Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Premiere partie. Les œuvres à l'épreuve des textes

Visiter les malades : une œuvre de charité en version réformée, selon le pasteur Charles Drelincourt (1595-1669)

Marianne Carbonnier-Burkard

Résumé

Œuvre de miséricorde traditionnelle, la visite des malades a été changée par la Réformation du XVIe siècle, en s’émancipant de l’« art de mourir » médiéval et du système des bonnes œuvres. Elle est devenue une pratique de consolation fraternelle et pastorale. C’est cette pratique qui est mise en scène dans les Visites charitables du pasteur Charles Drelincourt, au milieu du XVIIe siècle. La comparaison avec la visite des malades dans un manuel jésuite analogue, fait apparaître les spécificités confessionnelles, en particulier la désacralisation et la décléricalisation de la visite réformée des malades.

Work of traditional mercy, the visit to the patients was changed by the Reformation during the 16th century, emancipating itself from the medieval “art of dying” and the system of the good works. It became a practice of brotherly and pastoral consolation. This practice is staged in Charles Drelincourt’s Visites charitables, in the middle of the 17th century. The comparison with the visit to the patients in a similar Jesuit guide, created the denominational specificities, in particular the desecration and the declericalization at work in the reformed visit to the patients

Texte intégral

  • 1 Gravure reproduite et commentée dans Abraham Bosse savant graveur, Preaud M. et Join-lambert S. (d (...)
  • 2 Abraham Bosse a gravé le frontispice de la première édition de l’ouvrage de Drelincourt appelé à d (...)
  • 3 Voir Kohler E., article « Trost », in Theologische Realenzyklopädie, éd. Krause G. and Muller G., (...)

1« Visiter les malades », ce sujet a été représenté par Abraham Bosse, dans une série qu’il a gravée à Paris, vers 1635, illustrant les « œuvres de miséricorde » traditionnelles (listées à partir de la parole évangélique : Mt. 25, 34-40). L’artiste réformé s’est-il conformé aux attentes du public, d’une clientèle majoritairement catholique ? L’estampe des tables de la Loi au mur du logis du malade évoque discrètement une famille de la R. P. R., mais les visiteurs huppés, et le quatrain placé sous l’image en guise de légende, respirent une morale chrétienne supposée consensuelle1. Pour un tableau réformé de la visite des malades, il est plus sûr de s’adresser à un spécialiste, un pasteur, que d’ailleurs il fréquentait : Charles Drelincourt, ministre de l’Église réformée de Paris (à Charenton) pendant un demi-siècle, de 1620 jusqu’à sa mort en 16692, auteur de copieuses Visites charitables. Cet ouvrage, publié en plusieurs volumes entre 1665 et 1669, s’inscrit dans le genre des manuels de consolation des malades, élaboré par la Réforme protestante, assez bien représenté dans la littérature pastorale francophone depuis la fin du XVIe siècle3. Il s’en distingue toutefois par son ampleur et par sa forme.

  • 4 Voir Carbonnier-Burkard M., « Un manuel de consolation au XVIIe siècle : les Visites charitables d (...)
  • 5 À Genève chez Jean Antoine et Samuel de Tournes : I (1e-12e visite), 1667, 21 fol. n. ch.-481 p. ; (...)

2Les Visites charitables sont en effet une somme de cas pratiques, soixante-et-une « visites », mettant en scène et en dialogue le pasteur et un fidèle affligé, dans différentes situations4. Comme l’indique le titre complet : Les visites charitables ou les consolations chrétiennes pour toutes sortes de personnes afligées, l’ouvrage déborde la matière de la visite des malades. C’est la Seconde partie qui traite des visites de malades et de mourants, en deux volumes édités en 1666. Un nouveau volume de quatre visites pour le tems de la contagion est paru l’année suivante. Dans la nouvelle édition des Visites charitables, sortie à Genève, de 1667 à 1669, en cinq volumes in-8°, toutes ces visites aux malades (et aux mourants) sont regroupées aux tomes II et III. Si l’on ajoute la visite à un pasteur mourant, que Drelincourt a ajoutée in extremis au tome V et dernier, ce sont au total vingt-cinq visites qui concernent ce sujet5.

  • 6 Sur le modèle catholique du XVIIe siècle à travers les manuels de préparation à la mort, voir Roch (...)

3Ce corpus étendu de vingt-cinq « visites » de malades, avec les commentaires de Drelincourt dans la préface aux visites des malades (la Seconde partie de l’ouvrage), permet de dégager les traits d’un modèle de visite des malades en usage chez les réformés français sous le régime de l’édit de Nantes. Un modèle réformé de pratique de charité, en regard du modèle catholique6 ? La gravure d’Abraham Bosse semble suggérer une relative indistinction confessionnelle au XVIIe siècle. Pour tenter une réponse plus précise, nous placerons en vis à vis des Visites charitables un manuel catholique comparable. Notre analyse des textes de Drelincourt sera menée sous deux angles : d’une part les acteurs de la visite des malades (le malade et le visiteur), d’autre part l’action du visiteur.

Les acteurs de la visite

  • 7 Dans sa préface au premier volume, Drelincourt avertit de la relative indifférentiation du genre : (...)

4Chacune des visites de malades met en scène deux personnages : d’un côté « le fidèle » malade (exceptionnellement « la femme chrétienne » ou « l’enfant7 »), chez lui (exceptionnellement, à l’hôpital), de l’autre « le pasteur » qui lui rend visite.

« Le fidèle » (ou le malade)

5« Le fidèle » est une construction de l’auteur. Dans sa préface au premier volume des Visites charitables, Drelincourt explique que chaque « visite », constituée en « petit tableau », est un condensé de cas vécus, schématisés et rendus anonymes :

  • 8 I, fol. **7.

« J’ay tâché de comprendre en une même visite toutes les aflictions qui sont de même genre et toutes les consolations qui s’y peuvent raporter. De sorte que je mets en la bouche d’un seul fidele tout ce qui m’a esté dit par plusieurs8. »

  • 9 Drelincourt a pu s’inspirer du manuel de François de Combles, Consolations générales et particuliè (...)

6La stylisation des cas élimine le nom et le portrait physique des fidèles visités. Cependant, l’affligé s’exprime et est individualisé par son sexe, sa classe d’âge, son statut familial, son portrait moral. Dans les vingt-cinq visites à des malades, la typologie des cas présentés combine un type de mal, en phase chronique ou aigüe, dans la proximité de la mort ou de la guérison, et un type d’individu9.

7La première des visites à des malades est on ne peut plus générale, étant intitulée « consolation pour un malade » (13e visite). Les deux suivantes prennent en compte la durée ou l’intensité du mal : « maladie longue et langoureuse » (14e visite), « douleurs violentes » (15e visite). Les trois suivantes s’attachent à des affections particulières : la pierre (16e visite), la cécité (17e visite, pour un homme en « danger de perdre la vue » ; 18e visite, pour le même, devenu aveugle).

8Suivent une série de visites à des malades en danger de mort. D’abord selon le sexe et la classe d’âge : femme en travail « et dont le travail est dangereus et pour la mère et pour l’enfant » (19e visite) ; enfant (20e visite à la mère et à l’enfant) ; jeune homme « à la fleur de son age » « aimant le monde » (21e visite), jeune homme pieux (22e visite) ; père de famille « fort tendre en ses afections », pleurant de laisser sa femme et ses enfants (23e visite) ; vieillard « aimant cette vie » (24e visite), vieillard « craignant Dieu » (25e visite). Puis, des cas fortuits : pour une personne blessée à mort par accident (26e visite), pour un homme blessé en duel (27e visite), pour un fidèle en pays étranger (28e visite), et aussi pour « une personne qui a esté malade à l’extremité et que Dieu a garenty de la mort contre toute aparence » (29e visite).

  • 10 Le cas du mourant privé de parole ou comateux (III, p. 276-300) semble avoir beaucoup préoccupé Dr (...)

