en ce qu’elles apportent de « secours » et d’« assistance » aux hommes et en « l’édification qu’elles donnent à ceux qui les voient16 ».

  • 17 Sur cette notion, voir notamment Ronchail C., La Dévotion à Charenton au XVIIe siècle : Du Moulin, (...)

6Ce sermon paraît conforme aux préceptes calviniens. La différence de ton, le choix des images utilisées, une certaine forme de psychologisation de la foi17 ne modifient pas le contenu du message. On retrouve deux éléments essentiels de la pensée de Jean Calvin : l’extériorité radicale de la justice imputée aux hommes, et la double justification (du pécheur et des œuvres du justifié). Il faut rappeler ici les mots de l’Institution de la religion chrétienne :

  • 18 Calvin J., Institution de la religion chrétienne (1541), Millet O. (éd.), Genève, Droz, 2008, t. 1 (...)

« Car les fidèles après leur vocation sont agréables à Dieu, mesmes au regard de leurs œuvres, pour ce qu’il ne se peult faire que Dieu n’ayme les biens qu’il leur a conférez par son Esprit. Néantmoins, il nous fault tousjours retenir cela : qu’ilz ne sont pas autrement agréables à Dieu, à raison de leurs œuvres, sinon pourtant que Dieu, à cause de l’amour gratuite qu’il leur porte, accepte leurs œuvres18. »

  • 19 Sur ce point, voir les explications de Wendel F., Calvin. Sources et évolution de sa pensée religi (...)

7Chez Jean Daillé, la doctrine de la double justification19 s’exprime de manière moins abstraite. Cela s’explique à la fois par la nature du document analysé ici et par le contexte plus général, celui d’un XVIIe siècle sans doute plus didactique que le précédent. Il faut cependant noter que l’impression de léger affadissement de la doctrine calvinienne apparaît moins sensible dans les œuvres antérieures du pasteur parisien. Le sermon prononcé le 2 janvier 1633 et publié en 1645 constitue un bon exemple. Intitulé Le sacrifice des chrestiens, ce texte porte sur le premier verset du chapitre 12 de l’Épître aux Romains :

  • 20 Daillé J., Le Sacrifice des chrestiens. Sermon fait à Charenton le 2e de l’an 1633, jour de Cène, (...)

« Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, que vous présentiez vos corps en sacrifice vivant, sainct, plaisant à Dieu, qui est vostre raisonnable service20. »

  • 21 Ibid., p. 38.

8Le pasteur y dénonce « la calomnie de ceux qui nous [les réformés] accusent de refroidir l’estude des bonnes œuvres sous ombres que nous ne pouvons en approuver le mérite21 ». Et Jean Daillé de préciser :

  • 22 Ibid., p. 39.

« Nous laissons toute entière aux fidèles l’asseurance que le seigneur agréera et reconnoistra tous les efforts de leur piété, voulans seulement qu’ils attandent de l’abondance de sa grâce ceste récompense que les adversaires leur promettent de la valeur de leurs œuvres22. »

  • 23 Sur la notion de frontières confessionnelles, voir en particulier les travaux de Luria K. P., Sacr (...)
  • 24 Mestrezat J., De la nécessité des bonnes œuvres, jointe à la justification par la foy, en deux ser (...)
  • 25 Ibid., p. 116-117.
  • 26 Ibid., p. 117. Voir aussi Jacques, 2, 26 : « Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans (...)
  • 27 À ce sujet, cf. Laplanche F., op. cit., p. 308-309.
  • 28 Du Bosc P., La Doctrine de la grâce, ou sermon sur ces paroles de S. Paul en son épistre aux Éphés (...)
  • 29 Ibid., p. 33.
  • 30 Ibid.
  • 31 Ibid., p. 63-64.

9Dans ce deuxième tiers du XVIIe siècle, qui voit les frontières confessionnelles se renforcer et donc la controverse religieuse s’accélérer23, la doctrine de la grâce et ses implications sur la conception des « bonnes œuvres » sont maintes fois répétées par les pasteurs. En 1639, Jean Mestrezat (1592-1657), collègue de Daillé à Charenton, publie deux sermons sous le titre générique De la nécessité des bonnes œuvres24... Le ministre y prône une « foy œuvrante par charité25 ». « La foy qui est sans œuvres est morte », affirme-t-il encore, citant l’Épître de saint Jacques26. La génération pastorale suivante prolonge ces réflexions. Partageant avec Daillé et Mestrezat la défense des thèses amyraldiennes27, Pierre Du Bosc, né en 1623, en poste à Caen de 1645 à la veille de la Révocation, publie, en 1662, « La doctrine de la grâce », sermon portant sur le verset 8 du chapitre 2 de l’Épître aux Éphésiens28. Le Normand, apprécié pour ses talents oratoires, utilise des mots simples pour résumer la pensée réformée sur le sujet. La volonté humaine n’agit que « par la vertu et par l’impression de la grâce », déclare-t-il avec force29. La liste des « bonnes œuvres » est longue : donner l’aumône, chanter les louanges de Dieu, prier avec ardeur, se repentir, pleurer amèrement ses péchés30. Si les œuvres ne sauvent pas, dit Pierre Du Bosc dans l’application de ce sermon, elles « sont ordonnées afin que nous y cheminions ». Il faut suivre « cette voie royale qui seule est capable de nous mener au but de la vocation céleste ». Dieu « nous a rachetés par prix, glorifions-le donc en nos corps et en nos esprits qui lui appartiennent31 ».

  • 32 Bost H, Ces Messieurs de la RPR. Histoires et écritures de huguenots, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, (...)
  • 33 Bernard J., Le Seau de l’esprit. Sermon sur Éph. 4, 30, prononcé à Charenton, le dimanche 30 juill (...)

