Version classiqueVersion mobile

Les œuvres protestantes en Europe

 | 
Céline Borello

Préface

Nicolas Stoskopf

Texte intégral

1Réunir à Mulhouse des universitaires venus des mondes anglo-saxon, germanique et français pour étudier le protestantisme et ses œuvres, à travers les institutions et les pratiques charitables du XVIe au XIXe siècle, relève d’une sorte d’évidence dont Céline Borello est le catalyseur. Le rapport est en effet étroit entre l’esprit des lieux et le thème de cette rencontre.

  • 1 Lüthy H., La Banque protestante en France de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Pa (...)

2Mulhouse, ville libre depuis le XIVe siècle, ville réformée depuis le XVIe siècle, tardivement rattachée en 1798 au royaume de France, a eu une histoire très particulière, notamment par rapport à son environnement immédiat, la Haute-Alsace, placée sous la domination des Habsbourg et donc catholique. Il s’est formé ici une communauté qui a fait la démonstration de ses potentialités avec le mouvement des Lumières, le progrès scientifique et technique, et l’industrialisation. Mulhouse est en France une ville pionnière, une ville phare de la révolution industrielle qui découvre aussi plus tôt que d’autres le phénomène du paupérisme et qui s’en préoccupe également de façon précoce. Pour ces industriels protestants, il s’agit moins de pratiquer une charité à fonds perdus qui encouragerait la paresse, que de donner du travail, « la bonne œuvre par excellence » comme le souligne l’historien de la banque protestante, Herbert Lüthy1. Ils s’intéressent à l’école, militent, dans le cadre de la Société industrielle de Mulhouse, contre le travail des enfants, construisent des logements sociaux, cherchent à répandre les bonnes pratiques d’hygiène ou de santé, et sont d’une façon générale acquis à l’idée de progrès. Ils vivent et agissent avec la conviction que progrès économique et social vont de pair.

  • 2 Orth J., Notice biographique sur Jacques-Amédée Rieder, Mulhouse, 1880, p. 7.
  • 3 Zuber I., « Notice nécrologique sur M. Amédée Rieder », Bulletin de la Société industrielle de Mul (...)

3S’il y a un industriel qui, dans le Mulhouse du XIXe siècle, illustre mieux que d’autres l’articulation entre la foi religieuse et les œuvres, c’est sans doute Amédée Rieder (1807-1880) : d’origine colmarienne, fils d’un pasteur luthérien, il devient le patron de la papeterie Zuber-Rieder. Selon son biographe, sa bonté d’âme faisait douter du péché originel2. Par sa physionomie, les longs cheveux blancs qu’il portait à la fin de sa vie, il ressemblait d’ailleurs davantage à un apôtre qu’à un homme d’affaires. S’il met au point au cours de sa carrière de multiples innovations dans la fabrication du papier, il s’illustre aussi par ses œuvres, s’occupant des écoles, des aveugles ou des détenus libérés. « La clé de cette belle existence est donnée par une foi religieuse ferme et sans étroitesse » écrit de lui Ivan Zuber3 : il siège au consistoire réformé de Mulhouse, devient président de la Société biblique et crée à la fin de sa vie un musée biblique destiné à recevoir une collection aussi complète que possible d’éditions de la Bible.

  • 4 Sur les industriels alsaciens du XIXe siècle, cf. Stoskopf N., Les Patrons du Second Empire : Alsa (...)

4Il faut néanmoins quitter Mulhouse et se tourner vers le patronat de la haute-vallée de la Bruche, les Legrand, Fallot, Steinheil ou Dieterlen, pour trouver encore une meilleure illustration de la notion d’industrie comme œuvre en soi : c’est à l’appel du pasteur Oberlin, soucieux du sort de ses paroissiens du Ban de la Roche, que Jean-Luc Legrand (1755-1836) implante en 1813 une fabrique dispersée de rubans de soie. Ses fils refusent de la moderniser « pour ne pas sacrifier les intérêts moraux aux intérêts matériels ». L’un d’eux, Daniel Legrand (1783-1859) est un infatigable militant de la lutte contre le travail des enfants ; il se retire en 1848 pour se consacrer à l’évangélisation et à l’éducation. Son gendre Louis Fallot, ingénieur des mines, est le créateur à Mulhouse, où il se trouve dans les années 1830, d’une filiale de la Société des amis des pauvres et d’une société de lecture pour ouvriers. Succédant à son beau-père, il assure en 1869 l’intérim de l’instituteur. Les Fallot sont très liés aux Steinheil et Dieterlen, industriels à Rothau. Gustave Steinheil « se demanda longtemps s’il ne valait pas mieux travailler dans les choses éternelles que dans le coton et gagner des âmes plutôt que de l’argent ». Finalement, il réussit à résoudre ce dilemme, en choisissant le coton, comprenant qu’on peut diriger une usine sans perdre son âme, mais en continuant, toute sa vie, à être en charge d’âmes. Son associé et beau-frère, Jacques-Christophe Dieterlen, hésite lui aussi à devenir pasteur, mais choisit d’exercer un véritable ministère laïque dans le cadre de ses activités professionnelles. Les familles Steinheil-Dieterlen-Fallot sont des pépinières de pasteurs parmi lesquels Tommy Fallot ou Marc Boegner4.

5On connaît les moines-soldats, Mulhouse et l’Alsace ont produit des industriels-pasteurs ! Ce colloque fut placé sous leur haut patronage, gageons que leur esprit inspire les travaux qui sont ici présentés.

Notes

1 Lüthy H., La Banque protestante en France de la révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution, Paris, SEVPEN, 1959, p. 8.

2 Orth J., Notice biographique sur Jacques-Amédée Rieder, Mulhouse, 1880, p. 7.

3 Zuber I., « Notice nécrologique sur M. Amédée Rieder », Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, LI, 1881, p. 279.

4 Sur les industriels alsaciens du XIXe siècle, cf. Stoskopf N., Les Patrons du Second Empire : Alsace, vol. 4, Paris, Picard-Cenomane, 1994 ; Hau M. et Stoskopf N., Les Dynasties alsaciennes du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Perrin, 2005.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Haute-Alsace et directeur (directeur-adjoint depuis janvier 2013) du Centre de recherche sur les économies, les sociétés, les arts et les techniques (CRESAT EA 3436). Ses travaux portent sur l’histoire des entreprises, des banques et du patronat. Il a notamment publié Les Patrons du Second Empire, Banquiers et financiers parisiens (Picard, 2002) et, avec Michel Hau, Les Dynasties alsaciennes du XVIIe siècle à nos jours (Perrin, 2005).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search