9Deux visites sont prévues pour des agonisants : l’une avec la participation du mourant (30e visite), l’autre pour un mourant qui n’entend plus ni ne peut plus parler (31e visite)10. Le pasteur mourant constitue un cas à part, ajouté au dernier moment par Drelincourt (60e visite).

  • 11 Sur l’hôpital au XVIIe siècle, réservé aux pauvres malades, voir Lebrun F., Les hommes et la mort (...)
  • 12 III, p. 301.
  • 13 « Il y a encore en cette chambre un homme qui a des imaginations hypocondriaques, des plus bourrue (...)

10Une visite à l’hôpital (32e visite) permet au pasteur de rencontrer quinze « pauvres malades11 », tous des hommes. Comme il ne les connaît pas personnellement (à la différence des autres malades), le pasteur demande d’abord à un fidèle, probablement un diacre de l’Église, de les lui présenter : « Je vous prie de me les faire voir les uns aprés les autres ; & de me dire quelle est leur maladie, & ce que vous savez de leur vie & de leurs mœurs, & de la disposition de leurs ames12. » De chambre en chambre, les cas défilent : « un bon personnage qui languit depuis plusieurs années », « un homme travaillé de douleurs violentes & cruelles, qui le font crier jour & nuit », des malades mentaux, dont l’un en proie à des « rêveries horribles », l’autres à des « imaginations hypocondriaques13 », un jeune homme affecté d’une maladie « sale », conséquence de sa débauche, et un jeune homme pieux, un vieillard « d’une humeur bien étrange », qui « ne veut point ouïr parler de la mort », et un vieillard pieux, un « honneste homme [...] fort blessé », un « pauvre étranger fort malade », un malade que l’on croyait « à l’extremité » et qui est guéri, et un autre « qui semble mourant ».

  • 14 Charenton, Olivier de Varennes, 1667. 8o, 204 p.
  • 15 III, p. 345-563.

11Les quatre dernières visites des malades, publiées d’abord comme un ouvrage à part14, sont réservées aux malades de la peste, à différents stades de l’épidémie : malade potentiel, celui qui, la peste étant déclarée, appréhende pour sa vie (33e visite) ; malade prêt de l’agonie, « surpris d’une contagion dont le venin est prompt et violent » (34e visite) ; malade « de la guerison duquel l’on ne désespère point » (35e visite) ; malade guéri de la peste (36e visite)15.

  • 16 II, fol. V-VIII.
  • 17 II, fol. IX-X.
  • 18 II, fol. XIII-XVII.
  • 19 II, fol. XIII.

12Dans sa préface aux visites des malades, Drelincourt justifie d’une part les divisions de ses « visites », pour tenir compte de la « grande diversité » des situations, fonction du stade de la maladie, du sexe et de la classe d’âge, de l’état psychologique ou moral du malade, d’autre part l’artificielle concentration de traits sur un seul personnage par visite, pour limiter le volume de l’ouvrage16. Reconnaissant l’artifice, il tient à garantir l’authenticité des différents éléments des « visites ». Il témoigne donc là de scènes vécues et de fidèles visités qui lui ont servi de modèles, en indiquant des dates, des traits identifiants, parfois même des noms. Ainsi, « un digne personnage qui avoit eu quelque commandement sur la Mer, & qui avoit receu en son corps plusieurs playes qui le luy rendoient fort douloureus ; outre cela il estoit en même tems cruellement travaillé de la goutte, de la sciatique, & de la colique graveleuse », sans jamais se plaindre17. Ou encore, plusieurs exemples d’agonisants édifiants par leurs dernières paroles : « Mademoiselle Du Moulin », la première femme du pasteur Pierre Du Moulin, dont la mort à Sedan en 1622 lui avait été relatée par Élizabeth de Nassau, duchesse de Bouillon ; sa propre fille âgée de seize ans (morte en 1655)18 ; et tout récemment, une femme âgée de quatre-vingt huit ans, à l’« ouïe fort dure », mais capable de restituer les mots qu’elle ne pouvait entendre, grâce à sa mémoire « des passages de l’Écriture sainte, qu’elle avoit leuë toute sa vie19 ».

  • 20 II, p. 217-227 ; autre exemple : dans la 33e visite, le cas de la « pauvre femme » atteinte de la (...)

13Dans plusieurs visites, d’autres cas précis de malades, sont aussi rapportés par le pasteur à titre d’exemples vécus, toujours édifiants. Ainsi, dans la 20e visite, à une mère dont l’enfant est en danger de mort, le pasteur fait le récit de sa visite aux trois enfants malades du comte de La Suze, puis le récit des dernières heures d’Élisabeth de La Trémouille, âgée de onze ans, d’une de ses petites-filles âgée de trois ans et demi, et de sa propre fille âgée de seize mois20.

« Le pasteur » (ou le visiteur)

14Drelincourt s’identifie totalement au pasteur mis en scène dans chacune des Visites charitables, s’adressant à son « frère » ou sa « sœur ». Dans la visite « pour un pasteur malade à l’extremité », où il fait son autoportrait idéal, il revient longuement sur l’office de visiteur qui fut celui de toute sa vie :

  • 21 60e visite (V, p. 507). Cf. Au milieu du XVIIe siècle, on peut estimer la population réformée de P (...)

« Je puis dire qu’en une certaine saison où il regnoit des maladies populaires, j’ay visité parfois jusqu’à trente et quarante malades en un jour. Je travaillois pour cela depuis le matin jusqu’au soir21. »

  • 22 I, fol.** 6. – Cf. 33e visite : Drelincourt visiteur des pestiférés (III, p. 94, 102-103). Sur Dre (...)

15Il reconnaît chez lui, à l’origine de son zèle de visiteur, un charisme particulier, un don de Dieu, manifesté dès sa jeunesse, pour consoler les affligés22. Cependant, dans sa préface aux visites des malades, Drelincourt minimise le paramètre personnel et insiste sur la dimension institutionnelle de la visite des malades, dans son rapport au ministère pastoral :

  • 23 II, fol. XIX.

« Il n’y a rien, comme je croy, où un vray & fidèle Pasteur, se doive apliquer avec plus de soin, & où il se doive plaire davantage, qu’en la Visite des Malades ; Car c’est l’une des principales & des plus nécessaires fonctions de son Ministere. II n’y a rien où il fasse paroître davantage sa charité, & la sainte prudence dont il a pleu à Dieu de l’enrichir23. »

  • 24 Voir dans la liturgie de Calvin, La forme des prieres et chantz ecclesiastiques (1542, 1545), la r (...)
  • 25 Discipline (1559), art. 22 (Reformierte Bekenntnisschriften, éd. Andreas Muhling et Peter Opitz. N (...)
  • 26 La visite des malades de la RPR par les pasteurs était d’ailleurs reconnue, comme un élément de la (...)

16Tel est l’avis du pasteur, renchérissant sur Calvin24. On notera que la Discipline des Églises réformées de France n’était pas des plus nettes sur ce point : elle ne disait rien au sujet de la visite des malades par les pasteurs et confiait aux diacres « la charge [...] de visiter les pauvres, les prisonniers, et les malades25 ». En tout cas, comme à Genève, l’assistance matérielle – gestion des deniers et soins (impliquant des visites) – était du ressort propre des diacres. Quant à la visite de « consolation des malades », il était entendu qu’elle faisait partie de l’office des pasteurs, en tant que « ministres de la Parole26 ».

  • 27 I, fol.** 6.
  • 28 III, p. 341.
  • 29 III, p. 342.
  • 30 III, p. 343-344.

