Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Premiere partie. Les œuvres à l'épreuve des textes

La valeur théologique de l’assistance sociale dans les Églises d’étrangers d’Europe occidentale

Judith Becker

Résumé

L’article étudie la signification théologique de la diaconie et de la fonction de diacre dans l’ecclésiologie réformée dans les Églises européennes occidentales. Il se concentre sur Jean Calvin et Martin Bucer, les Églises étrangères françaises et néerlandaises de Londres et sur les Églises de Valérand Poullain à Glastonbury et à Francfort. Quelle différence éventuelle y a-t-il entre la diaconie et l’office de diacre ? Quels devoirs les diacres avaient-ils et quels droits ont-été les leurs ? Quelle était la réalité de la diaconie et de l’office de diacre inclus dans l’ecclésiologie ?
La réponse n’est pas uniforme à ces questions parce qu’il n’y avait pas de tradition homogène réformée. Martin Bucer et les Églises étrangères de Londres accordèrent beaucoup plus de l’importance à la diaconie que Jean Calvin et, après lui, Valérand Poullain. Ils soulignèrent tous l’importance de diacres et de la diaconie, mais l’ancrage dans leur ecclésiologie et les ordonnances ecclésiastiques diffère, d’une intégration plus implicite chez Jean Calvin, à la fondation dans la définition de l’Église comme communion dans laquelle les membres de l’Église se soutiennent mutuellement dans l’ecclésiologie d’a Lasco, et à l’argumentation de Martin Bucer qui unit la vie corporelle et spirituelle.

The paper investigates the theological significance of church social welfare and of the office of deacon in the ecclesiology in Western European Reformed churches. It focuses on John Calvin and Martin Bucer, the French and Dutch speaking London strangers’churches and Valérand Poullain’s Glastonbury and Frankfurt churches. It asks if there was a difference between social welfare and the office of deacon, which duties the deacons had and which rights were theirs. It aims at the question: How were church poor relief and the office of deacon included in the ecclesiology?
There is no uniform answer to this question because there was no single and homogenous Reformed tradition. Martin Bucer and the London strangers churches attached much more importance to church poor relief than John Calvin and, following him, Valérand Poullain. They all stressed the importance of deacons and church social welfare but the anchoring in their ecclesiology and church ordinances differs from a more implicit mentioning in John Calvin’s case to the foundation in the definition of the church as communion in which church members necessarily support each other in a Lasco’s ecclesiology and Martin Bucer’s argumentation with the union between bodily and spiritual life.

Texte intégral

  • 1 « Confessio Augustana », Die Bekenntnisschriften der evangelisch-lutherischen Kirche. Herausgegebe (...)
  • 2 Melanchthon P., La Confession d’Augsbourg et L’Apologie de la Confession d’Augsbourg,Jundt P. (tra (...)

« Est autem ecclesia congregatio sanctorum, in qua evangelium pure docentur et recte administrantur sacramenta. Et ad veram unitatem ecclesiae satis est consentire de doctrina evangelii et de administratione sacramentorum1. »
« L’Église est l’Assemblée des saints, dans laquelle l’Évangile est enseigné dans sa pureté et les sacrements sont administrés dans les règles. Pour qu’il y ait une vraie unité dans l’Église, il suffit d’être d’accord sur la doctrine de l’Évangile et sur l’administration des sacrements2. »

  • 3 Voir l’analyse détaillée du concept d’assistance aux pauvres chez Bugenhagen dans : Lorentzen T., (...)
  • 4 Fehler T. G., Poor Relief and Protestantism. The Evolution of Social Welfare in Sixteenth-Century (...)

1De la célèbre définition de l’Église selon la Confession d’Augsbourg, le secours des pauvres est absent. Seules la prédication et l’administration des sacrements sont évoquées, l’Église ne possédant que deux attributions d’après la théologie luthérienne. La tradition réformée en ajouta une troisième – la discipline ecclésiastique – même s’il ne s’agit pas tout à fait d’une attribution de l’Église, comme la prédication et l’administration des sacrements. Calvin, par exemple, n’y voyait pas une attribution de l’Église, bien qu’elle possède indubitablement une grande importance pour cette tradition. Or une nouvelle fois, le secours des pauvres n’apparaît pas, alors que le service de la charité – ou diaconie – a joué un grand rôle dans le fonctionnement des Églises de la Réforme3. On le voit très bien dans les Églises fondées par des réfugiés et des migrants devant prendre soin des leurs, souvent démunis. À Emden, la mise en place d’institutions de secours aux indigents étrangers, organisées et payées par les étrangers, constituait même une condition préalable à l’admission des réfugiés dans la ville4. Mais s’agissait-il seulement d’une obligation externe, imposée aux Églises par les autorités, ou bien existait-il des raisons internes requérant l’assistance aux pauvres et aux malades ? La diaconie avait-elle une signification ecclésiologique ? Était-elle, au fond, ecclésiologiquement nécessaire ?

2Notre propos examinera la signification théologique de l’assistance sociale et du ministère diaconal dans l’ecclésiologie des Églises d’étrangers de Londres, dans l’ecclésiologie de l’Église des étrangers de Valérand Poullain (qui leur était indissolublement liée) et dans celle des plus importants théologiens à les avoir influencées, Martin Bucer et Jean Calvin. Nous verrons comment distinguer entre diaconie et diaconat, en nous appuyant sur une étude des devoirs – et surtout des droits – conférés aux diacres. Ainsi, nous nous demanderons comment assistance aux pauvres et ministère diaconal étaient intégrés à l’ecclésiologie.

3Pour les Églises d’étrangers, le règlement le plus important, précis et influent fut la Forma ac ratio de Jean a Lasco, écrite pour l’Église des étrangers fondée à Londres en 1550, et publiée en 1555 lors de son exil à Francfort. Liturgie, organisation ecclésiastique et réflexions théologiques y sont mêlées, a Lasco expliquant toutes ses décisions en détails. L’arrière-plan théologique de ce règlement transparaissant nettement, son analyse formera le contenu principal de cet article, dans une deuxième partie, faisant suite à une étude du concept calvinien de diaconie.

  • 5 « Police et discipline eclesiastique observee en Eglises de la langue françoise reçoeuisses en ce (...)

4L’Église des étrangers de Londres fut dissoute sous le règne de Marie Tudor en 1553 puis de nouveau tolérée sous une forme nouvelle sous le règne d’Élisabeth en 1559/1560. Alors que les congrégations de toutes origines avaient été réunies en une seule Église au temps d’a Lasco, il existait trois Églises d’étrangers à partir de cette date : une hollandaise, une française et une italienne de taille plus réduite. L’Église hollandaise reprit la Forma ac ratio, tandis que l’Église française reçut de nouvelles ordonnances. Nicolas des Gallars rédigea un règlement pour cette Église dont il devait être le nouveau pasteur, dès son arrivée à Londres en 1560. En 1578, Robert le Maçon écrivit un autre règlement qui ne fut jamais publié, mais utilisé pendant des décennies, devenant un modèle pour toutes les ordonnances des Églises d’étrangers d’Angleterre jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Ces règlements seront examinés dans une troisième partie, avec la Liturgia sacra de Valérand Poullain5. Une quatrième partie, plus courte, se concentrera sur l’ecclésiologie de Martin Bucer.

5Nos analyses montreront qu’il existait des manières très différentes d’articuler Église et diaconie, et qu’au moins trois approches structuraient la tradition réformée. Pour deux d’entre elles, le secours des pauvres formait une partie intégrante de l’ecclésiologie.

Assistance sociale et diaconat dans l’Institutio christianae religionis de Calvin, les ordonnances de l’Église de Genève et sa liturgie

  • 6 Les ouvrages sur Calvin sont très nombreux, particulièrement après l’année de son 500e anniversair (...)
  • 7 Calvin J., « Institutio Christianae Religionis (1559) », Barth P., Niesel W. et Scheuner D. (ed.),(...)
  • 8 Ibid., vol. iii, 8.
  • 9 Ibid., vol. iv, 1, 3.
  • 10 McKee E. A., op. cit., p. 50-57, p. 156 sq.