10À l’égal du Caennais, tous les pasteurs du XVIIe siècle butent finalement sur un paradoxe, brillamment formulé par Hubert Bost, celui « d’un discours qui affirme la nullité des œuvres dans la rédemption et qui consacre toutes ses forces à les défendre comme les signes de l’élection32 ». Si l’accent est mis sur la justification sola fide dans les traités théologiques, le rapport entre les deux termes de l’équation est nécessairement plus équilibré dans les sermons. Les ministres tentent de dépasser cette difficulté en multipliant les images. Celle des fruits et de la fructification demeure la plus commune. La métaphore est parfois filée. Le sermon prononcé à Charenton en juillet 1662 par Jean Bernard, ministre de Manosque, constitue un exemple probant. Dans ce texte publié à Genève en 1680, l’auteur commente le 30e verset du chapitre 4 de l’Épître aux Éphésiens : « Et ne contristez point le Saint Esprit de Dieu, par lequel vous avez été seelez pour le jour de la rédemption33. » Il s’interroge ainsi :

  • 34 Ibid., p. 61. Les lambrusques sont des vignes sauvages. Sur l’image et la signification du « sceau (...)

« Dieu nous a seelez de son Esprit pour nous faire fructifier à bonnes œuvres. Et voudrions-nous qu’il fust dit qu’il eust cultivé la vigne, fossoyée, environnée d’une haye très forte, et qu’elle ne produisist que des lambrusches et des grappes sauvages ? Ne voudrions-nous produire que des fruicts aigres et amers34 ? »

11On retrouve ce type d’images dans les œuvres des pasteurs les plus réputés. Charles Drelincourt (1595-1669) l’utilise dans un sermon paru au sein d’un important recueil en 1660 :

  • 35 Drelincourt Ch., Recueil de sermons sur divers passages de l’Écriture Sainte, Genève, Jean-Antoine (...)

« C’est le soleil qui fait que la terre produit toutes sortes de fleurs odériférentes et de fruits délicieus. Et c’est notre Seigneur Jésus-Christ qui, par la vertu de son Esprit, nous fait fleurir et fructifier à toutes sortes de bonnes œuvres35. »

12Les pasteurs s’efforcent toujours, en particulier dans la dernière partie des sermons prononcés puis publiés, de préciser le contenu des « œuvres », de la charité à la piété en passant par la repentance et la patience. Rares sont les textes qui portent spécifiquement ou explicitement sur la première de ces vertus. Tel est le cas toutefois du sermon prononcé à Charenton le 22 mai 1633 par Jean Daillé, texte publié immédiatement. Le pasteur traite des versets 9 et 10 de l’Épître aux Romains de Paul :

  • 36 Daillé J., Sermon de Monsieur Daillé de la charité chrestienne, sur le XIIe chap. de l’Épistre aux (...)

« Que la charité soit sans feintise. Ayans le mal en horreur, vous tenans colés au bien. Enclins par charité fraternelle à monstrer affection l’un envers l’autre, prévenans l’un l’autre par honneur36. »

13La « charité chrestienne » est définie comme

  • 37 Ibid., p. 4.

« l’abrégé de toutes les perfections du fidèle, une riche couronne où l’on void briller plus purement que les estoiles dans le firmament l’honnesteté, la chasteté, la débonnaireté, la patience, la modestie, la libéralité et les autres lumières de nostre sanctification37 ».

  • 38 Ibid., p. 16-17.
  • 39 Ibid., p. 50.

14Quelques pages plus loin, Daillé insiste : « C’est proprement la charité qui est l’image royalle, le charactère de Dieu, l’empreinte de son Esprit et le sceau de toutes ses grâces38. » Plus avant encore, la charité est associée aux « tendresses d’une pitoyable mère39 ».

Face à la répression

  • 40 J’ai relevé, à la Bibliothèque de la SHPF, 111 sermons ou recueils de sermons pour les années 1660 (...)

15Le discours pastoral change-t-il durant la seconde moitié du XVIIe siècle, période qui voit le pouvoir royal chercher à encadrer de plus en plus le statut de la minorité réformée ? Quels sont les mots pour dire la charité, l’assistance et la solidarité en un temps de répression, celui des années 1660-1680 ? L’enquête s’appuie ici sur le dépouillement, en cours de réalisation à la Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, de sermons publiés séparément ou sous forme de recueils40.

16Les prédications enregistrent à leur manière les malheurs du « petit troupeau ». Pierre Du Bosc y fait référence dès 1663, à l’occasion d’un sermon prononcé en présence du synode de la province de Normandie, texte publié aussitôt. Le thème en est le seizième verset du premier chapitre de l’Apocalypse : « Et il avait en sa main droite sept étoiles ». Les premières tracasseries subies par les protestants sont mentionnées de manière plus ou moins directe :

  • 41 Du Bosc P., Les Estoiles du ciel de l’Église, ou sermon sur ces paroles de saint Jean en l’Apocali (...)

« Nous pouvons bien dire, et il n’est que trop véritable, que nos Églises sont maintenant dans la tempeste, puisque nous sentons fondre sur nous des orages de toutes parts. L’air nous paroist tout plein de nuages et tout enflammé d’éclairs. Des vents impétueux et bruyants soufflent avec véhémence ; les vagues s’émeuvent violemment contre notre vaisseau, et lui causent de rudes secousses. Et, dans cette triste agitation de notre nacelle, les gens craintifs et de petite foy commencent desjà à crier, Seigneur sauve nous, nous périssons41 ! »

  • 42 Sermon sur « Les leçons de la justice » : Du Bosc P., Sermons sur divers textes de l’Écriture Sain (...)