17Drelincourt destine donc ses Visites charitables en priorité aux jeunes pasteurs, lesquels « n’ont pas l’experience que peut avoir aquise une personne qui durant l’espace de cinquante ans, pour le moins, s’est exercé en ces visites charitables27 ». Cependant, il s’adresse aussi aux diacres et aux anciens. Dans la 32e visite, le pasteur loue le fidèle (diacre) en charge des malades à l’hôpital : son « employ », « fort penible », et même « vil selon le Monde », est « agréable à Dieu & à ses Anges », tant il est vrai que « ces pauvres malades, [...] gisans en ces lits d’infirmité, sont [...] les membres precieus du Sauveur du Monde, qui les a tant aimez qu’il les a rachetez [...] par son propre sang28 ». Et de rappeler le fondement scripturaire de cette œuvre charitable, la déclaration évangélique identifiant les pauvres et les malades au corps du Christ lui-même : « Venez, les benits de mon Pere, possedez en heritage les Royaume... Car [...] j’estois malade, & vous m’avez visité... » (Matth. 25, 34-40)29. Le pasteur exhorte le diacre à avoir « soin des corps & des âmes » des pauvres gens malades, « supportant en charité leurs défauts & leurs chagrins, & toutes leurs infirmitez ». Il indique là que l’« office de charité » exercé par les diacres, l’assistance des pauvres et des malades, inclut l’assistance spirituelle30.

  • 31 Bonnefons A. (1600-1653), Le Chrestien charitable, qui visite les pauvres et les prisonniers, qui (...)
  • 32 Bonnefons A., op. cit., chap. I, art. II : comment faire ces visites de charité, « pour les rendre (...)
  • 33 Bonnefons consacre une section à l’organisation des visites des malades à l’Hôtel-Dieu de Paris, p (...)
  • 34 « Ne donnez jamais l’aumosne temporelle à ces personnes affligées, qu’elles n’ayent receu la spiri (...)

18Ces deux types de visiteur des malades, le pasteur et le diacre « laïc », ne sont pas sans évoquer ceux que vise le jésuite Amable Bonnefons dans son Chrestien charitable qui visite les pauvres et les prisonniers, qui assiste les malades et les agonisans... (1643)31. Bonnefons distingue plusieurs sortes de « chrétiens charitables », qui tous répondent à l’appel évangélique (Mt. 25), imitent Jésus Christ et les saints, œuvrent au salut du prochain en même temps qu’à leur propre salut et même à la délivrance des âmes du Purgatoire32. Les visiteurs des malades sont d’abord les « devots & charitables Ecclésiastiques » qui « font revivre l’esprit de saint François Xavier, de saint Charles Barromée, du Bien-heureux François de Sales », puis les « bonnes et charitables religieuses », enfin des laïcs, « personnes de grande qualité », que sont en particulier les « Dames de l’Hostel-Dieu » de Paris et, à l’Hôtel-Dieu aussi, les « Messieurs de la Compagnie du Saint-Sacrement33 ». Sans doute peut-on repérer là, dans les deux confessions concurrentes, un trait d’une sociologie « moderne » de la charité contrôlée par les Églises, conférant à des laïcs un rôle actif, quoique subordonné à celui du clergé. Cependant, la distinction des rôles de visiteurs entre clercs et laïcs n’a pas la même portée dans les deux confessions. Le jésuite considère ces rôles dans une complémentarité hiérarchisée34, alors que le pasteur réformé reconnaît une fluidité des rôles et des personnes.

19Dans sa préface aux visites des malades, Drelincourt s’attache à justifier la fonction de suppléance du pasteur auprès des malades, remplie non seulement par les diacres ou les anciens, mais aussi par « les simples Fideles », parents, serviteurs, voisins :

  • 35 II, fol. XXXIII.

« Ce n’est pas assez, que les Pasteurs s’aquitent fidèlement de leur charge, en la Visite des Malades. Il faut aussi que les particuliers qui [...] assistent [les malades], fassent leur devoir ; qu’ils se comportent en vrais Chrétiens ; & qu’ils prennent à cœur le salut de leur prochain... Et ceus qui ont receu quelque don, & quelque grace du Ciel, doivent prendre ocasion de leur dire de tems en tems, quelque chose propre à les édifier & à les consoler35. »

  • 36 II, fol. CXII-CXX.
  • 37 Les Visites charitables sont destinées « au peuple », à « une infinité de fidèles qui sont en des (...)

20Pour les besoins de la controverse confessionnelle, l’auteur légitime cette extension à tous les « laïcs » par l’histoire de l’Église. Cependant, il s’adosse à la doctrine réformée des ministères, et à la doctrine plus largement « protestante » du « sacerdoce universel », tendant à effacer la frontière entre prêtres et laïcs36. Dans les Visites charitables, « le pasteur » (double de Drelincourt) est la figure modèle de tout visiteur charitable, qu’il soit diacre ou ancien, ou simple fidèle. L’ouvrage est en effet un manuel pour tous37. Si le visiteur sans titre peut être ainsi, plus ou moins, assimilé au pasteur, quelle est donc l’action attendue de lui auprès des malades ?

L’action du visiteur charitable

21Même si elles sont liées, les finalités et les modalités de l’action du visiteur peuvent être distinguées.

Finalités de la visite

  • 38 13e-18e visites, 29e, 35e et 36e visites, outre la 32e visite à l’hôpital (pour la plupart des cas (...)

22Pour Drelincourt, les « visites charitables » commandées par l’Évangile (Matth. 25), n’ont d’autre finalité que la « consolation des affligés » (comme l’indique le titre du livre : Les visites charitables ou les consolations chrétiennes...). Dans sa préface à la visite des malades, l’auteur décline inlassablement ce thème de la consolation, associé à ceux du pardon des péchés, ou du relèvement : « consoler les Malades & leur annoncer le pardon de leurs pechez », « les consoler et les fortifier ». On reconnaît là le pasteur réformé : ce sont les réformateurs du XVIe siècle qui ont fait de la consolation des malades un nouveau sujet, d’une part en la sortant du système des œuvres méritoires, d’autre part en l’émancipant de l’« art de mourir » gersonien polarisé par les « fins dernières » (la mort, le Jugement, l’Enfer et le Paradis). Pour Drelincourt, comme pour ces réformateurs, c’est le malade au présent, souffrant dans son corps et son esprit, avec sa culpabilité et ses angoisses, qui mobilise l’attention du visiteur ; c’est ce « frère » que le visiteur cherche à rassurer en même temps qu’à convertir, d’autant que le salut du pécheur tient à sa foi, à sa confiance. On note qu’une bonne partie des visites de Drelincourt ont lieu sans la pression de la mort, la maladie étant chronique, ou la guérison attendue38.

  • 39 Daniel Roche a souligné ce changement – l’autonomisation de la maladie par rapport à la mort, et l (...)
  • 40 Le chrestien charitable..., op. cit., chap. IV, art. I (p. 127-134), et art. II, point 9 (p. 135). (...)
  • 41 Bonnefons A., op. cit., chap. IV, art. I et II (p. 128-142).
  • 42 Ibid., chap. IV, art. IV (p. 152-154) ; chap. V, art. III (p. 198 sq.).
  • 43 Ibid., chap. IV, art. VI (p. 162-170) ; chap. V, art. VII (p. 219-237). Cf. Rituale romanum, op. c (...)

23Le Chrestien charitable de Bonnefons, consacrant un chapitre à la visite des malades et un autre à l’« assistance des agonisants », prend aussi en compte le temps présent du malade, plus ou moins à distance de la perspective eschatologique39. Mais la finalité des visites de son « chrétien charitable », par-delà le « service » et la consolation des malades, est comme pour Gerson le salut éternel des malades, en même temps que le salut du visiteur, récompense de son œuvre de charité40. En témoignent d’une part les « pensées devotes » que doit avoir le visiteur avant et pendant la visite, d’autre part celles qu’il doit inspirer au malade, puis au mourant41. C’est aussi le salut de l’âme du malade et du mourant qui oblige le visiteur à disposer ceux-ci à faire une confession générale de leurs péchés au prêtre, puis, après l’absolution, à recevoir les derniers sacrements42. C’est encore pour le salut de l’âme du malade ou du mourant que le visiteur prie Dieu le Père, Jésus Christ, la Vierge et les saints, en suivant le rituel romain43.