6La pensée calvinienne de la diaconie ne constitue pas l’élément le plus fondamental de l’ecclésiologie de tradition réformée, mais son influence fut notable6. Dans l’Institutio christianae religionis, Calvin n’évoque que très rarement les nécessiteux7. Au livre iii, chapitre 8, affirmant que souffrir la croix permet le renoncement à soi, il interprète la pauvreté sur le plan spirituel8. Une vie de dénuement est voulue par Dieu comme une épreuve, rappelant à l’homme sa faiblesse, pour lui faire entendre la vérité divine et lui apprendre l’espérance en l’avenir. L’indigence est comprise au seul prisme théologique, sans offrir la perspective d’une amélioration de la condition du pauvre sur la terre. En considérant la communion des saints comme une composante de la définition de l’Église, il affirme explicitement que tous les membres de l’Église doivent partager leurs talents (Gnadengaben), mais jamais leurs biens, son opposition à toute forme de communisme venant de son rejet de la subversion de l’ordre civil9. Ainsi, la communion des saints, elle aussi, ne semble avoir de sens que spirituel, non pas à la fois spirituel et temporel. Néanmoins, une analyse des textes calviniens dans leur ensemble montre l’importance théologique de la diaconie, reposant sur les notions d’amour, de communauté et de la sainte Cène. Mais de telles considérations se trouvent plutôt dans l’exégèse des péricopes concernant les diacres que dans l’Institutio10.

  • 11 Calvin J., « Institutio Christianae Religionis (1559) », op. cit., vol. iv, 3, 1-8.
  • 12 McKee E. A., op. cit., p. 227. Son analyse des textes calviniens s’achève ainsi : « Le diaconat es (...)

7Calvin déduit ensuite les ministères ecclésiastiques des commandements bibliques et de la pratique de l’Église primitive. Il commence par une longue interprétation de l’épitre aux Éphésiens, dont les diacres sont absents. Passant à l’épitre aux Romains puis à la première épitre aux Corinthiens, il ajoute le diaconat aux ministères de prédication et de direction11. Il est intéressant de noter qu’il ne commence pas par ces épitres bibliques, se situant pourtant avant l’épitre aux Éphésiens dans l’ordre d’impression de la Bible, mais par celle qui n’évoque pas le secours des pauvres dans l’Église et le ministère qui en découle. Calvin crée ainsi une séparation entre les différents ministères, comme si le diaconat n’était pas aussi important que les autres12.

8L’analyse intégrale du livre iv confirme cette interprétation. La diaconie n’apparaît qu’en lien avec le diaconat. Toutes les autres considérations ecclésiologiques resteraient valables en son absence. De toute évidence, le secours des pauvres est important pour l’Église, mais pas indispensable, selon l’ecclésiologie calvinienne.

  • 13 Calvin J., « La Forme des Prieres et Chantz ecclesiastiques, auec la maniere d’administrer les
  • 14 Sacremens, et consacrer le Mariage : selon la coustume de l’Église ancienne (1542) », Barth P., Nie (...)

9La liturgie genevoise donne la même impression : les nécessiteux sont évoqués dans les prières d’intercession mais la collecte d’aumônes n’est en rien prescrite13. Les pauvres apparaissent au milieu de listes de personnes démunies telles que le persécuté, le prisonnier, le malade ou l’exilé14. Malgré la confrontation quotidienne de Calvin aux réfugiés, dont beaucoup étaient au moins temporairement pauvres, le dénuement dans le siècle n’entrait pas dans la liturgie. La bonne organisation de l’assistance aux pauvres dans la ville de Genève rendait peut-être superflue la collecte d’aumônes pendant l’office.

10Pourtant, l’intégration concrète des diacres dans la vie de l’Église de Genève transparait dans ce texte. Ils prenaient officiellement part à la cérémonie eucharistique, recevaient la coupe de communion directement après le pasteur, administrant ensuite son contenu aux fidèles. Ils participaient aussi aux cérémonies matrimoniales.

  • 15 Calvin J., « Ordonnances Ecclésiastiques (1541/61) », Barth P., Niesel W. et Scheuner D. (ed.), op (...)

11Très étonnamment, les ordonnances de l’Église de Genève sont muettes sur ce point15. Ici, les diacres constituent l’un des quatre ministères de l’Église, dont la tâche principale est l’assistance sociale, un diacre rémunéré étant responsable de la gestion de l’hôpital. Ils sont supervisés par les pasteurs et les magistrats. Curieusement, ils n’ont pas l’obligation de se réunir régulièrement, mais la subvention de leur budget par les magistrats, en cas de déficit, souligne l’importance de leur ministère pour la ville.

12C’est peut-être pour cette raison qu’ils ne bénéficient pas d’une définition ecclésiologique plus rigoureuse dans les ordonnances genevoises, publiées par le conseil de la ville. Le diaconat étant indispensable à la cité, il n’avait pas besoin de justification ecclésiologique. Toutefois, Calvin ne mettant pas non plus particulièrement en valeur ce ministère dans son Institutio christianae religionis, et puisque les diacres dans les ordonnances de l’Église de Genève sont ecclésiologiquement subordonnés aux autres ministères, on peut donc conclure que diaconie et diaconat étaient effectivement importants pour Calvin, mais davantage selon une perspective pratique que de théorie ecclésiologique.

Assistance sociale et diaconat dans la Forma ac ratio de Jean a Lasco

  • 16 Sur Jean a Lasco : Jürgens H. P., Johannes a Lasco in Ostfriesland. Der Werdegang eines europäisch (...)
  • 17 Sur l’histoire de l’Église des étrangers de Londres : Pettegree A., Foreign Protestant Communities (...)
  • 18 A Lasco J., « Forma ac ratio tota ecclesiastici Ministerii, in peregrinorum, potissimum vero Germa (...)
  • 19 Micron M., De christlicke ordinancien der Nederlantscher ghemeinten te Londen (1554), Dankbaar W. (...)
  • 20 Micron M., « Kirchenordnung, wie die unter dem christlichen könig auß Engelland Edward dem VI. in (...)

13Membre de la noblesse polonaise, Jean a Lasco fut le premier superintendant de l’Église des étrangers de Londres nommé par le Roi Édouard vi en 1550, assurant immédiatement son développement16. Un culte destiné aux étrangers de langue néerlandaise et française était déjà assuré depuis plusieurs mois17. A Lasco organisa la nouvelle Église en coopération avec certains de ses coreligionnaires, en particulier Martin Micron, l’un des pasteurs de l’Église hollandaise de Londres. C’est ensemble qu’ils quittèrent Londres en 1553, exilés par Marie Tudor. Alors que Micron devint pasteur de la ville de Norden, en Frise orientale, a Lasco se rendit à Emden puis à Francfort avant de rentrer dans sa Pologne natale. Avant même qu’a Lasco ne soit en mesure de publier la Forma ac ratio en 155518, Micron en publia une version abrégée en 1554, les Christlicke Ordinancien19. L’ouvrage fut traduit en Français en 1556 et en allemand en 156520. Ces deux textes sont globalement semblables, mais divergent sur certains détails.

  • 21 Sur a Lasco et l’assistance aux pauvres de l’Église : Fehler T., « Diakonenamt und Armenfürsorge b (...)

14C’est le cas de l’assistance aux pauvres, a Lasco la mentionnant bien plus souvent que Micron. Il ne s’agit pas seulement d’une question de longueur de ces ordonnances, mais de mise en valeur et d’appréciation21.

  • 22 A Lasco J., « Forma ac ratio... », op. cit., p. 190-194.

15Mais avant d’en venir à la diaconie en elle-même, un examen des positions ecclésiologiques a Lasciennes est nécessaire. Au centre de celles-ci se trouve l’Église comme communio corporis Christi, communion avec le Christ, en son corps, instituée et entretenue par la cérémonie de la Cène. Il s’agit d’une communauté eucharistique dans laquelle les membres de l’Église se mêlent en un seul corps. A Lasco utilise l’image de grains devenant pain, devenant inséparablement liés non seulement avec le Christ mais aussi entre eux. Préserver cette unité est la fonction principale de la discipline ecclésiastique, associée, de ce fait, à la Cène du Seigneur. Tout acte de discipline ecclésiastique comme tout autre élément de règlement vise à cette communion de l’Église. C’est pourquoi l’unité et l’égalité de tous les membres de l’Église (au moins devant le Christ) sont fondamentales dans cette ecclésiologie. C’est pourquoi chaque étape de la pénitence publique est intégrée au service du culte et l’unité de l’Église mise en exergue dans toutes les liturgies. Toute l’Église se réjouit du pécheur repenti et pleure le rénitent, les pécheurs irréductibles n’étant eux-mêmes pas dévalorisés, comme le souligne a Lasco, car les péchés du membre tombé sont liés aux péchés des autres membres de l’Église, et ainsi sont les prières et les larmes reliés22.

16Par conséquent, la diaconie – au sens général d’assistance aux pauvres de l’Église – n’est pas un devoir marginal mais une partie intégrante de son existence. Ses membres étant indissolublement liés, ils se doivent mutuellement assistance, spirituellement mais aussi matériellement. Ils se doivent une entraide mutuelle, afin que la communio corporis Christi soit maintenue.