17Près de vingt ans plus tard, lors d’un prêche prononcé à Caen le 23 mars 1681, Pierre Du Bosc fait encore référence à l’actualité douloureuse des réformés42. Le ministre évoque directement l’arrêt du Conseil du 10 février 1681 qui a maintenu l’exercice de la « R.P.R. » à Caen, au terme d’une longue procédure. S’il s’en réjouit, c’est aussitôt pour dire sa tristesse et affirmer compassion et solidarité à l’égard des temples voisins condamnés :

  • 43 Ibid., p. 127. Ce texte, saturé de références bibliques, puise en particulier dans le Psaume 78. S (...)

« Il faut avouer que cette joye est mêlée de tremblements et de crainte quand nous jettons les yeux sur nos voisins qui sont gisans dans la poudre, où leur âme est ensevelie avec l’exercice de leur religion. Ô Dieu, leurs héritages sont désolez, leurs temples sont abattus, et ces maisons qui leur étoient si chères, si précieuses, parce qu’ils y trouvoient dans leurs déserts la manne du ciel et le pain des anges, ne sont plus que des monceaux de pierre [...] Notre bien propre nous appelle à la joye, mais le mal de nos frères nous appelle à la douleur et aux larmes43. »

  • 44 Les principaux auteurs en sont les pasteurs Jacques Alpée de Saint-Maurice, Fabrice Burlamachi, Lu (...)
  • 45 Jansse L., Les Larmes chrestiennes, ou sermons faits en des jours de jeusne, Quevilly, Nicolas Le (...)
  • 46 Jansse L., op. cit., p. 57-58 et 62 (application du second sermon publié, texte portant sur les ve (...)
  • 47 Claude J., Les Fruits de la repentance, ou sermon sur ces paroles de Salomon, Il y aura propitiati (...)
  • 48 Ibid., p. 11.
  • 49 Ibid., p. 17.
  • 50 Ibid., p. 23.

18Dans cette période troublée, la prédication réformée multiplie les appels aux « bonnes œuvres ». Il s’agit d’abord d’exprimer sa repentance devant Dieu. Les sermons prononcés à l’occasion de jeûnes constituent une catégorie bien représentée du corpus étudié ici44. Dans un recueil publié en 1669 sous le titre significatif Les Larmes chrestiennes45, le ministre rouennais Lucas Jansse (1606-1686) dénonce les intentions destructrices des « ennemis » du protestantisme, avant de faire de la « corruption » et du « dérèglement » des réformés la cause de cette haine redoublée. Le sermon se termine par un appel à la repentance46. De celle-ci, les hommes doivent d’abord « attendre » le pardon de leurs péchés, déclare Jean Claude (1619-1687), dans une prédication publiée en 167647. Ce faisant, le pasteur de Charenton affirme que « [Dieu] se réconcilie avec nous par sa pure miséricorde, sans satisfaction et sans mérite de nostre part48 ». Le pardon est « un engagement à la crainte de Dieu », autre nom de la piété ; il en est même « la cause presqu’infaillible », ajoute Jean Claude49. L’explication du chapitre 16 des Proverbes se termine avec l’évocation d’un Dieu protecteur qui, tenant compte de l’ardeur des fidèles, « calme et réprime » l’impétuosité du monde contre l’Église50. L’application s’articule autour d’un double constat. Le ministre souligne d’abord les effets de la « colère de Dieu » :

  • 51 Ibid., p. 27.

« Nos afflictions s’entassent les unes sur les autres comme les flots d’une mer irritée [...] Nostre ruine ne fut jamais ni si ardemment désirée, ni si hautement demandée, ni attendue avec plus d’espérance51. »

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., p. 30-31 et suiv. : « Mais si nous voulons que Dieu nous fasse miséricorde, souvenons-nous (...)

19L’état pitoyable des troupeaux réformés est ensuite pointé par le pasteur. Dans les communautés huguenotes règnent les « vices » et les « actions scandaleuses52 ». Jean Claude appelle donc ses fidèles à la « gratuité » et à la « vérité », deux vertus qui se déclinent de multiples manières, de l’aide aux pauvres jusqu’au refus de l’hypocrisie53. La pratique des « bonnes œuvres » a un ultime avantage, conclut Jean Claude : elle est gage de « la protection » de Louis XIV :

  • 54 Ibid., p. 44.

« Prions [Dieu], qu’il luy plaise d’incliner son cœur [celui du roi] vers nous et de nous le rendre favorable. C’est ce que Dieu fera sans doute si de nostre part nous apprenons à bien régler nostre conduite et nostre vie, humbles et patiens54. »

  • 55 Jurieu P., Les Devoirs de la persévérance, ou sermon sur ces paroles de l’Épître aux Hébreux, chap (...)
  • 56 Ibid., p. 1, d’après Paul, Hébreux, 1, 1 : « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnez d’une (...)

20À côté de la repentance, la persévérance est une vertu qui s’impose dans le discours pastoral des années de « réduction ». Elle est mise en exergue par Pierre Jurieu (1637-1713) à l’occasion d’un sermon prononcé à Charenton, le 21 juin 1676, et publié dès l’année suivante55. Le professeur sedanais n’est pas le premier à commenter le premier verset du chapitre 12 de l’Épître aux Hébreux56. Il en donne néanmoins une acception forte, appelée à devenir structurante dans son œuvre. Les « afflictions », les « difficultez qui se rencontrent dans la profession de la vérité » constituent finalement une chance pour le chrétien. Et Pierre Jurieu d’affirmer :

  • 57 Jurieu P., op. cit., p. 23-24.

« Jamais on ne fait de plus considérables progrez dans l’humilité, dans la patience, dans la foy, dans la charité et dans l’espérance que quand on porte sa croix ou celle de Jésus-Christ, c’est-à-dire quand on est frappé ou pour ses péchez ou pour le nom de Dieu. Car la maison des afflictions est l’escole de la vertu57. »

  • 58 Ibid., p. 52.

21La persévérance évoquée dans le premier verset de l’Épître aux Hébreux concerne la foi comme les « bonnes œuvres ». La première ne vaut rien sans la seconde, ajoute le ministre de Sedan58.