  • 44 Ibid., chap. IV, art. III (p. 143).
  • 45 Dérivé du thème platonicien-stoïcien de la philosophie comme médecine de l’âme (à la fois purifica (...)
  • 46 Voir Jean Gerson, « Savoir bien mourir » : « Pour ce que la maladie corporelle vient de la maladie (...)
  • 47 23e visite (II, p. 370-372).

24Prêtre ou assistant du prêtre, le visiteur charitable selon Bonnefons fait « l’office d’un Spirituel médecin », veillant à la santé des âmes, par référence et opposition aux « médecins des corps44 ». Le jésuite reprend, dans un sens élargi, le topos traditionnel du « médecin de l’âme », associé au curé (cura animarum) dans son rôle de confesseur, spécialement auprès des mourants45 ; où est entendue, derrière la prééminence de l’âme, la prééminence de l’élite cléricale-charitable sur le médecin, assistant, sinon concurrent, en position subalterne46. Ce topos, Drelincourt l’a lui aussi utilisé, faisant même à l’occasion un comparatif entre « la médecine des corps et celle des ames », à l’avantage de cette dernière47. Encore faut-il préciser ce qu’il entend par les deux termes, en examinant de plus près les modalités de sa visite des malades.

Modalités de la visite

  • 48 Drelincourt apparaît fasciné par la médecine. Deux de ses fils étaient d’ailleurs médecins : Charl (...)
  • 49 À propos des remèdes : « Tandis que l’on peut avoir raisonnablement la moindre esperance de vôtre (...)

25Dans ses visites des malades, Drelincourt n’oppose pas le pasteur et le médecin. Le pasteur se montre respectueux du médecin, collaborant avec lui à différents stades de la maladie, en vue de la guérison du corps et de l’esprit des malades48. Il encourage les malades à se soigner, et n’hésite pas à assister à des actes médicaux ou chirurgicaux49. Pour plusieurs des fidèles mis en scène dans les visites, le pasteur est d’ailleurs un quasi-expert en matière médicale, en tout cas pour juger du délai probable de la mort. Ainsi le « père de famille malade et en danger de mort », questionnant son pasteur :

  • 50 23e visite (II, p. 317-318). Voir aussi 13e visite (II, p. 3-4, 8), 19e visite (II, p. 182), 21e v (...)

« Le Fidele : Je vous suplie très-humblement de me dire ce que vous jugez de l’issuë de ma maladie. Ne croyez-vous pas que j’en doive mourir ?...
Le Pasteur : Mon Frere, bien que votre Medecin vous en puisse parler avec plus de certitude que je ne saurois faire, je vous diray librement que vôtre maladie est fort douteuse et que vous balancez entre la vie et la mort.
Le Fidele : C’est-à-dire, Monsieur, que vous me croyez mort, et qu’il n’y a du tout à espérer de la part des hommes. Car vous avez veu un si grand nombre de malades, que vous ne vous abuserez guére à juger des maladies.
Le Pasteur : Le jugement que je puis faire de vôtre maladie n’est pas considerable. Car je n’ay pas le savoir ni l’experience des Medecins. Cependant, mon Frere, ne vous mettez point en l’esprit que je vous croye mort et qu’il n’y ait plus rien à espérer. Au contraire, je vous puis assurer que j’en ay veu qui estoient en aparence aussi malades que vous l’estes, dont Dieu a beny les remèdes et à qui il a renvoyé la santé50. »

  • 51 Indice d’une certaine proximité entre pasteur et médecin, une disposition introduite depuis 1571 d (...)
  • 52 22e visite : « Le Fidèle : On parle de me faire couper les cheveus, et même de me raser et de m’ap (...)
  • 53 16e visite : à un malade de la pierre, qui va se faire « tailler », et redoute par-dessus tout la (...)

26Dans d’autres visites, c’est le pasteur qui pour rassurer le malade inquiet, se fait le truchement du médecin. Il complète ou corrige l’information du malade sur un remède ou une opération chirurgicale, en faisant état de son expérience51 : ainsi à propos des emplâtres de pigeonneaux en cas de fièvre maligne52, ou de la « taille » de la pierre53.

  • 54 16e visite (II, p. 367-370).
  • 55 23e visite (II, p. 372).

27S’exprimant à travers le pasteur, Drelincourt considère la médecine comme un don de Dieu, de même que les remèdes, tout en la relativisant : cette activité humaine est dans la dépendance de la Providence de Dieu54. Quand il oppose à la « médecine des corps » la « médecine de l’âme », c’est qu’il identifie celle-ci à la prescription de l’unique remède efficace, qui nous « purge », guérit, ressuscite : « le sang de Jesus Christ [...] toujours frais et vivant » et le saint Esprit55. Cependant, il développe plus souvent une analogie entre la pratique de la visite pastorale et celle du médecin, l’une et l’autre fruits de la prudence et de l’expérience. Comme le médecin, le pasteur visitant un affligé commence par poser un diagnostic, puis il prescrit une ordonnance et administre des remèdes.

28Le diagnostic est fondé, non sur la confession obligatoire des péchés, à la manière des « catholiques romains », mais sur l’observation et le dialogue :

  • 56 I, fol.** 4 vo.

« Ce traité [...] est distingué par Visites & Dialogues familiers où le Fidele a toute liberté de parler à son Pasteur et de s’entretenir avec luy. Car ceus qui visitent les afligez doivent imiter ce que pratiquent les sages et prudens Medecins en la Visite de leurs malades... Ils considerent le malade et luy tastent le pouls ; Et s’il peut parler, ils luy demandent l’état de son mal & où il sent le plus de douleur... Il n’y a point de malade qui pût soufrir un Medecin qui ne luy donneroit point lieu de parler, & de l’entretenir de sa maladie56. »

  • 57 II, fol. V. Cf. fol. XIX.

29Ainsi le dialogue, ou la libération de la parole du malade, est le commencement de la thérapie de la visite. C’est ensuite au pasteur d’adapter l’ordonnance au cas, ce qui nécessite science et expérience : « Il faut savoir la Médecine & avoir une grande connoissance des remèdes, & de leurs éfets, pour les pouvoir bien apliquer selon les divers temperamens des malades ». Déployant un éventail de cas et d’ordonnances ad hoc, les Visites charitables viennent à la rescousse des débutants57.

30L’ordonnance ou le remède – l’Évangile de Jésus-Christ – que donne le pasteur au malade qu’il visite, est sous forme d’instructions, d’exhortations, de consolations, et d’une prière finale. Ce discours du visiteur comporte des éléments invariants énumérés par Drelincourt :

  • 58 II, fol. XII-XIII.

« II y a des choses essencielles, & que j’estime qu’il est nécessaire de représenter à tous les malades. Telles sont les exhortations à la foy, à la repentance, à la reconciliation avec ses prochains, à la satisfaction qui leur est duë, soit par parole, ou par éfet, & à toutes les préparations, & les dispositions nécessaires pour bien mourir. Telles sont encore les exhortations à renoncer au Monde, à ne point craindre la mort, à espérer une meilleure vie, & à aspirer avec joye à la gloire & à la félicité du Royaume des Cieus58. »

  • 59 Dans le « savoir bien mourir » de Gerson, le prêtre adresse au mourant quatre exhortations : consi (...)

31On peut retrouver là des éléments de l’« art de bien mourir » hérité de Gerson, du moins plusieurs exhortations et questions, lesquelles font aussi partie de la visite des malades selon Bonnefons : exhortations à la foi et à la repentance, au pardon et à l’acquittement des dettes, au détachement du monde et à l’aspiration à la vie éternelle59. Cependant, ces matériaux sont orientés par la finalité consolatoire du discours, en étant réinterprétés dans le cadre de la doctrine protestante du salut par la foi seule. Deux écarts révélateurs entre le discours du pasteur et ceux de Gerson ou de Bonnefons : l’Enfer ne fait pas partie de ces « choses essentielles », alors que le Ciel en fait partie ; les souffrances ne sont pas comprises comme des peines de « satisfaction » pour les péchés, autrement dit n’ont pas de valeur salvatrice.