17Considérons maintenant la Forma ac ratio. A Lasco évoque la diaconie dans quatre cas : la liturgie, le diaconat, les devoirs tant des pauvres que des riches dans l’Église, et enfin, lorsqu’il décrit la communion avec le Christ, en son corps, instituée et entretenue pendant la Cène.

  • 23 L’une des grandes différences entre la version d’a Lasco et de Micron de l’ordonnance de Londres à (...)
  • 24 La Prophetia, en tant que service spécial du culte, n’est pas décrite dans le cadre de la liturgie (...)

181. La liturgie : la référence constante aux nécessiteux dans la liturgie est caractéristique de l’ordonnance ecclésiastique d’A. Lasco23. Aucun autre règlement ne réitère la recommandation des pauvres aussi souvent. Certains, comme à Genève, ne l’intègrent tout simplement pas dans le fonctionnement du culte, alors qu’a Lasco clôt chaque liturgie, avant la bénédiction finale, par le rappel de la recommandation des pauvres. Tous les services dominicaux du matin et de l’après-midi (c’est-à-dire celui du catéchisme), les services de semaine, du baptême, de la Cène, de prière, les mariages, toutes les cérémonies liées à la discipline ecclésiastique et enfin, les funérailles, se terminent avec la recommandation des pauvres24. Cet élément est si important qu’il est répété tout au long du règlement, le secours des pauvres étant une partie intégrante de tout service liturgique.

  • 25 Ibid., p. 91.

19Selon la Forma ac ratio, la collecte des aumônes par les diacres aux portes du temple a lieu à la fin des liturgies du service ordinaire du dimanche matin, première liturgie décrite et modèle de toutes les autres, à la fin de la liturgie de la Cène, où a Lasco prescrit également que le reste de pain et de vin soit distribué parmi les pauvres, et lors de la liturgie des funérailles25. Au-delà, on peut penser que la collecte devait s’effectuer à la fin de chaque service liturgique, les nécessiteux étant recommandés lors de chacun d’eux.

20La diaconie ne pouvait donc pas – et ne devait pas – être oubliée. La liturgie démontre qu’il s’agissait d’une partie intégrante du service du culte, c’est-à-dire de toutes les activités publiques de l’Église, dont l’unité est rendue effective de manière très démonstrative par celles-ci.

  • 26 Ibid., p. 51 et p. 53.
  • 27 Ibid., p. 49 et p. 11. Ces mentions figurent dès la préface de la Forma ac ratio et la dédicace au (...)
  • 28 Ibid., p. 52. A Lasco distingue entre des seniores étant des « ministres de la parole », et des se (...)
  • 29 Ibid., p. 61, p. 63 et p. 78-79.

212. Le diaconat : selon la pensée a Lascienne, il y a deux ministères : les seniores et les diacres26. Les diacres sont indispensables à la constitution de l’Église27. Leur élection et leur intronisation sont tout à fait comparables à celles des autres serviteurs de l’Église, étant tous élus par l’Église entière et intronisés lors d’un service d’ordination public. La seule différence est que les pasteurs et les superintendants doivent être présentés au Roi pour être confirmés après leur élection, alors que les anciens et les diacres prennent leur charge sans avis du Roi28. Les diacres doivent être ordonnés comme les autres titulaires de charge, leur ministère étant spirituel, tout comme celui des pasteurs et des superintendants. Ils sont davantage que de simples gestionnaires des aumônes, appartenant intégralement à l’existence de l’Église, et travaillant, comme tout autre, à la gloire de Dieu et à l’édification de l’Église29.

  • 30 Ibid., p. 59 sq.

22Le diaconat relève d’un ordre apostolique, donc divin30. Suivant la tradition réformée, a Lasco ne s’appuie pas seulement sur des références au Nouveau Testament, mais aussi sur les textes vétérotestamentaires. Pour cela, il se réfère au quinzième chapitre du Deutéronome, sur « l’année jubilaire », au cours de laquelle Dieu exhorta Israël à prendre soin de ses pauvres, le répétant à plusieurs reprises. Le texte biblique, comme l’ordonnance ecclésiastique a Lascienne, renforce ce commandement par un effet de répétition.

  • 31 Ibid., p. 60. Les aumônes sont principalement données aux membres de l’Église. Les autres indigent (...)
  • 32 Ibid., p. 201 sq.
  • 33 Ibid., p. 228-236. Micron ne mentionne pas la participation des diacres aux réunions désignées par (...)

23La tâche principale des diacres est de collecter et distribuer les aumônes31. Parallèlement, ils participent à la liturgie eucharistique, à la Prophetia – le service du jeudi pendant lequel les fidèles peuvent poser leurs questions sur les sermons de la semaine précédente – et à l’un des services liturgiques les plus délicats, l’excommunication. Personne ne peut être exclu de l’Église sans le consentement de tous les autres membres de l’Église. C’est pourquoi les ministres et les anciens, tous comme les diacres, sont publiquement intégrés à cette liturgie32. Ils participent aussi aux réunions des ministres ecclésiastiques qui ne relèvent pas strictement de la gouvernance de l’Église : la censura morum, une réunion consacrée par les ministres à l’exercice interne de la discipline ecclésiastique, et le coetus, une convention mensuelle des deux congrégations, française et hollandaise, de l’Église des étrangers de Londres33.

  • 34 Le fait que les diacres constituaient des représentants de tous les membres de l’Église transparai (...)

24Ainsi, les principaux responsables de l’assistance aux pauvres ne sont en rien inférieurs aux autres ministres, ce qui montre bien l’importance du diaconat au sein de l’Église34.

  • 35 Ibid., p. 61.
  • 36 Ibid., p. 80.

253. Les devoirs tant des pauvres que des riches dans l’Église : ceux-ci sont évoqués dans le cadre de la description des devoirs des diacres et d’une admonition clôturant la liturgie de leur ordination. Les devoirs des diacres étant également lus à la congrégation lors du service du culte, les devoirs tant des pauvres que des riches en l’Église sont rappelés deux fois aux fidèles. Les riches doivent donner généreusement car ce qu’ils possèdent n’est pas à eux, mais à Dieu seul. Ils ne sont pas comme un seigneur en sa maison, mais simplement des intendants. C’est Jésus-Christ lui-même qu’ils négligent ou honorent à travers les membres les plus pauvres de l’Église. Mais devant effectuer leurs dons de manière méthodique pour l’édification de l’ensemble de l’Église, la répartition des aumônes ne peut incomber à leur seule responsabilité individuelle, rendant nécessaire le ministère diaconal35. À la fin du service cultuel, a Lasco répète combien il est important qu’ils donnent généreusement et que donner est, de fait, une bonne œuvre, selon le sens donné par la Réforme à ce terme36.

  • 37 Ibid., p. 62 et p. 80.

26Symétriquement, les devoirs des pauvres consistent, premièrement, à ne pas recevoir d’aumône s’ils peuvent s’aider eux-mêmes, par leur zèle et le travail de leurs mains. Pour cela, a Lasco s’appuie sur la Lex caritatis christiana selon laquelle chacun devrait s’inquiéter davantage des autres que de lui-même. L’authentique pauvre doit, deuxièmement, n’être pas honteux de sa pauvreté. La Providence divine a voulu que dans son Église certains soient pauvres et d’autres riches. Les pauvres font la démonstration de leur vénération pour Dieu en acceptant leur vie, et en recevant les aumônes avec gratitude, ils suivent le modèle du Christ qui s’est fait pauvre pour les hommes. Troisièmement, ils doivent se souvenir qu’ils reçoivent les aumônes non des hommes mais de Dieu, devant, de ce fait, les recevoir avec révérence et reconnaissance. À la fin du culte, ils sont incités à prier pour les riches, afin que Dieu les rende généreux, et pour l’Église, afin qu’elle vive pour toujours dans la foi et l’amour37.

27Deux choses semblent donc importantes. Premièrement, donner ou recevoir des aumônes relève de Dieu. Les membres de l’Église, riches et pauvres, se voient rappeler qu’ils ne sont pas maître de leur état, reçu de Dieu. Le diaconat illustre cette subordination, dont ils doivent toujours être conscients. Deuxièmement, les membres de l’Église, riches et pauvres, sont intimement liés. Les riches doivent assistance aux pauvres et les pauvres doivent la prière pour les riches – pour que Dieu les rende généreux. Ainsi, l’unité de l’Église existe même entre des fidèles qui n’auraient entre eux aucun lien, comme entre un riche imprimeur et un homme de peu incapable de gagner son pain quotidien. La communio corporis Christi s’incarne dans leur interdépendance.

  • 38 Ibid., p. 153.
  • 39 Traduction proposée par Antoine Odier d’après, ibid., p. 637 sq. ; « Es werden auch die armen der (...)