  • 59 Du Bosc P., Les Estoiles du ciel de l’Église, op. cit., respectivement p. 21, 23 et 25. Pour la pr (...)
  • 60 Allix P., Les Devoirs du saint ministère, ou sermon sur les paroles de s. Paul à Tite au chap. II, (...)
  • 61 Ibid., p. 41.

22Les pasteurs ne se contentent pas d’appeler leurs ouailles aux « bonnes œuvres », si indispensables en cette période difficile. Ils dessinent aussi le sens nouveau de leur mission. Les sermons prononcés devant les synodes provinciaux constituent une occasion rêvée pour brosser le portrait du pasteur idéal. Selon Pierre Du Bosc, qui s’exprime à Quevilly en 1663, les ministres de la religion sont « la lumière du monde », « les yeux de l’Église, qui doivent veiller sur elle avec une grande et continuelle assiduité », ceux qui « éclairent les esprits [...] [et] les vivifient en même temps par la force de leurs prédications et de leurs exemples59 ». Pierre Allix (1640-1717), chargé du sermon prononcé devant le synode de la province d’Île-de-France à Vitry-le-François en 1675, tient des propos similaires. Le pasteur, nécessairement inattaquable sur la doctrine, doit aussi servir « de modèle à son peuple par la pratique des bonnes œuvres60 ». La ferveur du zèle pastoral ne peut exclure l’éventualité du martyre. « Si après cela notre ministère attire sur nous l’opprobre, les afflictions et la croix, courage, mes frères, nous n’en sommes que plus assurément les vrays ministres du crucifié61 », conclut avec force Pierre Allix.

  • 62 Voir, parmi d’autres, Le Page A., Sermons et prières pour aider à la consolation des fidèles de Fr (...)
  • 63 Méhérenc de La Conseillère P., Exhortation à la charité, ou sermon sur les v. 34, 35 et 36 du chap (...)
  • 64 Paul, Tite, 3, 9.

23Cette brève enquête permet d’ores et déjà de dégager quelques idées majeures. Les pasteurs du XVIIe siècle s’inscrivent, à quelques nuances près, dans une forme de continuité calvinienne. Ils insistent ainsi sur la justification pour la foi seule et refusent tout ce qui pourrait s’apparenter à l’idée de mérite des « bonnes œuvres ». De la première à la seconde moitié du siècle, des mutations se produisent toutefois. La théologie de la confiance en Christ, repérable par exemple dans l’œuvre de l’amyraldien Jean Daillé, semble céder progressivement la place à une doctrine de la consolation et de la persévérance, dans un climat d’« afflictions » et face au risque de l’anéantissement. Ces dernières conceptions s’épanouissent au Refuge, avec des auteurs comme Pierre Jurieu ou Antoine Le Page62. Le combat pour la survie ne signifie pas pour autant un repli sur soi. Comme le montre Pierre Méhérenc de La Conseillère, pasteur d’Altona près d’Hambourg, dans un sermon prononcé en 1689 « à l’occasion d’une collecte ordonnée par le Sénat de Hambourg en faveur des protestans d’Allemagne qui se trouvent désolés par les malheurs de la guerre », il faut aussi faire preuve de « reconnoissance » et de « charité63 ». Si elles ne sauvent pas, ces deux vertus restent « des choses bonnes et utiles aux hommes », selon la formule de l’Épître à Tite64.

Annexes

Annexe

Extrait du sermon publié par Jean Bernard, pasteur de Manosque, Le Seau de l’esprit. Sermon sur Éph. 4, 30, prononcé à Charenton, le dimanche 30 juillet 1662, Genève, Jean Herman Widerhold, 1680, ici p. 61-69.