32On note aussi que chez Bonnefons (plus nettement que chez Gerson), les exhortations du visiteur des malades sont le support du rituel traditionnel des derniers sacrements, exigeant la présence d’un prêtre. Attaqué par les réformateurs, ce rituel pour les malades et les agonisants a été fixé dans le Rituel romain de 1614, structuré autour du sacrement de pénitence, du viatique et de l’extrême-onction. Tout en conservant quelque trace de cette structuration, la visite réformée des malades et des mourants, telle que Drelincourt la représente, s’est émancipée du support sacramentel, lequel aurait requis la présence d’un ministre.

  • 60 II, fol. LIV-CXXI.
  • 61 « L’Ancien, & le simple Fidèle, ne peut pas dire, comme le Pasteur, Au Nom & en l’autorité de Jesu (...)
  • 62 Confession indiquée dans le texte par une ligne de points de suspension : 13e visite (II, p. 13-14 (...)
  • 63 « On trouve étrange, que nous n’administrons point aus Malades le Sacrement de l’Eucaristie. Mais (...)
  • 64 II, fol. LII-LIII, cf. 23e visite (II, p. 373-383). – La longue critique de l’extrême-onction, com (...)

33La confession des péchés ? Sortie du sacrement de pénitence, elle est comprise dans le sens de la doctrine de la « justication » par la grâce seule, par la foi60. Le visiteur exhorte le malade à une repentance sincère, la confession de ses péchés devant Dieu, avant de lui donner l’« absolution », c’est-à-dire lui déclarer le pardon de ses péchés61. S’il est pasteur, il propose au malade une confession dans un « entretien particulier », « pour le repos et la consolation du fidèle, quand il est travaillé en sa conscience62 ». Le viatique administré par le prêtre au malade en état grave ? L’usage réformé français et genevois rejetait la communion des malades (pour éviter la confusion avec le « viatique » comme précaution en vue du salut), Drelincourt, lui, l’approuve en principe, pour la consolation des malades, et explique son empêchement en France par la limitation de l’exercice du culte réformé63. Quant à l’extrême-onction, pour les mourants, Drelincourt la rejette (comme les réformateurs), en montrant son inanité64.

  • 65 Drelincourt raconte ainsi sa visite à un « conseiller fort illustre, & des premiers de la robe, ay (...)

34Non seulement les sacrements sont absents de la visite des malades et des mourants réformés, mais aussi les gestes sacramentaux – l’aspersion d’eau bénite et le signe de croix sur le corps du malade – et la présentation du crucifix, prévus par le Rituel romain. Comme l’explique Drelincourt, les seuls moyens de consolation du visiteur, outre sa présence compatissante65, sont ses paroles. Non pas des paroles fixes, récitées ou chantées, en latin, telles les litanies du rituel romain, mais des paroles aptes à saisir l’esprit et toucher le cœur, des paroles fondées dans la Parole :

  • 66 II, fol. LIII.

« À tous les Malades & particulièrement à ceus qui sont malades à l’extremité, & prests à rendre l’ame, nous donnons les véritables consolations, & faisons voir le vray chemin, par lequel on passe de la mort à la vie66. »

  • 67 Sur le discours de consolation du visiteur charitable, voir Carbonnier-Burkard M., « Un manuel de (...)

35Les visiteurs des malades prêchent, enchaînant les citations de l’Écriture, et les figures bibliques exemplaires, les expliquant et les appliquant à la situation présente, par des exhortations et des exemples variés67. Le pasteur est entraîné à cet exercice, moins contraignant formellement que celui d’un prêche public, mais il n’a pas le monopole d’une prédication privée : anciens, diacres, fidèles peuvent le remplacer dans cet office, aidés en particulier par les Visites charitables.

36Le visiteur doit surtout personnaliser son prêche, comme aussi sa prière :

  • 68 II, fol. XIX.

« Il faut bien qu’il se donne garde de faire comme de certains Médecins, qui ont un même remède pour toutes sortes de maladies. II faut qu’il agisse diversement envers les Malades, selon qu’il les void diversement disposez68. »

  • 69 II, fol. XIX-XXIX.

37Drelincourt passe en revue différents états d’esprit du malade, auxquels le pasteur va adapter son discours : malade « chagrin et de mauvaise humeur » ; malade « travaillé de douleurs violentes », ou « dans une profonde mélancolie », ou délirant, malade « saisi des frayeurs de la mort » ; malade ne pensant « pas assez à ses pechez » ou au contraire terrifié par le Jugement. Sauf pour le malade insouciant de ses péchés, auquel il faut faire « voir les Enfers ouverts pour engloutir les pécheurs impenitens », pour tâcher de le convertir, il s’agit toujours de consoler, compatir, rassurer, réjouir le malade69. Ainsi pour le cas de celui « qui a l’imagination blessée » (affection psychiatrique) :

  • 70 II, fol. XXI-XXIII.

« Il faut tascher de le guerir, en s’acommodant à son humeur, le plus qu’il sera possible. Il se faut bien garder de luy contredire : car cela ne fait que l’irriter. Mais en feignant de croire ce qu’il dit, parfois on le ramène doucement70. »

38À propos du cas de malade « vivement touché du souvenir de ses péchez », appréhendant le Jugement de Dieu, Drelincourt observe l’heureux effet des consolations prodiguées à un tel malade :

« II ne se peut dire, combien cela sert à un Malade. Non seulement pour le salut de son ame : mais aussi quelquefois pour la guérison de son corps. Car il y a une si grande sympathie, & une si étroite liaison, entre le corps & 1’ame, que l’un ne peut soufrir, que l’autre ne participe à la soufrance. J’en ay veu une infinité d’expériences. »

  • 71 II, fol. XXIX-XXXII. Cf. 60e visite (V, p. 518).

39Et de rapporter deux cas précis dont il a souvenir, de fidèles tourmentés d’anciens péchés, consolés par lui, puis guéris71.

  • 72 Deux cas cités à titre de souvenir du pasteur dans la 60e visite (V, p. 513).
  • 73 V, p. 491, 517-518, 537-538.

40D’une manière générale, dans sa préface aux visites des malades, Drelincourt n’est pas avare de récit de tels succès. Il fait aussi état de la reconnaissance des malades et de leurs familles, y compris de catholiques72. Toutefois, la 60e visite pour un « pasteur malade à l’extremité » est l’occasion d’une critique sans concession des ressorts psychologiques du visiteur des malades et des visités eux-mêmes. Le pasteur mourant (Drelincourt) met au jour l’ambiguïté du zèle charitable qu’il a appliqué en particulier dans son « office » de visiteur des malades : « je confesse franchement que ma charité n’a pas esté assez pure, ni assez constante » ; « cette passion de servir mes prochains [...] enracinée si avant dans mon cœur, par la grace de Dieu, & par la vertu de son Saint Esprit », ainsi « devenuë familiere, & comme naturelle », est entachée d’un « souci de vaine gloire », d’une « complaisance criminelle » à l’égard de certaines personnes, de lassitude aussi73.

  • 74 V, p. 515-524.

41L’ambiguïté n’est pas moindre du côté de la demande des malades et de leurs familles à l’égard de la visite du pasteur74 :

  • 75 V, p. 510-512.