284. La communion avec le Christ, en son corps : l’importance de l’assistance aux nécessiteux dans l’Église et la dépendance mutuelle entre riches et pauvres née de l’unité de l’Église sont évoquées en de multiples contextes. La communio corporis Christi eucharistique est évidemment le plus important d’entre eux. Déjà au cours des célébrations préparant à l’Eucharistie, la recommandation des pauvres est prononcée, comme dans tout service liturgique. Expliquant ensuite qu’en recevant le pain et le vin les membres de l’Église entrent en communion avec le Christ, et ainsi en communion avec chacun d’entre eux, a Lasco souligne qu’ils sont chargés de se servir et de s’assister mutuellement. En définitive, tous peuvent se sentir égaux38, Micron écrivant dans sa version abrégée : « Les pauvres sont recommandés à l’Église, et cela grâce aux mystères de la Cène du Seigneur39. »

  • 40 Ibid., p. 155 sq.

29Les bonnes œuvres sont le résultat inévitable de la communio corporis Christi. Par l’entraide mutuelle, les membres de l’Église démontrent qu’ils ne sont qu’un seul corps40. Ainsi, a Lasco explique comment la relation entre les membres de l’Église, riches et pauvres, reflète la communion au corps du Christ.

  • 41 Ibid., p. 159-165.

30La relation intime entre l’épicentre de l’Eucharistie, la formation de la communio corporis Christi et cette union entre les membres riches et pauvres de l’Église est sans doute la raison pour laquelle les diacres sont intégrés à la liturgie eucharistique. Ensemble, avec les anciens et les pasteurs, ils prennent part à la liturgie de la Cène du Seigneur et se tiennent face à l’assemblée lorsqu’elle est célébrée. L’unité de tous les ministres au cours de ce service manifeste, elle aussi, l’unité de l’Église41. Après la célébration, le reste de pain et de vin, c’est-à-dire de la célébration de l’unité, est apporté aux pauvres de l’Église pour qu’ils puissent ressentir à nouveau que tous ne forment qu’un.

  • 42 A Lasco J., « Compendium doctrinae de vera unicaque Dei et Christi Ecclesia, eiusque fide et confe (...)

31Le Compendium doctrinae, la confession de foi publique que tout nouveau membre de l’Église des étrangers de Londres devait signer, souligne aussi que le secours des pauvres est indispensable à l’Église. La confession de foi publique constituait, selon ce document, l’une des marques de l’Église, parallèlement à son ancienneté et à sa foi42. Toutes les publications doctrinales et liturgiques a Lasciennes concernant l’Église des étrangers de Londres soulignent donc que la diaconie est fondée sur l’ecclésiologie elle-même et qu’il s’agit de l’un des caractères de la bonne Église.

Les règlements ultérieurs de l’Église de Londres et la Liturgia sacra de Valérand Poullain

  • 43 D’après : Becker J., Gemeindeordnung und Kirchenzucht, op. cit., p. 534. Sur des Gallars à Londres (...)
  • 44 Des Gallars N., « Forma politiae ecclesiasticae nuper institutae Londini in coetu Gallorum Nicolao (...)

32Lorsque Nicolas des Gallars arriva à Londres, il voulut refonder l’Église française43. Il composa une nouvelle ordonnance pour celle-ci, mais pensa qu’il devait conserver certains points de l’ancien règlement d’a Lasco, les membres de l’Église ayant déjà leurs habitudes. C’est pourquoi il utilisa la Forma ac ratio et les règlements genevois comme sources de sa Forma politiae ecclesiasticae44. Pour l’assistance aux pauvres et le ministère diaconal, cependant, il suivit principalement Calvin.

  • 45 Ibid., p. 115.
  • 46 Ibid., p. 124-126.

33Ainsi la diaconie est seulement mentionnée dans le cadre du diaconat. Comme chez Calvin, on retrouve les quatre ministères de pasteur, de docteur, d’ancien et de diacre45, ce dernier étant expliqué en détails46. Il ne se limite pas seulement à la gestion des aumônes, intégrant également l’exhortation et la consolation. Ceux qui étaient pourvus de ces talents seraient élus diacres, certains étant davantage doués pour la gestion, d’autres pour l’assistance aux malades. Il devait y avoir le même nombre d’anciens que de diacres, chaque diacre devant être rattaché à un ancien.

  • 47 Ibid., p. 129.

34Le ministère des diacres excède les simples tâches de gestion, de collecte et de redistribution des aumônes, étant impliqués dans le gouvernement spirituel de l’Église. Une de leurs tâches est, par exemple, la visite aux malades, auxquels ils ne font envoyer un pasteur qu’en dernière nécessité47. Ce court règlement reste néanmoins peu clair quant à savoir si l’assistance aux pauvres de l’Église – c’est-à-dire la diaconie – est indispensable sur le plan ecclésiologique, même si les diacres jouent un rôle évident à l’intérieur de l’Église, soulignant l’importance de leur travail.

  • 48 Le Maçon de la Fontaine R., Police et Discipline Ecclesiastique obseruee en L’eglise de la Langue (...)
  • 49 Ibid., fol. 6 vo, fol. 8 ro.
  • 50 Des Gallars l’avait également prescrit, mais le Maçon renforce ce point : Ibid., fol. 7 verso ; De (...)
  • 51 Le Maçon de la Fontaine R., Police et Discipline Ecclesiastique, op. cit., fol. 10 ro.
  • 52 Ibid., fol. 12 ro sq.

35Vingt ans plus tard, le pasteur Robert le Maçon (dit de la Fontaine) rédigea un nouveau règlement pour l’Église française de Londres48. La Forma politiae ecclesiasticae élaborée par des Gallars constituait sa source principale, mais on y trouve des différences très instructives : en plus des procédures d’élection et de discipline ecclésiastique, le diaconat est restructuré49. La définition de la procédure de collecte des aumônes et des réunions hebdomadaires prend davantage de place. Le Maçon écrit plusieurs fois que la collecte des aumônes doit se situer à la fin des cultes, et que les diacres restent explicitement subordonnés au consistoire50. Avant la célébration de la Cène, ils participent aux visites aux fidèles et doivent aussi visiter régulièrement les pauvres, vérifiant s’ils ont toujours besoin d’aumônes ou si le montant doit en être ajusté. Les diacres sont également présents dans la « proposition », l’éducation des futurs pasteurs51. Si une personne souhaitant faire baptiser son fils ou sa fille ne peut pas appeler l’ancien, elle doit s’en remettre au diacre de son quartier, et la visite aux malades peut être effectuée à la fois par les anciens et par les diacres52. Enfin, ils sont présents lors du compte des défunts et leur élection comme leur révocation sont organisées selon des procédures similaires à celles des anciens.

  • 53 Ibid., fol. 1 ro.

36Tout ceci montre que, malgré leur soumission en tant que groupe au consistoire, les diacres étaient assimilés, à titre individuel, aux anciens. L’assistance aux pauvres dans l’Église semble être devenue une tâche administrative, mais ils ont obtenu, en retour, des tâches de gouvernance et de pastorale. Cela correspond bien à l’esprit de l’ordonnance de Le Maçon : tout en se conformant à une organisation de l’Église de type réformé, l’amour chrétien et l’unité dans l’Église retrouvent leur place53. Il impose davantage de contraintes aux fidèles par un ordre plus strict, mais multiplie les moments de reconnaissance et de valorisation.

  • 54 Sur Poullain et ses Églises : Denis P., Les Églises d’étrangers en Pays Rhénans (1538-1564), Paris (...)
  • 55 Poullain V., Valerandus Pollanus. Liturgia sacra (1551-1555), Honders A. C. (ed.), (KHB 1), Leyde, (...)
  • 56 Pour une comparaison entre les versions française et latine : Becker J., « Bekenntnis der Wallonen (...)

37En complément de ces deux ordonnances londoniennes, nous intégrons ici celle de Valérand Poullain car elle était aussi destinée aux Églises d’étrangers54. Elle est inspirée de l’ordonnance de Calvin pour l’Église des Français réfugiés à Strasbourg, dont il avait été le pasteur de 1538 à 1541. Il n’existe pas de copie originale de l’ordonnance calvinienne, mais Poullain en a publié une version latine en 1551 pour servir de modèle à la Réforme anglaise – la Liturgia sacra, seu ritus ministerii in ecclesia peregrinorum profugorum propter Evangelium Christi Argentinae – affirmant explicitement qu’il s’agissait du règlement strasbourgeois55. Un an plus tard, il publia une traduction française de cette ordonnance – L’ordre des prières – auquel il ajouta l’office des repentances publiques et d’autres prières de l’Église des étrangers de Londres. C’est l’un des premiers documents montrant que la discipline ecclésiastique était pratiquée à Londres, et indiquant de quelle manière. Il était utilisé comme règlement de l’Église des réfugiés français de Glastonbury, dirigée par Poullain. En 1554 et 1555, la Liturgia sacra fut publiée à nouveau en latin, servant cette fois d’ordonnance pour l’Église des réfugiés français de Francfort56.