« On ferme les vergers, on les environne de hayes épaisses, afin que les arbres qu’on y a planté[s] fructifient sans crainte des bestes sauvages. Dieu nous a sellez de son Esprit pour nous faire fructifier à bonnes œuvres. Et voudrions-nous qu’il fust dit qu’il eust cultivé la vigne, fossoyée, environnée d’une haye très forte, et qu’elle ne produisist que des lambrusches et des grappes sauvages ? Ne voudrions-nous produire que des fruicts aigres et amers ? Nous ne voulons point passer pour ingrats dans le monde et dans la conversation civile, c’est le vice des âmes basses. Et quelle moindre reconnoissance pourroit demander cet Esprit, sinon de ne le contrister point ? Serions-nous si ingrats envers luy, si ennemis de nous-mêmes que de luy refuser une telle gratitude ? Dieu représentoit autresfois aux Israëlites comme il les avoit tirez de la terre d’Égypte, de la maison de servitude, afin qu’ils cheminassent en crainte devant sa face65. Et lorsque nous considérons les grâces de l’Esprit, qui nous applique le mérite de notre Rédempteur, qui nous a délivrez de la tyrannie du Diable, ô bon Dieu, ne penserons-nous pas à ne le contrister point ? Qu’aucun de nous ne tombe dans cette noire ingratitude des juifs, lesquels, quand il leur reprochoit l’amour qu’il leur avoit témoigné par tant de bénédictions, qu’il leur avoit si abondamment départies, disoient avec une impudence détestable, En quoy nous as-tu aimez66 ? Nous au contraire disons avec une âme bien reconnoisante, ô Père de miséricorde, quels témoignages d’amour nous as-tu fait ressentir ? Tu nous as donné ton Christ pour notre rédemption, mais aussi tu nous as donné ton Esprit pour nous rendre participans de ce salut. Quelle reconnoissance demande l’Éternel de nous ? Que nous ne contristions point son Esprit, que nous renoncions aux œuvres mortes pour servir au Dieu vivant, cheminant comme il est séant selon l’Évangile67. Que nous suivions les inspirations de cet Esprit, metant devant nos yeux cette vision si admirable qu’eut le Prophète Ézéchiel, lorsqu’il vit des roues si bien ajustées ensemble que, de quelque costé que l’Esprit les poussast, elles tournoient aisément et sans résistance. De même, nos cœurs, toutes les affections de nos âmes et tous les mouvemens de nos corps doivent estre conduits par cet Esprit céleste, par la douce et prompte inclination d’une obéissance volontaire.
Mais tu diras, fidèle, quel moyen faut-il employer ? Quelle voye me faut-il suivre pour ne le point contrister ? Je te diray pour réponse qu’il ne faut que jeter les yeux sur le seau et sur l’impression qu’il aura fait en nous. Lorsque nous avons appliqué un cachet sur de la cire, nous voyons gravé sur cette cire tout ce qui est au cachet ; il y a donc un rapport admirable de l’impression avec ce qui la fait. Jésus-Christ enseignant aussi cette leçon lorsqu’on luy présenta la monnoye de César, elle fut connue par la marque qui y estoit empreinte. C’est aussi par ce seau de la sanctification que nous nous donnons à connoistre, et, comme nous pouvons jeter les yeux en général sur un seau et ensuite remarquer en particulier tous ses traits et ses linéamens, ainsi en fait le fidèle, il regarde en général tous les mystères de l’Évangile qui l’obligent à l’estude de la sanctification, il voit Jésus attaché en la Croix, il le voit mourant, Afin que ceux qui vivent ne vivent plus désormais à eux-mêmes mais à celuy qui est mort et qui est ressuscité pour eux68. S’ils considèrent la manifestation de la grâce sous l’Évangile, ils disent avec l’Apôtre écrivant à Tite, La grâce salutaire nous est clairement apparue, nous enseignant qu’en renonçant à l’impiété et aux convoitises mondaines, nous vivions en ce présent siècle sobrement, justement et religieusement69. Mais il examine ensuite toutes les parties du seau et du cachet, et, y découvrant l’image de Dieu, comme d’un prince qui a mis son portrait dans ses seaux, il en considère jusques aux moindres traits. Nous dirons donc de l’Esprit ce que l’apôtre S. Pierre dit de Jésus-Christ, il nous a esté laissé pour patron, afin que nous ensuivions ses traces70. La vérité, la douceur, la débonnaireté, l’amour, la charité, la concorde sont ces traits et ces parties qui le forment. Ce sont ces belles vertus que l’apôtre appelle le fruit de l’Esprit71. Veux-tu donc connaître, chrétien, si tu as ce seau ? Regarde si tu as dépouillé toute vengeance, si tu sens un divin feu dans tes entrailles, qui t’échaufe d’amour et de charité envers ton prochain, pour le consoler dans son affliction, pour le rassasier dans sa faim, le désaltérer dans sa soif et le couvrir dans sa nudité. Dans ce dernier jour de notre rédemption, cet Esprit cherchera son seau. S’il y trouve la marque du mensonge, du larrecin, de la vengeance, de l’injustice, de la cruauté, de l’avarice, de la paillardise, il dira : Ce n’est point là ma marque, ce n’est point là mon seau, c’est le seau du diable, je ne vous connois point. Et comme ce seau seroit méconnoissable, et nous ne ferions par difficulté de dire : ce seau est gâté, encore qu’il n’y en manquât qu’une partie. Autant en disons-nous du seau de l’Esprit, il ne souffre point d’altération, il le veut voir entier, si nous le voulons contrister. Il ne sert à rien de n’estre point vindicatif si tu es menteur ou paillard. Je sçay bien que c’est l’artifice du Diable, il voudroit joindre seau avec seau, ne pouvant entièrement corrompre celuy de l’Esprit, ou nous rendre comme de l’eau ou des cailloux, je veux dire des matières incapables de recevoir le seau. Mais le fidèle prend garde à cet artifice. Pour entrer dans le lieu très-saint, il faut que tu passes par le lieu saint. Pour avoir ce seau, il faut faire ce que l’Esprit t’ordonne et te garder de tout ce qu’il défend. Samson, estant endormi sur les genoux de sa Dalila, s’éveilloit quand on luy crioit que tout estoit plein des Philistins pour le prendre, et alors il se délivroit de ses ennemis. Combien d’attaques pour nous ravir ce seau ? Esveillons-nous donc, quittons les marques et le seau du monde. Ne nous conformons point au présent siècle mauvais, mais plutôt éprouvons quelle est la volonté de Dieu, bonne, plaisante et parfaite72.
Mais hélas ! C’est à quoy la plus grande partie de ceux qui se disent chrétiens ne pensent point. Combien de péchez commettons-nous qui contristent cet Esprit ? Permettez-moy, chers frères, que je m’adresse à vous en particulier, et quoyqu’étranger parmy vous, et le plus petit en la maison de Dieu, je mêle mes gémissemens avec la voix des plus grands. Le plus beau trait de ce seau est la concorde ; il n’y a rien qui l’afflige plus que lorsqu’il nous void dans le trouble de la division. Lorsque Jésus s’approcha des eaux du Jo[u]rdain pour recevoir le baptême, il reposa sur sa tête en forme de colombe. Pourquoy non en forme d’aigle ? Sinon pour nous apprendre par la nature de cet oiseau, qui est sans fiel, à estre remplis de douceur et de débonnaireté. Autrefois, au bâtiment du temple de Salomon, on n’ouït pas un seul coup de marteau, bien loin de faire entendre des bruits et des éclats de division73. Que la vision du Prophète Élie paroisse aujourd’huy devant vos yeux : l’Éternel ne parut point dans le tourbillon et dans l’orage mais dans le son coy, symbole de paix. L’Église est Jérusalem, c’est-à-dire vision de paix. Que votre Église, si florissante, qui reçoit de si grandes bénédictions d’en haut, conserve cette précieuse paix qu’un si grand peuple qui la compose ne soit qu’un cœur et une âme. Que cet Esprit anime tous les membres de ce corps, afin que jamais il n’arrive qu’ils débatent en chemin, parce qu’ils sont frères, suivant le sage conseil de Joseph et d’un Abraham lorsqu’il disoit à Loth, Je te prie qu’il n’y ait point de débat entre toy et moy, entre tes pasteurs et les miens, nous sommes frères. Qu’en cette maison d’oraison où l’Évangile est annoncé, qui est un Évangile de paix, où Christ est prêché, qui a évangélisé la paix à ceux qui estoient près et à ceux qui estoient loin, nous élevions nos mains pures au Ciel sans colère et sans dispute74.
Qu’il n’arrive jamais que les enfans de l’espouse s’entredétruisent, qu’on ne voye point les auditeurs d’un même Évangiles’entreronger les uns les autres, afin qu’ils ne soient consumez les uns par les autres75. Mais quand nous aurons contristé cet Esprit pour le réjouir, adressons-nous à luy-même. Escrions-nous avec le Prophète : Rends moy la liesse de ton salut, que l’Esprit franc me soutienne76. Souvenons-nous du commandement que Jésus-Christ fait, que celuy qui vient à l’autel y laisse son offrande77 et aille se réconcilier à son frère avant que l’offrir, s’il luy souvient qu’il a quelque chose contre luy. Que toutes choses se fassent honnêtement et par ordre. Si nous en usons de la sorte, Dieu nous pardonnera nos défauts et nous continuera les grâces de son Esprit ; il renouvellera au-dedans de nous un Esprit bien remis, qui nous sera à tous une colomne de feu, pour nous conduire dans le désert de ce monde, et qui nous montrera le chemin jusques à ce qu’il nous aye conduit à ce jour bienheureux de la Rédemption, dans lequel les Mardochées quitteront le sac et la cendre, les Lazares sortiront du tombeau pour entrer dans les Cieux en la compagnie des anges, où nous verrons notre Dieu, nous l’aimerons sans dégoût, et le louerons sans lassitude et sans fin. Dieu nous en fasse la grâce. Amen. »