« Bien que l’on nous ayt apelez, et parfois avec beaucoup d’empressement, néanmoins on veut, le plus souvent, nous obliger à dire que l’on ne nous a point apelez et que nous sommes venus de nous-mêmes...
Ce n’est pas encore tout. L’un nous prie de parler peu au malade et voudroit que nous finissions avant que d’avoir commencé : L’autre voudroit que nous parlassions sans relasche... L’un nous prie de parler bas, de peur d’incommoder le malade. L’autre nous convie à élever notre voix afin de nous faire entendre ; Et c’est à mon avis, en de telles rencontres, l’un des plus grands fleaux des pasteurs d’avoir à parler à des sourds. L’un nous prie de ne point parler de la mort, de peur d’efrayer le Malade : L’autre, avec beaucoup plus de raison, nous prie de luy en parler pour le delivrer de ses frayeurs. Enfin, pour mettre fin à votre Visite, l’on nous prie de faire la priere, et la plupart du tems, l’on nous prie de la faire courte. Il y en a fort peu qui ne se lassent de voir les Pasteurs, si ce n’est lors que les Malades sont dans l’agonie ; Et lors qu’ils ne peuvent entendre ce qu’on leur dit, il y a des assistans qui voudroient que l’on parlast à eus sans cesse. Mais ce que l’on peut et que l’on doit faire alors pour les Malades, c’est de prier Dieu pour eus, et de le prier à diverses reprises75. »

42Les visites des malades que Drelincourt présente dans ses Visites charitables dessinent un modèle qui pour l’essentiel vient du modèle « réformateur » de la consolation des malades, dégagé de l’« art de mourir » médiéval et du système des « œuvres de miséricorde » comme voie de salut. Des aspirations sociales nouvelles et la concurrence confessionnelle dans la France du XVIIe siècle ne l’ont modifié qu’à la marge. Le rapprochement avec la visite des malades selon un manuel jésuite, témoin d’une pastorale catholique rénovée, montre une certaine convergence dans la mise en valeur des laïcs sur le terrain de la charité. Mais les deux modèles sont confessionnellement profilés. Le modèle de Drelincourt pousse plus loin la déseschatologisation de la maladie, entre autre par l’attraction du modèle médical. Surtout, la fixation tridentine sur les « bonnes œuvres » et sur les sacrements accentue par comparaison la désacralisation de la visite réformée des malades, une thérapie par la parole, en langue vulgaire, sans support de gestes ou d’images sacrés, et par là sa décléricalisation. Il n’empêche qu’il y a loin de la visite des malades de Drelincourt à la scène quasi mondaine d’Abraham Bosse.

Notes

1 Gravure reproduite et commentée dans Abraham Bosse savant graveur, Preaud M. et Join-lambert S. (dir.), coédition Bibliothèque nationale de France/Musée des Beaux-Arts de Tours, 2004, p. 212. « Chrestien, cela t’apprend, que si d’un franc courage/Tu secours ton Prochain, de biens abandonné ;/Tu recevras le double, et cent fois davantage,/De la main de Celuy par qui tout est donné. » : dans sa banalité, la « morale » du quatrain, évoquant le salut par les œuvres de charité, s’écarte de la norme doctrinale réformée. À noter qu’A. Bosse n’était généralement pas l’auteur des textes légendant ses gravures.

2 Abraham Bosse a gravé le frontispice de la première édition de l’ouvrage de Drelincourt appelé à devenir le plus grand succès de la librairie réformée, les Consolations de l’âme fidele contre les frayeurs de la mort, imprimé à Paris chez Antoine Cellier en 1651.

3 Voir Kohler E., article « Trost », in Theologische Realenzyklopädie, éd. Krause G. and Muller G., Bd 34, 2002, p. 148-153 ; Reinis A., Reforming the art of dying : the ars moriendi in the German Reformation (1519-1528), Ashgate, 2007 ; Carbonnier-Burkard M., « Les manuels réformés de préparation à la mort », Revue de l’histoire des religions, juillet-septembre 2000, p. 363-380 ; voir aussi « Les pasteurs français auteurs d’une littérature d’édification, au XVIIe siècle », in Les pasteurs et leurs écrits dans l’aire francophone à l’époque moderne, BSHPF, t. 156, janvier-mars 2010, p. 37-48 ; Ferrer V., « Exercices de l’âme fidèle. La littérature de piété des origines de la Réforme à la révocation de l’édit de Nantes », mémoire inédit d’HDR Paris IV, déc. 2010, p. 82-104.

4 Voir Carbonnier-Burkard M., « Un manuel de consolation au XVIIe siècle : les Visites charitables du pasteur Drelincourt », BSHPF (juillet-août-septembre 2011), p. 331-356.

5 À Genève chez Jean Antoine et Samuel de Tournes : I (1e-12e visite), 1667, 21 fol. n. ch.-481 p. ; II (13e-23e visite), 1667, CXXIII-400 p. ; III (24e-36e visite), 1668, 563 p. ; IV (37e-48e visite), 1669, 692 p. ; V, (49e-61e visite) 1669, 616 p. C’est cette édition que nous utiliserons : les références seront données par l’indication du volume en chiffre romain, puis de la page.

6 Sur le modèle catholique du XVIIe siècle à travers les manuels de préparation à la mort, voir Roche D., « “La Mémoire de la Mort” : recherche sur la place des arts de mourir dans la Librairie et la lecture en France aux XVIIe et XVIIIe siècles », Annales ESC, vol. 31, janv.-fév. 1976, p. 76-119.

7 Dans sa préface au premier volume, Drelincourt avertit de la relative indifférentiation du genre : « cet ouvrage est pour la pluspart autant pour les femmes chretiennes que pour les hommes, j’avois pensé d’abord que là où je mets Mon frère, j’ajouterois en marge ou par parenthèse, Ma sœur. Mais comme cette repétition si fréquente eust pû estre importune, j’ay creu qu’il sufisoit d’avertir pour une bonne fois » (I, fol. ****).

8 I, fol. **7.

9 Drelincourt a pu s’inspirer du manuel de François de Combles, Consolations générales et particulières pour les malades. Ou meditations, paraphrases ou sermons sur divers passages de l’Escriture Saincte, pour consoler les malades, tant en general en quelque maladie que ce soit, que particulierement en plusieurs especes de maladies..., Genève, Alexandre Pernet, 1619 : celui-ci présentait dans ses consolations particulières une quinzaine de cas de maladie, en distinguant parfois le sexe et le statut familial du malade, mais sans mettre en scène le malade.

10 Le cas du mourant privé de parole ou comateux (III, p. 276-300) semble avoir beaucoup préoccupé Drelincourt : voir dans sa Préface (II, p. XIII-XVII), et dans la 60e visite (V, p. 533-534).

11 Sur l’hôpital au XVIIe siècle, réservé aux pauvres malades, voir Lebrun F., Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Flammarion, 1975, p. 157 sq. – En dehors des visites à l’hôpital, la visite des pauvres, qui fait partie des « œuvres de miséricorde » traditionnelles, n’est pas comprise dans le programme des Visites charitables du pasteur Drelincourt, à la différence de manuels catholiques, tel celui d’Amable Bonnefons (cité infra). Faut-il y voir une spécificité confessionnelle, la désacralisation de la pauvreté, dans la ligne de la thèse de Max Weber ? Cependant, faisant le bilan de ses visites aux malades, Drelincourt privilégie les visites aux pauvres malades (60e visite, V, p. 508-510). – Pour compléter le tableau des « œuvres de miséricorde » dans les Visites charitables, on notera quatre visites pour les prisonniers (9e-12e visites : I, p. 277-481).

12 III, p. 301.

13 « Il y a encore en cette chambre un homme qui a des imaginations hypocondriaques, des plus bourrues et des plus extravagantes. Il croit entre autres choses qu’il a un long nez de verre. Et il crie dès que quelqun aproche de luy, s’imaginant qu’on va le luy casser » (II, p. 314).

14 Charenton, Olivier de Varennes, 1667. 8o, 204 p.

15 III, p. 345-563.

16 II, fol. V-VIII.

17 II, fol. IX-X.

18 II, fol. XIII-XVII.

19 II, fol. XIII.

20 II, p. 217-227 ; autre exemple : dans la 33e visite, le cas de la « pauvre femme » atteinte de la peste à Paris, desirant « avec ardeur que son enfant fust bâtisé », consolée par l’un des pasteurs qui fit le baptême au cimetière (III, p. 93-94).

21 60e visite (V, p. 507). Cf. Au milieu du XVIIe siècle, on peut estimer la population réformée de Paris de 8 à 10 000 âmes ; quatre pasteurs desservaient alors l’Église de Paris, sise à Charenton.