  • 57 Poullain V., Valerandus Pollanus. Liturgia sacra (1551-1555), Honders A. C. (ed.), op. cit., p. 23 (...)
  • 58 Ibid., p. 93-95.

38Ce règlement fut originellement rédigé pour de très petites communautés : ni l’Église de Strasbourg ni l’Église de Glastonbury n’avaient plus d’un pasteur, à Francfort l’Église des réfugiés français n’en avait que deux. Les diacres y ont pour tâche principale de subvenir aux pauvres et de collecter les aumônes. Néanmoins, Poullain introduit une définition légèrement différente du diacre. Le superintendant ou pasteur – il se désigne lui-même comme « superintendant » de son Église, non pas comme pasteur – peut choisir le diacre lui-même. Il l’aidera pour la sainte Cène, pour les célébrations du dimanche après-midi et lorsqu’il s’absentera de son Église57. Lors de la cérémonie de la sainte Cène, le diacre doit ainsi distribuer le vin, ayant reçu préalablement l’Eucharistie, immédiatement après le pasteur58. Si des membres de l’Église étant souffrants, demandaient que l’Eucharistie soit célébrée pour eux, le diacre pouvait y pourvoir avec d’autres fidèles. Cela autorisait une forme de communion privée, une coutume considérée comme catholique et non-évangélique.

  • 59 Ibid., p. 31.

39Les nécessiteux sont rarement évoqués dans ce règlement ecclésiastique et dans la liturgie. Mais dans sa préface, Poullain affirme clairement que le « pur, vray et spirituel service » consiste tout autant à prêcher et administrer les sacrements, qu’à invoquer le nom du Seigneur et accomplir de bonnes œuvres59. Si la diaconie est rarement mentionnée, elle constitue un présupposé de l’ecclésiologie de Poullain, bien qu’il n’y attache pas la même importance qu’a Lasco. Lorsqu’il adopte, par exemple, le règlement de pénitence publique a Lascien, il omet la recommandation des pauvres. En effet, sa congrégation était, au moins à Glastonbury, beaucoup plus réduite que l’Église de Londres, principalement composée de tisserands désargentés, et donc très homogène socialement. La recommandation des pauvres n’aurait peut-être pas eu autant de sens qu’à Londres. Mais en omettant ces références, le devoir d’assistance de l’Église passe au second plan et malgré sa préface, le règlement de Poullain se conforme à l’approche calvinienne.

L’assistance aux pauvres de l’Église chez Martin Bucer

  • 60 À propos de Bucer : Greschat M., Martin Bucer. Ein Reformator und seine Zeit. 1491-1551, Munich, B (...)
  • 61 Bucer M., « Von der waren Seelsorge und dem rechten Hirtendienst, wie derselbige in der Kirchen Ch (...)

40L’idée selon laquelle la valorisation de la diaconie serait une spécificité des Églises d’étrangers, et en particulier de Jean a Lasco, est fausse. Il est un autre théologien de la Réforme d’inspiration calviniste qui la tenait en haute estime : Martin Bucer60. Dans son traité de 1538 intitulé Von der waren Seelsorge, il fonde le secours des pauvres de l’Église sur son ecclésiologie61. Il le fait d’une manière très différente d’a Lasco, mais pas moins efficace.

  • 62 Ibid., p. 116.
  • 63 Ibid., p. 114. Au début de ce même traité, Bucer mentionne trois ministères : les pasteurs, les en (...)
  • 64 Ibid., p. 134-140.

41Le principe fondamental de Bucer est que l’esprit et le corps, le bien-être spirituel et le bien-être corporel sont liés, ne pouvant être séparés. Il affirme l’extrême importance du soin des âmes, mais aussi qu’aucun besoin corporel ne peut résister à la véritable activité pastorale62. De fait, il n’envisage que deux ministères : le soin des âmes et le soin des corps63. La diaconie relevait des prérogatives de tous les ministres, sur le plan théologique et institutionnel. Parmi eux, les diacres se trouvent donc placés au cœur de l’Église. Du fait de leur importance, ils sont élus par l’ensemble de l’Église, ou par des membres spécifiquement choisis en son sein, les deux procédures étant possibles. Ils sont ordonnés lors d’une cérémonie publique, au cours de laquelle leurs devoirs sont lus à la congrégation et le contenu de leur ministère expliqué par le sermon. Ils font face à l’assemblée et sont interrogés sur leur vie et leur volonté de prendre en charge ce ministère, avec diligence et l’aide de Dieu64.

  • 65 Ibid., p. 100-102. Bucer affirme que l’ordre de fait voulu par Dieu, selon lequel certains sont ri (...)

42La centralité de l’assistance aux pauvres dans cette ecclésiologie transparait clairement dans la définition du ministère diaconal, mais aussi dès le début du traité, dans la définition de l’Église. Bucer met en exergue que ceux qui en ont les moyens doivent supporter ceux qui en ont moins, et que l’opulence de certains est destinée à subvenir aux besoins des autres. Comme a Lasco, il le justifie par l’unité de l’Église : parce que tous les membres de l’Église forment un seul corps, ils ressentent les besoins d’autrui et doivent s’aider mutuellement. Il souligne que chacun possède un talent au moyen duquel il ou elle peut aider autrui. Cependant, il pense que l’approbation et le soutien mutuels ne peuvent être uniquement spirituels, devant aussi concerner le corps. C’est pourquoi la diaconie est jugée si importante65.

  • 66 Ibid., p. 116.
  • 67 Ibid., p. 100.

43Continuellement, il souligne que personne ne doit souffrir de manque au sein de l’Église66. En 1538, il n’en conçoit l’actualisation par la fondation d’institutions d’assistance aux pauvres, qu’à la manière d’une première étape. L’amour chrétien et le zèle pour l’avènement du royaume de Dieu doivent conduire à des résultats bien plus probants. L’ambition de la pastorale est de mener les hommes au Christ en les conservant dans le sein de l’Église, ce qui inclut leur vie dans le monde. Bucer réitère en de nombreuses pages que personne dans l’Église ne doit se trouver en situation de nécessité. Que les hommes doivent s’aider mutuellement autant qu’ils le peuvent est donc considéré comme allant de soi. Ceux qui ne veulent y participer sont exclus de l’Église67.

  • 68 Ibid., p. 146.

44Un chapitre entier explique ensuite « comment ramener dans le troupeau les brebis égarées ». Il se termine sur l’idée qu’elles devraient être ramenées dans la communion du Christ, c’est-à-dire dans la communion totale. La diaconie est ainsi l’un des moyens de ramener les fidèles dans le giron de l’Église68.

45Bucer débute la conclusion de son traité avec cette phrase :

  • 69 Traduction proposée par Antoine Odier d’après : ibid., p. 238 ; « Erstlich, das wir uns alle in Ch (...)

« Tout d’abord, nous devons tous être correctement unis dans le Christ, étant son véritable corps et donc mutuellement membres les uns par rapport aux autres à l’intérieur de lui, formant la véritable communauté de sa parole et dispensant à nos compagnons de foi, comme à toute personne, les saints sacrements, la discipline chrétienne, mais aussi toute aide et tout conseil à propos des choses corporelles et spirituelles69. »

46Cela démontre à nouveau que la diaconie constitue une part de la définition de l’Église : il ne peut y avoir d’Église qui ne secoure les pauvres en son sein. Alors que l’assistance caritative ne formerait pas l’une de ses attributions, au sens des notae ecclesicae, elle est sans aucun doute une caractéristique indispensable de la véritable Église chrétienne.

47Il y a au moins trois façons différentes de définir la relation entre diaconie et ecclésiologie. Si Jean Calvin insiste peu sur le secours des pauvres dans son ecclésiologie, Martin Bucer puis les Églises d’étrangers, particulièrement avec Jean a Lasco, l’incluent dans leur définition de l’Église. Celle-ci ne peut, selon eux, exister véritablement sans porter secours aux pauvres et aux nécessiteux. Mais dans cette voie, Bucer et a Lasco adoptent des approches très différentes.