Notes

1 Je remercie Bernard Roussel pour tous les éclairages théologiques qu’il a bien voulu m’apporter. Je dis toute ma gratitude à Julien Gœury et à Lucien Grillet.

2 Fath S., Les Protestants, Paris, Le Cavalier bleu, coll. « Idées reçues », 2003, p. 63-66.

3 Voir, à titre d’exemples, les manuels suivants : Azzouz R. et Gache M.-L. (dir.), Histoire-géographie, 5e, Paris, Magnard, 2010, p. 175 [tableau 3 : « salut obtenu par la foi en Jésus-Christ et par les bonnes actions » pour les catholiques ; « salut obtenu par la seule foi en Jésus-Christ (et la prédestination pour les calvinistes) » pour les protestants], ainsi que Billard H. (dir.), Histoire, 2e, Paris, Magnard, 2010, p. 174 (tableau, ligne « salut » : « par la foi et les œuvres » pour les catholiques » ; « par la foi seule » pour les luthériens ; « prédestination » pour les calvinistes ; « par la foi seule » pour les anglicans).

4 Comiers C., Nouvelle instruction pour réunir les Églises prétendues réformées à l’Église romaine par les seules preuves tirées de la Ste Écriture et du catéchisme et confession de foy de Charenton, Paris, René Guignard, 1678, p. 95. Claude Comiers, né à Embrun, connu pour divers travaux scientifiques, est docteur en théologie, protonotaire apostolique, prévôt et chanoine de l’église collégiale de Ternand (actuel département du Rhône).

5 Sur ce sujet, en plein renouvellement historiographique, voir les travaux suivants : Bayley P., French Pulpit Oratory, 1598-1650. A Study in Themes and Styles, with a Descriptive Catalogue of Printed Texts, Cambridge, Cambridge University Press, 1980 ; Chevalier F., Prêcher sous l’édit de Nantes. La prédication réformée au XVIIe siècle en France, Genève, Labor et Fides, 1994 ; Arnold M. (dir.), Annoncer l’Évangile (XVe-XVIIe siècle), permanences et mutations de la prédication. Actes du colloque international de Strasbourg (20-22 novembre 2003), Paris, Cerf, 2006 ; Landry J.-P. (dir.), Le Temps des beaux sermons, Cahiers du GADGES, no 3, 2006.

6 La présente communication s’appuie sur un ensemble de sermons imprimés, publiés de manière séparée ou parties intégrantes de recueils. Ces sermons « ne s’inscrivent [...] réellement dans le paysage éditorial en France qu’au cours du XVIIe siècle, et même à partir de 1630 environ », dit Julien Gœury dans une remarquable communication présentée au colloque de Clermont-Ferrand, L’Éloquence ecclésiastique de la Pré-Réforme aux Lumières, novembre-décembre 2007, et encore inédite : Gœury J., « La pluie et la neige : réflexion sur les usages du sermon imprimé par les Églises protestantes en France sous le régime de l’édit de Nantes ». Ce type de publications, ajoute ce dernier, permet de renforcer l’autorité d’exégète et de théologien du prédicateur tout en construisant une réputation d’auteur. Les pasteurs en attendent de nombreux bénéfices pour les fidèles. Selon la formule de l’un d’entre eux, « les sermons sont comme la pluie qui arrose et humecte pour un instant, mais les livres comme la neige qui séjourne davantage sur la terre » (Nicolas Vignier, extrait d’un sermon publié à Charenton, en 1645).

7 Sur ce dernier point, voir Laplanche F., Orthodoxie et prédication. L’œuvre d’Amyraut et la querelle de la grâce universelle, Paris, PUF, 1965, p. 241-242, 309 et passim.

8 Daillé J., Sermon sur l’espître de saint Paul à Tite, chap. 3, verset 8, prononcé à Charenton, dimanche 1er février 1654, Charenton, Samuel Périer, 1654.