22 I, fol.** 6. – Cf. 33e visite : Drelincourt visiteur des pestiférés (III, p. 94, 102-103). Sur Drelincourt pasteur consolateur, voir Carbonnier-Burkard M., « Un manuel de consolation au XVIIe siècle... », op. cit., p. 333-336.

23 II, fol. XIX.

24 Voir dans la liturgie de Calvin, La forme des prieres et chantz ecclesiastiques (1542, 1545), la rubrique « de la visitation des malades » : « L’office d’un vray et fidele Ministre est non seulement d’enseigner publiquement le peuple, auquel il est ordonné pour Pasteur : mais en tant que faire se peult, d’admonester, exhorter, reprendre et consoler un chascun en particulier. Or le plus grand besoing, qu’a jamais affaire l’homme de la doctrine spirituelle de nostre Seigneur, est quand il est visité de nostre Seigneur en afflictions, soit de maladies, ou aultres maulx ; principallement à l’heure de la mort... » (Ioannis Calvini Opera... omnia, éd. Baum G., Ed. Cunitz et Ed. Reuss, Brunsvick, 1863-1900, VI, 209-210). Cf. Bullinger, Confession helvétique postérieure (1566), chap. XXV (in, Confessions et catéchismes de la foi réformée, éd. Fatio O., Genève, Labor et Fides, 1986, p. 296-297).

25 Discipline (1559), art. 22 (Reformierte Bekenntnisschriften, éd. Andreas Muhling et Peter Opitz. Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Verlag, Bd 2/1, 1559-1563, 2009, p. 57-83) ; cf. éd. 1666, chap. III, Des anciens et diacres, art. IV : « L’office des diacres est de recueillir et de distribuer, par l’avis du consistoire, les deniers des pauvres, des prisonniers et des malades, les visiter et en avoir soin » ; chap. I, Des ministres, art. XII : « La charge des ministres est principalement d’évangéliser et annoncer la parole de Dieu à leurs peuples ».

26 La visite des malades de la RPR par les pasteurs était d’ailleurs reconnue, comme un élément de la liberté de conscience, dans une disposition de l’édit de Nantes reprise des cahiers des députés réformés : « Ne seront pareillement tenus ceux de lad. Religion de recevoir exhortation lorsqu’ils seront malades ou prochains de la mort, soit par condamnation de justice ou autrement, d’autres que de la mesme Religion ; et pourront estre visitez et consolez de leurs ministres sans y estre troublez ; et quand à ceux qui seront condamnez par justice, lesd. ministres les pourront pareillement visiter et consoler, sans faire prieres en publicq sinon es lieux où led. exercice public leur est permis par led. edict. » (Édit de Nantes, 1598, Articles particuliers, 4) ; cf. Conférences de Fleix, 26 novembre 1580, et Coutras, 16 décembre 1580, art. 4.

27 I, fol.** 6.

28 III, p. 341.

29 III, p. 342.

30 III, p. 343-344.

31 Bonnefons A. (1600-1653), Le Chrestien charitable, qui visite les pauvres et les prisonniers, qui assiste les malades et les agonisans, qui instruit les ignorans et les penitens, Lyon, Antoine Laurens, 1670, chap. I (p. 1-33). Ce manuel sorti en 1643 eut 6 rééditions jusqu’en 1676. Avant la fin du XVIIe siècle, on ne trouve guère que chez des jésuites des ouvrages catholiques traitant de la visite des malades, parmi les œuvres de miséricorde. Cependant le Rituel romain de Paul V (1614), fruit du Concile de Trente, comporte une instruction aux curés sur la « visitation et soin des malades », suivie de l’« ordre de la recommandation de l’âme (voir Rituale Romanum Pauli V. Pont. Max. jussu editum, Anvers, Plantin, 1617, p. 101-117).

32 Bonnefons A., op. cit., chap. I, art. II : comment faire ces visites de charité, « pour les rendre agréables à Dieu, méritoires de quelque grâce, satisfactoires pour quelque péché, & profitables à vostre ame » (p. 15) ; art. III : « Les saintes intentions que peut avoir le Chrestien charitable » (p. 16-20) ; art. V : « les grands profits qui reviennent au Chrestien qui fait ces charitables visites » (p. 28-33).

33 Bonnefons consacre une section à l’organisation des visites des malades à l’Hôtel-Dieu de Paris, présentée comme modèle à imiter (op. cit., p. 178-183). – Cf. Rituale Romanum : il est précisé que les curés peuvent se faire aider de temps en temps par des vicaires, voire des « hommes laïcs pieux » (ibid., p. 101).

34 « Ne donnez jamais l’aumosne temporelle à ces personnes affligées, qu’elles n’ayent receu la spirituelle ; & pour cela, priez quelque bon Ecclésiastique ou Religieux de vous accompagner en ces visites, & de faire quelque devote exhortation, ou simple Catéchisme, avant que vous distribuiez l’aumosne » (Le Chrestien charitable, op. cit., p. 5).

35 II, fol. XXXIII.

36 II, fol. CXII-CXX.

37 Les Visites charitables sont destinées « au peuple », à « une infinité de fidèles qui sont en des lieus où ils ne peuvent esperer d’estre consolez de vive voix par les serviteurs de Dieu » (I, fol.** 6).

38 13e-18e visites, 29e, 35e et 36e visites, outre la 32e visite à l’hôpital (pour la plupart des cas).

39 Daniel Roche a souligné ce changement – l’autonomisation de la maladie par rapport à la mort, et la montée en puissance des médecins – dans l’Art de mourir au XVIIe siècle (op. cit., p. 110).

40 Le chrestien charitable..., op. cit., chap. IV, art. I (p. 127-134), et art. II, point 9 (p. 135). Cf. Rituale Romanum : « In primis autem spiritualem aegrotantium curam suscipiat, omnemque diligentiam in eo ponat, ut in via salutis eos dirigat, atque a diabolis insidiis salutarium adjumentorum praesidio defendat, ac tueatur » (op. cit., p. 102).

41 Bonnefons A., op. cit., chap. IV, art. I et II (p. 128-142).

42 Ibid., chap. IV, art. IV (p. 152-154) ; chap. V, art. III (p. 198 sq.).

43 Ibid., chap. IV, art. VI (p. 162-170) ; chap. V, art. VII (p. 219-237). Cf. Rituale romanum, op. cit., p. 102, 104-117, 118-141.

44 Ibid., chap. IV, art. III (p. 143).

45 Dérivé du thème platonicien-stoïcien de la philosophie comme médecine de l’âme (à la fois purification et guérison), développé par Boèce au début VIe siècle, et du thème patristique du « Christ médecin », le topos du prêtre « médecin de l’âme » a été popularisé par Gerson (voir La science de bien mourir ou la médecine de l’âme). Voir aussi les instructions officielles sur le sacrement de pénitence, dans le diocèse d’Alet (1e éd. 1667) : « Pourquoy fait-on une déclaration de ses pechez au Prestre ? – Parce que le Prestre faisant l’office de medecin dans le sacrement de penitence, si nous voulons guerir il faut luy découvrir les maladies de nôtre ame, qui sont nos pechez, de mesme que nous decouvrons les maladies du corps à ceux que nous croyons y pouvoir apporter quelque remede » (Les Instructions du Rituel du diocese d’Alet, 4e éd., Paris, Guillaume Desprez, 1678, p. 114).

46 Voir Jean Gerson, « Savoir bien mourir » : « Pour ce que la maladie corporelle vient de la maladie et langueur de l’ame, nostre saint père le pape par expresse decretale commande à tous medecins qu’ils ne donnent au malade qu’ils visitent aucune médecine corporelle devant qu’ils l’ayent admonesté de requerir le médecin de l’ame, c’est asçavoir son confesseur » (in, L’instruction des curés composée par Maistre Jean Gerson... Avec la Guide des curez... À Bordeaux, S. Millanges, 1584, p. 86). Cf. Rituale romanum, op. cit., p. 102.