48Tous les deux mentionnent l’unité des membres de l’Église dans la communion avec le Christ. Bucer souligne que l’Église doit prendre soin de l’esprit et du corps de ses membres, que le christianisme signifie le bien être spirituel et corporel. Les soins dispensés aux pauvres par l’Église sont donc aussi bien fondés sur le plan anthropologique et christologique, que sur le plan ecclésiologique. Dans son règlement ecclésiastique, il met en exergue le lien entre ecclésiologie et diaconie. En ajoutant ses arguments anthropologiques et christologiques, il fait du devoir d’assistance aux nécessiteux une dimension essentielle du christianisme.

49Dans la Forma ac ratio d’a Lasco, l’ecclésiologie est aussi au cœur de l’argumentation, mais tous les arguments convergent vers la communauté mystique du corps du Christ. L’unité de tous les membres de l’Église, constituée et entretenue pendant la sainte Cène, doit être vécue dans le cadre de la vie mondaine de l’Église. Les membres de l’Église doivent donc mutuellement s’apporter entraide et assistance. La répétition constante de la recommandation des pauvres dans la liturgie accentue l’importance la diaconie. La valorisation du ministère diaconal tend, elle aussi, en ce sens. Les membres de l’Église, tant riches que pauvres, se voient rappeler leurs devoirs, étant mutuellement liés les uns aux autres. Cette union et le devoir de secours aux pauvres qui en découle pour l’Église sont tout aussi indissolubles que chez Bucer, même s’ils sont expliqués de manière différente.

  • 70 Pour un inventaire de leur échange de correspondances : Jürgens H. P., Johannes a Lasco in Ostfrie (...)
  • 71 Buckwalter S. E., « Martin Bucer und Emden », Emder Jahrbuch, 2006, p. 10-18.

50A Lasco connaissait Bucer et ses écrits, s’étant approprié, de toute évidence, une partie de ses conceptions théologiques et ecclésiologiques70. Leurs idées se ressemblent sur bien des points, particulièrement dans la mise en valeur de la communion du corps du Christ71. Cependant, on observe des différences caractéristiques. A Lasco ne partageait pas l’intérêt bucérien pour l’union entre vie spirituelle et vie corporelle. Ayant été exilé à de nombreuses reprises, il ne montre qu’un intérêt limité, au plan théologique, pour les conditions de la vie terrestre, rappelant ici l’approche de Jean Calvin, lui-même réfugié français à Genève.

51Jean Calvin, lui aussi, pense que le diaconat est nécessaire à l’Église chrétienne. La tâche principale du diacre est la gestion des aumônes, participant également à quelques opérations liturgiques, principalement lors de l’Eucharistie. Pourtant, la question de la diaconie n’apparait que marginalement dans ses conceptions ecclésiologiques, et ne semble relever intrinsèquement de l’ecclésiologie qu’au prisme du ministère diaconal.

52Parmi les autres dirigeants d’Églises d’étrangers, Poullain fut le premier à publier ce qu’il appelait « l’ordonnance de Calvin ». C’est pourquoi il n’est rien d’étonnant à ce que ses conceptions lui soient semblables sur de nombreux points. Toutes les éditions ultérieures furent des enrichissements de ces premiers règlements strasbourgeois, et pas de nouvelles inventions. Des Gallars, ami intime de Calvin, fut envoyé à Londres pour orienter cette Église selon les directives calviniennes. De fait, on ne s’étonnera pas que son règlement répète de nombreuses prescriptions calvinistes. Plutôt court, comme celui de Le Maçon, il manque de justifications ou de réflexions théologiques explicites, alors que c’est précisément là que des passages concernant le secours de l’Église en faveur des pauvres pourraient être trouvés. Toutefois, ils attribuent tous les deux des tâches nombreuses aux diacres, qu’ils intègrent à la direction de l’Église. Leurs Églises, comme toutes celles qui ont été ici soumises à notre analyse, seraient apparues bien différentes si elles n’avaient pas eu de diacres.

Notes

1 « Confessio Augustana », Die Bekenntnisschriften der evangelisch-lutherischen Kirche. Herausgegeben im Gedenkjahr der Augsburgischen Konfession 1930, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1998 (réed.), art. vii, p. 61, 2 sq.

2 Melanchthon P., La Confession d’Augsbourg et L’Apologie de la Confession d’Augsbourg,Jundt P. (trad.), Paris, Cerf, 1989, art. vii, p. 58-59.

3 Voir l’analyse détaillée du concept d’assistance aux pauvres chez Bugenhagen dans : Lorentzen T., Johannes Bugenhagen als Reformator der öffentlichen Fürsorge, Tübingen, Mohr, 2008. L’assistance fournie par l’Église en faveur des pauvres peut aussi être – et a souvent été – analysée au prisme des concepts d’ordre social et de confessionnalisation : Jütte R., « Disziplinierungsmechanismen in der städtischen Armenfürsorge der Frühneuzeit », Sachsse C. et Tennstedt F. (ed.), Soziale Sicherheit und soziale Disziplinierung. Beiträge zu einer historischen Theorie der Sozialpolitik, Francfort, Suhrkamp, 1986, p. 101-118 ; Schmidt S., « “Gott wohlgefällig und den Menschen nutzlich”. Zu Gemeinsamkeiten und konfessionsspezifischen Unterschieden frühneuzeitlicher Armenfürsorge », id. et Aspelmeier J. (ed.), Norm und Praxis der Armenfürsorge in Spätmittelalter und früher Neuzeit, (VSWG 189), Stuttgart, Steiner, 2006, p. 61-90 ; Richter J., Frühneuzeitliche Armenfürsorge als Disziplinierung. Zur sozialpädagogischen Bedeutung eines Perspektivenwechsels (Res humanae 7), Francfort, Lang, 2001. Notre article, néanmoins, se concentre sur la dimension théologique de la diaconie. On mentionnera ainsi les travaux d’Elsie Mackee, qui propose de l’inclure parmi les quatre attributions de l’Église qu’elle identifie au sein de la tradition réformée : la doctrine apos-tolique, l’administration des sacrements, les œuvres caritatives et la prière en commun. Voir : McKee E. A., John Calvin on the diaconate and liturgical almsgiving (Travaux d’humanisme et renaissance 197), Genève, Droz, 1984, p. 84 sq.

4 Fehler T. G., Poor Relief and Protestantism. The Evolution of Social Welfare in Sixteenth-Century Emden (St. Andrews Studies in Reformation History), Aldershot, Ashgate, 1999.

5 « Police et discipline eclesiastique observee en Eglises de la langue françoise reçoeuisses en ce Royaume d’Angleterre soubz la protection de la serenissime Royne Elizabeth que Dieu conserve en toute heureuse prosperité, Norwich, 1589 », Discipline of the Walloon Church at Norwich, 1589, British Library [BL], Eg. 2568 ; « Police & Discipline Ecclesiastique observée es Eglises de la Langue Françoise recueillies en ce Roiaume d’Angleterre sous la protection de nostre Souverain Sire Charles, [que Dieu conserve en toute heureuse prosperité] selon quelle a esté reveüe par le Sinode desdittes Eglises. L’An MDCXLI, Londres, 1641 », « Discipline » of the Walloon Church, 1641, BL, Eg. 2734.

6 Les ouvrages sur Calvin sont très nombreux, particulièrement après l’année de son 500e anniversaire en 2009. Pourtant, peu d’entre eux portent sur la notion de diaconie. Le Calvin Handbuch ne fournit pas d’article sur ce thème, abordé uniquement à travers le texte de Dolf Britz sur la politique et la vie sociale : Britz D., « Politik und soziales Leben », Selderhuis H. J. (ed.), Calvin Handbuch, Tübingen, Mohr, 2008, p. 431-442. Voir également : McKee E. A., John Calvin on the diaconate, op. cit. ; Olson J. E., Calvin and social welfare. Deacons and the Bourse française, Selinsgrove, Susquehanna University Press, 1989.

7 Calvin J., « Institutio Christianae Religionis (1559) », Barth P., Niesel W. et Scheuner D. (ed.), Joannis Calvini opera selecta, Munich, Kaiser, 1967-74, vol. iii-v.

8 Ibid., vol. iii, 8.

9 Ibid., vol. iv, 1, 3.

10 McKee E. A., op. cit., p. 50-57, p. 156 sq.

11 Calvin J., « Institutio Christianae Religionis (1559) », op. cit., vol. iv, 3, 1-8.

12 McKee E. A., op. cit., p. 227. Son analyse des textes calviniens s’achève ainsi : « Le diaconat est rarement mentionné dans les Commentaires de Calvin en leur ensemble, tout simplement parce que peu de textes bibliques traitent spécifiquement de l’assistance aux pauvres et de son organisation. La pratique de l’aumône apparaît plus fréquemment mais à travers des références éparses. Or, dans l’exégèse calvinienne comme dans la Bible, il est souvent question de la caritas (l’amour) ou de la justicia (justice, droiture) dues à toute personne, notamment aux victimes d’une oppression, quelle qu’elle soit. Ces remarques sont considérablement plus étendues que celles qui concernent la pratique de l’aumône ou le diaconat, c’est le contexte, cependant, qui situe ces enseignements au sein de la théologie réformée. » (Traduction proposée par Antoine Odier.)