9 Ibid., respectivement p. 3-8, 8-29 et 29-38.

10 Ibid., p. 12.

11 Ibid., p. 17.

12 Ibid., p. 19-20.

13 Ibid., p. 20.

14 Ibid., p. 21.

15 Ibid., p. 27.

16 Ibid., p. 28.

17 Sur cette notion, voir notamment Ronchail C., La Dévotion à Charenton au XVIIe siècle : Du Moulin, Drelincourt, Claude, mémoire de DEA, Montpellier, Institut protestant de théologie, 2004, p. 110.

18 Calvin J., Institution de la religion chrétienne (1541), Millet O. (éd.), Genève, Droz, 2008, t. 1, p. 912.

19 Sur ce point, voir les explications de Wendel F., Calvin. Sources et évolution de sa pensée religieuse, Paris, PUF, 1950, p. 197-199.

20 Daillé J., Le Sacrifice des chrestiens. Sermon fait à Charenton le 2e de l’an 1633, jour de Cène, sur le 12e chap. de l’Épistre aux Rom., vers. 1, Charenton, Melchior Mondière, 1645.

21 Ibid., p. 38.

22 Ibid., p. 39.

23 Sur la notion de frontières confessionnelles, voir en particulier les travaux de Luria K. P., Sacred Boundaries. Religious Coexistence and Conflict in Early-Modern France, Washington, The Catholic University of America Press, 2005, p. xxviii-xxx. Sur le poids de la controverse, voir notamment Dompnier B., Le Venin de l’hérésie. Images du protestantisme et combat catholique au XVIIe siècle, Paris, Le Centurion, 1985, et Kappler E., Les Conférences théologiques entre catholiques et protestants en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2011.

24 Mestrezat J., De la nécessité des bonnes œuvres, jointe à la justification par la foy, en deux sermons, sur l’Épist. aux Galat., chap. 2, vers. 17, 18, 19 et 20, Charenton, Melchior Mondière, 1639.

25 Ibid., p. 116-117.

26 Ibid., p. 117. Voir aussi Jacques, 2, 26 : « Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. »

27 À ce sujet, cf. Laplanche F., op. cit., p. 308-309.

28 Du Bosc P., La Doctrine de la grâce, ou sermon sur ces paroles de S. Paul en son épistre aux Éphés., chap. 2, v. 8, Car vous estes sauvés par grâce, Genève, Pierre Chouët, 1662.

29 Ibid., p. 33.

30 Ibid.

31 Ibid., p. 63-64.

32 Bost H, Ces Messieurs de la RPR. Histoires et écritures de huguenots, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 100 (extrait du chap. 4, « La dévotion, un sport spirituel ? Le paradoxe du salut dans la piété réformée du XVIIe siècle », article initialement paru en 2000). Voir aussi Ronchail C., op. cit., 3e partie (analyse de trois traités de dévotion sur le thème de l’articulation entre la foi et les œuvres) : l’auteur souligne la compatibilité de ces publications avec la sotériologie calvinienne (p. 109), tout en notant une « certaine perméabilité au discours sur les œuvres cher au catholicisme post-tridentin » (p. 92).

33 Bernard J., Le Seau de l’esprit. Sermon sur Éph. 4, 30, prononcé à Charenton, le dimanche 30 juillet 1662, Genève, Jean Herman Widerhold, 1680.

34 Ibid., p. 61. Les lambrusques sont des vignes sauvages. Sur l’image et la signification du « sceau du Saint Esprit », cf. notamment Sicard-Arpin G., « Le sermon protestant, un enracinement dans la Parole de Dieu », Landry J.-P. (dir.), op. cit., p. 51-59, ici p. 53 (« la doctrine du témoignage intérieur de l’Esprit, doctrine propre à Calvin où le Saint Esprit est la garant de l’autorité et de la vérité de la Parole de Dieu, [...] l’Écriture l’exprime sous l’image d’un sceau ») et le long extrait publié ci-dessous, en annexe.

35 Drelincourt Ch., Recueil de sermons sur divers passages de l’Écriture Sainte, Genève, Jean-Antoine et Samuel de Tournes, 1660, t. 2, p. 707 (sermon intitulé Le soleil de justice, sur Malachie, 4, 2, « Mais à vous qui craignez mon nom se lèvera le soleil de justice, et la santé sera en ses ailes »). Voir aussi Mestrezat J., Des fruicts de la foy en vertus chrestiennes, ou sermons sur les chapitres XII et XIII de l’Épistre aux Hébreux, prononcés à Charenton, Genève, Samuel Chouet, 1655.

36 Daillé J., Sermon de Monsieur Daillé de la charité chrestienne, sur le XIIe chap. de l’Épistre aux Rom., vers. 9 et 10, fait à Charenton, le 22 may 1633, Charenton, Melchior Mondière, 1633.

37 Ibid., p. 4.

38 Ibid., p. 16-17.

39 Ibid., p. 50.

40 J’ai relevé, à la Bibliothèque de la SHPF, 111 sermons ou recueils de sermons pour les années 1660-1684. Ce chiffre mérite probablement d’être revu à la hausse. Le trio Jean-Claude, Jean Daillé et Charles Drelincourt arrive largement en tête des 43 auteurs recensés.

41 Du Bosc P., Les Estoiles du ciel de l’Église, ou sermon sur ces paroles de saint Jean en l’Apocalipse, chap. I, v. 16, Et il avoit en sa main droite sept estoiles. Prononcé à Quevilly, le dimanche 10 de juin 1663, en la présence du synode tenu à Rouen, Quevilly, Centurion Lucas, 1663, p. 2. Le pasteur normand utilise ici une image classique. Voir aussi Murat F., La Nasselle de l’Église agitée, ou deux sermons sur l’histoire du chapitre 8, v. 23, etc., de S. Matthieu, Genève, Jacques de La Pierre, 1643. François Murat est alors pasteur à Grenoble.