47 23e visite (II, p. 370-372).

48 Drelincourt apparaît fasciné par la médecine. Deux de ses fils étaient d’ailleurs médecins : Charles (1633-1697), qui avait fait ses études de médecine à Montpellier, docteur en 1654, au service de Turenne dès 1655, puis professeur de médecine à l’université de Leyde à partir de 1668 ; et Antoine (1641-c. 1728), qui fit sa médecine à Genève, médecin à Genève, puis à Orbe à partir de 1666.

49 À propos des remèdes : « Tandis que l’on peut avoir raisonnablement la moindre esperance de vôtre guerison, l’on est aussi obligé à vous administrer les remedes que l’on croit les plus propres et les plus convenables pour l’état où vous estes... », assure le pasteur à un jeune homme pieux qui se croit condamné à mourir. Et comme celui-ci refuse le traitement et aspire à la mort, il lui présente ce remède comme une « mortification » à laquelle Dieu l’appelle (22e visite, II, p. 302). Sur l’assistance du pasteur à des opérations : 16e visite (II, p. 114) ; cf. Préface (II, fol. XXI).

50 23e visite (II, p. 317-318). Voir aussi 13e visite (II, p. 3-4, 8), 19e visite (II, p. 182), 21e visite (II, p. 253).

51 Indice d’une certaine proximité entre pasteur et médecin, une disposition introduite depuis 1571 dans la Discipline des Églises réformées de France : « défenses aux ministres d’exercer la médecine » ; défense sans rigueur excessive : un ministre « pourra toutefois par charité donner conseil & assistance aux malades de son Troupeau, & lieux circonvoisins, pourveu qu’il ne soit diverty de sa charge, & n’en tirera gain. » (Discipline (1666), chap. I, art. XIX).

52 22e visite : « Le Fidèle : On parle de me faire couper les cheveus, et même de me raser et de m’appliquer sur la teste des pigeonneaus fendus en deus, et encore tout chauds et tout sanglans. J’ai ce remède là en horreur et je voudrois bien qu’on me laissast mourir en paix. Le Pasteur : Je voy que d’ordinaire l’on pratique ce remède en toutes les fièvres malignes et généralement en toutes celles où l’on craint qu’il ne se fasse quelque transport au cerveau. J’ai remarqué que l’on fend un pigeonneau tout vif, le long de l’épine du dos ; et que l’ayant ainsi entr’ouvert, on le met le plus promptement que l’on peut sur le sommet de la teste, qui est tondue ou rasée. On l’y laisse une demy-heure ou une heure au plus ; Et puis on y en remet un autre de la même fasson, et que l’on y laisse autant de tems. J’en ai demandé la raison aus médecins qui disent que ces petis animaus, par la bénignité de leur chaleur naturelle, amie de la nôtre, tempèrent ce degré excessif de chaleur étrangère qui allume le cerveau et qui en déprave les fonctions. Et comme je les ay priez de me dire comment cela se peut faire, ils m’on dit... » (II, p. 302-303).

53 16e visite : à un malade de la pierre, qui va se faire « tailler », et redoute par-dessus tout la « dilatation », le pasteur assure que « les Operateurs ne la font plus aujourduy ; Et je vous puis assurer, que cela ne s’est point pratiqué dans les dernieres opérations où j’ay assisté » (II, p. 113).

54 16e visite (II, p. 367-370).

55 23e visite (II, p. 372).

56 I, fol.** 4 vo.

57 II, fol. V. Cf. fol. XIX.

58 II, fol. XII-XIII.

59 Dans le « savoir bien mourir » de Gerson, le prêtre adresse au mourant quatre exhortations : considérer la mort inévitable, la vie en ce monde comme un pèlerinage pour « acquérir et mériter vie éternelle » et éviter les horribles peines d’enfer », demander à Dieu pardon des péchés et endurer la douleur présente pour la rémission des péchés, recommander son âme à Dieu et demander aux proches de prier pour le repos de l’âme ; puis six questions : « Voulez-vous vivre et mourir en la foi chrétienne... comme loyal et obéissant fils de notre sainte Eglise ? », « Demandez-vous pardon à Dieu de tous vos péchés ? », « Pardonnez-vous à ceux qui vous firent déplaisir ou dommage ? », etc. (L’instruction des curés..., op. cit., 1584, p. 77-88).

60 II, fol. LIV-CXXI.

61 « L’Ancien, & le simple Fidèle, ne peut pas dire, comme le Pasteur, Au Nom & en l’autorité de Jesus Christ notre Seigneur, & comme l’vn de ses Ministres, je vous annonce le pardon de vos pèchez. Mais rien ne peut empescher l’vn & l’autre, de dire, à celuy qui luy témoigne sa repentance, Mon Frère, si vôtre repentance est véritable & sincère, vous pouvez vous assurer que Dieu vous fera misericorde, & vous pardonnera tous vos péchez pour l’amour de Jesus Christ son Fils » (II, fol. CXX).

62 Confession indiquée dans le texte par une ligne de points de suspension : 13e visite (II, p. 13-14), cf. 28e visite, (III, p. 178). Drelincourt tient à répondre à l’accusation « que parmy nous il n’y a point de confession » : celle-ci est proposée, mais non imposée, car « c’est un joug sur les consciences, que nostre Seigneur n’a point imposé... » (II, fol. L1).

63 « On trouve étrange, que nous n’administrons point aus Malades le Sacrement de l’Eucaristie. Mais il y a des Eglises de nôtre Communion, qui ne la refusent point à ceus qui ont de longues maladies. On fait chez les Malades une petite Assemblée, & une forme d’Eglise, où plusieurs Fidèles communient avec le Malade... » (II, fol. LII, cf 14e visite, II, p. 58-72).

64 II, fol. LII-LIII, cf. 23e visite (II, p. 373-383). – La longue critique de l’extrême-onction, comme celle du sacrement de pénitence, est à mettre en rapport avec la politique de pression à la conversion des malades de la RPR (en particulier la déclaration du 2 avril 1666, a. 48, autorisant les curés, à « se presenter au malade, pour savoir s’il veut mourir en la profession de la RPR ou non »).

65 Drelincourt raconte ainsi sa visite à un « conseiller fort illustre, & des premiers de la robe, ayant un anévrisme », dans la salle d’opération : « voyant combien ce personnage soufroit, cela me perça le cœur, & émeut mes entrailles ; Et même, je ne me pus empescher de répandre des larmes. Le patient, au milieu de ses plus cruelles douleurs, prit garde à cela ; Et en me remerciant de mon assistance, & des prières que j’avois présentées à Dieu pour luy, il me dit que ce qu’il m’avoit veu si fort touché de ses maux, avoit grandement servy à les luy faire soufrir en patience” (II, fol. XX-XXI). Voir aussi la 15e visite (II, p. 77).

66 II, fol. LIII.

67 Sur le discours de consolation du visiteur charitable, voir Carbonnier-Burkard M., « Un manuel de consolation au XVIIe siècle... », op. cit., p. 347-352.

68 II, fol. XIX.

69 II, fol. XIX-XXIX.

70 II, fol. XXI-XXIII.

71 II, fol. XXIX-XXXII. Cf. 60e visite (V, p. 518).

72 Deux cas cités à titre de souvenir du pasteur dans la 60e visite (V, p. 513).

73 V, p. 491, 517-518, 537-538.

74 V, p. 515-524.

75 V, p. 510-512.

Auteur

Maître de conférences honoraire à l’Institut protestant de théologie – Faculté de Paris. Ses travaux s’inscrivent principalement dans le champ de la littérature de piété réformée, du XVIe au XVIIIe siècle. Elle coordonne le Groupe de recherches d’histoire des protestantismes (GRHP) et est membre associé du Laboratoire d’études sur les monothéismes (UMR 8584-CNRS/EPHE). Parmi ses publications : Jean Calvin : une vie, Paris, Desclée de Brouwer, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540