13 Calvin J., « La Forme des Prieres et Chantz ecclesiastiques, auec la maniere d’administrer les

14 Sacremens, et consacrer le Mariage : selon la coustume de l’Église ancienne (1542) », Barth P., Niesel W. et Scheuner D. (ed.), op. cit., vol. ii, p. 1-58.

Ibid., 22.

15 Calvin J., « Ordonnances Ecclésiastiques (1541/61) », Barth P., Niesel W. et Scheuner D. (ed.), op. cit., vol. ii, p. 325-389.

16 Sur Jean a Lasco : Jürgens H. P., Johannes a Lasco in Ostfriesland. Der Werdegang eines europäischen Reformators (SuRNR 18), Tübingen, Mohr, 2002 ; id., Johannes a Lasco 1499-1560. Ein Europäer des Reformationszeitalters, Wuppertal, Foedus, 1999 ; Bartel O., Jan Łaski, Berlin, Evangelische Verlagsanstalt, 1981 ; Brown H. O. J., John Łaski : A Theological Biography. A Polish Contribution to the Protestant Reformation, thèse de doctorat, Harvard University, 1967 ; Bartels P., Johannes a Lasco (LASRK 9), Elberfeld, Friderichs, 1860 ; Dalton H., Johannes a Lasco. Beiträge zur Reformationsgeschichte Polens, Deutschlands und Englands, Nieuwkoop, De Graaf, 1970 [1re éd., 1881]. Une transcription de la charte d’Édouard vi est disponible dans : Jürgens H. P., Johannes a Lasco. Ein Leben in Büchern und Briefen : Eine Ausstellung der Johannes a Lasco Bibliothek vom 15.10. bis 28.11.1999, Wuppertal, Foedus, 1999, p. 62-66.

17 Sur l’histoire de l’Église des étrangers de Londres : Pettegree A., Foreign Protestant Communities in Sixteenth-Century London, Oxford, Clarendon, 1986 ; Denis P., Les Églises d’Étrangers à Londres jusqu’à la mort de Calvin. De l’église de Jean Lasco à l’établissement du calvinisme, Mémoire de Licence, université de Liège, 1974 ; Lindeboom J., Austin Friars. History of the Dutch Reformed Church in London 1550-1590, La Haye, Nijhoff, 1950 ; Littleton C. G., Geneva on Threadneedle Street : The French Church of London and its Congregation, 1560-1625, thèse de doctorat, University of Michigan, 1996 ; Rodgers D. W., John à Lasco in England (AmUSt. TR 168), New York, Lang, 1994 ; Van Schelven A. A., De Nederduitsche Vluchtelingenkerken der XVIe eeuw in Engeland en Duitschland in hunne beteekenis voor de reformatie in de Nederlanden, ’s-Gravenhage, Nijhoff, 1909 ; de Schickler F., Les églises du refuge en Angleterre, Paris, Fischbacher, 1892, 3 vol.

18 A Lasco J., « Forma ac ratio tota ecclesiastici Ministerii, in peregrinorum, potissimum vero Germanorum Ecclesia : instituta Londini in Anglia, per Pientissimum Principem Angliae etc. Regem EDVARDVM, eius nominis Sextu : Anno post Christum natum 1550. Addito ad calcem libelli Priuilegio suae Maiestatis (Francfort, 1555) », Kuyper A. (ed.), Joannis a Lasco Opera tam edita quam inedita duobus voluminibus comprehensa, Amsterdam, Muller, 1866, vol. II, p. 1-283. Sur l’ecclésiologie a Lascienne : Becker J., Gemeindeordnung und Kirchenzucht. Johannes a Lascos Kirchenordnung für London (1555) und die reformierte Konfessionsbildung (SMRT 122), Leyde, Brill, 2007 ; Falkenroth U., Gestalt und Wesen der Kirche bei Johannes a Lasco, thèse de doctorat, Georg-August-Universität Göttingen, 1957 ; Springer M., Restoring Christ’s Church. John a Lasco and the Forma ac ratio, Aldershot, Ashgate, 2007. On citera également les publications d’Anneliese Sprengler-Ruppenthal, en particulier : Sprengler-Ruppenthal A., Mysterium und Riten nach der Londoner Kirchenordnung der Niederländer (ca. 1550-1566), Cologne, Böhlau, 1967.

19 Micron M., De christlicke ordinancien der Nederlantscher ghemeinten te Londen (1554), Dankbaar W. K. (ed.),’s-Gravenhage, Nijhoff, 1956.

20 Micron M., « Kirchenordnung, wie die unter dem christlichen könig auß Engelland Edward dem VI. in der statt Londen in der niderlendischen gemeine Christi durch kön. majest. mandat geordnet und gehalten worden, mit der kirchendiener und eltesten bewilligung, durch herrn Johannes von Lasco, freiherren in Polen, superintendenten derselbigen kirchen in Engelland, in lateinischer sprach weitleuftiger beschrieben, aber durch Martinum Micronium in eine kurze summ verfasset und jetzund verdeutschet (Heidelberg, Johannes Mayer, 1565) », Sehling E. (ed.), Die evangelischen Kirchenordnungen des xvi. Jahrhunderts, Tübingen, Mohr, 1963, vol. vii, 2, 1, p. 552-667 ; a Lasco J., Toute la forme & maniere du Ministere Ecclesiastique, en l’Eglise des etrangers, dressee a Londres en Angleterre, par le Prince tresfidele dudit pays, le Roy Edouard. VI. de ce nom : L’an apres l’incarnation de Christ. 1550. auec le preuilege de sa Maieste a la fin du liure. Par M. Iean a Lasco. Baron de Polonie. Traduit de Latin en Francois, Emden, Giles Clematius, 1556. Voir sur ce point : Pettegree A., Emden and the Dutch Revolt. Exile and the Development of Reformed Protestantism, Oxford, Clarendon Press, 1992.

21 Sur a Lasco et l’assistance aux pauvres de l’Église : Fehler T., « Diakonenamt und Armenfürsorge bei a Lasco. Theologischer Impuls und praktische Wirklichkeit », Strohm C. (ed.), Johannes a Lasco (1499-1560). Polnischer Baron, Humanist und europäischer Reformator. Beiträge zum internationalen Symposium vom 14.-17. Oktober 1999 in der Johannes a Lasco Bibliothek Emden (SuRNR 14), Tübingen, Mohr, 2000, p. 173-185. Voir égalament : Sprengler-Ruppenthal A., Mysterium und Riten, op. cit., p. 176-208. Elle qualifie Micron de « véritable théologien de la diaconie de Londres » (p. 176) et souligne le lien entre diaconat et Eucharistie dans la théologie londonienne. Voir enfin : Bernoulli W., Das Diakonenamt bei J. a Lasco, Greifensee, Schweizerisches Reformiertes Diakonenhaus, 1951 ; Fehler T. G., Poor Relief and Protestantism. The Evolution of Social Welfare in Sixteenth-Century Emden, Aldershot, Ashgate, 1999 ; Sprengler-Ruppenthal A., « Ausdehnung und Grenzen der Befugnisse der Diakonen in der Londoner niederländischen Gemeinde 1560-64 » [1re ed., 1965], id. (ed.), Gesammelte Aufsätze. Zu den Kirchenordnungen des 16. Jahrhunderts, (JusEcc 74), Tübingen, Mohr, 2004, p. 102-121. Sprengler-ruppenthalSprengler-Ruppenthal assimile le ministère diaconal à un attribut de l’Église (p. 102, note 1).

22 A Lasco J., « Forma ac ratio... », op. cit., p. 190-194.

23 L’une des grandes différences entre la version d’a Lasco et de Micron de l’ordonnance de Londres à propos de la diaconie, est que Micron évoque bien plus rarement qu’a Lasco la recommandation des nécessiteux dans la liturgie.

24 La Prophetia, en tant que service spécial du culte, n’est pas décrite dans le cadre de la liturgie générale. C’est pourquoi la recommandation des pauvres n’y est pas non plus mentionnée : A Lasco J., « Forma ac ratio... », op. cit., p. 101-105.