42 Sermon sur « Les leçons de la justice » : Du Bosc P., Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte convenables au tems, Rotterdam, Reinier Leers, 1701, t. 3, p. 125-164. Le pasteur traite de Luc, 13, 4-5 : « Et ces dix-huit personnes que la tour de Siloé a écrasées en s’écroulant, pensez-vous qu’elles étaient plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non, vous dis-je, mais si vous ne changez pas de comportement, vous mourrez tous comme eux. »

43 Ibid., p. 127. Ce texte, saturé de références bibliques, puise en particulier dans le Psaume 78. Sur le contexte répressif à Caen et dans sa région, voir Daireaux L., « Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2010, chap. 6 et 7.

44 Les principaux auteurs en sont les pasteurs Jacques Alpée de Saint-Maurice, Fabrice Burlamachi, Lucas Jansse, Isaac Sarrau, David Ancillon, Pierre Allix ou Jean Claude. Sur les jeûnes, voir la communication de Boisson D. dans ce recueil.

45 Jansse L., Les Larmes chrestiennes, ou sermons faits en des jours de jeusne, Quevilly, Nicolas Le Tourneur, 1669. Voir aussi Carbonnier-Burkard M., « Larmes réformées », Magdelaine M. et al. (dir.), De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Élisabeth Labrousse, Paris et Oxford, Universitas et Voltaire Foundation, 1996, p. 193-206.

46 Jansse L., op. cit., p. 57-58 et 62 (application du second sermon publié, texte portant sur les versets 2-5 du Psaume 83).

47 Claude J., Les Fruits de la repentance, ou sermon sur ces paroles de Salomon, Il y aura propitiation pour l’iniquité par gratuité et vérité, Et par la crainte de l’Éternel, on se détourne du mal, Quand l’Éternel prend plaisir aux voyes de l’homme, il appaise mesme envers luy ses ennemis, Prov. 16, v. 6 et 7. Prononcé à Charenton, le 3 avril 1676, jour de jeusne, Charenton, Olivier de Varennes, 1676, p. 6.

48 Ibid., p. 11.

49 Ibid., p. 17.

50 Ibid., p. 23.

51 Ibid., p. 27.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 30-31 et suiv. : « Mais si nous voulons que Dieu nous fasse miséricorde, souvenons-nous des deux conditions qu’il exige de nous, gratuité et vérité. »

54 Ibid., p. 44.

55 Jurieu P., Les Devoirs de la persévérance, ou sermon sur ces paroles de l’Épître aux Hébreux, chap. 12, vers. 1. Prononcé à Charenton, le 21 de juin 1676, Charenton, Olivier de Varennes, 1677.

56 Ibid., p. 1, d’après Paul, Hébreux, 1, 1 : « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnez d’une si grande nuée de témoins, rejettants tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si aisément, poursuivons constamment la course qui nous est proposée. » On peut se reporter aussi au recueil posthume de Durant S., Sept sermons sur l’eschelle de Jacob, l’agneau paschal, la rémission des péchés, la persévérance, faits en l’Église réformée de Paris, Genève, Étienne Gamonet, 1627, ici p. 175 sq.

57 Jurieu P., op. cit., p. 23-24.

58 Ibid., p. 52.

59 Du Bosc P., Les Estoiles du ciel de l’Église, op. cit., respectivement p. 21, 23 et 25. Pour la première de ces trois citations, l’auteur renvoie explicitement à Matthieu, 5, 14 : « Vous êtes la lumière du monde. »

60 Allix P., Les Devoirs du saint ministère, ou sermon sur les paroles de s. Paul à Tite au chap. II, v. 7 et 8. Prononcé à Vitry-le-François, le 12 may 1675, en présence du synode, et pour l’imposition des mains du sieur Droüet, ministre à Épense, Charenton, Olivier de Varennes, 1676, p. 5. Voir aussi la p. 13 de ce même ouvrage. Pierre Allix exerce à Charenton.

61 Ibid., p. 41.

62 Voir, parmi d’autres, Le Page A., Sermons et prières pour aider à la consolation des fidèles de France persécutez, Rotterdam, Abraham Acher, 1698. Antoine Le Page est un pasteur d’origine dieppoise réfugié à Rotterdam après la Révocation.

63 Méhérenc de La Conseillère P., Exhortation à la charité, ou sermon sur les v. 34, 35 et 36 du chap. 25 de l’Évangile de N. S. J.-C. selon S. Matthieu. Prononcé le 8 septembre 1689, à l’occasion d’une collecte ordonnée par le Sénat de Hambourg en faveur des protestans d’Allemagne qui se trouvent désolés par les malheurs de la guerre, Hambourg, veuve de Georg Rebelein, s. d., en particulier p. 70.

64 Paul, Tite, 3, 9.

65 [Dans la marge :] Exo[de] 20.

66 [Dans la marge :] Mal. 1, 2.

67 [Dans la marge :] Rom. 6.

68 [Dans la marge :] 2, Cor. 5, 15.

69 [Dans la marge :] Tit. 2.

70 [Dans la marge :] 1 P[i]er[re] 1.

71 [Dans la marge :] Gal. 5.

72 [Dans la marge :] Rom. 8.

73 [Dans la marge :] 1 Rois 1.

74 [Dans la marge :] Éph. 2.

75 [Dans la marge :] Gal. 5.

76 [Dans la marge :] Ps. 51.

77 [Dans la marge :] Mat. 5.

Author

Agrégé d’histoire, docteur de l’École des hautes études sociales et chercheur associé au Centre de recherche d’histoire quantitative (université de Caen). Il a publié, aux éditions Honoré Champion, Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle (2010) et « Le feu de la rébellion » ? Les imprimés de l’affaire de Bretagne (2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search