25 Ibid., p. 91.

26 Ibid., p. 51 et p. 53.

27 Ibid., p. 49 et p. 11. Ces mentions figurent dès la préface de la Forma ac ratio et la dédicace au Roi de Pologne.

28 Ibid., p. 52. A Lasco distingue entre des seniores étant des « ministres de la parole », et des seniores étant des anciens, définition traditionnelle des seniores. Il s’agit d’un ministère honorifique, enveloppant toutes les tâches liées à la direction d’une Église, à l’exception de la prédication et de l’administration des sacrements. Cependant, il permet la supervision de la prédication et de l’administration des sacrements effectuées par les pasteurs : Ibid., p. 55-57. Pour une description du ministère des diacres et de leur ordination, ibid., p. 67-80.

29 Ibid., p. 61, p. 63 et p. 78-79.

30 Ibid., p. 59 sq.

31 Ibid., p. 60. Les aumônes sont principalement données aux membres de l’Église. Les autres indigents d’origine étrangère sont laissés aux autorités et à l’Église d’Angleterre. Micron est encore plus explicite sur ce point : Micron M., De christlicke ordinancien, op. cit., p. 627.

32 Ibid., p. 201 sq.

33 Ibid., p. 228-236. Micron ne mentionne pas la participation des diacres aux réunions désignées par le terme coetus, ibid., p. 657.

34 Le fait que les diacres constituaient des représentants de tous les membres de l’Église transparait dans l’implication manifestée par les fidèles lors de leur élection, et la possibilité qui leur était offerte, régulièrement, de présenter des observations quant à la vie personnelle des diacres et au travail fourni dans le cadre de leur ministère, ibid., p. 229.

35 Ibid., p. 61.

36 Ibid., p. 80.

37 Ibid., p. 62 et p. 80.

38 Ibid., p. 153.

39 Traduction proposée par Antoine Odier d’après, ibid., p. 637 sq. ; « Es werden auch die armen der gemeine ernstlich befohlen, und daß auß den geheimnussen des nachtmals. »

40 Ibid., p. 155 sq.

41 Ibid., p. 159-165.

42 A Lasco J., « Compendium doctrinae de vera unicaque Dei et Christi Ecclesia, eiusque fide et confessione pura : in qua Peregrinorum Ecclesia Londini instituta est, autoritate atque assensu Sacrae Maiestatis Regiae. Quem Deus Opt. Max. ad singulare Ecclesiae suae decus ornamentum ac defensionem (per gratiam suam) servet, gubernet et fortunet. Amen. (Londres, 1551) », Kuyper A. (ed.), Joannis a Lasco Opera..., op. cit., vol. II, p. 285-339. Une nouvelle édition est disponible : Mühling A., « Niederländer Bekenntnis, London 1550/1551 », Faulenbach H. et Busch E. (ed.), Reformierte Bekenntnisschriften, Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Verlag, 2007, vol. i, 3, p. 59-77.

43 D’après : Becker J., Gemeindeordnung und Kirchenzucht, op. cit., p. 534. Sur des Gallars à Londres : Olson J. E., « Nicolas des Gallars and the Genevan Connection of the Stranger Churches », Vigne R. et Littleton C. G. (ed.), From Strangers to Citizens : The Integration of Immigrant Communities in Britain, Ireland and Colonial America, 1550-1750. Proceedings of a Conference convened in London on April 5-7, 2001 by the Huguenot Society of Great Britain and Ireland, Brighton, Sussex academic press, 2001, p. 38-47.

44 Des Gallars N., « Forma politiae ecclesiasticae nuper institutae Londini in coetu Gallorum Nicolao Gallasio authore (1561) » ; Jelsma A. J. et Boersma O. (ed.), Unity in Multiformity. The Minutes of the Coetus of London, 1575, and the Consistory Minutes of the Italian Church of London, 1570-1591, Londres, Huguenot Society of Great Britain and Ireland, 1997, p. 111-132.

45 Ibid., p. 115.

46 Ibid., p. 124-126.

47 Ibid., p. 129.

48 Le Maçon de la Fontaine R., Police et Discipline Ecclesiastique obseruee en L’eglise de la Langue Francoise À Londres, Londres, 1579, Archives de l’Église Française de Londres, MS 297.

49 Ibid., fol. 6 vo, fol. 8 ro.

50 Des Gallars l’avait également prescrit, mais le Maçon renforce ce point : Ibid., fol. 7 verso ; Des Gallars N., « Forma politiae ecclesiasticae... », op. cit., p. 125.

51 Le Maçon de la Fontaine R., Police et Discipline Ecclesiastique, op. cit., fol. 10 ro.

52 Ibid., fol. 12 ro sq.

53 Ibid., fol. 1 ro.

54 Sur Poullain et ses Églises : Denis P., Les Églises d’étrangers en Pays Rhénans (1538-1564), Paris, Les Belles Lettres, 1984 ; Bauer K., Valérand Poullain. Ein kirchengeschichtliches Zeitbild aus der Mitte des sechzehnten Jahrhunderts, Elberfeld, Buchhandlung des Erziehungsvereins, 1927 ; van Schelven A. A., « Zur Biographie und Theologie des Valérand Poullain », Zeitschrift für Kirchengeschichte, no 47, 1928, p. 227-249.

55 Poullain V., Valerandus Pollanus. Liturgia sacra (1551-1555), Honders A. C. (ed.), (KHB 1), Leyde, Brill, 1970. Poullain fut l’un des premiers réformateurs à utiliser le terme de « liturgie ». Voir : ibid., p. 8.

56 Pour une comparaison entre les versions française et latine : Becker J., « Bekenntnis der Wallonen in Glastonbury (Frankfurt) : Poullains « Professio Fidei Catholicae » von 1554 (1552) », Faulenbach H. et Busch E. (ed.), Reformierte Bekenntnisschriften, op. cit., vol. i, 3, p. 79-104.

57 Poullain V., Valerandus Pollanus. Liturgia sacra (1551-1555), Honders A. C. (ed.), op. cit., p. 231.

58 Ibid., p. 93-95.

59 Ibid., p. 31.

60 À propos de Bucer : Greschat M., Martin Bucer. Ein Reformator und seine Zeit. 1491-1551, Munich, Beck, 1990. Concernant sa conception des ministères ecclésiastiques : van ‘t Spijker W., The Ecclesiastical Offices in the Thought of Martin Bucer (SMRT 57), Leyde, Brill, 1996.

61 Bucer M., « Von der waren Seelsorge und dem rechten Hirtendienst, wie derselbige in der Kirchen Christi bestellet und verrichtet werden solle (1538) », Stupperich R. (ed.), Martin Bucers Deutsche Schriften 7 : Schriften der Jahre 1538-1539, Gütersloh, Mohn, 1964, p. 67-245. Une traduction anglaise est consultable : Bucer M., Concerning the True Care of Souls, Beale P. (trad.), Edinburgh, Banner of Truth Trust, 2009.

62 Ibid., p. 116.

63 Ibid., p. 114. Au début de ce même traité, Bucer mentionne trois ministères : les pasteurs, les enseignants et les diacres.

64 Ibid., p. 134-140.

65 Ibid., p. 100-102. Bucer affirme que l’ordre de fait voulu par Dieu, selon lequel certains sont riches et d’autres pauvres, ne peut en aucun cas être aboli. À l’intérieur de ce cadre, cependant, l’entraide mutuelle est cruciale pour l’Église.

66 Ibid., p. 116.

67 Ibid., p. 100.

68 Ibid., p. 146.

69 Traduction proposée par Antoine Odier d’après : ibid., p. 238 ; « Erstlich, das wir uns alle in Christo recht vereynigen, sein warer leib und also in im glider miteynander seiend und die ware gemeynschafft haben seines worts, der h. sacramenten, Christlicher zucht, auch alles rahts und hilffan leiplichem und geystlichem, den haußgenossen des glaubens und yederman zu beweisen. »

70 Pour un inventaire de leur échange de correspondances : Jürgens H. P., Johannes a Lasco in Ostfriesland, op. cit., p. 352-375.

71 Buckwalter S. E., « Martin Bucer und Emden », Emder Jahrbuch, 2006, p. 10-18.

Auteur

Directrice du groupe de recherche « Transfert et transformation des images d’Europe des missionnaires protestants dans le contact avec l’autre, 1700-1970 » à l’Institut de l’Histoire Européenne. Sa thèse de doctorat en théologie soutenue à l’université de Bochum, en 2006, a donné lieu à l’ouvrage Gemeindeordnung und Kirchenzucht. Johannes a Lascos Kirchenordnung für London (1555) und die reformierte Konfessionsbildung (Leiden, Brill, 2007). Ses principaux thèmes de recherche portent sur les missions protestantes du XIXe siècle, la confessionnalisation réformée et la migration religieuse ainsi que sur les ordonnances ecclésiastiques de la Réforme.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540